AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Un an de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Un an de plus   Dim 15 Mai - 20:21


Une nouvelle année s’était écouler et avec elle, ses péripéties. Ils avaient cru perdre Uga durant une mission plus que périlleuse mais il n’était pas question pour eux de laisser derrière l’un de leur frère. Ils l’avaient ramener, dans un état lamentable. Kafele avait prier, Seth et Nail s’étaient montrer plus fêtard encore qu’à leur habitude, noyant leur chagrin dans les bras des filles. Thi était resté au côté de leur frère, servant ainsi de tampon entre eux les soigneurs et son groupe. Kames s’était montrer plus sombre, plus isolé et solitaire que jamais…Et Tumaini…Kafele avait l’impression qu’il avait passer plus de temps au donjon que nulle part ailleurs, faisant payer aux prisonniers ce qui était arriver à leur frère.

Mais c’était derrière eux tout ça et aujourd’hui était un jour de fête. Uga s’était remis, assez pour retrouver ses frères sur le terrain et d’autres mois avait défilé. La ville, la musique, la vie, tout cela battait son plein. Semaine de repos pour eux, et si en temps normal seul Nail et Seth se serait mêler à la fête, aujourd’hui, aucun d’eux ne pouvait s’y soustraire et pour cause.
C’était leur anniversaire.
En réalité, tous ignoraient la date réel de leur anniversaire, Kafele n’avait même aucun souvenir d’une quelconque fête lorsqu’il était enfant…La seule chose qu’il savait, c’est que le jour où ils avaient été présenté les uns et autres, cette date s’était gravé dans la mémoire de chacun et c’était sur ce point-là qu’ils arrivaient à se donner un âge.

Et cette année, cette fête coïncidait avec des festivités locales. Les rues de la ville étaient bondée. Ce qui avait l’art d’impressionné Kafele, ne comprenant pas le peuple et sa facilité à oublier la guerre tout en les enviant un peu parfois. Autour d’une table, les frères se partageaient un repas copieux et goutteux, loin des rations incipides du temple. Un repas qui se transforma bien vite en un concours de rot auquel Kafele ne participait pas et pour cause, le pauvre avait beau se remplir l’estomac ou avaler autant d’air que possible, il ne savait pas se forcer à roter et bien évidemment…A chaque fois on tentait de lui apprendre…Et à chaque fois…C’était un échec total qui finissait en hilarité générale.

Alors que Seth et Nail insistait pour continuer une tournée des bar dans l’espoir de chasser leur conquête du soir. Uga hésita à les rejoindre, sa dernière mésaventure l’avait rendu un peu plus sociable mais il n’en restait pas moins discret, en retrait, comme toujours. Peut-être était-ce juste le plaisir de pouvoir observer ses frères.
Kafele n’était pas spécialement prêt à vivre les excès de ses deux frères mais il avait fini par céder, les suivant…De bar en bar…De verre en verre…Ils étaient à un nouveau bar, écoutant de la musique, buvant un nouveau verre. Installer à un tabouret, il observait au loin Nail avec une jolie jeune femme qui semblait rire aux imbécilités de celui-ci.

La foule et la chaleur étaient quelque peu écrasante, tant et si bien qu’au bout d’un moment, il quitta son siège.

« J’ai besoin d’air »

Dit-il d’une voix un peu fatigué alors qu’il se dirigeait à l’extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 21:04


Leur anniversaire, les festivités, l’humeur joviale et légère de ses frères. Tant de choses qui auraient dû encourager Tumaini à être de bonne humeur et pourtant. Se contenant de suivre la fratrie, de rire quand ils riaient, de boire quand ils buvaient, de partager leur plats et leurs jeux, le soldat resta néanmoins bien plus en retrait que ce qu’il avait l’habitude de faire. Ses frères le remarquèrent et il y eu une ou deux remarques auxquelles le concerné répondit avec une certaine indifférence. Il n’avait pas envie d’en parler et en fait, il ne savait même pas quoi dire. Il ne se sentait juste pas spécialement enthousiaste. Cela ses frères finirent par l’accepter en choisissant simplement de s’amuser eux autant qu’ils le pouvaient en espérant que leur bonne humeur finisse par contaminer leur septième frère. Ils crurent y parvenir en le voyant participer au concours de rôt mais Tumaini ne fit pas preuve de combativité et de hargne lorsque Kames lui rafla la première place et se contenta de rigoler doucement en le congratulant.

Les festivités arrivaient à leur terme, du moins pour le plus raisonnable du groupe qui insinua aux autres qu’il était peut-être temps de rentrer. Seth et Nail insistèrent pour faire durer la fête un peu plus longtemps et s’assurer qu’elle durerait même jusqu’au lendemain dans les bras de leurs conquêtes et d’ordinaire ils ne seraient pas vraiment parvenu à convaincre Thi mais aujourd’hui était leur jour et le leader décida de les suivre et de rester ensemble. Toute la petite troupe se passa de bar en bar à boire un peu plus, un peu moins. Thi restait raisonnable, comme toujours et invita Uga à en faire de même. Celui-ci écouta ses conseil, n’étant là surtout que par plaisir d’observer ses frères s’amuser à des jeux qui ne lui plaisaient pas forcément. Kames continua de boire avec entrain comme s’il assouvissait une soif insatiable et sans jamais faiblir. Tumaini l’accompagna à son propre rythme, observant du coin de l’oeil leur deux frères partis à la chasse.

Lorsque Kafele se leva pour s’éloigner, le soldat se releva immédiatement comme un chien de chasse aux aguets. Cela n’échappa à l’attention de ses trois frères. Kames voulu le questionner mais au lieu de ça un nouveau rôt caverneux raisonna dans sa gorge. Uga, lui, savait très bien à quoi l’attitude de son frère rimait et c’est plutôt d’un air un peu coupable qu’il baissa les yeux. Thi, lui, essaya d’apaiser son frère
- Tumai’. appela-t-il avec douceur pour le ramener au calme. Il capta le regard du soldat et pu lire en lui un mécontentement discret mais calme et contrôlé. Le leader ne fit rien de plus que de l’inciter à rester détendu alors Tumaini vit cela comme une autorisation à tout de même suivre son frère à l’extérieur.

Lorsqu’il retrouva Kafele, Tumaini ne l’appela pas ni ne chercha à faire remarquer sa présence. S’adossant au mur du bar, il croisa les bras et se contenta de continuer de boire sa bière sans le quitter de son regard sévère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 21:51


L’air frais de l’extérieur eut un effet salvateur. Lui remettant doucement les idées en place. L’ivresse l’effrayait, autant que ses rêves depuis cette année qui c’était écoulé. Au point qu’il évitait de se retrouver seul à seul avec son frère, si la première fois que ça lui était arrivé il avait préféré plus ou moins en plaisanté, il garda pour lui les fois suivante. Ce n’était pas tous les jours, heureusement, mais une fois par mois facilement et cela le paniquait.
Il soupira, cherchant quelque chose du regard. Il repéra un homme non loin qui venait de s’allumer une cigarette et, aidé par l’alcool, il se dirigea vers celui-ci. Son sourire sur les lèvres, sa main sur sa nuque, il était difficile de savoir que cet homme-là était un tueur de sang-froid. Il réclama une cancéreuse, que l’homme lui donna sans hésitation, lui donnant son briquet par la même occasion.

Il alluma, inspira en remerciant l’inconnu qui n’en était pas vraiment un et qui entama alors naturellement la conversation. Il n’y était guère habitué, n’aimait d’ailleurs pas vraiment ça mais l’alcool dans son sang le rendait moins timide même s’il continuait sans cesse de se frotter la nuque dès qu’il se sentait gêné, flatté ou mal à l’aise. Yanis était un homme d’une autre unité du temple, il l’avait déjà croisé, sans plus. Ils discutèrent, restant vague sur les questions un peu personnelle, à plusieurs reprise son visage se mua en celui du soldat lorsque Yanis semblait se montrer insistant sur certain point, éveillant la méfiance. Mais à chaque fois il se ravisa, continuant simplement de fumer cette cigarette avec l’inconnu jusqu’à ce qu’elle soit fini. Visiblement il avait perdu le reste de ses frères dans le tumulte de la fête mais au final, cela ne le gênait pas, ou plus maintenant.

Il ne sut vraiment ce qu’il devait comprendre dans cette insinuation soudaine, il passa une nouvelle fois sa main sur sa nuque alors qu’il désignait le bar derrière lui.

« Je vais rejoindre les miens avant de les perdre alors »

Dit-il en terminant sa cigarette qu’il écrasa au sol mais avant même qu’il n’ait le temps d’esquisser un premier pas en direction des lieux, une main agrippa gentiment son poignet.

« Ou on pourrait passer le reste de la soirée ensemble… »

Il se pinça les lèvres, esquissa un sourire gêné, sa main rejoignant encore une fois son cou. Il fit non de la tête.

« Désolé, ça ne m’intéresse pas »
« T’es sur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 22:16


Discrètement et toujours en retrait, Tumaini observa son frère profiter de l’air frais de la nuit et se laisser attirer par l’appel du tabac. Il l’observa converser tranquillement avec Yanis. Le soldat se détendit un peu en reconnaissant un homme d’une autre unité mais de leur temple et prenant une nouvelle gorgée de bière, Tumaini hésita à retourner à l’intérieur. Mais décida de continuer de veiller, au moins jusqu’à ce qu’il finisse sa bière.
Il les observa parler sans vraiment s’intéresser ou se soucier de ce qu’ils pouvaient se dire. Voir Kafele se gratter périodiquement la nuque lui suffisait à évaluer la situation générale de la conversation. Il vit son frère tenter d’y mettre fin discrètement en pointant le bar où buvaient ses frères et en écrasant sa cigarette mais l’autre sembla insister.

Dès qu’il vit Yanis agripper le poignet de Kafele, Tumaini renifla, finit sa bière d’une traite et la reposa avant de dégainer ses haches et de s’approcher d’un pas ferme. Autant de geste qui trahissait le fait qu’il s’attendait complètement à cette situation. En fait, c’était bien pour veiller sur Kafele et ses potentiels mésaventures qu’il était sortit et l’avait suivi.
- Aussi sûr que le fait qu’il te manquera une main si tu ne le lâche pas. annonça le soldat mais d’un ton très modérément agacé et menaçant.
L’autre était aussi un soldat du temple et bien qu’il n’était pas un frère pour eux, il était un allié. C’était seulement ce fait qui avait dissuadé Tumaini de simplement trancher la main qui serrait son frère mais ses haches le titillèrent un peu plus lorsqu’il vit que sa menace ne parvint pas à convaincre l’autre de lâcher Kafele.
- Oooh aller. On sait tous de quel côté il penche et il faut bien en prendre soin de temps en temps hein ? se justifia maladroitement l’autre soldat.

Pour simple réponse, Tumaini lui entailla sèchement le poignet du tranchant d’une de ses haches. Yanis poussa un cri de surprise et lâcha enfin le poignet de Kafele en reculant. Il s’apprêta à insulter Tumaini de tous les noms mais ce dernier n’avait pas décidé de lui en laisser l’occasion. Il plaça sa hache sous la gorge de leur “allié” en imprimant une ligne de sang de son poignet sur sa carotide.
- Ajoute quoi que ce soit. Un mot, un geste, un regard. Et tu auras deux fronts à surveiller lors de ta prochaine bataille. menaça Tumaini d’une voix sifflante et glaciale.
Yanis le fusilla du regard mais sa bouche resta scellée et sans oser reposer ses yeux sur Kafele, il s’en alla d’un pas décidé.

Tumaini le regarda s’éloigner, attendant que celui-ci disparaisse au loin dans la foule pour ranger ses haches à sa ceinture. Il poussa un soupir, conscient qu’il ferait mieux d’expulser un maximum de colère s’il ne veuille pas que ses efforts pour rester calme soient gâchés. Il se retourna vers Kafele mais son visage restait dur et ses sourcils froncés lui donnait un air sévère.
- Rentre à l’intérieur. ordonna-t-il bien que ce n’en avait pas réellement le droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 22:37


Il s’apprêtait à se détacher de lui-même lorsque Tumaini intervint. La surprise l’amena à fixer son frère sans comprendre la colère. Il pouvait comprendre la réaction, n’importe lequel d’entre eux se montrait toujours aux aguets lorsqu’ils s’agissaient de se protéger les uns les autres mais généralement, c’était uniquement lorsque le danger était certain et là…
Kafele cherchait à capter le regard de son frère, pour pouvoir le calmer, pour pouvoir lui faire comprendre qu’il n’avait pas vraiment besoin d’aide, rien de grave ne s’était passé. Mais la remarque de Yanis lui fit faire volteface. Il n’eut pas plus de temps pour réagir ou répondre que le soldat gueulait, attirant l’attention sur eux.

