AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Slippery Stairs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Slippery Stairs   Sam 12 Jan - 17:54



- Désolé gamin !

- DEHORS !

La porte de l'infirmerie claquèrent avec force, répondant à la volonté de l'infirmière de mettre l'indésirable dehors. Malgré le coup de vent provoqué par le violent mouvement des épaisses portes de bois, le sourire étiré sur les lèvres de Saïd ne s'envola pas. Quasiment décapité par les portes, il recula éclatant d'un rire surprit. Il ne savait pas que la vieille Pomfresh pouvait s'énerver à ce point.
Il en avait amoché des gens qui avaient finis dans son infirmerie, mais elle ne lui avait toujours jeté qu'un regard glacial mélangeant colère et peur. Était-ce la joie de retrouver son fournisseur de petits blessés qui la mettait dans cet état ? Plutôt flatteur.
Cette fois-ci, il avait pourtant prétexté l'accident, mais son sourire ravi ne l'avait pas aidé pas à vendre son bobard. Et bien quoi ? Ce petit troisième année n'avait qu'à pas traîner dans les escaliers. N'était-ce pas une école ici après tout ? Il n'avait fait que l'éduquer un peu et grâce au cher professeur Wilkes, ce jeune homme ne bloquerait surement plus le passage. Quelques os brisés, c'était peu cher payé pour un peu d'éducation.

C'est donc plein de fierté que Saïd s'éloigna de l'infirmerie. Avant de pouvoir s'éloigner, un petit groupe de trois élèves trottinèrent dans sa direction, l'air soucieux. Avant que ceux-ci n'atteignent leur destination, l'un d'eux se figea.
- C- C'est lui ! dit-il paniqué en pointant Saïd du doigt. Les autres s'arrêtèrent et le dévisagèrent à leur tour.
Plutôt mécontent d'être ainsi montré du doigt mais aussi un peu flatté de l'attention, Saïd leur offrit son plus beau sourire et leur envoya un bisou imaginaire. Il ne savait pas du tout ce qui lui valait cet honneur, mais le regard de dégoût et de colère qu'il déclencha lui indiqua qu'il ne méritait apparemment pas de louanges.
- Tu es celui qui a poussé Mike des escaliers !
La rumeur avait fait le tour rapidement.

- C'est qui Mike ? se questionna Saïd à haute voix, mais la réponse vint le frapper assez rapidement. Oh, je vois, ça doit être celui que j'ai poussé des escaliers. ajouta d'un air presque rêveur qui horrifia les jeunes gens.
- A-Alors c'est toi ! Pourquoi tu l'as poussé ?!
- J'ai dit "poussé" ? Oh mais voyons, ça n'était qu'un accident, je le jure sur le slip usé de Merlin et lui seul sait à quel point il est usé. répondit-il d'un air faussement innocent, jurant en déposant solennellement une main sur son coeur et l'autre au dessus de sa tête.
- Monstre ! cria alors la jeune fille du trio en éclatant de sanglot.

Saïd fit mine d'être horriblement choqué, mais lorsqu'il quitta son masque ridicule, une certaine lueur brilla dans ses yeux.
- Allons, allons, n'utilisons pas de termes que vous pourriez regretter.
Il s'approcha doucement d'un air joyeux mais terriblement menaçant et les deux élèves se recroquevillèrent derrière un troisième qui jusqu'ici n'avait pas parlé mais qui le défia du regard. Saïd eu un petit sourire, il aimait bien ce genre de regard. Les trois élèves avaient clairement bien comprit son regard menaçant alors il s'amusa à continuer de se rapprocher d'eux jusqu'à ce qu'ils se cognent contre le mur du couloir.

- SAÏD SETH WILKES ! Voulez-vous bien laisser ces jeunes gens tranquilles ? cria alors l'infirmière. Saïd eu un rictus d'agacement profond. Il détestait qu'on l'appelle par son vrai prénom, encore plus par son nom complet, mais le crier ainsi dans les couloirs était clairement insupportable.
Se retournant les yeux brillants de colère, il marcha à grand pas vers l'infirmière qui vu son attitude sévère faiblir légèrement sous le stress. Il s'arrêta devant elle, la surplombant de sa stature haute et fine. Il la fixa un instant, silencieux et menaçant, juste pour avoir le plaisir d'observer la peur frétiller sur son vieux visage.
- Vous vous souvenez de mon nom ! Je savais que je vous manquais Pomfresh. finit-il par dire comme s'ils avaient été de grands amis. Il plongea pour lui déposer un baiser sur la joue qu'elle n'arriva pas à éviter. Seriez-vous bien aimable, ma chère, d'ouvrir les portes de l'infirmerie à ces trois jeunes gens ? Ils sont venus donner leur soutien à leur ami, vous savez, celui qui a eu ce terrible accident. lui demanda-t-il d'un ton faussement tendre, enserrant les mains ridées de la dame dans les siennes. Elle le fixa avec horreur.

