AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Comme chiens et chats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Comme chiens et chats   Dim 22 Nov - 15:13





Les cendres de sa cigarette s’échouèrent sur le sol, s’ajoutant au tapis épais qui recouvrait ce qui avait un jour été l’appartement de Zoya. Assis sur le châssis métallique cramé du lit qui trônait au milieu de la pièce, le regard perdu sur les murs noircis par l'incendie, Saïd était perdu dans ses pensées. Peut-être pas vraiment ses pensées car en cet instant son esprit était complètement vide de toute réflexion, mais il se sentait caressé et balancé par des émotions qu’il avait peine à identifier.
En découvrant leur nouvelle demeure à lui et Zoya, il n’avait ressentit qu’une légère pointe d’excitation. Il découvrait ce nouveau lieu comme une nouvelle étape parmi tant d’autres dans sa vie chaotique et sa seule pensée en observant ce lieu était qu’il avait hâte de baptiser chaque mètre carré en y écrasant les jolies petites fesses de Zoya.
Mais ici il n’y avait rien de nouveau, il n’y avait pas de projets, pas d’envie ou d’idées. Seulement le silence et le poids du passé qu’ils laissaient derrière eux.

C’était comme en cet instant il se rendait enfin compte. La guerre était finie. Voldemort, l’Ordre et tout le tralala. Inconsciemment, il était déjà passé à autre chose. Abandonnant sa propre demeure et celle de Zoya aux flammes pour construire autre chose, ensemble. Et avec eux, Elliot. Son fils, la femme de sa vie et lui, dans une maison à eux. Était-ce ce qu’il voulait ? Il ne s’était jamais vraiment posé la question. Il avait aveuglément suivi Zoya sans réfléchir et généralement cela lui convenait plutôt bien.
Mais aujourd’hui il était bien obligé de sortir son propre cerveau du tiroir. Bien que c’était ce qui lui trottait dans la tête, ce n’était pas vraiment le déménagement dans une nouvelle maison ou le fait de vivre à trois qui avait allumé la lumière dans sa tête. Le futur ne lui faisait pas peur, tout se passait si naturellement, c’était comme une évidence. Mais c’était se retourner vers le passé qui ravivait en lui un ancien brasier.
Comme cet appartement auquel il n’avait pas pensé revenir. Il aurait préféré en garder le dernier souvenir d’un lieu de passion partant en flammes plutôt que cette pièce vide et morte. Le tableau avait néanmoins son charme. Abandonné à son sort sans que personne ne cherche à le sauver, c’était comme si leur sanctuaire avait été préservé même après leur départ. Les cendres s’étaient déposées et demeuraient immobiles, oubliées, comme figées dans le temps, appartenant a jamais au passé.

Mais Saïd ne se trouvait pas dans le passé et se forçant à prendre une taffe de fumée avant que sa cigarette ne se consume entièrement il laissa échapper un soupir de frustration. Pourquoi était-il ici ? Zoya était partie voir son ex-mentor, ce cher Fol Oeil et lui avait donné ce lieu comme rendez-vous. Fol Oeil était sensé être un appât pour une plus grosse prise que Zoya visait. Evan Rosier.
Zoya, aveuglée par la haine et son envie de vengeance en oubliait que ce nom n’était pas anodin. Lorsqu’elle partait à la chasse, elle pouvait être à peu près sûre que Saïd n’était pas loin derrière. Pour le plaisir de mater son joli derrière et goûter au sang de ses proies. Mais ce n’était pas n’importe quel Doe qu’ils poursuivaient cette fois-ci. Et Evan Rosier n’était pas une proie.
Ce n’était pas quelqu’un qu’on chassait pour le sport ou auquel on s’opposait sur un coup de tête. Pour Zoya c’était clair et évident, elle voulait le voir mort et enterré pour de bon cette fois, et le faire souffrir, lui faire payer de lui avoir volé son fils.
Mais pour Saïd, peu importe la façon dont il tentait de tourner la chose il ne parvenait pas à trouver les motivations qui le pousserait à se lancer dans cette aventure périlleuse. Elliot était aussi son fils mais il n’était parvenu a faire la paix avec ce fait très récemment. Un peu plus tard et il aurait bien fini par tuer l’enfant avant de l’accepter. Et toutes ces années de tristesse et de solitude qu’avait vécu Zoya, il en gardait un souvenir très différent. La dernière fois qu’il avait vu Evan Rosier, il avait levé la baguette contre le Serpent simplement pour protéger Zoya et il le ferait encore aujourd’hui s’il le fallait. Mais le fallait-il vraiment ?

Ce ne serait mal les connaître de qualifier Evan Rosier et Saïd Wilkes d’amis, pourtant il n’était pas faux non plus de dire qu’ils se connaissaient très bien et depuis très longtemps. Le temps passé ensemble les avait lié d’une relation dénuée de toute affection. Était-ce la confiance, l'intérêt, la confrontation, la méfiance qui les unissait alors ? Saïd ne l’avait jamais vraiment su. Mais il savait qu’aller à l’encontre d’Evan lui posait légèrement problème. Était-ce par peur, par flemme, par dégoût ? Encore une fois Saïd n’en savait rien. Evan n’avait jamais été son ami mais il s’était toujours gardé d’être son ennemi et aujourd’hui il se sentait embarqué dans une guerre qu’il n’avait pas choisi.
Il sentait les murs se rapprocher lentement et lui susurraient qu’il était obligé de faire un choix. Mais avant qu’il ne se sente complètement acculé, le craquement caractéristique du transplanage se fit entendre.

Saïd écrasa son mégot bien entamé au sol. Taper sur un auror lui changerait les idées.
- Ça en a prit du temps, t’as de la chance que je me soit pas cassé. grommela-t-il en se relevant.

Mais il remarqua un peu tard qu’au lieu de faire face à Zoya et un Fol Oeil inconscient ou au moins ligoté, il se trouvait devant un duo très en forme et très en accord. Il jeta un regard surprit et intrigué à Zoya mais revint rapidement sur l’auror qui le fixait aussi de ses yeux dépareillés. Tous deux se demandaient s’ils allaient se sauter dessus ou attendre les consignes de Zoya, mais avant qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit les instincts de l’ex-mangemort avaient prit le dessus.

En une fraction de seconde il avait prit le borgne à la gorge et plaqué contre le mur, tirant Zoya derrière de l’autre main. Ses yeux dorés brillèrent de leur folie sauvage habituelle mais cette fois les joyaux de ses bracelets d’or l’accompagnèrent.
A moitié surprit par les actions de Wilkes, Alastor fut surtout étonné d’avoir encore sa baguette à la main et que ce ne soit pas la première chose à laquelle le mangemort ait pensé. Mais c’était Saïd Wilkes après tout, un fou furieux, un monstre avec bien plus de rage que d’intelligence. Pointant sa baguette sur le torse de l’Egyptien, il s’apprêta à lancer un sort pour l’immobiliser.
Mais Saïd agrippa le bout de bois avec un grand sourire. Fol Oeil se rendit compte sans comprendre exactement pourquoi que ce simple contact permettait à son adversaire de bloquer sa magie. Comment ? Il ne voyait même pas de baguette magique.
- C'est quoi ce bordel ? cracha l’auror qui sentait sa trachée s’écraser lentement.

