AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 I'll sing you a song, little dove.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: I'll sing you a song, little dove.   Lun 2 Déc - 11:11

Dylan Doe

Mercenaire, Brigand, Pirate



Camille Loreens Black,
Tu ne me connais pas et c'est bien mieux ainsi. Mais il y a certaines choses que tu ignores ou plutôt que tu pense savoir qui sont fausses.
Je ne vais pas te demander de me faire confiance, mais si tu veux entendre la vérité retrouve moi à la Tête de Sanglier samedi prochain à 9h.

X



- C'est nouveau ça. remarqua le barman alors qu'il déposa une pinte devant le mercenaire.

- Je trouve ça plutôt cool. répondit Dylan d'un ton léger en soulevant le crochet qui remplaçait dorénavant sa main gauche. Mon seul regret est que je peux pas faire de doigt d'honneur des deux mains maintenant.

Daniel laissa échapper un petit rire rauque, essuya la table de son chiffon par réflexe et s'éloigna pour laisser l'homme seul avec ses pensées. Le barman était habitué. Ceux qui s'asseyaient à cette table dans le fond sombre du bar n'étaient pas vraiment là pour la causette.

Dylan soupira avant de prendre une première gorgée de sa pinte. Pourquoi était-il ici ? Il se posait cette question depuis qu'il avait quitté la baraque de Ryan et pourtant sa route n'avait pas déviée. Il était là, à l'heure, attendant une gamine qu'il n'avait jamais vu de sa vie pour lui balancer la vérité. Pourquoi ?
Il ne parvenait pas à se l'expliquer mais c'était comme si quelque chose au fond de lui l'y obligeait. Un sentiment de justice et de droiture, lesquelles le mercenaire était pourtant habitué à snober sans difficulté.
Non, ce n'était pas parce qu'il avait de la peine pour cette petite gamine et sa vie pire que pourrie qu'il était là. Il était là pour clôturer cet atroce épisode de sa vie. Tenant un précieuse pépite de vérité, il s'était fait tombé dessus et mutiler. De peur, de faiblesse ou de redevance, il avait finit par laisser ce trésor tomber, parce qu'on lui avait demandé. Toute une succession de choses qui jurait complètement avec le personnage que Daddy s'était construit. Alors que changerait une nouvelle faiblesse de sa part ?
Il n'était pas parvenu à utiliser l'information, ni la vendre, en fait elle lui avait apporté bien plus de malheur que de richesse. Mais il y avait une personne sur cette Terre pour laquelle cette information valait bien plus que tout l'or du monde. Peut-être qu'en la délivrant à Camille Black Loreens, Dylan Doe essayait simplement d'enfin faire quelque chose de bien avec tout ça.

Le mercenaire n'accordait aucun regard aux allées et venues des autres clients du bar, mais lorsqu'une jeune fille passa le palier, il fut impossible pour lui de la manquer. Bien que certains jeunes aimaient traîner par ici, ils juraient toujours avec l'ambiance de la Tête de Sanglier, sombre et poussiéreuse. Mais Camille Loreens Black brillait comme un sous neuf dans un tas de couvert rouillés. Impossible de manquer sa peau pâle et ses longs cheveux blonds soyeux. Tous les regards se tournèrent vers elle.

- J'ai failli attendre petite colombe. l'appela le mercenaire du fond de la salle avec un sourire. Il s'attira la curiosité du barman et des autres clients mais ils se désintéressèrent rapidement maintenant que Dylan avait quelque peu marqué son territoire.

- Tu ressemble à ta mère. remarqua-t-il légèrement alors qu'elle prenait place en face de lui. Il n'y avait pas d'erreur possible lorsqu'on rencontrait mère et fille. Bien que Camille n'avait pas tant le côté punk et barge de sa mère, elle avait tout d'une jeune Amy Loreens. Ses yeux en revanche exprimait une intelligence et une vivacité d'esprit quelque peu différente. Dylan le savait, elles étaient elle d'une Black, mais il se retint de faire cette comparaison là.

