AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Un début

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Un début   Ven 13 Mai - 18:20


La guerre, ça n’avait rien de beau mais c’était un mal nécessaire. Du moins c’est ce qu’il pensait alors que, torse nu, il s’entrainait ardemment sous la chaleur d’un soleil écrasant. Kafele n’avait que dix neufs ans mais il n’en restait pas moins l’un des soldats les plus efficaces. D’ailleurs, c’était la seule chose qu’il visait lorsqu’il était en mission, l’efficacité. Mais parfois, la guerre semblait faire une pause, leur permettant alors ce genre de journée à profiter simplement d’un peu de répit.

« Hey Kaf ! »

Il se retourna vers Seth, l’un de ses frères qui tenait entre chaque main un pack de ce qu’il identifia comme étant de la bière. Ce jeune homme était un spécialiste pour pouvoir trouver ce qu’il voulait, peu importe où il se trouvait. Kafele ne s’était jamais posé de question, à une période de leur vie cela leur avait permis de remplir un peu plus leur estomac après certain repas trop maigre. Il esquissa un sourire en le voyant tendre ses packs d’un air triomphant. Il suffisait de le voir pour comprendre l’invitation et bien qu’il était un soldat, il connaissait très bien l’importance qu’il y avait de partager des moments simples avec ses frères. Il replaça ses khepeshs à sa ceinture après avoir exécuter de nouveau mouvement, simplement pour la frime et le plaisir.

« Admire le tal’ »

Fit-il en s’approchant mais il se prit les pieds et manqua de peu de s’étaler de tout son long sur le sol ce qui ne manqua pas de faire éclater de rire Seth. Kafele était redoutable sur le terrain, une machine, mais lorsqu’il redevenait une jeune homme il s’avérait être le plus maladroit d’entre eux mais aussi le plus drôle. A croire que l’appel du sang le changeait complètement et faisait de lui un homme entièrement différent. Il se frotta la nuque en souriante bêtement, avant d’attraper Seth à la gorge sous son aisselle en lui frottant figoureusement son crâne aux cheveux long.

« Te fout pas de ma gueule ou je te jure que tu te lèvera un matin sans cette affreuse tignasse »

Il tenta de se défaire de l’étreinte fraternelle de Kafele sans exploser les bouteilles de bière qu’ils tenaient entre ses mains. Tous deux riaient aux éclats en reprenant leur route à l’intérieur du temple pour retrouver les autres. Ils croisèrent un duo de jeunes filles sur la route, assez jolie pour attirer le regard lubrique de Seth qui sorti son sourire charmeur et sa voix suaves :

« Salut les filles »

Elles roulèrent des yeux devant Seth, l’une d’elle avait plutôt le regard accroché sur le torse perlé de sueur de Kafele qui lui se contenta de sourire à son habitude, levant une maine en guise de salutation mais continuant sa route là où son frère aurait préféré y faire une petite pause.

« Seth ! »

Hurla-t-il pour ramener celui-ci à la réalité. Il trottina pour rattraper le soldat avant de soupirer bruyamment.

« Tu pourrais au moins arrêter de t’exhiber ainsi, tu me pourri mes techniques »

Il arqua un sourcil

« Tes techniques ? »
« De drague » il laissa échapper un rire un peu moqueur, il n’y avait que Seth pour penser à ça même en cette période si trouble.
« Quoi ? » Demanda Seth en étant faussement révolté alors qu’il entrait dans le salon qui servait plutôt de QG à leur petite troupe « Ca fait longtemps que j’ai pas… » Il mima un mouvement obsène alors que les autres gars à l’intérieur se retournaient pour prendre le train en cours de route.
« Oh oui ! Au moins deux jours ! » Rétorqua l’un de leur frère en se moquant ouvertement de Seth et de son penchant prononcé pour les femmes ou plus généralement, pour les bonnes choses.
« Ca maintiens en forme les gars ! » Répondit celui-ci en posant les bières au milieu de la table basse.
« Qu’est-ce qu’il faut pas entendre » Ajouta Kafele en l’écoutant.

L’egyptien reçu une tape sur l’époque du colosse de leur groupe, aussi haut que large. Cette frappe, bien qu’amical, lui brula directement la peau à cause de la force. Kames se tenait devant lui, son sourire franc sur les lèvres.

« C’est pas parce que tu as décidé de faire vœux d’abstinence qu’on doit tous le faire »

Cette phrase eut l’effet que Kames cherchait, d’un coup d’un seul, le visage de Kafele s’empourprait et si ses hommes étaient capables d’avoir un profond respect pour celui-ci, tous adoraient taquiner leur frère à la première occasion lorsqu’ils ne se trouvaient plus sur le terrain et ce soir était l’occasion rêver.

« Vœux de quoi ? J’ai pas besoin d’exhiber mes conquêtes comme vous les gars, je sais être discret c’est tout »

Il évita soigneusement tous les regards, Kafele n’avait jamais eu le moindre désir à courir après les jeunes femmes bien qu’il lui aurait probablement été facile de charmer certaines d’entre elle. Il n’avait jamais eu cet appétit et ses frères le savaient bien qu’il ne l’ait jamais ouvertement admit devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 19:46


- Comme au combat. Très discret, et très rapide… nargua Tumaini qui s’était adossé à l’encadrement de la porte d’entrée pour écouter un bout de la conversation de ses frères avant de rentrer.

Les bouclettes de son front étaient humides et ses vêtements étaient tâchés de sang mais cela n’était pas vraiment surprenant lorsqu’on savait qu’il revenait du donjon du Temple, là où on gardait les prisonnier de guerre pour les interroger et les torturer. Tout les soldats avaient eu le droit à la torture mais aussi à l’infliger. Les maîtres aimaient faire tourner la pratique pour rappeler à leurs esclaves sans avoir à les abîmer ce qui pouvait encore leur arriver si ils venaient à songer à désobéir. Mais Tumaini n’était pas du tout du genre à réfléchir aux ordres et si on lui demandait souvent d’officier aux donjons lorsqu’il n’était pas en mission avec son unité, c’était justement pour ça.

- Qu’est-ce que j’ai manqué ? demanda alors joyeusement le dernier venu en ôtant son haut souillé de tâche rouge pour s’enlever la peine de devoir aller se laver tout de suite, même si quelques gouttes avaient échouées sur ses bras et son visage. Seth lui tendit alors un bière qu’il prit avec un grand sourire.
- Ooh toi t’es le meilleur ! félicita-t-il en pointant Seth du doigt avec un clin d’oeil complice. Il décapsula la bière et avala deux longues gorgées avant de soupirer de bonheur et d’aller se laisser tomber dans un des fauteuils du salon.

- Kafele nous expliquait comment il s’y prenait avec les femmes. relança Nail d’un ton narguant en haussant les sourcils avant de cacher son sourire derrière le goulot de sa bière.

- Je ne crois pas que… commença Uga d’une petite voix de son propre coin de la pièce.

- Je ne crois pas que ce soit nécessaire qu’on continue sur ce sujet. continua Thi d’une voix et avec un geste apaisant. Il eu un petit regard compatissant pour le pauvre Kafele qui était bien trop souvent le sujet de leur plaisanteries.

- Ce n’est pas ce que...  s’apprêta a corriger le plus observateur et intelligent de la bande mais Tumaini le coupa a son tour.

- Non, non ! Moi je veux entendre ! Dis-moi Kafele, comment tu t’y prends, avec les femmes ~. grogna le soldat en montrant ses dents tel un prédateur pour le mettre un peu plus mal à l’aise avant d’exploser de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 20:37


Il sursauta presque en entendant la voix de Tumaini se joindre aux railleries de ses frères. Il fronça les sourcils devant le sous-entendu qui se cachait les mots implicitement choisi par le dernier arrivé. Il attrapa une bière qu’il décapsula, profitant du répit qu’avait entraîné l’arrivé de Tumaini. Il se concentra sur la capsule, ouvrant celle-ci avant de boire quelque gorgée et par la même occasion, croisé le regard du bourreau qui demandait ce qu’il avait manqué. Nail fut le premier à répondre, manquant de peu de s’étouffer en avalant de travers, préférant continuer de boire plutôt que de devoir répondre, tant et si bien qu’il descendu la moitié de sa bouteille en quelques secondes.

Son regard se posa une seconde sur Uga qui tentait de sortir Kafele du pétrin même si cela signifiait d’ouvertement parler de sa sexualité chose à laquelle il n’était pas vraiment prêt. Quelque chose que Thi senti directement en interrompant leur fin observateur. Uga insista ce qui entraîna l’hilarité commune de Nail et Seth qui firent tinter leur bière ensemble en observant la scène et Tumaini fut celui qui en rajouta une nouvelle couche.
Tous les regards étaient à nouveau poser sur Kafele qui ignorait complètement quoi répondre.

« Comme s’il avait besoin de savoir s’y prendre pour les faire tomber dans ses bras…Regarde le, se montrer ainsi doit suffire pour ce salaud » Tenta désespérément un Thi qui voulait sortir son frère du pétrin dans lequel il était.
« Non non ! Il s’est moqué de ma technique dans les couloirs, je veux savoir maintenant » claironna joyeusement Seth en moulinant sa main devant le plus gentil d’entre eux, lui faisant comprendre que le moment était beaucoup trop drôle pour qu’ils n’en profitent pas un peu tous.
« Qui sait, peut-être qu’on pourrait apprendre quelque chose » ajouta Nail d’un sourire taquin en jetant un regard Tumaini.

Les regards sur lui, il se senti rougir mais ne put s’empêcher de foudroyer Tumaini du regard, chaque soir de liberté devait-il obligatoirement finir sur une série de moquerie à son encontre ? En temps normal, Kaf’ supportait facilement les moqueries et taquinerie, cela l’amusait plus qu’autre chose et surtout, il appréciait beaucoup trop de voir sa famille rire pour s’en formaliser mais là…

« Très bien… »

Fini-t-il par dire en s’installant sur le fauteuil qui se trouvait face à celui de Tum’

« Je vais vous livrer ma technique, elle est infaillible » Il posa un regard sur Nail et Seth « Vous me remercierez plus tard »

Uga resta silencieux, observant, l’air curieux se revirement de situation. Kames ne put s’empêcher de laisser échapper un soupire en observant Kafele continuer à vouloir garder sa contenance et, objectivement, il semblait assez sûr de lui. Thi tendit un bras vers les bières, prenant l’une d’entre elle et tendant l’autre à Uga.
Nail et Seth, toujours hilare, fixait Kafele avec impatience à présent.

« Une chanson ? »
« T’es sérieux ? »
« Très »

Un nouvel élan de moquerie, mais cette fois-ci, Kafele ne rougissait plus et ne porta pas sa main sur sa nuque…

« Oh putain il est sérieux les gars ! »

Il but quelque gorgée, le silence était retombé et tous semblaient attendre la suite.

«  Tu comptes nous faire attendre combien de temps exactement ? »

Un sourire tout à fait différent se glissa sur les lèvres de Kafele qui s’éclaircit la voix en tentant, malgré tout, de baisser la fréquence de ses battements cardiaque. Il avait le traque, l’assassin capable de tuer d’un seul coup mortel était à présent mortifier à l’idée de pousser la chansonnette devant eux. Il se pinça les lèvres, les humectèrent, inspira profondément et se lança.


« Soeur ! Soeur sans rivales !
De toute beauté ! La plus belle de toutes
Elle est comme l'étoile, Sothis, quand elle se lève
Elle est comme l'étoile, Sothis, quand elle se lève
Au commencement d'une belle nouvelle année.
Parfaite et brillante et étincelante est sa peau
Et quand elle regarde, elle séduit avec ses yeux
Ses lèvres sont douces quand elle parle
Et il n'y a jamais un mot de trop »


Comme le frère n’avait aucune véritable signification d’appartenance au même sang, celui de sœur dans cette chanson était tout aussi dénué de ce sens-là et désignait simplement une femme de la même communauté.

« Soeur ! Soeur sans rivales !
De toute beauté ! La plus belle de toutes
Mince cou et peau resplendissante
Ses cheveux sont comme du vrai lapis
Ses bras éclipsent l'or le plus délicat
Ses doigts sont comme des pétales de fleur de lotus
Hanches généreuses et mince taille
Ses jambes prolongent sa beauté
Quand elle marche gracieusement sur la terre »


Kafele était incapable de se souvenir quand il avait appris ces paroles, tout ce qu’il savait c’est qu’elle trottait parfois dans sa tête de manière maladive et insistante et qu’il lui était arrivé de la marmonner simplement pour qu’elle puisse quitter ses pensées.
La voix de l’egyptien était clair, limpide, aussi parfaite que pouvait l’être ses exécutions. Sans fantaisie, juste sa voix et de jolie note.

« Soeur ! Soeur sans rivales !
De toute beauté ! La plus belle de toutes
Elle a volé mon coeur avec ses baisers
Elle a volé mon coeur avec ses baisers
Elle a fait le cou de tous les hommes
Se retourner à sa simple vue !
Celui qui l'embrasse est un homme heureux !
Il est le plus chanceux parmi les amoureux
Car il l'a vue dans sa gloire
Et l'a reconnue comme la déesse.

