AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 La seule rédemption possible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lise Parker

avatar

Poufsouffle


Messages : 127
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 27

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: semi loup garou ( crise de violence et d'hystérie durant les pleines lunes, aucune transformation physique )
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: La seule rédemption possible    Sam 23 Avr - 18:30


Au final, elle n'a pas dormit. Au final, elle a bien été présente quand Remus c'est réveillé. Et au final, elle n'a pas eu le temps de lui parler de la Jamaïque, l'homme lui a demandé du temps et de l'espace. Alors Lise a simplement acquiescé et l'a laissé partir, le cœur serré. Elle n'a pas le droit de le blâmer. C'est ainsi. Elle n'est que l'unique responsable, seule avec ses conséquences. Elle c'est donc autorisé quelques heures de sommeil. Le 8 au matin, se levant de bonne heure, Parker s'observe dans le miroir de sa chambre. Ses traits paraissent moins fatigués mais ce n'est pas encore ça. Quelques cernes ont légèrement rougis sous ses yeux, sans être trop prononcés non plus. La jeune femme pousse un soupire puis s'attache les cheveux. Portant son éternelle cape rouge, elle retrouve Amy pour lui faire part de sa décision. La blonde a raison, elle ne peut pas prendre de risque d'être découverte. Elle lui informe qu'elle va tout de même à Montego Bay, mais qu'elle n'a pas à s'inquiéter, à 20h elle sera revenue. Ponctuelle et réglée comme une horloge, Lise en fait la promesse. Quittant Square Grimmaud, elle transplane à l'endroit voulu.

Le vent rafraichissant de son île a toujours eu le don de l'apaiser, déjà à son adolescence. La jeune femme ferme les yeux, profitant de la brise pour écouter l'océan, le bruit des bateaux ainsi que du port maritime. Le marché est bondé comme chaque jour, mais étrangement, elle ne se sent pas oppressée comme à l'accoutumé. Lise Parker est chez elle. Léger sourire aux lèvres, elle quitte sa cape pour garder une tenue plus légère, approprié au temps doux d'aujourd'hui. Quelques courses lui suffisent, et comme d'habitude, elle a même marchandé les prix de ses aliments. L'absence de Sam au marché la crispe un peu. Faire tourner les marchands en bourrique étaient leur petit jeu de celui qui obtiendra le plus bas prix. Elle doit même avouer que son enfant est plus doué qu'elle. La fierté qu'elle voyait briller dans son regard lorsqu'il gagnait une manche, l'avait toujours fait rire. Mais c'était il y a maintenant si longtemps. Deux ans qu'elle n'a pas revu son petit bonhomme. Oh bien entendu, elle veille constamment sur lui, sans qu'il s'en aperçoive. Fenrir l'avait laissé faire à partir du moment où elle ne se montrait pas publiquement. Ce qui c'était stoppé le jour du faux enterrement d'Amy.

Quoi qu'il en soit, lise sait que dans cette île, elle n'est pas seule. Mordant dans une pèche, elle grimpe le long chemin qui l'amène complètement en hauteur, jusqu'à la maison bien à l'écart des autres. Elle ouvre simplement la porte, faisant sonner la petite clochette au passage.

« Papa, j'ai fais des courses. » fait simplement la jeune femme pour signifier sa présence, allant directement vers la cuisine. En guise de réponse, Lise entend un bruit qui n'est absolument pas habituel.

« Lise, tu es rentrée, ma chère enfant. »

Parker se retourne et manque de faire tomber ses sacs de courses. Choquée, elle les pose sur le plan de travail pour s'approcher de son père en fauteuil roulant. Elle s'accroupit face à lui, l'observant avec inquiétude. Ses mains se posent sur son visage.

« Oh, papa ! Mais qu'est-ce qu'il t'es arrivé ? »

Le vieil homme rit doucement, fatigué et usé.
« Ton vieux père n'a plus toute sa forme ma fille. »
« C'est bon … Je vais m'occuper de toi maintenant. » fait-elle avec plus d'émotions qu'elle ne le voudrait. Le vieil homme secoue négativement la tête.
« Lise tu ne pourras pas passer toute ta vie avec moi, tu as d'autres priorités. »
« Tu es ma priorité. »

La voix sèche de sa fille le surprend. L'ancien shérif la regarde et lui demande s'il se passe quelque chose. Mais plutôt que de répondre, la jeune femme préfère s'activer à la cuisine. Patient, son père n'abandonne pas pour autant et s'approche avec son fauteuil roulant. Il aimerait pouvoir se lever et la calmer un peu, la soutenir comme il pouvait. Mais ce dont il est capable, c'est de poser une main rassurante contre la sienne, la stoppant dans ses activités. Lise se fige et laisse tomber son couteau sur le plan de travail, où elle était occupée à couper son poireau.

