AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Like a joyful song on the battlefield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sirius Black

avatar

Gryffondor


Messages : 149
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: Ladies ~
Aptitude: Animagus non déclaré ( Chien )
Affiliation: Contre Vous-Savez-Qui

MessageSujet: Like a joyful song on the battlefield   Mar 6 Jan - 22:52


Sirius Black était de retour. A la place d'un chien fuyant la queue entre les jambe, c’était un homme à la stature élancée et élégante qui arpentait les couloirs du Square Grimmauld. Il avait laissé la nudité ou le manteau de fourrure pour des robes de sorciers. On pouvait voir que l’homme avait reprit les bonnes habitudes, mais pas trop, car il laissa sa chevelure soyeuse en bataille, sa barbe de quelques jour et ses cols ouverts faire siffler les vieux tableaux de sa mère. Les tatouages, souvenirs de son passage en prisons étaient toujours présents sur sa peau vieillie et lui donnait des airs de vieux rockeur moldu, non pas sans plaire à sa chère Dame.
D’autres auraient pu s’offusquer qu’il paraisse de nouveau si pimpant, si charmant, alors que du bout de ses lèvres et du bout de sa baguette magique, il avait remit l’Ordre du Phoenix sur le pied de guerre. Mais cette perspective ne semblait pas abattre ses membres bien au contraire. Car ce soir là, ils avaient laissé leur regrets et leur pertes en paix pour se tourner à nouveau vers l’avenir. Se battre oui, mais dans l’espoir de vaincre et de trouver au bout du tunnel cette lumière qu’ils ne voyaient plus. Ce soir là, l’Ordre du Phoenix était rené de ses cendres.

Sirius n’était pas le seul a avoir reprit du poil de la bête. Mme Weasley avait reprit des couleurs et du caractère. Son thé avait reprit de sa saveur et n’allait jamais sans de petites pâtisseries délicieuses faites par ses soins. A l’approche de Noël, une montée d’adrénaline toute particulière semblait l’avoir prise. La cuisine du Square Grimmauld n’avait de cesse d’échapper des odeurs à en faire saliver les fantômes et une des pièces avait été entièrement dédiée au ballet des nombreuses épingles à tricoter de Mme Weasley. Sirius suspectait qu’elle prévoie d’habiller tout l’Ordre, si ce n’est tout Poudlard et le Ministère de ses pulls tricotés. Il plaisanta même en lui demandant un bonnet qu’il ensorcellerait volontiers pour en faire cadeau à Voldemort en personne. Plus que le propriétaire des lieux, la petite femme rousse avait su remplir ce lieu de son aura bienveillante.
Sirius l’aida à s'accommoder en reprenant sa baguette pour agrandir et rénover la cuisine ainsi que l’escalier tordu qui menait aux nombreuses pièces de l’étrange demeure. Il isola le portrait de sa mère au bout d’un couloir menant à la salle des tapisseries, ou personne n’allait jamais. Il rafraîchit le tout en dépoussiérant, éclaircissant et vernissant le bois des meubles. Ce n’était pas plus qu’un peu de ménage, un peu d’espace et quelques teintes plus claires bien choisies, mais le lieu semblait avoir retrouvé de sa splendeur et de sa solidité.

Ceux qui autrefois passaient furtivement au QG comme s’ils fuyaient le malheur et le désespoir, s’attardaient même un peu trop dans ce lieu qui leur paru alors de nouveau chaleureux et rassurant.