Soeur ! Soeur sans rivales !
De toute beauté ! La plus belle de toutes »


Les yeux du jeune homme se verrouillèrent dans le regard de Tumaini, un sourire presque mauvais venant se dessiner sur ses lèvres alors qu’il continuait de chanter les dernières paroles de cette mélodie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 21:24


Tous ricanèrent alors que Kafele s’armait de tout son sérieux en plaçant devant celui qui aimait toujours pousser le bouchon un peu trop loin. Il voulait lui apprendre une bonne leçon mais bien franchement, aucun de ses frères ne voyaient comment il s’y prendrait. Tumaini tint le regard de Kafele avec un sourire insolent et plein de défi.
Ils explosèrent tous de rire lorsque celui-ci fini par révéler le secret de son succès. Une chanson. Et il était très sérieux. Tumaini dû poser une main sur sa bouche pour s’empêcher de recracher sa gorgée de bière tant le rire lui crispait le ventre. Mais néanmoins curieux, les autres garçons se turent et ramenèrent le silence. Le bourreau, lui, s’efforçait encore de retenir ses hoquets de rire tout en sachant qu’il exploserait à la seconde ou Kafele de mettrait à chanter.

Mais il n’éclata pas de rire et s’étouffa de plus belle sur sa gorgée de bière non pas d’hilarité mais de surprise cette fois. Personne ne s’était attendu à voir sortir une voix si puissante, si juste et parfaite de la bouche de Kafele et tous eurent le souffle coupé dès la première note.
Mais en plus de la puissance, le chanteur enchaîna sur une vocalise envoûtante et maîtrisée pour les emporter un peu plus avant de laisser retomber son souffle avec douceur. La première phrase.

Tous fixèrent leur frère bouche bée sans savoir comment réagir. Uga eu un petit sourire satisfait et porta à nouveau sa bière à sa bouche en continuant de profiter du concert. Thi, lui, observait Kafele avec un grand sourire impressionné, complètement emporté par sa chanson. Kames aussi semblait envoûté au point qu’il ne souriait plus du tout, il avait fermé ses yeux pour se laisser bercer de la voix de Kafele. Seth et Nail échangèrent un regard abasourdit et incrédule et eurent besoin de fixer leur frère avec des yeux de merlans frits pour s’en convaincre. Tumaini, lui, n’avait toujours pas réussi à décider comment il était sensé réagir. Devait-il faire preuve de respect et d’admiration pour lui montrer qu’il chantait effectivement très bien ? Ou rire de la nature si loufoque de son talent et de sa démonstration ? Ou simplement profiter sans chercher à exprimer quoi que ce soit. Quelque peu démuni, il se contenta de subir la démonstration de Kafele et son regard d’un air presque intimidé.

Alors que la chanson continuait et que chacun s’oubliait dans la chanson de Kafele, Tumaini pu se sentir de plus en plus seul et oppressé si bien que lorsque la voix de Kafele s’éteignit enfin sans renaître, il poussa un long soupir de soulagement. Celui-ci fut quelque peu masqué par les applaudissements de Uga, Thi et Kames mais Kafele pu voir un étrange agacement crisper les trait de son adversaire qu’il tenta de cacher derrière une gorgée. Comme s’il comprenait qu’il avait perdu.

- Alors, qu’est-ce que vous en dites ? commenta Thi d’un ton narguant à son tour alors qu’il pu voir que les trois moqueurs en chef n’avaient plus rien à dire.

Tumaini le fusilla du regard mais pas longtemps. Il savait que jouer les mauvais perdant ne ferait que confirmer son statut de perdant alors il soupira à nouveau pour évacuer la frustration. D’un air décontracté il passa sa bière d’une main à l’autre avant de tirer son pantalon pour pouvoir jeter un coup d’oeil sous le capot.

- Eh. Ben les gars prenez-en de la graine parce que là… Demi-molle. commenta-t-il avant de relâcher son pantalon et de faire un clin d’œil aux deux dragueurs professionnels.
Les deux ainsi que Kames s’esclaffèrent d’horreur et même les deux autres frères ricanèrent dans leur coin. Reprenant doucement la main, Tumaini se retourna vers Kafele en ayant retrouver un sourire insolent.
- Mais… J’suis pas encore convaincu. ajouta-t-il avec dédain. Peu mieux faire. provoqua-t-il toujours un peu plus comme il avait l’habitude de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 21:51


Dans sa poitrine cognait lourdement son cœur tant il était complètement flipper parce qu’il venait de faire. En réalité, c’était bien la première fois qu’il chantait publiquement cette chanson et c’était la seule carte qu’il avait à jouer. Il avait eu un éclair de géni en s’y souvenant à cet instant précis en sachant qu’il s’agissait probablement de la plus belle chanson d’amour qu’il ait entendu. Même s’il s’agissait de la seule, la nature un peu romantique du garçon l’amenait à croire que c’était la seule qu’il devait connaître et qu’aucune autre n’arriverait à le faire vibrer autant que celle-ci. Il accueillit les applaudissements avec son tic habituel et ses joues rougissantes mais il ne déverrouilla pas son regard de Tumaini, prenant un certain plaisir d’y lire la défaite de celui-ci à l’intérieur.

Il but une gorgée de bière en même temps que lui, ne pouvant s’empêcher de sourire contre le goulot de la bouteille alors que Thi en rajoutait une petite couche de son côté. Profitant de sa satisfaction personnelle d’avoir pu couper le sifflet à son frère, il jeta un regard à Seth en lui faisant comprendre par un geste qu’il s’en grillerait bien une.

« Désolé Sen, y a pas encore eu d’arrivage »

Laissant Kafele sur son envie de fumer. Il s’enfonça un peu plus profondément dans son fauteuil alors qu’en face de lui, les gestes de son frère attira son attention. Hormis le fait qu’il soit à moitié nu, son commentaire le mit mal à l’aise aussitôt qu’il fut prononcé et il détourna les yeux alors qu’une majorité de ses frères riaient de plus belle. Il était donc vraiment décidé à ne pas lui laisser une minute de répit et encore moins à lui laisser le gout de la victoire plus de dix secondes ? Il le fusilla une nouvelle fois de son regard assassin, il le désigna d’un signe de tête.

« On t’entend parlé mais aux dernières nouvelles on ne te voit pas plus rouler sous les draps des filles »

« ouuuuuuuuh » commenta un Nail qui aimait sentir cette atmosphère électrique. Tout le monde pouvait le sentir mais aucun ne semblait véritablement s’en inquiéter. Les bagarres, les remarques, les insultes, les rires, les bières, les moqueries, cela faisait partie de leur quotidien et cela renforçait toujours un peu plus leur fratrie.
« Touché » Ajouta Seth en posant ses yeux rieurs sur Tumaini.

Uga ouvrit la buche mais Thi l’interrompit directement d’un signe de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 22:39


Malgré les agiles provocations de Tumaini, Kafele sur rebondir et vu rapidement rejoins par les deux fouteurs de merde qui ajoutèrent un peu d’huile sur le feu. Tumaini les incendia tous les trois de son regard assassin mais sans perdre le sourire. C’était de bonne guerre, et il n’avait pas prévu de perdre.

- Et bien c’est parce que je préfère les faire crier plutôt que de leur chanter des chansons d’amuur… avoua-t-il en toute sincérité alors qu’il glissa un doigt sur le manche d’un de ses haches à sa ceinture.

Et c’était bien vrai. Si le sexe, les femmes et l’amour étaient devenus des sujets de conversation récurrents depuis quelques années à l’initiative de Seth et de Nail, Tumaini n’avait toujours pas vraiment passé ce cap, son esprit toujours focaliser sur la guerre, les missions, les entraînements. En vérité il passait tellement de temps entre les opérations, le donjon, les entraînements et autres services à rendre aux supérieurs qu’il était difficile de savoir ce que le soldat ferait de son temps libre s’il en avait. Même dans son sommeil son esprit continuait de se battre et d’aiguiser ses talents. L’amour dans tout ça n’était pour lui qu’un sujet de plaisanterie.

- Mais tu devrais essayer de faire un petit concert à la prochaine bataille. Qu’on voit combien t’arrive a en charmer. nargua-t-il avec un sourire mauvais.

- Ce serait très stupide. commenta Uga et cette fois Thi acquiesça mais sans vraiment aller dans son sens.
- Et si nous ne parlions pas de bataille pour ce soir ? suggéra-t-il toujours désireux de calmer les tensions, même fraternelles.
- Pas de bataille, pas de sexe… De quoi on parle alors ? questionna Seth d’un ton ennuyé.
- De la bite de Tumaini ? Il s’en sert ni pour le sexe, ni pour la guerre ! Enchaina Nail avec un sourire mesquin, pas près de laisser cette gueguerre se terminer de si tôt.
- Qu’est-ce que t’en sais ? rétorqua Tumaini. C’est une arme de destruction massive ! Plaisanta-t-il sans parvenir à terminer sa phrase avant d’éclater de rire.

- D’accord, d’accord… intervint Thi à nouveau en appelant au calme. Parlez de ce que vous voulez mais… Est-ce que vous pouvez essayer de rester correct ? supplia-t-il avec douceur bien que les voir s’esclaffer l’enjouait lui aussi. Les trois plaisantins poussèrent un soupir groupé plein d’exaspération et de reproche, mais finir par se remettre à rire doucement sans donner suite à leurs pitreries.
Les yeux de Tumaini retrouvèrent d’eux-même le chemin jusqu’à ceux de Kafele comme s’ils ne souhaitait pas en rester là et une lueur de défi brilla dans son regard. Mais il porta sa bière à ses lèvres pour s’empêcher de relancer le combat et détourna finalement les yeux pour ne pas se laisser tenter par la petite tête si embêtable de son frère.

- Sinon euh… J’ai croisé une tortue dans le jardin ce midi. commenta Nail d’un ton anodin mais c’était bien évidemment sa façon de montrer à quel point sans conflit et sans séduction, il était dépossédé de ses sujets de conversations favoris. Cela renvoya une vague de rire dans la fratrie mais l’hilarité était faible comparé à quelques secondes plus tôt.
Tumaini avala le reste de sa bière et poussa un souffle imbibé d’alcool avant de la reposer et de se relever.
- Ha. T’façon j’ai besoin d’une douche. expliqua-t-il en contournant Kafele pour se diriger vers la porte.
- Quoi tu veux pas entendre mon histoire de tortue ? Elle était énoooorme ! s’offusqua Nail faussement.
- Un peu comme ma… ? mais Tumaini s’arrêta en jetant un regard vers Thi qu’il savait le grondait silencieusement. Lâchant un petit rire, il finit par sortir pour rejoindre les bains du Temple.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Ven 13 Mai - 23:09


Il fallait admettre que même en combat les deux égyptiens avaient une vision très différente de la chose. Kafele était un tueur rapide et efficace, il ne faisait pas languir inutilement les souffrances de ses ennemis, il les voulait mort et c’est tout. Ce satisfaisant de voir le corps sans vie de ceux-ci. Il avait étudié l’anatomie, savait parfaitement où placer ses coups pour tuer à coup sûr. Les artères étant ses cibles favorites, observant ses victimes se vider de son sang et voir dans les yeux de ses ennemis la vie disparaitre et leur échapper sans qu’ils ne puissent absolument rien faire d’autre que de regarder le visage de celui qui leur avait donner ce châtiment.

Ses yeux parcoururent le geste discret de ses doigts contre le manche de ses haches. Il dégluti, déposant sa bouteille vide sur la table il chassa ses pensées et le fourmillement que cela causait dans sa tête à l’instant où il se moqua une nouvelle fois de lui.
Il aurait bien voulu répondre mais Uga était plus rapide et avant même qu’il n’ait pu rétorquer de manière cinglante, Thi appelait au calme et comme tous ici...Kaf’ obéis aussitôt. Il soupira, son regard énervé sur Tumai’.

Il n’écouta plus les plaisanteries autour de lui, ne riait plus non plus d’ailleurs. A vrai dire, il se sentait particulièrement en colère et n’avait aucun moyen d’évacuer ça. Laisser ses frères aurait été mal perçu par les autres et il ne souhaitait pas cela, sauter à la gorge de Tumaini était une option envisageable mais le présent laïus de Thi effaça directement cette idée de son esprit, alors quoi ?
Leurs regards se rencontrèrent, il ne scilla pas et cette tension d’autant plus pesante avec l’arrêt net de toute plaisanterie quelconque força probablement Nail à vouloir balancer la première chose qui lui passait par la tête.