La saluant d'un petit sourire insolant, il s'éloigna sans un regard pour les trois élèves. Sur son chemin, d'autres élèves le fixèrent d'un air noir et bien que sa réputation de bête dangereuse l'avait efficacement suivie jusque dans cette époque, il comprit tout de même que ceux-ci faisaient référence à ce qui s'était passé seulement quelques minutes auparavant. Décidément, les nouvelles allaient vite dans le château. Trois petits étages, ça n'était pas si grave voyons.

Il regagna les escaliers mouvants et il ne put que rire doucement en remarquant qu'en ce lieux précis, beaucoup le fuyait carrément pour ne pas se trouver près de lui et du vide en même temps. Une silhouette cependant ne bougea pas à son approche.
- ZOYA ! l'appela-t-il bruyamment alors qu'elle montait tranquillement. Fait attention, ces escaliers sont vraiment dangereux, t'as entendu parlé du troisième année qui a eu un tragique accident il y a quelques minutes ? Non ? Parce que je peux te raconter, j'étais là ! Ou alors tu veux sauter ? J'peux t'aider aussi tu sais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 12 Jan - 19:58

Elle se faisait chier durant les années 70 et c’était pareil durant les années 90. Le pire entre ses deux époques ? C’était d’entendre les fous du rock et du punk venir la voir et lui faire les louanges de la chance qu’elle avait d’avoir vécu dans les années 70. Levant les yeux au ciel, elle était exaspéré de les entendre dire qu’elle avait…De la chance.
Quelle chance il y avait ? Voir le punk naitre, wouah ! C’est vrai, ça change toute une vie. Elle avait fixé l’adolescent, la mèche trop longue lui retombait devant son œil droit. Cette coupe, c’était juste ridicule.


« De la chance ? »

Ses yeux se figea dans les siens et elle approcha son visage.


« L’apogée du punk, la drogue à tous les coins de rue, le début de la première guerre et à l’époque mon poussin, on avait pas encore bébé potter pour nous sauver les miches…C’était ça qui nous attendait en sortant de Poudlard…Oui…On avait de la chance »

Ses lèvres auraient presque pu frôler celle du Serdaigle qui semblait à présent paralyser, par la peur ou par autre chose. Elle le repoussa, violemment, avant de se lever et de quitter sa salle commune. La seule satisfaction qu’elle tirait de toute cette histoire c’était l’idée que toute sa promotion était aussi SDF qu’elle l’était à leur époque.
Maintenant qu’elle était à l’extérieur de sa salle commune et qu’elle se promenait dans les couloirs de Poudlard, elle eut le loisir d’apprendre qu’une chose n’avait pas changé : Tout se sait et tout se raconte. Tant et si bien que lorsqu’elle entendit parler de l’accident elle ne put s’empêcher de souffler du nez en guise d’amusement, reconnaissant très bien là l’œuvre d’une seule personne.

Main dans les poches, elle s’avançaient pourtant, sortant de l’une d’entre elle un paquet de cigarette avec lequel elle s’amusa un peu avant de se crisper. Cette façon d’hurler son nom, il essayait de battre le record de l’autre blonde de Gryffondor ? Elle qui avait pour habitude d’éviter de se faire remarquer autant que cela lui était possible, voilà que tous les regards se posèrent sur Saïd et elle. Elle soupira, l’écoutant, elle s’amusa pourtant de ses histoires et de cette façon qu’il avait de se foutre de tout et de tout le monde. Dommage que ça le rende aussi chiant.


« Considère toi comme heureux, tu as réussi ta vie…Faire chier à tous les temps…Nous vous enverrons votre prix dans les plus bref délais. »

Elle le fixa, une petite moue espiègle se dessinait sur le coin de sa lèvre.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 12 Jan - 20:20




Elle le complimenta, enfin, ce fut ainsi qu'il prit la remarque de Zoya et un grand sourire narquois vint déformer son visage. Oui, peu importe l'époque, il restait le plus grand chieur de la planète et c'est plusieurs prix qu'il méritait pour cela. Il était toujours heureux de découvrir qu'il y avait une jeune demoiselle Serdaigle qui appréciait son art et son talent, sauf lorsqu'il la prenait pou cible.

- Et quel genre de prix une clodo telle que toi peux bien me donner ? répliqua-t-il d'un ton faussement dédaigneux. Ils'imaginait bien recevant un trophée de la chiantise, debout sur le pupitre du vieux croûton de directeur, toute la grande salle l'acclamant. Son regard se perdit un instant dans ce doux et ridicule rêve et lorsqu'il revint à Zoya, il fut presque déçu qu'elle n'avait sortit le dit trophée de son décolleté. Il le lui reprocha du regard avant qu'une idée vint l'illuminer d'une joie suspecte.

