AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 L'avenir est un long passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: L'avenir est un long passé   Sam 5 Mar - 16:27


Les yeux rivés sur le château, les lèvres de Zoya bougèrent sans réellement prononcer de parole, en quelques secondes le paysage autour d’elle se modifia, l’air frais laissa place à la chaleur presque étouffante d’une bon feu, le calme disparut au profit d’un brouhaha de paroles et de vaisselle. Elle pouvait sentir la douce odeur d’un délicieux repas. Elle était là, dans cette pièce pleine. Elle pouvait reconnaître le visage de Molly, les traits tirés de Lupin, le père de Bran…Son regard resta une seconde sur cet ami avant de poser les yeux sur une blonde souriante accompagnée de son époux. Elle esquissa un sourire crispée en observant l’heureux couple, c’est en les aidant eux que Maugrey à tout découvert…Maugrey…

Son regard se posa sur l’œil bleu électrique qui s’était figé en sa direction. Il était le seul à pouvoir remarquer sa présent, le seul à pouvoir la voir. Elle était comme une hallucination dont il était l’unique victime. Elle le fixa, le visage complètement fermé. Se retrouver entourer des différents membres actuels de l’Ordre lui faisait un drôle d’effet, beaucoup de souvenir lui revenait en mémoire et cela ne diminua en rien le sentiment de jalousie qui l’accompagnait depuis presque une heure déjà.

De son côté, devant le portail de Poudlard, Zoya semblait simplement observer les alentours, s’allumant une autre cigarette…Un geste que Fol’œil pouvait voir, bien au chaud, à cette table.

_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Sam 5 Mar - 23:38


Visite de courtoisie ou contrôle de routine, Alastor Maugrey essayait de passer assez régulièrement. Il aurait voulu être heureux de retrouver ses alliés et évacuer un peu de pression avec un bon thé chaud. Mais il ne se mentait pas. C'était surtout la peur et la méfiance qui le motivait le plus souvent. Certes, ils étaient des alliés mais l'auror ne leur faisait pas tous forcément confiance. Surtout ceux qu'on gardait cachés dans la vieille baraque du square Grimauld. Il ne leur voulait pas.  Il savait que rester enfermé ici pouvait rendre fou n'importe qui ou du moins les rendre téméraires et désespérés. C'était pour cela qu'il devait veiller au grain.

La première chose qu'il remarqua en entrant dans la vieille demeure fut le léger parfum d'enthousiasme. Ce n'était pas anodin lorsque la plupart du temps chaque pièce portait plutôt l'ambiance d'un tombeau.
Il retrouva la joyeuse bande dans la cuisine et même son arrivée maladroite et bruyante ne fit rien pour entamer la bonne humeur ambiante. Alastor était un peu comme le chien de garde, la figure d'ordre et d'autorité et il ne s'en cachait pas. Il se sentait souvent comme la baby-sitter obligé de réprimander ceux qui faisaient des bêtises. Mais cette fois-ci sont entrée fut accueillie de sourires et de salutations chaleureuses. La suspicion de l'auror monta en flèche lorsque son œil magique ne manqua pas le bref et discret regard que s'échangèrent Remus et Sirius. Peut friand de formalités et de finesse, Alastor s'apprêta à leur rentrer dans le lard tout de suite mais il fut soudain bloqué par le sourire radieux et le thé parfumé de Molly Weasley. Ravalant ses grognements au moins le temps de prendre la tasse et de remercier la si douce matrone, il s'accorda le temps d'une gorgée de liquide chaud pour spéculer sur ce que ces idiots de Maraudeurs avaient pu encore concocter dans leur esprit bancal.

Son œil bleu et son geste se figèrent soudain lorsqu'une personne n'appartenant pas au joyeux tableau lui apparu. Il savait que Zoya Horlov ne se tiendrait jamais réellement là où elle se trouvait, entourée des joyeux membres de l'Ordre du Phoenix à profiter de la bonne cuisine de Molly. Même sans ça il n'était pas difficile de savoir que la brunette n'était pas à sa place au milieu de ces visages souriants. On aurait dit qu'elle venait d'avaler une brique et ce n'était pas inhabituel. Comme c'était elle qui lui rendait visite, elle avait tout le loisir de voir où et avec qui il se trouvait. Bien qu'il n'avait rien à lui cacher il aurait préféré la voir dans un autre contexte. Il ne savait pas si elle l'enviait d'être ainsi entouré, apprécié, respecté, elle qui crachait si souvent sur ceux qu'elle qualifiait de faibles, d'hypocrites et d’ingrats. Lui, en tout cas l'enviait quelque peu lorsqu'elle alluma une cigarette de son air habituellement nonchalant.

Il savait que cela paraitrait un peu bizarre de venir et de repartir aussitôt sans entamer l'assiette qu'on avait posé devant lui mais il ne tenait pas à faire attendre Zoya en lui imposant d'attendre qu'il finisse son repas. Lui même n'avait pas envie d'attendre pour savoir ce qu'elle venait lui apporter comme informations. Soupirant doucement il poussa l'assiette devant lui et se releva.