- Normalement je ferais payer très cher pour l'information que je vais te donner. Mais pour cette fois je me contenterais d'un petit sourire. taquina Dylan en remarquant que la demoiselle n'était pas au meilleur de sa forme. Mais après tout, qui le serait après avoir apprit que sa mère s'est suicidée en mettant feux à sa propre maison.

- Souris, petite colombe. Ta mère est en vie. finit-il par murmurer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Loreens Black

avatar

Gryffondor


Messages : 72
Date d'inscription : 05/01/2013

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: Demander à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   Lun 2 Déc - 12:02


Cette lettre étrange entre les mains, Camille la relisait pour la énième fois. Assise dans la salle commune des Gryffondor. Les flammes de la cheminée s'élevaient mais rien ne semblait réussir à réchauffer le corps glacé de la jeune fille. Elle ferma un moment les yeux comme pour remettre de l'ordre dans ses esprits, puis elle les rouvrit, plongeant son regard dans ce morceau de parchemin, restant inerte, à le fixer pendant de longues minutes. Même la porte qui s'ouvrit ne la tira pas de cette inquiétante contemplation.

Et pourtant, elle fini par relever les yeux, croisant le regard de Sirius Black, l'espace de quelques secondes. La blonde détourna rapidement la tête en froissant la lettre dans sa main crispée. Elle resta inexpressif, le laissant rejoindre son dortoir, sans un mot. Camille faisait partie de la troupe d'élèves qui avaient décidé de ne plus adresser la parole à Sirius. Mais la concernant, ses raisons étaient plus profondes et cela, maintenant, il devait en avoir conscience. Elle suposait que les maraudeurs et Amy elle-même avaient fait le rapprochement de ce lien qui unissait Amy et Camille. Mais c'était encore trop tôt pour elle, elle ne voulait pas leur adresser la parole. Que ce soit Amy, Sirius et même Remus. Remus qui allait prendre sa garde officiel. Elle a toujours profondément aimer son parrain mais là, non, là, elle ne voulait pas de lui. La seule présence qu'elle acceptait était celle de James Potter, peut-être parce que le destin qui l'attendait n'était pas mieux. Amy et James ont-ils finalement tous les deux été victime de Sirius Black ? Comment déceler le vrai du faux ?

Il semblerait qu'un inconnu connaisse la réponse. Un inconnu qui avait écrit son identité entière. Ce qui était perturbant. Rare sont ceux qui savent que Camille est la fille de Sirius. Une information qui était restée cacher. Une personne qui voulait entrer en contact avec elle, juste après la mort de sa mère. Suspicieux n'est-ce pas ? Mais de toute façon, elle n'avait rien à perdre, parce qu'elle seule. Mémorisant la date, l'heure et le lieux de rendez vous, la blondinette jeta la lettre au feu. Camille se leva pour monter à son tour dans son dortoir.

***

Le ciel couvert par ces nuages gris, le vent soufflait avec force, faisant grelotter la blondinette, pourtant bien couvert. Lorsque la jeune fille, au bonnet rouge, écharpe et gant de la même couleur, entra dans la Tête du Sanglier, tout le monde se retourna vers elle. Que faisait cette mignonne jeune fille dans un endroit aussi mal fréquenté ? Camille resta de marbre face à leur regard et tourna la tête vers la voix qui l'interpella, lui donnant d'ailleurs un surnom qui sonnait d'une manière gênante dans ses oreilles. La jeune Gryffondor cacha son malaise en se gardant de changer d'expression, puis s'approcha de l'homme avant de s'assoir en face de lui.

Alors qu'il la détaillait, elle en fit de même. Cet homme n'avait pas l'air bien méchant, mais dégageait pourtant quelque chose qui la poussait à rester à bonne distance de lui. Alors qu'il souligna sa ressemblance avec sa mère, Camille se crispa et se contenta de le regarder, sans émotions apparentes. Comment osait-il la comparer à sa mère avec ce qu'il se passait ? Il voulait quoi ? Remuer le couteau dans la plaie ? Elle ne le remercia donc pas du compliment.

« Et vous, vous ressemblez au Capitaine Crochet », répondit Camille sur un ton de la constatation, sans agressivité, ni sarcasme. De toute façon, sa voix était aussi éteinte que son regard.