- C’est marrant, c’est exactement ce que j’allais dire. ronronna Saïd en s’approchant du visage bleuissant de sa proie. Au moment où il sentit la poigne du vieil homme faiblir, il arracha la baguette de sa main. Puis, il s’éloigna et le laissa retomber au sol, bataillant pour retrouver son souffle.

- Tu m’expliques ? demanda-t-il alors en se retournant vers Zoya avec. Il lui jeta la baguette de Maugrey dans les mains. Un lui offrit un sourire mais la lueur toujours présente dans ses iris mordorés indiquait bien qu’il n’appréciait pas vraiment la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Dim 22 Nov - 17:51

Les choses ne seraient pas faciles, elle le savait pertinemment mais partir loin de tout cela n’était clairement pas la solution. Elle connaissait Evan, le Rosier ne les laisserait pas vivre tranquillement. C’était un perfectionniste et leur petite famille ressemblait de trop à une quête inachevée, un boulot bâclé. Aveuglé par cette perspective, Zoya ne pouvait clairement pas espérer reprendre une vie normale sans mettre un point final à cette histoire. Et tout ce qu’elle souhaitait, c’était mettre toute les chances de son côté pour y arriver. Fol’œil avec eux, ça lui éviterait de l’avoir contre eux, un temps du moins. L’amenant dans son ancienne appartement, elle fut légèrement assaillit par l’odeur de brûler qui continuait encore d’embaumer les lieux. Elle n’eut guère le temps de répondre à la remarque de Saïd que celui-ci s’était déjà jeter sur Alastor. Certes, ce n’était pas vraiment le plan qu’elle lui avait vendu, à la base elle comptait se servir de Maugrey comme appât mais en y réfléchissant bien, l’idée n’était pas aussi bonne que ça. Ce n’était probablement pas le genre de plat qu’Evan voudrait déguster en premier lieux. Plus que le désir de vengeance, Zoya souhaitait avant tout protéger son fils, persuadée que l’ancien camarade de maison de son amant reviendrait récupérer ce qu’il considérait être à lui.

C’était pour Elliot qu’elle avait décidé de se joindre à Maugrey, c’était pour Elliot qu’elle l’avait emmené avec lui et c’était toujours pour lui qu’elle tenterait de faire avaler cette idée à son père. Elle tenta immédiatement de calmer l’ancien serpentard en le noyant d’autant d’insulte qu’elle connaissait. Il lâcha enfin prise, pas franchement grâce à elle mais décidé à écouter ce qu’elle avait à dire.

« Y a rien à expliquer…J’ai aussi besoin de lui »

Commença-t-elle en cherchant son paquet de cigarette, son regard se posant quelques seconde sur le lit calcinée. Elle secoua la tête, sortant une clope qu’elle n’alluma pas directement.

« Je me suis simplement rendu compte que Maugrey n’était probablement pas en haut de la liste des priorités de Rosier »

Cette pièce, elle ignorait pourquoi elle avait filer rendez-vous ici exactement, mais elle regrettait déjà. Tournant le dos au lit calciné, elle eut la sensation de sentir encore ces choses se glisser douloureusement en elle. Elle mit un certain temps avant de reprendre.

« Elliot doit y être… » Sa voix se brisa légèrement, malgré sa tentative de contrôle, en énonçant cette inquiétude à voix haute.

« Et je ne suis pas conne au point de penser que je peux y arriver seule… » la voilà l’explication, elle avait besoin de Fol’œil, bien qu’elle avait pleinement confiance en Saïd, elle connaissait et avait vu de ses yeux la relation de ses deux comparses, et surtout…Elle se souvenait de la dernière confrontation qu’ils avaient eu, elle n’était prête à vivre quinze ans de plus au chevet de l’homme qu’elle aimait. Oui, elle avait peur…

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Sam 28 Nov - 23:30



Saïd se retourna a nouveau vers l’auror. Déjà pour vérifier que ce dernier n’en profiterait pour se jeter sur lui à son tour mais aussi pour vérifier les dires de Zoya. Le vieux faciès mécontent d’Alastor Maugrey ne lui apporta pourtant pas plus de lumière. Il savait que Zoya avait besoin du vieux chien galeux. Comme appât ou du moins pour en soutirer le plus d’informations possibles. Ce qu’il ne comprenait pas ce pendant c’est que celui sensé être leur prisonnier soit complètement libre et en bonne santé. Ce qui était le plus étrange aussi et ce qu’il remarquait au fil des secondes, c’est que Fol Oeil semblait très en phase avec le plan de Zoya et particulièrement calme malgré la présence et l’agressivité de l’ex-mangemort. Avait-il loupé quelque chose ?

Maugrey n’était peut-être pas un si bon appât. Saïd haussa les épaules. Il n’avait pas vraiment comprit ce qui avait poussé Zoya à penser au vieil auror en particulier pourtant le plan avait plut à ses oreilles. Cette réalisation expliquait pourquoi Fol Oeil n’était pas ligoté et pendu à un crochet prêt pour la pèche au Rosier mais ça n’expliquait pas la raison de sa présence ici. S’il n’était pas là pour faire l’appât, que faisait-il ici et à rester si calme comme un moine dans sa paroisse ? Plus Saïd essayais de comprendre et plus la frustration montait en lui. Il fallait dire que ses instincts d’ancien mangemort n’appréciait pas vraiment de se trouver en face d’un auror.


- Elliot est en sécurité tant qu’il est avec nous. la rassura-t-il immédiatement, presque instinctivement lorsqu’elle fit part de ses inquiétudes.

Oubliant Fol Oeil un instant il revint vers Zoya et aperçu sa détresse. Il eu envie de la baffer mais quelque chose en lui l’en empêcha. Une petite voix, un petit courant d’air froid qui passa dans sa poitrine alors qu’il se rendait compte que lui aussi partageait sa crainte. Pouvait-il protéger Elliot d’Evan Rosier ? Lui-même n’en était pas sûr mais ce n’était pas ce qui l’inquiétait le plus. Non, jusqu’ici il s’était toujours indifférent quant au nom que portait son fils. Il était même reconnaissant envers celui qui avait quelque part prit sa place alors qu’il avait été trop mort ou trop stupide pour être un père. Mais ce dont il se rendait compte était qu’aujourd’hui, il ne voulait plus que quiconque s’approche d’Elliot. Encore moins pour assumer son rôle. Il ne voulait pas qu’Evan reprennent Elliot. La voilà la raison qui allait le pousser à se mesurer au Serpent.