- Ou alors c'est buffet ouvert ? Je me sers c'est ça ?
D'un air ridicule, un doigt sur sa lèvre inférieure pendante, il la jaugea du regard. Il l'observa de bas en haut bien qu'il savait déjà ce qui l'intéressait. Autant en profiter non ? Avant même qu'il ne cesse sa comédie, un sourire coquin fragilisait sa fausse expression. Sexy.
- Hm... Je vois bien une chose qui pourrait m'intéressé. dit-il d'un ton désintéressé factice alors qu'il tira sans délicatesse le décolleté de Zoya d'un doigt, lui révélant sa poitrine habillée d'un soutien-gorge excitant.
Il releva son regard pour trouver ses yeux bicolores comme pour demander la permissions de se servir. Mais avant d'être permit de quoi que ce soit, il s’éloigna, feignant soudain le dégoût. Il balaya l'air devant son nez et fit mit d'avoir la nausée comme si une odeur atroce l'avait frappée.
- Ohrf ! C'est bien périmé ça !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 12 Jan - 20:35

Ses bras se croisèrent sous sa poitrine à sa remarque. Ses poings se crispant. Déjà que la majorité des élèves avaient le don de doucement la mettre hors d’elle, le fait de croiser la si sympathique tignasse bouclée de ce serpentard était la crotte sur une montagne de merde qu’on lui servait comme dessert. Le toisant du regard, l’air presque de défis, cela ne semblait pourtant pas l’arrêter mais entre jouer son jeu ou s’énerver pour lui donner entière satisfaction, la Serdaigle avait déjà fait son choix. Ainsi elle le laissa simplement tiré sur le haut de son t-shirt déchiré pour lui offrir une vue direct sur son décolleté.

Elle s’apprêtait à lui dire "t’es rassasier c’est bon ? » mais celui-ci la prit de vitesse dans un mime et une remarque des plus vexante. Pourtant, la jeune femme ne broncha pas devant ses bêtises, estimant que la conversation était déjà terminée, elle s’apprêtait à simplement le contourné. Passant à côté de lui, elle répliqua cependant d’un ton on ne peut plus sérieux :


« Y en a ici qui rêve de tripoter la cuvée 71 »

C’était ce qu’on appelait un coup bas, pinçant sur le côté très égoïste de ce cher Serpentard. De la jalousie ? Non, pour être jaloux il faut aimer, ce qui les concernait tous les deux, c’était bien autre chose.
Le dépassant, elle l’avait devancé de trois marches quand elle leva sa main droite pour lui faire un geste affreusement vulgaire du doigt.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 12 Jan - 20:50



Inébranlable, solide comme un roc, Zoya essuya les pitreries de Saïd avec expertise et le contourna. Il fut déçu de n'avoir pu déclencher plus de réaction chez sa camarade. Critiquer la poitrine d'une jeune femme ne marchait plus ? Cela l'étonnait un peu.
Elle riposta d'un air sérieux en lui confiant que bien d'autre se serait considérés très heureux de pouvoir jeter un coup d'oeil sous son T-shirt et Saïd arqua un sourire moqueur. Partagé entre le fait de montrer qu'il n'y croyait pas un mot et le fait qu'il comprenait dans cette petite phrase que Zoya pourrait bientôt organiser une partouze dans les beaux dortoirs de Serdaigle, il la regarda d'un air simplement espiègle.
Elle le salua d'un beau doigt fin et alla pour le laisser là. Alors elle est quand même un petit peu fâchée songea-t-il, amusé. Ne voulant pas laisser ce petit préambule sans suite, il pressa le pas pour la rattraper.

- La cuvée 71... répéta-t-il, remarquant seulement l'originalité de l'expression.
C'était donc ça, cette odeur nauséabonde. Je crois, Zoya, que tu a fermenté un peu trop longtemps. lui dit-il, très divertit par son propre sens de l'humour.
- Mais tu sais ce qu'on dit, c'est dans les vieux chaudrons qu'on fait les meilleures potions. ajouta-t-il en guise de compliment pour modérer ses propos. Il ne voulait pas qu'elle se fâche vraiment non plus. En fait, il voulait qu'elle s'énerve, mais pas qu'elle lui en veuille. Quelle difficile subtilité à maîtriser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Dim 13 Jan - 12:34

Il maniait et usait les mots comme d’une arme, se méfiant de lui comme de la peste, elle était pourtant incapable de se tenir trop éloigner de cette tête frisée. Et qu’il la rattrapa, un sentiment de satisfaction venait de naître en elle. Il voulait jouer visiblement, et ils allaient jouer, comme d’habitude. Elle pouvait presque deviner la fin, une engueulade, des bleus, du sang ? Une coucherie de plus, mais le plus important c’était le frisson, cette grisante sensation.
Le jeu d’aujourd’hui ? Je te complimente sans trop en faire, elle l’observa, haussant un sourcil en l’écoutant, elle cessa de jouer avec son paquet de cigarette pour en prendre une entre ses doigts et ranger le paquet dans sa poche, se fichant bien de croiser un professeur ou non.


