AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Blackbird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Blackbird   Jeu 28 Juil - 19:19

https://rpnow.net/rp/vcJSmy7V/1


AKIIKI:   Marché ! On est au maaarché ! *s'exclama-t-elle avec enthousiasme,   ne pouvant pas remarquer ce changement car elle n'était jamais venue   auparavant*  

KAFELE:   *Il cessa de courir à leur arrivé. La présence d'Akiiki et les   derniers évènements lui avait fait oublier les ravages de   l'incendie, gardant l'enfant sur ses épaules, certain de ne pas la   perdre ainsi, il marcha lentement cette fois, croisant les regards des   marchants qu'il connaissait si bien. Il ne savait pas bien où se   rendre pour trouver une pelle en réalité, ni même s'il trouverait   un mandarinier quelque part mais prit le temps, laissant à Akiiki   tout le loisir de pouvoir observer* Je compte sur toi pour me guider   *Lui fit-il savoir*  Au comble du bonheur, l'enfant regarda a droite à gauche sur les rares étales installées là où il y en avait d'habitude tant qu'il était difficile de se déplacer et de tout discerner. La jeune fille remarqua les marques d'incendie ça et là sur les bâtiments et les débris brûlés éparpillés mais elle ne se posa pas de question, prenant cela comme un nouveau détail passionnant du marché qu'elle n'avait pas imaginé.  Derrière, Theoris les avait enfin rattrapé et reprit doucement son souffle. Il ne se fit pas remarquer mais garda un oeil sur Kafele et Akiiki, facilement repérable dans la rue peu peuplée.  Akiiki s'agita soudain sur les épaules de sa monture en désignant l'étale d'une vieille dame sur laquelle était disposés quelques colliers de perles colorées.*  

AKIIKI:   Là là ! Ça ! Regarde Kafeele ! C'est beau ! *s'exclama-t-elle en   pointant l'étale*  

KAFELE:   *La sentir s'agiter sur ses épaules éclipsait l'air sinistre du   marché qui, à son habitude, regorgeait de vie. Il s'approcha de   l'étale aux perles, esquissant un sourire à la vieille femme, il   regarda son ouvrage* Ils sont magnifique *Complimenta-t-il, en ayant   envie d'en offrir un à la petite, il se souvint qu'il avait été   pour ainsi dire dépouiller avant d'être enfermer. Il fouilla ses   poches soudainement et fut rapidement rassuré de sentir le contact   familier de sa bourse. Il n'était pas riche mais il redoutait bien   trop l'idée de ne pas trouver de pelle pour laissez l'enfant revenir   bredouille du marché.* Tu préfère lequel ?  

AKIIKI:   Ils sont TOUS trop beaux ! *s'écria-t-elle avec bonheur* Regarde   toutes les couleurs ! Celui là il est bleu ! Et celui la il est rouge   ! Là il y a du vert et du doré ! Oh et lui il est orange ! Orange   comme les mandarines ! *s'amusa-t-elle en pointant tour à tour les   colliers*  

AZIRA:   *Elle sourit devant ses deux clients, sentant leur présence lui   réchauffer le cœur. Elle se souvenait avoir déjà vu l'homme se   balader au marché mais la petit fille si enthousiaste elle semblait   venir pour la première fois. Quelle dommage pour elle de voir le   marché d'El-Azhar dans cet état mais sa joie innocente semblait   aussi avoir le pouvoir de soigner les maux.* Merci d'être venu.   *dit-elle avec une grande douceur car même s'ils n'achèteraient   peut-être pas de collier, elle était heureuse qu'ils s'étaient   attardés devant son étale*  

KAFELE:   *Il acquiesça à ses paroles, admettant qu'effectivement, ils   étaient tous beau. Souriant de plus belle, il glissa ses doigts sur   les perles oranges.* C'est peu de chose *Répondit-il à la vieille   femme, bien heureux de pouvoir permettre à Akiiki de réchauffer les   coeurs de sa bonne humeur.* Je vais vous prendre celui-ci *Finit-il   par lui dire, sortant l'argent de ses poches, il fit le compte pour   tendre ensuite la monnaie à la marchande*  