Un regard d'ailleurs posé sur le crochet qui remplaçait sa main. Simple accident ? Pour un homme qui semblait connaître des choses que tout le monde ignorait, c'était peu probable. Sans doute avait-il été dans des affaires sales. L'homme entra directement dans le vif du sujet, ce qui l'arrangeait. Une information qu'il aurait fait payer à d'autres ? Il réclamait seulement un sourire ? Pourquoi est-ce qu'il lui fournirait des informations gratuitement ?

Puis l'information arriva et Camille se crispa, son teint devenant encore plus pâle. Elle resta silencieuse pendant quelques secondes qui lui parurent comme étant de longues minutes, comme si le temps venait de s'arrêter. Et pourtant, le temps était toujours en cours, suivant une routine quotidienne. Camille se décida enfin à bouger, en commençant par enlever son bonnet, et ses gants, qu'elle posaient sur la table. Puis elle prit la parole d'une voix calme.

« Ma mère c'est suicidée sans doute à cause de son désespoir concernant Sirius Black. Ou alors, c'est lui qui l'a tué. L'un ou l'autre, peu importe. Toujours est-il qu'elle n'est plus de ce monde. C'est ce que la presse dit, c'est ce que mes proches disent. Alors pourquoi je vous croirais vous ? Qui êtes vous d'ailleurs ? Et quelle preuve avez vous de ce que vous avancez ? Et admettons que ce soit vrai, pourquoi me le dire ? Je ne suis qu'une adolescente, je n'ai rien à vous donner en échange. Pourquoi me ferez vous cette faveur ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   Sam 28 Déc - 23:34

Dylan Doe

Mercenaire, Brigand, Pirate


A la remarque de la jeune blondinette, qui se voulait sûrement froide, le mercenaire eu un large sourire. Il aurait pût se trouver une nouvelle main au marché noir où botter les fesses de quelques mages noirs pour en retrouver une comme neuve, mais Dylan avait eu sa part d'aventure pour un bon moment. Il était sûr de vouloir remédier à son sacré handicap un jour, mais pour l'instant il s'y était simplement habituer. Aussi, il n'a fallait pas oublier que ça lui faisait un sacré style. Lui qui aimait comparer son mode de vie à celui d'un pirate, il était servit. Demanderait-il qu'on l'appelle Crochet au lieu de Daddy dorénavant ? C'était une réflexion qu'il se gardait pour plus tard.

Il n'avait pas l'intention de faire languir la petite colombe bien longtemps. Il pouvait voir la fatigue, la tristesse et le désespoir creuser ses traits fins et jeunes bien qu'elle fasse de son mieux pour le cacher. Et bien que Dylan n'avait aucune raison de se soucier de Camille Loreens Black, c'était bien pour la soulager de toute cette souffrance et de tout ces mensonges qu'il était entré en contact avec elle. 
Mais lorsqu'il lui révéla la vérité, elle ne sembla que se crisper davantage.

Elle lui répondit de mot crus qui ne devrait aucunement choquer un mercenaire de sa trempe, pourtant Daddy ne pût s'empêcher de grimacer devant les paroles de Camille. Cette petite fille qui devrait pleurer ou rire, crier ou aimer, ne lui montra comme émotion qu'un calme déconcertant et un scepticisme intelligent. Alors qu'il s'attendait à trouver une petite fille en détresse, il se tenait devant lui-même il y a tant d'années de cela, l'orphelin seul au monde que personne ne viendra chercher. Était il trop tard pour sauver l'innocence enfantine de Camille Loreens ?

Dylan soupira et se passa sa main dans les cheveux. Encore une fois cette histoire n'allait pas être aussi simple qu'il l'avait prévu.

- Ta mère est vivante. Ton père aussi et s'il la tue un jour, ça sera sûrement par amour et par stupidité.

Dit-il a nouveau d'un ton quelque peu désabusé. Il était assez clair dans son ton qu'il ne s'intéressait pas énormément à cette histoire d'amour très étrange et malsaine.

- Je suis désolé de savoir que même tes proches ont décidé de te mentir. C'est sûrement eux qui ont menti à la presse aussi, sûrement pour mieux cacher le fait qu'ils dissimulent le plus grand criminel d'Angleterre. Enfin j'en sais rien et je m'en fou.