« Je suis comme le bon vin, je me bonifie avec le temps… Toi par contre… Plus le temps passe et plus tu pue le vinaigre »

Elle passa sa langue sur sa lèvre inférieur avant de la pincée entre ses incisives, un petit sourire au coin de ses lèvres.

« Alors…Raconte-moi… »

Changeant délibérément de sujet, elle sorti un briquet, cela avait été compliqué d’en trouver un, tout comme les cigarettes, mais la nature débrouillarde de la Serdaigle lui servait toujours autant, même en 95.

« Qu’est-ce que ce pauvre petit troisième a bien pu faire ou te dire pour que tu le balance dans les escaliers…Il a voulu faire "Bowing" avec tes bouclettes ? »

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Dim 13 Jan - 13:02




Saïd haussa un sourcil a son tour, impressionné par la passe de la Serdaigle. Elle était vraiment douée à leur jeu et pour cette fois, il la laissa gagner cet échange. Elle sentit cette victoire mais sembla pressée d'engager un nouveau sujet. Prenant une cigarette, elle le questionna alors sur la chute du troisième année.

- Tu vas pas t'y mettre aussi ! C'était un accident ! Je suis innocent, ma conscience est claire, je suis plus blanc que le foutre de Merlin ! répondit-il bien que son air amusé détruisait sa crédibilité.
Il savait bien que Zoya ne croirait aucun de ses mensonges et comme il se fichait bien qu'elle découvre qu'il soit coupable, il arrêta sa comédie. Il ne pu s'empêcher de piquer la cigarette que Zoya avait au coin des lèvres et la mit dans sa propre bouche. Un peu brusquement, il lui prit son briquet et alluma le bâton.

- Il était juste sur mon chemin. S'il avait voulu faire "Bowing" avec mes cheveux, c'est de la bouillie qu'ils auraient trouvé éparpillé sur les escaliers. dit-il, une lueur malsaine brillant dans ses yeux jaunes. Il inspira une bouffée de fumée et expira sur un pauvre enfant qui passait par là et qui toussa en s'enfuyant à petit pas. Il rendit ensuite la cigarette à Zoya qu'il savait très possessive à propos de cela. Mais bon, c'était compréhensible pour une clochard comme elle. C'était sa seule richesse.

- Alors ce prix ? se rappela-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Dim 13 Jan - 18:06

Elle avait écouté son histoire, levant une fois de plus les yeux au ciel. Mais malgré l’air lassé qu’elle affichait, son sourire lui en disait long sur ce que cette histoire lui faisait ressentir au fond. Amusée, elle fixa cependant sa cigarette, qu’il lui rendit après en avoir tirée une taffe et souffler la nicotine au visage d’un innocent. Coinçant le poison entre ses lèvres, elle imita son précédent geste, inspirant, et soufflant. Prenant cependant pour habitude de souffler vers le sol et non au visage des gens. Lorsqu’elle releva les yeux vers lui ce fut pour retrouver ce sourire suffisant et sa voix qui respirait le vice.

« Quel prix ? »

Dit-elle d’un air amusé. Une lueur traversa un instant ses yeux alors qu’elle tendait une main vers lui. Son index attrapa une mèche des cheveux de Saïd qu’elle tira doucement avant de relâcher. Ce pendant en avant, elle laissait entrevoir son décolleté alors que ses yeux se figea dans les siens, sa bouche frôlant la tête, elle murmura :

« Bowing… »

Passant sa langue sur ses lèvres, elle caressa celle de Saïd avant de se relever, le dos à nouveau droit, elle reposa la cigarette entre sa bouche, inspirant, elle bloqua sa respiration quelque seconde sans quitter le serpentard des yeux, elle souffla enfin la fumée.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Lun 14 Jan - 20:56



Et fit semblant d'oublier son prix, ce qui étrangement le fit bouder. Il avait bien l'intention de recevoir quelque chose d'elle et par les poils pubiens du vieux Merlin il obtiendrait quelque chose. Il la rappela à l'ordre d'un petit sourire malsain, la menaçant silencieusement d'une promesse de destin funeste si elle ne répondait pas à sa demande.
Zoya sembla réagir, soudain inspirée par quelque chose. Il se détendit, persuadé qu'elle avait trouvé quelque chose à la hauteur de ses attentes. Il se laissa approché, curieux. Dès l'instant où le doigt de Zoya vint toucher sa précieuse moumoute cependant, une ride étrange vint se creuser son son oeil droit. Un rictus que Zoya aurait pu interprété si elle ne se délectait pas de le narguer de la ridicule onomatopée. L'insolente.