- Déjà mangé. Merci pour le thé. J'ai quelques choses à régler. Je serais dans le salon. grommela-t-il mécaniquement en prenant sa tasse.

Son œil bleu balaya la salle à manger mais c'était à Molly qu'il s'adressait. Celle-ci ne sembla pas s'offusquer et acquiesça avec un sourire chaleureux. L'auror eu l'impression que les autres évitaient plutôt de croiser son regard mais il y avait plus urgent à se soucier. Clopinant lourdement, il quitta le groupe pour rejoindre un salon annexe où il serait plus tranquille. Fermant la porte derrière lui il lança machinalement un sort sur la porte pour empêcher tout son de sortir et de se glisser dans l'oreille d'un potentiel fouineur. Il se laissa lourdement tomber dans un des gros fauteuils de cuir et posa sa jambe métallique sur la table de chevet pour se soulager.

- Alors ? aboya-t-il simplement de sa voix bourrue sans s'étendre sur des sujets sans importance à ses yeux. Si Zoya était là, c'est qu'elle avait quelque chose à dire et il était là pour l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Dim 6 Mar - 14:01

Elle observait tout ce beau monde, des sentiments contradictoires plein la tête, entre l’envie et la colère, elle chassa ses pensées à coup de nicotine directement dans les poumons alors qu’elle posait ses yeux sur Alastor. Préférant clairement se concentrer sur lui plutôt que les autres et la sensation particulièrement désagréable de ne pas être vue. Elle suivit le boiteux lorsqu’il refusa l’appétissante assiette que Molly avait posée devant lui, prétextant avoir déjà dîné et avoir quelque chose à régler. Sur ses talons, elle le rejoignit jusque dans le salon. Par réflexe, elle prit la peine d’observer les détails des lieux, elle ignorait où se trouvait exactement l’adresse du nouveau QG de l’Ordre même si elle avait quelques idées en tête. Dans le petit salon, elle observa un instant la pièce alors que Maugrey s’installait. Son regard se posa sur la tapisserie du mur sans encore prêter attention aux détails, elle s’approchait de celle-ci lorsque Fol’œil prit la parole.
Se retournant, elle observa son mentor et comme à son habitude, elle y alla sans détour :

« Il a voulu tuer mon fils cette nuit… »

Sa voix trembla plus qu’elle ne l’aurait souhaité alors qu’elle s’approchait du fauteuil, s’installant l’accoudoir.

« Il a l’art de se mettre dans la merde ce gosse… » Soupira-t-elle « Il a quitté Poudlard pour je ne sais quelle raison en compagnie de mini Evan, le temps que je le localise, quelqu’un les avait déjà aidé et mis en sécurité… » Il était facile d’entendre au son de sa voix toute la frustration et la colère que cette situation lui faisait ressentir.

« Parker, elle est en vie cette conne...Avec une pseudo solution à deux balles. »

Elle tira sur sa cigarette avant de la tendre à Alastor.

« Elle a parlé d’un truc…Des horcruxes…Je sais pas ce que c’est mais ça avait l’air d’être sa foutu solution miracle. Tout ce que je sais c’est que c’est une piste à creuser, qu’il faut se méfier d’elle et que le mini Evan est une possible solution aussi »

Posant ses yeux sur la tapisserie sans vraiment y faire attention, elle reprit sa cigarette pour en prendre une bouffée.

« Ce psychopathe, il veut un héritier, Elliot est un échec pour lui, un fardeau dont il n’a plus besoin maintenant qu’il sait qu’une version de lui-même, beaucoup plus jeune, se balade librement. »

Se passa une main sur son visage, essayant de remettre de l’ordre dans ses idées et ses souvenirs.

« J’ai renvoyé Elliot à Poudlard mais je ne suis même plus certaine que cela puisse le protéger tellement cet école fuit de partout »


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Lun 7 Mar - 17:33



Il la laissa parler et heureusement pour eux ils n’étaient pas du genre a perdre leur temps a faire la conversation. Ses premiers mots annoncèrent la couleur. Evan Rosier était sortit de l'ombre. Comme Alastor l'avait prédit, c’était pour éliminer quelqu'un mais il eu une moue en se rendant compte que sa proie ne faisait pas partie de sa liste de potentiels suspects. L'enfant avait un lien tout particulier avec celui qui avait fait de lui son fils mais pourquoi vouloir le tuer ? N’était-il pas venu lui rendre visite la fois ou le petit avait trouve malin d'exploser sa propre demeure ? Qu'essayait-il de faire ? Qu'avait-il en tête ?

Le jeune Evan Rosier, encore élève a Poudlard entra a son tour dans l’équation. Cette nouvelle le fit grimacer un peu plus. Il pensait s’être entendu avec Dumbledore pour qu'il s'assure que c'est étrangetés la ne sortiraient pas de Poudlard. Apparemment c'était un nouveau bordel dont il devrait s'occuper rapidement.