Avec l’alcool qui lui brouillait légèrement les idées et ralentissait ses réflexes, il eut bien du mal à suivre les actions, en un rien de temps l’une des haches de son frère se trouvait sous la gorge de Yanis alors qu’il le menaçait ouvertement et devant témoin.

« Tumaini »

Appela-t-il simplement sans pour autant oser le toucher, se rendant compte qu'encore un fois il avait été incapable de l'appeler "Sen" comme il en aurait eu l'habitude avant. Kafele connaissait très bien les sévices qu’on pouvait réserver à ceux qui défoulaient leur excès de colère sur les leur sans se contrôler et c’était quelque chose qu’il ne souhaitait pas à personne, encore moins à Tumaini.
L’allié n’en demanda pas plus, quittant les lieux et retournant à la recherche des siens. Ses yeux rivés sur son frère, il ne savait pas quoi dire. Il fronça les sourcils en entendant l’ordre sortir de sa bouche.

« Non » répondit-il aussi sèchement, il savait qu’il était probablement le moins autoritaire du groupe et il supportait difficilement de recevoir des ordres d’autres personnes que ses supérieurs. Tumaini était son frère et par conséquent son égal.

« J’ai besoin d’air et visiblement toi aussi, alors soi tu me force à rentrer et on fait passer le pire anniversaire à nos frères, soit tu m’accompagne et on les laisse profiter » Il marqua une pause durant laquelle son bras se laissa guider jusqu’à son cou « c’est toi qui voit » dit-il en prenant la route. Kafele prit grand soin de prendre le chemin opposé à celui qu’avait pris Yanis précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 22:50


La réaction de Kafele le prit au dépourvu. Ce n’était pas son rôle de donner des ordres mais pour lui ceux-ci étaient parfaitement justifiés et ne méritaient pas d’être refusés. Il gronda son frère du regard mais celui-ci ne céda pas. Tumaini hésita réellement à le prendre par le poignet à son tour et le tirer de force à l’intérieur du bar mais Kafele avait bien choisit ses mots. Le soldat pouvait sentir que sa colère était exagérée comme toujours et voir un de leur frère en traîner un autre contre son gré en ce jour de fête n’allait sûrement pas plaire aux autres. Il se ravisa, mais il n’avait pas spécialement envie d’agréer aux inspirations de son frère alors il agrippa son épaule avec force et le retourna pour l’obliger à rester sur place.

- Ne… ! s’apprêta-t-il à rétorquer en criant mais il se fit violence pour se calmer immédiatement et adoucir sa poigne sur l’épaule de Kafele. Ne t’éloigne pas. S’il-te-plait. demanda alors Tumaini en luttant difficilement pour contenir sa colère. Il semblait presque le supplier de l’écouter mais aussi de ne pas le contrarier plus et sans sa voix vibrait même une certaine peur et une panique qui ne lui était pas coutumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Dim 15 Mai - 23:04


Pendant une seconde, il cru qu’il allait effectivement le forcer à rentrer à l’intérieur lorsqu’il lui attrapa l’épaule mais au lieu de cela, il l’obligeait plutôt à lui faire face. Son regard planté dans les siens, il haussa un sourcil devant le ton qu’il s’apprêtait une nouvelle fois à prendre. Il était habitué à certains accès de colère venant de son frère mais les raisons étaient généralement plus différente, moins triviale et surtout…Il y avait toujours au fond son arrogance. Mais là, ce qu’il percevait ne ressemblait en rien à ce qu’il avait l’habitude de voir et d’entendre chez son frère.

« Ok »

Répondit-il simplement, esquissant un sourire à l’intention de celui-ci.

« Je t’aurais bien proposer une cigarette mais… »

Tentait-il de plaisanter sans être certain que cela fonctionne. Finissant par s’adosser contre la façade du bar, il baissa la tête, passant sa main dans ses cheveux puis sa nuque, il semblait hésitant, il savait pertinemment que Tumaini n’était pas du genre à s’épancher sur ses troubles mais cela devenait insoutenable pour lui de le voir ainsi.

« Ce qui est arrivé à Uga, c’était la faute d’aucun d’entre nous…On pouvait pas savoir qu’on tomberait sur une embuscade »

Finit-il par dire en relevant les yeux vers lui.

« Tu peux pas faire comme si nous étions en permanence sur le terrain…Ca va te bouffer. Ca te bouffe déjà… »

Dans ses yeux, il s’excusait par avance de ne pas avoir réussi à simplement fermer sa gueule, c’était difficilement pour lui de rester sans rien faire, il s’inquiétait sincèrement.

« J'ai pas envie de revivre ça avec toi à sa place. Je pourrais pas le supporter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 7:27


Kafele accepta simplement avec un sourire sans émettre plus de résistance. Son frère soupira doucement de soulagement et laissa sa main glisser le long de son bras pour la laisser retomber à ses côtés. Il n’entendit qu’à moitié la plaisanterie de son frère car il continuait d’essayer de contrôler les émotions qui le menaçaient constamment et plus encore aujourd’hui.
Face à la coopération de Kafele, Tumaini cru qu’il pourrait avoir un peu de repos et enterrer tout ça au fond de lui jusqu’au lendemain mais au contraire celui-ci avait très bien vu la faille dans l’attitude d’ordinaire si solide et inébranlable de Tumai et ne put s’empêcher de s’y engouffrer. Le soldat se crispa.
Bien que Kafele tentait de le rassurer, de le déculpabiliser, et de compatir, ses mots percèrent plus encore la carapace de son frère qui s’efforçait encore de se contenir. Mais il pouvait sentir le regard et la main de l’autre remuer tous les sentiments qu’il essayait de laisser reposer tapis au fond de lui.
Il sentit son souffle se couper et sa gorge se serrer alors que toute la colère se déversait librement en lui. Il dû se rendre compte que ce n’était pas seulement la colère qu’il connaissait bien car juste derrière se cachait une énorme vague de peur, un sentiment bien plus honteux pour lui. Il se sentit tellement mal qu’il baissa la tête pour masquer son trouble.
- C’est juste… tenta-t-il de se justifier mais les mots peinaient à sortir et il dû se faire violence pour qu’à la place ce ne soient pas des sanglots qu’il échappe. C’est juste que… je… balbutia-t-il mais sans arriver ajouter plus qu’un seul mot à la fois.
Il se sentait tellement pathétique. Toutes les émotions qu’il s’était efforcé de garder pour lui toute la journée pour ne pas affecter le jour de fête de ses frères finissaient par lui glisser entre les doigts. Pire encore, il avait tout fait pour se contrôler et pourtant Kafele avait pu le voir et le sentir sans difficulté, même avec tant d’alcool dans le sang.
- Je… ne… veux pas… qu’arrive… le jour… où… continua-t-il de lutter en extirpant chacun des mots de sa gorge serrée bien qu’ils le griffaient de l’intérieur.
Les larmes s’étaient misent à briller dans ses yeux sombres et un parvint même à s’échapper pour s’échouer sur le sol.
- Où…
Mais Tumaini n’était pas du genre à trouver du soulagement dans la confession ou du réconfort à le partager avec ses frères. Pour lui avouer ses craintes et ses angoisses ne les rendaient que plus réelles et douloureuses. S’il faisait tout ces efforts, c’était pour répondre à Kafele mais aussi tenter de lui faire comprendre que ce n’était pas la culpabilité qui le rongeait. Il savait qu’il n’y était pour rien et il avait passé assez longtemps dans les donjons à se défouler sur les coupables pour s’en convaincre. La culpabilité aurait été plus noble cependant que ce qu’il pouvait ressentir au plus profond de lui, le sentiment d’avoir failli à son devoir, de veiller sur ses frères, mais au lieu de ça…
- Où nous fêterons ce jour… à six. parvint-il enfin à avouer en s’étranglant sur le dernier mot.
Une nouvelle larme s’échoua sur le sol alors qu’il sentit son corps être envahi d’un frisson de peur. Car c’était bien ça le sentiment qui l’habitait depuis quelque temps, pas la culpabilité. La peur de voir un de ses frères mourir, la peur d’un jour se retrouver seul, sans l’un d’eux, la peur simplement, un sentiment avec lequel il n’avait pas été familier jusqu’ici.
Pour lui la guerre avait toujours été une évidence. C’était tout ce qu’il connaissait, tout ce à quoi il était bon et s’intéressait et tout ce à quoi il pensait. C’était son territoire et il en connaissait toutes les subtilités, plus encore la mort. Ils avaient toujours su que la menace planait au dessus de leur tête et qu’un jour ou l’autre elle finirait par s’abattre sur eux. Mais ils n’avaient pas peur ou du moins jusqu’à ce qu’il se retrouve face à la réalité de la chose. Tumaini pensait pouvoir l’accepter, le supporter, il avait vu tant de gens mourir dans sa vie, ses ennemis, ses alliés, sa famille. Mais la mésaventure de Uga avait ouvert en lui une porte qu’il ne pensait pas avoir dans son cœur. Une porte qui avait déversé tant de peur, d’angoisse, de panique et de doutes dont il pensait être dénué. Alors qu’avant la certitude qu’ils finiraient tous par périr au combat avait toujours eu quelque chose de noble, de rassurant et d’excitant, elle l’écrasait aujourd’hui de crainte et de tristesse. Le jour finirait par venir où ils ne seraient plus que six à festoyer ensemble, cinq à s’asseoir dans leur petit salon autour d’une bière, quatre à peiner de trouver le sommeil dans le noir, trois à tenter d’oublier qu’ils avaient un jour été sept, deux à lutter pour veiller sur le dernier frère qu’ils avaient, un… Cette pensée lui était simplement insupportable et plus il se laissa y songer, plus il sentit son corps s’alourdir.
Devant Kafele, Tumaini fini par se laisser chuter doucement sur le sol en serrant la mâchoire pour retenir ses sanglots. Il avait si peur et il se sentait si démuni. Le sens même de la vie de Tumaini se retrouvait retourné, chamboulé et brisé. Tout ce qui les savait toujours réuni se transformait aujourd’hui en ce qui finirait par les séparer. La guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 8:12


Et il le vit, ce mur de pierre, s’effriter et s’effondrer sous ses yeux. Et alors qu’il observait ce spectacle dérisoire, il ne sut quoi dire ou encore quoi faire. La peur qui émergeait des paroles de de Tumaini se traça un chemin jusqu’à son cœur, et il le sentie s’affoler en lui. Sa gorge le serrait alors qu’il le fixait. Le jour où ils ne seront plus que six…Il avait passé tant de temps à prier pour que cela n’arrive pas qu’au moment où Uga était tiré d’affaire, il avait juste ranger cette crainte quelque part dans son esprit. Il voulut rattraper le corps de Tumaini mais il était trop tard et ils étaient à présent tous les deux au sol. Il le prit dans ses bras, naturellement, oubliant ses propres craintes pour les sentiments qu’il avait vu naître en lui cette dernière année. Il le laissa simplement s’effondrer, lui accordant ses larmes et cette faiblesse sans aucun justement, juste des bras pour le soutenir et une épaule pour pleurer. Parce qu’il n’avait que ça à offrir, son soutien muet. Il ne pouvait pas lui promettre que ce jour n’arriverait pas.

Au fond, Seth et Nail n’avaient peut-être pas tort de vouloir vivre chaque jour comme le dernier. Continuant de serrer Tumaini dans ses bras, il attendait patiemment que les tensions de son corps diminuent, voir même disparaisse avant de s’éloigner de lui pour le regarder dans les yeux, un sourire bienveillant sur les lèvres.

« Je t’aurais bien botter les fesses à ta manière mais là » ils étaient en public et lui n’était pas sobre surtout. Son sourire s’évanouissait malgré tout et son regard s’assombrissait alors qu’il regardait les larmes de son frère sur ses joues. Il croisa ses yeux et ne s’y détacha plus.

