AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 L'ombre d'une autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 9:06






Qui sont-ils ?

Tumaini & Kafele
Matin 7 Janvier





Son habituel sourire bienveillant sur ses lèvres, Kafele sillonait les rayons bonder du marché de la ville, zig zag entre les personnes et les étals. Quelques minutes avec un marchand d’épice, à discuter, prendre des nouvelles et repartir avec un sac plein. Il continuait cette routine qu’il s’était quelque peu obligé à avoir. Une manière de soigner ses maux, d’avoir une vie normal, d’oublier un peu. Mais il le sentait, cette sueur froide dans son dos, cette sombre chose en lui qui tournait comme un lion en cage et semblait vouloir lui dire que quelque chose n’allait pas. Son regard s’assombrissait une seconde alors qu’il tournait légèrement la tête sur le côté, se servant de sa vue périphérique pour observer derrière lui. Il le sentait, le savait, il était observé ? Depuis combien de temps ?
Retourner au temps dans ces conditions était hors de question et en lui un étrange mélange d’appréhension, de panique et d’adrénaline se faisait sentir. Cela éveillait ses sens et les souvenirs d’une autre vie qu’il voulait oublier. Sa main tenant son sac plein d’épice et de plante médicinale devient moite alors qu’il décide de continuer son marcher comme si de rien était.

Mais cette sensation ne le quitte plus d’une seconde, être épié, ne se rendant pas compte qu’il laisse son expérience parler pour lui. Finissant par s’éloigner du marché, des gens, peu importe qui l’observe avec cet insistante, peu importe qui le suit et pourquoi, tout ce qu’il veut c’est évité que quelqu’un soit blesser et s’éloigner du tumulte de la ville et de son marché lui semble être la seule solution envisageable alors il s’éloigne, s’enfonçant dans les ruelles tortueuse de la ville. Pourquoi ? Qui ? Ces questions se répètent dans sa tête et son cœur s’emballe toujours plus alors qu’il entend les pas derrière lui. Il bifurque dans une nouvelle rue avant de s’arrêter enfin. Enfermant à double tour dans sa tête l’animal en furie qui ne demande qu’à sortir et ne supporte pas l’idée d’être à la place de la proie.

Il ne se battra pas, il avait renoncé à cela et jusqu’à présent il s’en était tenu. Ses premières sorties en dehors du temple l’avait amené à parfois rentrée dans des états pas possible et aujourd’hui ne ferait pas exception, il ne se battrait pas.
Fébrile et paniqué, il observa l’autre bout de la rue, attendant patiemment que cet ombre se montre enfin.


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 12:22



La proie, le prédateur. Le rêveur et le cauchemar. L’Ombre et la lumière. Mais des deux lequel est le plus honnête ? Tumaini le sait lui, et son regard perce le traître avec tant de haine et de jugement que même l’idiot peut le sentir et frissonner et prendre la fuite. Mais on ne peut fuir son ombre et on ne peut effacer le passé. Si quelqu’un le sait, c’est bien Kafele.

Celui-ci fait volte face une fois qu’il se su éloigné de tous, comme si se soustraire au regard des autres l’autorisait a se révéler et ouvrir ses propres yeux. Mais personne ne vint. Alors qu’il avait pu entendre les pas de son poursuivant juste derrière lui il n’y eu cette fois que le silence et le vide.

- Salut Kaf’. interpella alors une voix semblable a un grognement suave, juste au dessus de sa tête.

L’homme sauta du toit pour atterrir juste derrière Kafele. Il se releva doucement avec un sourire mais il l’incendiait d’un regard plein de colère et d’insolence. En apparaissant la ou il ne l’attendait pas, se plaçant sciemment la ou il ne pouvait pas revenir en arrière, le soldat lui montrait clairement qu’il n’y avait pas de doute a avoir. C’était lui le prédateur ici. Il n’avait pas peur de Kafele.

- Ça fait un bail. grogna doucement Tumaini de son ton naturellement suave mais prédateur.

Dans ses mains brillaient les lames de deux khépeshs tranchants. Ce n’étaient pas ceux de Kafele mais ce n’était pas non plus ceux de celui qui avait l’habitude de se battre avec des haches. Mais ils savaient tous deux a quoi cela faisait référence. Il les lui fit remarquer avec un petit sourire mauvais.