Violemment et brusquement, il la décolla du sol et la plaqua fermement au mur en refermant autour de son cou délicat, sa poigne sadique. Une élève qui vit la scène de loin s'étrangla dans un cri et s'enfui en courant mais Saïd n'avait d'yeux que pour sa proie. Observant lentement son expression changer alors qu'il serait de plus en plus fort, il s'approcha d'elle pour ne pas perdre une miette de son agonie.

- Buffet gratuit. siffla-t-il d'un air des plus sombre et malsain avant de s'emparer des lèvres de Zoya. Il finit par relâcher sa poigne et alors qu'elle retrouver le sol ferme et sa respiration, il vint quitter ses lèvres pour son cou maltraité. Il l'attaqua de ses lèvres avec gourmandises mais une voix vint mettre fin au festin.

- Jeunes gens ! Un peu de retenue ! s'écria la vieille pie qui les gronda d'un regard outré. A côté d'elle piétinait l'élève qui avait assisté à la pulsion violente de Saïd. Ce dernier comprit qu'elle s'était attendue à surprendre bien autre chose qu'un baiser en appelant une professeur et il lui jeta un regard menaçant. Tu ne perd rien pour attendre, lui transmettait-il du regard bien qu'il n'avait aucune envie de retenir le visage de sa potentielle future victime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Lun 14 Jan - 21:48

A l’instant où elle vit la lueur dans ses yeux, elle le savait, elle allait souffrir. L’idée n’était pas aussi effrayante qu’elle aurait pu paraître alors que son dos claqua violemment contre un mur. Elle grimaça, mais ne cria pas. Elle préférait encore s’arracher elle-même ses cordes vocales plutôt que de lui donner la satisfaction de pousser le moindre cri de douleur pour ses beaux yeux. Sa gorge, elle se sentait comprimer, ouvrant enfin les yeux sur la scène elle ne put s’empêcher de mettre ses mains contre sa gorge, essayant par tous les moyens de lui faire lâcher prise. L’air commençait doucement à lui manquer et cette sensation, aussi désagréable pouvait-elle être, entraîna une succession de sensation en elle.

Son cœur s’accélère, elle a l’impression de le sentir plus grand au cœur de sa poitrine, l’adrénaline doucement s’insinue en elle comme un poison alors que les endorphines viennent faire leur travail pour atténuer la douleur…Comme une invitation à arrêter de se battre, une invitation à simplement se laisser faire. Ses ongles se plantèrent dans le dos de la main du serpentard alors que la pointe de ses pieds touchait à peine le sol sous elle.
Le souffle coupé, cela ne l’empêcha pourtant pas de plaquer ses lèvres contre les siennes dans un baiser qu’elle ne fut pas véritablement capable de lui rendre, ses muscles se crispèrent, et sa cigarette glissa de ses doigts pour tomber sur le sol quelque seconde avant que lui ne la libère de son emprise, venant se régaler de sa nuque et de la fine sueur qui s’y était posé. Réaction à cet étranglement improvisé.

Elle aurait dû le poussé, lui mettre un coup, mais elle le laissa faire et l’invita même à continuer en penchant légèrement sa tête. Mais avant que leur corps et leur hormone ne s’échauffe, la voix d’un professeur venait subitement stopper leur petite affaire. Elle resta pourtant le dos collé contre le mur alors qu’elle regardait l’élève chapardeur et le professeur à la suite. La vieille femme s’approchant, baissant les yeux sur l’odeur de nicotine.


« C’était déjà interdit en 1976 et ça l’est toujours en 1995…50 points de moins pour vos maisons respectives ! »

A l’annonce de cette sanction, Zoya n’avait pas pu s’en empêcher, elle laissa échapper un rire qui offusqua un peu plus encore la sorcière :


« Et vous passerez votre prochain week end en retenue… »

Histoire de ne pas en rajouter, Zoya détourna simplement les yeux, essayant de ne pas sourire, ni de rire. Les points en moins, les retenues, cela n’avait déjà pas d’importance à son époque, pourquoi s’en soucierait-elle encore plus maintenant ?
Elle fixa le professeur s’éloigner, celle-ci semblait prendre tout son temps, jetant encore un dernier coup d’œil vers l’étrange couple, elle disparut enfin de leur champs de vision, attirée par autre chose.

Attrapant la cravate mal nouée du Serpentard, elle l’attira contre lui, lui volant ses lèvres dans un baiser plus vulgaire encore que le précédent alors que non loin d’eux la petite cafardeuse les regarder, oscillant peut-être entre l’idée d’être terrifiée, dégoutée ou la jalousie.
Repoussant violemment Saïd, elle le fixa, sourire suffisant aux lèvres.


