AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Dis le moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Dis le moi   Mar 31 Mai - 22:12

« Non mais du coup, c’est qui qui… »

Kafele ne put s’empêcher de rire de plus belle en écoutant la question de Nail alors que non loin derrière lui, Seth se lançait dans un mime évocateur. L’assassin ne savait plus du tout où se mettre devant l’intérêt soudain de ses deux frères concernant sa relation avec le soldat. Il n’était que trois dans le salon, se partageant tabac et bière en ce début de soirée. Il ne savait plus vraiment comment et quand la conversation avait commencé à dérapé de la sorte mais il était certain de ne plus du tout avoir le contrôle sur quoi que ce soit en cet instant.

« Cherche pas, t’as vu ce lourdaud de Tumaini, on devine facile qui fait la femme dans cette histoire ! »
« Quoi ?! »

S’indigna soudainement un Kafele vexé d’être ranger dans la catégorie "faire la femme". Au-delà du simple fait qu’il s’agissait d’un raccourcit qui ne s’approchait en rien de ce qu’il pouvait partager avec Tumaini, c’était tout bonnement difficile pour son égo d’entendre des mots pareils.

« Réagi pas comme ça ! C’est toi qui chante des chansons aussi. »
« UNE chanson…UNE fois ! »
« Ouais, une fois pour nous mais pour lui ? »

Il rougissait de plus belle et l’hilarité fut général entre Seth et Nail qui prenait à malin plaisir à voir Kafele se décomposer de minutes en minutes.

« En attendant, tu n’as pas répondu à la question. »
« Pas besoin, on sait déjà comment ça se passe… »
« tut tut tut j’en suis pas si sur moi ! Notre petit Kaf’ pourrait bien cacher son jeu derrière ses faux airs innocents et gêné ! »

Des nouveaux éclats de rire et Kafele tenta de masquer son malaise en buvant quelque gorgée dans sa bouteille.

« Et puis avec ce que nous a raconté Thi »

Il manqua de s’étouffer devant ces mots, avalant de travers, il toussa et les deux frères riaient de plus belle et comme Kafele sautait à pied joins dans leur jeu, ils enchainaient, sans jamais se lasser.

« Vous pouvez vous moquez mais vous n’êtes pas mieux tous les deux ! »

Et devant ce revirement de situation, Seth et Nail échangèrent un regard curieux.

« N’allez pas me dire qu’il y a jamais eu une main baladeuse quand vous partager le lit d’une même fille »
« C’est arrivé qu’une fois ! »

S’empressa de dire un Seth particulièrement paniqué devant ce que pouvait insinuer soudainement Kafele. Ne se rendant pas compte que sa phrase portait à confusion...Du moins pas de suite.

« Pour la fille ! »

Ajouta-t-il alors que Nail, un poil amusé et dépité, se posait une main sur le front en observant Seth s’enfoncer sous l’œil amusé de Kafele.  Finissant par simplement se taire, les trois frères partagèrent un long fou rire de plusieurs minutes avant de reprendre tranquillement leur calme et leur conversation.

« Vous avez raison d’en profiter » fini par conclure Nail « on sait pas de quoi demain est fait »
« Compare pas ça a vos habitudes de dépravés » Conseilla un Kafele sous un ton sérieux mais amicale
« Pourquoi pas ? c’est pas bien différent, le réconfort après l’effort »
« C’est différent… » Dit-il en fronçant les sourcils, n’appréciant pas du tout la comparaison avec la vie que Seth et Nail menait lorsqu’ils n’étaient pas en mission.
« Ouuuh une nouvelle corde sensible… »
« Me dit pas que… » ô bien sur que les deux frères savaient maintenant qu’ils y réfléchissaient sous cet angle mais le fait d’avoir cette conversation à cet instant précis suffisait à saisir la chance de gêner une fois de plus Kafele qui s’allumait une cigarette en prévision.
« Allez, dis-nous pourquoi c’est différent… »
« Dis leeeeeee » enchaina puérilement Seth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 1 Juin - 15:24

- Gauche. Droite. La. Par le haut. Gauche. En bas. commenta calmement Uga, debout  les yeux fermés au milieu de la court d'entraînement.

Tumaini retint un grognement de frustration mais son frère sembla tout de même percevoir son infime souffle sec et parvint encore a déduire sa position avant même qu’il ne puisse s’approcher.

- Derrière. Droit. Droite. Au dessus. Gauche. indiqua calmement l’observateur aveugle et plus celui-ci restait calme, plus le soldat qui tentait de l’atteindre sentait la colère monter en lui.

Ce n’était pas un exercice pour Uga et pourtant Tumaini eu l’impression qu’il en profitait pour démontrer tous ses talents de détection. Le regard blasé de Kames et celui sévère de Thi ne l’aidait pas a se concentrer et se calmer. Il sentit qu’il voulait leur donner une petite leçon a eux aussi mais il se concentra sur Uga.
Il n’avait pas réussi a l’atteindre une seule fois en presque une heure d'entraînement et l’envie d’enfoncer sa petite tête de premier de la classe dans le sable se faisait de plus en plus prononcée. Il aurait réussi plusieurs fois ou au moins une avec n’importe quel autre de ses frères mais échouer continuellement face a Uga transformait cette session en humiliation plus qu’en entraînement aux yeux du soldat. La colère et l’agacement ne fit que le rendre plus téméraire et impatient et Thi soupira en l’observant inutilement s’acharner a foncer sur Uga sans faire preuve de plus de discrétion que la tentative précédente.

- Okay, assez. appela calmement pour mettre fin a la séance. Mais Tumaini comprit que cela n’était que parce que le leader baissait les bras pour lui. Enragé il se retourna vers lui en serrant ses haches.
- C’est stupide ! Tu me met face a Uga mais n’importe quel autre j’aurais-
- Moi je t’aurais entendu. défendit Kames de son coin du terrain. Bras croisés, il haussa un sourcil indifférent quand Tumai le fusilla du regard a son tour. Thi s’approcha calmement, appelant le soldat a s’apaiser d’un geste de la main.
- C’est un entraînement. C’est sensé tester tes limites et être difficile. rappela avec un petit sourire compatissant.
- Difficile ? C’est impossible ! s’énerva Tumaini.
- Je suis flatté… nargua faiblement Uga avec un sourire narquois.
- Ta gueule, toi ! rétorqua puérilement le soldat

Mais son frère éclata d’un petit rire avant d’aller rejoindre Kames plus loin. Ils savaient tous que leur frère avait un caractère colérique et supportait très mal les défaites. Mais c’était bien pour cela qu’ils s'entraînaient chaque jour ou ils n’étaient pas en mission. Le rire d’Uga incita Tumaini a relativiser mais il ne put empêcher une moue mécontente boudeuse de s’afficher sur son visage lors que Thi le rappela a lui en posant une main sur son épaule.

- Ce n’est pas un échec Tumaini. On ne doit pas nécessairement être bon en tout pour être un bon soldat. rappela le leader avec sagesse. En sentant que cela ne fit que vexer un peu plus sont frère, il leva une main pour l’inciter a rester silencieux pendant qu’il s’expliquait.
- Je ne demande pas a Kames de faire le funambule au dessus de la rivière, ou a Uga d’abattre des arbres d’un seul coup de hache. avoua-t-il avec un petit sourire, espérant que les deux autres frères plus loin ne l’entendrait pas ou du moins ne verrait pas ça comme une insulte. Les épaules de Tumai se décrispèrent très légèrement et Thi su qu’il avait comprit.
- C’est mon rôle de m’assurer que chacun sache ce qu’il doit faire une fois sur le champ de bataille. Et c’est mon rôle de savoir quels sont nos talents et nos faiblesses. expliqua Thi en espérant qu’il comprendrait que cet entraînement était aussi la pour lui et pour s’assurer qu’ils feraient les bonnes décisions en temps venu. Tumaini grimaça légèrement en entendant le terme “faiblesse” mais il ravala sa colère et son égo.
- Ça veut dire que tu me demanderas plus d'être discret ? remarqua-t-il alors sans savoir s’il s’en sentait vexé ou soulagé. Thi eu un petit rire.
- Eh bien… Disons que j’essayerais de ne pas miser le succès de notre équipe sur ça. taquina-t-il doucement en tapotant l’épaule de Tumai avant de le libérer. Le soldat leva les yeux au ciel en soupirant mais un sourire amusé avait trouvé son chemin jusqu'à ses lèvres et il rangea ses haches a sa ceinture.
- On a fini ? demanda-t-il et Thi acquiesça.
- Je dois encore aller voir Kames. Je peux lui demander de s’essayer au funambulisme si tu veux rester. proposa Thi avec un sourire taquin. Tumaini éclata de rire a cette idée mais il s’éloigna pour rejoindre leur petit salon afin de prendre une pause.

La il y trouva ses trois autres frères en pleine conversation joyeuse. Il sentit qu’il les coupait lorsqu’ils se turent tous immédiatement a son entre mais il n’y fit pas vraiment attention, s’empressant récupérer une bouteille de bière et d’en engloutir la moitié en trois longues gorgées rafraîchissantes. Il poussa un soupir de soulagement mais remarqua a nouveau le silence et les regards de ses frères posés sur lui.
- Quoi ? demanda-t-il de sa voix rauque, trop fatigué pour trouver une blague bien qu’il sentait que c’était bien le moment. Nail pouffa doucement de rire.
- C’est marrant on parlait justement de toi. commenta Seth d’un air un peu mesquin. Tumaini haussa un sourcil en reprenant une gorgée de bière.
- Enfin… C’est plutôt Kaf’ qui parlait de toi… nargua doucement Nail en jetant un regard taquin au concerné qui s’était sûrement mit a rougir.
Tumaini eu un petit rire. Un instant il avait eu peur qu’il s’agissait d’autre chose, mais il connaissait assez Kafele pour savoir qu’il y avait peu de chose dont il pouvait parler qui saurait le vexer. Et puis en connaissant Kafele…
- Oh vous voulez dire que vous parlez… de ça ? taquina Tumaini a son tour en s’approchant doucement de Kafele en se dandinant lentement d’une attitude prédatrice.

Il vint se mettre a califourchon sur son amant en agrippant doucement sa nuque pour l'empêcher de fuir et poussa un long et fort soupir de volupté en venant frotter ses hanches contre lui. Il vint posséder ses lèvres dans un baiser langoureux chaud et humide tout en continuant de pousser des râles obscènes pour le plaisir de son public. La réaction des deux autres frères ne se fit pas tarder. Nail rugit de rire en se tordant sur sa chaise alors que Seth poussa un long gémissement plaintif.
- Tumaiiiiii ! Arreteuh franchement ! geignit-t-il partagé entre le dégoût et l’amusement.
Le soldat éclata de rire et descendit de son frère pour se laisser tomber sur sa propre chaise et de porter a nouveau sa bière a ses lèvres. Il eu un petit clin d’oeil complice pour Kafele, désolé de l’utiliser comme accessoire de son spectacle et aussi de le laisser dans l’embarras mais retourner les moqueries de Seth et Nail contre eux-même était juste trop amusant pour ne pas le faire. Ils finiraient bien par comprendre un jour qu’au final ils étaient bien plus gênés de la situation que ne l’était Tumaini.



Dernière édition par NPC Eli le Jeu 2 Juin - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 1 Juin - 16:23

Alors qu’il tentait désespérément de détourner la conversation, l’entrée de Tumaini le soulagea le temps d’une seconde. Et si Seth et Nail l’observait d’un air amusé, Kafele lui semblait lui demander de l’aide. S’enfonçant un peu plus sur lui-même en écoutant ses deux frères en rajouter une nouvelle couche il hésita une seconde à simplement user de sa magie pour disparaitre du salon et réapparaitre ailleurs dans le temple, loin des taquineries de ses frères mais à la seconde où il capta le regard du soldat sur lui, il se perdit dans cette contemplation bien que ses joues ne perdirent pas une seule teinte de rouge. Il écarta légèrement les bras en le voyant s’installer sur lui, il pouvait sentir le regard de Seth et Nail mais il n’avait déjà d’yeux que pour son amant. Son cœur battait la chamade et il se sentait se liquéfier devant sa timidité qui lui hurlait de ne pas le laisser faire mais ce n’était ni la première fois, ni la dernière fois alors quand il senti ses lèvres chercher un baiser, il y répondait parce qu’il était incapable d’y résister. Ses mains se posant sur le dos encore humide du soldat et si la scène pouvait faire rire l’un de ses frères et écœurer l’autre, c’était un tout autre sentiment qui doucement l’animait.

Il éclata de rire en même temps que Tumaini, passant sa main sur sa nuque en espérant se laver de sa gêne en se frottant celle-ci. Ses yeux suivirent le soldat s’installer sur sa propre chaise, son regard fou de désir alors qu’il retroussait sa lèvre inférieur juste pour goutter encore un peu la salive qu’il avait laissé en s’éloignant de lui.
Nail observa une seconde l’attitude de ses deux frères, se rendant ouvertement compte à quel point les choses étaient effectivement différente pour eux deux. Il se senti légèrement jaloux et ses pensées flottèrent un instant en direction de Letti.

« Si vous comptez encore vous tripoter, le dortoir est libre ! »

Commenta un Seth qui connaissait très bien ce genre de regard. Il plongea sa main dans sa poche pour en tirer un petit paquet qu’il montra à l’assemblée.

« Mais si vous savez vous tenir…On se fait une petite partie ? »

Dit-il en agitant le paquet de carte qu’il tenait entre ses mains. Il n’était pas rare que les frères se réunisse pour une petite partie de poker, bien qu’ils n’avaient pas grand-chose à miser cela n’empêchait pas d’improviser entre les paquets de cigarette, les bières, jouer le larbin, des défis ou tout autre chose, les frères ne manquaient pas d’imagination pour avoir systématiquement quelque chose à mettre sur la table.

« Si Uga est pas là, j’ai peut-être mes chances »

Commenta Kafele en se redressant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 1 Juin - 21:31

Les cartes furent distribuées et la première partie commençait. La mise du jour, des cigarettes. Ses cartes devant ses yeux, Kafele était un joueur redoutable dès l’instant où c’était l’assassin qui jouait et non le maladroit empathique. Et il suffisait de voir ses yeux pour comprendre qu’il ne souhaitait pas perdre et mettait toute les chances de son côté.
Il plaça deux cigarette dans le pot commun, Nail renchéri, il en fit de même, Seth se coucha le premier, bientôt suivit par Tumaini. La partie se jouait donc entre Nail et Kafele, et c’est fier de lui que le premier balança son brelan d’as.

« Et voilà Sen ! Fallait pas me chercher ! »

Il éclata de rire, dévoilant sa propre main, un carré de deux…Mais un carré quand même.

« Tu disais ? »
« Ta gueule… »

Lui balança l’egyptien qui accusa le coup de sa défaite en boudant un peu, voyant disparaitre sous ses yeux ses cigarettes. Eclatant de rire, il s’en alluma une directement alors que Kames, Thi et Uga entrait dans la pièce.

« J’en suis ! »

Clama Kames qui s’installait déjà autour de la table rapidement suivit par Uga et Thi.