Comme il pouvait s'y attendre, Zoya n'était pas venu pour simplement partager ses inquiétudes et lui apporta un nouveau scoop. Lise Parker était en vie. Elle n'était pas dangereuse en dehors du fait que c'était une inlassable fouineuse qui ne savait pas s’arrêter. Il était su qu'elle avait trouvé la mort pendant la guerre a force de donner des coups dans la ruche des Mangemorts du Ministère de la Magie. C’était aussi la compagne de Remus. Alastor se souvint avoir maladroitement tenté de lui apporter son soutien lorsqu'il apprit la nouvelle. Est-ce que le lycanthrope le savait ? Il ne savait pas ce qu'il préférait. Qu'il doivent apprendre a Lupin que sa femme était bien vivante et n'avait pas prit la peine d'envoyer une lettre ou alors d'apprendre que celui-ce était déjà au courant et n'avait pas jugé sage de partager la nouvelle.

La suite n'allait que en s'empirant. Des horcruxes. Oui Alastor en avait entendu parlé et avait longuement conversé avec le plus grand magicien qu'il connaisse Albus Dumbledore. Il avait cru le mage fou lorsque celui-ci lui confia la possibilité que si Voldemort n'était pas mort ce soir la chez les Potter, c’était parce qu'une partie de lui ne s’était tout simplement pas trouvée la ce soir la. Il ne l'aurait pas cru s'il n'avait vu le journal qu'avait détruit le jeune Potter lors de sa deuxième année. Une âme morcelée et cachée pour s'assurer la survie. C’était impensable, répugnant. Mais ils s'agissait de Voldemort et si quelqu'un était assez fou et prêt a tout pour arriver a ses fins, c’était bien lui.
De penser que quelqu'un d'autre puisse y penser et user de la même ruse écœurante... A vrai dire il pensait qu'Evan Rosier aurait plus d'intégrité et d'amour propre pour s'infliger une telle  infamie. Il ne pouvait cependant que l'accepter. C'était lui qui avait tenu la baguette qui mit fin a la vie d'Evan Rosier. Il avait longuement observé son cadavre froid et figé et il s'était dit que plus jamais le monde ne devrait craindre que ce monstre la foule ses terres. Et pourtant, tant d'années plus tard, il réapparaissait comme matérialisé de ses cauchemars de guerre.

La réponse a son premier questionnement arriva ensuite et bien qu''il la prit en considération, il n'en avait déjà plus grand chose a faire. Un héritier légitime et de sang qui remplacerait l'imposteur qu'il avait kidnappé dans le feu du conflit. Cela ressemblait plus a Rosier mais ça sonnait presque comme un détail a coté de l'avenir sombre que l'auror voyait se profiler devant lui. Si Evan s'était résolu a créer un horcruxe pour survivre a la guerre, c'est qu'il devait avoir des projets bien plus important que le simple fait d'engendrer un héritier.

Alastor Maugrey poussa un profond soupir bien qu'il tenta de masquer la réelle détresse qui naissait lentement en lui. Il se passa une main râpeuse sur son visage abîmé.

- Peut-être pas. Mais c'est la meilleure options que t'as. répondit-il dans un effort de compatir aux inquiétudes d'une mère pour son enfant. Mais la fatigue et l’inquiétude s'insinuait dans sa voix sans qu'il ne parvienne ou ne veuille la cacher. Même s'il avait l'impression que Zoya passait doucement de l'autre coté de son combat maintenant qu'elle n'était plus une combattante indépendante mais une mère et une compagne, il ne pouvait pas la traiter comme les autres. Il ne voulait pas la couver et la mettre a l'écart en sécurité. Il avait encore besoin d'elle.

- Et Rosier ? J'imagine que le vrai s'est encore volatilisé mais le petit ? C'est pas pour les mêmes raisons mais il vaut mieux les garder loin l'un de l'autre. J'ai pas envie de courir après deux Rosiers au lieu d'un. grommela-t-il d'un ton pensif.

Il ne savait pas trop quoi penser de cet adolescent. Pour lui Rosier devait-être un démon depuis la naissance et celui-la avait tout juste l'age auquel son homologue se serait initié a la guerre. Mais de ce qu'il sache celui la n'avait encore tué personne et ce n'était pas avec lui qu'il avait croisé sa baguette sur le champs de bataille. Pour l'instant il avait préféré le considérer comme n'importe quel sale gosse qui pouvait étudier a Poudlard pour ne pas trop gâcher de ressentiments et de paranoïa. Mais pour Evan Rosier ? Pour quelqu'un d'aussi égocentrique, avoir un double de lui-même n'était pas anodin. Le voyait-il comme un allié ? Un rival ? Pour l'instant il semblait surtout le voir comme un outil de reproduction et il valait mieux l’empêcher de mettre la main dessus.

