AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Visite innopinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Visite innopinée   Lun 26 Aoû - 23:20


« T’as perdu tu dois boire enfoiré ! »

Elle s’énervait alors que l’andouille qui lui faisait face l’accusait d’une soi-disant tricherie. Ce n’était pas de sa faute si elle était bonne au bière-pong bien qu’ici la bière était remplacée par quelque chose de clairement plus intéressant. Et alors qu’il continuait de se plaindre juste pour le plaisir de mettre en rogne Zoya, elle en était persuadée, celle-ci attrapa la bouteille de purefeu avant de sauter à la gorge de Saïd et de verser le contenu de celui-ci dans sa bouche…Enfin…Cela ressemblait plutôt à une douche à l’odeur forte d’alcool. Et lorsque la bouteille fut vide, elle observa les cheveux lissé par le liquide et le visage tremper du sorcier en souriant, fière d’elle. Elle se pencha doucement vers lui pourtant, le regard félin, sa langue venait sensuellement recueillir les perles d’alcool qui restait sur sa peau avant de se glisser sans aucune gêne dans la bouche du sorcier. Le baiser torride laissa place à une roulade sur le côté qui fit renverser les verres déjà plein et rouler la balle de ping pong sous le lit de la sorcière. Il y avait certainement des activités plus constructives que ça mais Zoya n’était pas du genre à faire les choses dans la finesse. Rapidement, les doigts habiles de la jeune femme venaient défaire le jeans de l’ancien serpentard, ses mains expertes venant chercher le vilain serpent qui se cachait en dessous, attisant le feu ardant qu’avait provoqué l’abus d’alcool en cette soirée. Ses dents pincèrent la lèvre inférieure de Saïd alors qu’elle cessa enfin de l’embrasser pour le regard, les yeux plus coquins que jamais et sa main s’afférant à faire monter en lui quelque chose qu’elle seule pourrait lui offrir.

Le petit jeu devenait clairement plus intéressant et il l’aurait été encore plus s’il n’avait pas été interrompu par une voix forte qui coupa net la main obscène de l’ancienne serdaigle. L’ôtant directement du pantalon de son compagnon de jeu, elle eut un moment de doute. Elle avait rêvé ? Mais le fait qu’elle entendit cogner cette fois à sa porte venait ôter toute la possibilité que l’alcool ne lui joue des tours. Oubliant qu’elle n’était pas réellement en tenue pour accueillir quelqu’un à une heure pareil, elle remettait rapidement son soutien-gorge en place, sachant pertinemment qu’elle n’avait pas le temps de prendre quoi que ce soit d’autre pour cacher un peu plus son corps, si elle attendait encore, il finirait par lui défoncer l’entrée. C’est donc en jean’s à moitié défait et soutien-gorge qu’elle ouvrit, puant le tabac et l’alcool, elle resta pourtant à l’entrée, ne laissant donc pas Maugrey rentrer dans son appartement pourtant, elle le savait…Si il était ici, ce n’était pas pour rien. Sa première pensée fut Saïd, persuadée que d’une manière ou d’une autre son mentor avait réussi à savoir et qu’il était là pour le mangemort.


« Va chier Alastor, tu peux pas débarquer chez moi comme tu veux sans prévenir »

Passant de l’autre côté de la porte, elle préféra se mettre à l’extérieur pour clairement faire comprendre qu’elle ne souhaitait pas qu’il rentre, espérant intérieurement que Saïd resterait sagement dans sa chambre et ne viendrait pas jouer les curieux.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Un part de Zoya n’avait jamais cessé de craindre et d’être en respect face à Maugrey, ils avaient beaucoup en commun, à commencer par leur sale caractère et leur franc parlé. Mais elle n’était pas sans savoir l’expérience de celui-ci, elle l’admirait et n’avait jamais cesser de le faire malgré le nombre inconsidérable de fois où elle l’avait ouvertement insulté mais en même temps…C’était ainsi que les deux protagoniste fonctionnait.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Lun 26 Aoû - 23:45

Alastor Maugrey

Fol'Oeil


En réponse au sale langage de la jeune femme Maugrey renifla mais on pouvait presque deviner un rictus amusé sous la chair rigide de son visage. Cela faisait un certain temps qu'il n'avait pas vu la gamine et bien que sa vulgarité n'était pas ce qui avait le plus manqué, il ne put s'empêcher d'entendre sa voix lui cracher quelques saletés.

Il savait bien qu'elle ne pourrait lui désobéir et c'est après quelques secondes seulement qu'elle finit par ouvrir la porte. Elle ne laissa pas l'auror entrer cependant et préféra sortir dans sa tenue légère. Alastor haussa un sourcil à la vue de son corps dénudé.

- J'interromps quelque chose peut-être ? demanda-t-il alors que son œil magique scanna rapidement l'appartement de Zoya à la recherche d'une réponse. Il aperçu une autre personne allongée sur le sol mais ne s'y attarda pas vraiment.

- Je vois... Ben pas de chance pour toi tu vas pas avoir beaucoup de temps pour faire des galipettes, j'ai du boulot pour toi. Il tira la baguette de son manteau et la tendit à Zoya sans s'inquiété qu'il puisse l'éborgner avec.

- Tu me le trouve lui et sa bande et tu m'appelles dès que tu les as. annonça-t-il d'un ton qui ne pouvait qu'être d'un ordre.

- T'as déjà une demi-journée de retard sur la date de livraison. Tu vas y arriver ? ajouta-t-il d'un ton plus doux que seuls ceux qui avaient réussi à passer assez de temps en la compagnie du sorcier pouvait comprendre comme celui de la plaisanterie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 0:02


En apercevant l’œil fou de son mentor, elle resta étonnement calme, les années passés à devoir mentir avait finir par permettre à Zoya de pouvoir gérer une majeure partie de ses réactions même en situation critique. Ce qui n’empêchait pas qu’intérieurement elle bouillonnait littéralement sous la panique ne cessant de se répéter pour soi-même qu’il le savait, qu’il était là pour ça et que sa visite annonçait simplement sa dernière heure, à Maugrey ou à elle, ça elle l’ignorait encore.
A sa remarque, elle lui rétorqua un « A ton avis ? » laissant en suspend le connard qui aurait dû ponctuer la fin de sa phrase. Il avait du boulot sur elle ? La surprise se lu sur son visage, masquant une forme de soulagement derrière, il ne savait rien donc. Lui tendant une baguette, elle l’attrapa et l’observa un instant en pensant que cette chose devait peut-être lui rappeler quelque chose mais visiblement ce qu’il attendait d’elle c’est qu’elle retrouve son propriétaire et les potes de celui-ci. En d’autre terme, sa puait la merde et c’était à elle de ramasser.


« Sa bande ? »

Questionna-t-elle malgré tout, coinçant la baguette entre sa peau et sa culotte à défaut d’avoir de poche pour le coup. Elle la rangeait, ce qui signifiait qu’elle acceptait le boulot et puis surtout, une part d’elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un frisson…Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas une bonne raison d’aller remuer un nid d’abeille. Le manque d’adrénaline était telle qu’elle était incapable de refuser l’occasion de prendre une dose.
Pourtant, elle devinait que c’était pas un truc d’Auror, c’était quelque chose d’autre, un autre bordel dans lequel Maugrey était impliqué et sachant pertinemment la situation actuel dans le monde magique, elle devint rapidement pour qui il était là.


« Ils savent que c’est chez moi que t’es venu implorer de l’aide ces merdeux ? »

La rancune qu’elle ressentait pour l’ordre n’avait rien de nouveau, depuis la fin de la guerre les membres encore vivant de leur petite troupe n’avait jamais réussi à pardonner à Zoya ce qu’elle avait fait, l’ironie de l’histoire était qu’au fond, elle ne les avait jamais véritablement trahi bien que la présence de Saïd dans son appartement pouvait être une preuve du contraire, au final, elle avait tout donner pour l’ordre, sa vie, ses parents, et même après qu’ils aient su pour la véritable mission de l’ancienne Serdaigle, la majorité d’entre eux n’avait jamais réussi à lui redonner leur confiance, lui crachant presque dessus à son passage.

