AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 L'amour ne peut être corrompu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: L'amour ne peut être corrompu   Mar 19 Juil - 12:00

Tumaini au tombeau, Kafele avait été ramener chez lui pour panser ses
blessures et trouver le repos. Plus de ving-quatre heure s'était
écoulée avant que les prémisses du réveil se faisait sentir,
s'agitant légèrement, l'assassin était tiraillé par les cauchemars,
au milieu des flammes  et de la douleur, il continuait sans cesse de
l'appeler.

KAFELE:
 *Se réveille d'un coup, le corps en sueur, hurlant encore une fois le
 prénom de Tumaini. La respiration saccadée et la main contre son
 torse, il prend doucement conscience*

ASIM:
 *s'approche d'un air inquiet et l'encourage d'un geste à rester
 allongé* Du calme Kafele, tout va bien.  Il va bien.

KAFELE:
 *A un léger mouvement de recule, observant Asim d'un air apeuré
 avant de doucement comprendre qui il était et où il se trouvait.*
 Où ? Je dois le voir

ASIM:
 Au tombeau. Eshe s'occupe de lui mais...  Tu ne peux pas y aller tout
 de suite. Il faut que tu te reposes. Il faut que tu te calme et...
 *se mord la lèvre mais ne se défile pas* il faut que tu me parles.

KAFELE:
 *Tente de se calmer, ne sachant pas s'il est rassuré de savoir Eshe
 auprès de Tumaini ou inquiété de le savoir* *détourne les yeux* Je
 sais...
 *se repose dans le lit lentement, ses muscles encore tiraillé* Je
 sais même pas par quoi commencé *admit-il en se frottant la tête*

ASIM:
 Tu m'as dis...  Qu'il était mort. *commença-t-il en sachant qu'il ne
 commençait pas par le plus facile mais c'était une des seules
 informations qu'il possédait. Une fausse information d'ailleurs.*

KAFELE:
 Je l'ai cru... *Pourtant, il subsistait toujours un doute en lui, un
 doute qu'il avait préféré noyer parce qu'il l'obligerait à revivre
 cette journée et cette enfer* Ou voulait le croire... *Avoua-t-il
 malgré tout, la gorge serré par cette confession alors qu'il fixait
 le plafond pour ravaler ses larmes*

ASIM:
 *pose une main sur son épaule* Je sais que c'est dur. Mais si tu veux
 que nous puissions te comprendre... Vous comprendre... Il va falloir
 tout me dire. Kafele...  *baisse les yeux en soupirant* ton ami est
 mal en point et pour l'instant nous essayons surtout de comprendre.
 Qui ?  Comment ?  Pourquoi lui ?  Pourquoi toi ?  Pourquoi maintenant
 ?  Telg nous a confirmé que Femi était contrôlée par quelqu'un
 d'autre, ce qui veut dire qu'il y en a d'autres qui sont impliqués.
 Aide-nous... Aides-nous y voir plus clair. S'il-te-plait ?

KAFELE:
 *Soupire, sentant sa gorge se nouer d'avance. Il prend quelque minute
 de silence pour trouver la force, ou le courage, pour savoir par où
 commencer ou pour tenir le coup...Il ferme les yeux, se souvenant des
 visages, des voix, des rires, des bons instant* Nous étions
 Sept...Thi, Seth, Nail, Kames, Uga, Tumaini et moi... Nous étions que
 des enfants...Du moins...Physiquement... *Ses mains se crispent
 légèrement sur les draps* On nous a entraîné, on nous a nourri, on
 a vécu tout ça ensemble. Nous n'avions plus de famille, nous
 n'avions plus que nous. *Garde les yeux fermés, en tentant de
 s'accrocher aux bonnes images pour pouvoir tenir le coup*
 Votre...Abiad...Un jour il est...Entré... Il a déterrer des choses
 que j'avais oublié... Je l'ai combattu, avec l'aide de mes frères et
 de... *il hésita une seconde...Ayant la désagréable sensation de
 les trahir tous à nouveau* Letti *il ne précisa pourtant rien de
 plus sur elle et reprit* j'ai commencé à me poser des questions...A
 me souvenir d'autres choses...Et puis...Il y a eut...Toi...
 Ca a ouvert des portes que j'ai plus jamais été capable de refermer
 malgré mes efforts...Plus le temps passait et plus j'ignorais
 pourquoi nous nous battions exactement, pour qui...Nous ne voulions
 pas que notre histoire se répète, c'était ce qui nous motivais à
 l'époque, nous maintenait lié, soudé, mais on nous en demandait
 toujours plus, et ça n'avait plus de sens...Ils ne méritaient pas
 cette vie, personne ne la mérite, je voulais...J'ai voulu que... *il
 se crispa de nouveau, cette partie là, il ne voulait pas s'en
 souvenir, c'était bien trop douloureux, bien trop difficile*

ASIM:
 Tu étais seul quand tu nous a retrouvé. *l'aida-t-il a continuer en
 replaçant les pièce de puzzle dans sa tête* et tu a enterré tes
 armes de guerre. *réfléchis un instant* Mais s'il veut te tuer...
 P-pourquoi... ?

KAFELE:
 *se met à trembler* je voulais... Je pouvais pas...*ses paupières
 closent se crispe* je pouvais pas partir sans eux... Je voulais pas...
 Je n'y arrive pas... Je suis désolé... Je suis tellement
 désolé...*tente de compartimenter ses sentiments. De reprendre le
 contrôle avec difficulté* je voulais aider... L'aider... * saisi
 soudainement la main d'Asim. Parce que les mots étaient trop confus
 et trop dur il l'emmena dans ses souvenir... Ses dernières minutes...
 L'enfer... La voix...*

ASIM:
 *se crispe en visionnant les souvenirs, s'efforçant de garder son
 calme au rappel de la guerre et en émergeant il serra un peu plus la
 main de son frère et le prit dans ses bras.* Ce n'était pas ta
 faute. *murmura-t-il avec tristesse en sachant que ce n
 *Que ce n'était pas ce que Kafele pensait* Telg... Il a dut penser
 que tu ne reviendrais pas si tu avais su.

KAFELE:
 * la douleur est trop insupportable et il s'effondre dans ses bras.
 Tremblant et en larmes. C'est en entendant ce prénom qu'il semble se
 ressaisir légèrement* Quoi ? * les souvenirs répondent à cette
 question avant Asim et il se mit à trembler de plus belle en
 comprenant*
 Il... *et toute sa tristesse, titre sa culpabilité se muent doucement
 en une colère profonde et intense.*

ASIM:
 Il t'as ramené à nous. Chez toi. *répondit-il fermement tout en
 comprenant son trouble* Kafele, il le fallait. Si tu n'étais pas
 revenu... Mes frères auraient tué un frère. Ils t'auraient tué toi
 et tes frères si tu n'avais pas- *son esprit trébucha alors sur une
 pensée.* Je pensais... Qu'ils les avaient tous tués. Les Bâtisseurs
 et tous leurs soldats. Comment... Comment a-t-il survécu ? Et qui...
 Qui l'a envoyé à nos portes ? *se questionna-t-il d'un air soucieux
 en se doutant que Kafele n'avait pas plus de réponses que lui sur
 cette partie de l'histoire*

KAFELE:
 Au prix de la vie de mes frères... * il serra un peu plus sa main
 pour contenir cette colère* ce qu'ils m'ont fait à moi... Ils leur
 ont fait aussi... Je voulais fuir avec eux n'importe où... Chez moi
 c'était avec eux... J'ai tué mes frères... Je les ai tous tué... *
 il rejette Asim* j'aurai préféré mourir au combat avec eux que de
 les avoir trahit! * se lève brutalement*

ASIM:
 *se releve en tentant de l'apaiser*  Ce n'était pas ta faute Kafele.
 Ni la leur, ni la tienne. Calme-toi s'il te plait.

KAFELE:
 Des outils... C'est tout ce que nous sommes... Des outils...

ASIM:
 Pas ici. Tu es mon frère. Ne laisse pas la guerre te blesser plus
 qu'elle ne l'a déjà fait. Te voler plus qu'elle ne l'a déjà fait.
 Calme-toi.
 Nous ne pouvons pas refaire le passé. Mais nous pouvons décider
 comment agir aujourd'hui et ce que sera demain.
 Tumaini... Tu
 Tumaini... Ton ami. Rê ne souhaite pas sa mort mais nous ne pouvons
 le sauver du mal qui le ronge. Je suis désolé. Et il est dangereux.
 Trop dangereux...

KAFELE:
 Qu'est ce que tu veux dire ? * fixe Asim*

ASIM:
 Je veux dire qu'il est vivant... Pour l'instant. Sebak a dit que...
 S'il ne mourrait pas. Nous devrons le tuer. *baisse les yeux*
 Kafele... Ils le maintiennent en vie pour pouvoir l'interroger mais...
 Mais ils disent qu'il n'en a pas pour très longtemps. Et il ne parle
 pas.
 Avec ton aide... Peut-être pourras-t-il vivre ses derniers
 instants... En paix ? Tu dois nous aider Kafele. Tu dois l'aider...

KAFELE:
 *fixe Asim quelques secondes. Le temps de comprendre et d'encaisser*
 tu me demande... * n'ose pas prononcer la suite et se laisse tomber au
 sol*   J'ai pu le ramener... J'ai pu... Ça n'a aucune espèce d'importance ?

ASIM:
 Je... Je ne sais pas. Je n'ai jamais vu quelque chose de semblable de
 toute ma vie. Aucun de nous... A part Sebak. *s'agenouille près de
 lui et le prend par les épaules* Kafele, ton ami... S'est transformé
 en Djinn de feu. Une arme des combattants du Temple de Seth. Il a
 été dit qu'elle avait disparue pendant la guerre mais... *serre un
 peu plus Kafele pour l'obliger à le regarder.* Sebak dit qu'il n'a
 pas pu faire ça tout seul. Le procesus nécessite beaucoup de magie,
 une magie très puissante. Quelqu'un lui a infligé ça Kafele. Nous
 devons découvrir qui.

KAFELE:
 *se laisse mollement allez sous les mains d'Asim* des outils... *
 baisse les yeux et pousse un soupir en retenant un sanglot* qu'est ce
 qui va se passer ?

ASIM:
 Je ne sais pas Kafele... J'aimerais avoir plus de réponses mais...
 C'est justement ce qu'on cherche.

KAFELE:
 D'accord...

Asim guida lentement Kafele jusqu'à l'entrée du Tombeau gardé par
deux soldats. Ils ne les laissèrent pas passer.

DALILA:
 Personne ne rentre où ne sort.

AMON:
 Comment va Rê.


ASIM:
 Toujours inconscient. Laissez-nous rentrer.

DALILA:
 Il a dit "personne ne rentre, personne ne sort."


SEBAK:
 *s'approche de la sortie* Est-ce que... Moi j'peux sortir ?

DALILA:
 Non.

AMON:
 Dali...

DALILA:
 J'ai dis non.