- C'est loin d’être une solution miracle. continua-t-il dans le flot de sa pensée en rebondissant sur les mots de Zoya. Un horcruxe est crée par un sort de magie noire très puissant. Il sépare l’âme du sorcier en deux pour l'enfermer dans un objet. Ce qui le rend... immortel, en quelques sortes. Voldemort en a utilisé, c'est comme ça qu'il a réussi a survivre. J'en ai vu un dans le bureau de Dumbledore. Le petit Potter l'a transpercé d'un croc de Basilic lors de sa deuxième année a Poudlard. Mais... Je crois qu'il y en a d'autres.
C'est un vrai cauchemar. Comme si devoir le tuer une fois n'avait pas été assez difficile. Qui sait combien en combien de morceau ce taré s'est découpé. Et maintenant... Et maintenant Rosier s'y met aussi.


La voix grave de l'auror se brisa légèrement et son visage s'assombrit. Il passa une nouvelle fois sa main sur ces yeux mais cette fois-ci pour cacher la faiblesse et la peur qui brillaient dans ses yeux. Mais c'était inutile. Le sort qui les liaient les permettaient de communiquer par la pensée mais ce n'était qu'un résultat du lien puissant qui unissaient leur esprit et leur âme. Il aurait voulu pouvoir se cacher derrière son masque de fer mais sa détresse était limpide pour Zoya. C'était inutile.

- Je... je sais pas combien de temps je vais pouvoir faire ça Zoya.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Lun 7 Mar - 19:22



La meilleure option qu’elle avait…Ses dents pincèrent un coin de sa lèvre inférieur alors que dans son esprit naissait une option qu’elle avait déjà envisager sans jamais vraiment l’oublier. Une option qui faisait naître en elle la culpabilité mêler à une certaine forme de soulagement. Elle avait honte, tellement honte d’elle et jusqu’à présent, elle taisait chacun de ses sentiments, tous contradictoire, divisant son être. Un mélange explosif pour une personne qui n’était incapable de gérer ses émotions comme le commun des mortels, passant d’un extrême à l’autre, sans demi-mesure. La question de Fol’œil la ramena dans cet étrange réalité qui n’était pas la sienne, retrouvant le salon ensorcelé et sa chaleur réconfortante…

« Saïd l’a laissé se tirer » avoua-t-elle « Je crois qu’ils se reverront ces deux-là » elle parlait bien évidemment du mini Rosier et de son copain adulte «  Et si ce n’est pas le cas, j’ai plusieurs autres pistes en tête. Parker à parler de la petite Bethney et de ce que je sais, elle s’est tiré avec ma propre version adolescente, je suis certaine qu’il y a moyen d’exploiter ce joyeux bordel temporel à notre avantage. Il doit forcément avoir un genre de lien entre… »

Elle avait du mal à mettre les mots dessus, "entre moi et moi" lui semblait bien trop stupide et elle préféra laisser la phrase sans véritable fin. Réfléchissant à voix haute, elle ne remarqua pas de suite à quel point tout ce bordel commençait à fatiguer son mentor là où elle semblait oublier certain de ses doutes et de ses craintes. Il lui confia ce qu’était exactement les horcruxes, une saloperie de sortilège. Elle fronça les sourcils, ayant l’impression qu’un détail manquait dans toutes ces joyeusetés.

Elle s’apprêtait à lui poser une question mais en posant ses yeux sur lui, la fatigue et la peur, tout cela la frappa de plein fouet. Alastor Maugrey avait toujours été un exemple, un homme qu’elle craignait autant qu’elle l’admirait, sachant pertinemment qu’elle ne lui arriverait probablement jamais à la cheville mais plus qu’honorée d’avoir combattu et apprit à ses côtés. Ils avaient partagé bien d’autre chose encore mais il avait fait le choix d’y mettre un terme lorsqu’il lui revint après une défaite contre, ironie du sort, Evan Rosier lui-même. Elle observa les marques de ce combat sur le visage de Maugrey et sans vraiment s’en rendre compte, elle posa une main sur sa joue.

« C’est toute la fierté que tu as de toi-même ? » Lui dit-elle calmement, elle se releva le contourna pour lui faire face, s’agenouillant entre sa jambe invalide et valide et pouvoir le regarder dans les yeux. Elle savait que cette simple phrase éveillerait chez lui un vieux souvenir…Quelque chose qu’elle n’avait jamais oubliée. « J’ignore ce qui se passe ici, ce que tu vis et ce que tu dois faire pour les protéger mais ça en vaut la peine…Ca en a toujours valu la peine. »

Elle posa sa tête sur les genoux de Maugrey, fermant les yeux et profitant d’un long silence. Comme elle pouvait sentir tout le désarroi de son mentor, celui-ci pouvait sentir qu’elle gardait pour elle certaine chose. Finissant par rompre le silence :

« Je ne peux pas jouer les maman et les résistantes à la fois… » Enonça-t-elle comme un fait « Je ne suis pas faite pour être mère, j'ai été conne de le croire... » sa gorge se serra « Et je ne pourrai pas pleinement t’aider si je ne suis pas entièrement concentré sur notre combat. » Elle avait honte, bien trop honte pour le regarder dans les yeux, pour lui dire qui lui arrivait de regretter d’avoir tout fait pour récupérer son fils, pour lui dire qu’il lui arrivait de penser qu’il était un poids plus qu’autre chose…Ravalant ses larmes, elle savait pourtant à quel point elle aimait cet enfant, à quel point elle l’avait toujours aimer et à quel point il lui fut impossible d’avancer sans lui pendant toute ses années.