« On va tous crever, c’est une évidence, mais avant on sera leur pire cauchemar. Pour ce qu’ils nous ont fait, pour ce qu’ils ont fait à d’autres, et si un frère doit tomber, on se battra plus durement pour lui…On érigera une pyramide des cadavres et du sang de nos ennemis pour qu’il puisse nous voir. Quand on tombe, soit on creuse sa tombe, soit on se relève »

Il imita le sourire cynique et l’arrogance que Tumaini pouvait faire preuve, à défaut de pouvoir se battre avec lui pour le décharger de tout ça, il usa d’autre chose qu’il connaissait tout aussi bien.

« Allez, debout »

Et il se leva, tendant sa main à Tumaini pour l’aider à en faire de même. Le regard moins sombre et le début de son éternelle sourire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 9:43


Ce jour arriverait. Ils le savaient tout les deux. Même si apporter du réconfort a ses frères était un des talents de Kafele ce n’était jamais en berçant de mensonge. Autant qu’il pouvait sentir que sa détresse était stupide et sa réaction exagérée, Tumaini savait très bien qu’elle était fondée. Elle l’avait toujours été mais il avait juste été bien plus lent que ses frères a s’en rendre réellement compte et aussi a comprendre tant de temps plus tard qu’il n’arrivait pas a l’accepter. Lui qui s’était toujours flatté a se penser un des plus forts et inébranlable du groupe il se sentait le plus idiot et le plus faible de tous. S’écroulant devant Kafele, il perdait un peu plus de son assurance et de son honneur.
Son frère le laissa faire, comprenant qu’a cet instant Tumaini n’avait simplement plus la force de se cacher ou de combattre les sentiments qu’il gardait enfouit au fond de lui-même. Il le prit dans ses bras et instinctivement le soldat vint poser sa tête sur son épaule et l’enlacer avec force et fébrilité. Il pleura, partagé entre le soulagement que lui apportait le parfum et la chaleur de son frère et le dégoût de savoir qu’il pouvait sentir ses larmes de faiblesse couler sur sa peau. Il lutta férocement pour endiguer ses émotions comme il avait l’habitude de le faire. Mais contrairement a sa colère que tous connaissaient, la peur était un ennemi qu’il découvrait a peine. Il prit un peu plus de temps mais doucement le soldat retrouva son calme, plus par fatigue et défaitisme que par le contrôle mais cela rassura assez Kafele pour s’éloigner doucement de lui et venir chercher son regard.

Il ne lui mentit pas, lui rappelant la dur vérité de la guerre dans laquelle ils se battaient et dans laquelle ils avaient grandit. Mais il lui rappela aussi toute la rage, la hargne et la force que la violence avait su forger en eux. Ils souffriraient mais leurs ennemis souffriraient bien plus encore. Et ils lutteraient jusqu'à ce que leur mort puisse être célébrer comme un exploit et non une défaite. Tant de mots qui auraient put être ceux du soldat, mais pas ce soir, pas aujourd’hui.
Ce jour leur était dédié a tout les sept et aujourd’hui Tumaini ne voulait pas penser a leurs ennemis ou a quiconque d’autre que ses frères. Il ne voulait pas penser aux combats mais a ces moments si précieux qu’ils partageaient sans qu’il n’y ai jamais réellement prêté d’attention. Il se rendait compte que bien plus que des frères d’armes, ils étaient ses frères, sa famille, les siens. Quelque chose qu’il avait pensé avoir perdu il y a bien longtemps avant même de les rencontrer. Alors qu’il cru perdre Uga, il s’était rendu compte qu’il n’avait pas rien a perdre comme il l’avait toujours cru. Il en avait six a perdre et il ne voulait perdre aucun d’eux, il ne voulait plus perdre personne. Et de soldat il se retransformait en ce petit garçon de cinq ans terrifié et détruit qu’il redevenait parfois dans ses cauchemars les plus sombres. Mais ce n’était pas un songe et aujourd’hui c’était le futur qui lentement prenait la teinte de son passé. “Ce qui était, est et sera” criait parfois les Fils de Ra comme un cri de guerre et l’idée que cela puisse être vrai le terrifiait bien plus que leurs armes dorées.

Il acquiesça tout de même en serrant les dents pour couper court a ses pleurs et ne pas contrarier son frère et se releva en prenant sa main. Il pensa la lâcher mais a l’instant ou il sentit la chaleur de ses doigts sa propre main se crispa et il ne voulu pas les laisser partir. S’autorisant cette petite faiblesse pour s’aider a se rassurer et se calmer, il essuya ses larmes de son autre main en reniflant.
- Ouai, ouai… Je sais. répondit-il d’un ton doucement boudeur, ayant encore du mal a accepter qu’il ai besoin que Kafele le rappelle a l’ordre et le console.  Il finit par lâcher la main de son frère pour passer ses mains sur son visage et pousser un long soupir pour se débarrasser du reste d’angoisse qui crispait ses entrailles.
- Pardon. ne put-il s'empêcher d’échapper en s’éclaircissant la gorge.
Il savait que Kafele n’était pas du genre a lui en vouloir pour ça mais lui s’en voulait de s'être montré si faible face a lui. Il était le soldat, il était celui que rien ni personne n’affectait. Uga et Nail pouvait se permettre de chouiner mais pas lui. Il ne se le permettait pas. Il ne se le permettrait plus.

- De toute manière Thi est avec Uga et Kames. Et Seth et Nail… ils sont irrécupérables alors… se justifia-t-il pour se convaincre lui-même qu’il n’était pas inquiet et qu’il n’avait pas pour seule envie de les avoir tous sous les yeux pour toujours pour s’assurer qu’il ne leur arriverait jamais rien. On peut… marcher. Si tu veux. céda-t-il doucement en sachant retourner au bar pour assouvir ses angoisses serait autant une défaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 10:21


Il ne put s’empêcher de rire en l’entendant parler de Seth et Nail, en effet, les deux étaient irrécupérables.

« Un jour ils vont vraiment finir dans le même lit… »

Ajouta-t-il en référence à une vieil blague qu’ils leur avaient fait. En toute honnêteté, Kaf’ se demandait si ce n’était pas déjà le cas, les deux étaient tellement décomplexer sur certain sujet qu’il n’aurait pas été surpris d’apprendre qu’ils aient été jusqu’à partager le lit d’une de leur conquête. Il chassa rapidement cette pensée de sa tête lorsque Tumaini accepta de marcher un peu.
Au moment il l’avait proposer la première fois, cela avait été un réflexe plus qu’autre chose, c’était sortie de sa bouche sans qu’il n’y réfléchisse longuement mais maintenant…Maintenant il ne pouvait s’empêcher d’être effrayer à l’idée d’être seul avec lui.

Il dégluti légèrement, partager entre son envie de lui dire oui et sa peur d’accepter. Il n’avait pas franchement envie de retrouver la chaleur étouffante du bar et l’autre perspective n’était pas désagréable, loin de là. Et c’était bien pour cette raison qu’il aurait dû refuser mais il sourit bêtement et commença à faire les premiers pas en direction de la rue.
Ils marchèrent, ensemble, écoutant la musique qui battait son plein, évitant les personnes un peu trop enivrer, se moquant de certain, spéculant sur la soirée que devait passer le reste de leur frère.

Sans se rendre compte, ils s’étaient un peu éloigné de l’activité ambiante, jusqu’à ce qu’un sifflement se fit ensemble.

« Kafele ! » Il se retourna, faisant face à Yanis au bout de la rue « Ca fait longtemps… » Ironisa-t-il alors que d’autres personnes apparaissait à leur tour.

Il jeta un regard à Tumaini, tous deux savaient pertinemment ce qui allait se passer et à cette perspective…Il lui sourit.

« Je suppose qu’il n’y a pas meilleur moyen de désaouler »

Et en une seconde, il agrippa l’une des haches de Tumaini qu’il envoya directement vers l’ennemi. Peu importait les conséquences plus tard, il n’allait pas se laisser marcher sur les pieds une seconde fois dans la même soirée. Il savait que son frère connaissait cette technique, le fait de se servir de l’arme d’un autre pour gagner en effet de surprise, et Kafele savait qu’il serait facile à Tumaini de se servir de sa magie pour récupérer l’arme et pourquoi pas…En assommer un autre en chemin.
A peine avait-il lancer la hache qu’il avait dégainer ses Khépeshs. Il gardait en mémoire que tuer n’était pas l’objectif, cela restait des allier, seulement leur donner une leçon et leur apprendre qu’on s’en prenait pas à eux impunément. Leur apprendre à les respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 13:24


Kafele accepta avec douceur et simplicité en souriant comme toujours et Tumaini se laissa porter par le rythme calme de la marche de son frère. Comme il l’avait fait toute la journée, il se contenta d’écouter et de répondre sans trop en faire, faisant machinalement échos aux sourires et aux rires pour ne pas que Kafele se sente seul ou gêné. Il n’avait pas le coeur a s’amuser mais gâcher la joie de ses frères et la dernière chose qu’il voulait faire. Ils marchèrent et bien que Tumaini se savait sur les nerfs il se rendit compte que la présence de Kafele lui suffisait a ne pas trop se soucier des autres. Avec lui, sa douceur, sa maladresse, sa bonne humeur, il parvenait a se convaincre que rien n’avait changé. Que cet anniversaire en était un comme un autre et qu’il continuerait d’y en avoir des semblables les prochaines années.

Ils s’étaient bien éloigné de la foule et du bruit lorsqu’un sifflement les fit se retourner. Au bout de la rue se tenait Yanis, entouré de sa propre équipe, un sourire amer étiré sur ses lèvres. Les deux frères surent très bien deviner les intentions de leurs soit disant alliés mais cela ne les inquiéta pas le moins du monde, bien au contraire. Il répondit au sourire de Kafele mais cette fois ce n’était pas par politesse. Il sentait l'enthousiasme renaître en lui tel un volcan rentrant doucement en éruption.

Kafele n’eut besoin que d’une fraction de seconde pour lancer l’assaut en se saisissant d’une des haches de son frère pour la balancer directement sur leur ennemis. Tumaini saisit la deuxième pour influencer la trajectoire de sa soeur et venir trancher gentiment les mollets des moins réactifs. Les plus réactifs eux fondirent immédiatement sur le soldat occupé a manier le projectile mais Tumaini ne s’en soucia pas, entendant le tintement des khépeshs de son frère venir s’occuper d’eux.
Le combat a distance était plus le genre de Uga, de Thi ou même parfois Seth et Nail mais Tumaini, lui savait assez bien s’en servir en tant que diversion. Une de ses haches continuait de voltiger dans l’air en menaçant le petit groupe d’ennemi mais il ne s’attendait pas a faire mouche et avec un vitesse fulgurante, il fondit sur eux pour les prendre par surprise par le bas. Frappant avec sa violence caractéristique il en fit basculer deux avant de bloquer la lame du troisième en éclatant doucement de rire.
C’était la première fois de la journée qu’il semblait réellement s’amuser et pour cause. Il n’avait jamais été de nature inquiété et angoissée et malgré les tournures que les choses avaient prit cette année il n’avait pas laissé la peur s’insinuer jusque dans un combat. Ça il connaissait trop bien pour se laisser déstabiliser par quoi que ce soit. Le sentiment de puissance, de liberté et de certitude que cela lui procurait était au contraire le meilleurs moyen de chasser ses doutes et ses craintes. Il connaissait ses frères et il savait qu’ils étaient tous des soldats très doué chacun a leur manière. Tout comme pour Kafele pour lequel il pouvait s’inquiéter de le voir se balader seul dans une rue, il savait que même entouré de trois ennemis celui-ci pouvait s’en sortir avec brio. Ce qu’il fit.
Après une bataille finalement d’assez courte durée, tous leurs adversaires se retrouvèrent a terre, entouré de leur halo de magie pour soigner leurs blessures. Mais on pouvait voir dans leur regard qu’il avaient comprit leur défaite. Il n’y avait pas besoin de pousser le vice jusqu'à ce que quelqu’un se retrouve réellement incapacité. Yanis lui était un peu plus difficile a convaincre et c’était pourquoi les deux frères avaient étés un peu moins tendre avec lui qu’avec ses coéquipiers. Celui-ci se releva avec plus d’amertume et de colère que jamais mais un de ses frère l’appela au calme d’un geste de la main. Le soldat vaincu se contenta alors de cracher sur le sol avant de se détourner.