Sirius n’avait pas réellement changé la demeure de ses parents où il avait grandit et passé de sombres années, non pas parce qu’il n’osait pas mais parce qu’il n’avait jamais considéré ce lieu comme sa maison et n’éprouvait pas le besoin de s’y trouver plus confortable. C’était aussi pour lui un souvenir de son passé, de ce qui avait fait de lui Sirius Black, le maraudeur, et des mœurs qu’il combattait chaque jour.
Enfin “combattre” était un grand mot car bien que Fol Oeil avait laissé au couple Black le choix de leur destin ce soir là, il n’était pas complètement prêt à lâcher les rênes. Pas de fuite, certes, mais pas d’assaut stupide baguette à la main et sa belle gueule de fugitif ennemi numéro Un. Car même si le ministère se refusait d’admettre le retour de Voldemort, il étaient bien décidé à mettre la main sur celui qu’ils avaient eux même proclamé le bras droit du Seigneur des Ténèbres. Sirius avait pesté, grondé, exprimant son désir de participer à cette guerre imminente mais l’auror l’avait froidement rembarré. Et il n’avait pas tord, Remus vint en convaincre son vieil ami, conscient que les mots du gros borgne rustre ne suffiraient pas. Le temps viendrait de prendre leur baguette et de sentir la mort leur souffler dans la nuque. Mais le plus tard possible. Car il n’était pas simplement question d’un simple combat à la mort avec Voldemort. S’ils se battaient, c’était pour leur famille, leurs amis mais aussi eux-mêmes. Ne voulait-il pas profiter un peu de ce futur pour lequel il se battait ? Ainsi, Remus fit entendre raison à son ami une nouvelle fois.


Are you, are you… murmura l’homme d’un air distrait en regardant par la fenêtre. La petite ruelle devant le Square Grimmauld était désert en ce petit matin calme. Coming to the tree… continua-t-il sans vraiment s’en rendre compte.

Se détournant de l’extérieur, il attrapa une chemise et un pantalon dans son armoire et les enfila avant de recouvrir le tout d’une robe de sorcier. L’intérieur était de soie rouge mais elle était dissimulée par un lourd feutre noir une fois la robe fermée.

Where they strung up a man they say who murdered three…
Si la belle Amy n’était pas profondément plongée dans ses songes, elle aurait sûrement retenu un petit rire. Le grand Sirius Black ? Chantonner ? Même le plus beau jour de sa vie n’avait été honoré de ce fait.

Strange things did happen here, no stranger would it be…
L’homme observa son reflet dans le miroir un instant. Il n’y avait plus vraiment de lueur espiègle dans son regard mais une étincelle de folie, une flamme étrange, un désir brûlant de liberté, d’escapade, celle la même qui avait le dont d’inquiéter Remus. Son visage bien que marqué par le temps et les épreuves avait reprit bonne allure ce charme qui avait eu le pouvoir de faire rougir bien des filles semblait doucement renaître. Sirius s’observa avec une étrange satisfaction.
T’as bonne mine mon vieux.” se serait-il dit à lui même si ses lèvres n’étaient pas occupée à chantonner les paroles de cette chanson.

If we met at midnight in the hanging tree.

Cette chanson était profondément ancrée dans leur histoire. Un écho présent dans les meilleurs moments comme dans les pires. Et celui-ci, quel était-il ?
Ce n’est qu’au deuxième couplet de le sorcier se rendit compte de la petite chanson qui hantait son esprit depuis quelque jours. Cette chanson et une question étrange : Et si ?
Sirius ne s’en rendait pas vraiment compte mais c’était l’offre de Fol Oeil qui avait fait naître cette question en lui. Amy n’avait pas voulu fuir, les arracher à tout ce qu’il connaissait et en faire de même pour Camille. Sirius n’avait pas voulu non plus et ce n’était pas sur cette décision qu’il se retournait en ce matin d’hiver.

Are you, are you, coming to the tree ?

C’était sous cet arbre qu’ils c’étaient marié et sous cet arbre qu’il avait prit cette décision, ce soir là. Il ne l’avait pas fait consciemment ou alors il ne s’en était pas vraiment rendu compte. Mais et si ?

Where the dead man called out for his love to flee.

Et si ce soir là, ils s’étaient enfuient ? Où seraient-ils aujourd’hui ? Auraient-ils réussi à fuir ? Se seraient-ils installé dans un village perdu de France pour y faire leur vie en secret ? Auraient-ils vécu heureux, même en sachant qu’ils avaient laissé leurs amis derrière eux ? Il aurait été là pour sa petite fille Camille, mais n’arriverait-il pas un jour où la petite fille devenue grande lui poserait des questions ? Aurait-elle souffert de vivre caché, comme un oiseau en cage ? Et Amy ?