« Je peux pas le protéger » concluait-elle. Déglutissant difficilement, elle ne changea pas de position, la tête toujours poser sur les genoux de Maugrey.

« Il y a une option…Ali…Wilkes…C’est son frère. Un autre de plus qui a tenté de me buter et qui a bien failli y arriver » son corps tout entier se crispa à se souvenir, encore capable de ressentir ces choses se mouvoir en elle et la ronger de l’intérieur. Elle tenta de rassembler les souvenirs de sa rencontre avec lui, elle se crispa un peu plus « Heliopolis…Si je retrouve Ali, il pourrait l’emmener…Loin de toute cette merde… » Elle marqua une pause, déglutissant douloureusement « Loin de moi. »

A croire qu’elle n’avait jamais changer, qu’elle répéterait sans cesse les mêmes choses, tout sacrifier pour cette guerre, tout sacrifier pour Maugrey…


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Mar 8 Mar - 11:08


Maugrey serra la mâchoire en entendant que le jeune Rosier n'était pas non plus dans leurs filets et ce grâce a son cher camarade Saïd Wilkes. Bien sur. Ça n'aurait pas pus être aussi facile. Il n'aurait pas du être surprit par la nouvelle et pourtant il l'était. L'auror se rendit compte que ce n'était pas la complicité des deux Serpents qui le prenait au dépourvu mais celle de Zoya. Pourquoi ne l'avait-elle pas empêcher ? Ne voulait-elle pas mettre la main sur Evan autant que lui ? Pire encore était son air détaché lorsqu'elle fit quelques suppositions sur les intentions du fugitif. Peu importe ce que le jeune Evan Rosier avait prévu de faire, il aurait mieux fallu l'en empêcher.

Mais cette nouvelle et cet échec ne s'ajoutait qu'au lourd panier qu'elle déversait sur sa tête sans se rendre compte a quel point celui-ci était remplis d'horreur. Alastor le savait lui et il pouvait lentement se sentir submergé et noyé dans ce bordel sans nom et sans fond.
Ou peut-être savait-elle très bien ce qu'elle avançait ? Voyait-elle parfaitement la noire situation dans laquelle ils se trouvaient ? Et ne se laissait-elle tout simplement pas dépassée ? Peut-etre était-ce lui ? Le vieux Alastor Maugrey qui avait fait son temps ? L'idée lui était pus insupportable encore que tout le reste et pourtant il ne la lui cacha pas.
Coupée dans sa réflexion par la détresse de son mentor, Zoya s’arrêta et s'approcha lentement de lui. Il pouvait sentir son regard sur lui, il pouvait deviner la pitié et la déception, mais c'était trop tard. Il n'avait pas la force de faire semblant.

Il ferma les yeux lorsqu'il sentit le doux contact de sa main contre son visage lacéré. Comme a chaque fois qu'elle l'approchait, un étrange mélange et chaleur et de froid bouillonnait doucement en lui. Peut-être pour lui donner du courage, elle fit écho a un passé ou les choses n'étaient pas vraiment plus roses mais ou il avait su se montrer plus brave face aux événements, grâce a elle. Mais il n'autoriser son esprit à vagabonder trop loin dans ses souvenirs. Il laissa la douce sensation le recouvrir doucement mais l'accueillit avec une certaine lassitude. Il était las de ressentir ces sentiments. Las de savoir qu'ils ne mèneraient jamais à rien. Las de l'aimer. Las de tout.

Elle lui confia ses propres doutes, ses propres craintes et comme il aurait pu le prédire, ils n'étaient pas pour elle-même. Elliot Rosier, ou plutôt, Elliot Horlov. Ce gamin qui semblait sortir de nulle-part et qui pourtant dans les yeux de Zoya ne pouvait pas être considérer comme un détail. Lui qui l'avait toujours connu comme étant celle qui n'avait rien a perdre, comme lui, c'était si étrange de voir soudainement toutes ses pensées et son énergie orbiter autour de ce petit être faible. Ils avaient toujours vu les autres d'un œil un peu moqueur, ces idéalistes incapable de sacrifier quoique ce soit pour leur propre bonheur. Mais aujourd'hui il ne se sentait pas plus fort ou plus intelligent qu'elle. Certes, lui n'avait toujours rien a perdre, mais il se rendait compte que c'était tout simplement parce qu'il n'avait rien. Rien a protéger. Personne pour qui se battre. Il avait l'impression qu'il pouvait mourir ici et maintenant et il n'en aurait pas grand chose a foutre mais elle, elle ne pouvait pas se le permettre. Elle devait se battre. Elle devait tout faire pour le protéger. Car ça en valait la peine.
Alastor tenta de se raccrocher a son courage et sa volonté. De voir a travers ses yeux, non pas le combat funeste qui les attendait mais le sourire de son enfant qui pourrait vivre et grandir en sécurité. Ce n'était pas contre Voldemort ou contre Evan Rosier qu'il devait se battre, mais pour tout ceux qu'ils détruiraient s'il ne le faisait pas. Rien qu'une vie, rien qu'un sourire, cela en valait la peine.
L'auror laissa échapper un petit soupir. Non pas de fatigue ou de désespoir mais quelque peu amusé et résigné. Juste comme ça, Zoya Horlov lui avait redonné l'espoir et la force de se battre. Le terrible Alastor Maugrey. Il n'était rien en face a elle.
Il aurait voulu pouvoir lui en apporter autant. Si ce n'était la motivation de se battre, il aurait au moins voulu pouvoir lui apporter l'assurance qu'il n'arriverait rien a Elliot. Mais même cela il ne pouvait le lui donner. Pas tant que Evan Rosier serait vivant.