« J’ai gagné… »

Après tout, c’était lui le premier à avoir perdu son sang-froid pour ce round ci…

« Mais ça ne t’empêchera pas d’avoir ton prix… »

Une idée lui traversa l’esprit en voyant l’élève toujours prostré un peu plus loin dans le couloir, elle avait été choquée ? C’était que le début des festivités alors.
D’un geste lent, elle passa sa main sous sa jupette de petite écolière. Elle n’avait pas eu le choix que de revêtir l’uniforme de l’école vu que ses affaires n’avaient pas fait le voyage avec elle ici. D’une main, elle abaissa un petit bout de tissus, le dos toujours contre le mur, elle souleva une de ses jambes…Passant son pied, suivit du second, elle souleva alors un petit short de dentelle noir. Elle jeta un regard en coin à l’élève qui ne pouvait s’empêcher de les regarder.


« Tu voulais un prix… »

Elle posa le tissus sur l’épaule de Saïd, quittant enfin son mur, et reprenant sa route…

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Mer 16 Jan - 15:20




Il fut d’abord surprit de se voir retirer des points pour un peu d'amour dans ce monde, mais il se rappela de la cigarette de Zoya dont il avait rapidement profité et renifla. Les règles étaient toujours aussi chiantes apparemment. Face au retrait de point, Saïd lança simplement un regard froid à la vielle femme. Slughorn l'avait habitué à des punitions personnelles, mais comme apparemment le vieux directeur de maison n'était plus là pour l'empêcher Saïd de gâcher chaque année les chances de la maison des serpents de gagner la coupe des maisons, Serpentard devra en pâtir.

Alors que l'insolente élève se mit à rire, la professeur ajouta à leur punition un weekend de retenue. Saïd eu un sourire, ça il connaissait mieux. Presque réjouit à cette idée, il fit face à Zoya avec une expression rayonnante. Plus de temps pour l'emmerder.
La vielle bique s'en alla.
Soudainement saisit par la cravate, il regarda Zoya d'un air intrigué et se vit voler un baiser langoureux. Répondant à cette attention, ils se lièrent d'un baiser peu élégant ou lèvres et langues de mélangeait avec une passion crue. Elle le repoussa et il se passa la manche sur sa bouche pour s'essuyer. Si glamour.
Il fronça ses sourcils épais alors que la jeune arrogante lui étala sa victoire. Il eu un petit rictus de colère mais bien franchement, après un tel baiser, il ne pouvait être si mécontent d'avoir cédé au désir le premier. Il fut cependant un peu offensé qu'elle lui accorde toujours son prix, comme un prix de consolation. Tout cela perdait beaucoup de son attrait.

Il l'observa un peu boudeur alors qu'elle sembla trouver une idée satisfaisante. Il attendit, à la fois impatient et ennuyé mais ses yeux grossirent au fur et à mesure que Zoya baissa sa petite culotte. Il n'osa faire de remarque, fixant comme un fou les gambettes de l'élève jusqu'à ce que le petit morceau de lingerie apparaisse de sous le tissu. Il déglutit.
La vulgaire adolescent se releva doucement, sachant très bien l'effet qu'elle aurait en se découvrant ainsi. Il la fixa de ses yeux dorés comme s'il pu voir son intimité découverte sur son visage, et sourit. Son esprit malsain avait cru voir s'ouvrir les portes d'un chaud et moite paradis, mais lorsque Zoya déposa son vêtement sur son épaule, il dut se rendre compte qu'il devait se contenter du bout de tissu. Il eu une moue boudeuse, mais la prit quand même, caressant le tissu de ses doigts osseux.

- C'est moche. finit-il par dire bien que ses yeux observait l'objet avec fascination.
Trop captivé, il n'avait pas vu que la Serdaigle dénudée avait reprit sa route. Lorsqu'il sortit enfin de sa contemplation, il pressa le pas pour la rejoindre et lui mit la main aux fesses.

- Est-ce que c'est parce que j'ai soi disant "perdu" que j'ai le droit à ta serpillière ? questionna-t-il en faisant tournoyer le short autour de son long index. Des élèves croisèrent leur route et un observa Saïd avec de grand yeux.