Une façon de combler un silence pesant mais la tentative tomba à plat avec le soldat qui décida qu’il était peut-être temps pour lui de se nettoyer des traces d’hémoglobine sécher sur son corps. Tumaini venait de quitter la pièce quand Seth hurla :

« TU VEUX PAS EMBARQUER KAF’ ! JE COMMENCE A ETOUFFER LA ! »
« Pardon ?! »
« Baaaaah quoi ? T’as passé ton après-midi sous le soleil à t’entrainer, tu crois que ça »

Il passa un doigt sur le bras encore brillant de sueur en lui désignant son index humide ensuite :

« Ca sent la rose ? »
« C’est peut-être son autre technique pour attirer les gazelles…Une bonne grosse ôdeur de vrai mâââââle »

Ajouta un Nail moqueur derrière lui. Il se leva presque aussi sec, pas franchement d’humeur à subir une nouvelle vague de moquerie. Il quitta la pièce en laissant derrière deux imbéciles hilare, un Thi blasé par l’attitude des deux comparses alors que Kames et Uga échangèrent un regard entendu.
Son regard sombre, il ressemblait au soldat qu’il était lorsqu’il se trouvait sur le terrain et il hésita une seconde à assouvir sa colère en passant allant faire un tour du côté des donjons. Sa main chercha le contact presque rassurant de ses armes mais ce fut bien en râlant qu’il se dirigeait vers les bains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 9:00


Tumaini entendit les cris de Seth le rappeler mais il rigola simplement en continuant sa route, pensant que ses frères tentaient simplement encore de relancer le pugilat vocal avec Kafele. Il arriva tranquillement aux bains et eu à peine le temps de poser sa main sur le carrelage frais des murs des douches qu’il entendit des pas approcher d’un rythme sec. Il se retourna pour voir Kafele le rejoindre mais l’humeur sombre de celui-ci le retint de se remettre à lui lancer des petites piques comme il adorait faire.

- Kaf’ ? appela Tumaini d’un air presque inquiet pour son frère.

Rien ne semblait jamais affecter Tumaini, que ce soit les plaisanteries, les combats, les tortures. Il arborait toujours le même air insolent dans les moments les plus sombres comme les plus lumineux. Mais Kafele lui pouvait faire preuve d’une palette d’émotion très contrastée. Il était facile de différencier le soldat en lui, le sang froid, le calme assassin, la précision chirurgicale et son regard vide de lumière comme s’il éteignait son âme alors qu’au naturel il était si maladroit, susceptible et plein de douceur.
Pour avoir vécu si longtemps avec lui et leurs frères et s’être si souvent adonné au jeu de le taquiner, Tumaini avait apprit à s’arrêter lorsqu’il finissait par pousser le bouchon un peu trop loin. Mais si ce n’était pas pour l’embêter, le soldat ne savait pas vraiment de quoi discuter avec lui sachant qu’il n’avait pas l’intention de s’excuser ou de le consoler. Avec un léger soupir, presque semblable à un reproche envers la susceptibilité de l’assassin, Tumaini décida de simplement continuer ce qu’il avait à faire.

Alors qu’il s’apprêta à se dévêtir, il s’arrêta un instant lorsque son regard se porta à nouveau sur ce qui se cachait dans son pantalon. Bien que cela lui avait bien servit pour rebondir et faire rire la petite bande, il aurait préféré que son excitation se soit calmé mais ce n’était pas le cas. Il eu un petit sourire amusé et hésitant lorsqu’il se demanda si cela restait une arme pour narguer Kafele ou si c’était plutôt lui qui devait commencer à se sentir gêné. Même s’il adorait en jouer pour se moquer ou plaisanter, les histoires de sexe ne le connaissait ou ne l’intéressait vraiment pas.

- Oh et puis… soupira-t-il finalement faisant glisser son pantalon jusqu’au sol sans se soucier de révéler son anatomie légèrement crispée.

Ce n’était pas du tout la première fois qu’ils se voyaient nu car ils avaient grandit ensemble, et puis il arrivait à tous les garçons de se faire surprendre parfois par leur propre corps, même s’il se savait désintéressé. Tumaini alluma l’eau et poussa un soupir de confort en la sentant ruisseler sur son corps sale. Il récupéra un savon et commença à se laver simplement.

- Il y a un campement de nomades dans le désert à l’ouest. finit-il par dire lorsque son esprit avait retrouvé le chemin des donjons et récupérer ce qu’il y avait entendu. Ils pensent que ce sont des Porteur d’Isfet. Ou du moins des alliés. C’est possible qu’on nous envoie leur rendre une visite. annonça-t-il d’un air décontracté alors qu’il finissait de se laver les cheveux.

Alors qu’il savonna son torse, ses mains cognèrent sans faire attention son membre dressé ce qui attira à nouveau son attention. Celui-ci semblait plus frustré encore que quelques minutes auparavant.
- Putain, comment tu éteins ce truc ! râla doucement Tumaini, amusé mais tout de même agacé cette fois. Il savait bien comment “éteindre ce truc” mais là bien franchement ce n’était pas vraiment le moment.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 9:57


En entendant son diminutif, il renifla simplement pour faire savoir qu’il l’avait entendu mais lui faire comprendre que ce n’était plus le moment d’en rajouter. S’il y avait bien quelqu’un qui connaissait les limites, c’était bien lui. Nail et Seth avait la fâcheuse tendance de ne jamais savoir s’arrêter et c’était généralement Thi qui les ramenait à l’ordre mais Kafele pouvait encore se souvenir de leurs jeunes années où il s’était simplement jeté sur Nail après la blague de trop. Il ne se souvenait même plus de laquelle mais il se souvenait très bien du châtiment qu’on lui avait infligé ce jour-là pour lui apprendre qu’on ne tentait pas de tuer ses propres frères. Le gamin qui l’était à l’époque avait boudé son frère pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’il comprenne de lui-même qu’il était tout autant fautif, s’il ne savait pas gérer ses émotions, il n’avait pas le droit de se plaindre ensuite…

Il ôta ses vêtements, trop énervé pour vraiment se poser de questions sur leur nudité respective. Ce n’était pas la première fois qu’ils se voyaient nu et probablement pas la dernière non plus. Un frère et un frère, il n’y avait jamais eu d’ambiguïté quelconque sur le sujet et ce malgré son appétit différent. Se glissant sous son propre jet, il resta en dessous, fermant les yeux, prenant simplement plaisir à entendre l’eau coulé et à la sentir sur sa peau. Il ne se savonna, du moins, pas de suite, cherchant plutôt à calmer son cœur et son envie de violence.

La nouvelle que lui annonçait Tumaini l’aida quelque peu alors que sur les lèvres s’étirait en un sourire apaisant à cette idée. Les porteurs d’Isfet étaient généralement d’excellent combattant, ils pouvaient au moins leur reconnaître une ténacité certaine provoquée par leur insatiable envie de gagner. S’il aimait la rapidité et l’efficacité, il prenait parfois un certain plaisir au combat et son humeur du moment semblait tendre vers cette envie. Kafele en combat était agile, rapide, il ne frappait que lorsqu’il avait une ouverture, esquivant le coup, c’était un serpent, attendant le moment idéal pour mordre et si possible tuer dès le premier coup donné.

Il ouvrit les yeux qu’au moment où il entendit son frère se plaindre sans vraiment le faire. L’eau ruisselante lui brouillait la vue mais il pouvait facilement deviner la silhouette large et rude de Tumaini. De quoi parlait-il ? Son regard suivit le sien, rejoignant une partie précise de son anatomie masculine. En une seconde, sa colère s’envola pour laisser place à une nouvelle vague de sentiment plus équivoque et incertain. Il tourna directement le dos en sentant l’afflux sanguin l’animé. Sa main rejoint sa nuque mais son geste se fit plus crispé alors qu’il enfonçait ses ongles dans sa chair pour détourné ses pensées sur la douleur et endigué la réaction de son corps.

Un frère est un frère et il n’y a aucune ambiguïté à avoir se répéta-t-il. Il fronça les sourcils en se rendant compte qu’à présent, il n’avait pas répondu à la question du soldat. Il grogna légèrement, faignant son humeur maussade.

« Compte pas sur moi pour t’expliquer les choses de la vie » se moqua-t-il légèrement en laissant retomber son bras le long de son corps, lachant sa pauvre nuque meurtri. Une douleur qui n’avait visiblement servit à rien. Il tenta de diminuer la température de l’eau, passant du tiède à glacée.
C’est là qu’il se rendit compte d’un détail, Tumaini n’avait absolument pas plaisanté en parlant demi-molle après son petit concert privé. Cela le fit sourire sans qu’il ne puisse le contrôler avant de le faire grimacé en se rendant compte de ce à quoi il venait de pensé.
Sa frustration mua à nouveau sa gêne en colère et la seule personne présente pour en subir les conséquences n’était autre que son frère.

« C’est l’occasion rêver de me montrer comment le grand Tumaini lève des demoiselles… » Il tourna la tête, un sourire mesquin sur ses lèvres « A moins bien sûr que la chasse à la gazelle ne t’intéresse pas vraiment que tu as un tout autre gibier en tête » se moquant délibérément de la possibilité qu’il soit la source de cette animation et par conséquent que les désirs de son frère n’ait jamais été porté sur autre chose que les hommes. Il savait au fond de lui que c’était l’hopital qui se foutait de la charité mais il n’était pas spécialement prêt à admettre que c’était de lui-même qu’il se moquait plutôt que de Tumaini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 10:45


Kafele se moqua doucement en tournant le dos à son frère. Celui-ci ne sortit de son attitude que le sentiment que ça petite colère avait été doucement chassée par l’eau de la douche et que peut-être les plaisanteries pouvaient recommencer sans qu’il ne s’en offusque. Mais Tumaini n’avait plus grand chose à dire et se rendait compte qu’en plus de ça il s’était lui même mit en position de victime, démuni face à sa propre érection.
Il ricana tout de même, accordant ce maigre moment de gloire à son frère qui se trouvait si souvent de l’autre côté du bâton. Il ne s’attendit pas à ce que celui-ci en profite pour pousser un peu plus le vice en le provoquant délibérément et en le titillant d’une voix pleine de sous-entendu.
- Je ne chasse pas, sen. J'exécute. corrigea Tumaini en levant un sourcil pour montrer à quel point les efforts de Kafele ne l’affectaient pas. Et ne te flatte pas. Je suis fatigué c’est tout. réctifia-t-il pour ne pas donner au le chanteur la satisfaction de prendre la grosse tête en pensant être la cause de tout ça.

Tumaini soupira pour rejoindre la pluie d’eau tiède qui lui massait le corps. Était-il la cause de tout ça ? Quelque chose en lui savait que oui, car c’était bien la chanson de son frère qui avait su envoûter son muscle. Autre chose lui disait que ça n’aurait pas dû car ils étaient frères et se connaissaient depuis tant de temps qu’il ne pouvait rien avoir de nouveau entre eux. Quelque chose encore finit par lui dire que ça n’avait de toute manière pas vraiment d’importance.

- Et ben… Si ça te dérange pas… nargua-t-il doucement de son ton insolent, presque comme une menace alors que sa main vint d’elle même entourer sa masculinité crispée.

Jouant toujours à la surenchère avec Kafele, Tumaini n’était pas vraiment sûr d’être sérieux et craignait même frôler la limite du correct. Mais il ne put s’empêcher de soupirer lorsqu’il sentit un frisson d’excitation parcourir son corps lorsque celui-ci comprit qu’on s’occupait enfin de lui.
Le désir grandissant chassa ses inhibitions alors qu’il se dit qu’au pire Kafele n’avait qu’à partir pour le laisser faire ses affaires tranquilles. Comme animées d’une conscience autre qu’il ne contrôlait pas, les mains du soldat s’affairèrent doucement mais avec expertise, ce qui arracha à leur hôte de nouveaux râles graves et fébriles. Toujours massé par les gouttes d’eau tiède de la douche, Tumaini se crispa en posant un main sur le carrelage frais pour se raccrocher. Il ferma les yeux la tête baissée pour se concentrer, pressé d’en avoir fini avec cette farce que lui faisait son corps.
Mais derrière ses paupières closes ne l’attendait que le noir et le néant. Il n’avait jamais vraiment sur à quoi penser dans ces moments là. Au combat ? Cela ne faisait que le frustrer plus d’être en train de faire autre chose. Aux filles ? Tumaini ne parvint pas à se rappeler la dernière femme qu’il avait pu trouver jolie. Ou comme l’insinuait Kafele plus tôt, un homme ? Mais pareillement il ne trouvait dans son esprit que le visage de ses ennemis qu’il n’attendait que de voir périr sous sa violence.
Le soulagement avait été intense, comme les premiers frissons de plaisir mais maintenant que sa frustration avait été quelque peu assouvie, le soldat se sentit tomber dans un état de confort fade. Sa main continuait de monter et de descendre mécaniquement mais elle semblait avoir perdu l’inspiration. Il sentait que la conclusion était loin et pire encore le temps semblait étirer ce moment ennuyeux et désagréable sans vouloir le laisser s’en échapper d’une manière ou d’une autre. Se rendre compte que Kafele était toujours dans les parages l’assaillit d’une soudaine gêne. C’était déjà assez ridicule de se retrouver démuni mais ça l’était encore plus de démontrer qu’il n’était finalement réellement pas très doué pour cela. Un petit rire agacé et gêné quitta sa gorge alors qu’il rouvrit les yeux.

- Ne… Ne me matte pas Kaf’. J’y arrives pas quand t’es là ! le blâma-t-il sur le ton de la plaisanterie mais avec une certaine douceur qui trahissait son malaise. Il lui jeta un regard qui se voulait sévère et plein de reproche mais celui-ci s’anima presque immédiatement de surprise lorsqu’il sentit son corps frissonner à nouveau de désir. Il ne dit rien de plus, mais il eu peur de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 11:43


Il l’énervait, à chaque fois qu’il ouvrait sa bouche c’était pour l’énerver encore plus. Son insolence et cette façon de n’être absolument jamais affecté par quoi que ce soit. Il ne faisait que lui rappelé que lui, au contraire, était affecté par à peu près tout et n’importe quoi. Il vivait intensément chaque sentiment, chaque plaisir ou déplaisir, son empathie le poussait même à ressentir parfois ce que ses frères pouvaient ressentir.