Strange things did happen here no stranger would it be, if we met at midnight in the hanging tree.

Et si ? Et si ? Et si ? Cette réflexion n’avait ni queue ni tête et ne le faisait ni douter, ni le confortait dans son choix de renoncer à sa liberté pour garantir celle de ses deux anges. Cela n’avait aucune utilité maintenant car les années était passées et Camille avait déjà bien grandit. Il n’était pas question de regretter, ni de vouloir revenir en arrière, pourtant les questions continuaient de tourner dans son esprit comme la ritournelle entêtante.

Are you, are you coming to the tree ?
Where I told you to run, so we'd both be free.


Sirius se fixa dans le miroir de son regard jaune, se grondant silencieusement de laisser ses pensées vagabonder. Il réajusta nerveusement son col de robe et passa une main dans ses longs cheveux bouclés. Il se passa la main sur sa petite barbe d’un air soudainement pensif.

Strange things did happen here no stranger would it be, chantonna-t-il alors qu’il sortit sa longue et fine baguette et la pointa sur sa propre tête.

If we met at midnight in the hanging tree.

Une bourrasque de vent magique vint soudainement ébouriffer ses cheveux et ses boucles chutèrent lentement sur le sol. Secouant la tête à la manière d’un chien mouillé, Sirius Black fit chuter les dernières mèches coupées de sa chevelure sombre.
Il s’observa alors à nouveau dans le miroir. Sa chevelure, libérée de son propre poids avait reprit du volume d’elle même comme du temps de sa jeunesse. Formant des épis rebelles et pourtant élégamment bouclées, elle correspondait parfaitement au personnage.
Sirius s’observa, plutôt satisfait du résultat. Sirius avait toujours eu l’habitude de se laisser pousser les cheveux lorsqu'il ne se sentait pas vraiment bien. Un genre de laissé aller qu’il n’avait jamais remarqué jusqu’à ce que ses amis le pointe du doigt. Depuis le temps, cette histoire lui était complètement sortie de la tête. Mais maintenant qu’il se voyait avec sa nouvelle tête toute fraîche, il ne put s’empêcher de lâcher un petit rire. La longueur des cheveux avaient réellement atteint une longueur dramatique. Il se demanda pourquoi Remus ne le lui avait pas fait remarquer avant de se souvenir de son extrême délicatesse.
Soudainement prit d’un petit élan de joie, Sirius se jeta sur le lit où roupillait paisiblement Amy. Comme un chien, il l’entoura de ses quatre pattes et vint enfouir sa tête contre la sienne. Il se garda de se changer vraiment en chien pour lui laisser tout le plaisir de remarquer le nouveau look de son mari.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Loreens

avatar

Gryffondor


Messages : 611
Date d'inscription : 14/07/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: Sirius Black
Aptitude: Possède le troisième oeil ( rêve prémonitoire, etc etc ), animagus déclaré - Fennec ( seulement pour Amy adulte ) - Metamorphomage
Affiliation: Contre, contre et contre les idées de Vous-savez-qui

MessageSujet: Re: Like a joyful song on the battlefield   Mer 7 Jan - 14:01

Les changements aux QG de l’ordre étaient nombreux, même si cela se limitait à des petites choses de-ci de-là cela en avait complètement changé l’atmosphère. Permettant à la maman qu’elle était d’oublier un temps la douleur d’être séparée de sa petite fille. Remus avait eu la gentillesse de lui offrir en avance une guitare, noël avant l’heure, ce qui permettait au moins à la blondinette de laisser sa voix s’exprimer à travers la musique. A l’approche de noël, elle restait sur ce type de registre, essayant de se souvenir des noëls qu’elle avait pu passer à Poudlard. Et même si elle était rattrapé par l’idée que cette année sa petite princesse devrait le fêter absolument seule, elle n’en montrait rien. L’ordre n’avait nullement besoin de la tristesse de l’ancienne Gryffondor pour savoir que c’était douloureux, s’efforçant alors à tenir le choc, à leur faire confiance quand, parfois, l’un deux lui glissait à l’oreille que bientôt ils seraient réuni. Une promesse que beaucoup lui faisait, en particulier Remus. Pourtant, elle donnerait tout pour pouvoir la serrer dans ses bras et lui dire à quel point elle l’aime, à quel point son père l’aime, ne rien avoir à lui cacher.