SEBAK:
 *soupire et hausse les épaules* Bon et bien on a qu'à parler ici.
 Kafele, content de voir que tu ailles bien.

KAFELE:
 *semble resté impassible. Trop las pour vraiment réagir il se laisse
 guider jusqu'à l'entrée qui leur est barré. Son regard croiser
 celui de sebak.* où est eshe ?

SEBAK:
 *calme et compatissant, détendu même* A l'intérieur. Elle va bien
 ne t'inquiète pas. Le Djinn est encore inconscient.
 C'est mieux ainsi, comme il ne parle pas ça nous permet de temporiser
 un peu. Son... Son corps ne tiendra pas très longtemps. *renifle d'un
 air embarrassé* Pardon. "Personne n'entre ou ne sort, mais est-ce
 qu'on pourrait avoir un peu d'intimité ?


Les deux gardes échangèrent un regard. Dalila planta sa lance à la
limite de l'entrée du tombeau, érigeant un mur invisible et lança un
dernier regard sévère aux hommes avant de s'éloigner avec son frère
Amon.

SEBAK:
 Asseyez-vous. *invita-t-il en désignant un banc juste à l'entrée du
 tombeau alors qu'il s'adossait contre un pilier* Je dois savoir
 Kafele... Comment as-tu fais pour le faire revenir à lui ?

KAFELE:
 * se crispe en l'écoutant. Lui et ses promesses de mort, et le fait
 qu'il le nomme le djinn* Tumaini... *demande t il simplement et
 calmement avant de s'assoir. Il rassembla ses souvenir sur ce combat*
 je me suis souvenu d'une histoire de mère... * il passa sa main envie
 tremblante sur sa nuque* j'ai senti la présence de... Nos frères...
 Je lui ai dit de se battre... J'espérais fatigué cette chose en lui
 pour lui facilité la tâche... J'ai échoué *avoua-t-il en baissant
 les yeux* il aurait pu me tuer mais... Il l'a arrêté... * sent son
 masque de froideur s'effriter a nouveau* il fait que tu sache que...
 Lui et moi... Nous n'étions pas que frère...

SEBAK:
 *réfléchis longuement* Clairement tu n'as pas complètement
 échoué. *soupire et profite d'une seconde de silence* Quand la
 guerre a éclatée, les prêtres de Seth ont retrouvé les cendres du
 Feu, profondément enfouie dans nos tombeaux. Et les écritures...
 décrivant sa nature, son pouvoir. Nous pensions pouvoir l'utiliser,
 comme arme.
 Lorsque les choses se sont aggravées nous avons choisit notre
 meilleurs guerrier pour brandir l'arme de Seth et déferler le feu, le
 chaos, la rage et la violence sur nos ennemis. Il a brûlé toute une
 armée. Envolés, Nécromants... Et il a brûlé tout un village. Et
 ce n'était pas assez pour lui. Il s'est retourné contre nous.
 Ce guerrier était mon ami. Un de mes meilleurs amis. Mais le feu et
 la rage l'avait rendu aveugle, assoiffé de sang et de chaos.
 Insatiable. Nous l'avons enfermé et privé de nourriture pour les
 flammes, son esprit a pu a nouveau voir la lumière du jour. Mais
 lorsqu'il est revenu à lui il était déjà trop tard. Il avait tué
 ses frères d'armes. Sa femme. Son fils. Il ne lui restait que son
 propre à brûler. Et le feu n'a cessé jusqu'à ce qu'il ne reste
 rien de lui à part ce tas de cendre.
 Nous avons enfermé ces cendres, aussi profondément que nous les
 avions trouvé dans nos tombeaux. Brûlant les écritures en les
 remplaçant par un sceau et un avertissement pour les générations
 future.
 Personne n'osa y toucher ou même poser les yeux dessus pendant des
 décennies. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une poignée d'entre
 nous. Trop détruit, fou ou enragé pour songer à être prudent ou
 même sensé. Nous ignorâment l'avertissement car il n'y avait plus
 de génération future à prévenir. Mais les cendres avaient
 disparues.

KAFELE:
 * sent les larmes lui revenir au fur et a mesure qu'il l'écoute* il
 est né en criant mon nom * se souvint il douloureusement. La
 culpabilité revenant* je dois le voir...

SEBAK:
 *soupire doucement en baissant la tête, le coeur encore lourd de se
 remémorer ces souvenirs mais relève la tête avec un petit sourire
 compatissant* Je suis désolé. Le Djinn se nourrit de rage et il est
 incontrôlable. C'est peut-être pour ça qu'il est venu jusqu'à toi.
 Une mauvaise rupture ? *plaisanta-t-il doucement avant de se rendre
 compte que c'était loin d'être approprié, il soupira lourdement,
 lui aussi fatigué par les évènements* C'est peut-être... mieux...
 C'est peut-être ça... *marmonna-t-il doucement, songeur*
 Sans rage à consumer... Le Djinn se consumera lui-même. En liberté,
 il mettra le feu au monde entier, répandant l'incendie... Mais si on
 le contenait... Si on trouvait un équilibre... *réfléchit dans sa
 barbe avant de réaliser quelque chose* L'incantation. Quelqu'un y a
 déjà réfléchi. *s'exclame-t-il en se retournant vers les deux
 autres sans savoir s'il devait s'en réjouir ou s'inquiéter*

KAFELE:
 * sa mâchoire se sert en l'écoutant... Il ne lui en tiendra pas
 rigueur encaissant simplement la lancinante douleur que cette remarque
 fait naître au fond de son Coeur. Continuant d'écouter les
 dernières paroles réveillèrent un autre souvenir.* Letti...
 Elle s'occupait de nous * finit il par expliquer* les blessures
 physique ou moral... Mais pas que... Elle devait s'assurer son reste
 dans le rang... Elle... Elle nous aimait... Elle est venu me
 prévenir...
 Par l'intermédiaire de Femi

ASIM:
 C'est elle dont parlait Telg ? Qu'a-t-elle dit ?


SEBAK:
 Une enchanteresse... Elle a du contrôler son esprit. Contrôler ses
 sentiments. La rage... *se redresse et fait signe aux deux autres
 d'attendre* Il faut que je vois Eshe. *indiqua-t-il avant de
 s'éloigner*

KAFELE:
 *Il acquiesça à la question d'Asim* Elle est aussi fatigué que nous
 par la guerre *et il s'inquiétait sincèrement pour elle* La guerre
 n'est pas éternelle *fit-il en échos à une conversation qu'il avait
 eut avec elle il y a longtemps*
 *Observe Sebak s'en aller, se relevant alors pour s'approcher de
 l'entrée...Il était difficile pour lui de ne pas pouvoir voir
 Tumaini*

ASIM:
 *soupire doucement et tristement* La guerre est sensée être finie...
 *voit l'attitude de Kafele* Je suis désolé sen, je ne pensais pas
 qu'ils prendraient les ordres autant au pied de la lettre.

DALILA:
 *au loin* Je vous entends encore.


ASIM:
 Je devrais peut-être... Aller voir comment va Rê. Il ne devrait pas
 tarder à revenir à lui.

KAFELE:
 *Pose sa tête contre l'entrée* Je reste ici...

ASIM:
 *pose une main compatissante sur son épaule* Tu n'as pas à
 t'infliger ça... Repose-toi.

KAFELE:
 *esquisse un léger sourire triste* Je t'ai menti en te parlant de
 lui... *Soupire* Je l'aimais, profondément... *Baisse la tete contre
 l'entrée* Je l'aimerai toujours...

ASIM:
 *soupire avec un petit sourire* Je comprends... *mais son visage
 s'assombrit en se rappelant ce qui attendait sûrement le couple*
 Je... Je reviens vite.

KAFELE:
 *Il acquiesça, restant sagement à l'entrée et résistant du mieux
 qu'il pouvait à l'envie de l'appeler*

DALILA:
 *s'approche à nouveau de l'entrée et reprend sa place*

AMON:
 *s'approche de Kafele d'un air embarrassé*

KAFELE:
 *ne fait pas vraiment attention à Dalila et Amon, trop obsédé par
 ce qui peut se passer à l'intérieur*

AMON:
 Tu sais... Tu ne devrais peut-être pas rester ici. C'est... *se mord
 la lèvre* Je sais que c'est ton ami mais... C'est que... des fois...

DALILA:
 Il hurle. *froidement* Mais tu ne rentreras pas. Alors autant partir.

AMON:
 Dalila... C'est... C'est son ami ! Soit un peu plus...

DALILA:
 Il ne devrait pas l'être. C'est un ennemi. Mais ça ne change rien.
 Les ordres sont les ordres. Fait comme bon te semble. Tu ne rentreras
 pas.

AMON:
 Et Kafele est notre sen. Ne soit pas si insensible. *boude-t-il*

DALILA:
 *lui lance un regard qui en dit long mais se garde de répondre quoi
 que ce soit, se retournant vers Kafele en serrant sa lance*

KAFELE:
 *Tente de rester hermétique aux remarques malgré l'effort que ça
 lui demande* C'est quoi pour toi...Un ennemi ? *Pose un regard sur
 Dalila* Une personne qu'on t'a dicter de détester parce qu'il ne
 partage pas votre vision ? Il est un soldat, comme toi, il ne prend
 aucune décision, il exécute les ordres, comme toi...Tu ne connais
 absolument rien de lui et que tu le veuille ou non, Ra brille sur
 chacun d'entre nous dès lors qu'il se lève dans le ciel...

DALILA:
 Une personne qui a tué les miens. *répondit-elle avec froideur et le
 fusillant du regard* Il n'est pas un Enfant de Ra et pour cela Ra
 devrait le brûler vif. D'ailleurs. C'est ce qu'il fait.
 *ajouta-t-elle en haussant un sourcil avec un petit rictus mauvais*

AMON:
 Dali ! *choqué et gêné*

KAFELE:
 Laisse Amon... *Lui esquisse un sourire pour le rassuré même si au
 fond il est blessé, il sait qu'il ne pourra jamais faire comprendre
 son point de vue à la majorité du temple.*

DALILA:
 Oui "laisse Amon." Il n'y a plus rien a faire pour les gens comme lui.
 Comme il le prouve encore aujourd'hui. A supplier pour un- *mais elle
 se fit interrompre par un puissant hurlement provenant de l'intérieur
 du Tombeau*

TUMAINI:
 RAAAAHHHHHH JE TE BRULERAIS ! JE TE BRULERAIS SORCIÈRE ! TU NE PEUX
 ME CONTROLER ! JE TE BRULERAIS ! JE TE... ! Je te... *les cris
 s'évanouirent*

KAFELE:
 *se crispe en reconnaissant cette voix, serrant la mâchoire alors
 n'ayant que son imagination pour faire le reste*

SEBAK:
 *accourent à l'entrée un peu essoufflé mais avec un sourire
 victorieux* Ça marche ! Enfin... Il se consume un peu moins vite mais
 il est franchement pas content ! *se rend compte a nouveau qu'il est
 terriblement insensible face à Kafele et ravale son sourire*
 P-Pardon.