« Y en a au moins un ici qui ne l’est pas »

Rétorqua-t-il en restant dos à Tumaini, parlant de son sexe comme s’il s’agissait d’une personne à part entière. Il baissa les yeux sur son propre corps, rectifiant dans sa tête qu’il en connaissait plutôt deux. Le froid mordait sa peau et pourtant cela ne calmait pas l’ardeur entre ses jambes. Il s’apprêtait à quitter les lieux, sans s’être savonné, fuir, peut-être retourner à son idée de base et rejoindre les donjons quand la voix de son ami s’éleva à nouveau. Il lui fallut une bonne minute pour comprendre et à vrai dire, c’est en entendant les prémisses dans son souffle qu’il comprit réellement ce que le soldat était en train de faire à quelques mètres de lui.
Son corps entier se crispa, se paralysant soudainement alors qu’il écoutait silencieusement. Son cœur s’emballait, ses joues s’empourpraient et son sang semblait bien décidé à se concentrer que dans une zone. Ce n’était pas franchement la première fois qu’il pouvait entendre le souffle court d’un de ses Sen, ils avaient toujours vécu ensemble, dormait dans la même pièce, un corps était un corps et le désir était le désir. Cela faisait partie de la vie, et si au début de leur adolescence ils leur étaient arrivé de se moquer des uns et des autres ou même de jouer le jeu de comparaison, surprendre l’un de ses frères à évacuer le stress seul ou en bonne compagnie avait fait partie de leur quotidien…Surtout avec Seth et Nail.

Mais jamais cela n’avait eu de véritable impact sur lui, parfois un chatouillement au creux de son ventre mais il lui suffisait de se rappeler à qui appartenait ce souffle là pour voir s’envoler cette sensation. Alors pourquoi son corps refusait maintenant de lui obéir ? Il avait beau se dire que ce qu’il entendait n’était autre que les soupires rauques de Tumai’ cela semblait avoir l’effet inverse sur lui. Il hésita une seconde à se satisfaire lui aussi, à se soulager à son tour mais sa conscience lui murmurait que la situation était déjà bien assez étrange comme ça et que s’il le rejoignait au jeu solitaire, le soldat l’entendrait et devinerait facilement ce qui avait provoqué l’état de son frère. Il n’était pas prêt à l’avouer à sa famille, encore moins à Tumaini qui s’empresserait probablement de s’en servir contre lui, et plus encore il n’était pas prêt de l’admettre lui-même.

C’était toutes ces discussions qui avaient dû phagocyter ses pensées, toute sa frustration emmagasiner depuis le début. Cela n’avait rien avoir avec râles qu’il percevait, rien avoir avec l’image qu’il laissait se dessiner dans sa tête, rien avoir à les hommes, rien avoir avec Tumaini…
Il se retourna légèrement lorsqu’il commença à avoir du mal à percevoir sa respiration, posant ses yeux sur lui. Il l’observa, sans retenu, probablement aidé par le fait que les paupières de celui-ci était close et qu’il n’y avait personnes d’autres sur les lieux pour remarquer la façon dont il le dévorait du regard. En cet instant, ce n’était pas son frère qu’il observait mais un homme. Un corps au trait net, au dos large sur lequel saillaient ses muscles dorsaux, dessinant un V outrageusement beau. Ses yeux se baladèrent et plus rien de raisonnable ne sortait de ses pensées. Il fixait ses trapèzes, descendant le long de son échine…Il fut soudain rattrapé et frappé violement par la réalité, il n’eut même pas le réflexe de lui tourner le dos que son regard croisa celui de l’homme.

Il dégluti, rougissait de plus belle et c’est là qu’il décida qu’il devait sonner la retraite maintenant. Il voulait être seul, dans ce cas il allait l’exaucer. Lui aussi avait besoin d’être seul de toute façon, de tuer quelqu’un, quelque chose. Il prit même pas le temps de refermer le robinet derrière lui, il voulait partir et c’est tout. L’eau sur le sol, ses pas précipités, il n’en fallu pas plus pour qu’il glisse et chute violemment avant qu’il n’ait le temps de récupérer ses affaires. L’avantage, c’est que la vive douleur qu’il ressenti à son épaule lors de l’impact se montra beaucoup plus efficace que ses ongles dans sa nuque ou que l’eau froide. Mais il n’en restait pas moins ridicule, nu, l’épaule démise et à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 12:16


Alors que Tumaini bataillait avec ses propres pensée Kafele décida d’obéir et de le laisser seul avant qu’il ne remarque l’état dans lequel il avait mit son frère. Mais glissant sur le sol mouillé, il tomba violemment avant d’avoir faire deux mètres. Sentir le regard de Kafele le quitter soulagea le soldat et l’entendre se ridiculiser une fois de plus lui arracha un petit rire de soulagement en plus. Décidément ce soir c’était le concours du plus ridicule.
Il s’apprêta à faire une remarque, en profiter pour prendre le dessus mais il se rendit rapidement compte que la chute était plus grave qu’une simple maladresse.

- Oh merde ! s’exclama Tumaini en se précipitant vers son frère et son épaule démise.

S’agenouillant à ses côtés il en oublia complètement ses pulsions et ses inquiétudes pour laisser place à ses instincts de soldat. Il le força à se redresser et plaça ses mains sur son épaule et son dos avant de chercher le regard de son frère avec fermeté et assurance.

- Je la remets à trois d’accord ? prévint-il d’une voix qui se voulait rassurante mais dans laquelle rôdait toujours un écho d’amusement.

- Un…

Mais avant d’atteindre le deux ou même le trois, il remit brusquement l’épaule de Kafele en place sans lui laisser le temps d’anticiper ou de se crisper. Sachant que le pire était passé, le soldat se permit d’éclater de rire en lui tapotant le dos avec camaraderie et même de déposer un petit baiser sur son épaule chaude.

- Aah toujours aussi maladroit Kaf’. se moqua-t-il gentiment avant de se relever et de tendre la main à son frère pour l’aider.

Il fallait croire que l’écho du danger et de la guerre avait réussi à calmer la pressante distraction du désir. Reprenant ses habitudes et ses aises, Tumaini en oublia même complètement le moment très gênant qui avait précédé la maladresse de Kafele.

- Pas d’escapade avec les porteurs d’Isfet demain pour toi ! nargua le soldat en posant ses mains sur ses hanches, sachant très bien que ce combat était quelque chose que Kafele aurait apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 12:58


La douleur était difficile, il avait connu pire mais il n’en restait pas moins que ça faisait mal. Il ne cria pas pour autant, seul son visage crispé et les grognements qu’il émettait en se tenant l’épaule laissaient trahir le fait qu’il souffrait. Il retrouva la présence de Tumaini qui s’était précipité vers lui pour l’aider à se redresser. Son bras tombait mollement le long de son corps, il capta son regard et ne s’en détacha pas en sachant d’avance ce qu’il allait lui faire. Il acquiesça, inspira et se détendit légèrement. Un…Il s’apprêtait à inspirer une nouvelle fois pour s’obliger à rester détendu mais un craquement et une autre vive douleur l’empêcha de remplir ses poumons d’air.

« T’avais dit à trois… »

Se plaignat-il comme un gamin bien que dans sa voix subsistait une certaine gratitude. Il s’autorisa de lent mouvement du bras pour vérifier l’étendue des dégâts, c’était douloureux mais il s’en remettrait rapidement.

« C’est ta faute »

Bougonna-t-il de plus belle en l’entendant se moquer de lui. Ils en oublièrent leur propre nudité et les dernières minutes étranges qu’ils avaient tous deux vécu. Se massant l’épaule de sa main opposée, il se déplaça, plus calmement cette fois-ci pour récupérer ses affaires. Enfilant son sarouel d’une main, préférant laisser son autre bras se remettre de la chute. Il aurait probablement une ecchymose mais Kafele ne s’en inquiétait pas. Cela ne l’empêcherait pas de mener à bien ses missions.
Un avis que ne partageait pas Tumaini alors qu’il récupérait ses khépesh. Il réagit au quart de seconde, précis et rapide, la lame incurvée du tueur se glissant non loin de l’artère fémorale de son frère.

« Ne me mets pas sur la touche… » Siffla-t-il en détachant chaque syllabe. Chacun d’eux savaient ce que cela faisait, parce qu’ils avaient tous fini un jour trop blessé pour pouvoir repartir le lendemain avec le reste de la troupe. C’était un mélange de sentiment d’abandon et de frustration, c’était comme être enchaîné dans une cage si petit qu’on peinait à y trouver sa place.

« Même à une main je suis encore capable » Il s’approcha un peu plus, la courbure de sa lame venant doucement épouser l’aine. « Et cette décision ne t’appartient pas » l’homme qu’il avait sous les yeux n’était autre que le soldat plutôt que le maladroit. Il fixa quelque seconde Tumaini, sans se rendre compte de sa soudaine proximité. Un mouvement calculé du poignet, un pas en arrière, et il ramena l’arme au côté de sa sœur jumelle à sa ceinture. Un sourire illumina son visage soudainement alors qu’il vint tapoter le visage de Tumaini.

« J’ai toujours un record à battre Sen » Rappela-t-il. Leur mission avait depuis longtemps laisser place à un petit jeu de compétition. Combien d’homme tuer silencieusement ? Combien de tête décapiter d’un coup unique ? Combien de blessure capable d’infliger sans tuer ? Autant de concours tous plus cruel et stupide mais qui renforçait toujours un peu plus leur fratrie et rendait les tueries banales et supportables. Parmi ces concours, il y avait eu le record du nombre d’hommes capable de tuer seul en combat singulier, un regard que détenait Tumaini qui s’était un jour retrouver entouré pas moins de cinq soldats ennemis.
Ils avaient été séparés ce jour-là et lorsqu’ils se retrouvèrent c’était pour retrouver leur frère avec cinq cadavres à ses pieds.
Il ne laissa pas le temps à son frère de lui répondre ou tenter de le raisonné qu’il quitta les lieux pour rejoindre le reste de leur groupe. Il garda le silence sur ce qui s’était passé, sur son épaule et sur tout le reste. Il reprit une bière et s’incrusta à nouveau dans la conversation.
Il guetta l’arrivée de Tumaini et avec elle la possibilité qu’il balance à Thi qu’il s’était blessé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 15:52


La réaction de Kafele ne se fit pas attendre et en une fraction de seconde, Tumaini se trouvait complètement à sa merci. Mais ce dernier n’eut aucune réaction, ni n’esquissa de geste pour s’éloigner de la menace de la lame. Immobile, il garda même son petit sourire insolent pour montrer qu’il savait bien que ce n’était que de la frime.
Il laissa Kafele profiter de son sentiment de supériorité avec un haussement de sourcil légèrement condescendant. C’était toujours pour l’embêter un peu plus. Il n’avait aucun doute sur les aptitudes de l’assassin à se battre. Comme il le disait, même avec un bras, il était encore capable de se défendre. Mais la guerre n’était pas un jeu bien qu’ils aimaient le voir ainsi. La moindre erreur était fatale et la moindre blessure une tare pour les futur combats. Un épaule démise n’était pas grand chose mais si dans une seconde de faiblesse elle entraînait une autre blessure bien plus grave ? Tumaini n’insista pas mais dans son regard brillait une certaine autorité. Les petits jeux et les grands airs de Kafele ne l’impressionnaient pas et pour le soldat, ils n’impressionneraient pas leurs ennemis non plus.
En effet, cette décision ne lui revenait pas et même s’il avait été celui qui avait fini par extirpé l’information aux prisonniers, il n’était même pas sûr que les maîtres les choisiraient eux pour mener cette mission. Alors il laissa couler et observa Kafele ranger son arme de ses mouvements toujours agiles et précis. Un sourire plein d’arrogance et de défi étira ses lèvres charnues lorsque Kafele lui tapota le visage en lui rappelant qu’il avait un record à battre avant de s’en aller sans tarder.

Immobile, Tumaini l’observa s’éloigner avec un petit rire attendrit et incrédule.
- Pas avec une épaule comme ça, non… marmonna-t-il tout de même pour lui-même avant de retourner éteindre les robinets de douche et récupérer ses propres affaires.

Il ne savait pas lequel des deux il appréciait le plus. Le soldat puissant et redoutable, le tueur efficace et invisible qui ne ratait jamais sa cible et ne faisait jamais d’erreur et pour qui il avait un grand respect, ou l’idiot maladroit plein d’illusions de grandeur qu’il pouvait taquiner sans cesse.
Alors qu’il revêtit son pantalon, le souvenir de l’étrange désir qui l’avait assaillit plus tôt lui revint en mémoire. Pendant une longue seconde, il se demanda si quelque chose d’autre ne se cachait pas derrière le personnage de Kafele, quelque chose qui avait été capable de le faire frissonner malgré lui. Mais avec un nouveau petit rire troublé, il chassa cette idée de son esprit. Kafele ? Le charmer ? C’était quand même la meilleure.