- Surveille tes arrières Yanis. Je viendrais prêt croquer un bout de tes jolies petites fesses la prochaine fois que j’aurais un creux sur le champs de bataille. nargua un peu plus Tumaini en pointant sa hache vers le perdant.
Celui-ci voulu se retourner mais encore une fois un de ses frères le rappela a l’ordre tout en jetant un regard assassin a leurs rivaux. Tumaini eu un petit rire moqueur avant de se retourner vers Kafele avec un grand sourire.
- Ok. Ça c’était marrant. commenta-t-il en ne se cachant pas que ce genre d’ébat était beaucoup plus son truc que ceux que Nail et Seth pouvaient espérer trouver dans les bras des femmes.    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 13:39


Le bruit de l’acier, le froissement des vêtements, les battements de son cœur et cette sensation que le temps n’était plus qu’une douce illusion. Il dansait, littéralement, comme toujours, souple et rapide, il esquivait, fatiguait et frappait ensuite. Ce qui était des minutes lui avait donnait la sensation de n’être que des secondes alors qu’il éclatait joyeusement de rire à la fin du combat. Le souffle un peu court mais toujours prêt à en découdre. Il avait senti l’alcool ajouter un peu de piment à ce moment, rendant certain de ses gestes plus incertain mais il avait relevé le challenge malgré tout et s’en était sortie…Tumaini et lui s’en était sortie.

Il laissa le soin à son frère de provoquer une dernière fois leur rival avec de rire de plus belle en l’entendant. Oui, ça c’était marrant.

« Une cigarette ? »

Demanda-t-il en lui montrant le paquet qu’il avait réussi à subtilisé durant le combat, un sourire malicieux aux lèvres. Un petit tour que lui avait appris Seth il y a des années. Il s’approchai de Tumai’, son regard parcourant alors soudainement le corps de celui-ci sans qu’il ne puisse le contrôler, l’ivresse du combat, l’ivresse tout court et avant même qu’il sache lui-même ce qu’il s’apprêtait à faire, ses lèvres étaient déjà sur celle du soldat.
Les premières secondes furent les plus agréable de son existence, son cœur battait fort et il ignorait si c’était de l’adrénaline qui pouvait sentir en lui mais il y avait quelque chose qui le grisait simplement…Les secondes suivantes, il prit conscience de son geste et y mit fin directement.

« Pardon…Accident d’ivresse »

Tentait-il de se justifier alors qu’il tenait toujours le paquet de cigarette dans ses mains. C’était à moitié vrai, l’ivresse n’avait fait qu’accroitre ce qu’il désirait depuis plusieurs mois déjà.
Il tendit une nouvelle fois le paquet alors que sa main libre se posa sur sa nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 14:30


Kafele ajouta un peu plus au bonheur de son frère en révélant un paquet de cigarette qu’il avait du chiper dans la bataille. Éclatant d’un rire euphorique et incrédule, Tumaini s'apprêta a donner une tape de félicitation sur l’épaule de son frère lorsqu’il se rendit soudain compte que les lèvres de ce dernier avaient trouvé leur chemin jusqu’aux siennes. Finissant son geste, il posa doucement sa main sur l’épaule de Kafele et se surprit même a fermer les yeux pour se concentrer sur l’étrange fourmillement qu’il pouvait sentir dans son ventre. Était-ce de la surprise ? L’adrénaline ? La gêne ? Le soulagement ? Le désir ? Mais avant qu’il ne parvienne a l’identifier, Kafele se retira rapidement.
Tumaini souffla doucement en sentant encore l’haleine alcoolisé de Kafele mêlée a la sienne. Surprit, il l’était. Mais le reste… Il n’arrivait vraiment pas a le comprendre ou même a savoir comment il était sensé réagir. Le guerrier se justifia en mettant cela sur le compte de l’ivresse et Tumaini en aurait bien fait de même mais il se rendit compte qu’il n’avait rien fait. Alors pourquoi chercher a s’expliquer ou a se justifier ? Son regard se porta alors sur le paquet de cigarette que lui tendait toujours Kafele et juste ainsi il laissa tomber son questionnement. Il prit une cigarette et la cala entre ses lèvres avec son sourire insolent et moqueur, comme a son habitude.
- Mouai, c’est ça. nargua-t-il alors qu’il allumait sa cancéreuse et tirait la première bouffée de fumée. Ivresse mon cul, espèce de profiteur. le dénonca-t-il juste pour le plaisir de ne pas le laisser s’en tirer si facilement.

- Tu sais qu’on dort dans la même chambre… et que tu parles la nuit ? menaça-t-il alors doucement avec un sourire mesquin en donnant un petit coup de coude dans les cotes de son frères avant de s’éloigner un peu.  
Mais c’était seulement pour avoir le loisir de se mettre a imiter bruyamment les gémissements de plaisir hypothétiques de Kafele, comme ce dernier avait pu faire un soir pour embêter Nail et Seth. C’était ce même soir que son frère lui avait avoué avoir eu un rêve érotique l’impliquant et c’était simplement en se basant sur cette conversation que Tumaini le narguait. Il avait cru entendre son prénom quelques fois au milieu de la nuit mais les rares fois ou cela l’extirpait de son sommeil il n’était jamais sur de ce qu’il avait entendu ou imaginé. Et son frère ne lui avait plus jamais reparlé de ses rêves. Ceux-ci pouvaient être des songes humides comme des cauchemars comme autre chose, il ne pouvait le savoir.
- Haaannn Tumaini prends-moi ! continua-t-il néanmoins de crier en gloussant et en sautillant partout pour éviter que son frère ne l’attrape pour lui faire fermer son clapet. Hmmm comme j’aime te sentir en moi ! Oh oui ! Tu es si fooooort ! enchérit-il toujours plus bruyamment en éclatant de rire si fort qu’il en échappa sa cigarette sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 19:45


Durant une paire de seconde, il eut la peur de sa vie en entendant les premiers mots sortir de sa bouche après cette…Incident mais rapidement, il fut presque ravi d’entendre la suite. Bien que l’accusation le fit rougir comme jamais, le ton et son regard était tellement familier que cela enleva un poids sur ses épaules bien que son cœur resta lourd.
Il sorti à son tour une cigarette qui lui échappa des mains à l’instant où il lui fit savoir qu’il parlait la nuit.

« Quoi ?! »

Il n’eut pas le temps de voir si Tumaini était sérieux et lui-même n’aurait pas été étonné que ça soit réellement cas. Dans son esprit défilait alors les rêves intenses dans lequel son frère figurait en tant qu’acteur principal et il rougit de plus belle. Se baissant pour récupérer la cigarette qu’il avait laissé tomber sur le coup de la surprise, il crut s’étouffer avec sa première bouffée en entendant le début des gémissements qu’imitait celui-ci. Il toussa, fortement, laissant tomber sa cigarette, se relevant et tentant de rattraper celui-ci. Au-delà de la gêne qu’occasionnait cette imitation, ce qu’il ressentait au bas du ventre ne faisait qu’ajouter une couche de plus à cette humiliation auquel se mélangeait à présent le désir. Le faire taire, c’était tout ce qu’il souhaitait et Tumaini l’avait bien deviné.

Chaque seconde semblait être une excuse de plus pour gémir plus fort, crier plus fort et l’enfoncer un peu plus. Il continuait de lui courir après et fini par bondir sur lui. Kafele, de par sa taille et sa musculature sèche, était plus rapide et plus agile que son frère, l’alcool avait compliqué les choses mais il avait finir par atteindre sa cible. Ils chutèrent au sol, roulèrent sur le sable, finissant à califourchon sur celui-ci, il plaqua ses deux mains sur la bouche de Tumaini.

« Arrête »

Et ce n’était pas vraiment la voix boudeuse qu’habituellement il aurait employé pour faire cesser les moqueries mais bel et bien une supplication. Il ne se sentait pas réellement blessé mais pour une raison qu’il ne définissait pas complètement, ce genre de moquerie, de la bouche de Tumaini, lui était douloureuse tant cela le gênait et réveillait chez lui quelque chose qu’il essayait d’ignorer depuis un peu plus d’un an aujourd’hui. L’entendre gémir l’avait fait rougir, presque rire devant sa propre gêne mais cela avait fait réagir son corps et enserrer son cœur dans un étau, le mélange était désagréable, physiquement douloureux.
Effrayé à l’idée de l’entendre encore gémir, aussi rouge qu’un coucher de soleil dans le désert, il garda ses mains contre la bouche de son frère et contre ses lèvres, il pouvait sentir le léger tremblement qui trahissait un mal plus profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 22:09


Il continua de se moquer, bruyamment, conscient que la seule chose qui le pousserait à arrêter serait l’intervention de Kafele. Chose qu’il rendit volontairement difficile en courant et en sautant dans tous les sens pour l’éviter. Mais bien sûr le plus rapide et agile des deux finit tout de même par prendre le dessus sur le plus violent et le fit chuter pour se retrouver au dessus de lui après une roulade.
Ne s’en inquiétant pas Tumaini continua de ricaner malgré les mains de son frère plaquée sur sa bouche. Mais il s’arrêta subitement en entendant le ton de sa voix. Il s’attendait à le voir bouder, se vanter, le narguer mais cela ne ressemblait à aucun des trois. Il lui demandait sérieusement d’arrêter, le suppliait même comme si les plaisanteries de son frère l’avait clairement blessé et plus encore, fait du mal.

Le soldat se figea, surprit mais aussi horrifié. Qu’avait-il fait ? Qu’avait-il dit pour le mettre dans cet état ? S’il avait utilisé se ton pour lui demander d’arrêter plus tôt il l’aurait fait sans le questionner, sans l’évader. Mais il eu l’impression d’avoir dépassé une toute autre limite dans les sentiments de Kafele qu’il ne connaissait pas. Généralement quand les plaisanteries ne lui plaisaient vraiment pas il finissait par s’énerver et sauter à la gorge du fautif mais là… ?
Tumaini le fixa sans comprendre. Sa bouche était encore couverte des mains de Kafele mais ses yeux posaient toutes les questions pour lui alors qu’il tenta de comprendre la signification de l’expression qu’il devinait sur le visage de son frère. Il était plus rouge que jamais mais c’était plus que l’effet de l’alcool ou de la gêne. Il ne se grattait pas la nuque d’un air doucement embarrassé, il plaquait fortement ses mains tremblantes sur sa bouche. Il tenta de réfléchir mais les secondes passaient et la seule chose qu’il put vraiment comprendre était qu’il avait fait quelque chose de mal.

Tumaini déglutit. C’était bien la dernière chose qu’il voulait faire aujourd’hui. Gâcher ce jour pour l’un de ses frères et pire encore pour Kafele qui ne demandait toujours qu’à passer un bon moment. Il s’était effondré en pleurant devant lui et maintenant, il avait l’impression d’avoir réussi à faire pire sans savoir vraiment quoi. Se sentant coupable, il laissa sa joie à la porte.
Saisissant avec douceur le poignet de Kafele pour l’inciter à ôter ses mains de sa bouche tout en lui assurant qu’il avait fini de se moquer, il posa naturellement sur la cuisse de celui qui était à califourchon sur lui dans un geste rassurant.
- Hey Kaf’... C-C’est pas grave ! Ça va aller ! balbutia-t-il d’un ton doux et légèrement perdu. Il n’était définitivement pas douer pour rassurer ou consoler les autres mais c’était encore pire en ne sachant pas de quoi il parlait. Kafele avait su identifier son trouble en un seul coup d’œil alors que lui ne parvenait pas a comprendre même en le fixant désespérément.
Il se rendit compte avec une nouvelle vague d’horreur qu’il avait osé lui dire que ce n’était pas grave, comme s’il s’était dédouané de l’avoir blessé au lieu de s’excuser. Il s’empressa d’y remédier, un peu paniqué.
- Je… ! Je suis désolé ! Je ne me moquerais plus, je veux dire je sais même pas si… Enfin j’ai rien entendu c’était juste une blague ! Mais… ! Mais je, non, je… je m’excuse je voulais pas… Enfin je sais jamais si tu… J’ai… je… Raah j’aurais pas du c’est… quand… que… m-merde j… Je… J’arrête. J’arrête. finit-il finalement par conclure avant de lui même venir fermer sa propre bouche avec ses mains en rougissant lui aussi devant la débilité complète qui venait d’en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Lun 16 Mai - 22:42


Il eut un léger sursaut en sentant ses mains se saisir délicatement de ses poignets. Pas certain de vouloir découvrir la bouche de son frère il se laissa pourtant faire. Il avait envie de s’arracher le cœur de la poitrine simplement pour ne plus avoir à le sentir cogner aussi fort. Les yeux rivés sur lui sans vraiment le regard, il l’écouta malgré tout s’excuser, du moins, tenter de le faire. Sa propre gêne le ramenait doucement à la réalité et lui rappelait que Tumaini n’avait jamais voulu le blesser, qu’il le savait au fond et que le problème, ce n’était pas son frère, mais lui-même.
Lui qui n’arrivait pas à se sortir de l’esprit ce qu’il avait vu, aux sensations que ça avait eu sur lui, à ces rêves et au fait qu’à chaque fois qu’il posait son regard sur son frère, il ne reconnaissait pas l’enfant, l’adolescent ou l’adulte avec qui il avait grandis mais il se retrouvait face à un homme qui l’attirait. Ses sourires narquois, son arrogance, son répondant, ses épaules larges et ses soupirs s’ajoutaient à la liste. Il soupira en se rendant compte qu’encore une fois il se perdait dans cette liste trop longue de toutes ces choses qui bout à bout, lui faisait perdre la raison.