« J’aurai au moins gagné une partie »

S’amusa Kaf’ en observant Uga. Il était difficile de battre quelqu’un capable de voir la moindre petite expression sur le visage des gens. Et la suite vérifia rapidement cette thèse, il perdit une grosse partie de ses cigarettes précédemment gagnée, en récupéra d’autres, mais il était facile de voir qui menait la partie. Ce qui n’empêchait pas les frères de rire, de se taquiner et de s’amuser. Au cours de la soirée, il ne lui restait à présent plus rien à misé alors qu’il faisait face à Nail et Uga encore en jeu.

« Mise une nuit avec Tumaini »

Et bien que Nail n’était absolument pas sérieux et voulait simplement faire tomber le masque trop sérieux de l’assassin, celui-ci ne capta pas l’humour, la jalousie ayant directement prit le dessus sur ses sentiments. Son cœur avait bondi, lui laissant une drôle de sensation dans la poitrine alors qu’il fronçait les sourcils.

« Répète un peu ? »
« Kaf’ »

Tenta directement de calmer Uga mais comme toujours, les deux frères étaient incapable de s’arrêter à temps et quand l’un commençait ce petit jeu, l’autre suivait pour le plaisir :

« Ou une nuit avec toi… »

Ajouta ce dernier en rigolant.

« Seth, Nail »

La voix autoritaire de Thi s’était élevée avant que les choses ne s’enveniment mais les rires de Seth et Nail ne faisait qu’en rajouter un peu plus alors que Kafele dévisageait celui qui avait osé réclamer une nuit avec Tumaini. Incapable de saisir qu’il ne s’agissait là que d’une blague et que Nail n’était absolument pas sérieux.

« Vous les montrez vos mains ! Que je tarte le perdant »

Plaisanta Kames, détendant l’atmosphère à sa façon. Il réussit cependant à décrisper le visage de l’assassin qui répondit en boudant.

« J’ai rien à mettre sur la table, je me couche »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 10:08

Seth sortit un paquet de carte en lançant ainsi une soirée poker. Tumaini se frotta les mains avec enthousiasme. Tout comme Kafele, il se réjouit de l'absence de Uga car celui-ci était bien trop observateur pour pouvoir se faire bluffer. Et il avait déjà assez perdu contre lui aujourd’hui. Les cartes distribuées, la partie pu commencer et chacun pu revêtir son meilleur masque de bluff.

Kafele avait revêtu celui d’assassin, éteignant toute émotion derrière ses yeux noirs. Seth s'efforçait sans succès de masquer les siennes mais bien qu’il était généralement le premier a proposer ce jeu il restait aussi le moins convainquant. A croire qu'être si souvent invisible sur le champs de bataille ne l’avait pas aidé a savoir quoi faire une fois en pleine lumière. Tumaini lui jonglait entre insolence, arrogance, cynisme et menace comme si chacune de ses mains, ses mots, ses regards étaient des armes et des coups avec lesquels il combattait avec brio. Nail lui restait parfaitement naturel et détendu. Mais il avait gagné bien trop de fois toutes ces années pour que ses frères ne s’en méfie pas.

Kafele n'eut le temps de remporter qu’une seule mise avant que le reste de leur fratrie les rejoigne. Maintenant que Uga était la, les parties suivantes reprirent leur déroulement habituel, se finissant généralement entre Nail le maître manipulateur et Uga, l’observateur intransigeant. Kafele se glissait ça et la dans les manches, offrant son visage impassible comme un mur sur lequel les talents de ses frères devenaient inutiles.
Tumaini avait baissé les bras, se couchant généralement rapidement pour mieux observer le jeu de ses frères auquel il n’était pas aussi doué. Il était moins mauvais perdant autour d’une table qu’il ne l’était sur le champs de bataille ou dans la court d'entraînement et il fallait croire que le discours de Thi avait aussi trouvé son chemin jusqu'à son cerveau. Tout le monde ne pouvait pas être bon partout, et si ses frères étaient meilleurs que lui a certaines choses, cela ne devait que le réjouir plutôt que le rendre jaloux.

Uga rafla un gros butin bien qu’il n’était pas celui qui appréciait le plus fumer. Il en glissa même une a Kames et Tumaini qui l'allumèrent en continuant d’observer le combat. Nail bataillait pour garder son propre pactole mais Kafele se retrouva lentement dépossédé de toutes ces cigarettes a l’exception de celle dans qu’il fumait.
Tumaini et Kames rigolèrent a la blague de Nail mais Kafele ne sembla pas comprendre, trop concentré a rester l’assassin. Son air sombre ne fit qu’amuses ses frères un peu plus et seul Uga remarqua que Kafele était réellement en train de mal le prendre. Seth enchaîna a son tour mais Thi coupa court a la plaisanterie de son ton doux mais autoritaire. Ce ne fut qu’au rappel a l’ordre du leader que les frères se rendit compte que la plaisanterie n’était pas forcément de très bon goût. Kames tenta a son tour de détendre l'atmosphère et de détourner la mise et l’assassin se détendit en finissant par se coucher.

- Eh ben… Je pensais que tu te battrais un peu plus férocement pour une nuit avec moi. nargua Tumaini d’un grognement suave a l’attention de Kafele.

Cela lui valu un “petit” coup de coude de Kames et un regard agacé de Thi mais le soldat cacha son petit sourire insolent en reportant la cigarette a ses lèvres et tourna  a nouveau son attention sur la partie.
Uga sembla un peu déstabilisé par l’agacement soudain de leur frère et bien aue Kafele s’était calmé, il ne put s'empêcher de lui lancer des petits regard désolés. Nail n’y fit aucunement attention et aucun sourire de satisfaction n'apparus sur ses lèvres. La partie continua normalement et ce n’est que lorsqu’il gagna qu’il laissa exploser toute sa jubilation en écrasant ses cartes sur la table.

- HA ! PRENDS TOI ÇA !!! s’écria-t-il en explosant en danse de la victoire, rapidement rejoint par Seth.

Tous explosèrent de rire, même Uga qui perdit presque tout ses gains de la soirées. Contenter leur frère restait une meilleure victoire que celle de gagner. Tumaini se joignit a la joyeuse danse de ses frères mais ce ne fut que pour agripper Nail par l’épaule et le faire basculer dans ses bras pour lui rouler le patin du siècle.
Thi s’étouffa sur sa bière, Seth se figea d’horreur et Kames ne put s'empêcher de pouffer de rire dans son coin. Tumaini libéra ses lèvres après une longue seconde de baiser passionné et langoureux, retrouvant son sourire insolent et un haussement de sourcil provocateur.
- Oh… pu… tain… souffla Nail complètement tétanisé dans les bras de Tumaini, le choc était tel qu’il ne savait plus du tout quelle expression revêtir.
- OH MEEEEEERDE ! s’exclama Seth avant d’exploser de rire en sautillant dans toutes la pièce pour chasser ses frissons de dégoût.
- Alors, tu fais moins le malin maintenant ! T’es sur que t’aurais pas préféré que je te tarte ? railla Kames.
- N-non mais… balbutia Thi qui essuyait encore la bière qu’il avait recraché par le nez.
- Kafele avait pas misé… rappela Uga d’une petite voix en se sentant rougir d’embarras.

- Depuis quand c’est a Kafele de miser mes fesses ? rétorqua Tumaini au comble du bonheur d’avoir créé une scène. Le gagnant gagne une nuit avec moi. Tu vas voir Nail, je vais te montrer plein de choses… grogna-t-il avec un grand sourire menaçant. Peut-être que tu pourras les montrer a Seth plus tard… nargua-t-il un peu plus.
Seth hurla un peu plus fort en continuant de gigoter comiquement pour se débarrasser des fourmillements désagréables qui se répandaient dans son corps.
- N-non… Tumai c-c’est juste que… balbutia Nail mais les regards inquiets qu’il lançait a Kafele trahissait le fait qu’il ne se défendait pas lui mais une autre cause. Son affolement ne fit pourtant qu’amuser un peu plus Tumaini qui éclata de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 17:08

Il se renfrogna légèrement à la remarque de Tumaini. Encore troublé par le profond sentiment de jalousie qui l’avait gagné. Observant distraitement la partie se terminer avec la victoire de Nail, il bouda un peu plus, pour une fois il aurait largement préféré qu’Uga garde sa main. Noyant son mécontentement de quelques gorgées de bière, il savait qu’il finirait par s’en remettre facilement et que ça réaction était aussi stupide qu’injustifié alors il se tut simplement, esquissant un sourire à l’intention du perdant alors que Seth et Nail dansait joyeusement, bientôt rejoint par Tumaini. Il senti son cœur s’arrête douloureusement dans sa poitrine en étant témoin d’une scène à laquelle il ne s’était pas attendu, et il ne sut comment réagir, restant simplement paralyser par l’avalanche de sentiment qui le submergea. Tous réagirent, sauf lui.

Les yeux posés sur eux, il capta le regard inquiet de Nail mais à vrai dire, il était intérieurement bien trop en colère pour pouvoir s’en rendre compte. Uga observa la scène avec une certaine appréhension. Il n’aurait su décrire précisément ce qu’il ressentait à ce moment-là mais s’il avait du le faire, il n’aurait été capable de dire rien d’autre que "ça fait mal". Parce que c’était bien ça qu’il ressentait, une douleur physique au creux du cœur mais à quoi s’attendait-il quelque part ? C’était lui le sentimental, Tumaini se foutait de tout et de tout le monde. Il avala les dernières gorgées de sa bière, posant la bouteille devant lui.

« On attend quoi pour la revanche ? »

Bien qu’il fût froid, il tenta de ravaler sa peine mais il lui fut soudainement beaucoup plus difficile de revêtir son masque d’assassin. Uga se senti triste pour lui mais il préféra ne pas relever et commençait déjà à battre les cartes entres ses doigts experts.

« Pour le sport ? » Proposa Uga, ce qui signifiait qu’il n’y aurait aucune véritable mise cette fois, il espérait ainsi pouvoir éviter un autre drame de ce genre. Thi acquiesça, tentant d’entrainer tout le monde vers cette idée, percevant bien ce que cherchait à faire son frère.
Kames haussa les épaules, il s’amusait bien, avec ou sans mise sur la table, alors pourquoi pas.

« Oh arrêtez ! C’est pas fun sans enjeu »
« mais plus personne n’a de quoi remplir le pot »

Rétorqua Uga essayant, à l’aide d’un regard appuyer, de faire comprendre à Seth qu’il ferait mieux de la fermer.

« Et le vainqueur doit prendre son prix… » Balança Kafele, plus amer qu’il ne l’aurait voulu, il dévisagea Nail et Tumaini malgré lui. « Profitez-en, le dortoir est libre » et devant le regard foudroyant de Kafele, Nail hésita une seconde à lui faire payer cette soudaine froideur mais la culpabilité et l’inquiétude n’était pas bien loin ce qui le laissa dans un étrange mélange qui le laissa sur place.

« Tu distribue ? »

Balança-t-il sèchement à Uga qui eut un léger sursaut en commençant à distribuer les carte, cinq pour Thi, cinq pour Kames, cinq pour Seth, cinq pour Kafele et il hésita ensuite…Devait-il en distribuer à Nail et Tumaini ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 18:23

Nail profita de la remarque de Kafele pour s'écarter vivement des bras de Tumaini. Mais ce dernier ne sembla toujours pas remarquer que quelque chose n'allait pas. Contenant doucement son rire amusé et satisfait, il se retourna vers Kafele avec le même sourire arrogant qu'à son habitude et ne se garda pas de plaisanter un peu plus.

- Ouuuh...  Le garçon veut défendre son bout de viande. Nargua-t-il sans remarquer que plus de la moitié de la fratrie ne partageait plus son engouement.
Cela restait pourtant une blague dans son esprit et il ne débattu pas lorsque Uga proposa de simplement continuer sans mises. Après tout ils s'amusaient déjà bien assez sans réel enjeu. Ce fut au tour de Seth de ne pas voir les efforts de ses frères et de râler doucement.
Nail aurait voulu aider les autres à dissuader son frère fauteur de trouble mais le baiser l'avait quand même secoué et l'agressivité de Kafele le paralysa plus encore. Il se sentait fautif et pourtant il savait que ce n'était aucunement sa faute.  Vexé il tourna son regard vers Tumaini en hésitant.
Il aurait bien profité d'une petite conversation en tête à tête avec le soldat pour lui remettre les pendules à l'heure. Si quelqu'un savait que ce dernier agissait sans avoir aucune idée de ce qu'il pouvait blesser ou briser c'était bien Nail. Fasciné en découvrant cette étrange lacune dans l'esprit de Tumaini, il avait tenté d'expliquer au soldat qu'il existait autre chose au delà du désir et de la passion. Quelque chose nommé amour mais encore différent que celui qu'on portait à un frère. Pour une fois ses mots n'avaient pas été suffisants pour atteindre sa cible. Il aurait espéré qu'il le découvre par lui même dans les bras de Kafele mais évidemment cela ne semblait pas en bonne voie. Devait-il laisser ses deux frères trouver leur chemin ensemble dans le sac de nœud qu'était la tête de Tumaini ou devait-il essayer de prêter main forte à Kafele afin que son amant cesse de piétiner son coeur sans s'en rendre compte ?

Tumaini capta le regarde hésitant de Nail et fronça les sourcils d'un air légèrement troublé. Il n'avait pas réellement envie de passer la nuit avec lui, si ? La remarque sombre de Kafele et le regard indécis de Uga alors qu'il distribuait les cartes lui fit se rendre compte que sa blague avait été peut-être prise un peu trop au sérieux à son goût. Franchement... Lui et Nail ?!
Le soldat sentit le malaise l'envahir et le faire très légèrement rougir. Mais son égo le dissuada de s'excuser ou de reconnaitre sa faute de goût.

- Ohh aller les gars, laissons donc une chance à Kafele. Railla-t-il en s'efforçant de garder la face avec un peu de fausse diplomatie.
Il commençait à doucement s'inquiéter qu'on attende réellement de lui de s'abandonner dans les bras de Nail et il fut sentir son instinct de fuite crisper doucement son sourire. Il jeta un discret regard à Kafele mais celui-ci était trop renfrogné pour voir son appel à aide.

- Et euh...  J'ai pas encore dit mon dernier mot !  Insista-t-il pour que Uga finisse enfin par leur servir des cartes.


Spoiler:
 


Dernière édition par NPC Eli le Ven 3 Juin - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

avatar

PNJ


Messages : 442
Date d'inscription : 16/07/2011

Votre Sorcier
Côté coeur: Le Choixpeau Magique ♥
Aptitude: Faire la demande à l'administration ( Animagus, Metarmophomage, Etc...etc...)
Affiliation: Pour, neutre ou contre les idées de Vous-savez-qui ?

