AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Can't believe you were once just like anyone else...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Can't believe you were once just like anyone else...   Ven 22 Juil - 10:26

Cette pièce, il en connaissait l’existence mais il n’y avait jamais mis les pieds. Son regard porté sur l’entrée de celle-ci, elle savait parfaitement où cette porte menait et par conséquent, savait parfaitement qui il trouverait de l’autre côté. Il ignorait encore pourquoi il se trouvait là, ses désirs étaient multiples et ses sentiments se bousculaient encore dans sa tête. La nuit était tombée et avec elle, les vieux démons étaient revenu le hanté mais celui-ci…Ce démon-là n’était pas si vieux. Il avait appris son existence il y a moins de vingt-quatre heures. Il avait des questions qui ne cessaient de naître dans son esprit alors qu’il se remémorait les derniers jours. Il ferma les yeux, inspirant profondément avant d’ouvrir cette porte. Son visage inexpressif se posa sur la scène qui lui faisait face. Là, au milieu de la pièce, il pouvait le voir. Complètement inerte.

La seule chose qui assurait que cet être était bien vivant, était le rythme régulier de sa poitrine qui se soulevait. Il senti un profond dégout animé les tréfonds de ses entrailles alors qu’il approchait. La lumière de la lune venait accentuer la couleur blafarde de cette peau ainsi que son apparente faiblesse physique. Il s’approcha, ses pas raisonnants dans cette pièce pourvu que du stricte minimum pour un homme comme lui.
Etait-ce d’ailleurs réellement un homme ? L’assassin n’en était pas du tout convaincu et à travers ses yeux de soldats il voyait avant tout une aberration de la nature, la source de tout ce qui n’avait pas été dans sa vie.

Il arriva à sa hauteur, le regardant de haut alors qu’il fixait le plafond. Positionner de tel sorte qu’il soit certain de pouvoir le voir malgré qu’il ne puisse réellement tourner la tête, il resta longuement à observer le visage de celui qui l’avait manipuler.

« J’aurais dus te faire trancher la gorge ce jour-là »

Laissa-t-il glisser froidement de sa bouche alors qu’il passa ses doigts le long de la gorge de l’albinos. Il n’eut aucune réponse, et n’en attendait pas vraiment.

« Te rends-tu compte de ce que tu as créée ? »

Demanda-t-il mais là encore, il ne trouva aucune réponse et n’en exigeait aucune.

« Pourquoi l’avoir laissé vivre... »
« Ce n’est pas moi… »

Entendre cette voix le surpris, il se retourna pensant qu’elle venait d’ailleurs mais il comprit bientôt que la source était sous sa main et la voix dans sa tête. Il reposa ses yeux sur l’esclave et il cru percevoir une expression sur son visage laiteux.

« Tu as luté…Dévié chaque coups... »

Il fut violemment renvoyer vers ce souvenir, se revoyant donner chaque attaque et reconnaissant à chaque fois la précision de celle-ci, la vérité. Retrouvant la sombre pièce et son hôte tout aussi violemment, la voix s’insinuait en lui, plus profonde et pesante.

« Je voulais que tu les tue tous…Mais ainsi…C’est bien mieux ainsi...Te voir souffrir chaque jour et pleurer chaque nuit, sentir à quel point tu te sens misérable et inutile...Tu finiras seul, indéfiniment seul, tu le perdra comme tu as perdu tous les autres, mais celui-ci ce sera lent et difficile, ce sera long et douloureux, les ténèbres t'emporteront... »

Ce fut plus fort que lui, ses doigts contre la gorge de l’ubaid l’enserrèrent, bloquant l’arrivée de l’air à ses poumons. Il savait que cela n'empêcherait pas cette voix de refaire surface, mais en même temps que sa main se fermait contre la gorge de Telg, il ferma toute les portes vers son esprit.

« Je vais t’offrir quelque chose que je n’ai pas eu la chance d’avoir… »

Il observa dans les yeux de Telg la vie s’estomper lentement alors qu’il comprimait sa gorge entre ses mains, il ferma ses paupières. Il pouvait sentir entre ses doigts les palpitations du coeur de l'ubaid, il pouvait sentir son corps lutter sans avoir pourtant la force d'esquisser le moindre geste, il pouvait sentir la vie le quitter. Ses mains lâchèrent leur prise, laissant à nouveau l’air retrouver douloureusement leur chemin vers les poumons de l’esclave.

« Le pardon… »

Finit-il par dire, d’une voix tremblante alors que sa vue se brouillait de larmes.

« Je te pardonne… »

Parce qu’il s’agissait de la guerre, parce qu’au fond ils n’étaient pas si différent. Soldat, esclave, ils suivaient les ordres et s’il pouvait deviner qu’une partie de ses choix avait été animé par des besoins personnelles, là encore, pouvait-il réellement le blâmer ?
Une part de lui-même réclamait vengeance mais il s’y refusait, même si cela devait profondément le faire souffrir, il ne pouvait pas et voulait pas laisser la colère prendre le dessus sur lui. Il recula, s’éloignant, se retournant et faisant à nouveau route vers cette porte qu’il avait franchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Can't believe you were once just like anyone else...   Dim 24 Juil - 20:03

https://rpnow.net/rp/agLjCW8s/1


Mais lorsqu'il l'ouvrit quelqu'un d'autre se trouvait juste devant lui, les yeux brillants d'une etrange lueur semblable a de l'animosite. Re resta neanmoins immobile en fixant le soigneur. Lentement la lueur s'eteignit dans ses yeux et ceux-ci se perderent une seconde dans le vide, comme s'il se reveillait doucement d'un songe etrange. Lorsqu'il releva ses yeux clairs vers Kafele, il sembla presque agace et desole, mais il ne quitta pas son expression severe.  

RE:   Tu n'es pas sense etre ici.  

KAFELE:   *Il fixa une seconde Rê, ne sachant pas vraiment s'il lui parlait de   la chambre de Telg, encore derrière lui ou le temple en lui-même.*   Je devais lui parler...  

RE:   Tu ne peux pas. Laisse-le tranquille.  

KAFELE:   Après ce qu'il m'a fait ? Impossible  

RE:   *il palit en se rendant compte qu'il n'avait aucune idee de quoi   parlait Kafele* Ce qu'il... J-je me fiche de ca. Ne l'embete pas, et   ne vient plus part ici.  

KAFELE:   *Il capta cette seconde de surprise* Tu ne sais donc pas...   *Conlua-t-il simplement mais est-ce que cela avait réellement de   l'importance aujourd'hui ? Il fini par contourner Rê, souhaitant   reprendre le chemin vers ses appartements* Je ne reviendrai   plus...J'ai fais ce que j'avais à faire *Dit-il avec une certaine   douceur*  

RE:   *Il aurait voulu faire entierement confiance a Kafele mais une epine   d'angoisse se pointa dans son coeur lorsque celui-ci lui dit qu'il   avait fait ce qu'il avait a faire. Profitant que le soigneur s'eloigne   vers ses appartements, Re jeta un coup d'oeil dans la petite piece,   s'assurant qu'il n'etait rien arrive a Telg. Avec une petite moue   coupable, il referma rapidement la porte avant de regarder Kafele   s'eloigner.* Que vas-tu faire ? *interpella-t-il avant de le perdre de   vue* Ton amant est loin, manipule et souffrant, et les tiens ne   veulent pas t'aider. Ton chef t'as meme dit qu'il tuerait la personne   que tu cherie le plus au monde si celui-ci venait a se presenter   devant le Temple de Ra a nouveau. *resuma-t-il avec une pointe   d'amertume* Alors... Que va-tu faire ?  