- Tu les aimes ? Moi j’les aimes bien ça me rappelle des bons souvenirs. commenta-t-il avec agressivité et amertume.

Son propre regard se posa alors sur ce que Kafele portait. Un sac plein de petites épices et d’herbes médicinales. Cela lui arracha un rictus de dégoût et de colère. L’avoir observé se balader a découvert, au milieu de tous avec son stupide sourire béa lui avait donné la nausée et l’avoir maintenant devant lui lui donnait envie de cracher sur le sol. Mais il ne cracha pas. Il ne gâcherait pas une seule goutte de son corps pour lui.

- Tu as essayé de me tuer. rappela alors l’amant, ses yeux s’enflammant d’une lueur meurtrière.
Le sourire avait complètement disparu de ses traits et mais c’est dans sa voix que tressaillit un amusement révoltant comme s’il n’en revenait toujours pas, même après tout ce temps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 13:30






L'ombre d'une autre vie

Tumaini & Kafele
Matin 7 Janvier





Cette voix…Se trouvait-il dans l’un de ses innombrables cauchemars ? L’un de ceux où il revoyait son visage, sa colère et lui-même lui suppliant de l’écouter et de le suivre. L’un de ceux qui faisait échos à cette terrible journée, à ce choix qu’il avait dû faire. Retrouver les siens, trahir ses frères, mourir pour les uns ou mourir pour les autres. Il avait fuis, dès l’instant où il les avait tous mit à terre, il avait fuis à la seconde où il avait pu…Sans se retourner, se persuadant de leur mort à chacun d’entre eux.
Son cœur s’emballa et l’animal rugissait, mais il lui était impossible de bouger, impossible de lever la tête tant la peur le paralysa soudainement. Ce parfum ne fit qu’augmenter le tambour dans sa poitrine, c’était bien réel. Il parcouru du regard un corps et un visage qu’il avait connu, touché, embrassé et aimé et ce flot d’émotion le submergea soudainement autant que cette culpabilité en lui…

Ce qu’il avait sous ses yeux, c’était bien plus qu’un amant qu’il croyait perdu, c’était son passé…Ni plus ni moins. Il observa ses armes, il en avait eu une parfaite maitrise à une époque mais aujourd’hui les siennes étaient enterrée sous le sable avec cette partie de sa vie. Le Kafele que Tumaini avait connu était mort…
Pourtant, si c’était bien le cas, pourquoi ressentait-il autant de chagrin en le voyant ? Pourquoi mourait-il d’envie de lui demander pardon, pourquoi il se sentait se noyer dans ce flot violent de sentiment contradictoire ? Son corps ne scillait pas, c’était à peine s’il était encore capable de cligner des yeux ou même de respirer.

Il avait pu supporter la haine dans le regard des enfants de Râ à son retour, il avait pu supporter les paroles de mère de Rê, il pouvait comprendre le doute de certains et vivait avec ce poids chaque jour de sa vie depuis son retour mais le regard que posait Tumaini sur lui en cet instant lui fit bien plus de mal que ce qu’il aurait pu faire avec ses khépeshs.
Sa mâchoire se crispa lorsqu’il lui rappela les faits, non seulement il avait essayé de le tuer mais il avait cru y être parvenu. Où c’était-il persuadé de ça ? Une partie de lui se perdait dans les réactions qu’il voulait avoir, demander pardon, lui dire qu’il ne se battrait pas, prononcer simplement son prénom, le raisonner alors qu’au fond de ses tripes c’était bien d’autre chose qu’il voulait faire. Se défaire de son regard, finir le travail d’une manière ou d’une autre, le retrouver, le battre, le tuer, l’embrasser, le baiser, lui faire ravaler son sourire et sa haine, se moquer, l’humilier, s’imposer…Son regard laissa entre voir le trouble et le combat qu’il menait avec lui-même et ses émotions.

Dans les deux cas, il était incapable de détacher son regard du sien, aussi douloureux que cela pouvait-être pour une partie de lui et stimulant pour l’autre.
Maintenant qu’il l’avait sous les yeux, il pouvait se rendre compte à quel point il lui avait manquer mais aussitôt qu’il s’autorisait à penser cela, il se sentit plus mal encore pour ses frères et ses sœurs…Ce qu’il avait sous les yeux n’était autre qu’un ennemi…Alors pourquoi ne pouvait-il le voir comme tel ? Se résoudre à le voir ainsi.