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 18:23

Le membre 'NPC Eli' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 20:13

Il se crispa un peu plus à la remarque de Tumaini qui ne fit qu’ajouter un petit coup de poignard en plus dans son cœur déjà bien meurtri et si le soldat était incapable de comprendre certaine subtilité dans les sentiments, Kafele de son côté était incapable de se rappeler de cette particularité qu’il connaissait pourtant très bien parce que ce n’était pas la première fois qu’il le blessait par mégarde et ce ne serait probablement pas la dernière fois mais la jalousie était un sentiment puissant qui rendait probablement plus aveugle encore que l’amour lui-même.
C’est en déglutissant légèrement, baissant un peu les yeux que Uga termina de distribuer les cartes à Tumaini et Nail avant de terminer par lui-même.

La tension semblait être bien plus à son comble maintenant alors qu’aucune mise n’était mise dans le pot. Il échangea deux cartes de son paquet contre des nouvelles, Thi ne bougea pas, Kames en modifia quatre alors que Seth râlait déjà en modifiant deux des siennes. Nail en demanda trois, Uga n’en échangea que deux.
Et vu qu’il n’y avait aucune véritable mise, personne ne se couchait.

« Quand je vous disais que c’était moins fun… »
« Je peux remettre une tarte dans la gueule sur la table si tu préfères »

Plaisanta Kames alors qu’il dévoila ses cartes, il n’avait qu’une simple pair. Seth esquissa un sourire, laissant entrevoir qu’il avait plus et c’était bien le cas. Uga eut un sourire désolé en dévoilant les siennes, et Kafele jeta simplement sa main sur la table. Il était déjà hors-jeu et cela l’agaçait plus qu’il ne le voulait. Lorsque les cartes furent toute dévoilées, Thi n’explosa pas de joie comme pouvait le faire Nail ou Seth, il esquissa simplement un sourire, gardant un œil discret sur son assassin.

« Sur ce, je vous abandonne et vous devriez tous en faire de même »

Conseilla-t-il bien qu’il savait que demain était leur dernière journée de liberté avant de retourner sur le terrain mais même durant leur jour de "repos", Thi les réveillait toujours tous à l’aube. Il n’était nullement question de se laisser aller sous prétexte qu’ils n’avaient pas d’ennemi à abattre en ce jour-là. Il posa une main sur l’épaule de Kafele en se relevant, tentant de chasser ses sombres pensées. Il ne lui accorda pas un regard, fixant simplement un point au hasard de la table en essayer d’effacer de sa tête l’image des bouches de Tumaini et Nail unit dans un baiser torride.

Bien évidemment, personne n’avait réellement envie de s’en aller tout comme personne n’avait vraiment envie de rester. L’atmosphère était un peu étrange et Kafele savait pertinemment qu’il en était pour beaucoup. Il se leva un peu, se penchant vers le tas de clope que Nail avait gagné, il lui en piqua une et celui-ci ne s’en plaignit pas, devinant que son frère en avait probablement beaucoup plus besoin que lui.

« Je vais faire un tour. »

Dit-il simplement, allumant la cigarette en se dirigeant l’extérieur et lorsque celui-ci fut assez loin pour ne plus rien entendre, Kames se tourna vers Tumaini en lui tapotant l’épaule, un sourire amusé sur les lèvres.

« T’es vraiment un gros con quand tu t’y mets Sen »

Lui fit-il savoir sur le ton de l’amusement même si une part du message consistait à lui faire comprendre qu’il avait peut-être merdé quelque part.

« Si ce n’était que ça » Rajouta Seth qui ne pouvait s’empêcher de réellement taquiner. « T’es obliger de laisser ta bouche trainer un peu partout ? » et il eut un nouveau frisson d’horreur en revoyant le spectacle qu’il avait offert à ses frères.

« Jaloux ? » Ajouta Kames en insistant légèrement sur le mot comme pour faire comprendre quelque chose à Tumaini bien qu’il s’adressait à Seth.

« Mais non ! » s’insurgea celui-ci.

Kames et Uga éclatèrent doucement de rire, Nail restait encore silencieux, observant l’entrée par laquelle Kafele avait disparu. Une disparition de courte durée puisque l’égyptien était déjà de retour. Pas de meilleur humeur à en juger la vitesse à laquelle il avait fumé sa cigarette et à son regard.
Nail jeta un nouveau regard à Tumai et puisque celui-ci ne semblait pas comprendre, il décida de prendre le taureau par les cornes et de tenter le tout pour le tout. Il s’approcha de Kaf’ qui s'apprêtait à demander à Tumaini de le suivre mais Nail avait une autre idée en tête:

« Hey… »

L’appela-t-il simplement, posant une main sur la nuque de celui-ci, il captura ses lèvres sans autre formes de prévention. Et si Tumaini avait offert un spectacle torride, Nail avait une façon bien différente d’embrasser, il était plutôt habitué à des lèvres plus douce, moins charnue et surtout à un parfum et un gout autrement plus féminin mais il était bien décidé à offrir une leçon à son frère en espérant que cette fois-ci, cela entrerait plus facilement.
L’assassin resta interdit, ne sachant quoi dire, quoi faire, un main vint se poser sur l’épaule de Nail, s’apprêtant à violemment le repousser mais l’étincelle de la mesquinerie le poussa à interrompre son geste et à simplement se laisser faire.

Cela n’atténua en rien la douleur, au contraire.

Seth poussa un petit cri d’horreur aigu alors qu’Uga jeta un regard curieux à la réaction que pourrais avoir Tumaini, Kames s’apprêtait déjà à arrêter celui-ci s’il éclatait éventuellement de colère, espérant intérieurement que ce serait le cas.

« Mais vous avez quoi ce soir ! »

Se plaignit Seth en tournant le dos à la scène. La main de Nail avait trouver sa route vers la hanche de Kafele, un geste de trop qui lui rappela que cette main n’était pas celle qu’il voulait sur lui, que cette bouche n’était pas celle qu’il voulait embrasser et qu’aussi agréable pouvait-être ce baiser, il ne faisait que le blesser un peu plus. Alors il s’en détacha mais la lueur de provocation qu’il lu dans les yeux de Nail ne le rassura pas.

« On peut pas échanger de lot de victoire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 21:48

Thi fut celui qui remporta la partie et étrangement Tumaini fut soulagé que ce soit le cas. Celui-ci n’explosa pas de joie ni n’en profita pour taquiner ses frères et choisit simplement de mettre fin au jeu et d’encourager les siens à trouver un peu de calme et de repos. Le soldat s’apprêtait à l’écouter, simplement parce que c’était toujours plus simple de suivre les ordres que de réfléchir par lui-même surtout lorsqu’il se sentait un peu coincé. Mais il n’y eu aucun mouvement de masse et Tumai n’eut tout de même pas envie d’être le seul à écouter docilement. Laissant Thi s’éloigner seul, il s’enfonça un peu dans sa chaise en s’imposant le silence flottant et l’ambiance étrange qui suivi la fin du jeu.
Même Seth ne trouva pas de blague pour tous les remettre d’aplomb. L’air soucieux de Nail n’aidait pas. Kafele piqua une cigarette et profita de cela comme prétexte pour sortir a son tour et se soustraire à la tension. Encore une fois Tumaini hésita à en faire de même et fit de l’oeil au tas de cigarette de Nail. Mais avant qu’il ne se décide à lui en piquer une deuxième, Kames lui tapota l’épaule avec un mélange de reproche et de plaisanterie. Tumai eu un petit sourire agacé en soupirant mais il ne s’en énerva pas.
Clairement il n’avait pas été très malin à embrasser Nail ainsi. Cela avait choqué tout le monde mais apparemment pas d’une manière qui les aurait fait rire et il pouvait sentir maintenant que son frère en était encore complètement déstabilisé. Il se mordit la lèvre. Il était bien placé pour savoir que se forcer sur quelqu’un était la pire des choses. Il avait pu sentir les regards aussi, les reproches silencieux et l’humeur sombre de Kafele mais sans vraiment en comprendre plus que le sentiment qu’il avait foiré quelque part. Il ne put que s’en sentir désolé, mais sans savoir de quoi il devait s’excuser.
Seth le taquina à son tour, encore dégoûté par ce baiser inattendu et Tumai le fusilla d’un regard noir mais insolent. Okay il avait comprit, ce n’était pas la peine d’en rajouter une couche maintenant que l’ambiance était pourrie. Pourtant la plaisanterie ramena un peu de rire au sein de la fratrie et Tumaini rigola avec eux, soulagé que son faux pas n’ai pas complètement détruit l’humeur de tout le monde. Ce n’était pas vraiment le cas de Kafele cependant et Tumaini s’en rendit compte lorsqu’il le vit revenir après sa cigarette, toujours aussi sombre et renfrogné. Il pinça les lèvres, cherchant quoi dire pour s’excuser simplement de l’avoir contrarier, s’il en était vraiment la cause. Mais il se retrouva bouche bée lorsque soudain, Nail vint capturer les lèvres de leur frère avec douceur.

Il était tellement surprit et choqué qu’un instant il cru qu’il allait se mettre à hurler comme Seth, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Un rire nerveux crispa ses poumons mais son cerveau lui ne savait vraiment pas s’il était sensé rire. Devait-il râler qu’on lui pique sa blague pourtant qualifiée de mauvais goût ? S'amuser qu’on l’imite ? S’énerver de ne plus rien comprendre ? Il ne savait vraiment plus quoi penser et il se contenta d’assister impuissant au baiser atrocement long entre Nail et Kafele.
Il sentit quelque chose en lui se crisper et ses sourcils se froncer lorsqu’il remarqua qu’en plus de cela, Kafele se laissait faire. Cela non plus il ne le comprit pas et l’incompréhension commença à l’agacer lentement. Pourquoi lorsque lui le faisait à Nail tout le monde voyait ça comme une offense, un geste de mauvais goût et lorsque Nail et Kafele se léchaient langoureusement les lèvres tout allait bien ? Tumaini se retourna vers ses deux frères Uga et Kames mais se rendre compte que leur regard était posé sur lui et non le spectacle dérangeant qu’offrait Nail et Kafele l’agaça plus encore. Pourquoi il avait l’impression que tout ça était dirigé contre lui ? Il put sentir une certaine colère monter en lui mais le fait de ne pas savoir pourquoi ou vers qui elle était dirigée le convainquit qu’elle était probablement injustifiée.

Seth se plaignit et ses mots firent écho dans l’esprit de Tumaini. Décidément il ne comprenait plus rien et cela ne prenait pas une direction plaisante. Se sentant provoqué par cette démonstration de luxure dérangeant et acculé par les regards de Uga et Kames, Tumaini décida de se relever doucement, clairement gêné.
- Oooookay ben… j’vais vous laisser hein… marmonna-t-il avec pour seul ton le trouble et l’incompréhension.
Il s’éloigna doucement, se disant qu’il aurait vraiment mieux fait de quitter la pièce en même temps que Thi mais la voix de Nail le rattrapa. Il se retourna en poussant un soupir clairement agacer mais lutta pour garder un petit sourire.
- Techniquement… T’as pas gagné. Pas la dernière manche. Et Thi je pense qu'il… commença-t-il a justifier mais encore une fois il se sentit oppressé par le regard et l’attention de ses frères portés sur lui. C’est comme s’il était directement et profondément concerné par tout cela mais Tumaini ne comprit pas pourquoi cela devait être le cas. Pourquoi lui plus que les autres. Alors il ravala son incompréhension, son agacement et sa colère naissante pour ne pas la déverser bêtement sur ses frères.
- M… M’enfin peu importe… finit-il par marmonner en agrippant rapidement une dernière bière avant de sortir du salon.

La lueur de provocation dans le regard de Nail disparu à l’instant ou Tumaini s’éclipsa et fut remplacé par sa propre incompréhension, suivi d’une teinte d’horreur. Non seulement son baiser était malvenu, il n’avait aucunement fait réagir Tumaini ou aidé a faire avancer les choses mais il savait que l’indifférence du soldat était une dague de plus dans le coeur de Kafele. Il se retourna vers lui, complètement affolé et désolé. Il n’avait fait qu’empirer les choses. Il fallait qu’il règle ça.
- M-mais merde ! Tumai ! appela Nail agacé en abandonnant Kaf pour rejoindre le soldat dehors.
- P-peut-être devriez-vous… balbutia doucement Uga dans un espoir de soutenir leur pauvre frère au coeur meurtrit.
- Laisser tomber ? termina Kames d’un air un peu gêné. Pour ce soir j’veux dire… précisa-t-il.
- N-non c’est pas ce que je voulais… reprit Uga maladroitement.
- Ah non vous allez pas vous y mettre vous aussi ! s’énerva doucement Seth qui avait de plus en plus de mal à trouver tout cela amusant.

Dehors Tumaini avait porté sa bière à ses lèvres mais ne parvenait pas à chasser son froncement de sourcil. Il se sentait agacé, énervé même et ne pas vraiment savoir pourquoi l’agaçait plus encore. Il connaissait pourtant son caractère colérique et il savait que dans des moments comme ça c’était toujours mieux pour lui de prendre un peu de distance, prendre le temps de se calmer avant de revenir vers ses frères, plutôt que se défouler sur eux. Mais Nail ne lui laissa pas le temps de le faire cette fois et le retrouva quelques secondes plus tard.
- Vraiment ?! Vraiment ?! “Peu importe” ? s’énerva le frère d’ordinaire très doué pour rester un minimum calme mais surtout plus éloquent.
Tumaini fronça les sourcils un peu plus devant cette agression et cette nouvelle incompréhension. Voyant que le soldat n’avait vraiment aucune idée de ce qu’on lui reprochait n’emplit pas Nail de curiosité ou de compassion cette fois mais de colère.
- On en a déjà parlé ! lui reprocha-t-il avec force mais cela n’aida pas son frère à le comprendre.
- Parlé de quoi ? Tu parles trop ! se défendit Tumaini de plus en plus vexé et agacé de se faire agresser ainsi.
Nail chercha les mots mais pour une des rares fois dans toute sa vie il n’en trouva aucun ce qui l’enragea un peu plus.
- M-mais t’es vraiment… ! Vraiment... !
- Vraiment quoi ? Hein ? Vraiment quoi ? menaça Tumaini qui sentait clairement une insulte pendre sur le bout des lèvres de Nail. Mais ce dernier ne la laissa pas échapper de sa bouche et ravala sa colère en sentant que celle-ci ne faisait qu'engranger celle de Tumaini. Il ne savait pas si c’était que les mots lui manquaient ou alors qu’il se retenait de lui dire plein de chose à cet instant mais il se contenta d’un regard froid et plein de reproche.
- Oh et puis peu importe. cracha-t-il amèrement avant de s’en aller en le laissant planté là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Jeu 2 Juin - 22:33

Plus que la blessure qu’entraîna l’indifférence de Tumaini, il se senti soudainement honteux et culpabilisa de ne pas avoir repoussé Nail plus tôt. Il observa le premier s’en aller, aussitôt suivit par le second et ne sut s’il devait les suivre ou non. Il se sentait mal mais plus seulement pour lui-même, ce qu’Uga comprit d’un rapide coup d’œil, il voulut prendre la parole, rapidement interrompu par Kames et ce qui risquait de tourner au vinaigre de ce côté fut rapidement arrêté par un Seth qui s’énervait à son tour.