KAFELE:
 *Fixe Sebak en essayant de garder l'information qui semble le faire
 sourire et ignorer ce qu'il vient d'entendre* Comment ils vont ? *A la
 fois inquiet pour Eshe et pour Tumaini*

SEBAK:
 *tente de reprendre rapidement un air plus professionnel* Et bien...
 Il est... pas content. Mais encore en forme. Et Eshe... Disons que je
 ne pensais pas qu'une aussi vieille et gentille prêtresse aurait
 autant de... de poigne.
 Elle fait tout pour le maintenir en vie mais pas facile lorsque la
 situation est plutôt "Tuer ou se faire tuer." *se rend compte a
 nouveau qu'il ne choisit pas les meilleurs mots pour s'exprimer* Ils
 vont bien. Tout les deux. Pour l'instant.

KAFELE:
 *Esquisse un sourire en l'écoutant parler d'Eshe, sourire qu'il perd
 presque immédiatement en entendant la suite malgré les efforts de
 Sebak* Elle a besoin de quelque chose ? *la sensation d'être inutile
 commençait à lourdement lui peser*

SEB:
 *apparait à son tour d'un air sombre, comme a son habitude* Que tu
 lui fasse confiance.

KAFELE:
 *S'il y avait bien quelqu'un en qui il avait entièrement confiance,
 c'était elle. Elle s'était occupé de lui, sans jugement, juste sa
 patience, sa sagesse et son amour. Il acquiesça en posant ses yeux
 sur Seb et laisser échapper l'air coincé dans ses poumons*

SEB:
 Si tu veux te rendre utile, repose-toi sen. *conseilla-t-il sans
 savoir qu'il n'était pas le premier à le faire*

KAFELE:
 *soupire en entendant encore une fois ce conseil mais n'arrive pas à
 se résoudre à l'idée de quitter les lieux. Effrayé de ne pas être
 là si le pire devait se produire...Effrayé par l'idée d'abandonné
 Tumaini*

SEBAK:
 Il y a peut-être bien autre chose que tu pourrais faire...
 L'enchanteresse dont tu parlais. Celle qui lui a fait ça. Qui
 est-elle ?


SEB:
 L'enchanteresse ?

AMON:
 Vous voulez dire que...
 Quelqu'un ? L'a transformé en cette chose ?


SEBAK:
 Et pas n'importe qui. C'est de la magie très puissante dont on parle.
 J'ai bien peur que l'ennemi ne se trouve pas seulement dans le
 Tombeau. Ou s'il se trouve meme dans notre tombeau. *ajoute-t-il en
 après avoir jeté un coup d'oeil a Kafele*

DALILA:
 *renifle en détournant le regard*

KAFELE:
 Letti...J'ignore si c'est elle qui lui a fait ça...Ce...Ce n'est pas
 la première fois qu'elle... *Il se crispe légèrement* Qu'est-ce que
 tu veux savoir exactement sur elle ?

SEBAK:
 Et bien... Où la trouver. Pour commencer.


SEB:
 Et l'éliminer.


SEBAK:
 En... Seconde partie, probablement.

KAFELE:
 *se tend en écoutant cela. Il en avait voulu à Letti pour ce qu'elle
 avait fait et si elle était réellement responsable de l'état de
 Tumaini, il aurait d'autre raison encore d'être en colère contre
 elle mais...* J'ignore où elle est *Il était sincère, il
 l'ignorait, mais s'il avait su, leur aurait-il dit ?* La tuer est
 indispensable ?

SEBAK:
 Non. Enfin... J'veux dire... Si elle est aussi dangereuse... Et si
 elle a quelque chose contre le Temple de Ra... Je crois que ce
 serait...  logique ? Plus prudent ?


SEB:
 Rê voudra le savoir.

KAFELE:
 *Hésite une seconde* Je...Pourrais peut-être lui parler...

SEB:
 Lui... Parler ?

KAFELE:
 Je sais pas si ça fonctionnera mais... Je pourrais lui ouvrir une
 porte... *il désigna sa tête* mais je ne peux pas être seul si ça
 se passe ainsi...

DALILA:
 *s'enervant en brandissant sa lance* et lui dire quoi hm ? De filer en
 douce par derrière parce qu'on va la traquer ? *grogne de frustration
 en se retournant vers ses ainés* ca sert a rien de lui parler ! Il
 nous ment ! Et il la protegera comme il le protege lui ! Il est avec
 eux ! On peut pas lui faire conf-


SEB:
 Ton manque de foi, en un fils de ra, est déporable *coupa t il*
 Dalila. Parles lorsque tu cesseras de blasphémer tes frères.


SEB:
 *se retourne vers Kafele* Tu verras avec notre chef. Peut-être que
 l'Ubaid pourrait t'aider.

KAFELE:
 *s'apprêtait lui aussi à interrompre Dalila mais Seb le devança et
 il fut plus que surpris mais surtout reconnaissant envers celui-ci. Il
 l'observa, le remerciant en silence avant acquiescer à ses paroles.
 Bien que l'idée de revoir l'albinos ne l'enchantait guère, il était
 prêt à tout les sacrifices pour sauver Tumaini*

SEBAK:
 *prudemment* Pourquoi n'iriez vous pas vous reposer un peu hein ?
 Dalila ? Amon ?

AMON:
 Mais Rê a dit...

SEBAK:
 Je sais ce qu'il a dit mais il ne comptait peut être pas que cette
 situation dure plus de 24h ? Vous avez mérité du repos. Je prendrais
 la relève.

AMON:
 *Dalila pinca les lèvres, n'osant parler* Viens Dalila...

DALILA:
 Personne ne rentre ou ne sort. *répeta-t-elle tout de meme avant de
 s'éloigner*


SEBAK:
 *jette un coup d'oeil avec une moue navrée* Les ordres oui oui on
 sait...


SEB:
 J'y retourne. *annonça-t-il simplement avant de s'éloigner*

SEBAK:
 *soupire en s'asseyant sur le sol*

KAFELE:
 *S'installe sur le sol à son tour* Asim est aller voir Rê...

SEBAK:
 *rigole doucement* pour le secouer comme un cocotier j'espère.

KAFELE:
 *esquisse un sourire en passant une main sur sa nuque* ou lui chanter
 une chanson

SEBAK:
 Je ne sais même pas si ce gamin sait ce que c'est... *se reprend*
 pardon. C'est que... Il sort tellement rarement de sa chambre.
 Enfin... J'veux dire... Bref. Pardon. C'est la fatigue.

KAFELE:
 Tous ça lui est un peu tomber dessus *soupire légèrement* je lui
 fais confiance...

SEBAK:
 Oui ben tant mieux. *soupire* Ton ami... Tumaini ? Je crois... Je
 crois que je l'ai croisé sur le champs de bataille. Ce qui me fait me
 demander si je ne t'ai pas vu toi. Dans le désert pas loin de
 Memphis. *a un étrange sourire en se remémorant * c'était un bon
 combat.

KAFELE:
 *esquisse un sourire à ce souvenir, trouvant du réconfort dans les
 paroles de Sebak* Avec nous sept, vous perdiez d'avance.

SEBAK:
 Ah oui sept... C'était donc bien ça ! *se remémora-t-il avec
 entousiasme* chez nous on vous appelait "la surprise". Lorsqu'on
 entendait "les gars, on a une surprise qui vient !" On savait qu'il
 fallait s'échauffer un peu. Et on ne savait jamais vraiment quand on
 y aurait droit. *rigole doucement avant de se reprendre* Je... Je suis
 navré si j'ai tué quelques uns de tes coéquipiers. J'ai beaucoup de
 respect pour les bons combattants. Et vous... Vous étiez très bons !

KAFELE:
 *Eclate de rire en l'écoutant. Imaginant parfaitement la scène comme
 si elle s'était déroulée hier* La surprise... *répéta-t-il en
 retrouvant son calme en même temps que lui. Il haussa légèrement
 les épaules* C'était la guerre...Nous suivions tous des ordres
 *soupire* Mais merci... *sincère, non pas pour ces excuses mais pour
 lui avoir rappelé que malgré la dureté de ses moments, il n'y avait
 peut-être pas tant de honte à chérir certains de ces souvenirs.*
 Vous étiez pas mal non plus...

SEBAK:
 *rigole de bon coeur * Oui nous l'étions. *soupire un coup en
 regardant au loin, nostalgique* Parfois...  Je me demande si je n'ai
 pas raté l'occasion de mourir... Comme je l'avais toujours imaginé.
 Au combat.  *confia-t-il en sachant que ce n'était pas une opinion
 facile à partager* Maintenant il va falloir que j'apprenne à
 vieillir. *ajouta-t-il d'un ton dépité mais tout de même enjoué *

KAFELE:
 *Esquisse un sourire, ne pouvant que partager ce sentiment un peu
 étrange* Apprendre à vieillir et à vivre avec nos vieux démons
 *Soupire à son tour* Apprendre à être quelqu'un...

SEBAK:
 J'ai entendu dire que tu avais trouvé la tienne, ou du moins que tu
 te débrouillait bien ? Avec Eshe je veux dire. Soigner tout ça...
 Je n'ai jamais été bon à ça.

KAFELE:
 *Sourit en se souvenant de ses premiers années d'apprentissage avec
 elle* C'est vrai....Je m'étais promis de ne plus jamais faire couler
 le sang, préserver la vie me semblait un bon moyen de...Me
 racheter...

SEBAK:
 *rigole doucement* Te racheter ? *soupire* Je... Je vois pourquoi on
 pourrait penser comme ça j'imagine... Mais peu importe ce qu'on fera
 à partir de maintenant, cela ne changera pas le passé. Le futur en
 revanche... Qui sait de quoi demain sera fait.

KAFELE:
 Peut importe la façon dont j'observe ma vie passée...J'ai trahis mes
 frères, d'un côté, comme de l'autre *Baisse la tête* Je ne sais
 pas si je supporterai une nouvelle guerre...

SEBAK:
 *s'amuse doucement* Personne ne te le demande. Et puis... Ceux qui
 sont encore vivant sont ceux qui ont vaincu, ceux qui se sont rendus
 ou ceux qui se sont cachés, trop lâche pour combattre. Quelle
 nouvelle guerre ? Tout le monde est déjà mort. *chercha-t-il à
 rassurer même si le choix de ses mots était toujours particulier*
 Ça. *ajouta-t-il en désignant le tombeau* ça ce n'est pas de la
 guerre Kafele. C'est de la défaite. Les derniers moyens désespérés
 des perdants pour reconquérir ce qu'ils n'ont pas su avoir pendant la
 guerre. C'est médiocre, pathétique et mauvais.
 Et inutile. Il y a une raison pour laquelle les Enfants de Ra ont
 gagné cette guerre, et un raison pourquoi nous nous trouvons là
 aujourd'hui. Et ce n'est certainement pas une poignée de sangsues qui
 y changera quoi que ce soit. *il souffla d'un air doucement agacé
 avant de taper amicalement sur l'épaule de Kafele* "Te racheter" ?
 Moi je dirais que tu as bien mérité de vivre comme tu l'entends.