Elle qui s’était toujours montrer honnête avec Camille, c’était le mensonge dans lequel elle se trouvait qui la faisait souffrir le plus. N’étant pas sans savoir que cette année le château de Poudlard organisait un bal pour les fêtes avec une petite fête foraine à l’extérieur, la maman qu’elle était ne pouvait qu’espérer qu’en cette soirée, elle trouvait le réconfort adéquat auprès de ces camarades, esquissant un sourire en observant Molly. Est-ce qu’elle savait à quel point ses jumeaux étaient importants pour Camille ? Elle profita que Sirius soit occupé sur autre chose pour lui dire un après-midi les nombreuses fois où Camille lui parlait de Fred, en tout particulier. Ô bien sûr, Camille n’avait jamais véritablement avoué un quelconque béguin mais Amy reconnaissait ce regard entre mille pour l’avoir tant eut lorsqu’elle hurlait « Siri » au bout d’un couloir avant de lui sauter dessus. Elles s’étaient amusée à imaginer un futur, pouffant de rire en imaginant la tête que pourrait faire Sirius en les entendant…Le rire éclata lorsqu’un « Vous parlez de quoi ? » surgit à l’entrée de la cuisine et que les deux femmes répondus en chœurs « Non rien ».
Ces instants d’une certaine banalité était pourtant un véritable cadeau pour la jeune femme qui pouvait se permettrait, quelques minutes, de rire, de penser à un futur si beau où sa fille serait heureuse, où elle n’aurait pas à s’inquiéter pour ses propres enfants.

C’était pour tout cela qu’elle se battait maintenant, pour offrir ce qu’il y avait de plus beau à sa fille : un avenir rayonnant.
Et pelotonner sous les couvertures, l’ancienne rock star dormait paisiblement en rêvant de ce futur qu’elle voulait pour sa famille, loin de s’imaginer qu’elle ratait un tout autre spectacle non loin d’elle…Jusqu’à ce qu’elle soit violemment tirer or de ses songes. Mettant un certain temps à vraiment se remettre de ces assauts, la main sur sa poitrine, le cœur battant, elle laissa échapper un romantique
« t’es con putain » encore à moitié endormie. Oui, au réveil, Amy avait toujours un peu difficile, faussement boudeuse. Mais lorsqu’elle émergea enfin, passant une main dans les cheveux de son mari, c’est là qu’elle se rendit compte que la longueur avait sensiblement changé, sa mine légèrement renfrogné se muant en un sourire énamouré.

« Jolie coiffure Monsieur Black… »

Se relevant légèrement pour embrasser le bout de son nez, elle se rendit compte d’un détail…Comme si son subconscient avait, malgré elle et malgré Sirius, enregistrer un peu ce qui se passait en dehors de ces songes :

« Hey mais attend… » Se relevant un peu plus s’assoir, elle le regardait d’un air faussement accusateur « t’étais pas en train de chanter ? » Le pointant du doigt en souriant, comme si ce simple geste pouvait prévenir du moindre mensonge de sa part, elle le fixait en souriant un peu plus à chaque seconde qui passait « Hey mais attend ! » Enchaina-t-elle soudainement en l’observant, habillé de la tête au pied ! « Où tu comptes allez comme ça ? » Etrangement, elle ne semblait pas offusqué par la perspective qu’il puisse sortir de la maison mais plutôt par celle qu’il semblait s’être fait particulièrement beau pour ça !