« Je leur dois rien à ces ingrats, donne-moi une seule bonne raison d’aller remuer la merde à votre place »


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 0:27

Alastor Maugrey

Fol'Oeil



Il tendit la baguette, elle la prit. Les choses avaient toujours étés aussi simple entre eux et l'auror fut heureux de constater que rien n'avait changé.
- Des mercenaires qui en savent trop. précisa-t-il sans être sûr que cela était très important. Le plus important était surtout de rapidement retrouver leur trace et il savait qu'il pouvait compter sur Zoya. Si elle n'avait pas trop rouillé depuis la guerre.

La baguette était dans la culotte et cela signifiait que la jeune sorcière était prête à relever le défi mais un léger froncement de sourcil trahit une contrariété. Alastor grogna. Il avait fait exprès de ne pas mentionner l'Ordre pour ne pas avoir affaire à ce regard plein d'amertume et cette moue de gamine boudeuse qui lui donnait envie de la gifler. Mais la gamine était bien trop intelligente pour son bien, bien trop bonne au jeu et c'est bien pour cela qu'elle n'était pas, aujourd'hui encore, vraiment considérée comme faisant partit de l'Ordre du Phoenix, pour lequel elle avait pourtant tant sacrifié.

- Ils savent que j'ai quelqu'un qui s'en charge. Et moi je te demande de t'en charger. résuma-t-il sans laisser transparaître d'émotion ou d'opinion particulière. Il n'était pas là pour soigner les bobos de Zoya ou pour justifier l'Ordre, mais pour avoir des résultats.

- Parce que t'aime ça la merde. Tu t'épanouis dedans. T'es pas faite pour jouer les babysitter ou pour te taper la dernière épave des bars. Alors dis-moi, ça fais combien de temps que t'as pas un peu sali tes petits escarpins ?

- Oy ZOYA ! Tu peux pas me laisser avec une trique du Diable ! En plus le gosse est même pas là ! Amène-toi ou amène ton copain qu'on fasse un plan à trois ! cria une voix du fond de l'appartement. L'auror eu un nouveau rictus amusé mais ne s'y attarda pas plus.

- Au moins tu les choisis bien. se permit-il de commenter.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 13:16

Des mercenaires ? Un plan de carrière que Zoya avait failli embrasser si Maugrey n’était pas venu mettre le bordel dans sa vie en s’arrangeant pour qu’elle puisse intégrer l’académie des Aurors et en s’arrangeant pour qu’elle ne refuse pas l’offre. Chasser, traquer, trouver, payer, c’était typiquement le genre de chose qu’elle pouvait faire et qu’elle fit tout un temps en tant qu’Auror, jusqu’à ce que les culs serrés du ministère de la magie estime que les bons et loyaux services de Zoya était beaucoup trop bruyant et salissait beaucoup trop leur jolie image. La mettant au cœur d’un plan dans lequel elle n’avait pas demandé à être, finissant en nounou pour gamin un peu trop paumé. Pourtant elle l’aimait bien ce gosse, trop impulsif, trop chiant, particulièrement embêtant, mais la vie ne l’avait pas épargné et si il savait. L’ironie de l’histoire c’était de savoir que ses éventuelles capacités de troisième œil ne semblaient pas spécialement l’aider pour pouvoir voir la vérité. Pourtant, lorsqu’elle se rendit compte que c’était au nom de l’ordre qu’il était sur le pas de sa porte, Zoya lui posa cette question, pourquoi elle le ferait ? Ces enfoirés n’avaient fait que cracher sur son travail qui au final leur avait permis de sauvé un bon paquet de cul. Et la réponse claqua hors de la bouche de fol’œil. Elle aimait ça, une chose qu’elle avait toujours su en elle, l’adrénaline, cet instant où tu crois que tu vas peut-être crevé et où tu trouves la solution pour faire chier un maximum de monde en ne passant pas l’arme à gauche.

Mourir à la guerre…C’est tout ce qu’il nous reste…
Ces paroles qu’elle avait un soir murmuré au creux de l’oreille de Saïd lui revenaient en mémoire. Mourir au combat c’était la seule mort qu’elle estimait acceptable pour sa petite personne, ça ou mourir dans une ruelle désaffecté, dans cette maison abandonné où sa sang pur de mère avait décidé de la laisser crever. Retourner à la source, cela avait quelque chose de poétique non ? Elle esquissa un léger sourire en l’écoutant, finissant par être interrompu, le cri provenant de l’intérieure, elle se crispa légèrement, pourtant, avec le temps et les 15 ans de coma la voix de Saïd avait changé, plus rauque, moins naziarde que la voix qu’il se trainait adolescent, il lui avait fallu 15 ans de coma pour muer ce con.


« Tu l’as dit toi-même, j’aime la merde… »

Conclu-t-elle simplement.

« Je vais m’occupez de vos petits copains, seulement pour voir leur gueule quand ils se rendront compte qu’ils me seront redevable… »

Retournant à l’intérieur de son appartement, Zoya referma la porte derrière elle, s’adossant à celle-ci avant de sortir la baguette de l’élastique de sa culotte. Observant celle-ci un instant, elle finit par la posé sur la table de la cuisine, retournant dans sa chambre, un sourire en coin elle observa Saïd qui l’attendait.

« Crois-moi, t’aurais pas aimé l’avoir dans ton lit »

Commenta-t-elle en s’approchant lentement de lui.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 15:33




Coupé en plein dans l'action, Saïd soupira, restant immobile contre le sol froid imbibé d'alcool renversé. Il en fallait bien moins qu'être privé d'un peu d'action torride pour faire éclater une rage folle chez l'Egyptien, pourtant il resta sagement là où Zoya l'avait laissé, observant le plafond avec lassitude. Le seul signe d'agacement fut qu'il se mordilla la lèvre inférieur, mais un sourire se dessina, témoignant d'un certain amusement.

Saïd n'accorda pas plus d'attention à l’intrus qui avait froidement coupé le couple dans leurs ébats que ce dernier en accorda à l'ex-Mangemort. Heureusement. Il capta simplement la voix bourrue d'un homme et celle calme et dédaigneuse de Zoya. Et alors que cela aurait put occasionner une violente guerre de territoire et un crise de jalousie, Saïd demeura immobile sur le sol simplement embêté en sentant sa passion enragée crier silencieusement sans être entendue.

Après un certain temps, un léger frisson le parcouru et il se sentit tout de même un peu stupide de rester ainsi sur le sol comme un objet inanimé abandonné. Se relevant difficilement, il souffla profondément dans une veine tentative de calmer son impatience. Rapidement, il se laissa retomber sur le lit sans éprouver plus de curiosité à l'égard de ce qu'un inconnu pouvait bien vouloir à Zoya à cette heure de la soirée.

Saïd se mit à nouveau à regarder le plafond comme s'il pouvait y voir autre chose que les tâches d'humidités et la peinture décrépie. Après tout, il l'avait attendu ainsi sur un lit pendant quinze ans, peut-être s'y était-il habitué à force. C'était si apaisant d'attendre dans des draps tièdes tout en ayant la certitude qu'elle lui reviendrait toujours. Même si la guerre était passée, Saïd avait toujours l'impression que cette sensation était la seule chose qui comptait, la seule chose de bien dans le bordel qu'était la vie. Peut-être n'aurait-il pas dû se réveiller du tout.

Il ferma les yeux, presque près à se laisser bercer jusque dans les bras de Morphée par la voix amer de Zoya, mais sa virilité lui rappela d'un douloureux élan que le rôle de la princesse dans sa tour n'était pas vraiment le sien. Saïd soupira, ennuyé même d'avoir à ouvrir la bouche pour faire revenir la jeune femme. Il l'ouvrit néanmoins avec la classe qu'on lui connaissait ponctuant chaque mot.

Zoya revint finalement au bercail avec un sourire que Saïd lui rendit sans grande malice. Il était simplement heureux de la revoir.
- Oh tu sais jamais, j'ai des goûts vraiment tordus. Y a qu'à voir qui j'accepte dans mon lit ces derniers temps. la nargua-t-il, mais même alors il n'y avait pas tant de moquerie que d'amour dans sa voix.
Ses yeux dorés la dévorèrent avec passion alors qu'elle s'approcha de lui et bien que tout son corps lui hurlait de se jeter bestialement sur la proie qu'il convoitait tant, il accueillit simplement Zoya contre son torse nu et bouillant et déposa un baiser sur la peau froide de ses épaules. Longuement, il huma son parfum de débauche comme la plus fraîche bouffée d'oxygène au monde et ferma les yeux.