KAFELE:
 Vivre comme je l'entends...A cultiver des mandarines *rigole doucement
 à ce souvenir plutôt personnelle. Pose sa tête sur la grille* Lui
 aussi mérite de vivre comme il l'entend...

SEBAK:
 *inspire en grimaçant* Ça risque d'être plus compliqué
 malheureusement. Il n'a pas beaucoup d'alliés. Et même ses alliés
 ne doivent pas le valoriser tant que ça pour lui infliger ça.

KAFELE:
 *n'arrive pas à se résoudre à cette idée.* Je suppose que toi
 aussi tu vas m'interdire de le voir ?

SEBAK:
 Ha. Je ne t'interdit rien du tout mais...  Je ne suis pas celui qui
 fait les règles. Encore moins ici.  Et je voudrais pas me faire
 remonter les bretelles par Rê.  Il est très intimidant !  *rigole
 puis retrouve son sérieux* Il faut que tu sois prudent Kafele.  Avoir
 une menace chez soit met tout le monde sur les nerfs et tu ne te met
 pas vraiment du meilleur côté de la balance.

KAFELE:
 Je me fiche bien d'être du meilleur côté de la balance, Si la
 situation avait été inversé, il serait à l'heure actuel en train
 d'essayer de traverser cette foutu porte à coup de hache pour
 venir...

SEBAK:
 Il sonne comme un gars bien. *tapotte sur l'épaule de Kafele* Je dis
 juste que te mettre tout le monde a dos n'aidera personne. Nous
 trouverons une solution.

KAFELE:
 C'est un emmerdeur fini en vrai... *esquisse un sourire, attirant ses
 genoux contre lui, sentant à nouveau l'émotion le submerger* je suis
 désolé...

SEBAK:
 *a un sourire compatissant* J'aimerais pouvoir le sauver.  ...me dire
 que j'aurais pu sauver mon propre ami des flammes. Je ne te dirais pas
 de ne pas essayer, de ne pas espérer, de ne pas tout donner. Mais tu
 dois aussi te préparer à la possibilité que...  Que tu ne pourras
 rien faire pour lui.

KAFELE:
 Ca devrait être moi...Pas lui...

SEBAK:
 *pose gentiment une main sur son avant bras* Mais ça ne l'est pas.
 Alors profitons-en pour ne pas trop ruminer d'accord ?  *reprend un
 peu de distance pour réfléchir* Ce qui s'est passé l'autre jour,
 lorsque le Djinn est tombé inconscient, quelque chose a du le
 stopper. Je ne pensais pas que c'était possible. Et il a autre chose.
 Lorsqu'il ouvre les yeux ton ami ne cesse de répéter une sorte
 d'incantation et ça seulement lorsque le feu n'a pas déjà
 enveloppé son esprit. Je crois qu'il essaye de contrôler le brasier,
 je ne sais pas trop comment. Dans tout les cas il à l'air de s'en
 sortir bien mieux que Kaleb. ... Mon ami.

KAFELE:
 *L'écoute en silence, essayant de se rassurer dans ses paroles.* La
 haine est plus douce que l'amour...La colère plus forte que la
 tristesse...Le feu est préférable à la mort...Un coeur mort ne peut
 souffrir...Rappelle toi ce jour car ce jour est le jour où tu es
 devenu la mort... *Observe la sortie* Rê n'a pas l'air de vouloir se
 réveiller...

SEBAK:
 Mh... Quelque chose dans le genre. Il a l'air de se protéger en se
 servant de sa rage. Pour nourrir les flammes de sa colère plutôt que
 de son corps. Malin... *regarde vers le Temple* Tu peux peut-être y
 aller. ... Et lui chanter une chanson par exemple.  *rigole*

KAFELE:
 *Commence doucement à comprendre certaine de ses supplications et
 s'en retrouve un peu plus meurtri. Devient soudainement silencieux en
 y repensant*

SEBAK:
 *lui serre doucement l'épaule avant de se relever* J'y retourne.
 *pointe Kafele avec un sourire taquin* Tu sais... Tu devrais aller te
 reposer. *rigole doucement avant de s'en aller *

KAFELE:
 Je sais... *murmure, un peu lassé avant de se relever, hésitant
 malgré tout, il regard tour à tour l'entrée et la sortie*

SEBAK:
 Ou va voir Rê. Qu'il nous libère de là.

KAFELE:
 *Malgré ça il reste hésitant, trouvant juste le courage de quitter
 les lieux dans son envie de se rendre utile.* Je fais vite *Prenant la
 route vers l'extérieur*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: L'amour ne peut être corrompu   Mar 19 Juil - 13:12

Prenant le chemin du lieu de vie du chef,  Kafele pu croiser des regards
plus lourds, sombres ou fuyant de certains de Enfants de Ra. L'ambiance
était silencieuse mais en approchant de sa destination il pu entendre
des éclats de voix.


ISSA:
 Va-t-en Asim !  Et que l'esprit de mon mari te banisse à nouveau !
 Tu n'es que disgrâce !  Cancer !

ASIM:
 Je n'irai nulle part, je l'ai juré. Et vous n'aidez pas votre fils a
 me haïr ainsi.

Mère et protecteur s'affontaient bruyamment alors que non loin,
recroquevillé dans un coin, Rê était bien éveillé et semblait en
proie à un fort mal de crâne et une fièvre qui le faisait trembler et
transpirer.

KAFELE:
 *se fige en entendant la voix d'Issa, hésitant une seconde mais
 finissant par franchir le seuil de la demeure*

ISSA:
 Maudis soit ta servitude et maudis soit la rédemption des traites !
 Vous apportez fléau et blasphème dans notre Temple !  A nouveau Asim
 !  La première fois ne t'a-t-elle pas suffit ?!  Combien !  Combien
 de morts parmi les nôtres saura rassasier ton insupportable niaiserie
 ?!


ASIM:
 *remarque l'entrée de Kafele et lui fait signe de ne pas approcher
 d'un air inquiet* Votre fils-

KAFELE:
 *jète un regard désolé à Asim, restant en retrait, cherchant Rê
 du regard malgré lui*

ISSA:
 MON FILS EST MALADE ! *hurla-t-elle pleine de colère et de
 désespoir. Elle remarqua l'entrée de Kafele et s'approcha
 agressivement de lui* ET TOI !  VICIEUX PERFIDE POISON ! Une farce de
 Ra que tu te retrouves entre ces murs !  *elle brandi sa dague dorée
 brillante de magie vers lui. * Le feu à nos porte, le poison dans nos
 veines. Assez !  Assez de miséricorde et de pardon et de - !

Rê:
 *d'une voix éteinte* Que me veux-tu Kafele ?

ISSA:
 *se fige en entendant la voix de son fils mais ne baisse pas son arme*

KAFELE:
 *s'apprêtait à esquiver les coups et encaisser sa colère lorsque la
 voix se fait entendre. Il observa Issa, et sa magie avant de poser les
 yeux sur Rê...* Je...J'ai besoin de ton aide... *Finit-il par
 répondre doucement*

ISSA:
 Son aide !  *siffla-t-elle révolté *

Rê:
 *d'une voix lasse * Qu'attends-tu de moi ?

KAFELE:
 *Regarde Asim une seconde, hésitant, soudainement inquiet de l'état
 de Rê*

ASIM:
 *capte son regard mais baisse les yeux, muet *

KAFELE:
 *Est complètement perdu et désemparé* Je... *mais les mots se
 perdent dans sa gorge alors qu'il observe l'ensemble de la scène*
 *Esquisse un pas en arrière, prit par le trouble et la sensation de
 toujours faire pire que mieux*

ISSA:
 Va-t-en. *siffla-t-elle avec colère*

KAFELE:
 *Baisse doucement la tête, reculant encore jusqu'à atteindre la
 sortie* Je suis désolé

ASIM:
 *relève la tête et se précipite derrière lui.* Kafele attends !

ISSA:
 *claque la grande porte par sa magie au moment où tous deux se
 trouvèrent hors de la chambre*

ASIM:
 *grimace de colère* Je... Je suis désolé. Rê se comporte
 bizarrement ces derniers temps et... Et avec sa mère constamment à
 son chevet c'est... Pardon.

KAFELE:
 *Continue d'avancer, l'écoutant sans lui répondre, essayant de
 mettre de l'ordre dans ses idées, brouiller par la culpabilité. Se
 dirigeant vers les toits*

ASIM:
 *continue a le suivre, ne voulant pas le laisser tout seul ainsi*
 Comment tu te sens, sen ? *finit-il par lui demander, inquiet*

KAFELE:
 *Continue de marcher* J'aurai jamais du partir...Revenir...

ASIM:
 Ne dis pas ça. Kafele, ce Temple est ta maison. Tu est né ici.
 Tes parents sont enterrés dans nos cryptes et l'histoire de ta
 famille gravée sur nos pilliers.
 C'est chez nous...  Chez toi !  *ajouta-t-il d'un ton encourageant*

KAFELE:
 Chez moi... *laisse échapper un rire amer* mais pas chez lui... *Pose
 les yeux sur Asim* Il va mourir... *sa gorge se noue douloureusement*
 Probablement loin de chez lui...Et je ne te parle pas du temple où
 nous avons grandit, je te parle du vrai chez lui... *se rapproche
 doucement du bord, observant l'horizon* Il m'a demandé de le laisser
 me haïr...J'ai compris pourquoi aujourd'hui *Baisse les yeux vers ses
 pieds et le vide* Il essais de contrôle cette chose en lui... *Ferme
 doucement, ouvrant doucement la porte et appelant l'unique personne
 qui pourrait peut-être l'aider...Ou les tuer*

ASIM:
 *l'observe d'un air inquiet* Kafele... Souffrir ne l'aidera pas à
 aller mieux. Et r-recule du bord veux-tu ?

KAFELE:
 *Tente de se souvenir de chaque conversation, de chaque sensation
 vécu et produit par Letti* Je sais plus quoi faire pour l'aider à
 aller mieux Asim...

ASIM:
 Je... *mais il ne su quoi dire et baissa les yeux* Je suis désolé.
 Je suis désolé Kafele.

KAFELE:
 *soupire doucement, finissant par s'asseoir sur le bord* A l'époque
 où j'ai commencé à avoir...Ses souvenirs...Je me suis imaginé à
 quoi pourrait ressembler nos vies loin de la guerre...

ASIM:
 Comment était-ce ?

KAFELE:
 Dans ma tête...On aurait récupérer Letti, parce que Nail en était
 fou et qu'au fond, nous étions tous dans le même bateau...Elle nous
 aurait suivit jusqu'à ce qu'on se trouve la plus grande plantation de
 mandarinier...On se serait poser et on aurait fini nos jours à
 cultiver ce fruit...Kames aurait éponger ses dettes, Uga en aurait eu
 marre de ce fruit, Seth courrerait après les filles du coins, Thi
 serait probablement le seul à véritablement s'occuper des
 mandarinier...Tumaini et moi...On pourrait juste s'aimer librement,
 sans avoir à être discret...Et on rirait... *Observe le ciel* En
 vérité, on aurait probablement passer toute notre vie à fuir...Mais
 on aurait toujours été ensemble...