- Oui, c'est le sien. lui chuchota-t-il bruyamment avec un clin d'oeil grossier. L'élève tourna ses yeux d'hiboux vers Zoya mais se dépêcha de s'éloigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Jeu 17 Jan - 20:15

Elle sursauta légèrement en sentant ses doigts s’appuyer contre son fessier, esquissant un sourire mélangeant quelque chose de coquin et d’amusée. Malgré tout, elle regardait droit devant elle, ne croyant pas un traitre mot de ce qu’il lui racontait. Moche ? Elle n’était pas sans savoir qu’il était déjà fou à l’idée de tenir entre ses doigts ses sous-vêtements et de sentir sous sa jupette une parcelle de sa peau dénudée. Il la questionnait, et elle savait qu’il ne supporterait pas l’idée d’avoir eut cette petite attention comme étant un lot de consolation. Sans le regardait, elle lui répondit seulement :

« Non, c’est vraiment parce que t’es le plus grand emmerdeur que je connaisse… »

Et alors qu’il se promenait fièrement avec le bout de tissus tournoyant autour de son index, il l’entendit se vanter auprès d’un autre élève qu’en effet, il s’agissait de la petite culotte de cette serdaigle. Elle ne put s’empêcher de rire une nouvelle fois, il pouvait vraiment être un imbécile quand il le voulait.
Observant le serpentard du coin de l’œil, elle se retourna, l’empêchant ainsi de pouvoir lui tripoter plus longtemps le fessier, elle fixa le serpentard quelques instants, marchant ainsi à reculons.


« Tu sais ce qu’il y a de fun à l’idée d’être coincée dans une autre époque ? »

La question paraissait futile, mais la réponse que Zoya ajouta le fut tout de suite beaucoup moins :

« On pourrait s’envoyer en l’air ici et maintenant, on aurait aucune emmerde. Ils ne peuvent pas nous virer, ni nous tuer, bref, ils peuvent rien nous faire sans savoir si oui ou non cela aurait des répercutions avec leur présent à eux. »

Elle se mordit la lèvre, continuant dans sa théorie :

« Peut-être même que personne n’osera nous arrêter de peur que même ça, ça ait une répercutions sur leur présent… »

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Ven 18 Jan - 15:19



Il observa le sous-vêtement à nouveau, partagé entre l'attrait et la déception de n'avoir eu de meilleur prix pour sa si parfaite aptitude à emmerder le monde est ses habitants. Elle se retourna et il du quitter son cadeau des yeux pour sourire vilainement à la belle Serdaigle.
Alors qu'elle lui demanda s'il voyait l'intérêt de se trouver dans une autre époque, Saïd haussa les épaule d'un air exagéré et comique. Il se fichait pas mal de la date d'aujourd'hui. Pour lui, rien ne semblait avoir changé. Il y avait peut-être de nouvelles têtes dans le château, mais lui se fichait pas mal de connaitre qui que ce soit en dehors de lorsqu'il cherchait une victime. Zoya était encore là. Rogue, Rosier et Avery aussi. Les autres têtes pouvait bien venir des boules de Merlins, il s'en fichait pas mal.
Coincé dans le château pour une nouvelle année scolaire, Saïd ne vit même pas le fait que tout ce qu'il connaissait en dehors de Poudlard puisse avoir changé. Son oncle était-il encore vivant et encore aussi emmerdant ? Il ne prit même pas la peine de se poser la question.

Mais alors que Zoya lui apporta sa réponse à la question, il trouva soudainement un grand intérêt à être dans cette situation particulière. D'abord surprit et amusé, il lui lança un regard plein de sous-entendus.
Saïd n'avait jamais vraiment craint les emmerdes, ce qui faisait qu'il était probablement l'élève le plus chiant de l'histoire de Poudlard et le plus puni, mais Zoya sembla se sentir soudainement libérée. S'envoyer en l'air ici et maintenant, quelle insolente coquine.
Saïd haussa un sourcil impressionné face à cette idée qui ne lui avait étrangement jamais traversé l'esprit. La mimant, il se mordit la lèvre de désir. Pourtant, il n'ébaucha aucun geste pour répondre à l'outrageuse proposition et plaça plutôt la culotte de Zoya dans la poche de son pantalon.

- Excellent ! réagit-il à la remarque de la jeune adolescente.

- Vous ne comprenez pas ! Il faut que je lui fasse ce bébé ou vous êtes tous perdus ! imita-t-il en donnant de factice coups de rein dans le vide pour mimer leurs ébats. Il éclata de rire.

- Quel bébé foiré aurais-tu bien fait naître ? demanda-t-il alors d'un air moqueur alors qu'il commençait à peine à assimiler le fait qu'il étai vraiment possible que les adolescent de 1971 puisse être les parents de certains des élèves actuels.
- Oh je sais ! J'en ai vu un qu'était manchot, ça doit être ton fils. ajouta-t-il en retirant son bras de sa manche pour la laisser vide et ballante pour illustrer son propos.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 19 Jan - 16:32

Elle éclata littéralement de rire en le voyant mimer une magnifique scène olé olé au beau milieu du couloir. Ce gars avait beau être le pire emmerdeur du monde, il lui semblait pourtant qu’il était le seul à être capable de la faire rire autant. Cette stupidité qui n’en était pas vraiment une, ces idioties étaient presque de l’ordre du génie comique. Elle se tenait légèrement les côtes avec ses conneries, essuyant une fausse larme au coin de ses yeux, ils reprenaient lentement leur marche alors qu’il se mettant doucement à lui parler d’éventuel progéniture. Elle fronça les sourcils, l’idée ne lui plaisait pas, espérant de tout cœur que dans les couloirs de l’école il n’y avait aucun « Horlov ».