- Je t'aime. soupira-t-il doucement contre son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 17:09

A nouveau à l’intérieur, elle pouvait à présent ressentir la chaleur sur sa peau, lui rappelant la fraicheur de la nuit et la tenue légère dans laquelle elle se baladait. Retournant vers sa chambre, elle découvrait Saïd sur son lit, attendant impatient qu’elle s’occupe de lui. Elle l’observa un moment, pensant à cette nouvelle mission, leur vie se résumait donc qu’à ça ? N’était-elle donc pas faite pour vivre dans une maison, loin de tout, trainer dans ses draps, s’embrasser, rire, s’aimer, fonder une famille…A cette pensée, sa gorge se noua légèrement, elle n’était pas faite pour être mère, le nombre incalculable de fois où elle avait fait pleurer l’autre gosse le prouvait mais surtout la vie le lui avait douloureusement rappelé quand ils décidèrent de prendre la vie de son petit garçon. Elle l’avait ignoré toute sa grossesse, comment aurait-elle pu s’occuper de lui ? Au fond, Zoya se sentait misérable, s’approchant pourtant sensuellement du lit, son regard de félin se posait sur le corps de Saïd, l’alcool embaumait la pièce alors qu’elle posa son genou sur le lit il l’accueilli tendrement dans ses bras, posant ses lèvres ardentes sur sa peau gelée. Elle n’avait pas relevé sa remarque, préférant y sourire plutôt qu’y répondre, et alors qu’il lui murmura ses trois mots qu’ils s’étaient souvent interdit de dire, elle releva légèrement la tête, cherchant le contact de ses yeux dans les siens. Elle se retourna, doucement, son corps se plaçant au-dessus de Saïd. Sa main se posant sur son visage, elle en caressant la joue.

« Je t’aime aussi »

Dit-elle avait sincérité avant de s’approcher, posant ses lèvres sur les siennes alors que doucement ses hanches se laissait aller à réchauffer son corps, sentant sous elle l’envie et la frustration de Saïd, ses lèvres avait encore le gout de whisky alors qu’elle s’en éloignait légèrement, l’ondulement de ses hanches était lent, sensuel.
Ses cheveux venaient doucement chatouiller les joues de Saïd, son regard enfoncé dans le sien, elle avait cette étrange sensation, un mauvais pressentiment, pourtant elle se laissait doucement à croire qu’ils avaient le droit à un peu de calme tous les deux, un moment où ils ne baiseraient pas mais ferait l’amour. Mais ses hanches continuaient leur danse suave venait éveiller chez elle le désir qu’elle avait laissé disparaitre en ouvrant cette porte. Son souffle se mélangeait à celui de l’ex-mangemort alors qu’elle se relevait légèrement. Assise contre sa virilité, elle continuait cette délicieusement danse du ventre alors que ses mains venaient faire glisser les bretelles de son soutien-gorge, libérant ce qui se cachait derrière, gonflé par le désir montant, elle le fixait, ses mains se posant alors sur son torse pour s’appuyer, s’aidant ainsi pour continuer son obscène petite danse.


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 21:14

Alastor Maugrey

Fol'Oeil



Alastor eu un petit sourire, ce qui lui donna plutôt l'air d'avoir soudainement mangé du citron cru. Cette gamine, il ne s'en était pas rendu compte mais elle lui avait manqué. Avec son jolie minois et son franc parler, elle était à la fois un délice pour les yeux et les oreilles et bien moins d'emmerde que les filles pleines d'élégance et de principes.

Recevant la confirmation que Zoya ferait le boulot, l'auror eu un bref mouvement de tête d'approbation. Il n'était pas sûr de vouloir Zoya refaire son entrée parmi les membres de l'Ordre persuadés qu'elle n'était qu'une traître, mais il garda ça pour lui. Il aurait bien le temps de gérer ça plus tard.

Semblant n'avoir rien d'autre à faire ou dire Maugrey secoua ses épaules comme un chien mouillé en se retournant sans autre forme d’au revoir. Ça n'était pas son genre et Zoya le savait très bien, c'est pourquoi la porte s'était fermée au moment même ou l'auror prenait son premier pas vers la sortie.

Quelque chose le retint cependant de transplaner directement jusqu'au QG de l'Ordre. Il avait besoin d'un moment pour réfléchir seul. Il se retourna vers la porte, son œil bleu observant Zoya regagner sa chambre à petits pas pressés. Quelque chose sous l'épaisse carapace de l'auror remua lorsqu'il s'attarda un peu plus sur son appartement miteux.

Cette gamine était un héro. Elle avait presque gagné la guerre à elle toute seule en sautant pied joint dans les sables mouvants. Et où était-elle maintenant ? Où l'avait-il laissé ? Au lit avec je ne sais quel minable dans un taudis moisi avec un gamin bousillé sur les bras. Peut-être était-ce pour cela qu'Alastor avait gardé ses contacts avec Zoya au minimum. Lorsqu'il la voyait pour l'aider à s'en sortir, ça allait, il avait l'impression de bien faire. Mais voyant le résultat de tous leurs efforts, Maugrey ne pouvait pas ne pas se sentir coupable. Un héro.

Au moins elle a quelqu'un pour garder son pieu au chaud. se força-t-il à penser mais quelque part cela ne l'aidait en rien à se sentir mieux.

Il aurait aimé voir Zoya avoir les honneurs qu'elle méritait. Il aurait aimé qu'elle puisse rentrer au QG avec lui. Il aurait aimé la voir se chamailler avec Sirius et manger une parte de tarte faite par Molly. Taquiner les enfants lorsqu'ils reviennent pour les vacances. Élaborer des plans avec eux. Elle aurait été un atout majeur, comme elle a toujours été.
Mais elle ne faisait pas partie de ce monde, de cette famille. Elle était son vilain petit canard, celle qui faisait son sale boulot. Allait-il vraiment l'accepter ? Était-il vraiment venu lui balancer un sac de bouse comme si c'était là le meilleur cadeau que la vie puisse lui offrir ?

Fol'Oeil demeura silencieux et immobile. Il finit par faire demi-tour et toquer presque timidement à la porte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 21:16




Son visage se craquela de rides en entendant ses mots. Bien sûr qu'elle l'aimait. Mais l'entendre l'emplit d'une douce chaleur et d'une joie qu'il ne pouvait contrôler. Illuminé du plus beau des sourires, il mêla sa bouche à la sienne sentant lentement leurs corps se rapprocher.
Dans un soupir à la fois de jouissance et de supplication, il dû néanmoins briser leur baiser en laissant sa tête tomber sur l'oreiller. Elle l'avait fait attendre bien trop longtemps pour se permettre de le torturer ainsi. Dévorant la belle Zoya des yeux, Saïd dû se faire violence pour ne pas pousser ses dernière râle d'agonie. D'un sourire accusateur, il lui signifia toute la frustration et le plaisir qu'elle lui procurait en le poussant à sa limite.

Mais Zoya devait bien savoir qu'en titillant la bête, elle finirait par la réveiller. Pensant être dans une humeur plutôt sage et calme, l'Egyptien ne put se contenir plus longtemps et agrippa le bras de la jeune femme pour la tirer alors qu'il la surplomba. Avec un sourire plein de malice, il embrassa courtement ses lèvres pulpeuse avant de lentement descendre vers leurs sœurs. La taquinant tout comme elle l'avait fait avec lui, il lui déposa de petits baisers sans pour autant réellement s'adonner à la danse. Remontant lentement le long de son ventre, il vint la défier du regard.

Mais l'homme qui toquait à la porte se fit plus insistant, attirant enfin l'attention du couple. Avec nouveau sourire mais celui-ci teinté d'agacement, Saïd accusa Zoya du regard d'avoir des connaissances aussi insistantes.
- Il le veux vraiment son plan à trois. plaisanta-t-il sans beaucoup d'entrain.
Avant que Zoya ne puisse faire quoique ce soit cependant, il prit soudainement et fermement ses poignets pour les plaquer contre la tête du lit. Avec férocité il vint embrasser son coup en la mordant presque. Tant de frustration qui exprimait son refus de se laisser interrompre.
- Ne me laisse pas. souffla-t-il fébrilement en l'emprisonnant de ses mains et son corps. Ses yeux dorés vinrent chercher ceux de Zoya. Jamais. dit-il avec fermeté et dans ses yeux brillèrent une étrange lueur de tristesse.