KAFELE:   *Il resta le dos tourné à Rê, sa gorge se serrant en l'écoutant.   Etait-il seul à ce point ? Il savait que non mais à l'entendre,   c'était difficile de s'en rappeler.* Je ne partirai pas Rê...A moins   que tu m'y contraigne...  

RE:   Et si je te contraignais de rester ? *retorqua-t-il sans vraiment   savoir ce qu'il insinuait. Il finit par soupirer et s'adosser contre   un mur en jouant avec ses mains d'un air las* Je ne sais pas Kafele...   Je ne sais pas ce que je suis sense faire.  

KAFELE:   *Il fronça les sourcils en l'écoutant, se retournant cette fois-ci*   Me contraindre à rester ? *Le voir ainsi le ramenait directement à   leur précédente conversation* Me demande pas encore mon avis si   c'est pour le balayer d'un revers de la main...Qu'est-ce que tu   attends de moi ? Je ne sais même plus à qui je parle, le chef, un   ami, un frère, un ennemi, un allié, positionne toi une bonne fois   pour toute *Il s'était laisser submerger par ses propres émotions,   regrettant aussitôt son emportement, il frotta sa nuque en s'adossant   à son tour contre le mur jusqu'à rejoindre le sol pour s'y asseoir*  

RE:   *il baissa la tete, honteux, mais il savait que Kafele ne disait que   la verite* Je ne suis personne... *murmura-t-il d'un air defait* Et je   suis tout cela a la fois. *ajouta-t-il, un peu plus abattu* Je ne   m'excuserais pas. Et je ne te demande pas ton avis. Je voulais   j-juste... *il soupira, laissant finalement tomber sa phrase en plein   milieu*  

KAFELE:   *Il soupira à son tour, regardant Rê en attendant qu'il termine sa   phrase mais celui-ci ne semblait pas trouver les mots et n'osait   simplement plus se confier. Il laissa retomber sa tête en arrière,   contre le mur. Il resta ainsi quelques secondes avant de se relever,   s'apprêtant à reprendre la route*  

SOLDAT:   *Face à lui se trouvait un garde, jeune, son épée dégainée. Le   regard vide, il fixait durement Kafele*  

KAFELE:   Qu'est-ce que ? *Il jeta un bref regard à Rê* Rentre ! *Lança-t-il   plein d'inquiétude, effaçant les expression de son visage, il   dégaina*  

SOLDAT:   *Sa phrase fut à peine terminée que le fils de Ra se jeta sur lui.   Son épée rencontra les kepesh de l'égyptien et s'ensuivit une   symphonie de métal s'entrechoquant.  

RE:   *completement perdu et panique* Qu-Qu'est-ce que- TEB STOP !  

TEB:   *Il semblait obsédé que par un seul et unique objectif, tuer...* Il   doit mourir *Dit-il mais sa voix semblait morte de toute expression   alors qu'il continuait d'attaquer, tentant à chaque fois de porter   des coups meurtrier*  

KAFELE:   *L'étroitesse du couloir rendait le combat difficile pour l'assassin   qui n'avait pas l'avantage de la surprise ni celui du terrain pour   l'aider à se mouvoir aussi rapidement qu'il le souhaitait. Obliger   d'user de sa magie pour disparaitre et réapparaitre derrière son   attaquant. Il était bien décidé à l'éloigner de Rê*  

RE:   Non Kafele ! Il n'est pas lui meme ! *il ne se laissa pas distancer et   usa de sa magie pour essayer de les encercler d'un sort pour les   proteger d'un controle mental exterieur*  

ASIM:   *Aparaissant soudain, il prit Re par les epaules pour l'eloigner du   combat* Qu'est-ce qui se passe ici ?!  

RE:   *se debattant en panique* Teb ! Quelqu'un essaye de le controler !  

KAFELE:   *Il esquivait les coups plus qu'il n'attaquait, frappant du plat de sa   lame, Kafele avait pour seul objectif d'éloigner la menace de Rê   bien qu'il semblait être l'unique cible*  

ASIM:   *poussant Re a l'ecart, il degaina a son tour, se joignant au combat   en tentant d'immobiliser le jeune soldat*  

RE:   *affole, il se retourna soudain vers la chambre de Telg et s'y   precipita et agrippa l'Ubaid de ses mains tremblantes* Quelqu'un !   Quelqu'un s'est insinue dans l'esprit de Teb. Arrete-le !  

TEB:   *Il lutta, toujours plus, déterminé, jusqu'à ce que son corps se   retrouve entouré par la magie de Rê, son regard sembla prendre vie,   son visage se tordant d'une expression d'incompréhension total alors   qu'il fixait Kafele et Asim.* Je *Mais sa voix se perdit en même   temps que ses poings se crispèrent une nouvelle fois sur le manche de   l'épée, reprenant le combat, il fut bientôt rejoins par deux autres   compagnons*  

TELG:   *Dans la sombre chambre, le corps inerte de Telg ne réagissait pas   plus à l'arrivée de celui-ci, les yeux rivés sur le plafond de la   chambre, ses pupilles semblait être dilater à l'extrême*  

RE:   *le secouant desesperement* Telg aide-moi ! Aide-moi ! *supplia-t-il   en tremblant*  

TELG:   *Et il l'aida, à sa propre manière, s'insinuant dans les esprits les   plus faibles, il ajouta aux trois combattant, deux autres. Percevant   la mélodie d'Asim dans le chaos des armes, il tenta de s'engouffrer   dans son esprit, lui murmurant que Kafele devait mourir, qu'il devait   en être ainsi, pour le bien de Rê, pour le bien du Temple, qu'il   était la source du feu et que sans cette source, le feu mourrait avec   lui...*  

ASIM:   Telg... *murmura-t-il en grimacant en le sentant s'insinuer en son   esprit il lacha son arme et recula en s'efforcant de le garder hors de   sa tete mais il ne pu continuer a combattre*  

KAFELE:   *Il devenait de plus en plus difficile pour l'assassin de se battre*   C'est moi qu'ils veulent ! *Lança-t-il à Asim alors qu'il senti un   premier coup s'atteindre à la cuisse. Il para les suivant, finissant   par disparaitre pour réapparaitre dans sa chambre...Un répit de   courte durée, il pouvait déjà entendre les pas se rapprochant*  

TELG:   *Il envoya la violence de la guerre dans l'esprit d'Asim, lui   rappelant son échec...Ses échecs...Tant à protéger le temple que   son premier chef.* Il doit mourir...C'est la seule solution  

RE:   *s'affola en sentant le conflit s'eloigner d'eux et sans percevoir de   reaction de la part de Telg, il se precipita a l'exterieur en   poursuivant les soldats manipules*  

ASIM:   Nnon... Il... Il... *mais son esprit s'effaca doucement laissa place a   l'influence de l'ubaid* Il doit mourir. *repeta-t-il avant de   recuperer son arme et d'apparaitre dans la chambre de l'assassin*   C'est la seule solution.  

KAFELE:   *Il s'attendait à bon nombre de visage mais pas celui d'Asim...Il   recula en le voyant, incapable d'être autre chose que Kafele face à   lui* Asim...  