Il ne pouvait plus se battre contre lui, pas seulement parce qu’il avait renoncer à se battre mais parce que Tumaini avait toutes les raisons de ressentir cette haine pour lui. Ce qui arriverait aujourd’hui, ce n’était que le jugement divin…La pesée du cœur…

Son affection pour l’homme traversa une seconde son regard alors qu’il posa lentement le sac à terre.
Kafele n’osa même pas prononcer le moindre mot, lui demander pardon aurait été le pire des affront, il avait perdu ce droit le jour où il était parti sans un regard derrière lui…Il tendit simplement ses bras sur le côté, l’invitant à faire ce qu’il avait à faire, il acceptait.


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 14:42



Tumaini le confronta du regard sans bouger, sans la moindre once de compassion lorsqu’il pu voir les émotions se bousculer derrière les grands yeux de l’homme qu’il avait aimé. L’attitude prédatrice, il observa ses moindres réactions, ses moindres mouvements, guettant sa réponse avec une pointe d’impatience et d’excitation. Après de longues secondes de silence, celle-ci arriva finalement.
En voyant Kafele laisser son sac s’échouer et tendre les bras, prêt a recevoir son jugement, l’assassin eu un rictus de colère. Un sourire dédaigneux s’étira sur ses lèvres. Il s’y était attendu mais cela ne voulait pas dire que cette réaction lui plaisait. La frustration lui arracha même un petit rire moqueur.

- Quoi ? Tu crois que je suis ici pour te tuer ? cracha-t-il avec hargne en haussant un sourcil. Son rire se fit plus pressant encore, tant qu’il du détourner son regard une seconde du spectacle navrant qu’offrait Kafele.

- Oh non… s’amusa-t-il sombrement. Non, non, non Kaf’. Je ne vais pas te tuer ! s’insurgea-t-il en s’approchant de lui, comme si l’idée mémé le révoltait et l’amusait au plus au point. Ça serait si injuste. se plaignit-il même doucement en tapotant la mâchoire de Kafele d’un geste familier, comme s’il ne s’étaient jamais quitté.

Il se retourna pour faire quelques pas en arrière pour s’éloigner et retrouver un peu son sérieux. Il du se mordre la lèvre pour se retenir de rire, ou était-ce de hurler ? Son visage se crispa mais doucement la noirceur trouva son chemin et durcit ses traits et son regard soudain tranchant.

- Non Kaf’. Je ne te tuerais pas. grogna-t-il avec haine. Je veux que tu sentes et que tu regardes alors que je tuerais tout ceux que tu aimes et qui comptent pour toi. Je tuerais tes amis, je tuerais tes amants, je tuerais tes frères et tes sœurs, toute ta famille. Je te prendrais tout. Je te prendrais leur amour, leur confiance, ton honneur. Je prendrais tes nuits, tes rêves, tes espoirs. Et lorsqu’il ne te restera plus rien ni personne, lorsqu’il ne restera plus que toi et moi, je ne tuerais pas, non… murmura-t-il alors qu’il s’était approché lentement jusqu'à ce que son visage ne soit qu’a quelques millimètres de celui de Kafele pour qu’il puisse admirer toutes sa haine et sa détermination. Je t’arracherais le coeur et je te laisserais te vider lentement de ton sang sur le sol comme un chien, tout comme tu me l’as fais a moi. souffla-t-il en l’incendiant du regard avant de le pousser brusquement pour qu’il tombe sur le sol et de le toiser de toute sa hauteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 20:43






L'ombre d'une autre vie

Tumaini & Kafele
Matin 7 Janvier





Il le croyait oui mais ce qui lui révéla fut bien pire encore. Alors qu’il observait cette hargne, cette rage, cette violence qui suait de ses pores et qu’il avait partagé avec lui à une autre époque. Le voir se mouvoir, de chair et d’os, sentir son parfum, cela éveillait des souvenirs douloureux mais pas seulement et c’était probablement ce qu’il y avait au fond de plus difficile…C’est que dans cette masse lourde de ténèbres, ils subsistaient des moments qu’il chérissait encore aujourd’hui malgré la douleur que cela pouvait provoquer. Le contact de sa main contre sa peau le fit rougir, de gêne ou de honte. Il lui énonça ses intentions, lui envoyant des images floues d’une enfance difficile, le soir du massacre de ses parents, le sang, ce qu’il lui promettait c’était de revivre ce moment…Avec d’autres visages.