« Je suis désolé »

S’excusa-t-il simplement, il savait que sa jalousie avait été injustifiée dès le départ mais cela avait été plus fort que lui. Il s’était sentie blessé, profondément, et n’avait pas su gérer ça. Devant le soudain désarroi de son frère, Seth se radoucit, s’approchant de celui-ci pour simplement prendre le frère dans ses bras. Il se crispa un peu sous ce contact, effrayé à l’idée d’un nouvel élan physique inattendu mais il se détendit rapidement.

« C’est pas grave » murmura-t-il d’un ton fraternelle « on s’en remettra…Tu feras la bouffe demain soir et tout sera pardonner » plaisanta-t-il simplement parce qu’il était toujours plus doué pour faire rire que pour user de philosophie ou tout autre forme de réconfort.
S’éloignant de son frère, il se dirigea vers la table et désigna les cigarettes abandonné par Nail.

« On se les partage ? »

« Ok ! » Lança Kames en haussant les épaules
« Mais c’est à Nail »
« On finit toujours par se les partager »

Ajouta Kames en se servant déjà. Ce qui était vrai, ce qui appartenait à l’un d’eux appartenait à tout le monde. Ils avaient une notion de partage très développé entre eux. .La scène aurait dû amuser Kafele et bien qu’il eut un sourire en observant les deux soldats se partager le butin de Nail sous l’œil un peu gêné d’Uga qui tentait de les raisonner tout en s’amusant bien de leur espièglerie, il ne fut pas capable de chasser son inquiétude.
Le retour de leur frère dans la salle arrêta net le partage mais devant la non réaction de celui-ci, ils se redressèrent simplement en ranger les derniers cigarettes qu’ils avaient entre les mains. Nail croisa le regarda de Kafele, il se frotta le bout du nez dans un tic nerveux.

« Désolé pour… » laissant sa phrase en suspens, le frisson de Seth se chargeant de faire comprendre ce qu’il désignait « j’ai stupidement cru que ça ferait réagir cet idiot et qu’il pigerait enfin mais là, je jettes l’éponge »

Le sourire de Kafele rassura légèrement Nail qui se dirigea vers ses deux autres frères, et dans un élan et un désir de vouloir retrouver un peu de légèreté, il sauta sur le plus grand et le plus large des deux, tentant tout aussi stupidement de récupérer ce qu’il lui revenait de droit. Il observa un instant les trois égyptiens lutter et bien que Seth était autant coupable de vol que Kames, celui-ci se mit naturellement à aider son binôme de drague. Il capta le regard d’Uga, qui lui fit un petit signe de tête, lui faisant comprendre qu’il devrait profiter de ce moment pour s’éclipser en douce.
Ce qu’il fit, sans trop savoir si c’était vraiment une bonne idée. Le conseil de Kames de laisser tomber pour ce soir se répétait encore dans sa tête. Il fit malgré tout quelque pas de plus dans les couloirs du temple, observa la silhouette de Tumaini et maintenant qu’ils étaient plus ou moins en tête à tête, il ne sut quoi dire. Il ne voulait pas lui faire de reproche, plus maintenant, mais alors quoi ? Fait comme si rien ne les avait blessé n’était pas non plus la meilleure des idées selon lui.
C’est d’un pas silencieux qu’il se retrouva derrière le soldat et c’est avec douceur qu’il entoura sa taille et le haut de son torse de ses bras et ses mains. Sa tête venant se poser sur le dos de Tumaini.

« Ne refait pas ça » demanda-t-il calmement, sa voix vibrant légèrement « je veux plus te voir embrasser quelqu’un d’autres que… » il l’étreignit un peu plus « moi. »

Et il savait que Tumaini était en droit de se mettre en colère, il était prêt à encaisser sa colère, à la gérer, si au bout du compte il arrivait à lui faire comprendre ou à lui dire ce qu’il avait sur le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Ven 3 Juin - 9:22

Tumaini se renfrogna en laissant Nail partir. Il aurait voulu se défendre et ne pas se laisser faire ainsi mais il ne savait toujours pas ce qu’on lui reprochait. Boudeur, il reporta sa bière a sa bouche pour tenter de chasser son mécontentement avec un peu d’alcool et de fraîcheur sans vraiment y parvenir.
Il leur arrivait parfois de vexer un de leurs frères par mégarde mais Tumaini pouvait généralement se flatter de savoir voir les limites avant Seth qui lui ne savait jamais s'arrêter. Ce soir il avait pourtant l’impression d'être le seul en tord et même Nail n’avait pas la patience de lui expliquer pourquoi.
Le soldat tenta de trouver pas lui même en faisant fonctionner son propre cerveau mais il ne parvint qu’a effleurer du doigt le malaise qu’il crispait ses entrailles. Il revit le regard sombre de Kafele, sa mauvaise humeur, son baiser soudain avec Nail et ce geste interrompu. Tumaini tenta de chasser cette sensation désagréable avec une nouvelle gorgée de bière.

Le contact inattendu de Kafele le fit frissonner de surprise mais chassa son angoisse avec un peu de chaleur et un grand sourire tendre. Au fil des années, bien que les tremblements d’horreur étaient toujours présents au fond de lui, son corps avait apprit a les associer a la passions et les enrober de désir. Avec douceur, il vint poser ses mains sur celles de Kafele pour les guider sous de son haut et l’encourager a profiter du contact de sa peau brûlante en dessous. Tant d’automatismes qui remplissaient son corps d’avidité et d’impatience a l’idée de noyer son angoisse en lui.
Mais Kafele le rappela doucement a l’ordre de sa voix vibrante. Il tenta de lui expliquer son soudain changement d’humeur mais sans s’en excuser pour autant. Il était jaloux, ça même Tumaini pu le comprendre mais jusqu’ici les petits caprices de Kafele et sa susceptibilité avaient surtout été sujets de plus de taquineries encore. Depuis quand était-ce devenu un problème et plus encore, son problème ? Sa faute ? Il avait pourtant bien pu le sentir et le voir dans les regards et l’attitude de ses autres freres. Il serra un peu plus les mains de Kafele contre lui comme s’il espérait le comprendre de son contact, mais finit par les laisser tomber et se retourner doucement pour faire face a Kafele.

Il ne comprenait pas. En regardant le visage de son frère, il savait qu’il comprenait pourquoi il pouvait se sentir ainsi, mais ce qu’il ne saisissait pas était de quel droit il osait se confier a lui sous le ton de l’ordre et faire comme si c’était normal. Le pire dans tout ça était que le soldat sentait qu’il était peut-être le seul a ne pas trouver ça normal aujourd’hui. Ce n’était pourtant pas justifié.
Tumaini s'efforça tout de même de ravaler son orgueil et sa colère. Il savait que ce n’était pas dans ses intentions de se fâcher avec Kafele même si beaucoup de choses semblaient vouloir l’y pousser.
- Tu peux parler. taquina-t-il avec un petit sourire crispé en tentant de s’armer d’humour pour se sortir de cette étrange situation.
Mais en se rappelant de la docilité de son frère sous les lèvres de Nail il se rendit compte que ce n’était pas forcément une blague. Il sentit quelque chose en lui se crisper mais une fois de plus il ne comprit pas exactement pourquoi. Était-il jaloux lui aussi ou était-ce le fait que Kafele lui interdise de se permettre quelque chose qu’il s’était pourtant lui-même autorisé ?
Tumai détourna le regard, s'efforçant d’enfouir son agacement et sa colère en se rappelant qu’il ne voulait pas de fâcher avec son frère.
- Enfin… C’est… Je… balbutia-t-il en tentant d’identifier ses propres sentiments pour savoir quoi répondre et quoi dire. Mais il ne trouva en lui que le sentiment de malaise, une discrète culpabilité inexpliquée et la gène de se retrouver complètement perdu dans cette histoire. Rien qui ne méritait d'être exploré ou qui l’aiderait a rester calme dans cette conversation.
- Fait ce que tu veux. fini-t-il par répondre en se rendant a moitié compte qu’il disait cela pour Kafele mais pour lui même aussi.
Il n’avait pas envie de le contredire ou de lui rappeler que ce n’était pas a lui de lui dire quoi faire mais il ne voulait pas non plus cacher le fait que ce changement situation ne lui convenait pas. Car il avait bien cette impression que quelque chose avait changé avec Kafele mais aussi avec Nail et ses autres frères mais sans qu’on le consulte ou qu’il soit mit au courant. Il reporta sa bière a ses lèvres pour chasser un peu plus son mécontentement avant de se pencher et de déposer un doux baiser sur les lèvres de Kafele.
- Ce sera tout, boss ? demanda-t-il en parant a nouveau son agacement d’un peu d’humour et d’un haussement de sourcil provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Ven 3 Juin - 19:29

Instinctivement il baissa les yeux dès la première remarque de Tumaini. Bien qu’il ne soit pas l’instigateur du dit baiser, il s’était facilement laisser faire et pire que tout, une part de lui avait espérer blesser le soldat de cette façon mais visiblement, cela n’avait pas vraiment eu l’effet escompter. Il fixa le dessin de ses clavicules à défaut d’être capable de le regarder dans les yeux, encaissant sa propre bêtise sans broncher, se sentant un peu plus mal. Il ne releva les yeux vers lui que lorsqu’il captura ses lèvres le temps d’une seconde, le temps d’un doux baiser. Il se senti rougir sous ce surnom et faiblir en voyant son sourcils se arquer, son visage s’imbibant de son éternelle expression provocatrice. Il se laissa basculer légèrement en avant, assez pour poser son front contre lui.

« Tu ne comprends pas »

Constata-t-il simplement, sans reproche ni surprise, peut-être un peu de gêne à l’idée de devoir s’exprimer plus amplement sur la question lui qui aurait voulu être capable de régler ses problèmes avec un peu d’humour et de jemenfoutisme.

« Toi et moi c’est pas… » Commença-t-il en fronçant les sourcils, il se sentait idiot, trop fleur bleu peut-être et redoutait à la moindre seconde que Tumaini le taquine alors qu’il se sentait plus vulnérable que jamais. « Je… » tenta-t-il une seconde fois sans plus de succès. Son cœur commençait à battre sérieusement la chamade et il inspira légèrement, son front toujours contre son torse.

« Je veux pas être qu’un frère pour toi… » Finit-il par lâcher d’un souffle. Sa main vint chercher timidement le contact de la sienne. « Je veux plus que ça. » Tentait-il de lui faire comprendre alors que ses doigts agrippaient doucement ceux du soldat.

Ses mains tremblaient légèrement, sa nuque le démangeait et pire que tout, il n’était pas bien certain de savoir quel chemin il était en train de prendre et quel route il devrait prendre ensuite. Il se mordit la langue, se pinça légèrement les lèvres et fini par simplement relever ses yeux sur lui. Là en cet instant, le soldat aurait définitivement pu le détruire, il lui suffisait de peu de chose pour le mettre en pièce à jamais.

« Je » une nouvelle tentative, sa voix oscillait légèrement
« Je veux pas d’autre baiser que les tiens » il le savait, il venait à nouveau de faire un détour sur ce qu’il voulait réellement de lui dire. « J’ai laissé faire parce que je voulais…Te faire mal » avoua-t-il en rougissant de plus belle, se faisant violence pour ne pas détourner le regard « parce que j’ai pas aimé te voir avec Nail…Je sais que c’est notre frère, que je devrais pas mais… » et il se senti faiblir une nouvelle fois, baissant à nouveau les yeux.

« Pardon »

Murmura-t-il simplement, ayant simplement l’impression de se perdre dans ses propres pensées et paroles, il se serait volontiers donner des claques pour remettre ses idées en place. Il inspira, et retenta :

« Je… »

Mais les autres mots n’osaient pas quitter le seuil de sa gorge, ce qui l’énerva, terriblement, pourquoi avait-il donc si peur ? Ce n’était que des mots ? Pas n’importe quel mot, il le savait et au fond, ce n’était pas que des mots. S’énervant contre lui-même, il fit un pas en arrière, serrant la main puissante de Tumaini dans la sienne.

« On devrait rentrer »

Un échec de plus pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Dim 5 Juin - 21:42

Ça n’était pas tout et Kafele le lui fit comprendre en s’approchant un peu plus de lui et déposer sa tête sur le torse de son frère. Tumaini se laissa faire avec un petit sourire tendre. Il n’était pas dans la meilleure humeur qu’il pouvait être mais il savait qu’il ne se refuserait pas à Kafele, surtout si celui-ci se sentait frustré et jaloux à cause de ce soir.
Le soldat cru un instant que ce geste était un signe de réconciliation et que peut-être ils pouvaient passer à quelque chose d’autre de bien plus plaisant que les plaisanteries de mauvais goût et à quelque chose où Tumai savait qu’il se débrouillait peut-être même mieux depuis quelques années. Mais Kafele ne laissa pas l’affaire et il rappela à son frère ce que ce dernier avait bien comprit : il ne comprenait pas.

Tumaini se retint de soupirer. Dans son esprit comme dans la voix de Kafele cette phrase était un fait bien plus qu’un reproche. Mais que pouvait-il faire à part l’accepter et passer à autre chose ? Kafele essaya d’expliquer ce que Nail avait finit par abandonner et Tumaini essaya de l’écouter avec autant d’attention voire plus. Mais son frère semblait lutter avec ses mots autant que Tumai luttait avec le problème. Il haussa légèrement un sourcil, presque lassé qu’ils doivent faire autant d’efforts à s’expliquer et se comprendre au lieu de simplement aller s’oublier dans la nuit avec des baisers et des caresses.
Kafele parvint a extirper une première phrase complète d’un souffle. Il accompagna celle-ci d’un geste doux en venant lier ses doigts à ceux de Tumaini mais ceux-ci ne se refermèrent que machinalement autour des siens. Sourcils froncés, il tentait de comprendre ce que l’assassin essayait de lui dire mais surtout de ne pas s’en offusquer et s’énerver.

Plus qu’un frère ? Kafele avait effleuré l’idée dès ses premières confessions, mais Tumaini ne l’avait jamais vraiment comprit. Ils étaient frères et cela devait signifier toute la puissance du lien qui les unissait. Ils n’étaient pas nés de la même mère mais c’était comme s’ils avaient partagé le même utérus nommé Guerre. Ils avaient grandis ensemble, avait survécu ensemble, avaient évolués ensemble, s’étaient battus ensemble, avaient veillés les uns sur les autres au péril de leur vie et ils s’aimaient. Que pouvait-il y avoir de plus ?
Tumaini se mordit la lèvre sans faire plus de geste. Il se sentait légèrement vexé mais ce n’était rien comparé à la douce angoisse de penser que ce que Kafele semblait lui demander avec tant de fébrilité et d’avidité, il ne l’avait pas. Le sentir trembler doucement et croiser son regard vulnérable lui donnait pourtant envie de tout lui donner. C’était ce qu’il pensait avoir fait jusqu’ici et pourtant...