Il retourna au salon et retrouva ses frères et leur pack de bière bien entamé. Tranquillement, il s’installa dans un des fauteuils et poussa un petit soupir. Il se redressa, pensant prendre une bière avant de se rendre compte que la conversation avait quelque peu faiblit et que plusieurs regards étaient tournés vers lui. Un instant, il eu peur que Kafele leur ai raconté quelque chose pendant les quelques secondes qui avait précédé son arrivée, d’autant plus que le regard de son frère était porté sur lui avec une certain attention. Il savait qu’il pouvait se sortir de n’importe quelle situation avec un peu d’arrogance et d’humour mais ne pas savoir la raison de ce silence le troubla légèrement et il se contenta de hausser un sourcil interrogateur.

- Quoi. J’ai un truc sur mon visage ?
demanda-t-il en captant le regard de ses frères.

- Alors ? Elle est toujours semi-molle ? questionna Nail avec un grand sourire tendancieux.

- Est-ce qu’on est encore en train de parler de ma bite là ? Sérieusement ? s’offusqua légèrement Tumaini.

- Non. Non on ne pas parler de ça, d’accord ? intervint Thi avant que la conversation ne dégénère à nouveau. Mais le regard du leader ne se porta pas seulement sur les deux interlocuteurs mais aussi vers Kafele d’un air presque désolé.

- Est-ce qu’il t’as chanté une autre chanson ? continua Seth avec le même sourire étiré.

Tumaini fronça les sourcils, son esprit tentant désespérément d’analyser la conversation pour identifier exactement l’idée qui trottait derrière la tête des deux plaisantins. Il eu un regard vers Kafele mais celui-ci n’avait pas l’air d’être dans la confidence. Le discret raclement de gorge de Kames dans son coin lui indiqua qu’il y avait quelque chose d’autre que ce que Kafele aurait pu leur raconter. Quelque chose dont ils auraient parlé en leur absence ?

- Les gars. Est-ce qu’on pourrait laisser tomber et parler d’autre chose ? insista Thi mais cette fois d’un ton clairement sévère.

L’ambiance était étrange. Nail et Seth se retenaient clairement de rire et même la voix sèche de Thi ne semblait parvenir à les ramener au calme. Thi semblait contrarié et Kames très muet ce qui leur donnait l’air d’essayer d’éviter une mauvaise situation. Kafele et Tumaini restaient dans le noir mais tous deux pouvait sentir l’hésitation entre l’envie d’en savoir plus ou de se ranger et ne pas se risquer. Uga lui était un peu en retrait comme toujours mais pour une fois il avait baissé les yeux et n’observait pas les autres en silence. Avec une petite moue coupable, il finit par prendre la parole.

- Je suis désolé Kafele je… commença-t-il mais sa voix brisant le silence sembla servir de coup de canon pour lancer les festivités.
- Tu savais que Kafele aime les hommes bien membrés ? s’exclafa Seth à l’attention de Tumaini qui ne comprit pas tout de suite.
- Ou pas bien membré, ça on sait pas. Mais membré en tout cas. commenta Nail en ricanant.
- Non, arrêtez… geignit doucement Uga en lançant un regard désespérément désolé à Kafele.

Tumaini haussa les sourcils et ne put s’empêcher de lancer un regard troublé au sujet de la conversation. Il ne savait pas s’il se sentait surprit ou même gêné mais l'enthousiasme pressant de ses deux compatriotes semblaient l’encourager à partager leur amusement et leurs moqueries.

- Est-ce qu’il t’a matté sous la douche ? Alors ? insista Seth d’un air surexcité.
- Et nous qui pensions qu’il avait la carte qui mène au cœur des femmes… souffla Nail d’un ton théâtralement déçu.
- C’est bon ! Ça suffit. aboya Thi qui s’était levé pour se montrer plus autoritaire encore. Mais ça ne suffisait toujours pas à tarir l’hilarité des deux séducteurs en chef.

Tumaini se figea en se rendant compte de la vérité de ce qui pour eux n’étaient que des remarques tendancieuses. Mais ce n’était pas Kafele qu’il revoyait avec horreur, mais lui-même. Il s’était donné en spectacle devant lui sans la moindre gêne. Et les insinuations de son frère ? Avait-il tenté de le lui dire ? Il aurait quand même plus s'en douter et se montrer un peu plus pudique. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Et dans celle de Kafele ? Qu’avait-il pensé ? Qu’avait-il ressentit ?

- Il… Je… bafouilla Tumaini à la recherche de quelque chose à dire pour se défendre ou se justifier, mais son trouble ne fit que mettre des mots dans la tête de ses deux frères qui inspirèrent avec choc et surprise avant d’exploser d’un rire incrédule en se tordant sur leur chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 17:26


Il n’avait rien dit, il le promettait, du moins c’est ce qu’il tentait de faire comprendre lorsqu’il croisa le regard presque accusateur de Tumaini sur lui. Il ignorait complètement ce que signifiait tout ceci. Pendant une minute, il put sourire contre son goulot en voyant que Nail s’en prenait directement à leur frère, se sentant légèrement coupable d’être soulager de ne pas être celui qui était railler cette fois-ci. Un répit de très courtes durée lorsque Seth fit une référence à cette chanson et qu’il perçu l’air désolé de Thi. Un truc allait pas.
Il senti son pouls s’emballer, il ne supportait pas cette situation, savoir qu’il était le centre de leur intérêt sans savoir le pourquoi et les raisons. Les rires retenus, les regards désolés, les yeux fuyant d’Uga, l’incompréhension de Tumaini. Pendant une seconde, il regarda celui-ci en l’appelant muettement à l’aide mais il se crispa soudainement à l’instant où tout explosa, littéralement.

Encaissant les railleries, ce qui se passait sous ses yeux étaient exactement la raison pour laquelle il n’était pas capable d’accepter cette vérité que ses frères prenaient pour acquise. Il ne jeta même un regard à Uga, partager entre un désir profond de lui exploser les yeux. Lui et ses foutus observation, lui et son talent pour remarquer des trucs que personne remarquait. Il maudissait chacun d’eux en cet instant, son cœur se noircissant d’une colère sourde et ses yeux s’éteignant simplement. Il posa sa bière, encore pleine sur la table, et se leva.

« Allez-vous faire voir »

Dit-il d’un air éteint alors que les deux autres éclataient de rire à s’en faire mal au côte mais à l’instant où la voix de Kafele se fit entendre, ils cessèrent presque aussi net. Observant leur frère contourner la table et se diriger vers la sortie. Nail s’apprêtait à le suivre quand Kames se plaça sur sa route, Thi avait demandé de cesser et il avait bien l’intention que tout le monde ici en fasse de même. Il contourna Tumaini sans lui jeter un regard, ce soir il préférait encore dormir à la belle étoile qu’en compagnie de ses maudits frères. Il les aimait, profondément, cette soirée ne changerait pas cela mais ce soir il avait besoin de temps pour digérer, ils avaient passé une limite qui l’avait profondément froissé et ça allait au-delà de la simple susceptibilité de Kafele.

Il savait même pas quoi en penser, il n’avait même pas prit le temps de se défendre, de rougir ou de se frotter la nuque, il avait juste encaissé le coup et s’était barré ensuite sans un mot et maintenant qu’il était dehors, loin d’eux alors que paradoxalement il avait besoin d’eux à l’instant même, son humeur meurtrière s’effrita une seconde jusqu’à ce que son regard se pose sur les jeunes recrues encore à l’entrainement. Son sourire s’étira une seconde, il attrapa ses jumelles entre ses mains en s’approchant de la troupe.

« Je peux me joindre à vous Ganymedes ? »

L’hésitation se lu une seconde dans les yeux de l’instructeur, il connaissait Kafele, connaissait ce regard aussi. Il l’observa de longue seconde durant lesquels il lui fit comprendre qu’il n’avait pas intérêt à se merder. Il présenta Kafele à la troupe de jeune adolescent qui l’observait lorsqu’un d’entre eux, plus intrépide que les autres, se jeta directement dans la gueule du serpent en voulant prendre le soldat par surprise.
Il fit un pas de côté, se retournant légèrement pour éviter le coup qu’il tenta de lui mettre avec sa lance. Il devait admettre que le hargneux avait du répondant et un certain potentiel. La lance lui permettait de garder une distance de sécurité entre lui et les deux khépesh mais l’homme savait se montrer patient, fatiguant l’enfant en esquivant ses coups, en le faintant, en l’effrayant et lorsqu’il la fatigue le rendit moins prudent, il frappa.

Une première entaille, au niveau des côtes, rien de méchant, rien de mortel, juste de quoi le mettre le mettre en colère et le rend plus hargneux encore. Il ferait d’autres erreurs ainsi et il en profiterait. Ganymedes restait sur ses gardes, sa main serrant le manche du fouet qu’il maniait à la perfection, il savait que cette leçon était inestimable pour ses futurs soldats mais le regard qu’affichait son ancien élève ne lui plaisait guère. Et il eut raison de se méfier. Il avait déjà balafré l’enfant à six reprises quand il s’engouffra dans une nouvelle faille, la brève étincelle qui illumina les yeux de Kafele lui mit la puce à l’oreille.

Le fouet claqua, entaillant d’un coup net l’arrière de la cuisse du soldat qui sous le choc et la surprise s’écroula à terre avant de pouvoir porter son coup fatal. Il désigna deux autres des jeunes adolescent, leur ordonnant de prendre leur frère blessé et de l’emmener à l’intérieur le faire soigner. Ganymedes porta son regard sur Kafela, le fouet claqua de nouveau, empêchant l’homme de se relever et il comprit…Il comprit que ce qu’il avait fait était aussi idiot qu’inutile, cela lui avait procurer une seconde de plaisir, cela lui avait fait oublier deux secondes de son humiliation précédente et puis quoi ?

Un nouveau claquement, il serra les dents alors qu’il pouvait sentir le sang s’écouler sur sa plaie. Il avait mérité le châtiment mais pas seulement pour avoir tenté de tuer un possible frère mais aussi pour ce qu’il ressentait, au fond de lui, pour ce qu’il avait fait, ce qu’il avait regardé et ce dont il avait viscéralement envie de faire. Deux autres coups s’ajoutèrent avant que Ganymedes estime que c’était assez et se détourne simplement.
Il resta à quatre patte sur le sable, ses bras tremblant et ayant un mal fou à l’empêcher de s’écrouler simplement. Le sang s’écoulait le long de ses biceps alors que ses mains serraient toujours le manches de ses jumelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 18:31


La voix de Kafele trancha dans les rires et les moqueries comme ses khépesh tranchaient la chair et tous se figèrent et se turent.

- Kaf’ appela Tumaini la gorge sèche mais celui-ci était déjà partit.

Tout comme ses frères, le soldat tenta de le rattraper en déduisant de l’humeur sombre qu’il n’était pas sage de le laisser partir seul. Mais sa route fut bloqué par le corps massif de Kames, bien décidé à mettre fin au désastre. Bien que se sentant coupable, Nail s’effaça et se laissa retomber dans son fauteuil en baissant la tête mais Tumaini lui n’était pas du genre à laisser quiconque lui barrer la route.

- Laisse-moi passer ! grogna-t-il en agrippant avec violence le bras du colosse mais celui ne bougea pas d’un poil. Lorsque Tumaini eu l’audace d’esquisser un geste vers ses haches le bruit du fouet claqua l’air et les firent tous sursauter.

- ASSEZ ! rugit férocement Thi, son fouet doré brillant d’une lumière menaçante.

- Allez les gars, arrêtez c’était pas si… commença doucement Seth dans l’intention d’apaiser les tensions entre ses deux frères à sa façon mais il ne fit qu’empirer sa cause et soudain Tumaini se retourna vers lui et l’agrippa à la gorge.

- C’est toi qu’a fait ça ! rugit-il plein de colère. Mais la réaction de Thi ne se fit pas attendre et son fouet vint s’enrouler autour de la gorge de Tumaini pour le tirer fortement en arrière et lui brûler un peu la peau au passage.

- Quoi ! C’était rien de méchant, c’était marrant ! se justifia immédiatement Seth avec force et hargne en se relevant sans se laisser intimider par la violence de son frère.

- C’était pas marrant ! grogna Kames à son tour en s’avançant, choqué que Seth puisse encore se penser innocent.

- C’était un peu marrant…
marmonna Neil dans son coin sans en être convaincu mais juste histoire de ne pas laisser Seth seul face à tous.

- C’est ma faute… Je n’aurais jamais dû vous le dire. marmonna sombrement Uga dans son propre coin.

- Et comment tu sais ça toi d'abord ?! continua-t-il de s’énerver comme un taureau enragé entouré de drapeaux rouges. Il arracha violemment le fouet pour libérer son cou mais Thi s’était approché de lui en le surplombant de toute sa hauteur et en l’incendiant du regard pour le dissuader de faire le moindre geste.

- J’ai juste… Je… C’était… Je… Je vois ces choses c’est tout ! balbutia Uga bien qu’il ne se sentait pas le droit de se justifier. Il avait vraiment merdé.

- Ouai t’ouvres bien les yeux mais t’ouvres bien ta bouche aussi ! cracha Tumaini avec colère.

- Oh et qu’est-ce que t’en a a faire toi aussi ?
s’énerva Seth à son tour, encore frustré de s’être fait agressé. C’est pas comme si t’en avais eu quelque chose à foutre qu’on blesse les petits sentiments fragiles de Kafele, t’aurais rigolé le premier si t’avais été là !