Celui d’Eshe fut le premier à apparaitre dans sa tête et il commençait à devenir compliquer de maintenir en cage le prédateur qui sommeillait en lui. Il était plus qu’à quelques millimètre de son visage lorsque son laïus prit fin, il réprima le désire de lui éclater le nez d’un coup de tête, il réprima un désir plus primal de plaquer ses lèvres contre les siennes et de gouter à nouveau à la bouche charnue et il se laissa se noyer encore une fois par cette insatiable culpabilité qui rongeait son cœur et son âme.

Une seconde suffit, une seconde à penser à ce « et si »…Que serait-il advenu de Tumaini s’il avait accepté de le suivre ? Une simple seconde pour trouver le courage de s’adresser à lui.

« Tu as 37 ans de retard Tumaini »

On lui avait déjà pris une majeure partie de ce qu’il avait énoncé, bien sûr il y avait de nouvelles personnes qui comptaient pour lui mais son honneur, sa famille, leur confiance, ses nuits, ses rêves et ses espoirs…Tout ça…On les lui avait enlevé lorsqu’il n’était âgé que de cinq ans. Il releva les yeux et la tête vers lui, son nez effleurant le sien.

« Tu vas devoir finir ce que je n’ai pas pu terminer ce jour-là »

Admettant à demi-mot que cet homme comptait toujours pour lui. On n’efface pas une trentaine d’années en un claquement de doigt. Se persuader de sa mort lui avait permis de s’autoriser à penser à lui sans avoir à en parler ou à se sentir complètement mal. Mais lui vivant…Kafele le savait, cela changeait complètement la-donne, il ne pouvait s’autoriser à ressenti les mêmes sentiments qu’à l’époque.
Son sang battait dans ses tempes alors qu’il soutenait le regard de Tumai’, son prénom lui laissait un gout amer dans la gorge…Espoir…Y en avait-il eu pour eux ? Pour lui ? Il fallait croire qu’il avait détruit cela le jour où il avait décidé de retrouver sa véritable famille.


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 21:39



Entendre sa voix et l’entendre prononcer son prénom le fit frissonner et anima quelque chose au fond de lui de bien plus violent que la colère. Mais l’amertume changeait les battements affolés de son coeur en coup de poignard et ses souffles fébriles en sifflement de révolte.

- 37 ans de retard ? s’étouffa-t-il presque tant sa gorge était serrée.

Le soldat savait très bien à quoi le fils de Ra faisait référence mais cela ne fit naître aucune compassion en lui. Ce cauchemar, il l’avait vécu lui aussi. Ils l’avaient tous vécu et c’était bien cela qui les avait rapproché et lié. C’était ce cauchemar qui les avaient poussé chaque jour à faire ce qu’ils avaient fait. Rétablir la balance, égaliser les scores et s’assurer que plus jamais on ne ferait autant de mal aux autres qu’on leur avait fait à eux. Et Kafele avait bafoué tout cela, bafoué leur lien, bafoué leurs convictions et pire encore, il avait infligé ce cauchemar a nouveau à quelqu’un d’autre.

- Tu ne mérites rien de tout ça. cracha Tumaini, la haine allant jusqu’à faire briller des larmes dans ses yeux sombres. Oui, j’ai peut-être bien 37 ans de retard… J’aurais dû te tuer le premier jour ou j’ai posé mes yeux sur toi. Mais non. Je t’ai parlé, je t’ai fait confiance et je t’ai aimé. dit-il, grimaçant tant les mots lui faisaient mal en sortant.
Mais c’était la vérité et cette douleur n’était rien comparée à celle qu’il pouvait ressentir chaque jour depuis ce jour. Une larme brillante échappa de ses yeux mais aucune faille n'apparus dans l’expression de haine qui recouvrait les traits de Tumaini. Il recula à nouveau, comme pour se forcer à reprendre le contrôle de ses émotions et de la conversation.

- Ce soir là… Où tu m’as demandé si j’avais des souvenirs de mon passé… rappela-t-il d’une voix tremblante, le souffle court. Je t’ai menti. Avoua-t-il le visage crispé une fraction de seconde de honte et de tristesse. Je me rappelais… de certaines choses… Ce qu’ils ont fait à ma famille.
Mais je ne voulais pas te le dire. Je ne voulais pas y penser.
Il ne me restait rien. Mais ça n'avait pas d'importance parce que je t'avais toi.
souffla le soldat, la mâchoire crispée, insulté par ses propres propos.