« J'ai vu Remus ... »
fait-elle d'une voix étranglée. Le vieil homme acquiesce d'un signe de tête, et attend simplement. Il se souvient parfaitement du jour où sa fille est arrivé ici, en larmes, enceinte, essayant d'expliquer à travers ses sanglots qu'elle doit protéger Remus et qu'elle ne sait plus quoi faire. Il l'avait protégé et préservé autant que possible mais la jeune adulte est restée angoissée et stressée pendant de longs mois, si bien que l'accouchement c'est très mal passé, entre complications et souffrances. Pour la seconde fois de sa vie, il a bien cru qu'il allait la perdre, ce jour là. Mais Lise a chéri son enfant, dès l'instant où elle a pu le prendre dans ses bras.

Connaissant donc l'existence de Remus Lupin, il attend simplement la suite, avec calme, lui laissant le temps de s'exprimer. Le vieil homme sait que s'il la brusque, elle ne parlera pas.

« Il sait pour Sam …. Et il m'en veut terriblement. Je ne l'avais jamais vu comme ça. »

L'homme détourne les yeux. Il été privé de Lise pendant plusieurs années quand il l'a envoyé à Poudlard. Alors il n'ose imaginer ce que l'homme a pu ressentir de ne pas connaître son fils pendant 17 ans. Lise est responsable mais pas qu'elle. Il aurait du être en mesure de calmer ses peurs, de l'encourager à retourner là-bas, et surtout de lutter contre Fenrir. Il sait pourquoi Lise ne désobéit pas à Fenrir, portant son fardeau seule, et il n'a jamais rien fait pour changer ça. Le lâche, c'est lui dans l'histoire. Lui qui n'a jamais été capable de lui dire que la mort d'Andréa n'est aucunement sa faute. Il la laissé seule avec sa culpabilité, sa souffrance et sa terreur qui s'est intensifié d'années en années. Il l'a abandonné. Il lui a laissé croire qu'elle n'est qu'un monstre. Il l'a laissé avoir peur de tout le monde, et d'elle même.

« Si tu persévères, je suis sur qu'un jour, il finira par te pardonner. Remus t'aime après tout ! »
« Non. » répond immédiatement la louve qui se retourne enfin vers lui, les yeux brillants de larmes qu'elle refuse de faire couler. « Non … Son amour c'est transformé en colère, en souffrance, en amertume, et en haine. Comme Sammy. Il n'y a plus rien Papa. Leur amour, c'est moi qui les ai piétiné. Il ne me reste rien d'autre que mes yeux pour pleurer. »

« Lise ... » commence Jim d'une voix douce. Mais sa fille le coupe aussitôt.
« Stop ! Tu ne trouves pas que ça ressemble à l'histoire de notre vie ? Tu ne vois pas le schéma qui se répète sans cesse ? » Son cœur lui fait mal et une larme coule sur son visage. Elle se mord les lèvres. « Je suis si fatiguée Papa ... »

Abandonnant la cuisine, Lise monte à l'étage, laissant son père inquiet, qui ne sait pas comment lui venir en aide.
Ce n'est pourtant pas dans sa chambre qu'elle se rend mais dans celle de son fils. S'asseyant sur son lit, elle attrape une vieille peluche qu'elle lui a offert quand il était petit. Une peluche, que Remus lui même avait gagné dans une fête foraine pour la lui offrir. Assise au fond du lit, Lise remonte ses genoux contre elle même, gardant la peluche dans ses bras. Posant sa tête contre ses genoux, elle se contente de pleurer silencieusement.

Sa vie est un véritable fiasco depuis si longtemps. Depuis 20 ans en fait. Depuis ce jour, tout n'est qu'un cauchemar. Un cauchemar qu'elle a elle même crée, auquel elle n'arrive pas à se réveiller. Toujours à courir, toujours à fuir. Elle ne peut se reposer. Condamnée à errer ainsi dans un ramassi d'inquiétude et de souffrance. Si seule dans les ténèbres, elle peut voir ce visage pétillant, qui lui sourit joyeusement. Allons ma fille, lève toi et bats toi, montre leur ce que c'est qu'être une Parker ! Le monde, il est à nous !