Il ravala ses craintes, s’efforçant de l’écouter et de faire le plus de sens de ses mots, mais il ne trouva dans ceux-ci rien de nouveau ou qui n’était pas déjà évident. Si Kafele ne voulait pas d’autres lèvres que celles de Tumaini sur les siennes il était prêt à les lui offrir quand il voulait et jusqu’ici Tumai ne se souvint pas qu’il le lui ai jamais refusé.
La suite le crispa légèrement. Lui faire mal ? Même s’il ne comprenait toujours pas la logique cela ne parvint tout de même à légèrement le blesser. Il se sentait de plus en plus perdu mais aussi de plus en plus délaissé dans ce raisonnement étrange. Retenir sa colère n’était déjà plus une tâche aisée et entendre finalement Kafele s’excuser ne fit que le troubler et l’agacer un peu plus. Il ne voulait vraiment pas s’énerver mais à ce point de la conversation, il était tellement perdu qu’il ne voyait même pas quoi faire d’autre.

Il laissa a Kafele un dernière chance de lui fournir des explications qui l’aiderait à trouver la lumière et une autre réponse que l’énervement mais même lui n’y parvint pas et finit par baisser les bras. Il lui serra la main pour l’encourager à le suivre mais cela n’empêcha pas Tumaini de se sentir légèrement laissé tombé et abandonné comme lorsque Nail avait fini par perdre patience et tourner les talons. Tumaini ne bougea pas et serra son poing pour empêcher Kafele de partir. Il n’avait plus envie de passer à autre chose après tant d’énergie dépensée pour ce que tout le monde semblait voir comme une cause perdu.

- Non. Je ne comprend pas. répéta-t-il d’un ton plus dur et froid qu’il ne l’aurait voulu. Il fit face à Kafele et le fixa pour l’empêcher de se détourner de lui ou de venir fuir dans ses bras. Mais je ne trouverais pas de repos avant de comprendre, et toi non plus. ajouta-t-il fermement oscillant entre l’inquiétude et l’ordre.

Il pouvait sentir ce combat intérieur en Kafele, cette peine, cette frustration, cette folie qui le poussait a vouloir faire du mal à un frère ou autoriser d’autres lèvres sur les siennes que celles qu’il désirait. Il voulait l’aider, combattre avec lui mais c’était difficile voire impossible lorsqu’il était incapable de voir l’ennemi.
- Je suis… ton frère. commença-t-il mais en hésitant un instant car il savait que c’était pourtant ce que Kafele semblait vouloir dépasser. Il évita de se vexer lui-même en ajoutant un “au moins” pour clarifier sa pensée. Pour lui être un frère et un bon frère représentait pourtant tout le bien qu’il pouvait apporter aux siens.
- Tout ce qui te fais souffrir, me faire souffrir et… si c’est moi que tu veux combattre alors je me combattrais avec toi. M-mais… expliqua-t-il d’un ton incertain car même ses propres mots n’arrivaient pas à avoir de sens dans son propre cerveau embrouillé.
Il s’efforça alors plutôt de retrouver le peu qu’il avait pu comprendre et saisir des paroles de Kafele et de rebondir dessus. S’armant de douceur pour ne pas le blesser plus par mégarde, il vint entourer son beau visage de ses mains et déposer un doux baiser chaleureux sur ses lèvres en guise de préambule.
- Je t’embrasserais à chacun de tes souffles, je caresserais et baiserait chaque parcelle de ta peau, je t’aimerais jusqu’au bout de la nuit, toutes les nuits si c’est ce que tu veux. C’est juste que… Je ne sais pas ce que tu veux, sen. Je… Qu’est-ce que tu veux… de plus ? finit-il par demander sans parvenir à cacher la détresse dans laquelle cette idée le mettait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Lun 6 Juin - 19:17

Sa gorge se serra en entendant le son de sa voix alors qu’il pouvait sentir la pression des doigts de Tumaini contre les siens. Les battements cardiaques s’emballaient au fur et à mesure qu’il lui parlait. Comme Kafele s’était battu pour pouvoir combattre les démons du soldat, celui-ci s’apprêtait à se battre pour pouvoir comprendre ce qui traversait l’esprit de l’assassin. Il ne sut pas vraiment s’il devait s’en sentir heureux ou bien coupable. Il aurait pu se taire, s’oublier dans une étreinte passionnelle et simplement continuer leur longue histoire sans se poser de question comme le faisait son amant. Mais il n’était pas comme ça, ne l’avait jamais été, s’inquiétait de tout, pour tout et pour tout le monde.

Et bien qu’il ait envie d’interrompre à plusieurs reprise son frère, il se concentra sur ses yeux pour ne pas fuir une nouvelle fois. Ironiquement, il semblait beaucoup moins lutter que lui, peut-être parce qu’il était si détacher, qu’il n’était pas le lâche que lui était…Et plus il l’écoutait plus il se rendait à quel point il pouvait l’aimer. A quel point il l’admirait, à quel point il le désirait et ne désirait que lui. Mais un mot parmi le flot de parole se détacha des autres venant faire exploser son petit cœur, ses doigts s’étaient légèrement crispée et il fut facile pour Tumaini de comprendre qu’il avait touché un point sensible. Il cessa de trembler, esquissa un sourire désolé.

« Tu m’aimes… » Un mot aussi simple avait suffi à faire envoler le moindre doute que cette histoire soit quelque chose d’aussi banal que leur relation fraternelle…Il passa sa main libre sur sa nuque, se sentant minable à présent mais soulagé malgré lui. « C’est moi le parfait imbécile. » parce qu’il se prenait bien trop souvent la tête, parce qu’il se posait bien trop de question et qu’il en oubliait l’essentiel, qu’il avait peur des mots et de leur pouvoir.

« Je t’aime aussi… »

Laissa-t-il enfin échappé de son cœur, se libérant doucement alors qu’il s’approcha de lui, cherchant le contact de ses lèvres qu’il effleura simplement.

« Ce que je veux, c’est que tu me le rappelles à chaque seconde de notre vie… »

Il l’embrassa, avec une lenteur presque cruelle mais il voulait simplement profiter de chaque seconde, de chaque millimètre de sa bouche, du gout de sa langue, et s’en imprégner. Il ne rompit ce baiser qu’au bout de longues secondes durant lesquels sa main avait trouver sa route jusqu’à la joue du soldat.

« Dis le moi encore… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Lun 6 Juin - 21:28


Il sentit Kafele se crisper très légèrement à ses mots et pendant une seconde, Tumaini cru sentir son coeur s’arrêter en pensant faire une erreur à nouveau. Mais son frère avait cessé de trembler et esquissa même un petit sourire désolé.

- Bien sûr que je t’aimes, quoi tu pensais que tout ça n’était que de la servitude ? s’offusqua-t-il légèrement en entendant Kafele répéter ces mots comme s’il en doutait ou les découvrait pour la première fois.
Le fait qu’il se qualifie lui même d’imbécile renforça cette idée et Tumaini sentit ses sourcils se froncer sur son front. Comment pouvait-il en douter ? Ils avaient vécu tant d’années ensemble, s’étaient battus côte à côte et étaient prêt à mourir les uns pour les autres. On le leur avait certes apprit et ordonné au départ, mais aujourd’hui le soldat avait bien l’impression que c’était la seule chose dont on ne devait pas lui ordonner pour qu’il y emploie tout de même toute son attention et son énergie. Tumaini sentit son coeur se serrer doucement et il baissa les yeux, un peu vexé, mais les prochains mots de Kafele lui fit relever les yeux et son coeur s’affola une seconde.

Les mots étaient les mêmes et pourtant, le soldat put se rendre compte que quelque chose était différent. C’était une déclaration, une confession. Mais même malgré son angoisse, Tumaini savait que ce n’était pas son amour pour ses frères qu’il lui avouait aujourd’hui. Kafele les aimaient tous autant que Tumaini, il n’y avait pas de doute à avoir. Non, cet amour qu’il laissa échapper de sa bouche était quelque chose d’autre. C’était différent. Différent…
Tumaini sentit une légère panique en ce souvenant de ce mot précis que Nail avait utilisé pour tenter de lui expliquer, l’amour “le vrai” comme il l’avait décrit. Mais ce mot n’était pas parvenu à faire de sens dans son cerveau. Ce jour là cette conversation n’avait été que pour passer le temps mais ce soir, Tumaini se sentit soudain acculé dans sa propre tête.

Il pouvait le sentir dans le regard et le corps frémissant de Kafele frôlant le sien. Il avait l’impression de pouvoir le humer dans l’air et le toucher du doigt, mais sans parvenir à le saisir. C’était frustrant mais le pire dans tout ça était de sentir le soulagement et la joie dans le lent baiser qui unirent leur lèvres à nouveau. Le soldat se sentit doucement discret par son contact chaud mais il se raccrocha à ce casse-tête dont il voulait absolument se libérer.
Il pouvait sentir qu’il avait touché juste et fait quelque chose de bien mais ne pas savoir quoi ou ne pas comprendre ce qu’il avait fait différemment cette fois le rendit plus fou que lorsqu’il avait commis une faute sans s’en rendre compte. La fébrilité et la supplication de l’assassin contre lui appuya un peu plus sur son désir de bien faire, mais le forçait à se rendre compte qu’il ne savait toujours pas comment. Lui dire “je t’aime” ? Simplement ? Et se contenter de cela pour se sortir de ce labyrinthe ?

- Je… commença Tumaini mais il sentit les mots se coincer dans sa gorge. Cela ne signifiait rien pour lui, rien de plus ou de différent et ils auraient dû facilement lui venir mais il n’y parvenait pas. Il ne voulait pas mentir à son frère ou lui donner si facilement et hypocritement ce qu’il voulait entendre sans le penser. Cela aurait pourtant été tellement plus simple et cela l’aurait rendu bien plus heureux. Il l’avait bien dit une fois sans s’en rendre compte, mais il savait que ce n’était pas les mots que Kafele voulait entendre. Pas s’il n’était pas sincères. Pas s’ils n’étaient pas différents. Différents que pour leurs autres frères.

- Je ne… balbutia Tumaini mais devant le regard si sûr et avide de Kafele il se sentit plus démuni et perdu que jamais.

Il ne saurait le dire comme avait pu le faire l’assassin mais il se sentait réellement comme un parfait imbécile. Plus idiot que Nail, plus idiot que Kafele et probablement plus idiot que tout ceux qui n’avaient pas besoin de tant d’effort pour comprendre quelque chose d’aussi naturel et sincère que l’amour.
Il grattait dans son cerveau comme une bête affolée à la recherche de cette réponse et cette illumination et il savait qu’on avait mit dans ses mains toutes les cartes pour. Mais même avec tout cela, avec les mots en bouche, avec Kafele dans les bras, il ne trouvait que le vide, de la poussière et l’incompréhension.

- Je… ne… c-comprend pas. répéta-t-il avec horreur et culpabilité en se sentant rougir de honte.

Il savait que Kafele se serait passé d’entendre ces mots plutôt que ceux qu’il demandait mais c’était là la vérité. Le soldat avait envie de disparaître ou de se battre pour se sentir moins paralysé et démuni mais il savait qu’il ne pouvait pas abandonner Kafele. Le fixant se son regard brillant et doucement paniqué, il lui laissa voir toute la tendresse qu’il avait pour lui et cette volonté si puissante de le rendre heureux mais aussi la sincérité de sa détresse. Il était prêt à tout pour lui et tout lui donner, mais comment lui offrir quelque chose qu’il n’arrivait même pas à comprendre et concevoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Lun 6 Juin - 22:02

Il le senti se perdre dans ses pensées alors qu’il lui réclamait une nouvelle fois de l’entendre et c’est là qu’il comprit malgré lui que le soldat ne s’était pas vraiment rendu compte de l’importance de ces mots. Il aurait dut s’en sentir blessé, attristé mais à vrai dire, rien de tout cela ne l’animait à l’instant alors qu’il regardait l’homme qu’il aimait plonger dans la culpabilité. S’il y avait bien une chose dont il se rendait compte aujourd’hui, c’est qu’il ne pouvait pas réclamer de Tumaini qu’il l’aime de la même manière que lui l’aimait parce qu’ils étaient tous les deux foncièrement différent et que c’était bien parce qu’il n’était pas comme lui qu’il en était tombé amoureux. Cette désinvolture, ce détachement, et même cette panique lorsqu’il se trouvait sur un terrain que lui connaissait que trop bien. Il serra un peu plus ses doigts contre les siens pour lui rappeler qu’il était là et qu’il le serait toujours.

Son pouce venait caresser le dos de sa main alors qu’il caressa le bout de son nez à l’aide du sien, l’obligeant ainsi à capter son regard. Il esquissa un tendre sourire, il ne voulait pas souffrir de cette amour, ni se blesser. Au fond, il avait réussi à trouver le courage de lui dire ces mots et si Tumaini n’était pas capable de les lui répéter avec cette nuance différente, Kafele attendrait…Parce qu’il l’aimait.

« Tu te trompes Tumaini…T’as compris cette différence… » Et c’était un fait, s’il ne l’avait pas comprise, il lui aurait simplement répété ces mots sans hésitation aucune, comme il le lui avait dit à l’instant.

« C’est tout ce que je voulais…Que tu sache ce que je ressens. Je ne te demanderai rien de plus ce soir alors ne dit rien…Et... »

Il captura sa lèvre inférieur entre lèvre sienne dans un baiser plus sensuel avant de verrouiller à nouveau ses yeux dans ses siens.

« Et Embrasse chacun de mes souffles, caresse et baise chaque parcelle de ma peau, aime moi jusqu’au bout de la nuit et toute les autres nuits… » Répéta-t-il simplement, parce que s’il était incapable de réfléchir à ses sentiments et d’y poser des mots comme pouvaient le faire Kafele avec beaucoup plus d’aisance que lui, il y avait un terrain où il s’exprimait plus facilement et c’était bien dans les gestes. Sa bouche se posant sur sa clavicule, il laissa sa langue parcourir sa peau. Sa raison l’abandonna alors que le désir commençait doucement à couler dans ses veines et prenait corps en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mar 7 Juin - 13:41

Il eu peur qu’il s'éloigne, qu’il se moque ou qu’il baisse les bras comme l’avait fait Nail. Il avait sentit que Kafele lui ouvrait son coeur et il s'efforçait de le manipuler avec la plus grande douceur. Par respect il en faisait de même avec le sien, ouvrir son coeur, au risque que Kafele n’y trouve pas ce qu’il cherchait et il était complètement mort de trouille a cette idée.
Mais il ne s’éloigna pas bien au contraire, serrant un peu plus sa main et la caressant d’un geste rassurant. Il exhiba un sourire tendre qui fit frétiller le coeur de Tumaini mais était-ce du désir, du soulagement ou de la panique ? Il fallait croire que les sensations du soldat étaient rarement simples et compréhensibles.
Plutôt que de laisser tomber, ou même de continuer a gratter, Kafele démentit ses craintes et son incompréhension. Tumai souffla doucement, sans savoir s’il pouvait se nourrir de l’assurance de son frère sur ce fait. Il avait l’impression d'être pauvre de coeur, mais si Kafele pouvait voir si facilement dans celui des autres et lui assurait que ce n’était pas le cas, peut-être ne l’était-il pas vraiment ? Il se sentait aveugle et perdu, mais il se demanda si en serrant bien la main de Kafele dans la sienne, il n’aurait pas besoin de voir pour prendre la bonne direction.
Se laisser guider, aveuglément, faire confiance a un autre et suivre ses indications, ça il savait faire, avec brio et avec plaisir.