Mais l'homme à la porte continua de toquer et ne recevant pas de réponse, celui-ci se mit même à appeler de sa grosse voix bourrue. Malgré ses excuses pour le dérangement, Saïd se vit contraint de réagir. Il libéra Zoya de ses mains sans se soucier des possibles marques qu'il aurait pu lui laisser. Il soupira en se passant une main sur le visage.
- Pardon je... je sais pas... ne s'étant toujours pas éloigné de Zoya, il l'empêchait encore de se lever. Couvrant son visage d'une main il masqua son expression alors qu'il poussa un long soupir de fatigue. Je sais pas si je vais défoncer ou défoncer ce gars. déclara-t-il avec une neutralité quelque peu inquiétante.

Descendant du lit, il ne laissa pas le temps à Zoya de faire quoi que ce soit et alla droit vers la porte.
- Y en a un qu'a oublié un chapitre du Bro Code ! L'appel de la bite, tu connais pas le -?!
Comment ne pas reconnaître ce visage lacéré, cette stature massive et cet œil bleu qui se fixe sur vous comme se pointe la baguette de la Mort ?
Saïd se figea, sa main se refermant sur le vide froid de l'air nocturne. Alastor Maugrey, lui, avait l'atroce sensation de connaitre le lascar sans pouvoir mettre le doigt dessus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mar 27 Aoû - 22:15

Jusque-là son visage exprimait quelque chose de tendre, rare était les moments où tous deux se disaient ces mots. Au final, Zoya ne s’en était jamais plaint, ils n’avaient pas le temps de s’en lasser, le dire offrait toujours cette même sensation, ce doux effet apaisant, cette sensation que la terre pouvait bien s’arrêter de tourner, elle n’en aurait strictement rien à faire. Il était le seul à pouvoir lui faire ressentir autant de chose, oubliant déjà cette histoire de baguette. Il occupait l’entièreté de ses pensées, reprenant leur petit jeu là où elle l’avait laissé, elle souhaitait le rendre dingue comme il était capable de la rendre littéralement folle. Il lui agrippa soudainement le bras, une vive douleur se fit sentir mais rapidement associé à l’envie, elle l’oublia rapidement alors que ses yeux venaient soutenir son regard, son sourire accompagnant le sien. Il l’embrassa presque du bout des lèvres avant de descendre lentement, relevant l’une de ses jambes dans la perspective de ce qu’il s’apprêtait à faire, elle ferma lentement les yeux alors que sa respiration se faisant plus longues, plus profonde. Il ne fit pourtant que la titiller, attisant l’envie et la mélangeant à la frustration lorsqu’il remonta vers son nombril. Elle laissa échapper une plainte, elle semblait presque le supplier des yeux de la délivrer du feu ardant qui l’animait quand il la défiait lui du regard.

Mais rapidement le bruit de coup que l’on donne à sa porte venait interrompre encore une fois leur intimité. Sachant très bien qui se trouvait derrière ces coups, l’auror souhaitait y retourner mais il la devança, la plaquant contre le lit, liant ses mains au-dessus de sa tête. Le regard de Zoya se fit à la fois sévère et plus excité encore. Elle détestait lorsqu’il prenait autant le contrôle sur elle et pourtant, alors qu’il la maintenait ainsi sur le lit sans qu’elle ne puisse en bouger, elle l’aurait presque supplier de la prendre la, maintenant si elle ne ressentait pas tant de crainte au fond de ses tripes en entendant les coups se répéter à l’entrée de son appartement. Les paroles du serpentard eurent pourtant raison d’elle, effaçant ses peurs d’une facilité déconcertante, elle lui murmura :


« Je ne t’ai jamais quitter… »

Elle souhaitait l’embrasser mais Maugrey n’était pas un homme à abandonner aussi facilement, mêlant sa voix au cognement contre la porte, il fit perdre le peu de patience dont pouvait faire preuve l’ancien serpentard et Zoya redouta le pire lorsqu’il la libéra enfin, filant directement vers l’entrée. Elle roula rapidement or du lit, attrapant sa baguette qu’elle coinça dans son dos, elle remettait à nouveau son soutien-gorge en place lorsqu’elle arriva en courant dans l’entrée. Attrapant Saïd, elle l’attira un peu en arrière, se plaçant alors entre lui et Maugrey. Son regard posé sur son mentor, elle put rapidement comprendre qu’il ne l’avait pas reconnu même si elle savait que derrière elle, son amant ne pouvait pas oublier le visage de cet homme.

« Je crois qu’on sait tout dit…A moins que tu ai un autre paquet de merde à me déposer, je t'invite à retourner chez toi, t'ouvrir une bouteille et m'oublier un peu... »

Dit-elle à Maugrey, l’invitant derrière cette phrase à refaire demi-tour. Ce n’était pas dans les habitudes d’Alastor de revenir sur ses pas et elle craignait le pire. Un de ses mains se glissa dans son dos, contre Saïd, elle donnait l’impression de simplement caresser le torse de son amant en voulant le calmer mais en réalité, ses doigts enserraient déjà sa baguette. Elle le savait, tout se jouait à présent sur la réaction que pouvait avoir Saïd ou Maugrey. Et si elle devait choisir, son choix était déjà fait. Bien qu’elle prie que cette situation ne s’envenime pas, elle ne souhaitait pas pointer Alastor de sa baguette mais elle ne laisserait personne lui arracher ce qu’elle avait attendu pendant 15 ans. Ils leur avaient tout prit, sauf lui…Et elle n’était pas prête à abandonner. Elle ne l’avait jamais quitté et ne le quittera jamais.

Elle savait qu'elle n'avait pas été facile avec lui dans ces dernières paroles, cela avait toujours été, revoir Alastor avait fait resurgir des souvenirs qu'elle souhaitait oublier dans les bras de Saïd. Elle ne tenait pas Fol'oeil comme étant le facteur de la déchéance de sa vie, elle avait accepter cette mission il y a plus de 15 ans, c'était sa responsabilité, et il était le seul à ne pas lui avoir craché dessus après, les choses étaient clair pour elle et elle l'espérait en cet instant qu'elle le serait pour lui.


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Mer 28 Aoû - 16:09


Attaquer, ne pas attaquer ? Heureusement pour tout le monde le corps de Saïd attendit la réponse de son cerveau pour faire quoi que ce soit. La décision ne se faisant pas, l'ex-mangemort resta bête et tétanisé devant l'auror qui le dévisageait avec méfiance.
Zoya ne tarda pas à se mettre entre les deux hommes et ennemis. Elle comprit que Fol'Oeil n'avait pas encore reconnu le jeune Mangemort supposé être mort depuis quinze ans et tenta de faire comme s'ils ne venaient pas de marcher sur la plus grosse mine du monde.

Maintenant que la jeune femme était là, Alastor cessa de fixer l'inconnu bien que ne pas pouvoir mettre un nom sur cette tête familière le rendait un peu fou. Il voulu justifier sa nouvelle intrusion dans la petite vie de Zoya mais l'expression choquée de son compagnon l'empêcha de songer à autre chose que "qui c'est ce guignol et pourquoi il me regarde comme ça." Son regard se reporta sur son visage. Des origines étrangères, un air de gamin insupportable...

- T'a raison, celui là je le veux pas dans mon lit. finit-il par dire d'une voix étranglée, clignant des yeux comme s'il venait de se réveiller d'un cauchemar. Pardon mon gars mais t'es vraiment moche ! Pourquoi toutes ces cicatrices ? demanda Saïd en prenant lentement Zoya dans ses bras. Il n'était pas sûr de savoir si c'était pour la protéger d'un de ses pires ennemis ou pour se protéger lui même du meilleur auror de la guerre.

Fol'Oeil grogna, oui c'était bien un gamin insupportable. La colère lui fit cependant oublier son sentiment de déjà vu un instant. La remarque semblait justifier le choc dont l'homme avait fait preuve en voyant Alastor, il ne semblait pas le connaitre. Peut-être n'était-ce qu'une impression.
- Ouai je sais, j'suis pas aussi belle que toi princesse. cracha-t-il. Ses yeux vinrent une nouvelle fois détailler l'inconnu et il remarqua qu'il n'était pas le seul à avoir la peau tailladée de cicatrices. Mais je vois que tu t'y connais quand même en cicatrices.