Et la boucle fut enfin bouclée. Si Alastor était là avec eux c’était parce que Zoya estimait que pour avoir une chance contre Evan Rosier, toute aide était la bienvenue. Saïd ne su pas comment prendre la nouvelle. Il n’était pas vexé qu’elle considère que leur seul duo suffirait, il savait mieux que quiconque qu’affronter Evan n’était pas une tâche anodine. Mais c’était sentir la détermination de Zoya, prête à faire cohabiter auror et mangemort pour descendre un ennemi commun, qui l’inquiéta légèrement. Il savait que la haine d’Evan et la peur pour Elliot la poussait à agir mais il espérait encore qu’elle finisse par laisser tomber. Evan Rosier n’était pas quelqu’un qu’on approchait sur un coup de tête. Elle se lançait dans une longue traque et un combat qui était sûr de mal se finir. Plus on se tient loin d’un Rosier et moins on risque de se faire piquer par ses épines. Pourtant elle fonçait droit dedans.

Il ne su pourquoi il se retourna à nouveau vers l’auror mais son regard sombre et son oeil ridicule ne l’aida aucunement à se sentir rassuré. Cela l’énerva même de le voir, comme s’il était celui qui encourageait Zoya à faire ce choix.

- On a pas besoin de lui. aboya-t-il puérilement avec dédain.

- Personne n’est en sécurité tant que Rosier est là quelque part dehors. Et surement pas quelqu’un qui s'appelle Elliot Rosier. renvoya Fol Oeil d’un ton plus sec et acide que jamais.

Ça n’aidait pas de devoir coopérer avec un mangemort idiot et colérique, mais il digérait aussi encore la nouvelle que le petit Rosier était en fait le fils de Zoya. Il n’avait pas fallu longtemps pour relier les morceaux et comprendre que le père était cette pourriture de Wilkes. Cela devenait de plus en plus de ne pas laisser Zoya en plan avec sa vie et toutes ses conneries mais il s’efforça de compartimenter et de se concentrer sur le but ultime de toute cette farce.

- Vous aurez besoin de quelqu’un comme moi pour mettre fin à quelqu’un comme lui. Et tu le sais. ajouta-t-il en perçant l’Egyptien de son regard bleu électrique. La méfiance était clairement visible dans ce regard inquisiteur.
Inconfortable, Saïd détourna le regard contre son gré. Il avait toujours eu le sentiment désagréable que peut-être l’oeil magique de l’auror était aussi capable de lire dans les pensées. Mais Fol Oeil n’avait pas besoin de ça ou même de jouer les légilimens pour lire la peur et le doute sur le visage du premier complice de Zoya. S’en rendait-elle compte ?

- Ben… Sachant que tu dois apparemment tuer un mec deux fois avant qu’il soit vraiment mort, c’est sûr qu’on a pas de question à se poser ! commenta Saïd d’un ton pire que sarcastique. Est-ce qu’on sait comment ça se fait d’ailleurs ? J’veux dire… Moi j’avais Zoya pour traîner mes fesses de macchabée hors du champs de bataille mais Evan ? Même Merlin toucherait pas sa baguette pour le sauver. ajouta-t-il, sincère et curieux.

Alastor ne put s’empêcher de hausser un sourcil. Il ne su si penser que quelqu’un puisse apprécier Evan Rosier le choquait plus que se rendre compte que finalement même un de ses amis les plus proche ressentait exactement la même chose que lui pour l’individu. Saïd haussa les sourcils à son tour.

- Personne l’a sauvé. enchaîna Alastor pour ne pas continuer ce désagréable échange de regard. Evan Rosier est mort devant mes yeux. Je l’ai tué. J’me suis tenu au dessus de son cadavre. J’suis même allé à son enterrement par Merlin. grogna l’auror.

- Et ben soit t’as un petit problème pour discerner tes fantasmes de la réalité… Soit on va avoir un vrai souci.

Alors que l’auror se renfrognait, c’est un sourire qui apparu sur le visage de l’ex-mangemort. Sourire qu’il tenta de cacher sans succès et qui laissa rapidement place à une discrète hilarité. Alastor le fusilla du regard. Il ne savait pas du tout ce qui faisait rire le mangemort mais il pouvait sentir qu’il n’aimait pas ça du tout. Jetant un rapide regard vers Zoya, il remarqua qu’elle non plus ne semblait pas faire partie de la blague. Mais c’était loin d’être une blague.


- Il l’a fait ! Il a trouvé le moyen d’être immortel. Ce salaud d’égocentrique narcissique ! Ah ce péteux d’intello, il a dû se taper le barreau de sa vie ! s’exclama Saïd qui ne put s’empêcher de se plier de rire. Il dû s’efforcer de se contrôler lorsqu’il remarqua que seul le silence et les regards tueurs de ses deux camarades accompagnait son hilarité. C’était… C’était un des trucs dans sa liste de trucs… Ben sa liste de trucs à faire avant de… ben de mourir. expliqua-t-il en se retenant d’exploser de rire une nouvelle fois.


Fol Oeil eu un sourire crispé et un nouveau regard pour Zoya. Il ne su si elle pu le lire comme elle pouvait le faire autrefois mais un certain écho de victoire se cachait dans ce sourire amer. Voilà pourquoi ils avaient besoin de cet idiot de Saïd. Il était peut-être doué au combat mais ses doutes et ses réserves par rapport à Evan pouvaient être un facteur handicapant. Le lâche pourrait même se retourner contre eux et recoller les morceaux avec son vieil ami. Mais malgré leur relation particulière, les deux hommes avaient cohabité de nombreuses années. Ils se connaissaient bien. Et il y avait peu de gens qui pouvaient prétendre à cela avec quelqu’un comme Evan Rosier.

- Ha. Et c’était quoi les autres trucs de la liste ? demanda-t-il en masquant parfaitement le réel intérêt qui se cachait derrière cette question aux allures cyniques.

- Oh, les trucs classique de super-vilain genre répandre la misère dans le monde, tuer les faibles et les handicapés et régner sur la Terre ? Enfin… C’est super de s’échanger nos petites infos mais si ce que tu dis est vrai et qu’on peut pas le tuer, on aura vraiment pas besoin de toi finalement. répondit Saïd avec un grand sourire.