- Tu penses que nous n’avions rien ? s’offusqua-t-il en le fusillant du regard. Tu as tué mes frères. Tu as bafoué ma confiance et tu m’as brisé mon honneur. Et tu penses qu’il ne te reste rien, à toi ?

- NE ME PRENDS PAS POUR UN BOUFFON ! PAS MOI ! rugit-il soudain de toute sa rage. Je sais très bien pourquoi tu es partit. Ceux pour qui tu as trahis tes frères et pour qui tu m’a abandonné ! cria-t-il en pointant dans la direction du Temple de Ra. Je me fiche de la guerre, je me fiche des ordres. Je veux que tu saches que c’est toi ! Kafele ! C’est a cause de toi que ma rage s’abattra sur eux et volera leur vie, les unes après les autres ! Et ils le sauront eux aussi. Ils mourront en criant ton nom comme je l’ai crié et en te haïssant comme je te hais. Tu penses que tu n’as rien ? Je ferais en sorte de te rappeler chaque jour qu’il te reste encore beaucoup à perdre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Jeu 12 Mai - 23:02






L'ombre d'une autre vie

Tumaini & Kafele
Matin 7 Janvier





Il baissa le regard à l’instant où il dit à voix haute l’avoir aimé. Il le savait bien sûr, parce qu’il en avait été de même pour lui, parce que ce n’était pas la première fois qu’il le lui disait…Mais cette fois-ci, cela semblait plus douloureux que n’importe quel des coups qu’il avait pu lui infliger ce jour-là pour sa fuite. Il aurait aimé que tout ceci ne soit qu’un cauchemars, le pire d’entre tous certes, mais qu’il se réveille avec juste une incontrôlable envie de pleurer et de s’enterrer mais que ces mots ne soient que le fruit de sa culpabilité et de son imagination mais non…C’était bien réel et tout ce qu’il se reprochait lui-même, voilà que Lui les lui balançait en pleine figure avec tant de haine dans ses yeux qu’il eut plus que tout envie de mourir en cet instant tant c’était insupportable. L’aveux était un coup de plus dans sa poitrine…

Plus ses mots lui parvenaient et plus il lui était difficile de trouver son souffle. Le visage des innocents qui pourraient périr sous la rage de Tumaini lui apparaissait un à un et avec eux le désir profond de les protéger…Mais à quel prix ?
Sa gorge se serra, il avait la sensation qu’une main invisible l’étranglait alors que sa vue se brouillait derrière des larmes qu’il ne pouvait plus retenir.

« A la seconde où les souvenirs me sont revenu…Je ne pouvais plus rester…Et tu le savais, depuis le début… »

Il avait beau avoir posé cette question innocemment ce soir-là sous la fraicheur des draps, il savait aujourd’hui que Tumaini l’avait soupçonné dès le départ. Cette question n’avait jamais rien eu d’innocent et n’avait été que les prémisses de ce qui se passa des semaines plus tard.

« Je pensais n’avoir que vous, que toi…Et je me suis réveiller un matin en découvrant le contraire, en découvrant que j’avais peut-être massacré des pères, des mères, des frères et des sœurs au nom de quoi Tumaini ? On se battait pour que notre histoire ne se répète pas ! mais au bout du compte, on a fait tout le contraire, je suis devenu ceux qui ont tuer saigner ma famille, j’étais la main qui égorger la tienne… »

Toujours à terre, il se pencha pour reprendre son sac d’épice avant de se relever enfin, il redoubla intérieurement d’effort pour enchainer un peu plus encore celui qu’il avait été à cette époque, ses poings se crispaient un peu plus alors que la jointure de ses doigts blanchissaient à cause de ce combat.

« J’ai tenté de vous faire comprendre, nous aurions pu fuir, n’importe où… » Parce qu’à l’époque où il avait décidé de partir, il n’avait pas spécialement l’intention de rejoindre son ancien temple…Il voulait juste s’éloigner le plus loin possible. « Vous avez refusez…TU as refusé… » et à cet instant, il s’était retrouvé tellement seul que le seul chemin qui lui avait sembler se profiler à l’horizon, était celle le menant au temple et à sa sentence. Les enfants de Râ avait épargné sa vie et lui avait offert une seconde chance.