- Oh ça ! Ben tu connais la demoiselle ! Une vrai bête. Je lui ai demandé de pas toucher à mon beau visage mais toi je vois qu'elle t'as pas loupé. répondit Saïd avec désinvolture. Fol'Oeil ne répondit pas mais un rictus passa sur ses lèvres sèches. Insupportable, mais plutôt marrant comme lascar.

- Ouai mais je viens pas pour un plan à trois. Désolé d'interrompre... l'appel de la bite. Mais Zoya je me disais ça fait tellement longtemps. Pourquoi on ouvrirait pas une bouteille ensemble, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Ven 30 Aoû - 13:05

La situation devenait critique, l’adrénaline venait électriser le bout de ses doigts qui enserrait doucement sa baguette dans son dos, attendant ce moment critique où elle devrait la sortir. Ce fut les bras de l’ancien serpentard qui venait doucement la ramener sur terre, calmant le rythme de son cœur, elle lâcha simplement sa baguette, la laissant coincé à l’arrière de son jeans. Pour l’instant il semblait avoir compris que l’auror ne l’avait pas reconnu, jouant le jeu. Pourtant, Zoya ne souhaitait pas voir cette situation s’éterniser, plus ils passeraient du temps en la présence de Fol’œil plus elle prenait le risque qu’il finisse par le reconnaitre et là…
Se lançant joyeusement des piques, l’ironie de la situation l’aurait presque amusé, en d’autre temps, l’ex serdaigle en était persuadé, ces deux-là se serait entendu comme larrons en foire. Elle fronça malgré tous les sourcils en entendant les allusions sur sa personne. La guerre n’avait loupé aucune des trois personnes présentes dans cette pièce. Le corps de Zoya présentait aussi les marques des combats passés, les traces d’une autre vie.


« On va jouer à qui a la plus grosse encore longtemps ? »

Soupira-t-elle, se retrouvant soudainement surprise par la proposition de Maugrey, il voulait boire un verre ? Pourquoi maintenant ? Cela faisait des années qu’il n’avait pas foutu les pieds dans son appartement, des années qu’il n’avait pas pris de nouvelle d’elle…Elle le fixa, la colère montait en elle sans qu’elle ne puisse le contrôler, l’alcool qu’elle avait ingurgité bien avant son arrivé l’aidait à se mettre dans cette état.

« C’est plus de 10 ans plus tard que tu t’inquiètes pour ma gueule ? »

Elle se détacha des bras de Saïd, allant malgré tout chercher une bouteille et des verres. Elel le savait, le mettre à la porte ne ferait qu’induire la méfiance, elle n’aurait jamais refusé un verre en temps normal et même si cette situation était loin d’être normal, elle se devait de le rester. Jouer le jeu, c’était la meilleure façon de le mettre dehors sans qu’il se doute de quoi que ce soit. Elle prit la baguette qu’il lui avait ramené au passage, l’éloignant ainsi des yeux de Saïd, elle la coinça avec la sienne dans son dos.
Posant les verres, elle ouvrit la bouteille de whisky purefeu, l’autre s’étant déversé sur le parquet de sa chambre. Remplissant les verres, elle les éloigna les uns des autres, un en face de Maugrey, l’autre près de Saïd, le dernier pour elle.


« Et tu veux boire à quoi ? »

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Dim 1 Sep - 17:31


Les deux hommes eurent le même sourire alors que Zoya mit fin à leur échange. Tous deux n'étaient pas insensible à cette douce poésie dont la jeune femme pouvait faire preuve.

Maugrey n'eu pas de réaction par rapport à la remarque de son ancienne collègue et amie. Il savait bien qu'il l'avait laissé tombé dans le pire des bousiers, lui tendant la main pour la remonter un peu, se croyant le plus grand des seigneurs. C'était pour corriger le tir qu'il avait décidé de passer plus de temps avec elle, même s'il devait s'imposer. Il fut heureux de voir la brunette se détacher de son copain pour aller leur chercher à boire. Le gamin ne s'écarta pas du chemin pour le laisser passer mais ayant déjà comprit qu'il avait de toute façon affaire à un Trouduc, Alastor fit son propre chemin en le bousculant un peu.

Saïd, lui s'efforçait de garder un visage aussi fermé que l'auror mais il n'avait pas des milliers de cicatrices et de boursouflures pour l'aider à cacher les tressaillements de ses nerfs faciaux. 10 ans. Ces simples mots l'avaient renvoyé à une période qu'aucun des trois personnes présentes ici ne voulait se remémoré.
Un peu déboussolé et stressé, Saïd n'avait qu'assimiler le fait qu'Alastor Maugrey était un auror puissant et donc une grande menace pour lui. Il avait aussi comprit que Zoya le connaissait et qu'il fallait la jouer fine pour ne pas se faire détruire la tronche.
Mais un simple coup d’œil derrière lui et un tout autre tableau s'afficha dans l'esprit de Saïd S. Wilkes. Comme s'il avait perdu l'habilité de comprendre les choses aussi bien qu'à la guerre, il la retrouva soudainement et avec elle toutes les atroces vérités. Zoya connaissait Maugrey parce qu'elle était auror. C'était même sûrement lui qui lui avait donné la mission de se mêler de ce qui ne la regardait pas. Et aujourd'hui, elle le laissait rentrer chez elle. Parce qu'elle était toujours auror.

Il ne savait pas quelle merde avait bien pu embrumer son cerveau pour qu'il ne s'en rende compte que maintenant. Tout heureux et amoureux, comment était-il parvenu à croire que quelque chose avait changé ? Figé sur place, Saïd sentit ses muscles se serrer et une infime partie de son cerveau lui disait qu'il n'avait que quelques secondes avant que quelqu'un ne se rende compte que quelque chose n'allait pas. Mais il ne parvint pas à se retourner. Les voir tous les deux autour d'un verre allait le faire gerber.

- Tu bois toujours de la merde. constata Maugrey avec un petit rire en prenant son verre. Il ne s'était pas vraiment rendu compte que le troisième verre restait sans propriétaire. Ou alors il l'avait remarqué mais il était plutôt content que l'autre leur laisse ce petit moment de retrouvailles sans ramener ses bouclettes. Bouclettes...

- Pourquoi pas aux dix années années qu'on doit rattraper ? Il va te falloir plus de bouteilles... répondit-il, son attention attirée à nouveau par Zoya et son joli minois nonchalant.

C'est quelques micro-secondes plus tard qu'il ne l'aurait remarquer normalement que l'auror aperçu une ombre derrière lui et quelque chose s'abattre sur sa tête grâce à son œil magique qui virevolta dans son orbite. Vif comme un homme de vingt-ans, Alastor dégaina sa baguette et visa l'arme qui n'était qu'à quelque millimètre de son crâne d'un éclair blanc. La bouteille explosa en mille morceaux mais son contenu se répandit sur le sorcier. Aucunement déboussolé, il fit filer sa baguette vers l'auteur de l'agression qui était bien évidemment le copain. Il s'apprêta à le stupéfixer mais alors que tout être humain reculerait à la vue d'une baguette pointée sur lui, l'homme fonça vers Maugrey pour empoigner sa baguette à main nue. Agrippant l'arme de l'auror, Saïd parvint à dévier le sort qui s'échoua violemment dans le mur opposé.
Ne faisant pas attention à la douleur aiguë qui se répandait dans sa main à cause d'un sort de protection dont Fol'Oeil avait possiblement doté sa baguette, l'ex-mangemort donna de violents coups de coudes dans le bras du sorcier pour lui faire lâcher sa baguette. La main d'Alastor restait crispée sur sa baguette mais incapable de faire quoi que ce soit contre la violence que déchaînait le brun, il finit par sentir la baguette quitter ses doigts révulsés par la douleur.

L'homme lança un regard vers sa victime, et il procura à ce dernier la seule confirmation dont il avait besoin pour le reconnaître. Cette rage matérialisée en un être de chair. Cette pourriture transpirant le mal. Et cette lueur, cette haine pure brillant dans ces yeux.

- C'est impossible.