Tumaini aurait voulu rétorquer le contraire mais les mensonges se coincèrent dans sa gorge. Il avait raison et il le savait. Cela ne fit que l’énerver de plus belle mais Thi l’obligeait à rester à terre de part son regard menaçant et autoritaire et il n’avait simplement plus rien à répondre. Bien que ce n’était pas une conclusion très sage, le silence de Tumaini ramena un peu de calme parmi la fratrie.

- Séparez-vous et restez tranquille. ordonna alors froidement Thi d’un ton sans détour.

Nail se leva le premier et fila, peu désireux de rester plus longtemps ou d’envenimer les choses. Seth le suivit, après avoir lancé un dernier regard plein de colère à Tumaini en récupérant le reste de bière. Uga partit lui aussi en silence et après un regard à leur leader, Kames s'exécuta lui aussi.
Seul avec Thi, Tumaini lui jeta un regard assassin auquel le leader répondit sans faiblir. Il n’avait aucune compassion pour le caractère sanguin, colérique et dénué de finesse du soldat. Thi savait que pour une fois ce dernier n’était en rien responsable de la situation mais ses réactions exagérées n’avaient pas aidé. Ils s’affrontèrent du regard pendant une longue minute en silence jusqu’à ce que finalement, Tumaini finisse par baisser les yeux et se calmer. Thi lui tendit la main pour l’aider à se relever.

- Calme, sen. appela Thi avec une soudaine douceur et empathie en posant une main chaude sur l’épaule de son frère.
Tumaini pouvait encore sentir la colère bouillir en lui mais il ne protesta pas et continua de baisser le regard en signe d’obéissance. Il savait qu’il était du genre à s’emporter, surtout parmi ses frères plus calme ou du moins qui se contrôlaient un peu mieux. Avec un peu de recul il se rendit compte que sa colère sourde n’avait pas vraiment de logique et qu’elle ne visait personne en particulier. Il lutta pour s’en débarrasser.
- Va t'entraîner ou te reposer. conseilla gentiment Thi en sentant la bataille intérieur de son frère. Ça passera. ajouta-t-il en tapotant doucement l’épaule de Tumaini avant de s’en aller pour le laisser un peu seul.

Le soldat soupira. Il pouvait sentir son esprit se raccrocher aux paroles échangées, aux cris, à l’air sombre de Kafele et à la colère mais il se força à la contrôler et à ne pas l’écouter. Son regard se posa sur une bière encore pleine posée sur la table qu’il prit et engloutit presque d’une traite dans l’espoir de rafraîchir son corps et d’éteindre un peu plus son cerveau. Lorsqu’il eu finit il jeta la bouteille contre un mur pour expulser un peu plus de rage et il pu sentir que celle-ci n’était devenu plus qu’un brouillard confus de couleur rouge. Le genre qu’il avait l’habitude d’avoir pendant les combats. Il fallait qu’il s'entraîne.

Il sortit alors du petit salon et pu voir Nail assit sur un balcon au détour d’un couloir, le regard porté sur l’extérieur d’un air lointain et distrait. Non loin Seth était adossé à un mur et leur regards noirs se croisèrent mais ils n’échangèrent aucun mot et Tumaini continua sa route jusqu’au terrain d'entraînement.
Le soldat pu croiser un petit groupe d’adolescent plus jeunes que lui qui traînaient leur camarade blessé avec eux. Tumaini jeta un regard distrait aux plaies et cru reconnaître là l’œuvre de son frère mais avant de pouvoir en être sûr les enfants s’étaient éloignés. Ce fut au tour de Ganymedes de passer et de lui jeter un regard sombre auquel il répondit en baissant la tête avec respect et obéissance. Il ne comprit pas pourquoi mais le sentiment que quelque chose n’allait pas avait commencé à naître dans ses entrailles.
Lorsqu’il arriva sur le terrain d'entraînement et vit Kafele à quatre pattes sur le sol, le corps lacéré de plaies fraîches, il comprit immédiatement. Pourtant il ne se précipita pas à ses côtés comme il l’avait fait lorsqu’il l’avait vu avec son épaule démise, comme si les ordres de Thi de se séparer et de rester tranquille lui interdisait de s’approcher.

- Kaf’ appela-t-il néanmoins d’une voix inquiète mais aussi presque méfiante. Qu’est-ce que tu as fait ? questionna-t-il bien qu’il en avait déjà une bonne idée. Mais l’inquiétude qu’il ressentit se mua lentement en frustration alors qu’il bataillait entre l’envie de l’aider et l’ordre de ne pas se mêler de ça au risque d’envenimer les chose. Alors qu’il contemplait d’un air démuni le sang de son frère couler sur le sable la frustration ne tarda pas à se transformer en colère. Celle là même qu’il tentait sans succès de contrôler.

- QU’EST-CE QUI T’AS PRIS ?! REGARDE-TOI ! cria-t-il soudain avec colère toujours sans oser s’approcher. COMMENT VAS-TU TE BATTRE COMME ÇA ! lui reprocha-t-il sévèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 18:58


Loin du tumulte du salon, il était heureux pour Kafele de ne pas avoir été témoin de cette soudaine division. Ce n’était pas la première et cela finissait toujours par s’arranger d’une manière ou d’une autre mais s’il avait su et s’il en avait été témoin, le jeune homme n’aurait pas pu s’empêcher de se sentir coupable et encore plus misérable. Il préférait encore avoir à subir leur moquerie plutôt que de les voir se séparer. Les yeux rivés sur le sable, ses larmes vint assombrir celui-ci alors qu’il se sentait plus sale et plus impure que jamais. Les moqueries de Nail et de Seth lui revenait en mémoire et avec elles cette part de vérité…Le dégout lui retourna l’estomac et lui donna l’impression de pouvoir sentir son cœur près à quitter son corps en remontant par sa gorge. Il entendit la voix de Tumaini, faisant accroitre son sentiment d’humiliation.

Il resta la tête baissé, les yeux rivés sur ce sable souillé par son sang. S’aidant de l’un de ses khepesh pour s’appuyer contre le sol et trouver la force de se relever. Il grimaça devant la douleur alors que les deux sœurs mortelles s’illuminait petit à petit, venant soulager Kafele mais à la seconde où il remarqua le scintillement de ses armes, il reprit directement le contrôle de lui et de sa magie, empêchant celle-ci de faire son travail et de soignée ses plaies.
Les reproches de Tumaini l’atteignirent alors qu’il leva enfin ses yeux humides vers lui. Il esquissa un sourire amer en voyant la distance qu’il gardait mettant ça sur le compte de cette nouvelle révélation. Il écarta ses bras en tenant ses deux armes, un sourire toujours présent sur ses lèvres mais cette fois-ci, il semblait à la fois désolé et amusé.

« Même dans cet état je te mets à terre Sen »

Plaisanta-t-il tristement bien qu’il savait que dans cet état il en serait parfaitement incapable, pas sans adrénaline, pas sans magie, ni la profonde envie de se battre et pour le moment, il n’avait aucun des droits en lui.

« Et puis c’est pas comme si vous alliez encore me laisser me battre à vos côtés »

Et c’était bien de cela qu’il s’agissait. A la seconde où Nail et Seth s’était amusé de la situation, cela avait ouvert les portes de toute ces craintes et de toute les raisons pour lesquelles il n’avait jamais rien admit, jamais rien avouer, ni aux autres, ni à lui-même. C’était prendre le risque de les perdre, tous, de perdre leur confiance, ou même leur respect sur le terrain, c’était prendre le risque qu’il ne le regarde plus jamais de la même manière. Et ils auraient raison de le faire, ils auraient tous raison, à commencer par Tumaini…Ce qu’il avait fait, ce n’était pas pardonnable, ni même avouable, il avait profité de lui sans que l’intéressé n’en soit parfaitement conscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 19:42


Tumaini ne put s’empêcher de grimacer en voyant son frère lutter pour se relever. Il était si faible et amoché. Mais l’inquiétude et le dégoût dans ses yeux apparurent comme tout autre chose dans les yeux de Kafele. Bien que frappé au coeur celui-ci eu l’audace de s’armer d’un petit sourire et un peu d’arrogance.
Mais Tumaini ne lui rendit pas son sourire, sentant son coeur se serrer en reconnaissant la le Kafele doux et gentil qu’il connaissait bien. Bien franchement il aurait préféré faire face au guerrier froid et dur qui lui aurait peut-être une chance sur le ring. En cet instant, il aurait voulu pouvoir se convaincre que Kafele n’avait pas besoin de lui pour qu’il n’ai pas à batailler avec son obéissance, mais chacun de ses muscles se crispait dans l’espoir de pouvoir s’approcher et le soutenir, soigner ses plaies.

Il l’écouta sans comprendre, surprit et choqué lorsque celui-ci insinua qu’il ne pourrait plus se battre à leurs côtés.
- Quoi ? souffla Tumaini plein d’incompréhension.
Son esprit dû réfléchir de longues secondes et prendre le temps de lire la peur et la honte dans les yeux de Kafele pour faire le lien avec la conversation qu’ils avaient eu plus tôt à propos de ses penchants.
- Quoi ?! répéta-t-il, cette fois plein de colère et vexé comme s’il venait de l’insulter.

Car aux oreilles de Tumaini cela sonnait bien comme une insulte. Toute cette histoire de sexe, d’homme et de femme n’avait jamais eu d’importance dans l’esprit du soldat, mais la guerre, elle, était tout ce qui lui importait. Penser qu’une histoire pareil, si stupide et si insignifiante puisse remettre en question la confiance et le lien qui l’unissait à ses six frères était scandalisant et révoltant.

- Qu’est-ce qu’on en a à foutre de tes petits penchants ?! cracha Tumaini avec plus de violence qu’il n’aurait dû. Dans sa voix on pouvait entendre à quel point tout cela n’avait pas de comparaison avec leur nature et leur devoir de soldat. Tu pourrais baiser toute l’armée de Ra et leur chameaux tu n’en resterais pas moins mon frère ! s’insurgea le soldat sans se rendre compte son amour n’était que colère et que sa colère avait guidé ses mains jusqu’aux manches de ses haches.
- Ne nous insulte pas. Ne t’insulte pas. gronda-t-il d’un ton sombre et sévère.

Il dégaina alors ses armes et s’approcha enfin de Kafele d’un pas vif et agressif. Avec violence il frappa un de ses khépesh pour le provoquer en duel. Il s’arrêta juste après et se planta devant lui en l’incendiant d’un regard presque suppliant.
- Bats-toi. C’est ce pour quoi nous sommes fais. lui rappela Tumaini d’un ton dur pour bien lui faire comprendre que tout le reste n’était qu’un détail dans leur vie. BATS-TOI ! ordonna-t-il violemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 20:13


Il aurait bien aimé éclaté de rire en l’entendant parler ainsi et apaisé légèrement ses craintes mais il était persuadé que son frère ne réagirait pas de la sorte s’il savait. S’il avait su qu’il l’avait regardé se satisfaire, qu’il avait aimé ce qu’il avait vu et qu’il aurait probablement aimé pouvoir le revoir. Il le regarda, lui et sa colère et il ne comprenait pas pourquoi il semblait si soudainement enragé. Lorsqu’il le vit dégainé ses haches, il leva les yeux sur lui, il était sérieux ? Il failli en perdre son Khépesh lorsqu’il le frappa. Ses sourcils se froncèrent, il n’était plus franchement d’humeur à se battre. Mais il lui rappela qu’ils étaient surtout des soldats et que tout ça, ça ne devait pas entré en considération, jamais.

Mais c’était probablement plus simple à dire qu’à faire.

Pourtant, à l’instant où il lui ordonna en hurlant de se battre, son regard s’assombrissait et il profita de cette rage pour attaquer le premier. Une attaque qu’avait probablement vu venir son frère car il l’esquiva facilement. Il esquissa un sourire mauvais en échappant de justesse à la contre-attaque de celui-ci. Dès l’instant où il avait décidé de se laisser aller à cet échange de violence bienfaitrice, ses sœurs jumelles s’illuminèrent, libérant sa magie qui soignait lentement mais surement ses blessures.

« Tic tac »

Prononça-t-il pour le narguer lui faisant comprendre que le temps jouait contre lui, s’il voulait le battre lorsqu’il était encore affaibli par la douleur et ses blessures. Le sable autour d’eux se soulevaient en nuage lorsqu’ils échangèrent à nouveau des coups, il se retrouva à terre à plusieurs reprises mais savaient rééquilibrer les scores presque immédiatement. Les minutes défilèrent, une première quinzaine passa, suivit d’une seconde. Plus le temps défilais et plus il se montrait bien décidé à le battre, l’acier s’entrechoquait, le sang coulait de nouvelle plaie mais l’adrénaline et l’ivresse du combat lui fit oublier ce qui l’avait tant paralysé jusque-là.