ASIM:   *il leva sa dague dans la directon de Kafele d'une main tremblance,   des larmes coulant de ses yeux vides* J'ai laisser le mal penetrer nos   murs une fois et je me suis jure, plus jamais. Plus jamais... *les   autres soldats debarquerent a leur tour dans la chambre en encerclant   l'assassin*  

RE:   *debarquant a son tour horrifie* ARRETEZ ! VOUS TOUS ! ARRETEZ !   *hurla-t-il en brandissant ses mains vers l'armee pour tenter de les   proteger du manipulateur*  

KAFELE:   *Il observa chaque hommes présent, reconnaissant des visages, son   coeur s'emballa doucement, l'adrénaline le submergeant...Il serra sa   prise sur ses Kepesh...Prêt à se défendre pour sa vie malgré   l'arrivée de Rê, il resta en position*  

TELG:   *Il lutta de plus belle face à la magie de Rê, tentant de percevoir   la moindre musique, la moindre faille dans laquelle s'engouffrer,   ajoutant toujours plus d'hommes, prêt à soulever l'armée entière   s'il le fallait*  

ASIM:   C'est... la seule... solution... *repeta-t-il en luttant contre les   deux influences, mais l'une d'elle avait sur bien s'ancrer dans ses   sentiments, ses craintes et son sens du devoir* Proteger le Temple...   Proteger... Re...  

RE:   *Il lutta avec difficulte, se sentant faiblir et se sentant echouer.   L'horreur s'empara de lui en entendant ces mots. Ce n'etait pas un   ennemi qui les controlait tous. Il n'y avait qu'une personne qui   pouvait les controler tous.* Telg... *s'etrangla-t-il en sentant son   coeur se briser, il disparu pour reapparaitre juste devant Kafele, les   bras ecartes* Essayez de me proteger maintenant ! Si vous voulez le   tuer vous devrez d'abord me tuer moi.  Le temps semblait être en suspend alors que l'Ubaid essayait d'approfondir et de consolider son emprise sur ces hommes. Leurs yeux s'assombrissaient, effaçant les pupilles, les iris et les blancs...Ne laissant que les ténèbres  

RE:   *il sentit son coeur s'alourdir et se refroidir au fur et a mesure   qu'il pouvait voir les yeux de ses freres noircir.* Non... Telg...   Arretes ! JE T'ORDONNE D'ARRETER !  

TELG:   *La voix de chacun soldat s'éleva comme une seule* Avec lui le feu   s'éteindra... *Aucun hommes pourtant n'esquissa le moindre geste de   violence, continuant de parler dans un choeur étrange* Il doit être   condamné, pour hommes et les femmes qu'il a tué et qu'il tuera   encore en protégeant les flammes, il est la source, sans lui le feu   s'étouffera. Il doit pour mourir pour le temple, pour Rê, pour le   mal qu'il nous a fait, pour les ténèbres qu'il a créée  

RE:   *Il se figea d'horreur en reconnaissant la voix de Telg derriere toute   celle de ses freres. Meme jusqu'a ce moment il avait espere se trompe   mais il ne put plus nier l'evidence.* N'EN AVONS NOUS PAS ASSEZ DES   MANIPULATEURS ! *s'enerva-t-il avec desespoir sans baisser les bras*   C'est mon frere. *supplia-t-il ensuite d'une voix tremblante* J'en ai   deja trop perdu dans la guerre. Par pitie Telg. Ne m'en fait pas   perdre un autre.  

TELG:   Une vie...Pour en sauver des dizaines...Des centaines...Des   milliers...  

RE:   Pas lui... Pas l'un des notres.    Le feu est loin. Le feu s'eteindra ou perira ! Mais quiconque levera   la main sur un Fils de Ra subira la fureur de Dieu, et la mienne.  

KAFELE:   *Il observa la scène, troublé, regardant tour à tour Rê et   Asim...* Il a raison Rê *Admit-il, ne l'avait-il pas apprit   aujourd'hui ? Le feu se nourrissait de la colère et il était la   source de cette colère dans la vie de Tumaini* Mais tu sais pourquoi   je suis cette source *Il s'adressa à Telg cette voix, ses yeux se   vissant dans le regard noir d'Asim*  

TELG:   *Le trouble s'insinuait en lui et avec lui son emprise faibli,   libérant un petit nombre de ceux qu'il maintenait sous son contrôle,   il lutta pour garder les autres, continuant à parler* Il n'est pas un   fils de Ra...Il a lutté pour nous retrouver, et lutte encore   aujourd'hui avec lui-même, il protège les flammes, il l'a toujours   protéger...  

RE:   Fils de Ra n'est pas un choix. Il est ne de la lumiere divine de Ra et   porte en lui sa lumiere. Dans la vie comme dans la mort, dans la   guerre comme dans la paix, dans l'amour comme dans la haine, Sa   Lumiere brille en chacun de nous. Mais tu ne comprendrais pas Telg...   *conclu-t-il d'un regard froid et dur comme pouvait l'etre celui de   son pere*  

RE:   Il n'y a qu'une seule personne ici qui n'est pas a sa place. Et c'est   toi. Je t'ai ordonne d'arreter. Alors obei, ubaid.  

TELG:   *Une profonde et intense tristesse se glissaient dans le coeur de tout   ceux qu'il contrôlait* Pourquoi ? POURQUOI ? J'ai obeis toute ma vie,   j'ai prié, j'ai protégé, il m'a condamné aux ténèbres, il m'a   condamné... *Et les années de solitude à taire la tristesse le   rattrapa, comme l'eau le submergeant, il se noyait dans ses   sentiments, dans cette cacophonie qu'il ne pouvait pas gérer, ni   entendre, libérant chaque personne de son emprise, il retrouva ce   qu'il n'avais jamais cesser de redouter, la solitude et la peur...*  

KAFELE:   *Il avait toujours profondément haïs cette chose qu'il ne pouvait   considérer comme un homme mais il avait décidé de lui pardonner et   avec son pardon, il devait accepter de le voir pour ce qu'il   était...Une victime de plus de la guerre, l'une de ses victimes...Il   lui avait pardonner mais n'avait jamais ressenti le moindre remord   pour lui...Jusqu'à aujourd'hui...*  

RE:   *Bien qu'il n'etait pas controle il put sentir la tristesse se   deverser dans sa poitrine et noyer son coeur, au moment meme ou le   dernier des soldat retrouva sa liberte, il se plia en deux en eclatant   de sanglot, tombant a genoux au sol ecraser par la honte et le   chagrin*  

ASIM:   *A l'instant ou il revint a lui, il lacha son arme, ses entrailles   encore chamboule par la certitude qui venait de le quitter. Il releva   les yeux vers Kaflele mais en le voyant, il ne percu plus de haine   mais seulement de la culpabilite. La tristesse de Re qu'il pouvait   sentir vibrer dans son avant bras ne l'aidait pas a rester maitre de   lui meme et pourtant il s'efforca d'avaler ses sentiments lorsqu'il se   retourna vers les autres soldats* Rentrez tous dans vos appartements.   Rangez vos armes.  