- Oh mais on va pas le tuer. Je ferais pas cette erreur deux fois. répondit Alastor avec le même sourire avant de se retourner vers Zoya. On va enfermer son cul pale quelque part où personne pourra le trouver et on jettera la clé. Que ce salopard d'immortel pourrisse dans son enfer rien qu’a lui.
Ca te dit ?
demanda-t-il a la brunette sans prendre la peine de s’adresser à Saïd. Son oeil magique en revanche ne manqua pas une miette de la grimace de colère et d’inquiétude qui crispa le visage de Saïd Wilkes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Dim 29 Nov - 0:40

En cet instant précis, à voir Saïd la fixer sans comprendre ses choix, à voir le jugement dans les yeux de Maugrey, Zoya eut cette terrible sensation qui ne cessait de l’accompagner à chaque instant important de son existence : avait-elle fait le bon choix ? Elle détourna le regard lors que Saïd lui assura qu’Elliot serait en sécurité avec eux. C’était déjà une contradiction en soi, en sécurité avec eux ? D’aussi loin qu’elle se souvienne, ils réussissaient systématiquement à se mettre dans la merde, d’une manière ou d’une autre, et si elle rêvait d’un peu de calme et d’une vie plus ou moins rangée, elle ne pouvait s’empêcher de douter. Encore plus en ces heures sombres où leur passé ne cessait de revenir se jouer d’eux. Elle resta silencieuse, se plongeant dans ses pensées, réfléchissant à mille à l’heure. Essayant de peser le pour et le contre, de savoir ce qu’il y avait de mieux à faire, si elle avait vraiment bien fait de faire cette alliance, si elle pouvait réellement faire confiance à Maugrey. A défaut, elle avait pleinement confiance en Saïd, presque certaine que même Fol’œil ne pourrait le mettre en cage. Et au-delà de ça, la vieille chouette avait offert l’immunité à Saïd.

Avait-elle seulement bien fait de vouloir retrouver Elliot, de vouloir récupérer ce qui lui avait toujours appartenu ? Oui, c’était au moins l’unique certitude qu’elle avait. Elliot était son petit garçon, il ne mérite pas la vie que les Rosier prévoyait pour lui, il mérite tellement mieux. Il n’était pas un Rosier, il était un mélange explosif de Saïd et elle, un Wilkes et…Une Horlov. Zoya se répugnait à utiliser le nom de famille de ses géniteurs bien qu’elle connaissait leur identité depuis des années. Elle n’avait rien avoir avec eux. Même si elle appréciait l’ironie, Elliot était un sang pur.
Un Wilkes…Son regard se posa une seconde sur Saïd, ne prêtant pas véritablement attention à l’échanges, aux paroles, aux mots. Tout ce qu’elle voulait, c’était mettre toute les chances de son côté, elle savait qu’elle ne pouvait pas demander l’aide de l’Ordre, personne là-bas ne lui faisait confiance et surtout, elle ne voulait pas leur être redevable, ces ingrats l’avaient laisser tomber à la seconde où la guerre s’était arrêté.

Elle leur tourna le dos, se retrouvant nez à nez avec la pièce calcinée et les souvenirs qui l’émergeait. Ses choses, en elle, cette magie qu’elle ne connaissait pas, la douleur, la froideur de la mort, le nom de ceux qui comptait pour elle, elle esquissa un sourire en se souvenant y avoir inclus cette bourrique de Fol’œil qui ne lui pardonnerait jamais son affront. Elle passa une main sur son ventre sans vraiment s’en rendre compte, capable encore de sentir ses choses. Se perdant dans ses pensées, les voix derrières elle n’était plus qu’un faible écho lointain dont elle distinguait les mots sans vraiment comprendre les phrases ou leur sens. Elle ne remarqua pas le regard de Fol’œil ou même son sourire, bien qu’il y avait longtemps qu’elle partageait les conclusions qu’il se faisait en cet instant, Saïd était une mine d’information potentiellement exploitable sur Evan. Il n’y avait pas que lui d’ailleurs, Severus Rogue était aussi une mine d’information importante mais sur le moment, ce n’était pas à cet homme qu’elle pensait.

La question de Fol’œil resta sans réponse alors qu’elle continuait à fixer la pièce noircie par la suie. Elle ignora combien de temps elle resta là avant qu’une main se dépose sur son épaule et que la voix de Maugrey l’appelant ne la tire violemment de ses songes. Elle eut d'ailleurs pour réflexe de se retourner violemment, comme soudainement effrayé par quelque chose. Saïd avait déjà repoussé l’Auror à sa place, celui-ci riposta et rapidement, les choses dégénéraient une nouvelle fois, c’est en voulant les séparer qu’elle se prit un coup, de qui ? Elle l’ignorait et honnêtement, elle avait autre chose en tête. S’essuyant le nez, elle regarda les deux hommes d’un regard qui signifiait « vous êtes content ? ». Etalant du sang sur son avant-bras et une partie de visage, elle posa ses yeux sur Saïd, et sa main sur son visage pour s’assurer qu’il ferait uniquement attention à elle, quelques secondes au moins.


« Et ton frère ? »

Demanda-t-elle simplement. L’idée lui avait traversé l’esprit en se souvenant de sa rencontre avec cet homme, de ces multiples rencontres, de leur conséquence, de ce que ça avait failli lui couter et de ce que ça avait apporté à Saïd. Peut-être était-ce le désespoir qui parlait pour elle, mais s’il y avait bien quelqu’un qui pourrait peut-être les aiguiller et les aider. C’était lui. Même s’il avait voulu la tuer elle, quelque chose lui faisait croire que cet homme serait probablement prêt à tout pour protéger Elliot, comme il avait été prêt à tout pour, semble-t-il, protéger Saïd.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Sam 5 Déc - 22:27



Mais Zoya n’apporta aucune réponse, aucun encouragement ou réserve quant au plan sinistre de l’auror. Ce n’était pas dans son habitude de ne pas avoir d’avis sur quelque chose, les deux hommes le savaient et aussi ils ne purent s’empêcher d’échanger un regard interloqué. Après tout c’était elle qui les avait réuni ici. Aussi étrange équipe que cela puisse paraître.

- Zoya ? appela doucement Alastor mais sans recevoir de réponse. Instinctivement, il alla pour poser une main délicate sur l’épaule de la jeune femme.

Mais il en oubliait la présence de l’explosif et sauvage Saïd Wilkes qui sans prévenir l’agrippa pas le col du manteau pour le tirer violemment hors de portée de Zoya.
- Ne la touche p- commenca-t-il à menacer mais avant que les mots ne finissent de quitter sa bouche,  ils furent arrêté par la pression de la baguette de Fol Oeil contre sa carotide. Il fallait croire que le vieil auror n’accepterait pas une deuxième fois de se faire malmener par un mangemort. Mais Saïd ne rata pas le tempo et aussi vivement qu’avait réagit l’auror, il agrippa sa baguette à pleine main, bloquant une fois de plus sa magie. Cette fois encore l’auror ne se laissa pas surprendre une deuxième fois et sans attendre, il enchaîna avec un majestueux coup de boule dans la tête de Saïd. Ce dernier tituba en arrière, un peu déboussolé mais juste assez pour jeter son poing de toutes ses forces dans la direction générale de la tête du vieux combattant. Mais ce fut dans la tête de Zoya que celui-ci fini.

Immédiatement les deux hommes se figèrent et la regardèrent avec appréhension. Sans le savoir, la même sensation les avaient prit tous les deux, l’hésitation entre s’inquiéter pour elle ou s’inquiéter pour eux-même si Zoya venait à vouloir participer à leur petite bagarre. Voyant que ce n’était pas son intention ils s’éloignèrent l’un de l’autre, non sans échanger un regard noir.