Oui, il avait assez donné dans cette histoire et elle ne lui avait rapporté que des emmerdes. Il n'avait pas l'intention de creuser plus loin. Il avait l'horrible sensation que s'il continuait, ça serait sa tête qu'il finirait par perdre. Pourquoi était-il encore là alors ? Quelque chose dans les yeux éteint de Camille sembla lui apporter une réponse, et il reprit.

- Peut-être qu'il ne te font pas confiance pour garder le secret, ou peut-être qu'ils pensent que tu tiendras le coup. Mais je sais les ravages que peuvent faire les secrets chez un enfant. Tu trouve que je ressemble au Capitaine Crochet et y a de quoi parce qu'un sacré Crocodile m'a prit la main. Mais je crois que j'ai un petit côté Peter Pan aussi. Je suis orphelin et j'ai ma petite bande d'enfants perdus. Mais toi Camille Loreens Black, tu n'es pas perdue. Tu n'es pas orpheline.

Était-ce parce qu'il avait été un jour complètement perdu, seul au monde et sans personne pour l'aider ? Était-ce par ce qu'il savait l'horreur que c'était qu'il s'était mît en tête de dire la vérité à cette jeune fille ? Dylan n'y avait pas vraiment songé mais il le comprit lui même en s'écoutant parler. Peut être n'était-ce pas seulement une histoire de profit et de gain.

- Tu sais Petite, je ne te fais pas de faveur. Corrigea-t-il tout de même. Y a qu'à voir ta tête d'enterrement pour le comprendre. Tant pis pour ce sourire, hein ? Mais moi, je fais ce que je veux et je me fou des autres. La vérité je vais la chercher par moi même et j'en fais ce que je veux et si tu es intelligente, tu feras de même. Alors dis-moi Camille. Préfère tu être nourrie de mensonges à la cuillère d'argent où est-ce que t'es prête à te salir un peu les plumes ?

Ayant une idée en tête, Dylan s'adossa à son siège avec un petit sourire espiègle. De sa seule main restante, il sortit une longue baguette assombrit à la pointe comme si celle ci avait été brûlée et la posa sur sa tempe. En l'éloignant doucement, il révéla un fin fil de liquide laiteux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Loreens Black

avatar

Gryffondor


Messages : 72
Date d'inscription : 05/01/2013

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: Demander à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   Jeu 2 Jan - 17:22

Encore une fois, cet homme confirmait que sa mère était en vie, mais également son père. Il insinue donc qu'ils sont ensemble ? C'est stupide, complètement stupide. Si sa mère avait retrouvé Sirius Black, elle lui aurait dit. Elle a conscience de tout l'acharnement que met sa fille à retrouver son père. Jamais elle ne lui aurait caché un tel élément. Ce qu'il disait était forcément un mensonge. Comment croire une telle horreur ? Comment croire que sa mère lui cache la présence de son père ? Alors quoi ? Elle resterait avec Sirius alors qu'elle, elle resterait ici, seule, à souffrir. C'était ça l'avenir qu'Amy lui réservait ? Si c'était le cas … Si cet homme avait raison, alors … jamais elle ne lui pardonnerait.

Camille secoua la tête. Non, elle refusait de le croire.

« Vous mentez. Je connais ma mère, jamais elle ne m'aurait caché la présence de papa ! Jamais elle ne me ferait souffrir ! »

Malgré l'assurance de ses paroles, il était vrai qu'Amy s'était soit disant suicider. N'était-ce pas de la souffrance qu'elle lui infligeait ? Soit elle s'était suicidée, soit si elle était toujours en vie, elle lui faisait croire à sa mort … Dans les deux cas, quel genre de mère ferait ça à sa fille ? Dans les deux cas, elle l'avait abandonné …. N'avait-elle pas déjà assez souffert ?

