AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Burning rage, burning for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Burning rage, burning for you   Lun 23 Mai - 17:12



Réapparaissant au milieu de la grande chambre luxueuse drapée de soieries et parées de bijoux en tout genre, le soldat s’écroula sur un petite table basse en renversant le service a thé encore fumant. L’eau bouillante lui brûla la peau mais pas autant que la rage qu’il sentait brûler a l’intérieur de lui même au point de calciner ses entrailles et enflammer son souffle.

- Letti… LETTI ! hurla-t-il en serrant la mâchoire et il resta crispé sur le sol quelques secondes jusqu'à ce qu’il perçoive les pas précipité de la maîtresse des lieux. Il disparu, réapparu juste devant elle et l'agrippa violemment par la gorge pour l'empêcher de s’éloigner et de le laisser sans son aide une seconde de plus.
- Dis les mots. supplia-t-il avec haine en se faisant violence pour détendre sa main assez pour laisser la prêtresse reprendre son souffle et lui répondre. Il croisa le regard vert paniqué de Letti mais elle savait très bien de quoi il parlait.
- Tumai’ ! appela-t-elle néanmoins pour le ramener au calme, contrôler un peu la situation et tenter de comprendre. Ou étais-
- DIS LES MOTS ! rugit-il avec violence et panique en l’étranglant un peu plus pour la convaincre que les prochains feraient mieux d'être ceux dont il avait besoin si elle voulait continuer a respirer.

- Le monde… est… cruel. commenca-t-elle alors douloureusement malgré la poigne du soldat qui se détendit a la seconde ou il pu percevoir l'incantation s’insinuer dans son esprit. Les hommes sont cruels… continua-t-elle en se retenant de tousser et de pleurer alors qu’il la libéra doucement en laissant ses mains retomber faiblement le long de son corps. Et tu seras… le plus cruel… de tous, Tumai’ qu’as-tu fais ? s’étouffa-t-elle en remarquant seulement les deux kepeshs qu’il avait laissé échoué sur le sol. Il n’y avait pas de sang mais il n’y en avait pas besoin pour que cela lui évoque un certain assassin et tout le sang qu’il avait sur ses mains.
- Continue. grogna simplement le soldat qui avait fermé les yeux pour faciliter le passage de la magie dans son esprit. Mais Letti vint prendre son visage éteint dans ses mains pour l’obliger a rouvrir les yeux, revenir a la réalité et lui répondre.
- Arrête. Cela ne t’aideras pas ! Ces mots ne sont qu’une cage qui enferme tes sentiments. Si tu ne si tu ne fais jamais la paix avec, ils continueront de te ronger ! supplia-t-elle fébrilement d’une petite voix sans oser l’élever alors que ses mots frôlait le blasphème.
- Un coeur mort ne peut souffrir… incanta-t-il faiblement tout seul.
- Non, Tumai’ ! Arrêtes ! supplia Letti en serrant un peu plus le visage brûlant et en sueur du soldat entre ses mains.
- La rage… La colère… Un brasier… Ne peut… me brûler… continua de répéter Tumaini mais ses mots ne suffirent pas a apaiser l’incendie qu’il pouvait sentir se raviver en lui et le consumer de l’intérieur, lui arrachant des souffles rauque de faiblesse et de souffrance. Il bascula, glissant entre les mains de la sorcière qui échappa un hoquet d’horreur.
- L-Letti…S’il-te-plait… ! s’étouffa-t-il douloureusement alors que chacun de ses souffles lui donnait l’impression de cracher du feu.
- La rage et la colère sont un brasier qui ne peuvent te brûler ! enchanta-t-elle avec force malgré elle pour calmer la rage brûlante du soldat et lui permettre de respirer un peu d'oxygène frais. A-Abandonne... Aban... Je ne peux pas ! Je ne peux pas continuer a faire ça ! sanglota-t-elle soudain avec colère en serrant le col de l’homme a terre. Ce dernier l’incendia du regard avec haine mais il ne pu pas faire de plus que cela tant son corps était paralysé par la chaleur et la douleur. Il ferma les yeux, s'efforçant de répéter intérieurement cette incantation qui le soulagerait non pas de la rage surnaturelle mais de la douleur qu’elle créait en se débattant dans son enveloppe charnelle comme une bête en cage.

- Qu’as-tu fais, qu’as-tu fais ?! hurla-t-elle complètement hystérique mais un nouveau coup d’oeil vers les képeshs lui susurrait l’horrible réponse.