Le monde, il est à nous. Alors rien n'est impossible.

Deux phrases qu'elle a souvent répété.

« Maman ... »
pleure-t-elle en ayant l'impression d'avoir de nouveau 15 ans.

Mais elle n'a plus la force de se battre. Contrairement à ce qu'elle a promit à Remus … Elle est complètement lessivé. L'espoir, elle ne le voit pas. Il n'y en a pas. A quoi bon. C'est bien trop tard. Bien trop tard.  Son étreinte se referme sur la peluche. A quoi pensait-elle en venant ici ? Son cœur se brise. Remus lui manque trop. Et par dessous tout .. Sam.

« Oh Sammy, Sam ! »
fait-elle dans un petit gémissement de douleur. Avant de se stopper brusquement dans toutes ses émotions. Son visage redevient froid, impassible.

En bas, un bruit de verre qui se brise sur le sol. En un coup de vent, Lise Parker est déjà en train de dévaler les escaliers, tous ses sens en alerte.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lise Parker

avatar

Poufsouffle


Messages : 127
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 27

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: semi loup garou ( crise de violence et d'hystérie durant les pleines lunes, aucune transformation physique )
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: La seule rédemption possible    Sam 23 Avr - 20:58


Alors qu'elle dévale les escaliers, elle peut entendre la voix de son père, autoritaire, qui lui ordonne de rester en haut. On ressent toute la force et l'emprise de celui qui fut pendant bien longtemps le shérif de Montego Bay. Mais Parker ne l'écoute pas pour autant. Le fauteuil roulant est envoyé valser contre le sol au moment où elle rentre dans la cuisine. Voyant son père tomber lourdement sur le sol, elle se retourne à la volée vers les assaillants. 5 personnes, armée de leurs baguettes magiques et de ce qui semble être des fusils moldus.

« Lise recule ! »

« Et bien le petit loup se pointe. » L'homme qui a parlé ricane, mais cette fois-ci, Lise n'a pas le temps de réagir, le premier coup de feu retentit. La balle traverse son corps au niveau de l'estomac. Balle en argent. Surprise et confuse, Lise se sent soudainement étourdie et vacille. Doucement, elle baisse la tête vers son ventre, la pauvre n'a même pas le temps de réaliser. Alors, elle crache tout simplement une flaque de sang.

« Lise ? LISE ? » l'interpelle Jim, en se relevant. Sa fille tourne la tête vers lui. Cette fois-ci la détective n'a pas été très maligne. Est-ce que c'est le flot d'émotions qui l'a submergé qui l'a empêché de remarquer que son père jouait la comédie sur son fauteuil roulant. Alors que la louve tombe à genoux, lui même s'accroupit en face d'elle pour la soutenir. Ne restant pas inactif pour autant, le shérif à la retraite lève son arme de service et abat ni plus ni moins celui qui venait de tirer sur sa fille.

« Papa, sauve toi. » implore la blessée. Son père n'a pas de magie, c'est un moldu. Cette scène lui rappelle bien de mauvaises surprises. Qui sont ces hommes ? Des chasseurs de Lycan ? Ca commence à devenir une habitude. Elle le repousse brusquement d'une main, l'autre posée sur son ventre. « Tu n'es pas sorcier, vire d'ici !! »

Jim grogne. Mais où est donc son renfort quand il a besoin de lui ? Bordel, le gamin est en retard. Alors qu'un des autres hommes s'approche, peu empathique à la mort de son collègue, Jim Parker attrape la brune, la forçant à se redresser malgré la douleur. Elle pousse un gémissement de souffrance, mais Jim l'emmène déjà dans le salon, où il déniche son fusil.

« Papa, qu'est-ce que tu comptes faire avec ça ? » affaiblit par l'argent dans son corps, et par la pleine lune qui n'est passée que récemment, Lise a du mal à garder contenance. Ces salauds sont venus après la pleine lune. C'est bien pensé. Stratégique. Elle leur accorde un point.

« Ne t'inquiète pas, le renfort va arriver. Ca fait un moment qu'ils te courent après. Pardon ma chérie, mais il fallait que je joue les innocents pour profiter de l'effet de surprise. »

Lise crache sur le sol de nouveau, et inspire brusquement. Elle serre les dents en pointe sa propre baguette magique sur son corps pour l'utiliser afin d'enlever la balle. Après deux cries de souffrances, la dite balle tombe sur le sol.