Ses proches lui mentaient ? Remus … Remus qui l'avait vu tant pleurer …. autant pour sa mère que pour son père … Comment pouvait-il ? Les Weasley ? … Si ça se trouve même Fred et George …. Pourquoi n'ont-ils pas voulu lui dire où est-ce qu'ils ont passé l'été avec ses parents ? Si ça se trouve …. Non non non pas eux …. Non …. Des larmes coulaient sur son visage, sans même qu'elle ne s'en aperçoive …. Ce fut le petit sanglot déchiré qui le lui fit remarquer. Les personnes auxquelles elle tenait le plus ne faisaient que lui mentir …. Depuis quand ? Et elle n'avait rien vu … Rien vu du tout …. De plus en plus de larmes coulaient sur son visage, sans qu'elle puisse les arrêter, son corps secoués par des petits sanglots.

« Je ne suis qu'une idiote …. Une idiote ….. »

Cet homme avait raison, ils n'avaient pas confiance en elle. Ils préféraient la voir souffrir plutôt que de lui faire confiance. Ils préféraient la priver d'un père et maintenant d'une mère. Pendant qu'elle se déchirait, qu'elle sombrait, eux ils la regardaient avec indifférence. Mieux vaux que la petite meurt à petit feux plutôt que de lui dire la vérité. Bande de traitre. Monstres !

L'homme compara son histoire au conte de Peter Pan. Il était un mixte entre Hook et Pan, avec sa bande d'enfants perdus. L'espace d'un instant, Camille se demanda quelle pouvait bien être sa vie ? Mais les larmes et le choc de la nouvelle l'empêchaient d'y réfléchir d'avantage. Elle avait si mal. La blonde avait l'impression que sa vie n'était qu'une stupide mascarade. Alors qu'elle pensait que ses proches prenaient soin d'elle, en fait, ils ne faisaient que l'achever à coup de marteau. Et sa mère avait prit part à ce jeu. Cependant, l'homme avait raison, elle n'était pas orpheline ….

« Ma mère me ment … Mes meilleurs amis me mentent … Mon parrain me ment …. Mon père n'a pas cherché à me voir … Et ne me dites pas qu'il ne pouvait pas, s'il a réussit à trouver maman, il aurait pu me trouver moi …. Personne ne me fait confiance, on préfère plutôt me faire souffrir …. je ne veux pas jouer à la fille qui me plaint, mais ne croyez vous pas qu'il vaut peut-être mieux être orpheline ? Je vous remercie de m'avoir dit que ma mère est en vie mais …. Mais excusez moi si je ne peux pas sourire ….. Jamais je ne lui pardonnerais, jamais …. »

Et qu'on ne lui dise pas d'essayer de se mettre à la place des autres. Pourquoi elle le ferait alors que personne ne se mettait à la sienne ? Pourquoi est-ce qu'elle essayerait de les comprendre alors qu'ils ne font que lui mentir ? Non l'empathie, c'est terminé. Elle n'en aura pas pour ceux qui n'en n'ont pas pour elle. Avec une rage qui ne lui ressemblait guère, Camille essuya ses larmes d'un revers de la main. Il a raison, la vérité il vaut mieux la chercher par soit même. Comme on dit, on n'est jamais mieux servi que par soit même. Alors plutôt que de rester là à pleurer, autant savoir toute la vérité, avoir tous les éléments en mains. On verra qui rira le dernier.

« Les cuillères d'argents, c'est pour les gens superficiels qui vivent dans leur monde, moi je peux me bruler les doigts, peu m'importe. »

Elle pencha la tête sur le côté alors que l'inconnu sortit de sa tête,  à l'aide de sa baguette, un long fil. Ce système ne lui était pas inconnu, bien évidemment. Ce fil qui contenait toute la vérité, toutes les réponses qu'elle cherchait. Camille resta pensive.

« On dirait que je vais devoir pénétrer clandestinement dans le bureau du directeur pour avoir accès à la pensine …... »

Elle releva la tête vers lui, métamorphosée. En effet, ses larmes avaient disparu, pour laisser place à ce sourire à la fois si doux et chaleureux, dont elle seule avait le secret. Ce sourire qui ne la quittait jamais, peu importe les épreuves.