Tumaini était son frère et il ne pouvait pas se permettre de l’oublier.

Il soupira, se laissant tomber sur le côté, s’allongeant sur le sol juste pour pouvoir observer les étoiles et ne plus l’avoir dans son champs de vision.

« C’est moi, désolé… »

Il se passa la main sur son visage tendant de remettre de l’ordre dans ses idées mais il en était simplement incapable.

« Je… »

Mais le reste de sa phrase resta littéralement coincé dans sa gorge. Pourtant il avait envie d’en parler, mais était-ce judicieux d’en discuter avec lui en particulier ? Uga l’aurait probablement écouter, peut-être lui aurait-il glisser un conseil timide et incertain…Nail et Seth se serait probablement foutu de sa gueule avant d’essayer de jouer les entremeteurs idiots…Kames il aurait été franc, direct, lui aurait surement dit que ce n’était pas une bonne idée ou encore qu’il devait en parler avec Tumaini directement et que lui ne serait d’aucune aide. Quant à Thi…Nulle doute qu’il aurait préféré ne pas voir ce genre de situation naître au sein de son unité.

Il soupira de plus belle. Basculant en avant pour se rassoir et amener ses genoux contre lui, il posa sa tête sur ceux-ci. Là tout de suite, il se disait qu’un autre verre n’aurait probablement pas été de refus.
Kafele ne supportait pas le mensonge, et c’était bien pour ça que lorsqu’il se retrouvait face à une situation qui pourrait possiblement l’obliger à mentir, il préférait simplement ne pas en parler. Mais maintenant ?

« Je »

Recommença-t-il, se crispant légèrement pour s’obliger à finir sa phrase cette fois.

« Je n’arrive plus » il inspira…Souffla l’air et le reste de ses mots « à te voir comme un frère »

Posant ses yeux sur Tumaini, il espérait que celui-ci comprendrait directement là où il voulait en venir mais s’inquiétait qu’au contraire, il prenne cette phrase dans un tout autre sens, alors il enchaîna avant que la colère ne monte dans l’esprit de celui-ci.

« J’ai fait d’autres rêves »

Il ne précisa pas qu’il évitait systématiquement de se retrouver dans la salle d’eau en sa présence, qu’il évitait le moindre tête à tête, et beaucoup d’autres habitudes qu’il avait changé. Il détourna le regard, se releva soudainement.

« Et s’il n’y avait que ça je pourrais gérer »

Groga-t-il plus pour lui-même que pour Tumaini, il s’en voulait, terriblement, il avait la sensation de briser quelque chose, de trahir ses frères pour des choses futiles, se concentrer sur la guerre, leur combat, voilà ce qu’il aurait du faire et ce qu’il devrait toujours faire…Mais il n’y arrivait pas, du moins, pas en permanence.
A présent debout, il s’apprêtait à reprendre la route vers la ville mais ne supportait pas l’idée de laisser Tumaini derrière lui après ce qu’il venait de lui dire, alors il se retourna, esquissant son sourire bienveillant.

« C’est pas ton problème d’accord ? » Dit-il simplement pour le rassurer « c’est le mien et je vais gérer ça. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mar 17 Mai - 8:07


Tumaini se sentit de plus en plus coupable lorsque ses excuses n’arrachèrent qu’un soupir à son frère. Celui-ci se laissa tomber sur le côté mais le soldat n’osa se relever, se contentant de le suivre du regard en gardant ses mains plaquées sur sa stupide bouche.
Kafele s’excusa à son tour mais Tumai se doutait que c’était juste pour qu’il se sente moins coupable. Ce dernier avait l’habitude des moqueries de ses frères et même si c’était souvent eux qui s’amusaient à pousser le bouchon trop loin, Kafele finissait toujours par s’excuser de s’être énerver, ou du moins se sentir coupable. C’était de pire en pire. Après l’avoir vexé il allait maintenant le faire se sentir mal de s’être vexé. Sentant qu’il ne faisait que gaffe sur gaffe Tumaini se força d’arrêter de faire ou de dire quoi que ce soit.

L’autre tenta de reprendre la parole, de se justifier peut-être, mais il sembla hésiter et avoir du mal à sortir les mots. Tout cela ne sonnait pas bien aux oreilles de son frère qui voulu le couper, lui dire qu’il n’avait pas à se justifier, que c’était lui qui était allé trop loin cette fois. Mais ses mains sur sa bouche lui rappelèrent qu’il avait estimé avoir fait assez de dégât pour l’instant. Lorsqu’il n’avait toujours pas comprit ce qui avait pu blessé autant son frère, ne rien dire restait encore la stratégie la plus sûre.
Il écouta alors Kafele lutter avec ses mots en bataillant lui même avec sa culpabilité et sa colère contre lui-même. Il avait fait attention toute la journée et il avait fallu de quelques phrases de Kafele pour le faire s’effondrer comme un faible. Un sourire de Kafele pour qu’il se mette à se bagarrer. Un baiser pour qu’il se remette à se moquer, et a le blesser. Si cela avait été un autre de ses frères, il se serait excusé platement en passant à autre chose, aurait grogné d’un air bougon, aurait continué de rire ou se serait simplement en allé pour laisser le temps calmer les tensions. Mais Kafele ne méritait aucun de ces traitements. Lui qui était si doux, si généreux et attentionné ne méritait pas d’être constamment taquiné mais encore moins d’être malmené. Tumaini savait qu’il aurait dû le consoler, le rassurer, le détendre et le faire sourire. C’était bien ce qu’il voulait faire mais il ne savait pas du tout comment s’y prendre.

La phrase de Kafele tomba dans son coeur comme une pierre. Ne plus le voir comme un frère ? Pendant une seconde il sentit une main glacée serrer sa poitrine. Il savait qu’il avait merdé, mais à ce point ? La panique avait commencé à naître en lui lorsque son frère s’empressa de préciser sa pensée.
D’autres rêves ? Un peu chamboulé, Tumaini du prendre quelques secondes avant de comprendre de quoi celui-ci parlait. Il se remémora un des seul dont il lui avait parlé et le sujet même de sa mauvaise plaisanterie, mais il dû prendre encore un peu de temps avant de comprendre en quoi cela pouvait affecter leur relation de frère. Puis il comprit.
Enfin, comprendre était un grand mot car le soldat avec toujours eu du mal à discerner cette étrange limite que tous semblaient avoir dans leur esprit. Celle d’un amour qui se voulait différent de celui qui les unissait entre frère. Celui qui animait les coeurs des hommes lorsqu’ils voyaient passer devant leurs yeux l’objet de leur désir. Tumaini lui l’associait au désir charnel mais Nail avait un jour tenté de lui expliquer qu’il pouvait y avoir bien plus que ça.
Mais qu’y avait-il d’autre ? Qu’y avait-il de si terrible qui semblait faire souffrir son frère ? Qu’y avait-il se si important pour cela brise l’amour et la confiance qu’ils se portaient entre frères ? Qu’avait-il fait à ce pauvre Kafele pour le mettre dans un état pareil ?
Tumaini chercha avidement dans sa mémoire à la recherche de ses potentielles erreurs mais il ne trouva pas grand chose. Il se rendit surtout compte que tout ce temps, cette histoire de rêve et de douche lui était complètement sortit par la tête. Il l’avait accepté et avait continué de vivre comme à son habitude sans se douter que cela aurait changé quelque chose pour Kafele. Et était-ce réellement à cause de ce moment ? Lorsqu’il avait osé se toucher devant lui ? Il n’en voulait pas à son frère d’avoir apprécier le spectacle maintenant qu’il savait qu’il appréciait les hommes. Il ne lui en voulait même pas de fantasmer de lui dans ses songes. Mais cet autre chose que son frère appela “son problème”, sur lequel il ne parvenait pas à mettre le doigt l’inquiétait.

Se rendant compte que Kafele s’était relevé et avait commencé à s’éloigner en lui demandant de ne pas se soucier de ses sentiments, Tumaini se redressa en sursaut et le rattrapa immédiatement par le bras pour l’empêcher de s’en aller.

- Hey, non. rappela-t-il a l’ordre d’un air sévère. Tu n’arrives peut-être plus à me voir ainsi mais je reste toujours ton frère. Ton problème, c’est mon problème, okay ?

Car si Tumaini ne comprenait pas grand chose à ces histoires d’amour, il en était un dont il ne douterait jamais et c’était l’amour qu’il portait pour ses frères. Un amour inconditionnel forgé toutes ces années dans la douleur, la peine, le sang mais aussi petit à petit la joie et les jeux, la rivalité et la complicité. Un qui, pour lui en tout cas, ne pouvait être ébranlé par quoi que ce soit. Il tuerait pour eux et dans la guerre cela était monnaie courante. Il mourrait pour eux et pour l’instant il espérait que tous échappe à ce devoir pendant encore beaucoup d’années. Il ne les laisserait jamais se battre seul, sur le champs de bataille comme ailleurs, alors il serra un peu plus le bras de Kafele pour lui faire comprendre qu’il n’irait nulle part. Il ne pouvait pas lui demander de l’abandonner dans ses propres tourments.

- Qu’est-ce que… Qu’est-ce que je peux faire pour t’aider ? demanda-t-il alors avec douceur mais aussi une certaine faiblesse.

Il voulait tant l’aider, le rendre heureux, le soulager mais il avait finit par comprendre qu’il ne savait pas du tout quoi faire ou ne pas faire. Devait-il éviter de se montrer nu mais surtout de se toucher devant lui ? Tumaini ne se souvenait de toute manière pas en avoir eu l’occasion et il se rendit seulement compte que peut-être Kafele avait déjà fait cet effort tout seul. Devait-il arrêter complètement de se moquer de lui, peu importe le sujet ? Cela allait être difficile mais il préférait de loin moins s’amuser chaque plutôt que je continuer à tourmenter Kafele. Qu’en était-il de Seth et de Nail ? Il était prêt à leur botter les fesses et a leur faire fermer le clapet à la moindre remarque déplacée si c’était bien celles-ci qui blessaient tant son frère. Devait-il… éviter de le toucher ? Comme il tenait actuellement son bras dans sa main ? Tumaini hésita à le relâcher, craignant que Kafele insiste pour ne pas le laisser l’aider.

Car même si Kafele était le plus généreux de tous, toujours prêt à aider, rassurer et tendre service, il avait aussi sa stupide fierté qui le poussait a ne pas autant en demander qu’il en donnait. Tumaini lui n’avait rien à dire en terme d’égo car il avait probablement le plus grand de la fratrie mais lui n’était pas de nature très serviable. Il le savait cette fois, s’il voulait que Kafele le voit, il devait parvenir à lui faire comprendre qu’il avait réellement l’intention de l’aider. Que ce n’était pas simplement par culpabilité de l’avoir vexé ou par pitié de le voir tout chamboulé. Il était son frère et si quelque chose le faisait souffrir, Tumaini était bien décider à le combattre avec lui.

