AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 La notion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elliot Rosier

avatar

Serpentard


Messages : 74
Date d'inscription : 02/04/2013

Votre Sorcier
Côté coeur:
Aptitude: Demander à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: La notion de famille    Jeu 5 Mai - 10:55


En l'absence de Leo, Elliot aurait pensé que cela serait la semaine la plus longue de toute son existence. Mais ce ne fut pas le cas. Bien entendu, son ami lui manque affreusement, sans parler de sa mère. D'ailleurs l'adolescent a passé les deux premiers jours à bouder et dormir, dans la petite chambre qui lui a été désigné. Mais le gamin a bien conscience qu'il ne peut pas bouder à vie. Et surtout, qu'il n'ira pas contre les paroles qu'il a prononcé le jour de leurs départs. Fort, il compte bien se battre.

Si on sait éviter les mauvaises personnes, la vie à Héliopolis est riche est événement. L'Egypte est un pays complètement différent de son environnement. S'il a toujours du mal avec la chaleur, il reconnaît cependant la beauté des lieux. Toujours fasciné de découvrir quelque chose de nouveau, sa mâchoire serait presque tombée sur le sol lorsqu'il est entré dans la bibliothèque.

Passant le plus clair de son temps caché à l'intérieur, il a déjà ramassé quelques livres anglais pour se planquer entre les étagères afin de pouvoir lire à sa guise sans être dérangé par les curieux regards vers lui.

Mais il faut bien l'avouer, les autres bouquins l'attirent aussi. Et pour cela, il faut apprendre à lire l'égyptien. De plus s'il doit vivre ici, le mieux est de connaître la langue. Jetant un regard de chien enragé à tous ceux qui ose l'approcher, Elliot n'a pas besoin d'aide. Des tonnes de livres sur le sol, il se sent parfaitement ridicule de les avoir trouvé vers tout ce qui est livre pour très jeunes enfants, avec les syllabes, mots, illustrations, etc … Mais il faut bien commencer quelque part. Dénichant, plumes et parchemins, il se met au travail, revenant ainsi chaque jour, au petit matin, pour repartir chaque soir lorsque Zahra vient l'empêcher de dormir sur le sol.

Les rares moments où Elliot n'est pas dans la bibliothèque, c'est pour tenter d'aller voir Rê en cachette. Etrangement, Asim se trouve toujours sur son chemin. Ce n'est pas possible, ce mec a des yeux derrière la tête. Ou pire. Observant les murs avec acharnement, lorsqu'Asim lui a demandé ce qu'il faisait, Elliot lui a répondu qu'il cherche ses yeux espions dans les murs.

Abandonnant vite l'idée de déranger son Rayon de Soleil, Elliot a trouvé temporairement une autre activité. Se cacher derrière les colonnes, dans des buissons et même sur des petits toits, pour observer tout le monde et commérer. Le petit jeu a été amusant les premiers temps, mais est vite devenu lassant, puisqu'il ne comprend pas encore bien la langue.

Ce matin là, Elliot c'est réveillé bien tôt, ayant eu du mal à dormir cette nuit. Habituellement c'est Zahra qui vient le réveiller. Les premiers mots de la journée d'Elliot furent tous les jours « Il est revenu Oncle Ali ? » d'une voix ensommeillée et  pleine d'espoir. L'adolescent est si pressé de rencontrer son oncle. Aura-t-il des choses à lui apprendre ? Va-t-il au moins l'apprécier ? Mais où est-ce qu'il est au juste ? Pourquoi est-ce qu'il ne revient pas ? Elliot n'a jamais été quelqu'un de patient.

Le soleil n'est même pas encore levé, lorsque le garçon décide de se lever. C'est toujours mieux que de tourner en rond dans le lit. Se faufilant dans la bibliothèque, il reprend ses livres habituels et s'assoit sur le sol. La lumière de sa baguette se projette sur les lèvres et il peut de nouveau étudier.

Une petite heure plus tard, alors que la lumière illumine enfin le temple de Râ, Elliot court comme un fou dans les couloirs, appelant sa tante en criant à plein poumons.

« ZAHRA !!! ZAHRA ??? »

S'arrêtant brusquement devant la porte de ses appartements, Elliot frappe vaguement avant de se précipiter à l'intérieur, bondissant pratiquement sur le lit de la jeune femme.