« Très bien ! » elle lui sauta au coup, s’y agrippant fermement comme elle en avait toujours eu l’habitude de faire. Pour l’instant, encore dans le lit, son poids ne pesait pas encore entièrement sur la nuque de Sirius. « Vous ne sortirez pas sans moi mon cher ! Je suis l’élément indispensable pour parfaire votre tenue ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Gryffondor


Messages : 149
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: Ladies ~
Aptitude: Animagus non déclaré ( Chien )
Affiliation: Contre Vous-Savez-Qui

MessageSujet: Re: Like a joyful song on the battlefield   Dim 11 Jan - 18:29

Elle l'accueillit de son amour et sa vulgarité caractéristique. Elle n’était pas vraiment du matin et lui était friand des réveils en fanfare. Ce petit jeu était donc une petite habitude de couple, mais une habitude longtemps disparue en ces temps sombres. Elle pouvait se rendre compte que quelque chose avait changer, plus encore lorsqu’elle sentit le vide sous ses doigts lorsqu'elle s’attendait à les glisser entre de longues boucles soyeuses.

Un sourire s’alluma sur son visage encore endormi en écho à celui de son mari. Elle savait peut-être mieux que lui ce que cela insinuait. Il rigola doucement lorsqu’elle déposa un petit baiser sur sa truffe. Il s’apprêta à en faire de même mais elle se rétracta soudain, se rendant compte d’une chose.

Sirius écarquilla les yeux, à la fois encore surprit d’avoir chanté mais aussi que la belle endormie s’en soit rendu compte. Il se redressa, comme prit en flagrant délit et prit un air pincé.
- Voyons Amy Loreens… Vous savez bien que je ne chante pas. dit-il d’un ton faussement offusqué.
Mais le sourire qui s’étirait lentement sur le visage de la chanteuse prouvait bien que c’était un question rhétorique. Sirius déglutit et se força à rester digne même s’il sentait ses joues prendre de la couleur.

Ce fut ensuite son accoutrement qui interpella la jolie blonde. En effet, le nouveau look, mais aussi l’épaisseur de la robe indiquait que Sirius Black n’avait pas l’intention de passer une nouvelle journée enfermée dans sa propre demeure. Sirius se sentit rougir un peu plus et son sourire s’étirer encore plus tel un gamin sur le point de faire une bêtise. Il n’avait pas fallut plus d’un coup d’oeil à Amy pour qu’elle comprenne ce que Sirius avait en tête. C’était sa femme après tout et il avait été idiot de croire qu’il aurait put faire son escapade sans Madame.

Elle s’agrippa alors à lui, l’approchant d’elle mais le clouant aussi sur place. Il rigola doucement et déposa furtivement un baiser sur ses lèvres. Oh comme il l’aimait celle là.
- En effet. dit-il d’un ton espiègle.
Se glissant sur le côté, il passa ses mains sous la couette et sous  le dos et les jambes d’Amy. Il la souleva comme une princesse et se retourna vers le miroir. Il observa leur duo d’un air satisfait.
- Parfait. Je me disais bien qu’il manquait quelque chose à ce look ravageur.

L’embrassant une nouvelle fois, il la déposa délicatement sur le sol et posa son front contre le sien. C’était fou comme il se sentait bien contre elle.
- Je veux la voir...  murmura-t-il doucement. Il n’avait pas besoin de la nommer pour qu’ils sachent tous deux de qui il s’agissait. Je veux lui parler. Et c’est bientôt Noël…
Sa voix, douce et calme n’était pas aussi triste qu’a son habitude. Au contraire, un écho d’espoir résonnait dans ses paroles. Il soupira doucement et finit par s’éloigner d’Amy et de se retourner vers le miroir.
- Mais je ne peux pas. Tout cela… Tout. J’ai tout fais pour être sûr qu’elle vivrait la vie que nous avions rêvé pour elle. Pour qu’elle soit en sécurité. dit-il avec détermination, son regard s’assombrissant doucement. Son ton était ferme, comme s’il se rappelait lui-même à l’ordre.
- Mais je ne peux pas rester là à rien faire quand notre fille va passer son Noël toute seule. Je veux lui faire un cadeau ! Annonça-t-il joyeusement. Je ne sais pas encore quoi, mais je veux que ça soit quelque chose de spécial.
Un cadeau. C’était bien insignifiant comparé à ce que Sirius rêvait de faire avec sa petite fille au réveillon de Noël, mais c’était mieux que rien. Commencer petit et peut-être qu’un jour, ils auraient droit à cette vrai réunion. Sirius n’était même pas sûr qu’on lui autorise ce geste. Il savait aussi qu’on lui interdirait de signifier clairement qu’il venait de lui. Mais il devinait qu’on serai indulgent en se rendant compte qu’il avait renoncé à filer en douce à Poudlard.