Leurs grognements, leurs cris, et le chant de leurs armes attiraient légèrement l’intention pour rester attacher sur le combat serrer qui se jouait. Certains se détournaient, habitué, ou lassé. D’autres restèrent encore avant de se rendre compte qu’un troisième quart d’heure s’était écoulé. Kafele était essoufflé, un mélange de sueur, de sang et de sable colorant sa peau mate alors qu’il fixait Tumaini, les yeux exprimant cette détermination qui lui était propre avec une pointe d’amusement. Il s’élança pour un nouvel échange, esquivant, se faufilant et lorsqu’il se trouva à quelque centimètre de lui, il lui balança :

« Tu t’es donné en spectacle devant moi »

Deux situations étaient possible, soit cela le mettait en rage, soit cela le perturbait assez pour qu’il prenne l’avantage du combat.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

avatar

PNJ


Messages : 442
Date d'inscription : 16/07/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: Le Choixpeau Magique ♥
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 20:13

Le membre 'NPC Amy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 21:00


Ses cris semblèrent réanimer le guerrier en Kafele dont le regard s’assombrit soudain. Connaissant bien cela comme étant le signal que celui-ci entrait dans le combat, Tumaini n’eut aucun mal à éviter sa première attaque et à riposter presque immédiatement pour lui montrer qu’il ne plaisantait pas et qu’il ne retiendrait pas ses coups par simple compassion. Il l’avait nargué de pouvoir le battre même dans cet état et son frère avait bien l’intention qu’il le prouve.
Les armes de Kafele s’illuminèrent pour venir soigner ses plaies et il lui rappela d’un air espiègle qu’il ne resterait pas affaiblit longtemps. Son adversaire ne lui répondit pas mais ses lèvres se pincèrent d’un sourire satisfait. Le combat n’aurait pas duré ni n’aurait été intéressant si Kafele continuait de se vider de son sang et de s’affaiblir. Le voir reprendre de la force et de l’assurance aurait dû l’inquiéter mais au contraire il se sentit rassuré et plus libre encore de défouler toute sa violence.

Les minutes et les quarts d’heure passèrent sans que les deux soldats ne s’arrête une seule seconde, frappant, parant, esquivant avec agilité et force. Là où Kafele savait attendre pour guetter les ouvertures et frapper avec précision, Tumaini lui usait de sa force et de sa rapidité pour trouver et créer lui même des opportunités de frapper. Ils se tournèrent autour en se lacérant la chair sans la moindre retenue en sachant qu’il ne suffisait que de quelques secondes à l’autre pour se soigner par la magie. Ils luttèrent en silence, concentrés et acharnés jusqu’à ce que Kafele décide d’étendre le combat à un autre terrain encore.
- Je l’ai fais. affirma fermement Tumaini sans laisser la moindre gêne ou honte venir le troubler dans la bataille. C’était comme il avait l’habitude de faire. Se battre avec les mots comme il se battait avec ses armes, parant, esquivant et ripostant sans jamais se laisser déstabiliser par la peur, la douleur ou autre chose.
- T’as kiffé ? frappa Tumaini à son tour avec un sourire carnassier alors qu’il abattait aussi ses haches sur les képeshs de Kafele en les bloquant entre ses deux manches. Encore une fois les mots n’étaient qu’une arme pour lui et il savait que l’esprit de Kafele était bien plus sensible à ce jeu que le sien.

Ils se séparèrent et se rentrèrent dedans à nouveaux et chaque face à face était une occasion pour l’un et l’autre de donner un petit coup verbal.
- Quand je le faisais… Je pensais à ta bouche… et à tes lèvres… Comment elles bougeaient quand tu chantaient cette chanson… souffla le soldat sans se soucier de savoir si les mots qu’il employait étaient tintés de vérité ou non. Il prenait simplement son pied à frapper de plus en plus fort physiquement comme verbalement là où il savait que cela ferait le plus mal. Le plus jouissif était aussi de prouver à Kafele qu’il ne pouvait que perdre au petit jeu qu’il avait osé commencer.
- Dis-moi Kaf’... Dans tes songes humides… Tu penses à moi ? Tu penses à nous ? Est-ce que tu nous aimes ? Ou est-ce que tu nous crains ? le provoqua-t-il mais cette fois ses mots se tintèrent de reproche comme si Tumaini se rappelait peu à peu ce qui l’avait poussé à débuter ce combat. Si tout cela n’était pour lui qu’un jeu, ça avait affecté l’esprit de Kafele assez pour qu’il doute de leur confiance et de leur amour envers lui.

Le soldat arrêta de parler un temps pour se reconcentrer sur la lutte, frappant toujours plus fort et avec toujours plus de violence. L’assassin avait l’habitude de fatiguer ses proies pour les prendre à leur point le plus faible mais Tumaini était de ceux qui s’épanouissait dans un combat et bien loin d’être fatigué, chaque coup était toujours plus puissant que le précédent. Mais ce combat ne lui plaisait plus tant que ça maintenant que le charme de la lutte avait été chassée par le rappel de la raison. Il fallait en finir.
Alors Tumaini cessa de jouer. Non pas qu’il ne se battait pas sérieusement jusqu’ici, mais le jeu était de penser que ce combat en était réellement un. Ils ne se trouvaient pas sur un champ de bataille et ils n’étaient pas ennemis. Il ne pouvait y avoir de vraie victoire ou de vraie défaite car il savait pertinemment qu’ils ne se tueraient pas. Alors, laissant volontairement une ouverture dans sa garde, il regarda Kafele s’y engouffrer et venir le trancher de sa lame. Il n’esquiva pas et au contraire plongea vers son adversaire en s’entaillant un peu plus la chair pour le prendre au dépourvu. Lui rentrant violemment dedans, il le vit basculer sur le sol et du tranchant de sa hache, il lui trancha l’artère gauche de sa trachée. Il plaqua immédiatement sa main sur la plaie d’où gicla le sang pour minimiser l’hémorragie. Sa magie vint soigner la coupure profonde dans son flanc mais il laissa Kafele agoniser trois secondes sans magie pour laisser le goût de la défaite lui faire comprendre l’issue de la bataille. Rapidement cependant, la magie de Tumaini finit par soigner la coupure fatale au cou de son frère. Bien qu’il n’était pas vraiment satisfait du combat, le soldat ne put retenir le petit sourire arrogant et victorieux qui étira ses lèvres.

- Peu mieux faire. nargua-t-il avec douceur sans s’éloigner pour garder sa main fermement placée sur la plaie de Kafele.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 21:44


Pourquoi s’entêtait-il toujours à vouloir se glisser dans le terrain de jeu préféré de Tumaini. S’il était un expert dans l’art des frappes chirurgicales, il était loin d’être aussi doué que son frère avec les provocations verbales. Cela fonctionnait sur certain de ses ennemis mais généralement, Kafele atteignait rarement le stade de la conversation, tuant ses proies bien avant de devoir prononcer le moindre mot. Et lorsqu’il affirma l’avoir fait, il senti le trouble s’insinuer en lui en même temps qu’il se flagellait pour avoir été si stupide et cette erreur, il la faisait à chaque fois.
Il chassa directement le premier flash des images qu’il lui revenait en mémoire mais d’autres suivirent dès qu’il lui demanda s’il avait aimé ça. Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres, il n’avait plus le choix et comptait bien se battre jusqu’au bout.

« Presque autant que toi »

Rétorqua-t-il en essayant de ne pas faire attention au gout de vérité qui se dégageait de ses mots alors qu’il évitait une nouvelle salve de coups brutaux. S’éloigner pour mieux revenir à la charge et à chaque fois, de nouvelles paroles, un nouvel échange tendancieux et si la voix de Tumaini restait forte, fière et presque insensible, celle de Kafele laissait entrevoir l’hésitation et le trouble plus qu’il ne l’aurait voulu mais il continua. Se battre jusqu’au bout et sur tous les fronts

« J’aurais bien aimé te faire chanter avec ma bouche »

Laissant sa langue humecté ses lèvres avant de s’éloigner une nouvelle fois, de tourner sur le côté et passer sous le coup que lui portait son adversaire. Mais il suffisait de voir comment son frère était capable de revenir à la charge pour comprendre qu’au jeu des pics, Tumaini était aussi précis que lui avec ses Khépeshs. Il lui parla de ses rêves et son visage se teinta presque aussitôt. Il n’avait jamais rêvé à lui mais cette perspective à présent l’effraya soudainement et lorsqu’il se rendit compte de la crainte qui le submergea, il fit une connerie et cessa simplement de réfléchir. Il avait cru gagner…
Une bêtise qui aurait pu lui couter la vie, il sentit le choc brutal de son dos contre le sable mais plus encore, l’air lui manquer soudainement. La sensation de noyade, le gout du sang dans sa bouche et cette perte totale de contrôle. Ce qu’il aimait tant voir dans les yeux de ses victimes, il le vivait là, l’offrait à Tumaini et cela ne fit qu’ajouter un peu plus de frustration, alors pourquoi…Pourquoi dans cet état aussi humiliant que pitoyable, il se sentait excité ?

Son regard fixait son frère qui plaqua sa main contre sa gorge alors qu’entre les doigts de celui-ci filait son sang à une vitesse affolante. C’est presque machinalement que dans son esprit il compta les secondes qui passaient, parce qu’il savait combien il en fallait pour succomber à ce type de blessure. Son cœur s’affolait, son cerveau aussi et la dernière image qu’il aurait pour mourir serait le visage de Tumaini et cela ne lui semblait pas horrible…
La chaleur de sa magie vint rapidement soignée ses plaies, sa main plaqué contre celle de Tumaini, il continuait à le regarder, son arrogance se dessinant sur ses lèvres charnues. Son cœur s’emballa alors qu’il tourna légèrement la tête sur le côté pour recracher ce qui restait de sang dans sa gorge, il toussa, cherchant désespérément l’air qui lui avait manqué. Il reposa ses yeux sur son frère et son sourire tendre se posa sur ses lèvres.

« Ok Sen… »

Ce qui signifiait qu’il acceptait cette défaite, même temporaire. Qu’il s’excusait d’avoir pu croire qu’ils se détourneraient de lui pour si peu mais cela lui paraissait encore étrange alors que pour lui-même, ce détail de sa vie était encore très incertain. Il posa une main sur l’épaule de son ami, cherchant à se relever et l’étreindre comme un frère dès qu’ils furent debout. Lorsqu’il se trouva contre lui, il ne put s’empêcher d’imiter la tonalité puérile de Seth en murmurant :

« Tu payes combien mon silence ? »

Parce qu’il ne voulait pas partir du terrain d’entrainement complètement perdant. Il rigola, en s’éloignant ne laissant guère le temps à Tumaini de rétorquer quoi que ce soit qu’il s’élançait déjà vers les couloirs. S’aidant de sa magie pour récupérer les deux sœurs. Il rigola comme un imbécile alors qu’il contournait Thi.

« Attention Sen !! »

Prévint-il leur leader alors qu’il passait à ses côtés en manquant de peu de le bousculer dans sa course folle. Le regard de l’homme à la peau sombre parcourait le corps souillé de sang séché de son frère en cherchant à comprendre mais au final, la seule chose qu’il releva c’était que l’humeur chaleureuse de celui-ci était revenue alors qu’il filait déjà dans un nouveau couloir. C’est le cœur plus léger qu’il s’apprêtait à reprendre sa route.

Kafele prenait la route des bains, ignorant si Tumaini l’avait talonné ou non. Bien qu’il l’ait menacé de balancer certain détail, l’égyptien n’était pas sérieux et c’était juste pour le plaisir de l’énerver. Il prit son élan, hurlant de plus belle lorsqu’il s’élança d’un bon dans les bains sans se soucier de savoir si d’autres personnes s’y trouvait ou non. Ni du fait qu’il ne s’était absolument pas déshabillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 22:08


Kafele accepta sa défaite cuisante avec une docilité plutôt surprenante. Même si Tumaini avait fait exprès de rendre l'issue du combat très claire, il s’attendait a un peu plus de frustration de la part du vaincu. Mais son adversaire semblait presque content d’avoir perdu. Tumai le laissa se relever et le laissa l’enlacer chaleureusement sans vraiment comprendre. Enfin bon, il semblait avoir apprit sa leçon pensa-t-il juste avant que Kafele lui envoi un dernier petit pic avant de s’enfuir en éclatant de rire.
Tumaini rigola avec lui, heureux que son frère ait retrouvé l’énergie et l’humeur mais il soupira aussi doucement. Il n’avait toujours pas comprit que cette histoire n’avait aucune importance aux yeux du soldat. Et comme c’était le cas, ce dernier fini par laisser tomber et quitter lui aussi le terrain d'entraînement.