La lueur disparue aussi vite qu'elle pouvait apparaître dans les yeux de Saïd et comme se réveillant d'un doux rêve, le jeune homme observa l'auror le dévisager avec horreur. L'avait-il reconnu ? La haine jubilait à cette idée mais la peur préféra en douter. Et maintenant quoi ? demanda son cerveau à qui on avait clairement pas demandé l'avis pour ce soudain élan de violence.
Je les emmerdes. s'était-il dit en les voyant trinquer à leur passé et à leur futur. Qu'ils crèvent. s'était-il entendu crier alors qu'il se ruait sur l'auror. Mais maintenant que l’adrénaline retombait, il devenait de plus en plus évident que celui qui allait crever, était Saïd S. Wilkes.
Mais était-ce plus mal ?

Les yeux de Saïd cherchèrent inconsciemment le regard de celle qu'il avait fixé en mourant la première fois. Zoya. Serait-elle plus heureuse en trinquant avec ce vieillard défiguré sans le voir tout bousiller dans sa vie ? Avait-elle toujours étée ainsi, à la recherche d'un petit verre avec ses petits copains aurors ? Aurait-il dû en finir avec elle avant qu'elle ne vienne tout bousiller dans sa vie ?
Terrifié, horrifié, il fixa Zoya sans savoir quoi faire. Une partie de lui lui hurlait de se jeter sur elle et l'étrangler comme il l'avait si souvent voulu faire. Voir la vie s'éteindre dans ses yeux, la dernière chose qu'il verrait à tout jamais.

-C'est impossi... répéta Fol'Oeil qui n'avait cessé de fixer l'homme revenu des morts. Mais son regard finit par suivre les yeux de son agresseur et ce qu'il trouva fut la réponse à l'impossible. Zoya.
Il sait ! siffla une voix à ses oreilles mais Saïd ne pu quitter Zoya des yeux. Il sait tout ! siffla-t-elle de plus belle et quelque chose en l’Égyptien comprit que ça n'était plus qu'à propos de lui. Elle aussi était en danger. Sans avoir le temps de comprendre exactement pourquoi, il pouvait le sentir dans ses tripes. Quelque chose se tordait, se débattait, hurlait comme une bête enragée. Hurlait le nom de cette femme. Zoya.  
Une expression s'afficha sur le visage horrifié de Saïd, une expression inchangée malgré les années. Cette même expression lorsque que quinze ans auparavant, en plein milieu de la guerre, Saïd avait comprit que Zoya était en danger. Cours, lui hurla-t-il muettement. COURS !

Abattant son coude dans le visage de Fol'Oeil, Saïd finit de réveiller la bête et s'élança dehors à toutes jambes. Il entendit l'auror se ruer derrière lui à la manière de cents mammouths enragés, mais il savait que bientôt Alastor Maugrey ne se fatiguerait pas à clopiner et transplanerait exactement là où il devait. Lui, n'avait aucun moyen de se défendre, mais il pouvait au moins la défendre elle. Il fallait juste qu'il court le plus loin possible, le plus longtemps possible et qu'elle en fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Dim 1 Sep - 18:46


Ce n’était pas vraiment l’envie qui l’amenait à chercher ces verres, ni cette bouteille. Tout ce qu’elle souhaitait c’était noyer le poisson, ou plutôt l’endormir avec un peu d’alcool, qu’il reparte avec la certitude d’avoir fait quelque chose de bien dans la vie de Zoya et qu’il ne revienne la voir que dans dix ans…Les années passées à mentir l’avait pleinement entraîné à pouvoir tromper qui elle le voulait, Fol’œil y compris. Il semblait y voir que du feu quand elle posa les verres, ne remarquant pas la panique totale qui opérait en elle, la respiration qu’elle s’efforçait de contrôlé. Elle regarda son verre, se perdant dans la couleur ambré du liquide alors qu’elle laissa simplement échappé un sourire à la remarque de Maugrey. Tout ça sonnait si faux, comment pouvait-il seulement y croire au fond ? Elle était en colère contre l’ordre, leur en voulait de lui avoir absolument tout prix pour ensuite simplement l’abandonné sur le bord de la route. Si elle n’en voulait pas directement à Alastor, il n’en restait pas moins qu’aujourd’hui demeurait toujours cette unique question : qui était-elle ? Membre de l’ordre, auror, mangemort, une babysitter ? Elle n’avait plus aucune identité. La seule chose dont elle était certaine, la seule chose qu’elle souhaitait réellement dans sa vie plus que n’importe qui d’autre, c’était…

Ses yeux se levèrent vers Saïd, à l’instant même où il tenta de fracasser une bouteille sur le crâne d’Alastor, la scène avait été si rapide, le temps de quelque seconde, son cœur laissa échappé une décharge, son verre s’éclata à ses pieds, des morceaux de verre venant se planter dans sa peau. La douleur aurait pu la réveiller de ce cauchemar quand l’alcool vient s’insinuer sur les petites plaies. Mais elle resta complètement interdite devant la scène qui se jouait devant elle, il comprenait, il savait, le reconnaissait et confirmait cela dans sa remarque, impossible ? Rien n’était impossible pour Zoya à moins de bouffer les pissenlits par la racine. Ses yeux se posèrent sur Saïd et ce regard, ce regard l’emportait plus de dix ans en arrière, dans cette maison, l’ancien Q.G., pourtant il le savait, la serdaigle ne l’abandonnerait pas. Cherchant pourtant à faire diversion, il frappa l’auror avant de fuir. Le bougre courant après lui. Il n’avait aucune chance de s’en échappé, sans baguette, et devant Alastor. Sa baguette entre les mains, elle transplana, réapparaissant dans la ruelle, entre Saïd et lui…Baguette à la main, elle la pointait vers Maugrey. Il avait oublié quelque chose dans son équation lorsqu’il partit à la poursuite de l’ancien mangemort, c’était bien son élève.

Le stupefix qu’elle lança le toucha de plein fouet, et dans ce sombre quartier, les sorciers avaient pour habitude de ne pas observer par la fenêtre, sourd, muet et aveugle, sans compter que Zoya trainait une putain de réputation. La baguette toujours pointé sur l’Auror, elle s’approcha de celui-ci :


« Allez-vous faire foutre toi et tes petits copains ! »

Elle s’accroupissait, ses pieds ensanglanter ne semblait pas la faire souffrir outre mesure. Elle avait connu bien d’autre douleur durant la guerre, Maugrey pouvait-il seulement imaginer ce qu’elle avait dû endurer pour pouvoir être le petit pion qu’il souhaitait qu’elle soit sur son plateau de jeu ? Ses bras venaient entourer ses jambes.

« Je vous ai absolument tout donné…Mon identité, mes parents, ma vie… »

Elle marqua une pause en fixant Maugrey…

« Mon fils… »

Laissa-t-elle échappé avec difficulté.

« Et malgré tout ça vous n’en avez pas encore assez… »

Un rire s’échappa de ses lèvres alors que ses yeux s’embrouillait légèrement.

« Tu peux me demandez de remuer la merde pour vos beaux yeux, je le ferai juste pour le plaisir de pouvoir cogner quelqu’un et avoir une bonne raison de le faire, mais si tu me demande de faire un choix Maugrey…Entre lui, ou vous…Sois sur d’une chose… »

Elle se pencha un peu en avant, le fixant droit dans les yeux :

« Ce sera toujours Lui… »

Sa main vint attraper la baguette de Fol’œil, elle se leva et fini par libéré le vieillard de son sortilège.

« Casses-toi ou bas-toi, crois-moi quand je te dis que j’aurais préféré ne pas en arriver-là…Permets-moi juste de te rappeler que tu me fais perdre un temps précieux pour retrouver les enfoirés que tu recherches…Et comme tu l’as déjà dit, je suis déjà en retard… »

D'un geste, elle lança la baguette d'Alastor à ses pieds, le regard gris posé sur lui, elle le fixait, sur d'elle, confiante, parce qu'elle était sérieuse dans chacun de ces mots. Elle s'était battu pour la liberté, pour cette guerre qui n'avait jamais vraiment été la sienne, mais aujourd'hui cela allait bien au-delà que de lui demander de renoncer l'entièreté de sa vie...Saïd valait bien plus que ça.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Lun 2 Sep - 8:49


Un craquement se fit entendre et sentant la Mort lui souffler dans le coup, Saïd se figea. Même pour Zoya, même avec toute cette merde, il ne pouvait se permettre de mourir comme un lâche, frappé dans le dos alors qu'il courait pour sa vie. Se retournant, la peur au ventre et la haine brillant dans ses yeux dorés, Saïd s'attendit à faire face au plus laid des bourreaux. Mais il ne lui fallu qu'une fraction de secondes pour reconnaître la chevelure blonde de Zoya. Comment avoir plus peur que lorsque sa propre vie est en danger ? Saïd ne le savait pas pourtant il se sentit changé en pierre en comprenant que cette garce avait décidée de se mettre entre lui et l'auror.