- Alors qu’en dis-tu ? Shopping ? demanda-t-il d’un air mutin en sortant deux petite fiole de sa robe. Dans les contenant de cristal bouillonnaient deux liquides visqueux, l’un d’une teinte verdâtre et l’autre rose pâle. Du polynectar, soigneusement préparé en cachette par le talentueux Sirius Black.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Loreens

avatar

Gryffondor


Messages : 611
Date d'inscription : 14/07/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: Sirius Black
Aptitude: Possède le troisième oeil ( rêve prémonitoire, etc etc ), animagus déclaré - Fennec ( seulement pour Amy adulte ) - Metamorphomage
Affiliation: Contre, contre et contre les idées de Vous-savez-qui

MessageSujet: Re: Like a joyful song on the battlefield   Dim 8 Fév - 15:14

Elle fronça les sourcils alors qu’il prétendait à moitié qu’il n’avait pas chanté. Même si elle n’avait pas de preuve, il savait qu’elle savait et elle…Elle savait qu’il savait qu’elle savait. Elle le regardait, l’air faussement sévère devant le vilain mensonge avant de rigoler en repoussant gentiment le visage de Sirius pour pouvoir résister à son terrible regard et ses joues rosies. Rapidement attiré par ses vêtements, elle oublia bien vite cette histoire de chansonnette. Il s’apprêtait à aller quelque part et il semblait surtout vouloir le faire sans elle ! S’accrochant à son cou comme l’aurait fait une cravate, elle prétexta qu’il n’était pas question qu’il sorte sans l’élément indispensable qui rendait sa tenue parfaite. A savoir : elle.

Se crispant légèrement en sentant les mains froide de son époux sur ses jambes nues, elle senti rapidement sa force la soulevée alors qu’il sortit du lit pour observer dans le miroir ce que donnait une Amy en nuisette avec sa tenue. Elle esquissa un sourire en les observant, même vieillit, il n’avait jamais perdue de cette beauté désinvolte et naturelle, au contraire, elle avait l’impression parfois de simplement retomber amoureuse. Ou plutôt de tomber encore et encore, plus profondément, une éternelle et lente chute vers plus d’amour. Posant sa main sur sa joue, elle l’observa dans les yeux un long moment, fit glisser sa main sur sa chevelure fraichement coupée alors qu’il la déposait délicatement sur le sol. Elle était obligée de se mettre sur la pointe des pieds, son front contre le sien, son souffle se mêlant au sien.

Ses paroles lui donnèrent pourtant l’impression de retrouver brutalement la réalité. Elle ne lui en voulait pas, elle-même partageait cette terrible envie, ronger par une forme de culpabilité. L’espoir qu’elle pouvait entendre dans la voix de Sirius lui suffisait à tenir bon, ils auraient la vie qu’ils ont toujours voulu pour elle, elle le savait, avec Sirius à ses côtés, à eux deux, ils seraient capable de l’impossible non ?