« J’en doute, le moindre truc qui poussera dans mon ventre je l’élimine aussitôt »

Elle avait dit ça froidement, oubliant bien vite les rires d’il y a à peine deux minutes. Avoir un enfant était une chose à laquelle Zoya n’aspirait pas, bien au contraire, elle se révulsait entièrement à cette idée. Elle ne détestait pas les enfants à proprement parler, c’était quelque chose de très différent qui entraînait se dégout chez elle.
Cependant, la serdaigle avait que très moyennement envie de tergiverser à ce sujet, si bien qu’elle poussa légèrement Saïd lorsqu’il imita un manchot.


« ta projéniture doit gambader gentiment dehors en broutant un peu de gazon en bêlant en chœur, et tout ça c’est sans mauvais jeu de mot bien évidemment »

S’attaquant volontairement à l’allure moutonesque des cheveux de Saïd pour oublier cet interlude fort désagréable que fut de penser à l’éventualité d’avoir un enfant.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Sam 19 Jan - 16:51




Il explosa de rire bruyamment et outrageusement, à tel point qu'on se demandait s'il riait vraiment. La jeune fille ne semblait pas du tout apprécier la possibilité d'être la mère d'un des bambins du château. Et comment ne pas la comprendre ? Ils étaient tous si laid, ridicule et faible.

- Oh, tu semble pourtant prendre très grand soin de ta graisse. se moqua-t-il en réponse à la remarque crue de Zoya. Elle n'avait pas de graisse à perdre et pourtant, Saïd fut ravi d'avoir trouvé cette délicate répartie.

Alors qu'elle pensa l'offusquer comme il l'avait fait en ridiculisant sa possible progéniture, Saïd sembla enchanté par la perspective. Bien sûr il aurait été furieux aussi de découvrir qu'il avait eu la stupidité de faire un enfant à une femme et pire encore si cette progéniture n'était pas à la hauteur de sa magnifique personne, mais il ne parvint pas du tout à voir cela avec sérieux. Quand Saïd n'était il jamais sérieux ?

- Bêêêh ! bêla-t-il pour jouer le jeu avant de recommencer à se moquer. C'est vraiment hilarant Zoya, si jamais tu les vois, préviens-moi que je puisse me faire un barbecue. blagua-t-il avec un sourire sadique et une lueur de folie furieuse brillant lointainement dans ses yeux jaunes.

- Ceci dit, je brouterais bien un certain gazon. Ajouta-t-il en approchant Zoya d'une démarche ridiculement sensuelle.

Romantique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Slippery Stairs   Jeu 24 Jan - 20:49

« Si je n’avais que la peau sur les os, tu n’aurais rien à tripoter dans les couloirs »

Répondit-elle du tac o tac à sa remarque. Faisant bien évidemment référence aux nombreuses fois où il lui avait mis la main au fesse et bien évidemment à cette fois-ci en particulier. Si la serdaigle pouvait être "mal dans sa peau" pour différente raison, le physique n’en faisait pas vraiment partie. Elle se foutait bien de ce que pouvait penser les gens de sa beauté existante ou non-existante, ça ne changeait rien à son train de vie.
Elle leva les yeux au ciel en l’entendait bêler joyeusement dans les couloirs. Lui décrochant à nouveau un rire qu’elle ne pouvait contrôler. Lui jetant un regard en coin, elle se disait parfois que ce type n’était aussi chiant qu’il le disait.
Et à peine cette pensée lui traversa l’esprit qu’il lui prouva qu’au contraire c’était le pire des cons. Elle roula des yeux, le dépassant une nouvelle fois de quelque pas avant de se retourner et de lui adresser un geste vulgaire du majeur relever de sa main.


« L’herbe est plus verte dans ta maison connard »

C’était telle vexé de la réflexion ? Non, c’était plutôt sa manie de toujours la contredire, même sans le savoir.

« On se revoir en retenue… »

Mettons donc à terme à leur petite entrevue du jour, elle continua de le distancer encore un peu plus avant de se retourner encore une fois, l’interpelant en bêlant, un sourire malicieux traversa sa bouche alors que ses mains agrippait chaque côté de sa jupette et qu’elle la souleva assez pour se découvrir une seule seconde.
Reprenant sa route tout à fait normalement, elle bifurqua dans un nouveau couloir.


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Slippery Stairs   

Revenir en haut Aller en bas
 

Slippery Stairs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 02/06 Bruxelles Planechase Release Event
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: L'intérieur du Château :: 2ème étage :: Les escaliers-