Il s’éloigna, car si Tumaini n’était pas prêt à le tuer aujourd’hui, il devait alors s’en aller au plus vite. Il ignorait combien de temps encore il pourrait taire cette sourde rage qui grondait profondément dans sa poitrine et il tenait beaucoup trop à sa promesse faite à Râ lui-même pour trahir son serment.

« Vous alliez tuer un frère ce jour-là et celui que j’étais à l’époque ne connaissait qu’une seule façon de survivre…Parce que c’est à ça que nous servions, tuer. »

Son visage se sillonnait petit à petit de larmes.

« Tu as raison, je ne mérite rien de tout ça, je les ai trahit eux le jour où j’ai oublié d’où je venais…J’ai fait couler le sang de leurs enfants…Et j’ai aimé ça… » Il baissa la tête pour ne pas voir au loin le temple alors qu’il avouait ce que Tumaini savait déjà, il était bien placé pour savoir quel genre de tueur était Kafele…

« Mais ils m’ont pardonné »

Une partie, lui murmurait une voix…
T’en est certain ? Lui en murmurait une autre…

Partir, il devait partir, avant de craquer, avant qu’il n’arrive à briser ce qu’il avait construit.

« J’ai tout à perdre c’est vrai… » admit-il « Mais je ne me battrai pas… » En était-il sûr ?

Il reprit sa route , aussi naturellement que cela lui était possible, s’éloigner, il en avait besoin mais il s’arrêta après quelques pas.

« Cette proposition que je t’ai faite…Elle comptait à l’époque, compte encore aujourd’hui et comptera toujours demain Tumaini. »

Partir, il le devait, et il se fit violence pour faire à nouveau route vers le Temple. Plus il restait à ses côtés et plus il redoutait l’effet qu’il pouvait à avoir sur lui.


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   Ven 13 Mai - 9:25



Il ne savait pas. En réalité, il n’avait pas voulu savoir. Il aurait préférer ne jamais se rappeler de son passé et il aurait préféré qu’il en soit de même pour Kafele. Cette peur, il l’avait sentit au fond de lui. Il avait eu peur que contrairement a lui Kafele puisse se bercer de beaux souvenirs, de rêves de personnes qu’il avait aimé et de se rappeler qu’il avait eu un jour bien mieux que les bras dans lesquels il s'efforçait de s’oublier et de s’endormir le soir. Il le jalousait, sans même avoir voulu entendre ce que les échos du passé lui avait susurré a l’oreille. Mais jamais il n’avait pensé que Kafele l’abandonnerait. Pour des souvenirs.
Tumaini déglutit avec difficulté. A la seconde ou ses souvenirs lui étaient revenus… Il se rendit compte qu’il n’avait jamais eu aucune chance. Qu’entre lui et les Enfants de Ra, il n’y avait jamais eu d’hésitation dans le cœur de Kafele. La haine faiblit dans le regard du soldat, se voilant de tristesse et de peine alors que les mots de celui qui avait été un jour son frère lui assaillit l’esprit. Ils n’avaient aucun sens.
Au nom de quoi ? Au nom de tout le mal qu’on leur avait fait, mais peut-être que Kafele n’en avait pas eu assez pour s’en rappeler. Non, lui n’avait pas tout perdu et a la seconde ou il s’en était rendu compte, il leur avait tourné le dos comme a des moins que rien, rejoignant les rangs de leurs ennemis comme s’il n’avait jamais connu la peine et la rage qui les unissaient tous. Il avait fini par répéter l’histoire, mais dans l’esprit de Tumaini, Kafele l’avait fait le soir ou il l’avait abandonné, le privant de son seul amour et en tuant ceux qui avaient été sa deuxième famille. Tumaini pensait qu’il n’avait rien, même dans ses souvenirs et Kafele était tout de même parvenu a tout lui prendre, une seconde fois.