« Merci monsieur »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   Sam 4 Jan - 21:35

Dylan Doe

Mercenaire, Brigand, Pirate


Encore une fois, Camille Loreens lui fit douter que ce qu'il tentait d'accomplir là était pour son plus grand bien. Mais comment penser que ses parents sont morts où se sont entre-tués peut-être être mieux que d'apprendre qu'ils étaient tout les deux vivants ? Dylan avait du mal à saisir la souffrance de la jeune fille car lui n'avait pas le loisir de connaitre ses parents. Il ne pouvait imaginer à quel point leur mensonge pouvait être plus douloureux que leur mort.

En voyant la petite fille fondre en sanglot, Dylan voulu faire quelque chose, retirer ce qu'il avait dit, lui faire un câlin, peu importe, quelque chose pour la consoler. Mais il resta bêtement assit dans son siège et très embêté de ne savoir quoi faire. Il était habitué à gérer ses affaires avec des adultes et même s'il avait déjà eu affaire à des gamins, c'était pour des contrats de kidnappages ou autres. Aider de quelqu'un de la bonté de son cœur était vraiment une première pour lui.

L'appel de la vérité fut ce qui calma la petite. C'était peut-être trop dur de croire quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, mais ce que Dylan lui proposait était de laisser sa mère et de son père lui montrer eux-même la vérité.
- Pas besoin de pensine quand on a pas peur de se salir. commenta-t-il avec un petit sourire. Il tira un peu plus le filet et s'approcha d'elle. Il lui fit signe de faire de même et posa son front contre le sien. Le mercenaire ne s'attendait cependant pas à se faire remercier, ni à faire face au plus adorable et rayonnant des sourires.
L'homme prit alors soudainement le visage de Camille Loreens Black pour pouvoir presser ses lèvres contre les siennes. Sa baguette vint trouver sa tempe en même temps et le souvenir se déclencha.

> Comme Chien et Fennec <
[Commence et fini aux deux messages de Dylan Doe]
Lorsque le souvenir se termina à ses derniers mots dans la forêt, Dylan se recula, mettant fin au partage. Il en avait presque oublié qu'il en avait profité pour goûter aux douces lèvres d'une gamine qui avait probablement la moitié de son âge. Un peu gêné, il s'éclaircit la gorge.

- C'était pour... faciliter le partage. menti-t-il en passant sa main sur ses lèvres. A vrai dire il ne savait pas trop ce qui lui avait prit.

Soucieux, il releva alors la tête pour observer Camille Loreens. Si non par le baiser surprise, elle était surement chamboulée par ce qu'elle venait de voir. Il la ramena à la réalité en posant sa main sur la sienne.

- Ecoute, maintenant tu as tout vu. Tout ce que je sais, je te l'ai déjà dit et la vérité n'a pas changé. Tes parents sont en vie mais ça veut aussi dire que tout ceux qui t'ont dit le contraire t'on menti. Ton entourage, tes amis... Maintenant que tu sais la vérité, tu peux en faire et en penser ce que tu veux. Mais ne l'a-tu pas dit ? Tu ne leur pardonneras jamais.
Doe reprit sa respiration et s'éloigna à nouveau de la petite. Il avait du mal à croire l'idée qui germait petit à petit à chaque fois qu'il posait son regard sur Camille Loreens. Mais il l'avait lui-même dit, il faisait ce qu'il voulait. Et à ce moment c'était elle qu'il voulait.

- Viens avec moi Camille. Tu fais déjà une sacrée enfant perdue. Je suis venu te révéler la vérité mais je suis prêt à faire plus. Rejoins-moi et je t'aiderais à accomplir peu importe ce que tu décideras d'accomplir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille Loreens Black

avatar

Gryffondor


Messages : 72
Date d'inscription : 05/01/2013

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: Demander à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   Mar 7 Jan - 21:33

Tout se passait si vite. A sa demande, Camille s'était rapprochée de l'homme dont elle ignorait toujours le nom. Avide de savoir la vérité, elle obéit, sans quitter son sourire. C'est sans doute cela qui retourna la tête du brun. La petite Gryffondor écarquilla les yeux alors que les lèvres de l'homme se posèrent doucement sur les siennes. A vrai dire, elle n'eu pas le temps de réagir que déjà la vérité se déroula sous ses yeux.