La mère de l'enfant trouva cependant une solution d'elle même. Mais cette solution... Même sans connaître l'homme, Maugrey pouvait sentir que c'était loin d'être une bonne idée. Il se souvint avoir entendu son nom dans une conversation ou plutôt une engueulade qu'elle avait eu avec Wilkes a ce sujet. Cette fois ci il n'utilisa pas seulement sa logique pour se faire un avis. Il pouvait sentir sa peur. Et Zoya Horlov n'avait pas peur de n'importe qui. Un homme qui avait failli la tuer, pourquoi lui confier son bien le plus précieux ?  
Alastor s'apprêta à exprimer son opinion sur le sujet mais avant que les mots ne traverse le seuil de ses lèvres, l'écho des paroles du mangemort lui revinrent en mémoire. Ce n'était pas qu'il se méfiait de l'inquiétude de Saïd à ce sujet ou qu'il ne voulait pas se mettre d'accord avec un monstre comme lui. Mais l'homme était le putain de père du gamin et même son refus n'avait rien fait pour lui faire changer d'avis. Qui était-il, lui,  pour lui dire ce qui était mieux pour son gosse ?  Lui qui n'aurait pas hésité à utiliser Elliot Rosier comme appât, lui qui se servait de Zoya pour avoir Evan ? Il n'avait pas le droit de jouer les hypocrites.
Si Alastor pouvait apporter quelque chose a Zoya ce n'était pas des conseils a deux balles ou des consignes de sécurités, mais son soutien et son aide, peu importe dans quelle merde elle décidait de se lancer.

- Héliopolis hein...  Alors c'est de là que vient ce démon. murmura Fol Oeil sans vraiment faire preuve d'animosité. L'auror connaissait les Wilkes, leur réputation et leur béguin pour le fratricide. Mais Saïd Wilkes ne rentrait dans cette boite qu'a moitié. Et quelque chose lui disait que cette deuxième moitié n'était pas plus plaisante que la première.
L'Egypte était un pays d'ancienne magie et théâtre de nombreuses guerre entre les différentes lignées de sang-purs. C'était a peu prés tout ce qu'il savait a propos de cela et c'était déjà bien suffisant.

- Tu ne peux pas lui faire confiance Zoya, tu le sais ça. Je veux dire... Tu l'as vu agir en faveur de Rosier, non ?Ne put-il s’empêcher de lui rappeler tout en sachant qu'elle l'ignorerait sûrement ou lui foutrait un poing dans la gueule. En fait, on ne peux faire confiance à personne. [/color]rappela-t-il a nouveau, un écho de nostalgie amer dans sa voix lorsqu'il se rendit compte que c'était la sa phrase préférée durant la guerre.

- Mais c'est ton choix. Et j'suis avec toi gamine. ajouta-t-il d'un ton qui avait retrouvé son autorité et son assurance naturelle. J'suis pas immortel moi alors qu'on en finisse au plus vite. C'est quoi ton plan ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Mar 8 Mar - 12:29

Qu’attendait-elle réellement de lui ? Elle l’ignorait elle-même, son approbation ou au contraire un rejet catégorique de ce qu’elle venait de lui dire ? Qu’il la rassure, qu’il lui dise qu’elle n’était pas une mauvaise mère, qu’elle avait juste la trouille parce que c’est comme ça qu’elle fonctionne, avec la trouille aux tripes. Mais rien de tout cela, il se contenta simplement d’un commentaire sur les origines de Saïd, elle releva les yeux vers Alastor et se demanda s’ils étaient réellement différent lui et l’égyptien qu’il haïssait tant. Que serait-il arrivé si, par un étrange hasard, Wilkes avait décidé que ce serait beaucoup plus drôle de se battre du côté de la résistance ? Un sourire s’afficha le temps d’une seconde, presque amusée de voir remarquer le nombre incalculable de point commun qui unissait son amant et son mentor mais elle devait se rendre à l’évidence qu’il y avait tout autant de différence.

Une nouvelle mise en garde, détournant le regard, elle se posa sérieusement la question. Pouvait-elle faire confiance à Saïd Sam Wilkes ? Dans tout ce merdier, aussi incompréhensible que cela pouvait l’être pour l’auror, l’ancien serpentard était au contraire la seule personne en qui elle avait entièrement confiance…Et face à cette révélation, elle se rendit compte à quel point elle était capable d’en abuser. Elle se garda bien de défendre Saïd auprès d’Alastor, c’était un combat probablement perdu d’avance et s’il y avait bien un sujet auquel elle n’attendait nullement l’approbation  de Maugrey, c’était celui-ci. Se relevant, elle s’approcha une nouvelle fois de la tapisserie, passant ses doigts sur les marques de brûlure.