Saïd mit un peu de temps à comprendre la phrase qui sortit de la bouche de Zoya. Déjà parce qu’il avait commencé à douter qu’elle accepterait de leur parler, aussi parce qu’il s’attendait plutôt à une répartie cynique ou une remarque quant à leur comportement. Mais principalement il lui fallu plusieurs seconde d’intense réflexion avant de se rappeler qu’en effet, il savait aujourd’hui qu’il avait un frère : Ali Wilkes.

- T’as perdu la tête ?! s’exclama Saïd lorsque l’info trouva enfin son chemin jusqu’à son cerveau. D’abord celui là et maintenant l’autre illuminé ?! Aurais-tu oublié qu’il a failli te tuer ?!

Fol Oeil ne fit aucun commentaire mais son cerveau se mit à tourner. Un frère ? L’auror arrivait à situer un défunt demi-frère mais il savait que ce n’était pas celui dont il était question ici. Il n’avait pas fait plus de recherche que ça sur la vie du mangemort et il ne pensait pas gâcher du temps à le faire. Mais ne pas savoir de qui Zoya parlait en envisageant un nouvel allié dans leur groupe déjà très dépareillé lui déplaisait grandement. La réaction de Saïd ne l’aidait pas plus à être en confiance. Et d’apprendre que Zoya avait failli mourir ne devait pas être un si gros choc pour lui la connaissant et pourtant. Il n’en avait rien su. C’était cela qui le déstabilisa le plus en les écoutant parler. Il se rendait doucement compte qu’aujourd’hui, il n’avait vraiment plus aucune idée de ce dans quoi cette dernière était impliquée. Il était un temps où il l’avait presque considéré comme une extension de lui-même. Eux deux contre ce monde d’aveugles et d’idiots rongés par la guerre. Mais aujourd’hui il ne savait plus rien d’elle. En fait il avait même l’impression d’avoir échangé sa place avec elle, a accepter de coopérer avec un mangemort pour vaincre son ennemi. Elle ne le cachait pas, il n’était qu’un allié de plus contre Evan Rosier. Mais arrêter Evan Rosier était aussi ce qu’il souhaitait alors l’auror se força a ravaler l’écho de fierté qui voulait le faire grimacer. Il n’y avait pas de place pour l’égo dans cette histoire.

Mais Saïd lui savait très bien de qui il s’agissait et Ali était la dernière personne avec qui il aurait songé coopérer pour cette mission. Pas seulement par égo ou par peur de risquer de perdre Zoya une nouvelle fois. Il connaissait Ali mais aussi il connaissait son influence sur lui. Il n’avait osé vraiment le dire à Zoya mais ce petit voyage en Egypte lui avait retourné le cerveau bien plus qu’il ne voudrait bien l’avouer. Si cela n’avait été pour sauver Zoya, il savait que les choses auraient pu se terminer très différemment. Et même s’il était revenu, il pouvait sentir qu’il n’était plus le même homme que lorsqu’il était partit. Il mourrait plutôt que de l’admettre à haute voix mais c’était le temps passé avec Ali et les Enfants de Ra qui avaient fini par changer ses sentiments par rapport à la famille. Et aujourd’hui il s’installait dans une nouvelle demeure avec Zoya et Elliot. Tout lui semblait limpide et pourtant quelque chose en lui n’avaient de cesse de douter. Etait-ce ce qu’il souhaitait réellement ? Il pouvait sentir son futur ne tenir qu’à un fil, un fil qu’il pouvait couper à tout moment. Il ne voulait pas Ali dans les parages lorsqu’il prendrait cette décision. Mais il n’était pas prêt à admettre sa peur ou à la partager. Il savait qu’il n’en avait pas forcément besoin pour dissuader Zoya.


- Il sauverait peut-être Elliot mais il n’est pas un allié. Il a essayé de me garder en Egypte et il en fera de même avec lui. Tu le sais.

La dernière chose dont ils avaient besoin était de se retrouver avec deux ennemis au lieu d’un. La dernière fois que Saïd avait vu Ali, il lui avait clairement ordonné de rester loin de lui et de sa famille et que s’il venait à le revoir, il le tuerait pour ce qu’il avait fait à Zoya.  Et c’est ce qu’il avait l’intention de faire si cela se produisait. Il pensait que Zoya partageait sa peur. Qu’après lui, Elliot était le prochain sur la liste d’Ali. Mais il fallait croire que la menace de Evan Rosier effaçait toute logique.

- Zoya… soupira Saïd qui vint entourer la brunette de ses bras pour l’empêcher au moins physiquement de s’éloigner de leur conversation et de retourner là où elle avait dégoté cette idée stupide. On… On a pas à faire tout ça, tu sais ? Evan n’en a peut-être rien a faire d’Elliot. Il serait peut-être moins risqué de ne pas l’approcher. finit-il par dire d’un ton le plus rassurant possible.

- Et le voilà. railla Fol Oeil d’un ton dédaigneux et bruyant pour un homme qui avait su être silencieux dans une conversation qui ne le concernait pas. J’me demanderais quand est-ce que tu te mettrait à couvrir les fesses de ton ancien poto.

Saïd leva un regard doré aussi brillant qu’un soleil de midi au dessus d’un désert. Il ne se jeta cependant pas sur lui une troisième fois, gardant fermement Zoya dans ses bras.

- Ferme la balafre qui te sers de bouche auror. Tout le monde sait que tu veux juste te servir d’elle pour pêcher ton gros poisson, comme tu l’as toujours fait. Mais c’est pas à propos de toi, c’est pas à propos d’Evan non plus. C’est à propos de notre famille et je te laisserais même pas t’en approcher assez pour planter une fleur dans notre jardin, vieille croûte. renvoya Saïd d’un venin pire que venimeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Sam 5 Déc - 23:36

Elle avait la sensation de devenir folle, réellement. Elle allait presque à regretter l’époque où il n’y avait qu’elle dans l’équation, l’époque où elle pouvait prendre des risques inconsidéré sans se soucier de personnes d’autres qu’elle. Et maintenant ? Maintenant, elle était presque horrifié à l’idée de devenir comme tous ceux qui n’avait pas osé se mouiller pour l’Ordre, parce qu’ils avaient une famille. A juste titre, elle ne leur en voulait pas vraiment, mais elle ne comprenait pas non plus. Maintenant qu’elle ressentait la même chose, elle les plaignait. Il sauverait Elliot mais l’emporterait en Egypte, était-ce vraiment ainsi que ça devrait se passer ? Et si c’était le cas, était-ce réellement un mal ? Elle devait se rendre à l’évidence, Ali avait été plus efficace pour Saïd qu’elle ne l’avait été. Se gardant bien de le dire, elle ne pouvait se rendre à l’évidence qu’une seule chose, elle n’avait été qu’un monceau de problème en plus à gérer.