Il pensait qu’ils étaient sa famille, qu’il était son amant, mais depuis tout ce temps ça n’avait été pour lui que par dépit et a défaut d’avoir mieux. S’en rendre compte aurait du l’enrager un peu plus mais Tumaini recula d’un pas en se sentant perdre ses moyens. Tout ce temps, tout ces souvenirs qu’ils avaient fait ensemble se souillaient lentement de la conviction que s’il avait retrouvé ses souvenirs plus tôt, ils n’auraient jamais existé. Et Kafele s’en serait probablement très bien porté. Tumaini voulu se convaincre que lui aussi mais il en fut incapable. Il n’y avait jamais eu rien de bon dans sa vie a part cet homme, même s’il était aussi la pire chose qui lui était jamais arrivé.
Encore une fois il pensait venir le confronter pour lui montrer a quel point il lui avait tout prit pour le menacer d’en faire de même mais Kafele parvint a lui prendre un peu plus en brisant la mémoire de toute ces années passées ensemble. Les jours de torture et d'entraînement, les batailles menées ensemble, leur frères d’armes, leurs étreintes. Pour lui tout cela n’avait jamais eu de sens alors que pour Tumaini c’étaient les seules choses qui en avaient jamais eu. Et lorsqu’il mentionna ce jour fatidique, il planta un dernier poignard dans le cœur du soldat.

- Alors pour toi… c’est ma faute ? laissa-t-il échapper d’une voix tremblante de rage, de peine et d’incrédulité.

Le soldat hoqueta comme si soudain son cœur s’était remplacé par un trou béant et glacial. C’était la meilleure. Mais il n’avait plus le cœur a sourire, se moquer ou débattre. Ils avaient été si proche. Il avait été la seule personne qui avait su toucher son cœur alors qu’il pensait ne plus en avoir. Il s’était réfugié dans ses bras, lui avait fait confiance avec sa vie. Mais aujourd’hui il se rendait compte de toute la distance et du gouffre qu’il y avait toujours eu entre eux. Il le lui rappela une nouvelle fois, entre mourir ou tuer, rester avec Tumaini n’avait jamais été une option.

- Alors c’est en te disant ça que tu arrives a trouver le sommeil maintenant, hein ? cracha doucement le soldat en sentant la douleur déverser des vagues d’acide dans ses veines.

Le fils de Ra continua de se justifier, mais aux oreilles de son ennemi ce n’étaient que des mensonges avec lesquels il se berçait pour ne pas se sentir coupable. Tout ce qui sortait de sa bouche et même son attitude passive était une insulte a son ancien amant. La rédemption. C’était comme s’il se montrait un nouvel homme avec une nouvelle chance pour une nouvelle vie, tout ça pour mieux détruire et effacer celle qu’il laissait derrière lui, celle qu’il avait eu aux cotés de Tumaini. Comme s’il ne s’était jamais rien passé avec lui.
Il ne se battrait pas annonça-t-il comme une dernière insulte avant de commencer a s’éloigner. Tumaini serra la mâchoire en sentant en lui l’écho insupportable de cette nuit ou il l’avait vu s’éloigner sans un regard en arrière en le laissant mourant sur le sol. Pire encore Kafele se retourna cette fois, pour lui voler la satisfaction de pouvoir le maudire, en le berçant de ses mêmes illusions. Mais Tumaini le savait, il n’aurait jamais sa place auprès de Kafele et de sa nouvelle famille, il n’avait jamais eu de place dans son cœur.

- Tu es un menteur, un traître et un tueur et tu le sera toujours. siffla-t-il alors que Kafele tournait les talons pour l’abandonner une fois de plus. Et un lâche qui fuira toute sa vie ! Alors FUIES ! FUIES KAFELE ! FUIES ALORS QUE JE LES ÉGORGERAIS TOUS UN PAS UN ! ABANDONNE LES COMME TU A ABANDONNES TES FRÈRES JE M’EN FICHE ! JE BRÛLERAIS TOUS LES JARDINS OU TU OSERAS POSER LE PIED ! JE TUERAIS QUICONQUE SUR QUI TU POSERAS LES YEUX ! Et je ne m'arrêterais pas, tu m’entends ?! Je ne m'arrêterais pas avant d'être satisfait ! hurla-t-il si fort que sa voix et sa rage accompagnèrent Kafele même après qu’il l’ai quitté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'ombre d'une autre vie   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ombre d'une autre vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jouer avec une sauvegarde d'un autre PC
» [Didactitiel] Coller précisément un objet à un autre
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Le pretre ombre.
» Spectre des ombre
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Le Caire (Héliopolis) :: Le quartier d'El-Azhar (souk)-