C’était quoi le plan maintenant ?

« Quoi qu’il arrive, Il reviendra pour nous » dit-elle comme si le fait d’être éventuellement dans la ligne de mire d’Evan Rosier était au moins l’assurance que quoi qu’il arrive, il serait tôt ou tard en face d’eux.

« Me localiser, localiser Ada Bethney et forcer Evan à se montrer…Si on a le gamin, on attirera forcément l’attention du grand méchant  »

Malgré elle, une petite voix dans son esprit lui murmurait que ce n’était qu’un gamin apeuré, très loin de chez lui et qu’elle s’apprêtait à s’en servir sans aucun scrupule. Non vraiment, il n’y avait aucune différence entre ceux qu’ils chassaient et eux. Elle parcourait les différents prénoms, les lisant sans les lire, glissant ses doigts d’une branche à une autre.

« Parker, il faut qu’elle arrête de se la jouer solo, elle croit avoir un deal avec notre cible…Je sais pas ce qu’elle a en tête mais je crois que j’ai trouvé meilleur que moi en terme de mauvais choix. Lupin doit savoir quelque chose et si ce n’est pas le cas, il va falloir le mettre au courant et qu’il trouve un moyen de la ramener ici, elle te sera plus utile » réfléchissant à haute voix, elle ajouta : « elle est pas revenue sans raison…Je suis certaine que cette raison ferait un excellent moyen de pression, à condition de la découvrir. »

Se retournant, elle s’adossa au mur, observant Maugrey.

« Il faut qu’on en sache plus sur ces Horcruxes, sur ce qu’il faut pour en créer un, et sur ce qu’il faut pour le détruire. »

Elle marqua une pause, cherchant dans son esprit les différentes pistes qui s’offraient à eux, d’autres choses auquel elle n’avait pas forcément pensé.

« Si t’as d’autres suggestions »


_________________
I tried to love you, baby. In every way, in every way. I tried to satisfy you, honey. But you wouldn't stay, you wouldn't stay. I knew it was wrong, but I thought about you still.
If you do me wrong, If I'm cruel to you, You're a fool for me, I'm a fool for you. I'm your finish, love, I'm the one for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Jeu 17 Mar - 13:41

Il l’écouta, elle et son plan complètement farfelu. Il y avait Elliot, il y avait Ali d’Héliopolis, Zoya la jeune, Ada Bethney, Evan, n’importe lequel des deux. Et puis Lise Parker, et Remus Lupin. Tout ce beau monde dans un joyeux bordel. Il ne le lui confia pas cela mais cela lui rappelait fortement la guerre. Ce qui devrait être un simple combat d’un camp contre l’autre n’était jamais aussi simple. Il y avait ceux à protéger, les alliés, ceux dont il fallait se méfier, les fouteurs de merdes et les secrets. Alors il se plongeait vraiment là dedans une nouvelle fois ?

Fol oeil prit le temps de réfléchir mais il se rendit compte que sa décision était déjà prise lorsqu’il put sentir l’ébauche d’un plan naître dans son esprit. Peu importe si ce n’était pas sa bataille, il était fait pour ça. Sa vie entière était dédiée à ça. Il ne pouvait pas être trop vieux, il ne pouvait pas prend sa retraite. Il faudrait le tuer pour qu’il puisse enfin s’arrêter.

- Tu t’occupes de te trouver toi même, Ada Bethney et toute la petite bande que tu trouveras. Ramène les à Poudlard si tu peux mais sinon il faut trouver un moyen de les garder sous coude.

Commença Fol Oeil sans vraiment chercher plus loin pour trouver une solution. Ce serait le boulot de Zoya. Il ne savait pas ce qui avait poussé ces ados à partir mais il pouvais déjà sentir que ce n’allait pas être une tâche facile de les faire changer d’avis.

- Je m’occupe de Parker et de Remus. Je sens qu’il me cache quelque chose, il était temps qu’on parle de toute manière. Ajouta-t-il en se relevant lentement de son fauteuil.

Avec la présence de Zoya, il en avait presque oublié qu’il se trouvait actuellement au QG de l’ordre du Phoénix. Un autre groupe pour une autre cause. Ferait-il mieux d’allier les forces contre des ennemis également dangereux ? L’auror n’en était pas certains et de toute manière ce n’était pas cette décision n’était pas vraiment la sienne.

- Je devrais parler à Dumbledore aussi. Il en sait plus sur les Horcruxes et comment les détruire que n’importe qui. L’informa-t-elle d’un ton moyennement réjoui.

- Zoya. L’interpella-t-il avant qu’elle ne disparaisse. Si Dumbledore estime que Evan est un danger… Au même titre que Voldemort, je veux dire. Ça deviendra une affaire de l’Ordre.