Tumaini sentit un petit sourire de soulagement et de reconnaissance naître dans leur nouveau baiser plein de chaleur et de désir. Il ne se sentait pas plus illuminé ou intelligent mais rassuré et serein. Il pouvait faire confiance a Kafele pour le guider sur ce terrain qui lui était inconnu comme il avait su le faire depuis le début. S'enivrant de son parfum et de sa voix il laissa derrière lui le vide sombre qu’il pouvait ressentir dans son cerveau et son coeur pour rejoindre la chaleur et la lumière de Kafele.
Il ne fallu pas plus que ses propres mots dans la bouche de son amant et le frisson de sa langue sur sa peau pour que le soldat s'exécute. Il soupira de bien être en sentant toute l’angoisse et son esprit l’abandonner pour ne laisser que le désir envahir son corps et son cerveau. Il sentit sa main venir chercher le contact du ventre de Kafele sous ses vêtements et glisser lentement plus bas mais il lui resta juste assez de raison pour se rappeler qu’ils ne pouvaient pas faire ça ici.

Il serra un peu plus Kafele contre lui et les firent disparaître pour réapparaître plus haut sur les toits du Temple. Ne pouvant plus attendre, il emprisonna les lèvres de Kafele dans un baiser frémissant de passion et vint enlacer de ses doigts son arme de chair avec douceur alors que de l’autre il scellait l'accès aux toits avec un peu de magie. Un frisson électrisant parcouru tout son corps alors qu’il retrouvait avec un sourire son amie de jeu préférée, la saluant avec fermeté et espièglerie. Il la quitta un instant pour venir glisser sa main derrière sur la courbe rebondie des fesses de Kafele avec la promesse qu’il n’en resterait pas la. Il se serra un peu plus contre l’assassin pour qu’il puisse deviner et sentir le relief de son propre désir contre lui, comme une introduction, une poignée de main courtoise avant le vrai début des festivités. Il vint cependant saisir les poignets de son amant pour l'empêcher de prendre les commandes et l’enflamma d’un regard et d’un sourire insolent en se mordant sa lèvre charnue pour qu’il puisse deviner ce qu’il avait prévu pour lui.
Lentement, sans le quitter des yeux, il vint s’agenouiller devant lui et vint guider les mains de Kafele jusqu'à sa tête, laissant ses doigts s'entremêler dans ses cheveux alors qu’il les quitta pour saisir ses hanches. Il le dénuda avec un grand sourire tel un enfant déballant un cadeau d’anniversaire et découvrant sa friandise préférée. Il ne se fit pas prier et vint l’envelopper complètement en l’étreignant de l’intérieur de sa bouche. Il étouffa un râle de bien être en sentant la chaleur enflammer son visage et son corps telle une vague de sang et de lave dans ses veines. Il se sentit envahit d’un frisson qui le parcouru des pieds a la tête dont il connaissait la provenance mais qu’il avait apprit a connaître, a apprivoiser et même a apprécier avec le temps. Il lui confessa son amour avec douceur et avidité a chaque coup de langue et ne le quitta que lorsque le souffle lui manqua et qu’il du lutter pour retrouver son oxygène. Haletant, il ferma les yeux pour s’approprier cette panique qui vibrait dans son corps et transformer chaque battement de coeur affolé en un battement pour Kafele. Changer la noirceur en lumière, la peur en passion.

- Juste qu’au bout de la nuit, toutes les nuits, a chaque seconde de notre vie… répéta-t-il en reprenant sa respiration avec un sourire apaisé. Il savait qu’avec Kafele, il ne pouvait avoir mal ou avoir peur. Le soldat rouvrit les yeux, retrouvant le regard de Kafele avec une lueur d’adoration.
Sur le champs de bataille il se savait au coté d’un allié, d’un frère, d’un assassin, quelqu’un a qui il pouvait faire confiance, sur qui il pouvait compter mais sur qui il devait aussi veiller et surveiller les arrières. Quelqu’un qu’il voulait encore taquiner malgré le fait que ce dernier mette ses émotions a la porte lorsqu’il entrait en combat, quelqu’un qui avec qui il pouvait danser et jouer même au coeur de la bataille. Mais lorsqu’il s’agenouillait ainsi devant lui il avait toujours l’impression de se trouver devant quelqu’un d’autre. Quelqu’un dont il ne pouvait contester l’autorité et le pouvoir. Le pouvoir qu’il avait sur lui. Le pouvoir de lui demander n’importe quoi, de lui faire faire n’importe quoi, de le prendre par la main, lui demander de fermer les yeux et le mener au bout du monde sans qu’il ne songe une seconde a contester ou s’en inquiéter. Un chef. Un Dieu. Pas un frère. Bien plus qu’un frere. Il pouvait le sentir.

- Aime moi… supplia-t-il doucement de sa voix et de son regard comme un adepte face a son guide. Il sentait qu’il frôlait du doigt cette chose qu’on lui avait tant rabâcher mais il savait qu’il n’y avait que Kafele pour lui montrer la lumière, lui montrer l’amour. “Le vrai”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 8 Juin - 9:52

Un long frisson le parcourut lorsqu’il senti sa main se glisser sous ses vêtements, et si Tumaini trouva un peu de raison pour s’arrêter à temps, Kafele lui s’en plaignit, oubliant l’endroit où ils se trouvaient. Sentir son corps se presser contre le sien et sentir les effets de leur transplanage lui fit comprendre à quel point il avait déjà abandonné la raison pour lui. Il se senti rougir, un spectacle que le soldat ne prit pas le temps de contempler, capturant sa bouche entre ses lèvres charnues dans un baiser passionné alors que son corps réagissait déjà à cette tendre amie qui le caressait. Il laissait échappé une un gémissement entre leurs bouches enlacées et l’espace d’un instant, il se trouva incapable de respirer. Un nouveau grognement plaintif s’échappa de lui-même sans qu’il puisse le contrôler lorsqu’il abandonna son désir ardant. Il en avait ouvert les yeux pour pouvoir le regarder, ses yeux parcourant son visage alors qu’il sentie ses muscles se tendre au contact de ses doigts contre sa peau, pressant gentiment ses fesses et l’obligeant à sentir que même s’il ne l’avait pas touché, Tumaini le désirait tout autant que lui.
Son sourire était capable de bien des choses, et lorsqu’il le voyait, c’était des sentiments contradictoires qui l’habitaient. Deux désirs, diamétralement opposé et à l’image de leur histoire. Il eut envie de le frapper pour effacer ce sourire de son visage car c’était ainsi qu’il le faisait avant…Ou le lui arracher de ses lèvres. La seconde option était en tête mais le soldat, il le lui ferait abandonner et le ferait soupirer encore.

Mais alors qu’il esquissait le geste de vouloir l’embrasser et trouver à son tour le chemin jusqu’à son érection, il lui saisissait les poignets, le paralysant d’un regard enflammer. Il tenta pourtant de se débattre malgré lui et la douleur qu’il put ressentir à son poignet n’y changea rien. Le sang affluait par vague successive sous sa taille alors qu’il le voyait s’agenouiller devant lui, il comprit, depuis le début il avait compris mais lutter était bien trop excitant pour eux deux. Une lutte qu’il perdait d’avance, car lorsqu’il le libéra de son emprise, il n’en profita pas pour reprendre le contrôle. Il ne fit que le regarder, subjuguer par sa personne et impatient de le voir s’afférer. La première vague de plaisir qui le submergea lui fit incliner la tête en arrière, ses yeux croisant le ciel sombre de la nuit.
Il finit pourtant par reposer ses yeux sur ce qui se déroulait à sa ceinture, fou de désir et tendu d’excitation. Il appréciait un peu plus ce cadeau en laissant ses doigts s’emmêler dans les cheveux du soldat et sentir ainsi le mouvement de sa valse.

Il profita de cette pause salvatrice pour ne pas se laisser noyer par l’excitation et écourter trop rapidement cette nuit qu’il voulait aussi longue que possible. Il se baissa en l’entendant, un sourire doux sur ses lèvres contrastant avec la lueur passionnée qui faisait briller ses yeux. Prenant son visage en coupe, il l’embrassa doucement, l’obligeant à se relever s’il ne voulait pas rompre ce baiser. Lorsqu’ils furent à nouveau debout, il s’avança, l’obligeant lui à reculer. Ses mains se glissaient sous chaque étoffe de tissus pour les retirer, un à un, découvrant chaque centimètre carré de peau alors qu’il continuait encore et encore de l’embrasser. Il cessa d’avancer lorsqu’il senti qu’un mur empêchait à présent Tumaini de reculer. Rompant leur baiser, ses mains posés à plat contre le mur, il l’observait, l’ardeur de son intention se lisant dans ses yeux autant que son amour pour cet homme.

Sa main droite se posa sur la joue du soldat, son pouce se glissant sous son menton pour le guider à relever sa tête et lui donner un accès à sa nuque qu’il baisa aussitôt. Sa main pourtant ne quitta pas le visage de son frère, ses doigts venant chercher le contact de sa bouche et de sa langue alors qu’il s’avait exactement où glisser la sienne pour le faire frémir. Ses doigts ne quittèrent par leur objectif alors que sa bouche se glissait un peu plus bas sur son torse, suivant le chemin tracer par quelques poils entre ses pectoraux c’est vers l’un d’eux qu’il se dirigea. Sa langue se jouant de la pointe de celui-ci, le pinçant légèrement, pas assez pour faire mal, juste assez pour qu’il en redemande et qu’il puisse aisément jouer avec sa langue de ses doigts.

Lorsqu’il jugea qu’il avait obtenu ce qu’il souhaitait, il revint lui, ses yeux se braquant droit dans les siens alors qu’il lui accordait une petite pause. Il lui montrait ses doigts imbibés de sa salive, à laquelle il mêla la sienne en venant goutter.

« Même les dieux ne pourront pas m’empêcher de t’aimer… »

Lui fit-il savoir alors que sa main aux doigts humides se posa sur sa cuisse, remontant jusqu’à sa hanche, dessinant la courbe de sa fesses alors qu’il se pressa un peu plus contre lui. Pourtant, il lui laissait assez d’espace, pour s’échapper s’il le souhaitait, pour reprendre le contrôle s’il en ressentait le besoin. C’est parce qu’il l’aimait qu’il ne voulait pas l’emprisonner, qu’il en était incapable d’ailleurs, il voulait l’aimer mais jamais le forcer à subir cet amour. Ses doigts trouvèrent leur chemin jusqu’à l’entrée d’un tout autre plaisir, ses yeux verrouiller dans les siens. Il rougissait à l’idée de ce qu’il s’apprêtait à faire, son souffle devenait plus profond et son corps plus tendu que jamais tant cela l’excitait.

« Je t’aime… »

Murmura-t-il une nouvelle fois alors qu’il laissa un doigt se glisser lentement en lui et qu’il le regardait, observant chaque réaction, chaque expression, parce qu’il voulait le vouloir se perdre dans le désir et le plaisir, parce qu’il était plus soucieux que jamais de le rendre heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 8 Juin - 17:15

Il se laissa guider par ses mains, ses lèvres, sa chaleur, fermant les yeux en se raccrochant désespérément a cette sensation qui faisait battre son coeur dans sa poitrine sans qu’il ne parvienne a la saisir ou la comprendre. C’était pourtant en lui, frissonnant, dansant, éludant ses moindres efforts pour l’agripper. Chaque caresse, chaque souffle de Kafele l’en rapprochait comme s’il l’attrapait pour lui tendre mais il avait l’impression d'être incapable de le saisir comme si la sensation avait été fait de sable fin. Il se concentra, batailla avec son cerveau qui lui paraissait si engourdit et inutile, jusqu'à ce que le contact du mur contre son dos le ramène a la réalité et a Kafele.
Ils avaient bougés et Tumaini haussa un sourcil, amusé et excité de se rendre compte que Kafele l’avait dénudé si habilement qu’il ne s’en était pas vraiment rendu compte. Isolent, il le fusilla d’un regard plein de défi en voyant que celui-ci s’emplissait d’avidité et d’ardeur mais continua de se laisser faire avec grand plaisir.

Il poussa un long râle de volupté en le sentant faire son chemin jusqu'à sa nuque et le laissa glisser ses doigts dans sa bouche qu’il mordit doucement pour l’encourager a se montrer plus pressant et téméraire encore.
Un léger rire fit trembler son torse lorsqu’il sentit la langue de Kafele venir explorer ses pectoraux et pincer son téton. Depuis le temps il le connaissait mais il était incapable de dire qu’il s’y habituerait. A chaque fois le sentir s’aventurer et prendre possession de son corps lui coupait le souffle. Il se sentait intimidé, presque apeuré mais Kafele savait toujours s’y prendre pour lui procurer tant de plaisir qu’il ne pouvait que le laisser faire et lui en demander plus de ses souffles saccadés. Avide, il lécha goulûment ses doigts et les suça avec gourmandise, trahissant son désir de le faire gémir de sa bouche autant qu’il le faisait.
Son amant retira ses doigts trempés de salives et vint les placer dans sa propre bouche comme pour mêler son désir a celui de Tumaini qui sentit une fièvre enflammée envahir son visage et son cerveau.
- Meme les dieux...
Il était si sexy, si fort, si beau. C’était révoltant et pourtant le soldat ne trouva rien a redire que de répéter bêtement ses mots comme s’il pouvait goûter a sa voix.
Il frissonna de désir en le sentant remonter le long de sa cuisse et voulu l’embrasser mais il resta en retrait pour pouvoir continuer de profiter de cette merveilleuse vue. Sans le dévorer de sa bouche il le dévora ses yeux. Sa peau si douce et colorée, sa mâchoire dessinée, son nez élégant, ses lèvres appétissantes et ses yeux envoûtants. Dans l’ouragan de désir qui le déchirait il se perdit une seconde dans cette contemplation comme il pouvait se perdre dans les chants de Kafele. Il se sentait enivré de lui et aurait pu atteindre les cieux rien qu’en le regardant, en le sentant, en l’écoutant. Mes ses derniers mots se perdirent.

Il sursauta soudain, foudroyé par un frisson insupportable qui crispa tous les muscles de son corps et lui arracha un hoquet de surprise. Du plancher des anges il eu l’impression de tomber en chute libre directement jusqu’en enfer et il cru une seconde qu’il allait s’évanouir ou devenir fou. Son corps était si contractés qu’il ne se rendit pas compte que ses ongles s’étaient plantés dans la chair de son frère jusqu’au sang. Il se raccrocha a lui pourtant pour ne pas défaillir et chuter pour ne vrai.
Il plongea sa tête contre son torse chaud, retrouvant sa chaleur, sa douceur et son parfum, s’y raccrochant avec force. Il pouvait sentir ses bras l’envelopper et comprendre le contact et la raison d’une soudaine réaction et par réflexe une de ses mains vint agressivement agripper l’avant bras de Kafele. Mais il s’interdit de le chasser.
Maintenant le premier choc passé il pouvait sentir la vague de souvenirs et d’horreur déferler sur lui mais avant qu’elle ne le submerge et ne l’étouffe de nausée il vint plaquer ses lèvres sur celles de Kafele a la recherche d’un baiser rassurant et salvateur. Il pouvait sentir son corps lutter mais de sa main, il vint encourager son amant a ne pas se défiler. Ce n’était pas lui qui ne voulait pas mais ses démons et ils savaient tout deux qu’ils n’avaient pas l’intention de perdre face a eux.