« Elle va tellement m’en vouloir »

Laissa-t-elle malgré tout échapper, ronger par cette idée que sa fille ne puisse jamais lui pardonner. Mais il avait raison, c’était bientôt noël. Elle avait des habitudes avec sa fille durant cette période, faire les marchés de noël, décoré le sapin, se faire un marathon de tous les films de noël qu’elles préféraient et s’envoyer presque un litre de glace chacune. Elle esquissa un sourire en imaginant Sirius au milieu de leur délire de fille mais alors qu’il parlait, les yeux de la demoiselle s’illuminait, un cadeau, à défaut de la voir…Elle serait…Plus que l’idée de pouvoir lui dire la vérité et de défier l’autorité de certains, c’était celui de pouvoir faire plaisir à sa fille et de partager cela avec son père qui l’attirait. Elle fixait les deux fioles, ne pouvant s’empêcher de sauter sur place en applaudissant et s’exclamant :

« Mon siriiiii !! »

Redevenant le temps d’une seconde à peine l’adolescente un peu folle qu’elle était durant leur jeunesse. Elle attrapa la fiole, elle avait beau être une méthamorphomage, cela ne permettait pas véritablement changer d’apparence entièrement. Bien évidemment, elle s’était jeter sur la fiole rose pâle, pas seulement à cause de la couleur mais en toute honnête. Elle semblait surtout plus appétissante. Mais avant de la boire, elle observa Sirius d’un air méfiant :

« Je vais rester une femme hein ? »

Elle connaissait assez son époux pour savoir que lui-même la connaissait assez pour savoir qu’elle se serait jetée sur le rose apetissant sans réfléchir. Manque de chance ou non…Elle réfléchissait parfois et elle savait que ce genre de petite blague était parfaitement du gout de son siri.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black

avatar

Gryffondor


Messages : 149
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: Ladies ~
Aptitude: Animagus non déclaré ( Chien )
Affiliation: Contre Vous-Savez-Qui

MessageSujet: Re: Like a joyful song on the battlefield   Sam 21 Fév - 13:50

- Tu verras bien...répondit-il à la question de sa femme avec un petit sourire mutin.

Il avala le contenu de sa propre fiole d'une traite et respira profondément le temps que la transformation fasse effet. Ce n'était pas du tout agréable, mais l'expérience avait toujours été amusante pour Sirius Black. Prendre l'apparence de quelqu'un d'autre... Certains l'utilisaient à de mauvaise fins et aujourd'hui, Sirius en avait fait pour se permettre une petite balade en ville avec sa femme. Mais il se souvenait toujours de la première fois que les Maraudeurs avaient eu recourt à cette potion complexe pour une de leur merveilleuses farces.

Il sentit ses os s'amincir et se réajuster, son corps et son visage prendre de nouvelles formes et un picotement douillet lui parcourir chaque centimètre de sa peau. Comiquement, ce furent ses cheveux récemment coupés qui changèrent le moins. Lorsqu'il se retourna vers Amy, elle faisait maintenant face à une belle femme au teint noisette. Sur ses lèvres pulpeuses s'étira le même sourire mutin que celui de Sirius.


- Moi, en tout cas, j'en suis une ! la nargua-t-il d'une voix suave en se dandinant devant elle.

- Appelle-moi Jane Blake. Je suis venue de Californie pour le mariage de ma grand-tante par alliance blabla bla et j'ai décidé de rester jusqu'à noël pour profiter des magasins. J'adore le style des Anglais, tout est vraiment... ravishing ! raconta-t-il d'un air un peu hilare en s'observant rapidement dans la glace.

Bien que sa potion avait été faite parfaitement et avec soin, elle ne transmettait que les caractéristiques physiques de la personne copiée. Mais Sirius semblait particulièrement doué à imiter les manières féminines. Même ses intonations de voix tombaient juste. Il n'y avait peut-être que Amy et Remus pour pouvoir reconnaître le Maraudeurs espiègle qui se cachait sous ce déguisement.

- Qu'en dis-tu chérie ? demanda-t-il après s'être un peu calmé et qu'Amy se soit elle aussi transformée. Prête pour un peu de shoppiiiiiing ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Like a joyful song on the battlefield   

Revenir en haut Aller en bas
 

Like a joyful song on the battlefield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Song of Blade and Heroes
» Projet campagne Song of blades
» Nouveau Cycle : A Song of the Sea
» [Jeu de Rôles] A Song of Ice and Fire Roleplaying
» [Game] Battlefield 4
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Angleterre :: Londres :: Square Grimmaud-