Alors comment lui faire comprendre que pour lui, rien ni personne ne saurait bafouer ou affaiblir l’amour qu’il portait à son frère ? Que rien ni personne n’avait le droit de vouloir les séparer, ni même Kafele ? Ce combat, cette gêne, ces tourments, cette douleur, il aurait voulu les partager avec lui pour pouvoir les sentir, les voir, les comprendre et les affronter ensemble. Avec Seth et Nail, Tumaini n’avait jamais eu l’impression de rater quelque chose lorsqu’il les écoutaient parler encore et encore de choses qui ne l’affectait pas, mais Kafele… Il ne pouvait simplement pas le lâcher. Il ne pouvait pas le laisser seul avec ce poids, surtout en sachant que c’était probablement lui qui l’avait mit là. Il le serra un peu plus en s’approchant de lui.

- Et si… je… commença-t-il mais avant même de dire ou de savoir ce qu’il allait proposer, ses lèvres avaient retrouver le chemin de celles de Kafele.

Ses mains vinrent immédiatement enlacer la tête de son frère pour l’empêcher de prendre peur et de le fuir. Un morceau de son cerveau lui murmurait qu’il était probablement en train d’aggraver son cas et que jusqu’ici s’éloigner semblait plutôt avoir été la solution qu’avait préféré Kafele. Mais il avait besoin qu’il comprenne que lui n’avait pas l’intention de le laisser s’éloigner. Qu’il sente que cet amour qui lui portait se fichait bien de ses doutes, de ses craintes et de ses complexes. Qu’il serait toujours là pour lui et qu’il pouvait lui demander n’importe quoi, n’importe quand.
Il n’y avait jamais vraiment eu de lien entre ses désirs charnels et son affection, mais ses frères eux avaient toujours eu la place la plus importance dans son coeur. Et s’il devait offrir son corps à Kafele pour que celui parvienne à le garder dans le sien, il s’en fichait complètement. Tout cela pour lui n’avait pas d’importance ou du moins pas de différence. S’il le taquinait, c’était pour le voir rire et rougir, s’il veillait sur lui c’était pour s’assurer que rien ne viendrait le faire souffrir, s’il s'entraînait avec lui c’était pour le rendre fort et fier et s’il l’aimait c’était dans l’espoir de le rendre heureux. Alors pourquoi ce baiser serait-il différent ?
Sans s’en rendre compte, Tumaini s’était laissé emporté par son amour et sa passion, son désir de contenter son frère. Ses lèvres chaudes n’avaient toujours pas quitté son frère et l’avait même incité a lui ouvrir la porte pour laisser sa langue venir caresser la sienne dans une danse à la fois douce et endiablée. Il pouvait sentir que ses efforts envoûteraient l’esprit de son frère un temps mais titilleraient aussi la bête que Kafele s’efforçait d’enfermer en lui. Mais il s’en fichait. Il avait l’impression de le taquiner comme il l’avait toujours fait mais cette fois de sa langue et de ses lèvres plutôt que de ses mots. Tester ses limites et attendre sa réaction avec impatience et excitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mar 17 Mai - 8:58


Il eut la sensation de sentir un courant électrique lui traverser le bras lorsque la main de son frère l’empêcha d’aller plus loin. Il s’en voulait d’avoir partagé ce fardeau, de lui avoir dit qu’il ne le voyait plus comme un frère, il savait parfaitement l’importance que leur petite famille représentait aux yeux de Tumaini. Il l’avait vu aujourd’hui, l’amour inconditionnel qu’il pouvait leur porter, il l’avait vu dans cette crainte qui l’avait meurtri et lui venait d’en ajouter une nouvelle couche en lui disant qu’il ne le regardait plus de cette manière.
Son sourire ne put s’empêcher d’apparaitre lorsqu’il l’entendit lui dire qu’il resterait toujours son frère, au-delà du terme employé, il savait ce que cela voulait dire. Peu importe comment lui il le regarderait, peu importe le nombre de rêve qu’il ferait, peu importe qu’il puisse le désiré ardemment, Tumaini serait toujours là, à surveiller ses arrières sur le terrain et à l’emmerder lorsqu’ils seraient de repos.

Son étreinte se serra légèrement et il posa les yeux sur cette main qui lui maintenait le bras. Suivant le dessin de ses muscles jusqu’à son épaule, sa nuque…Sa bouche…Merde, il recommençait, c’était à peine s’il venait d’écouter ce que le soldat venait de lui demander. Que pouvait-il faire pour l’aider ? Pas grand-chose, rien du tout à vrai dire. Ne pas changer ? Changer ? Il estimait qu’il ne pouvait pas demander quoi que ce soit à Tumaini pour l’aider à supporter le point de ses sentiments et de son désir. C’était réellement son problème à lui et la seule chose qu’il pouvait faire, c’est d’être là…
C’est là qu’il le vit avancer, qu’il entendu le dernier murmure et qu’il senti la pression de sa bouche contre la sienne. Il mit quelque seconde à comprendre, son cœur s’affolant dangereusement, incapable de réfléchir, il avait voulu se soustraire à ce contact mais les mains de Tumaini avait délaissé son bras pour son visage.

Il était certain qu’il pourrait sentir la chaleur qui l’envahissait, et plus le temps passait, moins il avait envie de se défiler. Est-ce qu’il respirait encore ? Il l’ignorait, avait-il fini par fermer les yeux ? Oui et cela ne l’aidait en rien à retrouver le chemin de la raison.
Se perdant littéralement dans ce contact aussi inattendu, le fourmillement de ses jambes lui donnait l’impression qu’il allait défaillir à chaque moment. Il tressaillit en sentant le contact de sa langue passant la frontière de sa bouche mais il l’accompagnait déjà avant de penser que tout ça allait déjà beaucoup trop loin.

Et si…Juste une fois…Une seule fois, pour décharger tout ça, peut-être que ça suffirait, peut-être qu’il pourrait passer à autre chose après.

Une voix au fond de lui aurait voulu lui dire que cela n’arrangerait absolument pas les choses, que succomber à cette tension ne ferait qu’allumer un feu qui n’était qu’une braise pour le moment. Et que lorsque l’incendie serait déclaré, il serait trop tard pour faire marche arrière. Mais cette voix, il l’ignorait, sciemment. Là tout de suite, il donna raison au moquerie de Tumaini…Là tout de suite, il en profita, simplement. Parce qu’il en avait envie, parce qu’il n’aurait probablement jamais une autre chance…

La réponse à ses baisers se fit plus intense, presque plus brutal, comme s’il menait un tout autre combat alors que ses bras se posèrent sur ses épaules et entourait sa nuque. Il l’attirait un peu plus contre lui, lui laissant tout le loisir de sentir de sentir ce que sa présence, et sa bouche étaient capable de faire vivre à son corps. Une main à la naissance de ses cheveux alors que l’autre se glissait sous ses vêtements pour sentir le rythme de sa respiration sous ses doigts, la chaleur de sa peau, le dessin de son corps. Se baladant sur son torse, il rompit leur baiser uniquement parce qu’il avait besoin de respirer. Son nez caressant encore celui de Tumaini, les yeux toujours clos, ses joues rouges et le souffle court, voilà le pouvoir qu’il avait sur lui.
Ses paupières s’ouvrirent, s’autorisant dans un élan de courage à regarder Tumaini, une erreur peut-être, à l’instant où il le vit si proche de lui, ses doigts se crispèrent contre son torse et sa nuque et il eut un doute, une seconde d’hésitation mais il ne se détacha pas de son emprise, ses yeux verrouiller dans les siens.

« Tumaini… »

Il lui demandait muettement son approbation, était-il certain de ce qu’il faisait, en avait-il seulement l’envie et faisait-il cela uniquement pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mar 17 Mai - 13:40


Il le sentit paniquer doucement sous ses mains et ses lèvres mais au lieu de se sentir coupable de l’emprisonner, Tumaini se sentit seulement doucement amusé, comme s’il n’avait rien fait de plus que de le coincer pour le chatouiller contre son gré. Comme toujours, il prenait le dessus, imposant cette passion chaude a Kafele qu’il le veuille ou non et qu’il se l’autorise ou pas. Il lui offrait cette aventure passionnée comme un cadeau, un jeu complice, un geste rassurant pour lui dire et lui montrer qu’il n’avait pas a avoir peur ou a se sentir gêner car pour Tumai ce baiser était bien moins déplaisant que de faire souffrir son frère. Pas déplaisant du tout même.
Il pouvait sentir la chaleur tremblante des lèvres de Kafele et le sentir doucement lui céder et lui répondre étira ses lèvres d’un sourire satisfait. Il ne savait toujours pas si ce qu’il faisait n’allait pas aggraver les choses au long terme mais il savait au moins qu’il avait réussi a lever un temps les angoisses et les entraves que Kafele imposait a son désir. Il le laissa en profiter au maximum, se retenant de rire en sentant ses mains venir chercher le contact de sa chair sous ses vêtements et l’encouragea même en ne laissant jamais leurs lèvres se séparer une seule seconde.

Il découvrait la une toute autre facette de la personnalité de son frère a l’humeur changeante. Ce n’était ni le jeune adolescent maladroit, ni le tueur de sang froid qu’il pouvait sentir brûler contre lui. Il rencontrait la un tout au homme, plein d’envies, de désir, de passion, d’espoirs, d’appétit et d’audace, et celui-ci lui plaisait beaucoup. Ce serait mentir de dire qu’il ne se sentait pas fier d'être le premier et probablement le seul de ses frères a observer un tel Kafele.
Savoir que ses frères seraient complètement choqués et révoltés s’ils les voyaient s’embrasser ainsi avec passion et indécence aurait du le retenir un peu, lui qui était si enclin a suivre les règles et qui ne laisserait rien venir mettre en péril le lien qui unissait leur fratrie. Mais il s’amusait bien trop pour laisser l’écho des regards horrifiés et sévères venir gâcher ce moment.
Il put sentir son torse se remplir de joie lorsqu’il sentit l’entrain de son frère se faire de plus en plus intense et fort au point qu’il ne pensait plus pouvoir l'arrêter même s’il l’avait voulu. Lui qui était fuyant et évitant même jusque dans sa façon de battre, il n’avait fallu qu’il lui ouvre la porte pour qu’il s’y donne avec une passion grandissante et sans limite. Tumaini enviait ce plaisir qu’il pouvait lire sur le visage abandonné de son frère et les frémissements de son corps contre le sien. Dans ce jeu qu’il avait lancé, il pouvait sentir que pour une fois il n’était pas celui qui en profiterait le plus mais il lui accorderait la première place avec plaisir, pour ce soir. Après tout c’était leur anniversaire et il offrirait bien ce cadeau a Kafele.

Alors qu’il se séparèrent enfin pour reprendre leur respiration, il pouvait sentir l’anticipation de cette idée venir animer son corps de devoir et d’excitation, comme ses muscles se crispant doucement a la promesse d’un affrontement prometteur. Mais une lueur d’hésitation passa dans les yeux de Kafele qui n’osa ni s’éloigner, ni replonger dans leur baiser. Au lieu de cela, il l’appela doucement, ses yeux dans les siens, lui demandant silencieusement la permission d’aller plus loin.
Et alors que Tumaini ne pensait pas du tout devoir réfléchir pour la suite du programme, il sentit la question de Kafele faire écho dans son esprit. Était-ce ce qu’ils étaient en train de faire ? Aller plus loin ? Ils savaient tous deux qu’une fois qu’ils auraient franchit ce seuil ils ne pourraient plus revenir en arrière, même s’ils se contentaient seulement de cette fois. Mais Kafele en avait tant envie, tant rêvé et Tumaini pu sentir que a cet instant il sentirait très déçu de ne pas faire les choses jusqu’aux bouts. Alors pourquoi réfléchir ? Pourquoi toujours se poser des questions alors que leur corps eux n’avaient qu’un seul désir ?

- Quoi ? Peur de passer a la réalité ? le nargua-t-il doucement, le souffle encore court de l’avoir tant embrassé. Il s’en inquiéta presque, trop désireux de réussir son coup. Il ne se rendait même pas vraiment compte qu’il faisait cela pour Kafele mais aussi pour lui et pour se donner la satisfaction de pouvoir lui offrir un des meilleurs cadeaux d’anniversaire de toute sa vie. Il ne voulait pas y renoncer, même malgré les hésitations de son frère et vint embrasser ses lèvres a nouveau pour tenter de chasser ses doutes. Il laissa ses lèvres charnues et sa langue chaude glisser le long  de sa mâchoire jusqu'à sa nuque.