Même la moindre caresse le crispait de douleur alors il l’encouragea a aller bien plus loin et ne pas craindre de lui faire plus de mal encore. Pas de demi-mesure Il donnerait tout a Kafele et ne laisserait rien aux démons. Et les fruits de tant d’années de combat ne tardèrent pas a se manifester lorsque Tumaini laissa échapper un gémissement déchirant de jouissance. Il avait tant su associer la douleur d’affronter ses traumatismes a la récompense du plaisir charnel que avec le temps ceux-ci avaient appris a danser ensemble dans son corps dans un tourbillon de sensations intenses. La détresse et l’angoisse qu’il pouvait ressentir en le sentant s’insinuer en lui étaient incommensurable tout autant que le désir et le plaisir qui venaient les compenser. Le soldat fut incapable de retenir ses râles fébriles et suppliants qui raisonnèrent au dessus du Temple.
Cela devenait insupportable et sans savoir s’il fuyait les doigts de Kafele ou cherchait au contraire un peu plus le contact de son corps, il se pressa contre lui si fort qu’ils tombèrent a la renverse. Le choc les firent se quitter une fraction de seconde mais juste assez pour le corps de Tumaini réagisse pour les empêcher de se retrouver. Un haut le coeur douloureux lui tendit le corps pour le forcer a se redresser et l'empêcher de venir embrasser les lèvres de Kafele allongé au sol. Son bras avait a nouveau agrippé celui de son frère pour le bloquer. Il lutta pour reprendre un peu d'oxygène frais pour se calmer et reprendre le combat. Yeux clos, visage crispé, grimaçant de douleur et d’effort il n’y parvint pourtant pas et batailla avec sa respiration sifflante et l’étourdissement qui engourdissait doucement son visage.

La très courte pause autorisa les images et les sons faire leur chemin jusqu’au cerveau du soldat qui s’empressa de rouvrir les yeux et de retrouver Kafele des yeux. Il ne parvint pas a cacher sa détresse mais aussi la culpabilité qu’il pouvait ressentir a chaque fois qu’il se rendait compte que les démons les séparaient et rendaient leur ébats un peu houleux et dangereux. Mais depuis le temps il savait qu’il n’y avait rien pour lui dans ses traumatismes et ses souvenirs. Il avait Kafele. Son désir, son plaisir, sa gourmandise, son avidité, son arrogance, sa jalousie, son amour… Il s’en rappela a l’instant ou il le retrouva sous ses yeux et sa respiration se calma doucement. S’armant d’un petit sourire rassurant pour son allié, il repoussa un peu plus les échos du passé dans un coin de son esprit.
Ils en avaient vu d’autres, ils venaient de loin et ils avaient vaincu. Ce soir ne faisait aucune différence. Ensemble ils étaient forts, bien plus fort que les fantômes du passé et cette nuit était peut-être celle ou ils mèneraient cette dernière bataille, pour gagner la guerre.

Détendant sa poigne sur l’avant bras de Kafele, il ne le lâcha pas pour autant et vint guider sa main jusqu'à sa hanche pour l’y déposer. Il inspira un peu plus, tentant de chasser le maximum d’angoisse avec un peu d'oxygène avant qu’une nouvelle vague ne vienne le noyer. Il mêla doucement ses doigts a ceux de Kafele et les fit glisser lentement jusqu'à sa cicatrice.
Il eu l’impression qu’une aiguille se plantait dans chaque cellule de son corps et il se crispa a nouveau, le souffle coupé. Il retira sa main mais pas celle de Kafele qu’il pouvait sentir brûler contre son corps frissonnant et glacial. A nouveau, la douleur appela une nouvelle vague de plaisir et de chaleur qui décrispèrent juste assez ses muscles pour qu’il vienne caresser le torse de son amant. Il laissa sa main descendre, retrouver ses marques sur les monts dessinés de ses abdominaux, la surface lisse de son bas ventre et enfin son arme de chair.
Ses doigts tremblèrent légèrement et son étreinte plus timide qu’a son habitude. Tumaini releva les yeux vers Kafele d’un air doucement apeuré, intimidé, comme s’il lui demandait la permission d’aller plus loin. La permission de lui demander de l’accompagner dans cette aventure périlleuse au risque de se brûler les ailes en chemin. Il allait souffrir et il savait que cela blessait toujours un peu son frère, mais il savait qu’ils y parviendraient. Alors d’une main il vint guider sa passion chaude et dressée sur le chemin sur lequel il avait osé s’aventurer, pendant que l’autre avait retrouvé celle placée sur sa cicatrice.

Il se laissa descendre, lentement, comme une descente aux enfers pour pourtant rejoindre le paradis. Il sentit la douleur, l’horreur et le dégoût écraser sa gorge si fort qu’il ne pu ni crier, ni respirer mais les larmes, elles, trouvèrent leur chemin jusqu'à ses yeux brillant de désespoir. Il n’osa pas regarder Kafele, n’osa pas lui imposer cette vision d’horreur alors qu’il attendit patiemment que son corps et ses réflexes répondent a l’appel. Après quelques longues secondes de cauchemar, de torture et de solitude, il put la sentir arriver. Le plaisir, la jouissance qui le frappa de plein fouet et l’étourdit tant que ses yeux se révulsèrent et son corps de désintégra de l’intérieur. Les cieux, l’enfer, sur les toits avec Kafele, Tumaini fut incapable de savoir ou il se trouvait a cet instant qui sembla durer une éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Mer 8 Juin - 22:01

La douleur qui lui traversa soudainement la base du dos et l’arrière de sa tête le ramena doucement à une réalité plus froide que la chaleur de leur étreinte. Il avait obéis à chacune de ses réactions, ne lui avait pas laissé de répit parce qu’il avait lu cette détermination dans ses yeux se mêler à ses vieux démons, il ne l’avait pas laissé parce qu’il y a longtemps de cela, il lui avait promis qu’il ne reculerait pas devant le combat. Il ignorait si ce renversement de situation avait été de l’initiative de Tumaini ou un simple incident qui avait permis à ses cauchemars de reprendre le dessus et le contrôle. Il resta inerte en sentant le corps crispé de l’homme qu’il aimait. Il le fixait, attendant qu’il réouvre les yeux et lorsqu’il croisa à nouveau ses iris, il lui murmura simplement :

« Je suis là »

Comme pour le guider à revenir vers lui. Il le sentit reprendre le contrôle de lui-même alors qu’il guidait sa main jusqu’à sa hanche, continuant à lui montrer le chemin jusqu’à cette cicatrice. Kafele s’était toujours efforcé de l’éviter, parce qu’il lui était insupportable de faire souffrir Tumaini mais ce soir, il ne lui laissait pas le choix et par amour pour lui, il était prêt à souffrir avec lui. Ses muscles se tendaient sous ses doigts alors qu’il posa sa paume contre la cicatrice. Et bien qu’une part, fou de désir pour lui, souhaitait reprendre le contrôle de la situation et l’aimer avec une passion dévorante, il le laissa faire. Son regard dans le sien, il lui sourit doucement lorsqu’il vit la peur dans ses yeux. Ils étaient ensemble.

« Même les dieux »

Lui rappela-t-il lentement alors qu’il devinait ce qu’il s’apprêtait à faire. Lorsqu’il senti l’étroitesse de son anatomie enserrer délicieusement sa verge, il inspira profondément, presque honteux de sentir autant de plaisir là où, il le savait, Tumaini ne trouverait que la douleur.
Il l’aimait profondément et si le soldat était incapable de le lui dire, il était largement capable de le lui faire comprendre et cette constatation ne faisait que renforcer un peu plus cet amour et ce désir profond de le soigner à jamais de la douleur. La main posée sur cette cicatrice, il écarta ses doigts pour pouvoir y mêler ceux de son amant alors qu’il se laissait baigner par cette émotion profonde et puissante. Ne se rendant pas compte de la douce chaleur qui émanait de sa chevalière. Ouvrant les yeux au bout de longues secondes, il le vit, se perdre dans son combat intérieur.

Sa main toujours contre cette cicatrice, il s’aida de celle qui était encore libre pour se relever et serrer dans ses bras l’homme.

« Tumaini » l’appela-t-il doucement, ses lèvres venant à nouveau caresser les siennes. Sa bouche touchait encore celle du soldat lorsqu’il reprit la parole « Reste avec moi » et bien qu’il ne se rendait compte de rien, sa magie et sa profonde affection pour lui effaçait lentement les traces de cette cicatrice alors qu’il le serait un peu plus contre son corps. Son corps entier s’enflammait pour lui, se rappelant de la force de cette sournoise jalousie qu’il l’avait envahie quelques heures avant, et cette force, il la projetait à présent dans quelques choses de plus doux, plus tendre mais tout aussi sincère et surtout, tout aussi puissant.

« Dis-le » demanda-t-il avec douceur alors qu’il se penchait un peu plus en avant, penchant le corps de Tumaini vers l’arrière, l’allongeant sur le sol sans pour autant les séparer. Il se tenait d’une main au-dessus de lui, le fixant, son regard était comme de la lave en fusion tant il l’aimait avec ardeur. « Dis-le » répéta-t-il, cette fois-ci avec une détermination et une pointe d’autorité qui lui était peu commune. Il se retira lentement de lui, pas assez pour complètement le quitter, juste assez pour qu’il puisse lire dans ses yeux le désirs, parce qu’il ne reviendrait pas en lui sans la certitude qu’il le voulait. Il voulait le vouloir, il voulait l’entendre. Il devenait fou, fou d’amour à l’idée qu’il puisse le perdre, et son regard si déterminé à la seconde, se voilait d’une inquiétude incontrôlé…Il avait besoin de lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Sam 11 Juin - 21:23

Kafele vint le rejoindre et le serrer dans ses bras mais le corps de Tumaini était bien trop déchiré intérieurement pour le sentir et s’en rendre compte. Au bord de l’évanouissement, il parvint simplement à se raccrocher à sa voix qui l’appelait avec douceur. Il ne parvint à lui répondre que d’un petit souffle suppliant, incapable de comprendre l’ouragan qui faisait rage en lui ou de savoir où il se trouvait et pourquoi. Quelque chose pourtant parvint a venir caresser intérieurement son corps en ruine et le faire frissonner un peu plus. Quelque chose de lumineux et de chaud qui les enveloppait, la magie de Kafele ou était-ce son amour ? Alors qu’il avait l’impression de dépérir Tumaini pu sentir son coeur battre un peu plus fort déversant des vagues d’adrénaline et d’endorphine dans ses veines pour se mêler au poison.
Écartelé entre agonie et jouissance, il entendit à peine la demande de Kafele et comprit encore moins ce qu’il voulait qu’il dise. Tétanisé, Tumaini ne pu que se laisser faire et s’allonger sur le sol. Ses yeux se perdirent un instant dans les étoiles et il sentit des larmes s’échapper du coin de ses yeux sans qu’il ne parvienne a sentir pourquoi. Était-ce de la joie, de la peur, du désespoir ? Plus rien dans son corps ou son esprit n’avait réellement de sens maintenant.

- Kaf’... appela-t-il faiblement car malgré tout, même si lui avait l’impression de flétrir et de se désintégrer il savait que Kafele était encore a ses côtés, chaud, doux et entier, prêt à l'accueillir dans ses bras.

Celui-ci le surplomba mais le regard de Tumaini fut incapable de quitter les étoiles et de le voir. Au lieu de cela il ne perçu que l’ombre imposante, la lueur dangereuse dans son regard et la pointe dans sa voix qui transperça son coeur fébrile. Il s’étouffa de peur, à nouveau assaillit par les souvenirs atroces qui se mêlaient aux sensations de son corps sans que celui-ci ne doive l’inventer cette fois. Il avait mal, se sentait transpercé et envahit par la cruauté et bien que cela parvenait encore a faire frémir son intimité, il sentit surtout qu’un poids appuyait atrocement sur sa poitrine en l’empêchant de respirer. Son souffle court, sa gorge écrasée d’émotion et ses larmes vinrent parfairent le tableau pour le plonger et le submerger entièrement dans son traumatisme.

- Pitié. supplia-t-il fébrilement alors qu’il se retrouva tant d’année plus tard dans cette même pièce sombre au milieu des débris de son passé. Pitié. répéta-t-il alors qu’il put contempler à nouveau les cadavres de ceux qui avaient été sa famille. Sa mère, son frère…

Tumaini referma les yeux et se crispa sur le sol, incapable d’en subir plus. C’était pourtant derrière ses paupières closes que ces sombres songent trouvaient leur chemin jusqu’à son esprit d’ordinaire. Mais cette fois retrouver le noir et le vide le soulagea juste un peu de ne pas visualiser ces visages figés de mort, ces débris tâchés de sang, son sang, de ne plus voir l’ombre au dessus de lui. Il put chasser les images et les sons mais pas cette sensation encore logée au plus profond de lui qui le faisait toujours autant frissonner de douleur et de plaisir.
Il fuit les souvenir, les traumatismes qui pourchassaient son esprit sans relâche et fuit si loin de son cerveau qu’il alla se cacher quelque par où il pensait ne rien trouver. Le battement régulier et calme de son coeur lui apporta un peu de paix et de soulagement dans la panique. Un peu de lumière et de chaleur comme un petit feux de camps dans un blizzard cruel. Il s’en approcha un peu plus, intrigué et fasciné d’y trouver un peu de bien-être alors qu’ailleurs en lui régnait le chaos et la souffrance. Même cette nuit, même la plus sombre des nuits, il avait toujours en lui un peu de lumière et de chaleur.

- Kafele…
murmura-t-il en reconnaissant son frère logé au creux de sa poitrine, serein et patient, sûrement légèrement amusé qu’il ai mit tant de temps a le retrouver.

Tumaini rouvrit les yeux et cette fois il retrouva Kafele. Au lieu de la pièce sombre, il vit les étoiles. Au lieu des démons, il avait son frère. Au lieu de l’horreur il trouva l’amour. En un regard la chaleur vint remplacer le froid et les frisson de plaisir chassèrent la douleur.