Chaque hommes étaient plonger dans l'incompréhension la plus totale, bercer par ce moment sentiment de profonde dépression qu'ils avaient tous ressenti à l'instant. Certains pleuraient, sans comprendre pourquoi mais tous obéirent...Quittant les lieux pour retrouver leur place, se remettre de ce moment, et chercher à comprendre  

KAFELE:   *Malgré sa culpabilité, il ne put lâché aucune des armes, son   coeur tambourinait encore lourdement dans sa poitrine alors qu'il   fixait chaque soldat quitter les lieux, il avait cette sensation   effroyable que la mort pouvait l'attendre absolument n'importe où*  

ASIM:   *n'arrivant qu'a comuniquer un bref regard fuyant et desole a Kafele,   il s'agenouilla pres de Re, ne sachant pas quoi faire pour le   consoler*  

KAFELE:   *Il semblait tout aussi perdu que ne l'était Asim, son corps semblait   à peine trouver le moyen de se détendre pour ranger ses kepesh, il   se recula de plusieurs pas et hésita même à quitter les lieux.*  

ASIM:   *Re semblait inconsolable, recroqueville sur lui meme en pleurant a   chaude larme comme il ne l'avait jamais fait devant Asim. En sentant   Kafele s'eloigner maladroitement, Asim ne pu s'empecher de l'appeler a   l'aide du regard. Pas forcement pour qu'il sache quoi faire mais   simplement pour qu'il ne le laisse pas seul*  

KAFELE:   *Il croisa le regard d'Asim, rebroussant chemin, finissant par   s'accroupir à leur côté, il regarda Rê. Il posa sa main sur la   sienne avec une infini douceur. La chevalière d'or à sa main   s'illumina légèrement alors qu'il le délestait un peu de cette   tristesse, le geste avait été naturelle, il n'y avait pas vraiment   réfléchis*  

RE:   *Il retira vivement sa main et recula, se recroquevillant un peu plus   dans un coin de la piece, submerge par la tristesse et un sentiment de   desespoir profond en se sentant plus seul que jamais a porter le poids   du Temple de Ra sur ses epaules. Un fardeau fragile, dangereux et   qu'il aimait tant mais un fardeau dont il n'avait jamais voulu. Cette   distance qu'il pouvait sentir se creuser entre lui et ceux qu'il   aimait s'agrandissait de jour en jour et la certitude qu'il n'avait   droit a aucun echappatoire lui griffait un peu plus le coeur.*  

ASIM:   Re... *appela-t-il doucement en le voyant s'eloigner et s'isoler. Mais   il n'osa pas s'essayer au meme geste que Kafele et se contenta de   rester present, subissant cette tristesse intense a travers sa peau*  

KAFELE:   Rê...Tu n'as pas être seul... *Souffla-t-il sincèrement, il le lui   avait déjà dit et continuait toujours de le croire...Et l'unique   façon qu'il trouva pour le lui rappeler fut de chantonner*   Dors...Dors...Ma douce enfant *il jeta un regard mal assuré à Asim,   il ne connaissait pas réellement les paroles et en réalité il   n'était même pas sur d'arranger quoi que ce soir de cette façon*  

RE:   Je suis seul... *murmura-t-il faiblement, les yeux ruisselant de larme   alors que cette chanson ne faisait que lui rapeller un temps lointain   ou il ne l'avait pas ete.* Mes freres sont morts. Mon pere est mort.   Les miens sont des pantins, brises, detruits, ronges... *il releva ses   yeux clairs brillants de douleur vers Kafele* Toi qui en a assez   d'etre manipule et utilise, as-tu seulement songe a ce que ca fait de   tenir toutes les ficelles ? Tout ce que vous voyez, c'est vous et vos   choses des Hommes. Vous errez aveuglement. Et la lumiere... Meme la   lumiere... *murmura-t-il en tremblant, ses yeux perdant lentement   leur couleur en devenant d'un blan laiteux  

ASIM:   *sentant l'adolescent perdre peu a peu le controle de son discours,   Asim intervint cette, le prennant fermement par les epaules pour le   secouer et le forcer a revenir a lui mais sans succes*  

RE:   Je ne suis plus un enfant. Je ne suis pas un Dieu. Je ne suis   personne. Je n'ai plus personne... Tout ce qu'il me reste... C'est   eux... *murmura-t-il faiblement alors qu'une ombre etrange se mit a   emaner de lui, se materialisant lentement en longs Serpents de l'Ombre   dont les yeux se fixerent sur les deux Egyptiens* Est-ce ce la ce que   tu attends de moi Kafele ? Voila a qui tu parles. Voila qui je suis.  

KAFELE:   *Il repoussa violemment Asim à la seconde où il remarqua les   serpents* ESHE ! *Lui ordonna-t-il cette fois le premier*  

ASIM:   Non... RE ! Retient les ! *s'insurgea Asim, refusant de partir. Il ne   pouvait pas les voir mais l'affolement de Kafele et l'air lointain de   Re ne laissait pas de place au doute. Mais c'etait la premiere fois   que le chef maudit ne luttait pas contre sa malediction et semblait au   contraire l'embrasser. Il s'appreta a secouer Re a nouveau, le giffler   si necessaire pour l'obliger a revenir a lui et a la raison mais au   moment meme ou il esquissa un geste il sentit son coeur se crisper   d'un sentiment de culpabilite et de haine si intense qu'il perdit   l'equilibre, le souffle court*  

KAFELE:   *il se tourna vers Rê, observant ses choses alors que sa magie   l'entourait doucement, il fixa son chef* Rê, je sais que c'est   difficile...Je sais que ça fait mal...Mais tu n'es pas   seul...Personne n'est seul *Il tendit une main vers Asim, le   protégeant de sa magie alors que son autre main se tendit en   direction de Rê*  

RE:   Tant sont mort... A cause de toi. J'ai ete maudis, a cause de toi.   *souffla l'adolescent avec haine en se redressant lentement en   fusillant Asim de son regard blanc avant de se retourner vers Kafele*   Oh non tu n'es pas seul. Tu as le feu. Alors que nous, n'avons que la   douleur ! *siffla-t-il et les serpents se jetterent sur Kafele pour   lui mordre le coeur et noircir son esprit mais l'un d'eux ne se laissa   pas commander, retournant vers Re pour lui enserrer la poitrine* La   douleur... Et le noir... Prive de lumiere... Comdamnes. Dicte par les   mots des Hommes... 