« Zahra ? …  Il est ...re-revenu … O-oncle Ali ? » demande Elliot, dans une langue hésitante mais juste. Le gamin pouffe doucement de rire, la main devant sa bouche, fier de lui. « Tu as v-vu ? Je p-parle ! … Un peu ! »


_________________





Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: La notion de famille    Jeu 5 Mai - 16:32



La voix du petit enfant raisonna dans les couloirs du Temple de Ra alors que Ra dépose lentement son regard dore sur ses Enfants encore endormis. Malgré le raffut, chacun se retourne doucement dans sa couche sans s’inquiéter, certain esquissant même un petit sourire
endormi en reconnaissant bien la voix et l’énergie du petit Elliot. Le petit était bien un Fils de Ra et cette certitude prodiguée par le chef du Temple avait suffit a chacun ou du moins la plupart pour l’accepter parmi eux.
L’enfant ne le savait peut-être pas car il avait prit pour habitude de rester seul a étudier dans la bibliothèque d’un air sombre pour quiconque essayeraient de l’approcher mais la nouvelle de son arrivée avait vite fait le tour des habitants du Temple de Ra. Tous purent s’informer de son histoire et spéculer joyeusement autour d’un repas a propos de sa petite tête bouclée. Bien sur les plus paranoïaque eurent du mal a ne pas se méfier de ce nouveau venu chez-eux mais la plupart se réjouissaient simplement d’avoir retrouvé l’un des leurs. Depuis la guerre, il était plutôt difficile de chasser de leur esprit le visage de tout ceux qui n’étaient plus la et la frimousse bien que fuyante et boudeuse d’Elliot amenait comme un sang nouveau dans les couloirs du Temple de Ra. Un sang bouillant d’énergie et de vie.

Zahra émergeait doucement de ses songes elle aussi inconsciemment interpellée par la voix d’Elliot qui venait de loin. Sa première pensée fut tout de même pour Ali et bien qu’il ne se trouvait plus a ses cotés dans le lit, sa chaleur encore présente sous les draps lui assura que tout cela n’avait pas été un songe. Elle eu un petit sourire en rougissant mais ne put se raccrocher longtemps au souvenir de leur délicieuses retrouvailles avant que Elliot ne débarque enfin en fanfare.

Elle éclata doucement de rire en le sentant bondir sur son lit avec tant d'enthousiasme, ne questionnant pas vraiment ce qu’il avait encore prévu pour elle ce matin. Attentive, elle émit un simple petit son joyeux et encourageant lorsqu’il attira son attention sur quelque chose d’invisible. Elle ne comprit pas tout de suite mais lorsque les premiers mots d’Egyptien sortirent de la bouche de la petite tête bouclée, ses grands yeux brillants s'écarquillèrent de surprise et de joie alors que son coeur s’emballa.
Bouche bée, elle éclata de rire avec lui en gigotant d’excitation. Elle ne pensait même pas qu’Elliot voulait apprendre l’Egyptien, elle pensait qu’il faudrait un peu plus de temps pour initié l’enfant a l’idée que ce second langage serait utile et nécessaire pour mener une vie a son aise en Egypte. Elle pensait qu’il tentait de se raccrocher a quelque chose de familier parmi les quelques livres anglais de la bibliothèque du Temple mais de se rendre compte qu’il apprenait en fait l’Egyptien tout seul de son coté était tout simplement génial et incroyable. Elle gloussa de fierté en prenant sa petite bouille dans les mains pour le secouer doucement, oubliant complètement la question qu’il lui posait chaque matin.

- Je suis revenu. répondit calmement et simplement le concerné qui sortait de la salle de bain avec un sourire amusé. Il eu un regard pour sa femme qui gloussa de plus belle en tirant les draps devant son visage pour cacher son hilarité, ses joues rouges et sa joie exposante.

Laissant a Elliot le temps de se remettre du choc et a Zahra de se calmer, le fils de Ra déposa la serviette qu’il avait utilisé pour sécher ses petites boucles au sommet de son crane sur un chaise, puis s’approcha du lit. Il posa un genou a terre, pour être a leur hauteur mais aussi en signe de respect et d’excuse, il baissa doucement la tête.