- Prend-moi. supplia-t-il en venant se coller un peu plus à lui pour sentir son corps, sa peau, sa chaleur et son coeur. Mais ce que le soldat put sentir plus que tout était le brasier qui l’enveloppait complètement et son propre coeur battant comme des tambours de guerre. Je te veux. Je t’aime. Je te sens… souffla-t-il le visage, le corps, l’esprit et le coeur en feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Sam 11 Juin - 22:06

Il pouvait le sentir lui échapper mais pourtant, il resta auprès de lui. Continuant de baiser sa peau, il gouttait à celle-ci, que cela soit celle de sa nuque ou de son torse, il voulait à tout prix que dans les méandres de ces pensées il puisse sentir son contact et que sa bouche puisse la ramener doucement à lui. Il ne le laissera pas, ne l’abandonnerait pas, il combattrait avec lui comme il l’avait toujours fait. Bien qu’il combattait avec des armes bien différentes de ses képesh, il ne se sentait pas plus faible pour autant. Il le voulait, à lui, pour lui et à jamais. Et comme l’assassin qu’il était, il n’était pas capable de perdre sa cible, et aujourd’hui sa cible n’était nul autre que le cœur de Tumaini. Il savait qu’il avait compris et il ne pouvait pas croire que cet amour n’était pas réciproque et comme le soldat le lui avait il y a bien une vingtaine de minute, il ne se reposerait pas sans avoir obtenu ce qu’il voulait. Peut-être était-il trop rude pour Tumaini, peut-être aurait-il dût lui laisser un peu de répit mais son amour et la passion qu’il nourrissait pour cet homme l’incitait à continuer dans cette voie et à l’appeler de ses caresses.

Son cœur se tordit de douleur pourtant en l’entendant supplier mais cela ne le força qu’à continuer de plus belle, sa main se glissant jusqu’à sa taille et venant délicatement étreindre son excitation, veillant à ce que celle-ci ne faiblisse pas et combatte avec lui. Il s’efforça de ne pas le pénétrer, pas avant qu’il lui demande de le faire, mais l’envie de le faire sien était aussi un combat qu’il devait mener pour ne pas céder à cette tentation. Sa tête lui tournait, entre l’inquiétude et l’amour qu’il éprouvait pour cet homme se mêlait une pointe de culpabilité de ne pas le laisser respirer mais il ne voulait pas, ne pouvait pas, il arrêterait qu’à sa demande explicite…
Entretenant son désir, son corps réagissait et lui rappelait qu’une part du soldat était toujours à ses côtés, il fixait celui-ci, cherchant à le retrouver, posant ses lèvres sur les siennes pour le ramener à la réalité. Et sous ses chaleureuses caresses, il pouvait sentir l’afflux sanguin, son excitation et son retour, il esquissait un sourire par avance qu’il ne pouvait réprimer alors qu’il vit à nouveau dans les yeux de Tumaini la lueur de la vie.

« Je suis là »

Répondit-il à son appel, mais la supplication de celui-ci aussitôt suivit de sa déclaration enflamma littéralement l’assassin. Lui qui était de nature plutôt timide était à présent prêt à tout pour assouvir les désirs de cet homme, il voulait l’entendre, encore, il voulait le sentir, être en lui et jouir en lui. Il pénétra à nouveau celui-ci, lentement, lui laissant le temps de s’habituer à sa présence alors que sa main délaissa son anatomie masculine pour se glisser sur sa hanche, et sous ses fesses, les soulevant légèrement pour faciliter et approfondir leur étreinte.

« Je t’excite ? » Demanda-t-il avec une pointe de provocation alors qu’il fixait le soldat, il eut ce sourire un peu narquois que pouvait avoir Tumaini alors que ses yeux brûlaient de désir pour lui. Sa main glissa de ses fesses jusqu’au-dessous de sa cuisse, rejoignant le creux de son genou qu’il força à replier. Il obligeait lentement l’homme qu’il aimait à s’allonger à nouveau vers le sol alors qu’il glissait la jambe de celui-ci contre son torse, posant son genou sur son épaule. Il s’ôtait lentement de lui avant de s’y enfoncer une nouvelle-fois profondément. Il fut immédiatement pris d’un frisson de plaisir, plus intense encore que ce qu’il avait pu vivre avant, une de ses mains maintenant la jambe du soldat contre lui, ses doigts s’enfonçant doucement dans sa chair.

« Regarde-moi » grogna-t-il d’une voix qui exprimait déjà facilement son état d’excitation alors qu’il avait du mal à garder un souffle régulier. « Je veux que tu te souvienne de cette nuit… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Eli

avatar

PNJ


Messages : 490
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Dim 12 Juin - 7:32

Il le sentit pénétrer en lui à nouveau, avec une lenteur et une douceur qui lui arracha un long râle de volupté. Son corps tout entier frissonnait de plaisir sans qu’il ne parvienne a bien comprendre la source. Était-ce de le sentir si profondément en lui, ou se sentir emprisonné de ses bras et de son ventre, ou était-ce ce visage si beau qu’il avait devant lui et dont les yeux brillaient bien plus que les étoiles cette nuit ? Sentant peut-être le trouble dans l’état de son frère, Kafele s’amusa a le narguer comme Tumai aimait tant le faire quand il savait qu’il avait la main. Le soldat n’eut même pas l’esprit de s’en rendre compte ou de se défendre. Il ne savait pas du tout ce qu’il ressentait et pourtant il fut incapable de ne pas lui offrir de réponse et laissa les mots s’échapper de son cerveau chamboulé.
- Tu me fais mal. C’est si bon… soupira-t-il en tremblant de contradiction.
Son corps brûlait tellement qu’il avait l’impression que son cerveau se faisait cuire, le laissant incapable de comprendre ce qui lui arrivait. Pourtant il n’eut même plus l’esprit de se sentir perdu, démuni ou agacé. Il n’y avait de place en lui que pour le plaisir, que pour l’amour, que pour Kafele.
Il le laissa le manipuler, faire ce qu’il voulait de son corps sans s’en inquiéter en sachant que peu importe ce qu’il pouvait faire, il lui en redemanderait bientôt plus encore.

Lorsqu’il le sentit s’enfoncer en lui une nouvelle fois, il sentit tout son corps se crisper de plaisir et sa tête bascula en arrière alors que ses yeux se révulsèrent. Il fut incapable de respirer pendant une longue seconde et lorsqu’il expira enfin il eu l’impression qu’un courant électrique s’affolait dans toute sa chair. Poussant des râles de plaisir, il lutta pour reprendre un peu son souffle et sa contenance mais Kafele le rappela rapidement à lui sans lui laisser de temps de répit.
Le soldat lui obéi mais il sentit cette fois qu’il dût se forcer un peu et une moue insolente anima ses lèvres. Elle s’étira en un vrai sourire lorsqu’il se rendit compte qu’il n’était pas le seul à être dans tous ses états.
- Ferme-la et baise-moi. ordonna-t-il à son tour, parant son désir de défi pour ne pas paraître trop désespéré.
Laissant la jambe qu’avait déjà saisit Kafele contre lui, il releva doucement l’autre pour venir poser sa cheville sur son épaule et écarta un peu plus les jambes pour s’ouvrir et s’offrir plus encore à lui.
- Si j’oublie… Tu n’auras qu’à me le rappeler. Encore… Et encore… Et encore… nargua-t-il en venant agripper l’arrière de la cuisse de Kafele pour l’encourager à prendre le rythme. Son propre petit jeu ne tarda pas à l’envahir de vagues de plaisir et lui arracher à nouveau des râles incontrôlés dans lesquels se mêlèrent des mots tout droit sortit de son centre de plaisir.

- Ha… Plus… J’en veux plus.
supplia-t-il indécemment. Il avait pourtant l’impression d’être à bout, d’avoir déjà atteint le septième ciel depuis longtemps mais chaque coup de rein de Kafele le transportait encore un peu plus haut. Il put même sentir des gouttes de jouissance lui échapper et s’échouer sur son propre bas ventre, trahissant l’état de plaisir dans lequel il se trouvait. Mais son orgasme ne semblait avoir ni de début, ni de fin et il ne put qu’en vouloir plus encore.

- Kafele je t’aime. Je t’aime. Je t’aime...
souffla-t-il encore et encore en sentant son coeur se mêler à la danse et vibrer en harmonie avec leur corps. Ces mots n’avaient toujours pas plus de sens pour lui qu’avant mais dénué de raison à cet instant il comprit qu’ils étaient pourtant vrais et sincères. Ils provenaient du plus profond de son coeur, crus, puissants et insaisissable car inexplicables et irraisonnables.

- Tu es à moi, pour toujours. Pour toujours. Prend tout de moi. Je te donnerais tout. Tout ce que j’ai. Tout ce que je suis. Tout. laissa-t-il échapper dans ses râles de plaisir sans même être capable lui même de savoir d’où lui venaient ces paroles et ce qu’il essayait de dire. Il pouvait s’entendre parler néanmoins et cela l’agaça très légèrement d’être incapable de se contrôler alors il vint saisir le visage de Kafele pour le forcer à plaquer ses lèvres sur les siennes et le faire taire. Même dans leur baiser, sa voix enflammée se mêlait à ses souffles dans des gémissements indécents, tremblants et suppliants. Sa langue vint réclamer une danse plus douce et langoureuse que celle de leurs hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Dis le moi   Dim 12 Juin - 11:06

Il avait un tel pouvoir sur lui, il était capable de le rendre aussi gêné qu’une gamine ou à l’inverse de réveiller chez lui des instincts si primaire qu’il ne pouvait plus du tout raisonner autrement que par des décisions simples. Sa mâchoire était crispée alors que sur sa peau, la sueur perlait doucement, son regard plus fiévreux que jamais était incapable d’observer ailleurs. Il voulait le faire hurler, entendre sa voix, assoir sa propre domination, l’aimer et être aimer, et recommencer. Et alors qu’il répétait le mot « encore » à plusieurs reprises, il battait le rythme de ses paroles à coup de rein salvateur. La bouche entrouverte, il tentait de remplir ses poumons d’assez d’air pour ne pas flancher alors que sa main mordait la peau de sa cuisse pour s’y agripper plus durement.

Il lui demanda plus et il lui donnait plus, sa chair claquant contre la sienne, il ne voulait pas être l’ingénu, ne ressentait ni le besoin de frotter sa nuque, ni l’envie de rougir. Mué par le désir insatiable de sentir contre sa chair l’étroitesse de son corps, il s’activait toujours plus, s’enfonçant aussi loin qu’il le pouvait. Le rythme était lent, mais seulement pour pouvoir le pénétrer plus violemment, pousser plus loin son emprise, et le plaisir qui en découlait était aussi indécent qu’intense. Ses dents cherchèrent la chair de sa cuisse, s’y plantant férocement alors qu’il ne le quittait toujours pas des yeux et qu’il l’écoutait. Jamais il ne se lasserait de ce spectacle, imprimant chaque image, chaque son, intensifiant son propre plaisir à l’entendre ainsi lui dire « Je t’aime » avec tant de spontanéité que si le soldat n’était pas certain de leur sens, la sincérité suffisait à convaincre Kafele et à le rendre plus fou encore de lui.

Y avait-il une limite à l’amour ? En cet instant, l’assassin en doutait fortement, il avait la sensation de retomber amoureux, et à chaque fois, c’était comme s’il tombait plus profondément encore que la dernière fois. Il accueilli ses lèvres et sa langue non sans sourire derrière alors qu’il l’aidait à se maintenir dans cette position en plaquant sa main libre sur son dos. Il profita de cette pause pour pouvoir calmer les battements cardiaque, craignant que son cœur ne finisse par exploser mais surtout, il profita de ce répit dans l’idée de prolonger leur ébat. Il goutta à sa langue et à ses lèvres, grognant et gémissant sous ses baisers avant d’interrompre doucement cet échange pour poser son front humide contre le sien.

« Tu me rends dingue… »

Lui dit-il savoir alors qu’à nouveau la lueur enfiévré anima son regard. Il s’écarta, quittant le corps de Tumaini pour l’obliger à se retourner et être dos à lui. S’asseyant sur le sol, il ramena celui-ci contre lui et son érection. Il l’empala doucement, le soldat assis contre sa verge, il baisa son dos, glissant sa langue pour goutté sa sueur alors qu’une de ses mains sur ses hanches l’incitait à se relever pour mieux redescendre et reprendre leur danse charnel.

Ses dents caressèrent doucement l’épaule nue de Tumaini alors que sa main glissait entre les cuisses de son amant, ses doigts caressant la base de son mat. Il jouait avec pierre, pouvant sentir les siennes se mêler à ce petit jeu à intervalle régulier lorsqu’il se trouvait entièrement en lui. « Appelle moi » murmura-t-il dans un souffle gorgée de luxure alors qu’il délaissa la base de sa chair pour venir enserrer sa longue tige, commençant une lente masturbation, au rythme de la pénétration. « Je veux jouir avec toi »

Eux qui avaient pris pour habitude de considérer ce moment comme un jeu, ce soir il ne voulait aucune compétition de la sorte. Il le fit doucement basculer en avant, sa tête posée contre son dos, sa main étreignant amoureusement sa verge. Il se releva légèrement, observant avec envie le dos qui se dessinait sous ses yeux. Son regard se posa une seconde sur la base de ses fesses, observant la perversité de leur acte et y prenant un plaisir indéfinissable à se voir unit à lui.

« Je veux que l’égypte entière puisse nous entendre crier de plaisir, que tous sache qu’il n’y ai que moi pour te baiser de la sorte et qu’il n’y ait que toi pour me rendre aussi fou… » Dit-il d’un ton alangui.

Joignant les paroles à l’acte, il intensifia le rythme de sa pénétration, sa main se calquant sur cette danse dans ses caresses. Il pouvait sentir les vagues de plaisirs lui arracher des gémissements de plus en plus intenses au fur et à mesure qu’il augmentait la rapidité de ses assauts. Sa main libre agrippa pleinement l’une de ses fesses, l’incitant à suivre le rythme alors que l’autre peinait à suivre le mouvement dans les caresses qu’elle administrait à son érection.
Les gémissements laissèrent place à des râles, et il ne fut pas difficile de comprendre qu’il était au bord de l’extase mais il voulait être sûr qu’il ne voyagerait pas seul vers le septième, il le voulait à ses côté lorsqu’il attendrait ces cieux. Serrant les dents, il se guidait avec l’aide de l’attitude de Tumaini, de sa voix, des obscénités qu’il pourrait lui dire, s’enfonçant plus profondément, intensifiant ses caresses, et lorsqu’il crut entrevoir les premiers signes de son extase à lui, il augmenta juste assez la force de ses attaques et cessa de lutter.

Son corps se raidissait alors qu’il jouissait bruyamment, laissant sa voix exprimer cette libération salvatrice et intense. Se sentant se déverser en lui alors que ses pensées semblaient s’être subitement éteinte pour ne laisser place qu’à cette sensation de plaisir pure. Ses muscles étaient gagnée par des spasmes de plaisir alors qu’il profitait de ce long orgasme, les yeux rivés sur les étoiles. Et aussi soudainement qu’il s’était crispé par le plaisir, tous ses muscles se relachèrent, Il dut se maintenir à l’aide d’une main pour ne pas s’échouer lourdement contre le dos de Tumaini.
Il se sentait trembler, tant l’effort physique lui était à présent difficile, rechercher à trouver une respiration plus régulière alors qu’il se sentait pantelant. Son cerveau s’activait à nouveau lentement alors qu’il laissa échappé un rire de bonheur intense en repensant à cette extase intense.

« Je t’aime… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dis le moi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dis le moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Rp's spéciaux :: Flashback-