ASIM:
 *soupire en retenant des larmes* ça sonne bien... tu pourrais...
 hm... planter... un mandarinier dans le jardin... *souffle d'un air un
 peu pathétique* mais tu ne peux pas les faire revenir Kafele. Cette
 vie... *il baisa les yeux sans avoir le coeur de briser ses rêves.*

KAFELE:
 Je sais *murmure en soufflant* Je veux pas le perdre... *Fixe à
 nouveau l'horizon, de chaque moment passer sur un toit avec Tumaini*
 Letti...Je dois te parler...

ASIM:
 *sans comprendre* Letti ?

Mais avant que le soigneur ne puisse lui répondre, une vague sombre se
renferma sur son esprit, le coupant du monde réel. Se trouvant
maintenant dans une pièce sombre, froide et poussiéreuse, il fit face
au petit corps recroquevillé de Letti dont les larmes coulaient encore
sur son joli visage.

LETTI:
 J-Je devais te prévenir... Je le devais... Je suis désolée.
 *murmura-t-elle en sanglotant doucement*

KAFELE:
 *S'approche doucement, tendant une main vers elle* C'est moi qui le
 suit...Letti...J'ai pas beaucoup de temps...Et j'ai besoin d'en savoir
 plus...

LETTI:
 *chuchote fébrilement, paniquée* Tu ne devraient pas être là...
 Elle le saura... Ils ne feront que te faire plus de mal, je t'en
 supplie...

KAFELE:
 Elle ? *Pose doucement sa main sur elle* Je dois savoir, c'est toi qui
 a fait ça ? Il y a moyen de l'aider ? Letti, il se bat, il ne veut
 pas mourir et moi non plus je ne le veux pas, je t'en prie...On a
 besoin de toi...

LETTI:
 *sanglote de plus belle* J'ai essayé de l'aider... J'ai fais tout ce
 que j'ai pu, j'ai obéi, j'ai... *se recroqueville* Mais lorsque j'ai
 su ce qu'ils voulaient qu'il fasse... A toi, aux Enfants de Ra, à
 tout ceux d'Héliopolis... J-Je ne pouvais pas... J-Je devais te
 prévenir, je devais l'arrêter ! Et- et- et- maintenant, i-ils...

KAFELE:
 Letti..Où...Où tu es ? *l'attrape pour la serrer contre lui*

La vision se noircie complètement, masquant la jeune femme et plongeant
Kafele dans un néant total. Pendant plusieurs seconde il n'y eu rien,
pas de lumière, pas de son, pas de sensation. Puis une lueur s'alluma
au loin. Faible comme celle d'une bougie, vacillante, puis grandissante
lentement.
Une voix de femme raisonna à ses oreilles.
"C'est inutile, Kafele. Tu ne peux pas l'arrêter."
Et le brasier se répandit, consumant entièrement le noir et entourant
complètement l'esprit du Fils de Ra. Au loin, le rugissement enragé du
Djinn résonna et les flammes semblèrent l'agripper violemment.

ASIM:
 *secouant violemment Kafele par les épaules* KAFELE ! KAFELE REVIENT
 !

KAFELE:
 *Revient, subitement, manquant de peu de tomber dans le vide alors
 qu'il tente d'échapper aux flammes*

ASIM:
 *l'agrippant fortement en le tirant loin du bord, haletant* Kaf'
 quelque chose... Quelque chose est en train de se passer. Rê... *il
 grimaça alors que son tatouage faisait grésiller sa chair*
 Tumaini... Vite ! *s'écria-t-il paniqué sans vraiment savoir quoi
 faire*

KAFELE:
 *n'a pas vraiment le temps d'assimiler ce qu'il a vu et entendu, le
 prénom de Tumaini suffit à le ramener durement à la réalité, se
 levant, il usa de magie pour rejoindre plus rapidement les tombeaux en
 compagnie d'Asim*

A l'entrée du Tombeau se relevait à peine Sebak, protégeant de ses
bras la petite Eshe en toussant alors que derrière eux s'élevait des
nuages de fumée et des puissantes ondes de chaleur.

SEBAK:
 N'approchez-pas !


ASIM:
 Ça brûle... *se crispe de douleur*

KAFELE:
 *Regarde la scène, observant Eshe, c'est naturellement qu'il laissa
 sa magie former un bouclier* Je dois y aller...

ESHE:
 Soit prudent mon enfant... Une force bien plus noire que le cœur de
 Tumaini rôde à l'intérieur. Ne la laisse pas te faire du mal.

ASIM:
 *souffrant* Seb est toujours à l'intérieur...

KAFELE:
 *Observe Eshe une seconde* Je t'aime... *Lance un regard à Asim,
 promettant muettement qu'il sauverait ceux qu'il pourrait avant de
 s'élancer dans la fournaise*

A l'intérieur les murs du Tombeau étaient éclairés d'une lumière
rouge et étouffante et l'air environnant ondulait, tordu par la
chaleur. De violent souffles chauds courraient dans les couloirs qui
menaient aux chambres funéraires. La chaleur et la lumière guidèrent
Kafele jusqu'au centre du volcan, irradié d'une lumière enflammée.
Sur l'autel demeurait l'être de feu, presque méconnaissable tant les
flammes recouvraient son corps à nouveau noirci et craquelé. Il était
assit, d'une attitude presque décontractée et un sourire aux lèvres
alors qu'il observait le guerrier de Ra mettre tout ses efforts pour se
protéger de la fournaise et préserver la prison magique entourant
l'autel.
En voyant Kafele entrer, le Djinn releva la tête et soudain le brasier
et la chaleur disparu presque entièrement. Mais il n'avait pas perdu sa
peau calcinée et sa chair en fusion. Son sourire s'élargit comme une
crevasse rouge et Seb s'écroula sur le sol, à bout de force.

SEB:
 N-Non... Ne reste pas là. *grogna-t-il sévèrement malgré son état
 alors qu'il s'efforçait de se relever*

KAFELE:
 *Le visage froid, il observa la chose* Va t'en Seb...
 On a une mission à finir *et par on, il désignait ses frères qu'il
 pouvait sentir à ses côtés depuis*

SEB:
 *s'appuyant sur un pilier, le visage luisant de transpiration* Je ne
 te laisserais pas avec cette chose. Et je le laisserais pas sortir
 d'ici, Ra m'en soit témoin.


TUMAINI:
 Tss tss tss... Tu vois pas que c'est privé ? *nargua-t-il avec un
 sourire mauvais pour le guerrier à bout de souffle* Va échouer
 ailleurs veux-tu ?


SEB:
 *continue de renforcer la prison sans prêter attention au Djinn ou
 même à Kafele*

KAFELE:
 *Se retourne vers Seb* Tu n'as pas le choix *Pose une main sur Seb* Le
 temple compte encore sur toi...Sort, enferme nous de
 l'extérieur...Mais ne reste pas

SEB:
 *se retourne vers Kafele, complètement effaré* N-Non... Je ne te
 laisserais pas... Tu n'as pas à faire ça ! Je ne te laisserais pas
 mourir à cause de cette chose. Pas après tout ça. Si nous devons le
 combattre alors je le combattrais avec toi mais je ne te laisserais
 pas l'affronter seul, sen !


TUMAINI:
 *ricane d'un air mauvais alors que les flammes reprirent doucement de
 l'ampleur autour de lui* "Sen"... Sérieusement ? *soupire* Vous
 rendez les choses trop faciles pour moi les gars. *descends de l'autel
 et semble rassembler de la chaleur en son sein*

KAFELE:
 *Tend la main à Seb l'invitant à partager une dernière poignée de
 main fraternelle mais dès qu'il en eut l'occasion, il l'envoya à
 l'extérieur de la chambre, se servant de sa magie pour en fermer
 l'accès*

SEB:
 KAFELE, NON !


TUMAINI:
 *éclate de rire, se bidonnant en s'appuyant sur l'autel qui avait
 commencé à rougir lui aussi* Joli coup, traitre.

KAFELE:
 *se retourne vers Tumaini* Traitre...Regarde toi...

TUMAINI:
 *ricana en brûlant toujours plus* Moi ? Je suis chaud bouillant ~

KAFELE:
 Tu l'as toujours été ~

TUMAINI:
 *rictus agacé, commence à faire les cents pas à la limite de la
 prison* Alors quoi ? T'es venu mater ?

KAFELE:
 Tu sais bien que j'aime ça, tu as besoin d'une chanson ? ~

TUMAINI:
 *s'enflammant d'un coup, les flammes retenus par la prison mais pas la
 chaleur qui remplit toute la pièce* Te moque pas de moi. Tu crois
 vraiment qu'après tout, tout ça a encore une importance ? Tu es
 insignifiant et pathétique. N'as-t-u pas entendu ? C'est inutile. Tu
 ne peux pas m'arrêter.


KAFELE:
 *Grimace face à la chaleur étouffante* C'est parce que ça en a
 qu'ils ont pu s'en servir *Tente de sourire* Moi non...Tumaini oui...

TUMAINI:
 *ricane*  Tu n'as aucune idée de ce que tu as en face de toi... Mais
 moi je sais très bien qui j'ai en face de moi. Toujours ce petit air
 de gamin malheureux et de chien battu. Ça me donne envie de gerber...
 Je sais même pas pourquoi j'ai perdu mon temps avec toi toutes ces
 années. J'aurais dû te laisser bouffer la poussière et servir de
 viande aux chiens. Même un chien nous aurait été plus utile. Plus
 fidèle.

KAFELE:
 Un chien comme toi...Tenu en laisse et qui ne se rend même pas compte
 qu'il n'est rien d'autre qu'une arme, ils se servent de toi et
 t'abandonneront dès que tu auras fini ce qu'ils ont prévu...Tout
 comme ils se sont servit de moi, on est que des armes et il est temps
 que ça cesse...

TUMAINI:
 Une arme à double tranchant dans ton cas... Et peut-être bien dans
 le mien aussi. Je vous brûlerais tous. Je brûlerais absolument
 tout.


La chaleur continua de grimper à chaque seconde et lentement les murs
du tombeau se mirent à luire et le sable a tournoyer sur le sol.

KAFELE:
 *commence doucement à suffoquer, usant toujours de plus de magie pour
 tenir le coup.* Tu tiens tant que ça a te laisser faire ? A laisser
 cette chose te contrôler, tout bruler ? T'es donc si lâche pour pas
 être capable de supporter la douleur tout seul ? *Fonce directement
 sur lui, y allant à main nu pour se battre.* Essaie de suivre

TUMAINI:
 *le frappe en plein ventre et l'écrasant au sol* Cette chose qui me
 contrôle, qui me brûle. C'est toi... *grogna-t-il avant de
 s'éloigner et de se retourner vers les murs de la prison pour les
 frapper de ses poings en fusion*

KAFELE:
 *S'étouffe douloureusement, plier par la douleur* Je croyais...
 *Tousse en se relevant* que ça n'avait plus aucune importance...
 *Esquisse un sourire* Tu sais...Comment on était un feu... *Se
 maintient difficilement debout* On étouffe la source...