« Je sais mais… » Elle-même n’avait pas franchement d’argument, et surtout, la présence de Maugrey l’empêchait de donner trop de détail, elle ne voulait pas qu’il sache…Elle détourna les yeux « C'est lui qui...Pas moi... »

Se retrouvant dans les bras de Saïd, elle posa son front sur son épaule, ses cheveux venant cacher le reste de son visage, elle ne s’était pas rendu compte qu’elle s’était mise à trembler. Pendant un instant, il était facile d’oublier la présence d’Alastor. Profitez simplement de la chaleur de son cœur, entendre les battements de son cœur, son parfum d’alcool et de tabac froid avec quelque chose d’épicé qu’elle n’avait jamais su réellement définir. Ses mains s’agrippèrent à lui dans son épaule, essayant de peser le pour et le contre, envisageant sincèrement de laisser Elliot en Egypte si ça pouvait le sauver de tout ça. Il avait une famille là-bas, quelque chose de véritable, quelque chose qu’elle-même n’avait jamais connue et qu’elle ne pourrait probablement jamais offrir à Elliot. Tout ce qu’elle avait réussi à faire, c’était tuer celle qui l’avait, au fond, vu grandir et qui l’avait élevée.

Une seconde de paix dans ses bras…Lui proposant alors cette alternative qui n’avait jamais traverser son esprit. Ne rien faire, ne pas prendre de risque, ou le moins possible. L’idée s’insinua en elle, comme une possibilité mais l’écho était étrange. Pouvait-elle seulement y croire ? Ne rien faire…Cela lui aurait probablement semblé absurde mais là, pendant une seconde, l’idée lui semblait presque possible. Mais la peur continuait de l’assaillir. Elle avait connu bien des moments où elle avait eu peur, pour elle-même, pour sa vie, et même pour la vie des autres, des membres de l’Ordre ou encore, pour Saïd. Le souvenir de son corps inerte après un combat avec l’homme qu’elle redoutait tant, la douleur qu’elle avait ressentie en cet instant, l’air lui manquait alors que Maugrey cracha son venin sur Saïd. Les paroles de l’ancien serpentard raisonnait en elle comme une vérité, il s’était servi d’elle et aujourd’hui ne faisait pas exception et si en temps normal cela ne l’aurait pas gêné, aujourd’hui…Il y avait beaucoup trop en jeu et surtout, pouvait-elle faire confiance en son mentor comme elle lui faisait aveuglément confiance à l’époque ?

Elle s’était attendue à ce que l’Auror réplique, mais le silence lui fit rapidement comprendre qu’il n’en ferait rien. Ça aurait presque été plus facile s’ils s’étaient engueulés encore une fois, qu’ils se battent, elle aurait pu faire un choix facilement mais là…Dans un cas comme dans l’autre, elle décevrait. Se détachant légèrement des bras de Saïd, n’osant même pas le regarder dans les yeux tant elle avait honte de se montrer aussi faible, tant elle n’y était guère habitué. Elle devait faire un choix, elle le savait, soit elle partait en chasse, soit elle ne prenait pas se risque en espérant que le Rosier laisserait tomber Elliot. Une part d’elle savait d’avance qu’Evan ne ferait pas ça et pourtant…Elle ne pouvait s’empêcher d’espérer.
Et fond de son esprit, elle se souvenait de ce jour où elle s’était retrouver avec Elliot dans ses bras, des mots qu’il avait employé.
***
« MAIS T'ES DINGUE ?! Je ne t'ai jamais demandé de te sacrifier pour moi ! Tu penses jouer les héroïnes ? Mais c'est juste de la lâcheté !! As-tu pensé aux gens que tu laisserais derrière toi ?!  Et moi alors ?! Je n'ai plus que toi au monde!!  Si tu venais à mourir, je serais seul, j'aurais tout perdu sur cette terre ! Comment pourrais-je apprendre à t'aimer si tu n'es pas là ?! Tu pourrais au moins me faciliter la tâche !! »
***

Elle se mordit la langue, le sang se mêlant rapidement à sa salive. Son regard croisa celui de Saïd, reconnaissant, y voyant certain trait qu’Elliot avait hérité de lui. Elle finit par se retourner, si elle devait décevoir quelqu’un, elle le ferait en le regardant droit dans les yeux.

« C’était une erreur Alastor…Je pensais pouvoir, mais j’ai beaucoup trop à perdre maintenant…Je ne veux pas revivre ça une seconde fois. Je ne pourrais pas. »

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Dim 6 Déc - 0:44



Alastor ne répondit rien. Pourtant il n’était pas méconnu pour avoir un vocabulaire bien trempé. Mais il savait qu’il perdait son temps. Depuis qu’il avait posé ses yeux sur ce salaud de mangemort, il pouvait le sentir suinter le doute. Au départ il pensait que Saïd Wilkes était plutôt nostalgique de ses glorieuses années sanglantes et plutôt heureux d’apprendre que son copain était tout aussi vivant que lui. Mais a le voir évitant, hésitant, conseillant à Zoya de simplement lâcher l’affaire et à se braquer ainsi, l’auror commença a se demander si ce dernier n’avait pas simplement et bêtement peur d’Evan Rosier. Mais ça ne faisait aucune différence. Saïd n’avait clairement aucune intention d’aider Zoya à combattre Evan Rosier.
Honnêtement il cru que quelques secondes suffirait à Zoya pour se retourner et mettre une grosse baffe au lâche qui se cachait derrière elle à lui susurrer d’abandonner. Mais les secondes passèrent et rien ne se produisit. Au contraire, l’auror pu clairement lire le doute s’insinuer en Zoya également. Le doute et la peur.

Il connaissait bien ce regard, mais il n’avait jamais cru l’observer un jour sur le visage de Zoya Horlov. Pas elle. Elle qui était sensée être comme lui. Dernier bastion contre le Mal, prête à tout pour atteindre ses fins. Mettre le monde entier à feu et à sang si ses ennemis se trouvaient dans le tas. Mais pas aujourd’hui. Plus maintenant. Maintenant elle arborait la même expression pleine d’inquiétude et de faux-espoirs idiots que tous les autres qui avaient quelque chose à perdre. Elle n’avait pas prononcé le moindre mot qu’il avait déjà comprit. Il l’avait vu et vécu de nombreuses fois. Ceux qui finissent par baisser les bras, se terrer dans un coin ou détourner le regard dans le simple espoir que les problèmes s’en iront loin d’eux-mêmes. Amer, il l’observa se retourner vers lui.

Il voulu hurler d’un rire jaune, se moquer d’elle ouvertement ou lui foutre une claque monumentale, mais aujourd’hui il se rendait compte que plus personne ne rirait avec lui. Même elle. Même elle.
Il savait qu’il n’avait qu’à partir, reprendre sa vie, son enquête comme si elle n’était jamais venue le chercher. Rentrer chez lui, tout oublier et la laisser continuer cette vie qu’elle s’était choisit. Mais son regard fixait son visage et refusait de le lâcher. Encore un instant, juste quelques secondes, car il savait qu’à l'instant où il se détournerait d’elle, elle disparaîtrait définitivement de sa vie. La Zoya qu’il avait trouvé dans son bureau il y a tant d’années, celle avec qui il avait vécu tant de choses, celle qu’il avait toujours compté dans son camp peut importe lequel était-ce, cette femme n’était plus. Et son visage était la dernière illusion à laquelle il pouvait se raccrocher.