- ZOYA NON ! rugit-il avec force mais la jeune femme avait déjà attaqué son ancien mentor.

Horrifié, Saïd vit son ennemi tomber. Ça n'était pas une victoire car même si grâce à cela il pouvait respirer quelques bouffées d'air de plus, cela signifiait surtout que Zoya expirait peut-être ses derniers souffles. Elle venait de frapper un auror, un membre de l'Ordre du Phoenix et Saïd savait que cela signifiait qu'elle n'avait définitivement nulle part où aller, aucune appartenance. Jamais elle n'avait été Mangemort, mais maintenant qu'elle n'était plus non plus la taupe de l'Ordre, elle se trouvait ennemi des deux entités de la guerre. Le seul qui se trouvait dans son camp se figea de terreur de la voir le choisir lui plutôt que ses ennemis jurés.

- C'est bon Zoya, on se tire ! appela-t-il en la voyant s'éterniser autour de Maugrey. Regardant autour de lui, il se rendit compte que crier ainsi dans les rues endormies de Pré Au Lard n'était peut-être pas la meilleure chose à faire. Furieux, il bougea enfin de l'endroit où il s'attendait à tomber pour tirer Zoya de sa tirade dramatique. Quelque chose le figea à nouveau. Quelques mots.


Les yeux exorbités, Fol'Oeil ne put que tuer Zoya de son regard fou. Comment avait-elle pu ? Comment avait-elle osé ? Se retourner contre lui et l'Ordre du Phoenix ? Et abriter une raclure comme lui ? Pire encore, le cacher et le protéger ? Qui était cette femme qui l'observait avec tant de haine ? Alastor ne parvenait pas à comprendre.
Se serait-il trompé ? Se serait-il fait avoir ? Avait-elle toujours été de leur côté ? S'était-elle moquée de lui ? Impossible. L'image de la petite sorcière pleine d'énergie et ayant des plus grosses couilles que certains sorciers plus âgés. Cette sorcière si belle et si forte, brillante de courage. Voilà qui était Zoya avant qu'il ne la balance dans les bras du Diable.

Elle lui cracha toute sa rancœur au visage et au lieu de se battre de plus belle, Maugrey se sentit doucement faiblir. C'était sa faute. Se battre dans le camp des bons ne faisait pas de lui quelqu'un de bien, au contraire, il s'était toujours pensé plus puissant car moins handicapé par tous les complexes de morale et de bienséance que s'imposaient les autres membres de l'Ordre.
Comment pouvait-il lui en vouloir ? A cette petite gamine si forte ? Elle pouvait tout lui faire, ça n'égalerait pas ce qu'il lui avait endurer. Il l'avait jetée dans la pire des tempêtes en lui demandant de lui ramener des trésors des profondeurs. Elle l'avait fait, au péril de sa vie, et au lieu de lui tendre la main pour la faire sortir, il lui avait gentiment tapoté la tête et l'avait laissé là. Pas étonnant qu'elle s'était accrochée à la première branche qu'elle avait trouvé.

Abattu, l'auror ne se rendit pas tout de suite compte qu'il avait été libéré du sort. Maladroitement, il se releva et dû se faire violence pour se tenir droit et regarder Zoya dans les yeux. Il s'y força et n'accorda aucune attention à sa baguette qu'on lui rendit vulgairement.
- Je peux pas te laisser faire ça Zoya. dit-il calmement. Sa voix rauque cacha les petits tremblements de rage et de tristesse qui teintaient ses paroles. Il ne fit aucun geste vers sa baguette. Il ne pouvait pas faire de mal à Zoya, pas encore.
- La guerre est finie gamine. On a gagné. Je t'ai dit que j'allais t'aider à t'en sortir, alors ne me demande pas de t'abandonner encore une fois. Pas comme ça. Pas avec lui.
L'auror ferma les yeux un instant pour s'empêcher de regarder Wilkes. Il avait déjà envie d'agripper Zoya et l'emmener loin d'ici, dans le confort et la sécurité de l'Ordre comme il aurait dû le faire il y a bien longtemps et il sentait bien que voir cette raclure ne l'aiderait pas à se contrôler.

- Laisse-moi t'aider, je t'en supplie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Lun 2 Sep - 10:10


La voix de Saïd attirait à peine l’attention de Zoya, ses yeux fixés sur Maugrey, elle se rendait doucement compte de cette folle situation. Quelque chose en elle se brisait, une partie de son humanité peut-être…Se retourner contre lui, c’était la dernière personne sur qui elle avait envie de pointer sa baguette et pourtant, les souvenirs de cette guerre lui revenaient si facilement en mémoire, les endoloris, le mal qu’elle avait dû faire à d’autre personne pour justifier sa présence dans ce putain de camp et les regards qu’elle avait dû supporter. Cela lui semblait presque idiot d’y accorder autant d’importance mais au fond, cela lui rappelait simplement quelque chose : elle se haïssait. Pour ce qu’elle avait fait à ses parents, quitter leur vie, mutiler leur mémoire, pour ce qu’elle avait fait au Londubat, les torturés, les abandonnés…Pour ce qu’elle avait fait à son enfant…L’ignorer, jusqu’à ce qu’il se pointe, avoir osé penser qu’il était préférable que l’enfant meurt et regretter amèrement ses pensées quand le corps inertes du bébé est posés sur elle.

Sa mâchoire se crispait alors qu’elle écoutait Maugrey, elle baissa la tête, laissant un rire échapper. L’ironie de ces mots venait doucement la faire sourire, relevant les yeux sur l’Auror, elle reprit la parole.


« Il y a plus de dix ans que la guerre s’est terminés Alastor… »

Et c’était seulement au bout de dix ans qu’il revenait frapper à sa porte, plein de bon sentiment ? Elle avait su se débrouiller jusqu’à maintenant, elle avait eu un semblant de vie, son boulot était devenue l’unique chose qui la faisait vibrer et même ça on avait décidé de le lui enlever.

« Et on ne l’a pas gagné… »

Elle laissa sa baguette se poser sur son front, dessinant un éclair alors que son sourire se teintait de sarcasme. Il était difficile d’avaler l’idée que le réel point final de cette guerre eut été un nourrisson. Cela rendait tout ce qu’ils avaient vécu si insignifiant…

« Et elle n’est pas fini, si c’était le cas, tu n’aurais pas frappé à ma porte Maugrey, un coli à la main, de belle parole dans la bouche, si c’était le cas toi et tes petits copains vous ne feriez pas de putain de tea party en souvenir du bon vieux temps…Ne me prend pas pour plus conne que j’en ai l’air, j’ai senti Son arrivé avant même que vous ne commenciez à admettre cette éventualité que peut-être, un bébé ne suffisait pas pour le battre... »

Posant la pointe de sa baguette sur son avant-bras, elle laissa la marque apparaitre doucement, fronçant les sourcils en sentant cette brulure de l’intérieur. Elle avait beau l’avoir senti mainte et mainte fois, cette douleur elle ne s’y ferait jamais.

« Le jour où elle est réapparut je savais que tu finirais par pleurnicher devant ma porte parce que ta petite bande ne sera jamais capable de faire ce qu’il faut quand il le faut, mais en voyant cette marque et en me souvenant de toute ce qu’elle signifie, je me suis promis une chose Maugrey…Les règles du jeu, cette fois, c’est moi qui les décide. »

Plantant ses iris dans l’œil valide d’Alastor, il devait pourtant savoir une chose :

« Toi et moi on sait comment ça se terminera, si je dois crevé se sera sur un putain de champs de bataille, les tripes à l’air, la baguette à la main, la merde plein le visage et du bon côté »

Comme Saïd lui avait si justement rappelé qu’il resterait à jamais Saïd Wilkes, grand mangemort et tueur de sang-froid, Zoya resterait cette même connasse se battant pour son idéal. C’était une réalité à laquelle elle s’était faite, changé le mangemort n’avait jamais fait partie de ces plans, ils avaient passé leur vie à se battre, se chercher, se trouver, l’unique raison pour laquelle elle le protégeait c’est qu’elle ne voulait pas le perdre, peu importait le prix, la vie des autres lui importait peu…Sa vie à elle n’avait jamais importé pour les autres pourquoi devrait-elle s’en soucier à son tour ?