Sa souffrance n’avait pas lieu d'être. Ce démon de rage était sensé être une arme, une force vouée a aider le soldat a se relever et se remettre de ses blessures, continuer a se battre pour les siens et retrouver sa vie et son sens. Mais Tumaini l’embrassait tant qu’il allait jusqu'à lui ouvrir des portes qui auraient du être fermées et condamnées. Ce coeur qu’il s’acharnait a penser mort n’était plus qu’un tas de cendre mais qu’il s'efforçait sans s’en rendre compte de raviver par les flammes de la colère. Il n’était plus un vassal pour le démon, en se laissant librement consumer il devenait lentement le démon.
Mais il ne l’était pas encore et au milieu du brasier Tumaini ne parvint a faire taire cette partie de lui qui n’était pas encore celle de quelqu’un d’autre. Torturé, terrifié mais battant malgré tout, luttant pour une bouffée d’air frais qu’il savait n’était pas juste ça. Il voulait vivre, il voulait cesser de souffrir, cesser de haïr faute de pouvoir aimer. Il ne voulait pas mourir, tué par le désespoir et c’était malheureusement cela qui le convainquait d’embrasser les flammes comme ses seules alliées dans les ténèbres. Mais il eu l’impression que l’un ou l’autre, lumière ou ténèbres finissaient toujours par se retourner contre lui.
Letti s’acharnait a lui refuser le perfide soulagement d’endormir Tumaini pour apaiser et redonner le pouvoir au démon de la rage, mais Tumai savait qu’il n’avait pas le courage de se battre contre lui ou de faire quoi que ce soit d’autre que lui céder. Il grimpa les escaliers de sa conscience, bravant les flammes, mais seulement pour laisser briller tout son désespoir et sa supplication dans ses yeux pour que Letti puisse les voir et l’entendre sous toute cette rage. Qu’elle ne le laisse pas périr, qu’elle lui accorde encore un jour, une semaine, encore beaucoup d’erreurs et d’horreur, de souffrance… Mais pas la fin, pas le néant qui avait happé ses frères a tout jamais. Leur histoire ne pouvait se terminer ainsi, pas avec Kafele.
- Kaf’ ! s’étrangla Tumaini mais la simple pensée de son frère enragea le brasier de plus belle. Ses iris s'enflammèrent telle des braises sous un souffle violent. Sa peau se mit a luire, noircir et se craqueler…

- Un coeur mort ne peut souffrir ! cria la sorcière en plantant ses ongles dans les joues enflammé du soldat, se retenant de hurler en le sentant brûler sa propre chair. Abandonne l’amour, abandonne ta peine, abandonne ta peur ! continua-t-elle d’incanter de toute ses forces et de toute sa magie, enveloppant les flammes de sa voix pour les étouffer lentement. Le monde est cruel, les hommes sont cruels et tu seras le plus cruel de tous ! La rage, la colère sont un brasier qui ne peut de brûler !

Les flammes disparurent, tout comme les noirceurs de sa chair brûlée et il put prendre une longue respiration avide. L’air frais s’engouffra dans sa poitrine, chassant un peu plus la chaleur qui l’envahissait mais le faisant frissonner d’une peur irrationnelle. De sentir la chaleur l’abandonner complètement et ne laisser de lui un coquille vide. Il agrippa la robe de la prêtresse en la suppliant de continuer l’incantation et elle n’eut plus la force de protester. Elle pouvait sentir tant de souffrance en lui, bien plus celle qui tiraillait son esprit que son corps et ne voulait que le soulager. Ce n’était que repousser le problème a plus tard et en attendant laisser librement la rage s’épanouir en lui mais elle ce n’était pas une bataille qu’elle gagnerait aujourd’hui. Elle prit alors le visage de Tumaini avec douceur et culpabilité en sachant ce qui allait suivre, même s’il la suppliait de tout son être.
- La haine est ta force, la vengeance ton arme et tes blessures ton armure. murmura-t-elle amèrement en se forçant elle-même a verser ce poison dans le cerveau du soldat. A-Alors r-rappelle… Alors rappelle-toi ce jour. Car ce jour… est le jour… ou tu es devenu la Mort. cracha-t-elle enfin et immédiatement elle pu sentir le soldat sombrer et chuter une fois de plus dans le pire des souvenirs.
Elle sanglota, profitant du fait qu’elle était dorénavant seule dans la chambre. En serrant le corps inerte du frère, elle se maudit d'être si faible et de se sentir s’accrocher a la chaleur mourante de Tumaini. Car lorsqu’il émergerait de ce sombre songe, il serait de nouveau froid comme la Mort, parfaitement calme et dénué de coeur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Burning rage, burning for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pirates Of The Burning Sea
» Burning Crusade
» Pirates of the burning sea
» WoW - Burning croisade
» « From my last burning desire, no force in Heaven, nor Hell, can save your soul »
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Helwan (Memphis) :: La forteresse du Mur Blanc-