Il pu voir au loin Kafele gambader joyeusement dans la direction des bains et presque percuter Thi en explosant de rire. Tumaini le suivit bien plus calmement et lorsqu’il croisa le leader, il hésita un instant à feindre de ne pas savoir ce qu’il s’était passé avant de finalement lever les yeux au ciel. Oui, il avait été là et le sang, la sueur et le sable sur son corps en témoignait, mais bien franchement non, il n’avait pas vraiment exactement comprit ce qu’il s’était passé. Enfin, Kafele avait retrouvé le moral et cela suffit à ses deux frères de mettre cette histoire derrière eux sans regrets.
Les cris de joie et le bruit de l’eau lui rappela de continuer sa route jusqu’aux bains. Il devina que Kafele avait sauté dans le bain tel un enfant dans un lac et approcha avec un sourire amusé et doucement moqueur. Il n’avait même pas ôté ses vêtements.
Le soldat était plutôt partit pour reprendre une douche, plus rapide et efficace pour se débarrasser de la saleté mais l’entrain de son frère pour cette petite baignade le retint et il se laissa convaincre de l’accompagner. Il n’avait pas l’intention de faire rouiller ses haches ou de patauger dans du lin humide alors il se dénuda.
Un petit frisson lui rappela le contexte de la situation cette fois mais il l’ignora et fit comme à son habitude sans trop prêter attention à Kafele. La morale de l’histoire qu’il voulait pour Kafele comme pour lui était que cette histoire n’avait pas d’importance et ne changeait rien entre eux.
Il se glissa alors doucement dans le bain en profitant cette fois de l’eau agitée pour cacher un peu son corps. Il observa Kafele et sa bonne humeur sans chercher a le rejoindre ou lui parler et commença simplement à se laver en se frottant la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un début   Sam 14 Mai - 22:57


Il ne comprenait pas à quel point Tumaini se fichait bien des menaces, que ça se sache ou non, peut-être parce que pour lui, cela aurait toujours une certaine importance. C’était à peine s’il l’admettait et aujourd’hui il était forcé d’assumer cette différence et il se connaissait…Comme il connaissait ses frères. La tête sortie de l’eau, il plaça ses armes en dehors, il hésita une seconde à se défaire de ses vêtements, encouragé par les gestes de son frère, il en fit de même. D’un sourire débile, il balança son linge trempé directement à la figure de Tumaini avant de s’installer non du rebord pour pouvoir s’adosser et se laver.

Au final, la situation redevint normal, du moins en apparence, ils se lavèrent, discutèrent des perspectives des combats, spéculant sur ce qui pouvait les attendre là-bas, à la condition qu’ils soient affecté à cette mission mais il y avait de grande chance que ça soit le cas. C’était Tumai’ qui avait su tirer cette information, leur refuser la suite des festivités aurait été une insulte. En un rien de temps, ils se retrouvèrent à nouveau propres et habillé. Il usa de sa magie pour se retrouver dans des vêtements secs alors qu’ils reprenaient la route vers leur salon et plus précisément leur dortoir. Il retrouva Nail et Seth, qui était revenu squatter les lieux.

« Kaf’ » laissa-t-il échappé en voyant celui-ci, se mordant la lèvre. Les deux frères avaient eu le temps de se rendre compte que s’ils n’avaient pas penser à mal, ils n’avaient pas mesurer que la façon franche et abrupte avec laquelle ils avaient balancer ça n’était clairement pas des plus appropriée pour le plus empathique d’entre eux.

« Laissez tomber, je suis crevé, le gros lourd m’a fatigué »

Il savait que le sous-entendu suffirait à les rassurer, à les faire sourire et à poser leurs regards tendancieux sur Tumaini. Il passa la moustiquaire qui l’amena au dortoir, retrouvant le confort tout relatif de son lit de camps. Les journées lui semblaient toujours trop longue lorsqu’ils étaient de repos, et s’il pouvait profiter de moment débile comme aujourd’hui, il préférait et de loin avoir son esprit focalisé sur leur combat plutôt que sur les à-côtés.

Il ferma les yeux, plaçant ses avant-bras devant eux. Il inspira, expira, et fit doucement le vide dans son esprit jusqu’à être le premier à trouver le sommeil. Il ignora en combien de temps le reste de ses frères le rejoignirent.

***

« Qu’est-ce que tu fou ! »
« J’ai bien vu comment tu me regardais »
« Ah ouais et comment ? »
« T’as envie de moi »

Il hoqueta en l’entendant et en sentant ses dents se planter dans sa chair. Son ventre plaquer contre le carrelage frais de la salle d’eau du temple.

« Je n’ai pas menti, je pensais à toi »

Un nouveau hoquet, il tenta de se dégager en appuyant ses mains contre le mur mais il s’appuya de plus belle contre lui, plaquant son érection contre lui. Une main se glissant sur son ventre et descendant dangereusement plus bas.

« Tu peux difficilement le cacher là »

Sa main enserra son membre et il se crispa de plus belle, incapable de répondre, seulement capable de rougir et de souffler.

« T’en a autant envie que moi »

Aucune réponse, alors il commença à jouer de sa main contre lui, un coup contre ses mollets le força à écarter ses jambes.

« Dis le »  mais Kafele ne dit rien, paralyser par ses propres désirs alors il répéta plus durement « Dis…Le… »
« J’en ai envie »

Fini-t-il par souffler en rougissant de plus belle, baissant la tête pour découvrir sous ses yeux une vue plus obscène et excitante encore. Sa main contre lui, il sentit sa sœur empoigné ses fesses alors qu’il grognait à son oreille. Il senti un doigt se glisser en lui, il se mordit les lèvres alors que Tumaini s’amusait à lui raconter avec une précision perverse à quel point il avait envie de lui, à quel point il l’excitait et, ce qu’il comptait lui faire, comment, il poussa le vice jusqu’à lui décrire les sensations qu’il découvrait en s’insinuant ainsi en lui. Il ajouta un second doigt, se réjouissant d’entendre la voix de Kafele alors qu’il se moqua une nouvelle fois de lui.

« C’est ça, chante pour moi… »

Ses doigts le quittèrent et il s’inséra brutalement en lui, arrachant un cri à Kafele

*****

Il s’était réveillé en sursaut, en sueur et avait même cru que le cri qu’il avait poussé dans ce rêve, il l’avait fait en vrai. La gorge sèche, dans l’obscurité de la nuit bien entamé, il cherchait à reprendre sa respiration et ses esprits. Son corps tout entier semblait secouer de petit spasme et la vague de fourmillement qui parcourut l’entièreté de son ventre et de son bas ventre lui fit comprendre ce qu’il venait de faire. Il n’osa même pas relever les draps pour vérifier, il pouvait le sentir. Sérieusement, combien de douche devra-t-il prendre aujourd’hui ?

D’un regard il balaya la chambre, sa vue s’étant habituée à l’obscurité, il avait posé sa main sur son cœur. Il paniqua à l’idée d’avoir réveillé l’un de ses frères. Il n’était pas rare que Kafele se réveille brutalement d’un mauvais rêve, mais là…Ca n’avait rien eu de mauvais.
Rien du tout même.
Son regard se posa sur le lit qu’occupait Tumaini et il le maudissait en cet instant, certain que c’était sa foutu insinuation de tout à l’heure qui avait eu raison de son imagination. C’est aussi discrètement que possible qu’il s’installa sur le côté du lit après s’être assurer que son anatomie s’était calmer, que le soubressaut avait cesser et que ses jambes pourraient le tenir debout. Il récupéra son drap avec la très désagréable impression de n’être que le gamin de 5 ans qu’il avait été et qui avait un jour pisser dans la nuit.
Quitter la chambre en toute discrétion, retrouver les bains, lavés, et revenir…C’était le plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un début   Dim 15 Mai - 8:51


Le sommeil de Tumai’ ne fut pas calme cette nuit là non plus. Mais bien que la journée s’était bien finie avec un Kafele joyeux et plaisantin, spéculant sur la bataille qui les attendait probablement et un bon moment de réconciliation et de rigolade avec le reste de ses frères avant d’aller se coucher, ses songes n’eurent rien de voluptueux.
Sans que ceux-ci soient clairs, il pouvait se sentir assaillit d’images, de sons et de sentiments qu’il redoutait et rejetait avec force. La peur, l’angoisse, le sentiment d’impuissance, tant de choses auxquels il n’était pas familier lorsqu’il était réveillé parvenaient parfois à se glisser jusqu'à lui la nuit. L’horreur, les cris, le sang, la douleur et ce fourmillement nauséeux qui l’envahissait par vague en le crispant de dégoût.
Trop habitué à rester maître de son corps, il resta figé, même dans son sommeil, le front humide de sueur. Seul son souffle doucement affolé et ses traits parfois animés de rictus trahissait son cauchemar. Lorsqu’il finit par ouvrir le yeux, c’était pour lui comme s’il s’était redressé en hurlant comme pouvait parfois le faire les autres, mais cela fut imperceptible pour ses frères.

Luttant pour retrouver son souffle, Tumaini resta immobile dans ses draps lourds de sueur quelques longues secondes tout en sachant que la nuit était probablement terminée pour lui ce soir. Combien de temps avait-il dormit ? Il jeta un regard vers la fenêtre, la nuit et les étoiles mais n’eut pas le courage de s’en approcher pour vraiment aller vérifier.
Il fini par se redresser et s’asseoir sur le coté de son lit en poussant un petit soupir de dépit. Il prit ses mains dans sa tête une seconde, s'imprégnant du souffle lent de ses frères pour lui apporter un peu plus plus de réconfort. Lorsqu’il releva la tête, il se rendit compte que le premier à être allé se coucher n’était plus dans son lit. Ce n’était pas spécialement surprenant car chacun avait ses raisons de fuir la nuit mais ce soir la fatigue et l’agacement crispa les traits du soldat. Qu’est-ce qu’il était encore en train de faire celui-là ?

Avec un nouveau soupir, Tumaini glissa une main sous son lit pour récupérer un paquet coincé dans le sommier et quitta silencieusement la chambre. Il n’alla pas loin, s’installant à la fenêtre du couloir juste devant leur chambre pour laisser l’air nocturne caresser son torse nu et calmer sa chaleur et ses émotions. En silence et patiemment, il attendit le retour de Kafele sans vraiment savoir si celui-ci était partit depuis longtemps ou s’il avait l’intention de revenir bientôt. Mais il profita surtout de ce moment pour se vider l’esprit, le regard perdu au loin.
Partagé entre l’envie de se débarrasser de ses songes troublants en les ignorant ou au contraire en les affrontant, le soldat laissa son cerveau tenter de se rappeler en quoi ils consistaient.

Il se souvenait d’une rue partagée entre le soleil brûlant et l’ombre fraîche qu’il étirait des bâtiments environnants. Il se souvenait avoir vu ses frère l’appeler pour jouer mais ils n'étaient que des enfants, aussi jeune que la première fois qu’ils s'étaient rencontrés. Ce jour là aucun d’eux n’avaient eu le coeur de jouer ce qui lui fit comprendre que ce n'étaient pas des souvenirs. Il se souvint avoir couru pour les rejoindre, mais pas vraiment d’avoir joué ou d’avoir entendu leur rires. Au lieu de ça il se souvint plutôt d’un cri strident de femme.
C’était un autre songe ou du moins une autre partie de son cauchemar qu’il n’arrivait pas vraiment à replacer ou à relier au reste. Ce n’était plus la rue cette fois mais une pièce chaleureuse mais sombre parce qu’on avait fermé la porte et les fenêtres. Il se rappela avoir entendu des pleurs, des supplications mais ne récupéra comme image que celle d’un plat de céramique brisé sur le sol. Et la peur, l’horreur. Maintenant qu’il était éveillé ceux-ci n’étaient plus que des petits bourdonnements insignifiants à ses oreilles, ce qui rendit plus difficile de les comprendre. Il se souvint avoir souffert, avoir sentit une douleur vive dans le bas de son dos comme si on y avait planté une lame ou un morceau tranchant de céramique brisée. Mais il se souvint d’une autre douleur encore, bien plus profonde, bien plus envahissante, celle qui là encore parvenait à l’envahir de nausée et de panique. Qu'est-ce que c'était ? Avait-il réellement envie de savoir ? Sa main vint d’elle même lentement venir effleurer la peau de son dos à la recherche de preuve.

Mais l’arrivée de Kafele le sortit immédiatement de sa réflexion aussi efficacement que le fouet de Thi pouvait les rappeler à l’ordre et sans s’en rendre compte Tumaini l’accueillit d’un souffle plein de soulagement.
- Kaf’. Appela-t-il doucement d’un ton rassuré alors qu’il laissa retomber sa main et oublia toute son angoisse.
Il hésita même à prendre son frère dans ses bras, juste histoire de pouvoir sentir son coeur et de pouvoir caler le rythme du sien à celui de Kafele pour le calmer. Mais au lieu de ça il se rappela de quelque chose et posa son index devant ses lèvres d’un air complice pour inciter Kafele à garder le silence. Il récupéra alors le petit paquet blanc de cigarette qu’il avait lui-même acheté au marché en rentrant d’une mission.
Seth était un voleur hors pair mais Tumaini lui avait assez de cadavres à ses pieds à dépouiller chaque jour qu’il aurait pu se donner un salaire. Il ne piochait dans les poches des morts que lorsque l’envie d’acheter quelque chose en particulier le titillait car il savait que cela ne faisait pas partit de ses ordres.
Il cala une cigarette entre ses lèvres et tendit le paquet à son frère avec son petit sourire naturellement insolent. Lorsque celui-ci se servit, il rangea le paquet dans sa poche et alluma sa cigarette. Sans ses haches, Tumaini se servit du pendentif du collier qu’il ne quittait jamais, même pour dormir ou se laver. Une pierre rouge entourée d’une fine armature d’or qui s’alluma comme une braise pour brûler le bout de sa cigarette. Il souffla un coup avant de se retourner vers Kafele.
- Cauchemar ? Questionna-t-il gentiment en se rendant seulement compte que c’était la raison la plus probable pour laquelle Kafele aurait décidé de quitter son lit. Il ne le cachait pas vraiment mais il se garda de préciser que c’était cela qui l’avait lui-même extirpé de son sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un début   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un début

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Rp's spéciaux :: Flashback-