La délimitation invisible commença à s'échauffer, révélant un
rideau doré qui fondait lentement, laissant de plus en plus de flamme
passer.

KAFELE:
 *Cesse toute magie pour se protéger de la chaleur*
 *La douleur est immédiate et les effets sur son corps tout aussi
 immédiat, chutant à nouveau au sol*

TUMAINI:
 Tu as supplier tes petits copains de me laisser en vie. Et maintenant
 quoi ? Tu crois que tu vas me tuer à toi tout seul ? Ça serait pas
 la première fois. Mais cette fois ça marchera pas. Un coeur mort ne
 peu souffrir...
Un coeur mort ne peut mourir... Un coeur mort ne
 peu que brûler. Et comme il brûle bien ~
!


KAFELE:
 Il...n'a jamais...Eté question...De te tuer...Tumaini

TUMAINI:
 Alors tu es simplement venu mourir. Je t'en prie. Brûle donc et
 prends ton temps.


Les flammes se répandirent lentement, enveloppant la chambre funéraire
et consumant l'air environnant. La prison fondue complètement mais le
Djinn ne bougea pas de là où il se tenait, observant simplement Kafele
etouffer doucement avec un sourire sadique.

Mais son expression se crispa soudain. D'abord de trouble, puis de
colère, puis de douleur et encore de rage. Luttant pour rester debout,
il tomba à genoux en grognant de frustration mais la chaleur se
remettait à chuter et les flammes à s'éteindre.

TUMAINI:
  N-non... Pas encore... *grogna-t-il en fusillant Kafele du
 regard* Pourquoi toi... TOUJOURS TOI ! *rugit-il a nouveau en
 s'enflammant toujours plus fort mais en luttant pour maintenir le
 brasier*
 *toussant et commençant doucement à étouffer lui même* Il tomba au
 sol et reculant jusqu'à se mettre dans un coin.* Va-t-en Kafele...
 Sauves-toi. Sauves-les. Ne me laisse plus tuer qui que ce soit. Ne me
 laisse plus te faire du mal !

KAFELE:
 *Se retourne tant bien que mal, s'approchant de Tumaini* Je peux
 pas...L’amour peut faire souffrir. L’amour peut être aveugle.
 L’amour peut se perdre et se retrouver. Mais l’amour ne peut être
 corrompu. L’amour est comme la lumière et la lumière nous entoure
 chaque jour afin de nous le rappeler. Car c’est l’amour qui fait
 battre nos cœurs et qui nous unis et l’amour nous sauvera
 *S'approche toujours plus, rampant* On combat ensemble ou...On meurt
 ensemble...Mais t'abandonner...Je peux...Pas...

TUMAINI:
 *haletant, luttant contre l'incendie en lui* Je ne peux pas te tuer...
 Je ne peux pas te tuer mais je tuerais tous les autres, tous ceux qui
 comptent pour toi. Kaf' pardonne-moi je ne peux pas *se tord de
 douleur* Je t'aime... Je t'aime ! Mais qu'est-ce qui nous reste... À
 part ça ? Je veux... Je voudrais tellement...

Mais un cri de douleur coupa ses paroles et soudain, son expression se
vida et ses yeux prirent une teinte laiteuse. Ce n'était ni Tumaini, ni
le Djinn. À nouveau cette voix de femme.

AUSET:
 Rappelle-toi... Rappelle-toi toujours, car ce jour est le jour où tu
 es devenu la Mort


KAFELE:
 *Regarde l'air incrédule, comprenant soudainement...Il attrape le
 bras de Tumaini, sa magie illumina soudainement la pièce d'une
 lumière si forte qu'elle semblait pouvoir jaillir jusqu'à
 l'extérieur et chaque souvenir, chaque instant heureux de la vie de
 Kafele s'insinua dans l'esprit de Tumaini, essayant de trouver le
 chemin, de l'atteindre, de combattre, encore. Et il répéta, cette
 litanie qu'Eshe lui avait dit un jour, il la répété, encore et
 encore*

TUMAINI:
 *se prend la tête dans les mains en grognant de souffrance* Kafele
 n-non... Arrêtez... Thi... Au secours... Seth, Nail, arrêtez...
 Non... NON ! *le feu menaça à nouveau sous sa peu en la faisant
 craqueler comme un sol aride* Tu as tué mes frères... TU AS TUE MES
 FRERES ! *mais les souvenirs joyeux vinrent soudain chasser ceux du
 pire jour de leur vie et sous le choc, profitant de cette fraction de
 seconde de soulagement il agrippa Kafele et vint l'embrasser
 fougueusement comme s'il avait été sa seule source d'oxygène*

AUSET:
 Abandonne l'amour, abandonne ta peine, abandonne ta peur. Car le
 monde est cruel
*murmura la voix et les souvenirs se transformèrent
 à nouveau dans la tête du soldat et cette fois des cris de guerre
 vinrent remplacer les rires, le sang vint remplacer l'eau, les
 cadavres remplaça le contact rassurant de Kafele*


TUMAINI:
 *luttant à nouveau pour respirer et ne pas prendre feu* C-comme des
 chiens... Des armes... Toutes notre vie...

KAFELE:
 *Il lutta de plus belle, animé par ce baiser et le désir profond de
 faire taire ses souvenirs, et dans la lumière survint à nouveau
 l'image de leur frère, les entourant, les observant sans véritable
 retenue et offrant leur soutient à leur tour, pour leurs frères et
 leur désir sincère de les protéger tous deux...Il le tenait
 toujours même lorsqu'il se détourna*

AUSET:
 Le monde est cruel, les hommes sont cruels *continua la voix.

Les souvenirs de Kafele et ceux de Tumaini se mélangèrent violemment
dans leurs esprits comme un ouragan d'images, de sons, de bribes de vie
et d'émotions. Parmi eux des échos douloureux du passé et des
étranges révélations et certitudes. L'une d'entre elles fut le visage
d'un homme. John Nassar.
L'homme n'était pas en costard mais en habit de guerrier et bien plus
jeune car devant lui tremblait un enfant bien plus jeune encore, Kafele.
L'observant debout au milieu des cadavres de ses parents, l'homme noir
eu un sourire bienveillant. Ce sourire fut le même que celui qu'il posa
sur le jeune Tumaini et son plus jeune frère Geb. Au sol à leur pieds,
deux hachettes dorées.
"Ne soyez pas timide. C'est la chance de votre vie. Voyons voir qui
vivra... Et qui retournera dans les jupons de maman." annonça
joyeusement John Nassar, tapotant négligemment la tête figée par la
mort de la femme allongée sur le lit.

TUMAINI:
 Geb. *s'étrangla-t-il, tremblant de terreur*

AUSET:
 Mais tu es le plus cruel de tous *ajouta la voix alors que le
 souvenir continua de défiler devant leur yeux.*

Une hache dans son petit ventre, le plus jeune des deux frères
s'écroula sur le sol avec un dernier hoquet d'horreur.

TUMAINI:
 *fixa Kafele, en panique* Fait que ça s'arrête... FAIT QUE CA
 S'ARRETES ! *supplia-t-il en hurlant*

KAFELE:
 *Il serra Tumaini contre lui, plus fort, et la lumière de sa magie
 s'intensifia alors que pour la première fois, ils partagèrent les
 souvenirs d'un passé douloureux, de souvenir qui auraient du rester
 enfui, il redoubla d'effort et de magie pour lui montrer que malgré
 ça, malgré les images, malgré les paroles, ils avaient su s'aimer,
 véritablement, et être heureux...Alors qu'il lui suppliait
 d'arrêter, il l'embrassa et appela la seule personne qui aurait pu
 leur venir en aide...Letti...A l'extérieur, les frères semblaient
 former un demi cercle autour d'eux et à leur tour, ils partagèrent
 d'autres souvenirs, qu'eux vécurent avec le soldat...Un a un...Des
 plaisanteries toujours subtil de Kames à cette unique et mémorable
 sortie que Tumaini fit en présence de Seth et Nail...Aux heures
 d'entraînement avec Uga et aux conseils toujours aviser et juste de
 Thi...*

TUMAINI:
 *suffoquant et larmoyant* Mes frères... Mes frères... Aidez-moi...

AUSET:
 La haine a toujours été ta force, la vengeance ton arme.

Le survivant était figé d'horreur. Ses yeux se posèrent sur le visage
éteint de son frère au sol, puis de la hache qu'il avait laissé
tombé. L'enfant se saisit de la deuxième hache et hurlant de rage, il
la balança autour de lui en tentant de blesser les sept hommes qui
l'entouraient, mais il ne parvint qu'à briser un vase de porcelaine en
le projetant sur le sol.
"Ma chair... est... pourrie... maudite... souillée..." se mêla l'écho
de la voix de Tumaini provenant d'un autre souvenir.

TUMAINI:
 *horrifié en sachant très bien ce qui allait suivre* N-non. Non...
 *attrapant le visage de Kafele pour l'embrasser à nouveau, il saisit
 ses mains pour les forcer à venir caresser son corps brûlant*
 Aime-moi... aime-moi... On est plus fort que ça... L'amour est...
 p-plus fort. L'amour est c-comme la lumière. L'amour qui fait battre
 nos coeurs. Je ne suis pas mort... Je ne suis pas mort... L'amour nous
 sauvera, l'amour... *pleura-t-il fébrilement, complètement
 terrifié*

KAFELE:
 *Ils continuèrent tous de lutter, et plus ils tentaient de le briser
 pour Kafele semblait trouver une force supplémentaire, Faisant
 honneur à une promesse qu'il avait fait il y a des années, de lui
 rappeler, de combattre ensemble, de ne pas s'arrêter...Alors il
 répondit, à ses caresses, il continua et avec ses gestes il mêla le
 souvenir de leur nombreuse étreinte, de leur combat charnel et de
 leurs multiples victoires*

"Ha ! On a un vainqueur ! Et un battant ! Bien ! Mes frères. Et si on
montrait au petit Tumaini la récompense qu'on donne aux vainqueurs...
et au battants ?"
résonna la voix de John Nassar.

Mais soudain la scène prit fin et un soudain silence et une immensité
de lumière blanche entoura la fratrie.

SETH:
 *reprenant son souffle, surprit il tourna pour observer autour d'eux*
 Wow ! On est au paradis ?

NAIL:
 On... est déjà mort idiot.

THI:
 *soupire agacé et inquiet* Quand est-ce que ça cessera...