- Je viens te chercher Kafele… Ne me laisse pas tomber. Susurra-t-il d’une voix provocante et indécente a son oreille en se rappelant du peu qu’il connaissait des rêves de son frère.
Il aurait voulu en savoir plus et s’amuser a coller parfaitement a la vision fantasmée qu’il avait de lui pour être sur de le satisfaire et de ne pas se louper, mais il du se reposer sur sa propre imagination et créativité. Choses qui en la matière avait tendance a cruellement lui manquer malheureusement.
Mais abandonnant son propre manque d’inspiration, il se prêta a l’exercice de se plonger dans l’esprit curieux et pervers de son frère a la recherche de ses songes humides. Il glissa une main sur le dos brûlant de Kafele en caressant ses muscles tendus et vint suive la courbe de ses lombaires jusqu'à deviner celle de ses fesses. Découvrir si librement son corps mais aussi avoir le sentiment de pouvoir tout se permettre l’amusait et l’excitait au plus haut point et il ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire carnassier alors qu’il prit de plus en plus de liberté. Poussant le bas du dos de Kafele avec sa main pour l’obliger a se coller a lui, il vint maintenant presser son autre main sur son ventre et glisser doucement sous sa ceinture. Alors qu’il effleurait très légèrement du bout des doigts l’intimité de Kafele, il revint chercher ses lèvres et son regard, juste pour profiter pleinement de sa réaction et se délecter de voir si oui ou non, il était prêt a le laisser faire tout ce qu’il voulait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mar 17 Mai - 17:58


En l’écoutant ainsi le nargué, il se mordit la lèvre. Oui, il avait peur de passer à la réalité, peur de se rendre compte qu’il en voudrait toujours plus que ce qu’il pouvait demander à Tumaini mais il était incapable de raisonner correctement à l’instant où il reposa ses lèvres généreuses sur sa peau. Comment pouvait-il seulement réfléchir alors qu’il le mettait littéralement au supplice ? C’était à peine s’il se rendait compte qu’il était dans une ruelle certes, déserte, mais qui pouvait ne plus l’être à tout moment. Les autres pouvaient être déjà à leurs recherches qu’il ne s’en souciait déjà plus. Une partie de ses pensées ne cessaient pourtant de lui crier que ce qu’il était en train de faire n’était que pure folie mais c’était bien trop bon pour qu’il puisse y luter. Il comprenait presque les raisons pour lesquels Nail et Seth ne pouvaient s’empêcher de courir après les filles dès qu’ils avaient un peu de temps libres. Il vivait en enfer depuis tant d’année qu’il était incapable de s’imaginer qu’il pouvait toucher du doigt quelque chose de nettement plus agréable…Et que ce moment n’appartiendrait qu’à lui…Qu’à Tumaini…Qu’à eux deux.

A chaque parole il avait la sensation qu’il allait exploser, que son cœur cognerait si fort dans sa poitrine qu’il finirait par lui briser les côtes. Il s’amusait, littéralement, ne semblait aucunement dégoutté ou forcé, cette situation semblait plaire au soldat. Il rougissait de plus belle, avait même laissé passer un hoquet de surprise et de plaisir rien qu’en l’entendant susurrer ainsi à son oreille…

« Tais-toi »

Suppliait-il mais cette fois-ci ce n’était pas parce qu’il était blessé ou meurtri, cette fois-ci c’était parce qu’il ne s’était jamais senti autant à la merci de quelqu’un et que la moindre de ses paroles nourrissait son excitation et par conséquent, ses rougissements. Sa voix avait n’avait été qu’un murmure gorgée d’excitation au moins autant que ne l’était son intimité. Il sentit sa main dans son dos, son corps se coller à lui, Tumaini prenait littéralement le contrôle de la situation et il paniquait intérieurement. Mais pas le genre de panique qui donne envie de fuir.
Un nouveau souffle profond quitta sa gorge lorsque son érection fut à peine effleurer. Il tourna la tête sur le côté, évitant ainsi les lèvres du soldat mais surtout, évitant son regard. Il respirait, profondément, semblait constamment chercher son souffle avant de s’autoriser un regard vers Lui. Bien que sa main pouvait avoir une idée plus que palpable du désir qui animait le corps de Kafele, son regard exprimait cette passion qu’il essayait désespérément de réprimer sans vraiment y parvenir.

Il donna un léger coup de rein, cherchant un peu plus le contact de ses doigts contre son corps, il le voulait, en avait terriblement envie et avait atteint le point de non-retour. Ce petit jeu ne prendrait pas fin avant qu’il ne soit rassasié. Les mains de Kafele agrippèrent sa nuque alors qu’il plaqua ses lèvres contre les siennes, sa langue venant déjà réclamer une danse dans sa bouche. S’il devait être jugé ou puni pour ce qu’il faisait, il préférait en avoir profité jusqu’au bout. Ses mains délaissèrent la nuque de Tumaini pour se glisser ses vêtements, qu’il arrachait tout simplement. Il n’avait guère l’envie de chercher à défaire ceux-ci normalement, de toute façon, ses mains tremblaient bien trop pour qu’il puisse y arriver. Découvrant le torse du soldat, sa bouche abandonna la sienne pour mieux goutter à la peau mate de celui-ci. Lui mordant légèrement l’épaule lorsque ses dents se mêlèrent à ses baisers dans un accès de passion.

« On peut pas… » Murmura-t-il en revenant à la courbe de sa nuque, remontant à ses oreilles pour murmurer le reste de sa phrase « faire ça ici », agrippant la frontière de son pantalon pour l’attirer une nouvelle fois à lui, il lia leur bouche, le sol semblait disparaitre sous eux le temps d’une seconde à peine pour sentir à nouveau quelque chose de palpable sous leur pied. Il ne les avait pas emmenés bien loin. Seulement sur le toit des demeures de cette rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mar 17 Mai - 21:03


A chaque pique, chaque baiser, chaque geste, il testait sa réaction pour pouvoir épier un peu plus l’ampleur du désir que Kafele avait gardé enfoui en lui. C’est avec amusement, fierté et joie qu’il découvrait que celui-ci ne semblait pas avoir de fond. Il se sentait a la fois comme un explorateur découvrant de nouvelles terres mais aussi comme un Dieu qui pouvait les façonner a sa façon, d’un simple geste.
Habituellement il adorait taquiner Kafele pour le voir se débattre, se défendre et généralement finir par perdre mais la, bien que son frère luttait sans y parvenir contre ses pulsions, il n’avait pas du tout l’impression de le voir perdre. Au contraire, il était surprit et émerveillé des sonorités si chantantes de ses souffles, de l’ardeur puissante qu’il pouvait sentir du bout de ses doigts et de l’avidité qui animait un peu plus son corps et ses gestes a chaque seconde.
Kafele riposta contre les petits jeux et défis de son frère, non pas en s’éloignant mais en venant lui-même réclamer le contact plus assumé de sa main contre le coeur de son désir charnel.

Tumaini dut retenir un hoquet surprise et un mouvement de recul, aidé des mains et des lèvres de Kafele qui le rappelèrent a lui. Il pouvait la sentir entièrement a présent, cette passion chaude et frémissante contre sa paume. Il l’enserra mais avec une certaine fébrilité, intimider de réellement toucher le manche d’une arme autre que la sienne. Mais il pouvait sentir Kafele vibrer au moindre de ses contacts et en demander plus encore. Pouvait-il vraiment dire que cette arme n’avait pas sa place dans sa main ?
Alors il l’empoigna avec douceur mais fermeté, faisant tendrement connaissance avec cette partie de Kafele que celui-ci avait jusqu’ici gardé pour lui. Fasciné, il en oublia complètement que le guerrier lui arrachait littéralement les vêtements avec des gestes impatients. Il grogna de surprise et légèrement de reproche lorsque celui-ci se permit même de venir goûter avidement a la chair de son épaule. Tant de gestes qui lui criait qu’il avait envie de lui et ce qui jusqu’ici l’avait emplit d’une certaine fierté commençait doucement a l’intimider.
Lorsque Kafele lui souffla fébrilement qu’ils ne pouvaient pas faire ça ici, son cerveau l’encouragea a plaisanter, lui demander si son désir ne pouvait simplement le pousser a faire fie de tout le reste mais au lieu de ça il acquiesça, sans savoir s’il était d’accord ou s’il s’était mit a obéir. Il se laissa tirer puis emporté ailleurs dans un baiser. Le vent frais sur sa peau lui indiqua que son frère n’avait pas choisit de partir bien loin, simplement hors de la vue de tous.

- Kaf’ je… souffla-t-il en se séparant de lui mais avant de trouver quoi dire il s’était simplement replongé contre ses lèvres. Il sentait le besoin de reprendre le contrôle, de trouver quelque chose a dire, de savoir ou ils en étaient, ou ils se dirigeaient ensuite mais Tumaini se rendait compte qu’il ne parvenait plus lui-même a résister a l’appel de la chair, a la chaleur du corps de Kafele et a la douceur de son membre tendu.
Alors il reprit le dessus mais cette fois littéralement en le faisant basculer et tomber sur le sol avec une certaine brusquerie simplement pour se sentir encore un peu au contrôle de la situation. Il ne pouvait se contrôler lui-même mais il pouvait contrôler Kafele en le plaquant au sol d’un baiser puissant et en serrant un peu plus fort son extrémité sensible.
Il quitta rapidement ses lèvres mais ne le laissa pas se redresser en le poussant a rester au sol en serrant sa gorge de son autre main après avoir écarté la paroi de tissu qui le séparait de sa peau brûlante. Il embrassa son corps, ses muscles et descendit lentement a chaque baiser jusqu'à ce qu’il soit obligé de lâcher sa trachée pour se contenter d’appuyer sur son torse pour l’inciter a rester allonger.
Son autre main quitta enfin le membre brûlant de Kafele mais seulement pour venir le libérer a l’air libre en défaisant sa ceinture et en tirant son vêtement vers le bas. Son mat se dressait avec tant d’avidité qu’il semblait appeler ses baisers. Tumaini déglutit en le dévorant d'abord des yeux, sentant au fond de lui qu’il n’avait qu’une seule envie : céder. Mais comment pouvait-il le désirer tant alors qu’il n’en avait jusqu’ici jamais eu l’envie, il n’en n’avait jamais rêvé, ni même songé ? Il pouvait se sentir trembler de désir et d’appétit mais n’était-ce pas Kafele, dans l’histoire, la victime de ce genre de tourment ?
Il voulu la dévorer, l’englober de ses lèvres et sentir la chaleur lui brûler la bouche mais au lieu de cela il vint doucement approcher son visage et l’effleurer de sa joue, commençant un longue et patiente caresse de sa langue du fondement de son anatomie jusqu'à sa pointe. Juste pour voir s’il pouvait encore se contrôler et énerver un peu plus la bête en lui pour mieux la sentir et tenter de la comprendre. Sa main libre vint vérifier ce que son corps avait traduit des ordres de l’animal affamé en lui et put sentir que son avidité était tout aussi prononcée que celle de son frère.
Encourager par ses propres désirs, il finit par céder, offrant enfin la caresse de l’intérieur de sa bouche a Kafele alors qu’il venait doucement imiter ses mouvements entre ses propres jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mer 18 Mai - 5:04

« Qu’est-ce que »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il se trouvait déjà à terre, une douleur avait irradié une partie de son dos et il grogna de plus belle. Son corps luttait contre l’envie de simplement se laisser faire et l’envie de reprendre le dessus et le contrôle sur la situation. Il avait cru, une minute plus tôt, que Tumaini mettrait fin à leur échange mais c’était pour mieux s’y abandonner, continuant à rendre certains de ses songes plus réels encore. Il cherchait à nouveau le contact de sa bouche et c’était bien pour cette raison qu’il avait tenté de se relever mais une force contre sa gorge l’obligeait à rester allonger le sol et subir. Une situation qui lui offrait un explosif mélange d’excitation et de panique. Aucun homme n’était habitué à perdre le contrôle et à se sentir ainsi dans une position de faiblesse et le soldat en lui tentait de se détacher de cette prise. Il essaya, mais à chaque fois Tumaini le repoussa, le forçant à rester à terre alors que ses lèvres fiévreuse parcourait son corps.