KAFELE:   *Il protégea Asim, tout comme il protégea Rê...Il pu sentir les   morsures, violente et douloureuse et avec elle la noirceur. Sa vue se   brouillait de larmes et sa magie s'intensifia tant il ne souhaitait ni   abandonné l'un, ni abandonné l'autre* Rê...Ils sont   mort...Je...Tué... *Il laissa échappé un hurlement, plus pour se   défouler de la douleur et se battre plus durement encore* L'amour est   comme la lumiere. Et l'amour ne peut etre corrompu. *Sa mâchoire se   crispa* Je sais que...Tu peux... *Il tenta un pas, pour se rapprocher   un peu plus* Rê...Sen...On peut s'engueuler...Se   faire...mal...Mais...C'est...Ca...La...Famille...Etre...ami  

RE:   *il agrippa soudain la gorge de Kafele comme si son bras n'avait ete   qu'un serpent de plus* Je n'ai pas d'amis. Que des esclaves.   *repondit-il froidement alors que les serpents s'enroulerent autour de   Kafele pour le broyer lentement*  

ASIM:   *il se precipita soudain sur Re et Kafele et les empoignant avec force   il les teleporta sur le toit du Temple de Ra. De sa magie, il crea une   sphere lumineuse au dessus d'eux semblable a un petit Soleil comme il   le faisait a chaque crise du chef et plaqua violemment l'adolescent au   sol.* Tu m'as fait promettre de ne pas laisser ta malediction blesser   quique ce soit, et j'ai promis. Non pas parce que je suis ton esclave   mais parce que je suis ton ami et ton frere ! Cesse cette folie et   revient a toi Re ! *aboya-t-il en essayant d'ignorer les morsures qui   fragilisaient son esprit*  

KAFELE:   *Il se sentit suffoquer mais gardait toujours ses mains tendu pour   protéger à la fois Asim et Rê. L'air lui manquait et parler était   une lutte de plus à ajouter au combat* J'ai...Confiance...En   toi...Rê...Tu...*Mais parler devenait trop difficile, profitant du   contact physique de sa main contre sa gorge, il lui envoyer leur   image, eux, ici, et cette idée qu'il lui avait suggérer, les   apprivoiser. Mais avant même qu'il puisse offrir le souvenir au   complet, il se sentit téléporter et libérer par la même occasion.   Il protégea immédiatement Asim des morsures comme il le pouvait,   s'approchant de lui* Nous...Nous sommes tes amis... *Insista-t-il en   soutenant Asim*  

RE:   *il rigola sinistrement* Vous avez peur. Mes pantins... Si je coupe   les cordes que devenez vous. Si je coupe les cordes, que devenez-vous   ? Des corps sans vie, sans but. Tu l'as bien dit Kafele. Je suis pret   a donner ma vie mais combien d'entre vous me laisseraient mourir ?   Vous n'etes que des enfants, des enfants apeures et j'en ai assez de   vous tenir la main.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Can't believe you were once just like anyone else...   Dim 24 Juil - 20:12

AKIIKI:   Moi j'ai pas peur !  

KAFELE:   Par amour ! Pas par peur ! *Il se retourna en entendant la voix de la   petite fille, il se précipita vers elle directement, l'attrapant dans   ses bras, il la recouvra de son corps et de sa magie pour la protéger   des morsures*  

RE:   N'est-ce pas la même chose ? *répondit-il lugubrement. Rê sentit   son coeur se figer une seconde en entendant la petite voix fluette   d'Akiiki mais les Serpents eux ne tardèrent pas à se jeter sur cette   fraiche victime. Kafele fut néanmoins plus rapide pour la protéger*  

AKIIKI:   Vous jouez a quoi ? Je peux jouer ? *demanda-t-elle d'un ton incertain   en relevant la tête vers Kafele qui la serrait dans ses bras*  

ASIM:   *Ne profitant plus de la protection de Kafele, Asim sentit la noirceur   crisper un peu plus son coeur mais il serra la machoire, se servant de   cette douleur à son avantage. Ayant perçu la lueur de lucidité et   de peur dans le coeur de Rê et dans son tatouage à l'arrivée de la   petite fille, il fut persuadé que l'adolescent qu'il connaissait   n'était pas très loin derrière ce nuage de noirceur et de folie.   C'était la malédiction qui polluait son âme. Profitant que les   serpents s'acharnaient contre Kafele afin d'atteindre la petite fille,   le protecteur gifla violemment son protégé* Reviens Rê !   *aboya-t-il avec force*  

KAFELE:   *Il la garda contre elle* Tu dois rester...Cacher...Dans mes bras   d'accord... ? *Il lui sourit, malgré la douleur qu'il pouvait   ressentir, concentrant la totalité de sa magie pour la protéger elle   complètement des serpents* Akiiki...Tu as retrouver...Ta pelle ... ?   *Il essayait de la distraire, du mieux qu'il pouvait, la gardant dans   ses bras et continuant de la couvrir de son corps et de sa magie*  

AKIIKI:   Non... Je l'ai pas trouvé... *bouda-t-elle doucement* J'aime pas ce   jeu... *gémit doucement la petite Akiiki en voyant Asim frapper Rê.   Elle qui agrippa doucement la toge de Kafele.* Il faut qu'ils   arrêtent...  

KAFELE:   *Il attira la visage d'Akiiki contre lui, l'empêchant de voir ce qui   se passait* Il ne faut pas que tu bouge ma princesse... *Il senti la   noirceur le crisper d'avantage, tentant de ronger son âme et sa   magie* La pelle...De...Quelle couleur...Tu préfère ?  

AKIIKI:   Doré... Doré comme le Soleil... *répondit-elle mais avec moins   d'enthousiasme qu'elle aurait souhaité. Son regard ne pouvant voir la   scène se porta alors sur la lumière de la sphère au dessus d'eux.*   Qu'est-ce qu'il fait là lui ? Il fait nuit ! *remarqua-t-elle et   cette fois sa surprise alluma son excitation et la fit doucement   glousser de rire*  

ASIM:   *Percevant la petite voix joyeuse de l'enfant comme un rayon de soleil   dans la nuit, il se souvint du sort qu'il avait jeté presque par   réflèxe.* La lumière ! La lumière Rê ! Elle ne t'a pas quitté,   elle ne peut pas nous quitter. Nous sommes des Fils de Ra et sa   lumière nous habitera pour toujours. Sa toute puissante lumière,   laisse la te guider ! *ordonna-t-il avec force en secouant le corps   mou et vide de l'adolescent*  

KAFELE:   Il...Console...Rê... *Gardant l'enfant contre lui, son corps se   mettait doucement à trembler et sa vue se brouillait mais il devait   tenir...Pour sa petite Akiiki, il devait tenir bon.*  

AKIIKI:   Oh pourquoi ? Il est triste ? *elle releva les yeux vers lui et   remarqua son étrange état* Toi aussi tu es triste ? Oh non ne soyez   pas tristes ! Ne soit pas triste Kafeele.  

RE:   *Bien qu'il ne s'agissait pas du soleil, la lumière du petit astre   sembla doucement remplir ses iris clairs et dans les bras d'Asim, il   frissonna* La lumière... *murmura-t-il faiblement et cela sembla fut   être le signal pour que les serpents se figent a l'unisson, se   retournant soudain vers leur hôte en sifflant sévèrement* Asim...   *eut-il a peine le temps de sangloter avant que les Serpents ne   viennent se déchainer sur lui avec violence*  

KAFELE:   *Il la sentait à nouveau, cette envie d'en finir, cette dangereuse et   insidieuse envie de tout arrêter. Il serra un peu plus son étreinte,   continuant de la protéger elle* Akiiki... *Il se senti soudainement   libérer mais il fut pourtant incapable de relacher l'enfant sentant   encore les affres des morsures en lui. Il concentra sa magie vers   l'astre, qu'il fit briller un peu plus fort non pas pour lui ou Rê   mais toujours pour distraire l'enfant*  

AKIIKI:   *elle inspira émerveillé à l'astre qui brillait de plus en plus   fort en plein milieu de la nuit mais les soudain hurlements de douleur   de Rê la fit sursauter et serrer un peu plus la toge de Kafele dans   ses petits poings.* Ah ! Ca marche pas ! Ca marche pas ! Rêêê !   *gémit-elle paniquée en sautillant sur place, puis soudain elle   éluda les bras de Kafele et se précipita vers le jeune chef et son   protecteur* Ne soit pas triste Rê ! N'ai pas peur ! Moi je vais te   protéger ! *s'écria-t-elle de sa petite voix en accourant à toute   vitesse*  