KAFELE:
 *Pousser dans un élan, Kafele s'apprêtait à continuer, retrouver ce
 contact charnel lui avait presque fait oublier où il se trouvait et
 pourquoi il s'y trouvait. Ce fut la lumière mais surtout les
 commentaires de ses frères autour de lui qui le poussa à quitter ses
 lèvres. Il se senti d'abord rougir à l'idée de les voir ainsi
 autour d'eux alors que sa main était encore poser là où Tumaini
 l'avait laisser*

TUMAINI:
 *perdu, haletant, il était simplement soulagé de ne pas avoir à
 vivre la suite du souvenir et serra un peu plus Kafele contre lui,
 enfouissant son visage et ses larmes contre lui*

SETH:
 Ou alors peut-être que ils sont enfin mort et comme on est tout les
 sept ça fait un truc super magique !

KAMES:
 Tu... devrais arrêter de parler. Vraiment.

KAFELE:
 *Sert Tumaini en observant Seth* Enfin ? *souligna Kafele malgré lui*

SETH:
 *hausse les épaules* Quoi ! C'est vrai quoi ! Il manque un truc si
 vous êtes pas là.

NAIL:
 *lève les yeux au ciel* Seeeeth... ! Un peu de solidarité bordel !

SETH:
 Ben ouai solidarité ! Tous ensemble !

KAMES:
 Je crois que la mort l'a pas rendu plus sage ou intelligent.

KAFELE:
 *A les larmes aux yeux en les voyant et en les entendant, laissant un
 éclat de rire s'échapper. Malgré tout, il observe la lumière,
 cherchant à comprendre ce qui se passe exactement*

THI:
 Ils ne sont pas mort. Mais pour combien de temps ça... *regarde aux
 alentours d'un air méfiant avant de se retourner vers ses frères*
 Tumai' quelqu'un est clairement en train de s'insinuer dans ta tête,
 il faut que tu l'en empêche. Kafele, rester auprès de lui n'est pas
 prudent, ni le garder au sein du Temple de Ra, ou de laisser ces gens
 agir à leur guise. Tu dois choisir et t'y tenir. Tu as des alliés,
 sert-en. Tu es le plus à même de leur expliquer ce qu'il se passe et
 ce qu'il faut faire.

KAFELE:
 *Il acquiesça aux paroles de Thi, serrant Tumaini une dernière fois
 dans ses bras, il jeta un dernier regard à ses frères. Jamais il ne
 pourrait assez les remercier, pour leur pardon et leur soutient.* Je
 t'aime *murmura-t-il à Tumai avant de simplement dire* Je vous
 aime... *Et il se concentra pour quitter cet endroit, retrouver la
 réalité,*

TUMAINI:
 *n'ose même pas les regarder mais ferme les yeux et écoute leur voix
 et s'imprègne de leur présence en serrant toujours plus fort Kafele
 contre lui, s'assurant que lui était bien réel et bien vivant et
 c'était tout ce qui lui importait à l'instant* Je... Je ne peux pas.
 *répondit-il tout de même en entendant Thi s'adresser directement à
 lui* J-Je n'ai jamais pu... Depuis toujours ils nous ont... D-Depuis
 toujours... *il se crispa un peu plus, souffla péniblement*

Les deux hommes revinrent à eux et la première chose qu'ils virent fut
le visage souriant et bienveillant de la vieille Eshe qui déposa une
petite main sur l'avant-bras de celui qui l'appelait mère. Tumaini
n'osa lui accorder qu'un bref regard avant de s'en détourner en
enfouissant son visage contre le torse de Kafele. Derrière Eshe se
tenait Rê, Seb, Asim et Issa.

KAFELE:
 *Il garda Tumai' contre lui, soulager de voir Eshe, il se concentra
 sur elle, protégeant toujours son frère de ses bras* Merci *Son
 attitude laissait pourtant voir qu'il ne quitterait plus le soldat*
 On a besoin de vous...
 *Il prit les devant, pour expliquer ce qu'il avait vu, de sa
 conversation avec Letti, à ce qui s'était dérouler ici-même, il ne
 laissa aucun détail, de la voix de cette femme, à ce John Nassar.
 Obéissant au conseil de Thi, il semblait avoir retrouver l'attitude
 d'un soldat bien qu'il serrait toujours contre lui Tumaini, il conclu
 l'histoire* nous devons partir...

SEB:
 Vous n'irez nulle part. *déclara-t-il avec autorité en serrant le
 manche de son épée à sa ceinture*

ASIM:
 John Nassar... *murmura-t-il en blêmissant*

ISSA:
 C'est nous qui allons partir, et marcher. S'ils veulent le feu alors
 qu'ils subissent celui de la colère de Ra. Sa lumière saura
 débusquer et chasser ces viles vipères... *cracha-t-elle avec haine*

KAFELE:
 *Il posa son regard sur Asim* Tu le connais ?

SEB:
 Vous resterez ici. Jusqu'à nouvel ordre. Comme ça a l'air d'être ce
 que tu souhaitais. *ajouta-t-il avec amertume*

ASIM:
 C'est... Il... *déglutit sans parvenir à continuer à parler*

ISSA:
 C'est l'enfoiré a qui nous avons ouvert nos portes. Le traitre de
 Bastet Sekhmet. Celui là je le tuerais une centaine de fois. Pour les
 centaines de vies !

ASIM:
 Je... Je dois venir !

ISSA:
 TOI ! *hurla-t-elle en le pointant du doigt; presque prête à le
 giffler mais elle se ravisa* Tu a juré de protéger mon fils alors tu
 n'iras nullepart où il n'ira pas. Qu'on voit si tu arrives à
 protéger la vie de seulement l'un des notres ! *cracha-t-elle avec
 dédain avant de s'éloigner d'un pas aggressif, suivi de Seb*

ASIM:
 *blême et plus honteux que jamais il baissa les yeux en fixant le
 sable, n'osant regarder ni Rê, ni Kafele ou l'homme qu'il tenait dans
 ses bras*

KAFELE:
 *Il resta muet une seconde observant Issa et Seb s'en aller. Il posa
 les yeux sur Asim* Asim...

TUMAINI:
 *suffoquant doucement* Kaf'... J-Je brûle...

Rê:
 *étrangement froid et distant* Mieux vaut toi. Que nous.

KAFELE:
 *Observe Rê, soudainement prit par la surprise* Rê ? *ressert son
 étreinte* Eshe... *appela-t-il par réflexe*

ESHE:
 *caresse sa joue avec un petit sourire pour le rassurer* L'amour ne
 connait pas la peur...

KAFELE:
 L’amour peut faire souffrir. L’amour peut être aveugle. L’amour
 peut se perdre et se retrouver. Mais l’amour ne peut être corrompu.
  *répéta-t-il simplement gardant Tumaini contre lui*

Rê:
 *s'approchant soudain des deux frères* Et cet amour a causé assez de
 dégât. Allume une fois de plus un feu au sein de mon Temple et je te
 ferais noyer dans le Nil. *menaça-t-il en fixant directement Tumaini*


TUMAINI:
 *se crispa en tournant la tête vers l'adolescent, le fusillant d'un
 regard ardant*

KAFELE:
 *A du mal à reconnaître Rê, inquiet par le jeune homme qui lui fait
 face*

KAFELE:
 Ce n'est pas Rê... *ose-t-il enfin dire*

ESHE:
 *serre un peu plus son bras en lui transmettant un peu de calme et de
 réconfort*


Rê:
 Ne me parle pas de qui est qui. *rétorqua-t-il amèrement avant de
 tendre la main pour forcer le corps de Tumaini à quitter celui de
 Kafele et se redresser pour lui faire face* Contrôle-toi, ou je te
 contrôlerais. Et je n'ai pas d'amour pour toi. Blesse l'un des miens
 et je te blesserais en retour. Tu n'es pas le seul ici qui a le
 pouvoir de mettre feu au monde. *ajouta-t-il avec froideur et sans une
 once de peur, de doute ou de compassion, les yeux brillants de
 détermination*


TUMAINI:
 *sent la colère et les flammes monter en lui et l'envie de le brûler
 vif lui titiller chaque parcelle de sa peau.* Espèce de petit...

KAFELE:
 *S'interpose immédiatement entre les deux, obligeant Tumaini à le
 regarder lui plutôt que Rê*

Rê:
 *Asim esquissa un geste pour se saisir de sa dague mais Rê l'arrêta
 d'un geste sec* Garde ta salive et ta colère. *coupa-t-il aussi
 sèchement, ignorant Kafele et continuant de fixer le soldat de ses
 yeux pétillants* Mes soldats s'en sont allés mener une bataille qui
 est aussi la tienne. Mais tu as une autre bataille à mener. Échoues
 et tu mourras. Seul. Que Ra te vienne en aide. *ajouta-t-il sèchement
 avant de se retourner vers les autres en retrouvant un peu de douceur*
 Eshe, mène les à la chambre d'Akhet, ils y seront plus confortables.
 Et fait le nécessaire. Vient Asim, j'ai besoin d'air.

TUMAINI:
 *le regarde s'éloigner, incrédule* C-Comment... *mais rapidement une
 crispation de douleur le fit presque tomber et il se raccrocha à
 Kafele*

ESHE:
 *venant prendre Kafele par la main, elle l'encouragea d'un sourire à
 la suivre*

KAFELE:
 *Il senti un long frisson le parcourir en écoutant Rê, ayant bien du
 mal à comprendre ce tel changement, il rattrapa Tumaini, sentant la
 main d'Eshe se glisser dans la sienne. Il maintient le soldat contre
 lui, suivant Eshe* La chambre d'Akhet ? Pourquoi pas la mienne ?

ESHE:
 Elle est adjaçante à celle du chef. *répondit-elle d'une voix
 calme, elle marcha, menant les deux hommes hors du tombeau avec
 patience, s'arrêtant à chaque fois que Tumaini luttait contre les
 brûlures internes. Elle se tourna vers ce dernier et posa une main
 apaisante sur son corps brûlant lorsqu'elle l'entendit pousser un
 juron vulgaire. Le soldat se retira vivement, manquant de perdre
 équilibre et se rattrapant à Kafele, se cachant à moitié derrière
 lui pour s'éloigner d'elle.*

TUMAINI:
 N-ne fouillez plus dans ma tête. Ne jouez plus avec mes émotions, ou
 vous le regretterez.

ESHE:
 *n'eut qu'un petit sourire avant de reprendre la main de Kafele et de
 continuer à avancer* Alors il faut se comporter comme un grand
 garçon.

KAFELE:
 *Il observa Eshe, l'air désolé alors qu'il ne lachait  pas Tumaini.
 Esquissant malgré lui un sourire devant l'audace de celle qui était
 comme une mère pour lui* Eshe, on ne devrait pas rester au temple...
 *tenta-t-il de lui expliquer malgré tout, continuant de la suivre*

ESHE:
 Ra est partout. Sa lumière est partout. Et votre amour ne vous
 laissera pas tranquille. Qu'est-ce que cela changera ? Pourquoi être
 seuls ? *répondit-elle avec douceur*

KAFELE:
 Vous protégez... *répondit-il simplement*

ESHE:
 *eut un petit sourire, un petit rire même.* Tu le fais déjà. Es-tu
 lassé de nous protéger Kafele ? Peut-être est-il temps que tu
 apprennes à te protéger toi-même.