- Très bien. finit-il par dire amèrement, la gorge serrée. Tu ne veux rien perdre. Tu ne veux pas perdre Elliot, tu ne veux pas le perdre lui, tu ne veux pas perdre la petite vie confortable que tu t’es construite. Je connais. Tu sais que je connais.

Alastor ravala sa salive et il eu l’impression de ravaler son ego et son coeur dans la même gorgée. Il voulu partir, il devait partir mais encore une fois, il observa cette femme qu’il avait tant voulu compter à ses côtés. Mais un regard vers elle et un autre vers son sombre acolyte lui rappela que cela n’avait jamais dépendu de lui. Elle avait fait son choix il y a bien longtemps.

- Tu veux courir ? Enfouir ta tête dans le sable ? Et ben toi et ta jolie petite famille feraient bien de faire vos petites valises et d’aller vous planquer bien profond dans le désert du Sahara si vous espérez échapper à Evan Rosier. Tu crois vraiment ? Qu’un type aussi égocentrique que lui va laisser un gosse qui porte son nom tranquille ? Tu ne veux pas le perdre ? Mais tu ne veux pas te battre pour lui ! Et celui là ! ajouta-t-il finalement en pointant Saïd d’un doigt tremblant.
- Tu crois que peu importe ce qui arrive il sera toujours à tes côtés et ben détrompes -toi ! Parce que si quelqu’un est sur la liste d’Evan Rosier c’est bien Saïd Wilkes. Il tue des mangemorts, Zoya ! Crabbe, Selwyn, Gibbon, Jugson, Nott, Scabior, même Avery. énonça-t-il en sachant que pour Zoya comme pour Saïd ces noms évoquaient bien plus de choses que pour lui.

Saïd se figea lentement comme s’il sentait qu’on versait de la glace liquide en lui comme dans un moule. Il voulu dire quelque chose, l’accuser de mentir ou de vouloir se moquer d’eux mais il savait très bien que ce n’était pas le cas. Pourquoi Evan éliminerait-il des mangemorts ? Saïd le connaissait assez bien pour savoir que sans même connaître ou comprendre la raison de ses actions, c’était complètement probable.
Instinctivement, il chercha le regard de Zoya. Pour se rassurer ? Il se rendit compte trop tard que la peur était clairement visible dans ses iris jaunes. Lui-même n’était plus convaincu de ce qu’il avançait. Evan Rosier, les laisser tranquille ? Après quelques mots de Fol Oeil cela paraissait si stupide. Comme si Rosier allait les laisser, Saïd, Zoya et Elliot, s’en tirer facilement comme des tâches sur la nappe immaculée de ses ambitions qu’il tolérerait, pourquoi ? Par fainéantise, flemme, précaution ou nostalgie ? Aucun de ces traits ne lui correspondait. En revanche être un reptile perfide venimeux et inflexible, ça c’était tout lui.

- C’est pour ça que j’enquête sur lui. C’est pour ça que je sais qu’il est de retour. C’est lui. Il les as tous tué, sans faire de bruit ou de bordel. Un à un. Et il viendra pour lui aussi. C’est pour ça qu’on a besoin de lui. expliqua enfin Alastor clairement à contre cœur.
Il se rendit compte que sa dernière phrase devait être rectifié après le changement de bord de Zoya mais il n’eut pas le coeur de le faire.
- Si tu fuis. Sache juste ce que t’as au cul. ajouta-t-il simplement d’un ton amer en détournant enfin le regard.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Dim 6 Déc - 1:35

Elle savait, elle devinait d’avance la réaction, après leur histoire commune, ce qu’ils avaient vécu. La guerre, la merde, le sang, la boue. Les soirées à se moquer de ceux qui avaient trop de chose à perdre. Oui, elle le savait, elle devenait répugnante à ses yeux, à la minute où elle s’était retourné vers lui. Elle avait douté une seconde mais le doute s’était rapidement envoler. Il ouvrit la bouche, balançant son flot de haine comme elle l’aurait probablement fait si elle avait été à sa place. Il y avait deux réactions possible, soit il s’en allait sans un mot, sans un dernier regard, soit il versait sur elle toute sa haine dans l’espoir qu’elle réagisse. Mais lorsque Zoya décidait quelque chose, elle était bien trop butée pour changer d’avis. Un détail qu’elle rappellerait bientôt à Maugrey mais pour l’heure, elle le laissa vider son sac. Il en avait besoin. Elle ne détourna pas le regard, encaissant chaque parole, chaque mot, sa mâchoire se crispant malgré elle, au fond, ce n’était pas chose facile de voir la déception se lire dans les yeux d’une des seules personnes qu’elle ait réellement estimés dans sa vie.

Rapidement, son expression crispée se changea en surprise, apprenant en même temps que Saïd que tous ses petits camarades mangemorts étaient mort. Elle faillit s’inquiéter pour l’autre servillus en ne l’entendant pas dans la liste, elle savait que le professeur n’avait plus mit un pied à Poudlard depuis la rentrée et il aurait presque été logique de le retrouver dans la liste mais s’il était mort…Nulle doute que Maugrey l’aurait su. Apprenant par la même occasion que son mentor était sur le dossier depuis plus longtemps qu’elle. Elle se retourna, observant l’expression de Saïd et le doute s’insinuer en lui. Inversant les rôles, elle reposa les yeux sur Maugrey, elle s’approcha de celui-ci, assez prêt pour qu’il ne puisse se dérober de son regard.

« Je n’ai jamais arrêtez de me battre, dans cette foutu guerre, pour toi, pour l’Ordre…Et tout ça pourquoi ? Tu me rappelle c’est quand la dernière que l’un d’entre vous m’a seulement dit merci ? Tu te rappelles c’est quand que l’un d’entre eux t’a dit merci ? Tu veux que je me batte pour lui ? Et si je crève dans cette affaire ? Qui c’est qui s’occupera de lui ? Vous allez le balloter de famille d’accueil en famille d’accueil comme vous l’avez fait pour le gamin de Grayson ? »

Elle attrapa le bras de Maugrey et serra si fort qu’elle lui faisait clairement comprendre qu’il n’avait pas intérêt à s’en détacher.