« Et puis dis-moi franchement, qui d'autre que moi serait capable de s'occuper de votre petit merdier ? Je sais que tu fulmine... » Elle esquissa un sourire, presque mesquin: « Tu n'as pas besoin de quelqu'un avec des principes, t'a pas besoin d'un super héro Alastor, tu n'as jamais eu besoin de ça...Tout ce que tu veux...C'est quelqu'un qui n'a rien à perdre »

Reprenant les propres paroles que Maugrey lui avait tenu il y a des années quand il lui avait demandé de tout laisser pour s'infiltrer, il n'y avait qu'à elle qui pouvait le demander, parce qu'elle n'avait rien à perdre...

« Le jeu est le même...Il n'y a que les règles qui ont changé »

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Visite innopinée   Lun 2 Sep - 16:39

Alastor Maugrey

Fol'Oeil



Quelque chose se brisa en Alastor lorsque Zoya mentionna Harry Potter. C'était de l'amertume qu'il voyait dans les yeux de la jeune femme, comme si ne pas avoir tué Voldemort elle-même équivalait à une défaite.
Maugrey se souvint avoir sentit quelque chose de similaire en apprenant l'histoire du garçon qui a survécu. Cette victoire si étrange qui lui avait laissé un sentiment de vide et de déséquilibre. Les Potter étaient mort et avec eux disparaissait le Seigneur des Ténèbres, ne laissant derrière eux qu'un bambin terrifié et sa marque étrange sur le front. "Et c'est tout ? C'est fini ?" se rappelle-t-il s'être demandé et continuant à chasser les Mangemorts et les criminels en tant qu'auror, il avait finit par s'y faire.

Les mots de Zoya le frappèrent avec force car il ne pouvait entendre dans ses paroles que la vérité. Elle faisait résonner en lui des sentiments qu'il s'était efforcé de ravaler. Qu'est-ce qui était mieux que la victoire, n'est-ce pas ? Mais sa fierté avait été blessée tout autant si ce n'est plus que celle de Zoya. Il s'était tant battu, avait tant perdu dans cette guerre, tout ça pour qu'un bébé miraculé se révèle être la solution.
Et avait-ce été la solution ? Voldemort était revenu, avait retrouvé sa force et ses troupes. La guerre repointait doucement le bout de son nez et Maugrey ne pouvait ne pas remarquer que l'Ordre se composait maintenant autant de gamins que de sorciers d'expérience. Avaient-ils vraiment gagné ? Alastor ne pouvait s'empêcher de penser qu'ils auraient pu gagner la guerre des années auparavant, mettre un terme à tout cela. Ce qu'ils avait pensé comme étant la fin de Lord Voldemort se révélait être au final un simple congé sabbatique.

Ils avaient simplement gagné une bataille et par accident qui plus est.

C'est avec horreur qu'Alastor se rendait petit à petit compte que la guerre, elle, n'était peut-être qu'en train de commencer. Et qu'avaient-ils pour se défendre cette fois-ci ? Des sorciers ramollis par les années de paix, des familles bousillés, des gamins inconscients et apeurés.
Remus, hanté par ses pertes.
Sirius rendu fou par Azkaban avec le ministère à ses trousses.
Amy détruite par les secrets et les mensonges, tout juste obligée de tout abandonner.
Harry Potter, la clé mais aussi le problème, toujours à protéger, à surveiller.
Et Dumbledore. Avait-il jamais été là ?

Peut-être était-ce pour cela qu'Alastor avait foncé droit chez Zoya. Cette gamine si forte qui ne l'avait jamais laissé tombé. Il croyait au moins compter sur elle, mais il était obligé d'ouvrir les yeux. Si quelqu'un avait perdu quelque chose dans la guerre, c'était bien Zoya Horlov. Elle s'était perdue elle-même.

L'auror sentit son estomac se contracter à la vue de la marque des Ténèbres apparaissant sur ce bras lisse et pâle. C'était si insupportable que même son œil magique ne put la fixer très longtemps avant de détourner le regard. La seule sur qui il pouvait toujours compter, la seul qu'il savait assez forte, aussi forte que lui pour gérer toute la merde du monde, il l'avait poussé dans le mauvais camp.

- Ça va, t'a fini ton monologue ? la coupa-t-il la mâchoire et les poings serrés. Il ne trouvait rien d'autre pour la contre dire mais il s'avait qu'il n'en supporterait pas d'avantage. La rage et la culpabilité créait un mélange étrange dans ses veines qui lui donnait à la fois de prendre Zoya dans ses bras et de lui briser la nuque. Quelle idiote. Aussi débile que lui.

- J'ai compris, tu hais l'Ordre, tu me hais, tu hais le monde. Je devais me douter qu'on pourrait pas boire un coup sans que tu sois une vrai chieuse et que ton petit copain essaye de me tuer. Mais écoute-moi bien, j'suis pas venu faire copain copain Zoya, j'suis venu te sortir de la merde où je t'ai laissé croupir. Je t'ai utilisé et aujourd'hui encore, je te demande pas ton avis.
D'un mouvement rapide de son index, sans même avoir à prononcer la moindre formule, Maugrey fit voler sa baguette du sol à sa main. En une fraction de seconde, juste le temps qu'il fallut à Zoya pour comprendre qu'Alastor n'avait eu besoin que d'un simple geste du doigt pour récupérer sa baguette, il disparu dans un nuage de fumée blanche.

Réapparaissant derrière Wilkes qui n'avait toujours pas bougé à quelques mètres derrière Zoya, observant la scène comme un vrai demeuré, il le saisit par derrière, enserrant sa trachée de son bras fort et épais. La magie n'avait pas beaucoup eu de succès sur le Mangemort et il était approprié d'user de la force physique avec celui-ci en particulier. C'est vrai, pourquoi s'embêter à manier une arme ? Il pouvait très bien lui briser la nuque en quelques secondes. Wilkes se débattit faiblement entre ses bras, s'accrochant aux dernières secondes qui lui restaient à vivre.
L'oeil magique sursauta alors qu'il remarqua Zoya, fonçant droit sur les deux hommes. Elle non plus ne semblait plus se gêner de l’utilisation de sa baguette et semblait déterminée à se ruer sur eux. Se trouvant derrière sa victime, Alastor s'offrait de toute manière un bon bouclier contre toutes tentatives de riposte de la part de Zoya.
Mais alors qu'elle arrivait près d'eux, Maugrey la vit tendre la main et sentit sous lui le Mangemort faire de même. Il comprit une micro seconde à temps que les fous tentaient de fuir en transplanant. S'ils embarquaient Alastor avec, ils étaient presque certains de voir quelqu'un se faire désartibuler. Mais l'auror ne pouvait pas se permettre de voir ce quelqu'un être Zoya. Choqué et paniqué, il fit le choix de lâcher sa victime juste à temps pour sentir l'air devant lui se comprimer dans un "crac" sonore.

Ils étaient partis.

Horrifié, perdu, seul, Fol'Oeil resta au même endroit pendant près de trois minutes pour se remettre de ce qu'il venait de se passer. Saïd S. Wilkes était vivant et avec lui était partie Zoya. Pour chasser les mercenaires ? Il n'était même pas sûr.

- Tu es un membre de l'Ordre gamine, pas une Mangemort. dit-il dans le vide, comme les innombrables fois où il l'avait répété à Zoya pendant la guerre, espérant follement que ses mots l'atteindraient peu importe où elle s'était échouée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Visite innopinée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Visite innopinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Vidéo] Visite guidée de AKIHABARA.
» visite de la cathédrale
» Visite virtuelle du "USS Pampanito"
» Visite sur le pont-levis
» Visite du général De Gaulle à Bruxelles (libération)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Village de Pré-Au-Lard :: Appartement de Zoya Horlov-