RE:   Akiiki, non... *hoqueta Rê avec horreur mais sa faible voix se perdit   dans le vide et dans ses gémissements de douleur*  

ASIM:   KAFELE ARRETE LA ! *rugit Asim trop occupé à soigner Rê pour ne pas   qu'il succombe à ses blessures*  

KAFELE:   *Il se releva rapidement, rattrapant sa petite main pour pouvoir   l'attirer à nouveau contre lui. La blessure a sa cuisse le fit   grimacer et chuter au sol mais il tenait l'enfant contre lui*  

AKIIKI:   Kafeele ! Arrête ! Il faut l'aider ! *gémit-elle en se débattant*  

RE:   Non... Assez... *souffla-t-il en portant son regard vers Asim* Tu m'as   promis... Tu m'as promis... Je ne peux pas les mener, je ne peux même   pas les protéger. Il n'y a pas d'ombre sans lumière... Ma lumière   est blafarde et mon ombre toxique. Tu dois le faire...  

ASIM:   N-non tu ne peux pas baisser les bras ! *s'insurgea Asim*  

RE:   N'ai pas peur de couper la corde Asim... Ne le fait pas parce que je   te le demande, mais parce que tu es mon ami, mon frère... Mets fin a   mon tourment et avec lui la menace qui pèse sur ceux que j'aime.   Aide-moi à les protéger. Aide-moi, sen...  

KAFELE:   *Il tenta de la calmer, la gardant dans ses bras, il pouvait entendre   Rê* Tu peux les contrôler...N'ai pas peur...  

TELG:   *Il s'insinua soudainement dans l'esprit de l'enfant, la calmant d'un   coup*  

TELG:   *Son corps flottait non loin d'eux, ses pupille rouges posé sur Rê   et Asim, il s'approchait avec l'allure habituelle d'un fantôme   lorsqu'il se décidait à quitter sa propre chambre*  

ASIM:   J-Je suis ton protecteur, tu n'es pas sensé mourir avant moi... Et ta   mère, t-ta mère va me tuer... *marmonna-t-il en palissant à vue   d'oeil, incapable de faire ce qu'il lui suppliait de faire*  

RE:   Telg... Telg je suis désolé... Je ne peux pas. *sanglota-t-il   faiblement*  

TELG:   La lumière...Elle est en toi...Protecteur des enfants de Ra *la voix   raisonnait dans la tête des personnes présentent alors qu'il  se   trouvait à moins d'un mètre de Rê* Laisse les ténèbres me   rejoindre...Je suis les ténèbres...  

RE:   Non... Je ne peux pas. Je ne peux pas devenir celui que les Dieux   attendent de moi. Tout comme je n'ai jamais pu être ton maitre. Je ne   suis que... Qu'un homme... Maudis... Et toi... La vie n'a-t-elle pas   été assez cruelle avec toi ? J'en ai assez. Assez du devoir, assez   de la culpabilité, assez de la fatigue, assez de la douleur... Assez   de décevoir, encore et encore. Laissez-moi vous décevoir une dernier   fois et qu'elle soit bien la dernière.  

TELG:   Je ne veux pas être seul... *Ses pupilles se dilatèrent alors qu'il   tenta de retrouver Rê dans cette petite pièce blanche qui   n'appartenait qu'à eux*  

RE:   *Trop fatigué et détruit l'esprit de Rê n'offra aucune résistance   à l'influence de Telg et comme les serpents s'attaquaient déjà à   son corps de l'extérieur, l’intérieur de sa tête paraissait   étrangement paisible. Pourtant Rê resta recroquevillé et éteint   même dans cette pièce blanche qui avait su lui donner tant de   réconfort jadis.* Je me souviens... Ce jour là. Je t'avais fait la   promesse que je serai là, comme je l'ai été et comme je le suis, je   serai... Et je suis resté. Pour toi. *avoua-t-il faiblement et le   fantôme d'un sourire dépité passa même sur ses lèvres blêmes*   Mais depuis ce jour je t'ai banni de mon esprit, toi qui était déjà   emprisonné dans ton corps et dans le noir. Je t'ai utilisé, je t'ai   délaissé, je t'ai brûlé, je t'ai appelé Ubaid. Pourquoi ?   Pourquoi resterais-je si ce n'est que pour te faire souffrir ?  

TELG:   *Il s'approcha doucement de lui, et lui fit face, s'asseyant à ses   côtés, il lui tendit une main* Sans toi je ne suis que ténèbres   *murmura-t-il* j'oublie ce que c'est...Aimer...  

RE:   *relevant doucement la tête, il ne résista pas à lui prendre la   main et à le prendre dans ses bras et le serrer avec force comme   lorsqu'ils étaient enfants* Alors vient avec moi. Rejoignons les   Dieux et nous pourront leur demander des comptes. Il n'y a rien de bon   que nous puissions faire ici bas. Tout brûlera, tout périra et   l'Ombre recouvrira la Terre...  

TELG:   *Il l'accueillit dans ses bras, fermant les yeux en retrouvant ces   sensations aussi douce* Un dernier voyage... *Et il l'emmena avec lui,   loin de son corps, loin de la douleur, il l'emmena à travers chaque   personne du temple, à travers leur espoir, à travers leur rire, il   l'emmena à travers l'egypte et le fit voyager lui montra ce que les   hommes et les femmes avaient de mieux à offrir mais parfois aussi de   mauvais dans cet équilibre qu'il connaissait que trop bien. Il   l'emmena, au-delà de l'Egypte, comme il le faisait autrefois, courant   derrière le Soleil, jusque dans les montagnes et ses paisible étendu   de neige*  

RE:   *Il le laissa le transporter comme autrefois, voir le beau, le   merveilleux, le terrible, le lumineux, le plus sombre, l'Egypte et   ailleurs, partout la lumière inondait les paysages de toutes les   couleurs, veillait sur les Hommes de toute nature et leurs choses.   Tant de choses qui lui rappelait ce qu'était d'être un homme, ce   qu'était d'être vivant. C'était merveilleux et terriblement   nostalgique mais le corps meurtrit et brisé de l'adolescent   s'alourdissait comme s'il n'attendait que de pouvoir gouter au repos   éternel et fuir la douleur à tout jamais. Rê serra un peu plus Telg   dans ses bras comme pour se rappeler qu'il y avait tant de chose qu'il   voulait garder, mais il y en avait aussi bien trop qu'il voulait fuir.   Et il savait que sa malédiction était l'une d'entre-elles dont il ne   pouvait se débarrasser que d'une seul manière.* J'ai peur Telg. *lui   avoua-t-il d'une petite voix comme il l'avait fait bien trop de fois   dans leur vie*  