« Et bien laisse moi te dire que ça n'a pas marché. »
grimace la jeune femme, contrariée. « Pourquoi est-ce qu'ils ne viennent pas jusqu'ici ? »

C'est vrai, ce n'est pas logique. Ils sont 4 sorciers et autant dire qu'elle est toute seule. Autrement dit, ils ont complètement l'avantage. Il serait plus judicieux de venir les tuer maintenant. Avant que le dit renfort n'arrive. Quel renfort, d'ailleurs ?

« Ce sont des chasseurs, Lise. Ils vont te tourner autour pour te faire peur et jouer avec tes nerfs. C'est quand tu craqueras qu'ils vont agir. "

On les entendait en effet ricaner et les appeler par des surnoms ridicules. Des explosions par ci, par là, des éclairs foudroyants de leurs baguettes. Elle voit son père grogner, plus agacé qu'impressionné.

« Et bien ça ne marche pas du tout. » répond Lise qui est complètement calme et froide, comme à son habitude.

Malgré tout, elle sait qu'elle ne doit pas prendre les choses à la légère. Si pour le moment elle ne ressent pas le danger, la louve sait que dès qu'elle ouvrira la porte, ce sera un véritable champ de bataille. Elle aurait pu prendre la fuite par la fenêtre, mais elle doit protéger son foyer. Tous les souvenirs sont ici, sa mère, son père, Sam, elle-même …. Elle ne laisserait pas cela être enlevé.

C'est donc à elle d'agir. Tout se passe si vite. Son père n'a pas le temps de la retenir. Lise ouvre la porte pour se jeter contre la personne la plus proche. Les sortilèges défilent, mais Lise prend sur elle et est assez agile pour en éviter quelques uns. Pas tous. Sa poigne lâche sa victime, alors qu'un sort touche son épaule. Elle ressent sa peau se déchirer et le sang couler, mais elle n'en a cure. Se retournant vivement, ses prunelles ont virées vers le jaune. Ce qui ne l'empêche pas de stupéfixer son adversaire.

Un nouveau sortilège l'atteint et cette fois-ci, Lise tombe sur le sol. Doucement, elle sent ses forces la quitter et ne peut se défendre face au pied qui percute son visage. Dans le salon, elle entend également des bruits de lutte.

Papa.

Ses forces continuent de diminuer alors que l'homme qui l'a frappé s'accroupit en face d'elle. Il l'attrape par les cheveux et la cogne de nouveau sur le sol.

« Tes forces vont t'abandonner et tu mourras. Ne t'inquiète pas, tu ne seras pas la seule. » Il sort alors une petite fiole contenant du poison pour loup, qu'il agite sous son nez. Tout de suite, Lise ne comprend pas. Son père est tout à fait humain. Alors le chasseur lui montre une certaine photo, qu'il lèche avec une pseudo passion en la narguant, avant de la jeter à côté d'elle. Elle écarquille les yeux en reconnaissant le visage.

« Poudlard c'est ça ? J'espère que tu lui as bien dit au revoir. » Les 4 chasseurs transplanent soudainement. Lise sent son cœur se retourner. Sam. Poussée par l'adrénaline, Lise se redresse brusquement pour accourir vers son père qui perd son sang sur le sol.

« Oh papa ... »
fait-elle en tombant à genoux.
« Ne t'occupe pas de moi, va y ! »
« Non non non, je ne vais pas te laisser mourir …. pas ça … Pas encore ... »
« Lise !! Ca n'a jamais été de ta faute. Jamais. Mais tu as encore Sam à sauver, ne perd pas de temps avec ton vieux père. »

Parker sent tout son corps se nouer, pétrifier. Jamais elle ne laissera quoi que ce soit arriver à Sam.

« Je suis désolée … Tellement désolée …. »

Oh seigneur, par Merlin. Lise transplane à son tour, laissant sur le sol son père mourant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La seule rédemption possible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La rédemption du marchand de sable (Tom Piccirilli)
» [Video] La rédemption de Lordaeron presents... !
» une seule led verte,la seconde orange qui clignote.....
» [Résolu]Le collectionneur en une seule vie.
» Seule la première LED verte s'allume
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Jamaïque :: Montego Bay :: La maison secondaire de Lise Parker-