KAFELE:
 Pas besoin avec lui sur le dos *tenta-t-il de plaisanter malgré tout
 en serrant Tumaini*

TUMAINI:
 *manque de s'évanouir sur l'escalier du deuxième étage et
 s'écroule sur les marches.*

ESHE:
 Sur le dos sera peut-être mieux en effet. *plaisanta-t-elle d'une
 petite voix*


TUMAINI:
 J'peux pas... J'peux pas. Ça brûle... Le feu... L-les mots...
 Letti... *souffle douloureusement*

KAFELE:
 *Le rattrape avant qu'il ne se blesse, finissant effectivement par le
 glisser sur son dos, il se releva* Eshe... *Il la regarda* Est-ce que
 j'ai tort d'espérer ? *Tous ne cessait de lui dire qu'il devrait se
 faire à l'idée que tôt ou tard Tumaini mourrait et jusqu'à
 présent, il n'avait pas pu parler à l'unique personne dont l'avis
 avait toujours eut beaucoup plus d'importance à ses yeux*

ESHE:
 L'espoir est une lumière à l'horizon. L'amour un Soleil. Lequel
 brille le plus ? *répondit-elle calmement en continuant leur route
 jusqu'à la chambre.* Ne cherche pas ce qui se cache derrière
 l'horison
 Regarde avec ton coeur et tu verras ce que tu devras voir.

KAFELE:
 *Il esquissa un sourire et bien qu'il aurait préféré une réponse
 différente, il trouva comme toujours le soutient dont il avait
 besoin.* Mère *Il serra sa petite main, l'attirant à ses lèvres
 pour y déposer un baiser en continuant d'avancer* Merci...
 *Ils arrivèrent dans la chambre d'Akhet. Kafele se sentait assez mal
 à l'aise à l'idée de se retrouver ici-même bien qu'il n'ait jamais
 connu le frère ainé de Rê. Il déposa délicatement Tumaini sur le
 lit, l'observant une seconde avant de poser les yeux sur Eshe, il la
 regarda minitieusement protéger les lieux. La laissant faire en
 silence, il reposa son regard sur le soldat,*

TUMAINI:
 *observa autour de lui à travers les gouttes de sueur. L'endroit
 était plus accueillant mais il ne se sentait pas plus rassuré pour
 autant* Vous allez m'enfermer, encore ? Vous avez pas peur que je
 crame vos belles soieries ?

ESHE:
 *continuant calmement d'envelopper la chambre de protections* Non. Pas
 enfermer.

KAFELE:
 *Il fut surpris mais rassuré de l'entendre* Ca te donne pas
 l'autorisation de cramer les soirées pour autant...

TUMAINI:
 *souffle en retombant sur ses oreillers, son regard retrouva celui de
 Kafele* J'vais pas y arriver... Les flammes, elles ne cesseront jamais
 de brûler et si je ne les laisse pas... M-mon corps... *il grimaça
 de douleur en cherchant à prendre sa main pour se rassurer*

KAFELE:
 *Attrape sa main, déposant ses lèvres à l'intérieur de son
 poignet* Evite de bruler le temple alors... *essayant de prendre cela
 avec une certaine légèreté, serrant pourtant cette main dans la
 sienne*

TUMAINI:
 *l'attirant un peu plus proche de lui* Le gamin... Il est sérieux ?
 Il est maigre comme un roseau j'ai qu'à le pousser pour qu'il se
 brise un *tenta-t-il de se moquer mais la brûlure interne lui arracha
 un grognement qui lui brûla la gorge* J'comprends pas... Qu'est-ce
 qu'on fait là Kafele ? Qu'est-ce que j'fais là ?

KAFELE:
 *Le rejoint sur le lit, gardant sa main dans la sienne, il esquissa un
 sourire en retrouvant l'arrogance de Tumaini mais avant même qu'il ne
 puisse lui répondre, il le senti se crisper. Il observa Eshe après
 avoir écouter ses questions* Où voudrais-tu être ? *Il posa ses
 yeux dans les siens* je sais que tu ne leur fais pas
 confiance...Et...Je sais que je ne mérite pas que tu me fasse
 confiance mais...Je ne pourrai pas t'aider seul...Même si j'aimerais
 pouvoir...

TUMAINI:
 *soupire en fermant les yeux et se love contre lui* Ne me demande
 pas... Tu sais que je n'ai pas d'imagination. *haletant il agrippa les
 vêtements de Kafele et posa son front brûlant contre son torse,
 écoutant les battements de son coeur* C'est comme un rêve... Ou un
 cauchemar... J'étais si obsédé par l'idée de te faire souffrir, de
 te haïr, que je ne pensais pas... pouvoir à nouveau... sentir ta
 présence. Ta chaleur. Les battements de ton coeur. *il sentit les
 larmes lui monter aux yeux et avec elles la douleur et il s'accrocha
 un peu plus à lui, griffant désespérément sa peau matte* Si ce
 n'est pas la douleur qui m'embrouille l'esprit, c'est la colère ! Ne
 puis-je pas connaitre la paix ? *pleura-t-il en serrant la mâchoire
 pour contenir sa colère et les flammes qui s'en nourrissaient*

KAFELE:
 *Pose de multiple baiser sur ses cheveux humide, sentant son coeur se
 tordre face à cela et bien qu'il aurait été si simple de se
 soulager en lui apprenant la vérité, il préféra garder le secret
 et rester la raison de cette rage* Je suis désolé... *Murmura-t-il
 l'entourant de son autre bras* Je te l'offrirai cette paix...Je te le
 promet *Il embrassa son front humide* Et tu sais à quel point je suis
 têtu...Et patient... *Pose ses lèvres sur les siennes, se rappelant
 du temps qu'ils leur avaient fallu pour vraiment et profondément
 s'aimer*

TUMAINI:
 *l'embrassa avec passion, les larmes continuant de souiller son visage
 en sueur, il eu malgré tout un sourire crispé* Tu ne peux pas... Tu
 ne peux rien contre ça. Tu peux m'embrasser... autant que tu veux...
 m'aimer... m'enfermer... essayer, pour toujours... et ne jamais
 t'arrêter... Le feu continuera de brûler. Soit toi, soit moi.
 *confia-t-il en l'embrassant à chaque morceau de phrase comme si le
 contact de ses lèvres était aussi vitale que de prendre sa
 respiration* Je ne peux pas te tuer... Je ne veux pas te laisser... Je
 ne veux pas mourir. Et je brûlerais le monde pour toi. Juste pour
 être avec toi... *souffla-t-il en entourant son corps de ses bras,
 l'obligeant à venir se coller contre lui.*

KAFELE:
 *Il accueilli ses lèvres, oubliant la présence d'Eshe, il avait
 toujours eu cet effet sur lui et aujourd'hui encore ce pouvoir était
 rester intact. Sa main chercha le contact brûlant de sa peau, alors
 qu'il l'embrassait entre chaque phrase. Il pouvait sentir sa chaleur
 presque étouffante mais il le savait au fond de lui, il en voulait
 toujours plus. Il continua de murmurer* Si j'en crois certain, nous
 avons déjà réussi l'impossible...Je ne m'avouerai pas vaincu,
 mourir au combat ou vaincre...La seule chose qui compte Tumaini c'est
 qu'on soit ensemble...Tu te souviens de cette soirée sur le toit ?
 Après la partie de poker... *Il l'embrassa, à chacune de ses pauses*
 Ce que tu m'as dis...

TUMAINI:
 Je... *mais il eu peur de trop fouiller dans ses souvenirs. Chacun
 d'eux pouvaient être et avaient servit d'huile pour alimenter les
 flammes de sa colère, de son amertume et de sa douleur. Il se
 concentra à la place sur le visage de Kafele, bien ancré dans le
 présent et réel. Son corps sembla retrouver de lui même les
 sensations qui l'avaient habité cet nuit là* Je t'ai dis... Ferme-la
 et baise-moi. Et tu l'as fait. Tu m'as baisé jusqu'à me rendre fou.
 Même jusqu'à aujourd'hui. Je suis fou de toi. Je brûle pour toi. Je
 pleure pour toi. Je tue pour toi, je meurs pour toi. Je te hais comme
 je t'aime. Tout ce que je veux, tout ce que je vois, c'est toi. Tu es
 tout pour moi. Rien n'a plus de sens, à part toi.

KAFELE:
 *Il se senti soudainement rougir en l'entendant lui parler ainsi, tant
 à cause de la déclaration que parce qu'il se souvint de la présence
 d'Eshe. Il eut furieusement envie de se gratter la nuque mais il lui
 était plus difficile encore de quitter le contact de Tumaini* Je...
 *Mais il ne savait pas quoi ajouter, le visage empourpré et sa
 timidité légendaire refaisant surface, il se mordit la lèvre à
 défaut de se gratter le nuque*

TUMAINI:
 *eu un sourire amusé face à sa réaction malgré la fièvre qui lui
 enflammait toujours plus l'esprit* Qu'est-ce que j'ai bien pu faire
 pour mérité de tomber sur toi, hein ? Quel beau connard... Beau...
 et... *mais ses paupières et ses lèvres devinrent trop lourdes pour
 le laisser continuer. Il toussa faiblement, sa gorge plus sèche que
 le désert d'Egypte et son souffle plus chaud que le vent courant ses
 dunes et fini par sombrer dans l'inconscience*

ESHE:
 *ayant fini ses enchantements, elle ferma délicatement les voiles qui
 filtrèrent la lumière du soleil, plongeant la chambre dans une
 lumière plus tamisée. Elle s'approcha du lit et déposa une petit
 main sur le bras de Kafele avec un sourire* Il se meurt. Seul son
 amour pour toi nous protège de l'incendie et seul ton amour pour lui
 peu l'aider. *annonça-t-elle avec une grande douceur sans
 s'assombrir* Il a raison tu sais. Tu es si beau. *ajouta-t-elle en
 posant tendrement une main sur son visage avant de s'éloigner*

KAFELE:
 *Il le laissa doucement sombrer, posant ses lèvres sur son front,
 souriant malgré lui alors qu'il n'avait pas cesser de rougir. Tumaini
 avait besoin de repos, il le savait et au fond, lui-même en avait
 probablement besoin mais il préféra veiller sur le sommeil du
 soldat, jetant un regard gêné vers Eshe. Celle-ci s'approcha, lui
 offrant ses mots, son infini amour. Il aurait voulu s'excuser pour la
 franchise de Tumaini mais il savait au fond que cela n'était pas
 nécessaire. Il la laissa s'éloigner, reposant ses yeux sur le
 soldat, il l'observa de longue minute, luttant contre sa propre
 fatigue, finissant par s'assoupir*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'amour ne peut être corrompu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Mes poèmes d'amour
» Comment un Nasbaztag peut-il envoyer son adresse MAC ?
» [T-Shirts] Est ce que cela peut vous intéresser ?
» Pinpin d'amour est sans voix...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Le Caire (Héliopolis) :: Le Temple de Ra-