TELG:   *Il serra cette main qu'il avait tant de fois serrer lorsqu'il   n'était qu'un enfant d'une dizaine d'année, apprenant à vivre dans   une prison* Moi aussi...Mais il n'y a pas de courage sans peur... *Il   l'attrapa à nouveau, et l'emmena dans ses propres souvenirs, il lui   montra toute ces choses qu'il avait fait au nom de la guerre, tout ce   qu'il avait fait à Kafele et le bien qu'il en avait ressenti, il lui   montra, jusqu'à ce pardon offert aussi gratuitement et qui l'avait   rendu si misérable qu'il ne l'avait pas supporter...Il le ramena chez   lui, chez eux, dans son corps et le quitta. C'est en se connectant   auprès de tout ceux et celle qu'il pouvait qui joua ce qu'il avait   toujours perçu comme une mélodie, son but était simple, attirer les   serpents, les attirer jusqu'à lui et uniquement lui, il espérait   peut-être en libérer Rê et ignorait même ce qu'il faisait en   réalité mais la musique, les sentiments, la symphonie, il était   comme les charmeurs de serpents, son don étant son pungi. Il ne   pouvait pas tuer Rê, par encore une fois...Il l'aimait bien trop pour   cela*  

RE:   *Il s'accrocha à lui, le laissant lui montrer ses propres souvenirs   de la guerre, si sombres et cruelles, les choses qu'il avait commise   seul et qu'il avait aimé, il lui montrait à quel point son âme   avait noircie au fils des années mais cela n'encouragea Rê qu'à le   serrer plus encore dans ses bras comme il aurait du le faire toute ces   années. Mais il ne l'avait pas fait. Par devoir ou par couardise,   tout cela n'avait plus de sens dans son esprit ou son histoire. Tout   se mélangeait et se contaminait l'un l'autre pour ne former qu'une   fresque flou et incompréhensible. La tapisserie dans son esprit   était devenue pelote de laine et panier de serpent. Il se raccrocha   à Telg et ses souvenirs car c'était tout ce qu'il lui restait, tout   ce à quoi il voulait goûter une dernière fois avant de se quitter   pour toujours. Mais Telg partit de lui même, l'abandonnant dans ce   corps détruit dont s'échappèrent des larmes tièdes.    Au dessus de lui, Asim s'acharnait toujours à le maintenir en vie et   Kafele protégeait encore Akiiki mais ça n'avait plus d'importance.   Il avait dit ses adieux et maintenant l'adolescent attendit seulement   que la malédiction ou autre chose finisse par avoir raison de lui.   Mais la Mort se fit tarder et sembla même de plus en plus lointaine.   Les Serpents, agacés, avides et curieux avaient commencés à se   détourner de leur cible de choix, cherchant aux alentours la source   d'un fumet bien plus alléchant, d'une mélodie envoutante. Le sang de   Rê se glaça lorsque en même temps que lui, les serpents comprirent   le seul être d'où pouvait provenir cette puissante harmonie.   Les Serpents se précipitèrent furieusement vers la chambre de   l'Ubaid, mais en même temps, Rê se releva soudain, inondant le toit   d'une puissante lumière aveuglante pour essayer de rappeler les   serpents à lui ou même éloigner les autres présent sur le toit.   Lorsque la lumière mourrue, il s'était jeté dans le vide.*  Sans prendre le temps de hurler, le Protecteur disparu dans un flash pour le rattraper mais c'était trop tard. Les Serpents s'étaient évaporés et le silence et la nuit retomba sur le Temple de Ra.  

KAFELE:   *Il serra Akiiki dans ses bras dès l'instant où il comprit, ce   silence et la nuit. Il ne put s'empêcher de pleurer tout comme il se   senti coupable de ne pas avoir été capable de l'aider.*  

AKIIKI:   *sortant doucement de son calme forcé, elle observa Kafele sans   comprendre* Kafeele... Tu pleures ? Ne pleure pas, ça va aller ! Je   vais te protéger, je... *elle sembla lentement se rappeler des   évènements qui avait précédé sa transe et regarda autour d'elle   d'un air intrigué* Où est Rê ? Et Asim ? Ils sont allés jouer   ailleurs ?  

TELG:   *Il le senti, ce vide intense et cruelle, alors que du coin de ses   yeux roulaient d'innombrable larme...Il éteignit la symphonie, celle   des autres mais surtout la sienne, il éteignit la douleur et la   tristesse, il éteignit son amour pour Rê, il éteignit jusqu'à la   moindre parcelle d'humanité qu'il pouvait rester en lui*  

ASIM:   *serrant le corps inerte de Rê dans ses bras il l'enveloppa de toute   sa magie pour le protéger et le soigner* Il est toujours en vie... Il   est toujours en vie... *murmura-t-il d'une voix tremblante et   fébrile*  

KAFELE:   *Il fut incapable d'arrêter, malgré sa voix, malgré sa douceur...*   Retourne dans ta chambre...Je te rejoins...Très vite... *Il lui   embrassa la front, se relevant, il esquissa un maigre sourire avant de   disparaitre et de réapparaitre au côté d'Asim*  

ASIM:   Il est toujours en vie... Il est toujours en vie... *continua-t-il de   répéter en tremblant, luttant pour contenir les larmes qui   brillaient dans ses yeux vides*  

KAFELE:   *Pendant un instant, il crut entendre le désespoir d'un homme et son   regard se tourna machinalement sur le marque qu'il portait à son   bras*  

ASIM:   *La marque était sombre et douloureuse, mais celle appartenant à   Malick offrait la comparaison et ce n'était pas l'illusion d'un homme   rongé par le chagrin, Rê n'était pas mort. En dehors de cette   marque il était pourtant difficile de le voir. Ses paupières   étaient closes, son teint devenait plus blafard chaque seconde et son   corps inerte ballotait mollement dans les bras du protecteur.Asim   continua de mettre toute son énergie pour le soigner et bien que la   marque à son bras s'éclaircissait imperceptiblement, l'enfant dans   ses bras ne bougea pas.*  

KAFELE:   *dès la seconde où il remarqua ce détail, sa magie s'illumina à   son tour, se laissant tomber à genoux au côté d'Asim...Il fit   quelque chose qu'il n'avait plus fait depuis des années...Il   pria...Joignant sa magie à la sienne et priant la lumière.*  

ASIM:   Reviens... Réveille-toi... *supplia Asim en se joignant à cette   prière désespérée et silencieuse, continuant de le soigner. La   magie était suffisante pour le sauver et la marque à son bras avait   doucement reprit sa couleur d'origine. Le corps sembla stagner dans   son état de faiblesse mais le faible battement de cœur régulier et   le souffle lent leur apporta une miette de réconfort. Pourtant même   lorsque le Soleil se leva le lendemain matin, Rê n'était toujours   pas revenu à lui.*  

TELG:   *Et dans le silence qu'il s'imposa sur ses émotions et lui-même, il   perçu cette mélodie, ces notes qu'il connaissait, fermant les yeux,   il chercha à l'entendre plus encore, il chercha à rejoindre la   mélodie, pensant retrouver la mort et la paix*  

Le Soleil s'était lentement levé et avec lui les Enfants de Ra qui commencèrent leur journée comme à leur habitude, certains encore intrigué des évènements de la nuit dernière, mais personne ne s'attendait a apprendre la suite des événements. Asim n'avait pas bougé de l'endroit où Rê était tombé et une des femmes du Temple s’aperçut la première de la tragédie. N'osant pas s'approcher, elle alla plutôt chercher de l'aide et la nouvelle se répandit ainsi. Mais même lorsque tout le monde fut au courant et observèrent silencieusement depuis leur fenêtre ou les balcons du Temple, personne n'osa s'approcher. La première et la seule fut la petite femme âgée qui même en ces temps sombre s'approcha avec un sourire apaisant.  