L'attaque, le chien qui prit forme humaine, Sirius prit au piège, Amy qui vint à son aide, la feu qui s'élève dans la maison et le bruit de …. de …. transplanage ? En quelques secondes, le bar se reforma et Camille revient donc à la réalité. Elle s'écarta doucement, l'esprit encore embrouillé. Son père et sa mère étaient bel et bien en vie. Où est-ce qu'ils étaient maintenant ? Pourquoi est-ce qu'ils ne l'ont pas contacté ? Combien de personnes lui cachaient la vérité ? Surtout qu'ils étaient animag..... HEIN !!!! Oh MON DIEU !! OH MON DIEU !!! LE SINISTROS !!!!! Camille se frappa le front avec sa main. Qu'est-ce qu'elle pouvait être stupide !!!! Le chien ! C'était lui ! C'était son père !!!! Et elle n'avait rien vu !!! Alors qu'elle le cherchait depuis plusieurs années, il était sous son nez !! Ils se sont même vu !! Et il ne lui avait rien dit …. Il n'avait pas manifesté son identité …. La blonde sentit son coeur se serrer, et dévastée, elle releva la tête vers le brun …

Cet homme … Cet homme qui lui avait montré la vérité. Cet homme qui était le seul à être honnête avec elle. C'est homme qui l'avait embrassé. Cet homme qui …. MINUTE !!! IL A QUOI ?!!! La scène lui revint en tête … Le baiser … Il l'avait embrassé !!! La blonde prit un teint rouge pivoine, manquant de faire un arrêt cardiaque. Son premier baiser, son innocente, sa pudeur. Très gênée, Camille fronça les sourcils de son petit minois. Mais avant qu'elle ne dise quoi que ce soit, il justifia son geste en disant que c'était pour faciliter l'échange. Oh, c'était donc ça ! La jeune fille se radoucit immédiatement et lui offrit une nouvelle fois le même sourire qu'il y a quelques minutes.

« Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour moi ! Merci pour tout, ces informations me serviront »

Oui, c'est vrai, elle ne leur pardonnerait pas. Mais elle comptait bien les retrouver pour leur dire elle même. Ils allaient comprendre à quel point ils lui ont fait mal. La blonde en avait assez des faux semblant, assez de sourire depuis toutes ses années, assez d'être sage et forte. Maintenant elle voulait montrer ouvertement ce qu'elle ressentait vraiment.

Puis elle fut complètement surprise par la suite des évènements. L'homme dont elle ignorait le nom  lui proposait de venir avec lui. Elle pourrait faire partie de ses enfants perdus, qu'il pourrait l'aider pour faire tout ce qu'elle désirait. Ces propos semblaient si surréalistes et pourtant, ça réchauffait le coeur de la demoiselle. Une nouvelle fois sa frimousse s'étira d'un sourire.

« Je vous remercie vraiment … Mais il faut que je les trouve. Je ne peux pas venir avec vous. Si la folie me prenait, vraiment, je le ferais, je vous suivrais jusqu'au bout du monde. Peut-être que ça m'arrivera dans quelques temps … Mais pour l'instant, je dois encore garder la tête sur les épaules. Une dernière fois, un dernier instant … Alors, il faut que j'y aille ... »

Camille se leva enfin, remit sa veste, son écharpe, gants et chapeau rouges, avant de contourner la table. Elle se pencha vers l'homme toujours assit et posa un baiser sur sa joue.

« Merci pour tout. »

La jeune fille se retourna une nouvelle fois et traversa le bar. Et pourtant avant de partir, elle s'arrêta et fit demi tour vers le brun. Avec un sourire, elle enleva son collier avec un petit talisman et l'accrocha autour du cou de cet homme.

« Ce collier m'est précieux, c'est un souvenir de mon père. Je vous le confie, parce qu'un jour, je reviendrais vous voir pour le récupérer »

Encore une fois, elle lui offrit son charmant sourire avant de quitter les lieux, une bonne fois pour toute … Maintenant, elle allait les retrouver.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I'll sing you a song, little dove.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll sing you a song, little dove.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Village de Pré-Au-Lard :: La tête de Sanglier-