Elle savait ce que cela impliquait. La guerre, une fois de plus. La dernière fois la brunette avait eu un rôle dont elle ne s’était jamais vraiment remise. Reniée, incomprise, châtiée. Elle n'était pas prête de l’accepter une seconde fois mais elle devrait se préparer à partager le terrain avec des sorciers qui n’avaient pas oublié.

- Il ne sera plus question que de toi, moi et ton petit ami. Mais je veux que tu saches que quoi qu’il arrive, je suis avec toi okay ? Mets ton gamin à l’abri et soit prudente. T’es une mère maintenant alors fini de jouer l’héroïne qu’a rien a perdre. Ça c’est mon rôle. T’as un truc tu te lie a moi, c’est comprit gamine ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoya Horlov

avatar

Serdaigle


Messages : 297
Date d'inscription : 12/12/2012

Votre Sorcier
Côté coeur: John Doe
Aptitude: Aucune
Affiliation: tous des ingrats

MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   Jeu 17 Mar - 14:17

C’est tout naturellement que le plan se mettait en place entre les deux. Ils savaient très bien dans quoi ils s’embarquaient, ce qui se profilait une nouvelle fois à l’horizon. Ce joyeux bordel, cette sensation qui ne les quittait pas, la guerre, voilà ce qui les attendait encore une nouvelle fois. Elle l’observait, adosser contre le mur comme elle l’avait été lors de cette dernière véritable réunion auquel elle avait participé avant qu’il ne l’envoie droit dans la gueule du loup. Il partageait les tâches, elle acquiesça, comme le brave soldat qu’elle avait toujours été pour lui. Elle lui avait toujours été loyal, enfin, à sa manière. Probablement pas comme lui l’aurait souhaité mais au fond, elle ne l’avait jamais lâché. Et bien qu’elle ait longtemps penser le contraire, l’inverse était vrai.  

Les ramener à Poudlard, ce serait une chose facile, du moins c’était ce qu’elle pensait. La tâche la plus ardu serait de se retrouver elle-même et encore, Zoya se connaissait bien assez pour savoir dans quel coin elle trainerait dès qu’elle aurait une occasion de se balader en toute liberté. De son côté, il se chargerait de Parker et Lupin, admettant qu’il avait déjà pressentit que le lycan lui cachait un truc. Ça tombait bien au final. Il tenterait aussi d’en savoir plus sur les horcruxes, ce qui représentait le sujet le plus important selon l’ancienne serdaigle. Elle quitta son mur s’apprêtant à retrouver la fraicheur extérieur de l’entrée de Poudlard quand Alastor l’interpella.

« Je sais » lui avait-elle répondu lorsqu’il laissait entendre qu’elle pourrait avoir à nouveau à faire à l’Ordre et tous ceux qui n’avaient jamais pu oublier. Etait-elle prête pour ça ? Elle l’ignorait mais si ce moment devait arriver, elle aurait beaucoup plus grave à penser que le regard des autres sur elle.
Elle esquissa un faible sourire en l’écoutant. Il serait toujours là, une promesse qu’elle ne pourrait pas oublier. L’entendre la désigner comme une mère lui fit un drôle d’effet alors qu’elle s’avançait vers lui. Glissant sa main dans celle de son mentor, elle la serra, faisant échos à cette promesse, elle serait toujours là. Elle le fixa alors que sa présence semblait doucement s’évaporer. Autour d’elle, le salon s’effaça, devenant transparent, fantomatique, alors que derrière se dessinait l’extérieur du château, elle gardait ses yeux sur la silhouette translucide de Maugrey.

« Merci »

Il avait pu voir ses lèvres bouger, sans pouvoir l’entendre, à peine ce mot avait-il quitté sa bouche que sa main se resserrait sur du vide et qu’elle se retrouvait à nouveau face au château. Elle observa la lumière qui traversait à travers de multiple fenêtre. Ses pensées se tournèrent vers Elliot. Le mettre à l’abri, son vœu le plus cher en cet instant, mais à quel prix ? Serait-elle vraiment prendre à le laisser entre les mains d’un homme qui avait voulu sa mort ? De parier sur le fait qu’il ne tuerait pas la descendance de son frère…Devait-elle en parler à Saïd.

Penser à Saïd lui rappela le petit manège entre lui et l’autre pétasse brune et le fait qu’elle l’ait laisser derrière elle pour ramener les gamins au château. Elle fit à nouveau le chemin inverse, jusqu’à atteindre la limite où il lui serait permit de transplaner. Un pop sonore se fit entendre dans le silence de la nuit, la sorcière disparaissant du tableau pour rejoindre ce qu’elle pouvait à présent désigner comme son "chez soi".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'avenir est un long passé   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir est un long passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Moc] Takanuva avec un long coup
» [Fan-Fiction] Seul l'avenir le prouvera...
» Faiblesse Pandawa jeté à l'Eau cherche un Avenir Flamboyant
» Passé sombre.
» La vie est un long flood tranquille...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: L'extérieur du Château :: La porte d'entrée-