ASIM:   I-Il n'est pas mort, Eshe aidez-nous... *supplia faiblement Asim,   osant a peine détourner ses yeux du corps éteint de Rê*  

KAFELE:   *Kafele n'avait pas cesser et ne cessait toujours pas, il continuait   et à prier et à soigner de sa magie. Il fixait le corps de Rê et   semblait s'être complètement déconnecté de la réalité. Murmurant   par intermittence qu'il avait vu assez de mort dans cette vie et dans   la suivante*  

ESHE:   *Elle déposa une main douce sur l'avant-bras d'Asim et sur la joue   pâle de Rê, mais elle n'usa pas de sa magie et releva les yeux vers   les deux soignants.* Mes enfants... Laissez-le dormir. *dit-elle avec   une grande douceur pour guider leurs esprits fatigués vers la paix*   Le Soleil brille, mais le Soleil est silencieux. Rê est tombé dans   le silence. *leur avoua-t-elle avec une tristesse très humble et   délicate raisonnant dans sa voix*  

ASIM:   M-mais i-il... il est toujours vivant... *souffla Asim d'un ton   éteint, refusant de comprendre et d'accepter ce que leur disait la   prêtresse*  

ESHE:   Oui. *acquiesça-t-elle simplement* Et il se réveillera peut-être un   jour. Et ce jour là, il aura encore besoin de vous. Alors soyez fort.   *encouragea-t-elle avec douceur en posant ses mains sur leur joues et   en leur souriant chaleureusement*  

KAFELE:   *Le contact d'Eshe le sortie de sa torpeur alors, levant les yeux vers   elle, il senti le poids de la tristesse et de la fatigue s'abattre   lourdement sur ses épaules ainsi que celui de la culpabilité qui le   rongea plus encore*  

SHANI:   Asim. Rends-le à ma soeur. *ordonna la jeune femme d'un ton sévère   qui cachait à peine la colère qui brillait derrière ses grands yeux   noirs*  

ASIM:   *détruit par le chagrin, la culpabilité à laquelle s'ajoutait   maintenant la honte, le protecteur ne su quelle force lui permit de se   relever en portant le corps inerte de Rê dans ses bras. Il fit son   chemin vers l'attroupement non loin la tête baissé, incapable de   croiser le regard de quiconque. Il reconnu les pans de la robe de soie   orangée d'Issa et lui tendit le corps de son fils des bras   tremblants*  

KAFELE:   *Il se repassait sans cesse les derniers évènements, cherchant à   comprendre où il avait fait une erreur, quand, et comment il aurait   pu éviter pareil malheur. *  

[color=DARKORANGE]ISSA:   *elle prit son fils dans ses bras, bien trop détruite pour exprimer   la moindre colère, elle s'agenouilla en serrant le corps de Rê   contre elle, peinant a retenir les sanglots de désespoir*  

SHANI:   Enfermez-les. *ordonna-t-elle alors et plusieurs soldats   s'apprêtèrent à obéir lorsque Seb fit un geste pour les rappeler   à l'ordre.*  

KAFELE:   *Il releva la tête vers Eshe à la seconde où l'ordre fut donner,   similaire à un enfant cherchant le contact rassurant de sa mère*  

SEB:   *il échangea un regard avec Sebak et après une seconde d'entente   muette, ils s'avancèrent doucement et sombrement. Seb pose une main   sur l'épaule d'Asim mais il pouvait sentir que celui-ci n'avait plus   la force de résister ou se débattre. C'est pourtant avec douceur et   compassion qu'il le délesta de ses armes et commença à le mener   vers les Tombeaux*  

KAFELE:   NON ! *Il tenta immédiatement de les empêcher* C'est ma faute !   Uniquement de la mienne !  

ESHE:   *elle s'approcha de Kafele et déposa un baiser sur son front, pour le   calmer, le rassurer et lui donner la force d'endurer ce qui allait   suivre* L'amour peut faire souffrir. L'amour peur être aveugle.   L'amour peut se perdre et se retrouver. Mais l'amour ne peut être   corrompu. L'amour est comme la lumière et la lumière de Ra nous   entoure chaque jour afin de nous le rappeler. *répéta-t-elle avec   douceur alors que Sebak s'approchait d'eux, loin d'être menaçant*   Prie la Lumière Kafele, et ouvre ton coeur. Ra t'écouteras et te   réalisera dans le coeur des autres. Je t'aime mon enfant. Aime, ne   hais pas. Aimer trop n'existe pas, car tant qu'on aime, on vivra.   *ajouta-t-elle avant de l'embrasser à nouveau puis de s'écarter pour   laisser Sebak approcher*  

SEBAK:   Nous avons juste besoin de temps pour comprendre alors ne complique   pas la tâche Kafele je t'en conjure. *expliqua-t-il avec douceur mais   fermeté*  

KAFELE:   *Il observa Sebak, écouta Eshe et se perdit dans les semblant   d'explication qu'il tentait de donner pour innocenté Asim. La panique   le prit alors que l'idée d'être enfermé le ramenait à des   souvenirs lointain et douloureux, il regarda Sebak, observa Asim qui   acceptait simplement la situation. Dans sa tête déferlait trop de   chose alors qu'il chercha le contact de ses kepesh dans la panique de   son esprit affolé*  

SEBAK:   *capta son geste du coin de l'oeil* Ne fait pas ça Kafele. Ne rends   pas les choses plus difficiles qu'elles ne le sont. *prévint-il en   dégainant son couteau*  

KAFELE:   *Il recula pourtant encore, ses souvenirs semblant se superposer à la   réalité, la terreur se lisait dans ses yeux. Il s'élança, loin   d'être l'assassin qu'il était, loin d'adopter ses propres   techniquement, il n'était rien de plus que l'enfant qu'il avait   été, paniqué et effrayé*  

SEBAK:   *il n'eut aucun mal à éviter ses coups et à le désarmer et c'est   même sans utiliser la lame de son couteau qu'il le menaça d'un   regard autoritaire en attrapant ses bras pour l'immobiliser une   seconde* Nous ne sommes pas tes ennemis ! Calme-toi ! *mais il fut   forcé de profiter de ce moment de faiblesse pour entourer ses   poignets de menottes magiques afin d'empêcher la situation de   s'envenimer.*  

SHANI:   Aux tombeaux ! *ordonna-t-elle a nouveau avec insistance et colère et   Sebak s'executa sombrement, poussant Kafele à suivre Seb et Asim,   déjà aux portes de l'édifice*  

KAFELE:   *Il hurla de toute ses forces, se débattit et continuant d'appeler   mère et père sur tout le long du chemin*

 Tous deux furent enfermés dans un tombeau séparé, avec Seb et Sebak comme geôliers. Kafele revivait ses vieux traumatisme, animé de panique et de cris alors que Asim, abattu et muet finit par s'assoir et s'adosser à l'autel présent dans sa cellule et ferma les yeux. Il murmura faiblement des paroles d'une chanson qu'il aimait chanter lorsqu'il veillait sur Rê quand celui-ci dormait mais sa voix ne parvint même pas a former des notes et une mélodie. Avec un soupir, il laissa son esprit glisser dans un sommeil lourd de tristesse et de fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Can't believe you were once just like anyone else...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Can't believe you were once just like anyone else...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Le Caire (Héliopolis) :: Le Temple de Ra-