« La dernière fois que je me suis battu pour tout ça, j’ai absolument tout perdu. Je n’ai pas vu mon fils grandir et j’ai cru pendant près de quinze ans que mon fils était mort. Alors oui, je vais me battre, mais pas de cette manière, plus de cette manière…Tu peux plus me demander d’effacer la mémoire des gens qui comptent pour que j’aille au casse-pipe. Tu as peut-être été capable de tout rejeté, absolument tout, pour n’avoir jamais rien à perdre ou presque rien…C’était ton choix, et je l’ai respecté...Maintenant, ose me dire que tu n'as aucun regret, est-ce que ça en valait vraiment le coup ? Et tu ose me reprocher de vouloir garder les seules choses de bon dans ma vie ? »

Sa main continuait de serrer avec force celle de Maugrey, alors qu’une étrange sensation électrique semblait traverser les deux protagonistes. Continuant de fixer l’auror, la jeune femme ne le quittait pas des yeux, bien décidé à lui faire comprendre le fond de sa pensée.

« Saïd Wilkes est mort, s’il s’était intéressé une seule seconde à lui, il l’aurait buté sur son lit d’hopital…C’est discret et personne n’aurait soupçonné une seule seconde un meurtre sur un parfait inconnu dans le coma depuis près de quinze ans. J’ai toujours été première sur le front et voilà où ça m’a mené, je ne prendrai pas de risque à la con alors que j’ai une chance pour qu’il ne s’intéresse pas à nous… »

Elle s’approcha un peu plus.

« Trouve-toi un autre pion… »

Le repoussant soudainement pour l’amener vers la sortie, la colère semblait prendre le dessus sur elle. Elle ne doutait pas une seconde que Maugrey avait senti la sensation électrique, cette sensation familière, ce sortilège d’une autre époque, cette petite chose qui leur avait permis de rester en communication lorsqu’elle était une taupe…C’était sa création à lui, elle savait qu’il comprendrait. Zoya était une femme butée, qui ne changeait pas facilement d’avis…
Elle le poussa une seconde fois.

« Dégage ! »

Elle ne voulait plus entendre ce qu’il avait à dire, encore moins qu’il insinue plus de doute dans leur esprit.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saïd S. Wilkes

avatar

Serpentard


Messages : 446
Date d'inscription : 17/08/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: M. O. I.
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour

MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   Sam 12 Déc - 13:32



Merci, toujours merci. Comme si la gratitude lui apporterait quoi que ce soit. Elle n’en voulait pas vraiment de son merci, ce qu’elle voulait et ce qu’elle avait toujours voulu était une raison d’en vouloir au monde entier, une raison de mettre le feu au monde. Toujours la même rengaine comme un disque rayé qui ne sait plus comment va la suite. Mais ce n’était pas pour rien qu’elle ressortait ses vieilles répliques.

Maugrey pu sentir une sensation électrique et bien qu’il su immédiatement de quoi il s’agissait il faillit tirer violemment son bras pour défaire leur lien. Elle le retint, de ses mots vides de sens et de sa force alors qu’il pouvait sentir l’adrénaline et le doute monter en lui. C’était comme un flash-back horrifiant du temps de la guerre. Et c’était bien une nouvelle guerre dans laquelle Fol Oeil se jetait corps et âme chaque jour. Mais elle ? Allaient-ils remettre ça ? Après tout ce qu’ils avaient vécu, après avoir vu ce que cela leur avait apporté ?
Alors qu’il lui reprochait un instant auparavant d’être devenue comme les autres, de ne penser qu’à sa pomme et de n’oser se mettre en danger pour ce en quoi elle croyait, il se sentit déstabilisé et effrayé par son soudain changement de position. Etait-ce vraiment ce qu’il avait espéré en venant ici et en lui révélant tout ça ? La jeter une fois de plus au milieu du champ de bataille ? Non, non ce n’était pas ce qu’il voulait. Mais c’était trop tard.

Il pouvait la sentir s'ancrer en lui par la magie et bien que le sort ne pouvait marcher sans son consentement, il fut incapable de ne pas la rejoindre. Il ne l’écoutait plus, pas ses mots en tout cas mais il fixa ses yeux et pouvait y lire toute ses pensées, ses émotions, sa détermination. Il ne cacha pas sa crainte, ses inquiétudes et sans doute cela passa pour de la tristesse et de la déception au yeux de Saïd Wilkes. Il ne lui cacha pas mais il ne lui dit rien. Si quelques mots l’avaient soudainement décidée à l’aider il doutait que quelques autres suffirait à la faire abandonner. Comme toujours, Zoya faisait ses propres choix.
Il se laissa pousser jusqu’à la porte et avant qu’elle ne mette fin à sa mascarade, il s’efforça à écraser ses inquiétudes pour laisser son regard lui communiquer une dernière chose.

Ok gamine. J’suis avec toi.


Elle claqua la porte et en même temps l’auror disparu, laissant les deux amants seuls. Mais Saïd ne su pas s’il se sentait plus rassuré maintenant que leur allié momentané eu disparu. Silencieux, il observa Zoya. Il ne savait pas ce qu’elle avait dans la tête et bien qu’il aurait aimé savoir, il ne tenta pas de comprendre. Il avait déjà assez de mal à se comprendre lui-même. Savoir que Evan menait une chasse aux mangemorts l’avait figé de stupeur mais maintenant que le choc était passé il ne savait toujours pas sur quel pieds danser. C’était Evan Rosier. Un homme impossible à saisir, à prédire, à comprendre.
Saïd savait qu’il n’avait aucune envie de mourir et surtout pas de la main de quelqu’un d’aussi propre qu’Evan Rosier. Mais avait-il envie de mener bataille pour autant ? Tout comme pour Elliot, quelque chose en lui lui dictait que le mieux à faire était peut-être de simplement ne pas s’approcher du Rosier pour en éviter les épines. Mais Evan n’était pas du genre à rester statique et apparemment, il venait droit vers eux. Que faire, que faire ?
L’Irlandais fixa un peu plus longtemps Zoya qui semblait elle aussi perdue dans ses pensées. Bien qu’elle semblait avoir clairement fait son choix, dans ses mots en tout cas, il ne chercha pas son avis ou son assurance. Que Merlin le stupéfie sur place si un jour il choisissait d’aller demander conseil à Zoya Horlov. Cette femme faisait toujours les pires choix dans la vie. Non il la regarda pour se rappeler de redescendre sur Terre. Qui en avait quelque chose à foutre des petits plans et magouilles de Evan Rosier ? Certainement pas lui. La peur était la seule arme que cette fiche molle d’intello avait dans le pantalon et il n’allait pas le laisser s’en servir. Pas sur eux.


Soufflant un coup il laissa cette histoire et ces tourments aller là où tout ce qui l’emmerdait finissait pas aller. Rejoignant Zoya, il releva sa tête d’une main pour y déposer un simple baiser sans questions ou incertitude.

- Allons-y. dit-il avant de disparaître à son tour sans plus de cérémonie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Comme chiens et chats   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme chiens et chats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Sims 4 Chiens et Chats - 10 Novembre 2017
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)
» Chiens d' attaque de Nécromunda
» arbalette ou un truque comme ca
» [Sondage] Jolival 2011 - Rien ne sera jamais plus comme avant!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Village de Pré-Au-Lard :: Appartement de Zoya Horlov-