Alors il tenta de contrôler ses souffles, sa main se posant sur celle qui empoignait sa gorge pour demander muettement de le libérer, non pas pour qu’il puisse fuir mais bien pour pouvoir respirer plus facilement car sa bouche parcourant sa peau rendait la tâche de plus en plus compliqué. Il descendait, inexorablement, forcé de quitter son cou. Sentant l’air frais de la soirée se poser sur sa peau brûlante, il compris qu’il était à présent plus que dénudé sous les yeux de Tumaini. Il releva légèrement la tête à défaut de pouvoir se rasseoir et ce qu’il vit amena un nouveau afflux de sang entre ses jambes. Il n’allait pas ?

Mais à peine cette pensée avait franchit le seuil de son cerveau qu’il le prit en pleine bouche après l’avoir cruellement titiller. Il se laissa retomber sur le sol, poussant son premier véritable gémissement. Il se frotta les cheveux et le visage d’une main, descendant légèrement pour rejoindre celle encore poser sur son torse. Il suivit le chemin, jusqu’à la tête de Tumaini et il glissa ses doigts dans ses cheveux. Il lui laissa tout le loisir du rythme et de l’intencité, appréciant simplement de pouvoir sentir sous ses doigts chacun de ses mouvements. Sa respiration était plus que compliquée, profonde, rauque et saccadé. Des vagues de plaisirs s’accompagnait de ses râles lorsqu’il pouvait sentir le mouvement de sa bouche et les caresses obscènes de sa langue contre sa verge. Ses yeux fixèrent une seconde les étoiles au-dessus d’eux, uniques témoins de leur ébat.

Aucune de ses songes ne l’avait préparer aux émotions qui le submergea en cet instant, à cette sensation pure et intense de bonheur, d’excitation, de désir et de passion. Là en cet instant, il oubliait les attrocités de sa vie, la dureté de la guerre, il n’y avait plus que lui, Tumaini et les étoiles.
Une nouvelle vague de plaisir intense le submergea et un moment de panique lui donna la force nécessaire pour se relever. Se rassoir et obliger Tumaini à quitter son intimité. Il avait cru qu’il viendrait et ne souhaitait nullement infliger cela à son amant sans au moins le prévenir mais à vrai dire, il ne le prévint pas. A la seconde où il le vit, il captura ses lèvres sans se soucier de savoir où se trouvait sa bouche une seconde plus tôt.

Ce n’est que lorsqu’il se sépara de ses lèvres qu’il se pinça les siennes, rougissant de plus belle alors que sa main se posa sur sa nuque.

« J’allais… »

Mais il n’eut pas réellement le courage de terminer sa phrase. Sa main avait rejoint celle de Tumaini, contre son intimité. Il voulait le voir, il voulait l’entendre, ses soupires, son regard fiévreux. Enserrant légèrement l’érection du soldat, il esquissa un sourire satisfait à la sentir entre ses doigts si vigoureuse. Prenant le relais de ce qu’avait commencer Tumaini, il le fixait, évitant chacun de ses baisers, juste pour le plaisir de continuer à le regarder, de le rendre fou, de le pousser à bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mer 18 Mai - 15:08


Il put sentir sa chaleur l’envahir et embraser ses joues et son propre corps. Ses gémissements berçaient son esprit embrumé de plaisir et le remplissait de joie et de fierté. Les caresses de Kafele l’encourageaient plus encore que celles qu’il se donnait a lui même pour l’accompagner dans cette folle aventure. Dans ce mélange d’excitation, de plaisir et de passion, il ne parvenait même plus a savoir si c’était ses propres désirs qui le faisaient vibrer ou ceux de Kafele qu’il pouvait entendre raisonner dans la nuit. En cet instant il s'oubliait complètement pour ne faire qu’un avec lui, devenant l’objet de ses désirs et l’amant, a la fois maître et serviteur de son corps.
Il l’enveloppait goulûment comme si sa chair était la plus délicieuse des nourritures. Si vitale qu’il ne parvenait pas a s’en détacher une seule seconde. L'oxygène, l’eau et le pain pouvaient aller se faire foutre maintenant qu’il avait goûté a Kafele. Il pouvait sentir qu’il ne s’en lasserait jamais, en demandant toujours plus, toujours plus.

C’est Kafele qui le força a s'arrêter en se redressant soudainement. S’il avait prit le temps de l’observer, il aurait vu dans quel état il avait mit son frere. A bout de souffle, tremblant, il n’y avait dans son regard plus que le désir cru et avide de pouvoir en avoir un peu plus. Il vint lui offrir ses lèvres que Tumaini dévora avec autant voire plus d’appétit encore. Seulement désireux de pouvoir le goûter encore et encore il se fichait de ce qu’il avait a portée de main ou de bouche, tant que c’était Kafele. Il se sépara de lui pour échapper quelques mots mais Tumaini se pressait toujours contre lui, suppliant et assoiffé de la chaleur et de la douceur de son corps.

Mais Kafele avait d’autres idées en tête. Face au désir ardent de son frère, il vint prendre les choses en main en glissant ses doigts sur lui et l’obligea a délaisser ses lèvres pour cet autre plaisir. Tumaini lutta, tentant désespérément de retrouver le contact rassurant des lèvres de Kafele alors que celui de ses mains l’envahissait lentement d’une étrange panique. Il pouvait se sentir frissonner et trembler de tout son être, des crispations lui arrachant des grognements fébriles.

Alors qu’il aurait du s’enflammer de plus belle et gémir de plaisir comme Kafele avait pu le faire, Tumaini sentait un froid douloureux et effrayant l’envahir par vague. Il pouvait sentir que quelque chose n’allait pas mais tout ce que son esprit trouva a faire fut de continuer désespérément de chercher le contact chaud et rassurant de Kafele. Il l'enlaça avec force et même une certaine violence pour l’obliger a lui accorder un nouveau baiser. Il tenta de se jeter a corps perdu dans ce qui quelques instants auparavant avait su l’emplir de passion mais il ne parvenait toujours pas a chasser ce frisson d’horreur et cette douleur qui lui donnait l’impression que la main sur sa verge était faite de glace.
Il souffla, paniqué, suppliant, trop effrayé pour quitter les lèvres de Kafele mais toujours lentement torturé par ses gestes. Il ne voulait pas qu’il arrête, il voulait l’aimer, il voulait Kafele mais quelque chose en lui s’était soudainement mit a se débattre avec violence. Il voulu l’enfermer, fit tout ce qu’il pouvait pour l’apaiser et la tuer en la noyant de sa passion pour Kaf mais celle-ci se fit plus brusque encore, l’envahissant de hauts le coeur violents. Il résista aux deux premières mais la troisième fit naître en lui tant de peur et de dégoût qu’il cru qu’il allait vomir.  

Brusquement, il mit fin a leur baiser et agrippa violemment le poignet de Kafele pour ôter sa main de lui. Il hoqueta, encore habité par cette atroce nausée mais aussi son désir si insatiable pour lui. Des sentiments si contradictoires et si intense qui formaient en lui un maelström douloureux. Il ne comprenait plus rien. Il était si énervé contre lui même, si désespéré et dégoûté mais le frisson de panique intense qui était né a l’instant ou il avait sentit la main d’un autre sur son intimité n’avait cessé et continuait de l’écraser cruellement.
Après avoir arrêter son baiser désespéré pour Kafele, Tumai cru pouvoir reprendre son souffle et se calmer et ainsi apaiser son angoisse mais il se rendit compte que celle-ci persistait, le maintenant haletant et tremblant. Il serrait toujours le poignet de Kafele, l’interdisant de s’éloigner pour se persuader que ce n’était pas la fin de leurs ébats, qu’il se remettrait rapidement en selle. Mais un quatrième haut le coeur l’obligea a le lâcher pour plaquer ses mains sur sa bouche pour s'empêcher de répandre le contenu de son estomac rempli sur le sol.

Cette fois s’en était trop. Tumaini se releva subitement et s’éloigna de plusieurs mètres en tournant le dos a son frère. Ce n’était pas pour le chasser de son champ de vision mais bien pour empêcher Kafele d’assister a sa soudaine faiblesse. Ce frisson, cette douleur, ces vagues de dégoûts et d’horreur, il les connaissait. Et comme a chaque fois que ce sentiment atroce l’envahissait, sa main vint d’elle même venir effleurer la cicatrice triangulaire qui décorait le bas de son dos depuis l'âge de cinq ans.
Ce fut une erreur car a l’instant ou il put sentir le relief de l’ancienne blessure, une nouvelle vague le crispa et le fit tomber a genoux, lui arrachant un peu de nourriture régurgitée et quelques larmes d’horreur. La panique ne le quittait pas et elle su trouver son chemin jusqu’aux pensées affolées de Tumaini. Tout cela le hantait déjà bien assez dans ses songes, mais maintenant même lorsqu’il était éveillé ? Alors qu’il était avec Kafele ? Non pas ça. On ne pouvait pas lui gacher ce plaisir. Ce seul plaisir. Non. Tout mais pas ça.
Mais les frissons nauséeux de son corps ne voulaient rien entendre et il fut incapable même de se retourner vers Kafele pour le rassurer. Il savait ce que celui-ci risquait de penser et l’idée le révoltait. Il se fit violence pour tenter d’extirper des mots, juste quelques mots pour lui assurer que ce n’était pas lui mais tout ce qui sortait de sa gorge n’étaient que des souffles de panique. Il se sentait si désemparé, si honteux, si faible, si sale et si pathétique alors qu’il pouvait encore sentir la contradiction animer son corps de désir autant que de dégoût.
Il poussa un bref cri de frustration pour forcer sa gorge a se décoincer pour mettre immédiatement fin au supplice de Kafele faute de pouvoir atténuer le sien. Mais les mots qu’il voulu lui dire, les aveux, les explications refusaient de quitter son corps, lui arrachant des élans de nausées a chaque fois qu’il tentait d’en formuler.

- Ne… pars pas. Par pitié ne pars pas. furent les seuls mots qu’il parvint a souffler entre deux frissons.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Un an de plus   Mer 18 Mai - 16:13


Tout bascula, en quelques secondes, d’un intense bonheur mêlé à la passion, il se senti en total chute libre. Tombant dans une profonde et indescriptible dépression. Il l’observa, la culpabilité le noyant dans la seconde, lui donnant l’impression de manquer soudainement d’air mais ses souffrances semblaient rien à côté de ce qu’il avait sous les yeux. Il hésita, entre fuir ou rester, une partie de lui se sentait sombrer dans la honte d’avoir profité de lui et voulait juste partie aussi loin que possible, une autre était juste incapable de laisser tomber son frère dans cet état. Loin d’imaginer qu’il n’était pas la raison du soudain dégout de Tumaini, il s’imagine qu’il en était profondément la raison, cela lui brisait le cœur mais malgré ça n’avait pas d’importance, il pourrait le gérer se disait-il. Il avait juste été idiot, il pouvait pas se permettre d’emporter le soldat dans ses propres désirs juste parce que lui-même en avait terriblement envie.

Il se rhabillait lorsqu’il lui demanda fébrilement de ne pas partir. Malgré la douleur qui l’emplissait, il eut un petit rire, plus amère qu’il ne l’aurait voulu.

« Je vais nulle part »

Rassura-t-il, il ne lui en voulait, la seule personne qu’il haïssait en cet instant, c’était lui-même et personne d’autre. Et parce qu’il avait l’impression que c’était son contact qu’il l’avait amené dans cet état, il préféra malgré laisser Tumaini et ne pas s’approcher de lui. Pas sans qu’il ne lui demande oui lui fasse comprendre. En attendant, il réprimait simplement son désir d’effacer la douleur du visage de Tumai.
A défaut de pouvoir le prendre dans ses bras, il chercha un tout autre moyen de régler la situation, de le faire rire ou de ramener à lui le Tumaini qu’il connaissait bien. Il ravala sa propre souffrance, inspirant profondément avant de balancer en plaisantant :

« Ca se finissait pas vraiment comme ça dans mes rêves »

Passant ses deux mains sur sa nuque, il tenta de sourire mais c’était plus compliqué qu’il ne l’aurait voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un an de plus   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un an de plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Rp's spéciaux :: Flashback-