- Nous nous sommes rencontrés dans de fâcheuses circonstances. Je tiens a m’en excuser.commenta-t-il d’une voix calme dans la langue du garçon.
Il se remémora le jour ou il avait décidé d’emporter Saïd a Héliopolis sous les yeux du garçon complètement déboussolé. Obsédé par son propre petit frère, l’Egyptien n’avait pas eu une seule pensée pour cet enfant qui était bel et bien son neveu. Il se rendait compte a quel point cela avait pu être froid et cruel de sa part mais le garçon ne semblait pas en avoir gardé de rancune particulière. Ou peut-être ne s’en souvenait-il plus ou ne l’avait-il reconnu ? Dans tous les cas, il releva la tête et son regard bleu pour lui montrer la sincérité de ses paroles et de sa culpabilité. Il ne la laissa pas assombrir ce moment trop longtemps cependant et laissa un sourire animer ses lèvres.

- Je suis heureux que tu sois ici. confia-t-il alors d’une voix douce.
C’était peut-être le fait d'être de retour au Temple de Ra ou alors la présence de Zahra qui lui donnait assez de confiance pour lui confier ses sentiments en toute sérénité. Il pouvait comprendre que Elliot lui n’était peut-être pas heureux d'être ici, tout comme son père l’avait été alors il mesura ses paroles. Je suis heureux que tu sois en sécurité. ajouta-t-il sans mentir en posant une main délicate sur la petite tête bouclée d’Elliot.

Tout ici avait eu l’effet magique de le rassurer et de l’apaiser. Malgré le fait que le Soleil s’était couché, il avait pu retrouver le silence apaisant du Temple de Ra et le sentiment de sécurité que lui procurait la vue de ses murs épais. Il avait pu retrouver Zahra, son beau visage, la chaleur de son corps, la douceur de ses étreintes, sa voix et ses mots qui savaient toujours trouver leur chemin jusqu'à son esprit et son coeur pour le guider en lui tenant la main hors des endroits les plus sombre. Ce matin il avait pu voir l’astre divin se lever comme a son habitude au dessus de la ville d’Héliopolis, il avait pu se dénuder et de laver sans sentir le froid lui mordre le corps mais plutôt la douce chaleur caressante de son pays natal. Et maintenant il posait son regard sur sa femme et son neveu, heureux comme s’ils ne connaissaient rien de la noirceur de ce monde. Tout cela lui redonnait tant d’espoir, tant de force. Comme s’il se rappelait enfin qu’il y avait du bon dans ce monde, que les choses pouvaient se passer comme il le fallait et que le monde continuait de tourner rond. Il retrouvait le Maat.

Mais il n'oubliait pas. Tout cela était ce pourquoi il se battait et le combat ne faisait que débuter. La guerre. Même en expliquant la situation au conseil il n’avait pas eu le courage ou le coeur de ressortir ce mot maudis. Pas ici. Pas alors que la guerre venait juste de terminer. Il n’avait pu le dire mais il avait vu dans les yeux de Rê que cela ne changeait pas l’horreur de ce qu’il rapportait. Il se releva, gardant tout de même un peu de chaleur et de sourire sur son visage calme.
- Rê attend que je repasse le voir avant de partir. confia-t-il avec douceur Zahra et bien que sa dame savait qu’il ne resterait pas, elle se renfrogna, fronçant ses sourcils sombres et découvrit ses petites lèvres boudeuses.
- Ne peux-tu rester un peu plus ? Pour Elliot ! Sais-tu qu’il me demande si tu es revenu, chaque jour ? grogna-t-elle puérilement en prenant Elliot dans ses bras dans l’espoir qu’il la rejoigne dans son air de chien battu. Ali eu un petit rire attendrit.
- Je dois y retourner. insista-t-il sans parvenir a regarder Zahra dans ses yeux brillants. Je dois aider Saïd. Et ta maman. ajouta-t-il avec un petit sourire et un regard vers Elliot. Mais c’était tout de même pour répondre a Zahra.
Il savait qu’une des plus grandes peurs de sa femme était que la noirceur le pousse a commettre l’irréparable, tuer une femme innocente et briser a jamais le cœur et la confiance de son frère. Sinon elle n’aurait confié son collier a Zoya pour la protéger et envoyer un message a Ali. Un message qu’il avait bien reçu et qu’il avait écouté. Il l’assura a sa femme une dernière fois avant de partir tout espérant apporter un peu de nouvelles et de réconfort a son neveu. Ils n’étaient pas loin et ils n’étaient pas seuls.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La notion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Le Caire (Héliopolis) :: Le Temple de Ra-