AZIRA:   *elle acquiesça, prenant l'argent avec délicatesse* Vous aimez les   mandarines ? *demanda-t-elle avec douceur, peut-être simplement pour   pouvoir profiter de leur présence encore quelques secondes*  

AKIIKI:   Oui ! Kafeele et moi on va faire pousser un mandarinier dans un trou   avec de l'eau ! On va acheter une pelle ! Une pelle dorée !   *s'exclama la jeune fille avec détermination*  

KAFELE:   *Il laissa échappé un rire en l'écoutant* Je les adore *Ajouta-t-il   avec plus de retenue que la petite fille sur ses épaules.*  

KAFELE:   *Il leva le bras, tendant le collier tout juste acquis*  

KAFELE:   Et je le lui ai promis  

AZIRA:   Oh et bien... *elle réfléchit une petite seconde* Karim doit en   avoir. *aiguilla-t-elle avec tendresse* C'est le gérant du restaurant   un peu plus bas dans la rue. Pour ce qui est du mandarinier, ou de la   pelle par contre... Oh vous pourriez peut-être demander aux nomades   là-bas. Je ne les connais pas bien mais ils ont l'air plutôt   gentils. *ajouta-t-elle avec un sourire*  

AKIIKI:   *elle inspira avec émerveillement lorsqu'il lui tendit le collier et   l'enfila immédiatement* Pour moi ?! Il est trop joli !!! Et orange !   Orange comme les mandarines ! Oh Kafele il faut qu'on trouve des   mandariines ! *s'excita-t-elle d'une voix suraigue*  

KAFELE:   *Il sourit à la femme, prenant note de ses indications. Il   connaissait Karim, pour avoir déjeuner parfois en ces lieux ou   simplement savourer un thé.* Merci beaucoup *Replaçant correctement   Akiiki sur ses épaules avec un petit sursaut, il s'éloigna d'un pas*   Au revoir *Il fit route vers le petit restaurant de Karim*

 La marchande le salua d'un petit signe de la tête, posant une main sur son cœur réchauffé. Alors qu'elle n'espérait même pas vendre un collier ou esquisser un sourire aujourd'hui, elle sortit de sous son étale des fils et des perles de couleurs, commençant un nouveau collier avec de belles couleurs. Le petit duo, ou plutôt trio, continua de descendre la rue pour rejoindre le petit restaurant de Karim. La petite Akiiki, trop émerveillé par son nouveau collier ne fit plus trop attention quelques autres étales présentes autour.  Lorsqu'ils arrivèrent au restaurant, celui-ci semblait plus remplit que d'habitude mais très calme comparé au nombre de personnes assis tranquillement aux tables. La plupart ne mangeaient pas, semblant simplement passer le temps avec calme et sérénité. Quelques personnes jetèrent un regard aux nouveaux venus mais n'y accordèrent pas beaucoup d'attention. Karim lui était en cuisine.  

AKIIKI:   Où on est ? *demanda la petite fille qui remarquait seulement qu'ils   étaient à présent à l'intérieur. Elle perçu les faibles odeurs   de nourritures* On va manger ? Tu a faim Kafeele ?  

KAFELE:   On vient voir mon ami Karim *Lui dit-il simplement mais les odeurs de   cuisine et l'humeur retrouvé avec Akiiki semblait réveiller son   estomac qui n'avait rien digérer depuis plus de vingt quatre heures   maintenant. Il cria famine* Et j'ai très faim *Admit-il* Et si je ne   mange pas tout de suite, je risque de te manger toi *Il attrapa sa   petite jambe, faisant mine de vouloir en manger un morceau*

 La petite fille éclata d'un rire rayonnant lorsqu'il fit mine de manger sa jambe. Un rire qui cette fois-ci attira bien plus d'attention de la part des clients calmes, mais aussi du gérant qui sortit la tête de sa cuisine. Il remarqua Kafele et la petite fille sur ses épaules et paru intrigué une seconde mais finalement heureux.  

KARIM:   Kafele ! *le salua-t-il avec entrain* Mais qui m'amènes-tu donc là ?   Bonjour petite fille !  

AKIIKI:   C'est toi l'ami de Kafeele ? Je suis l'amie de Kafeele aussi ! Ça   veut dire que t'es aussi mon ami. *conclua-t-elle avec grand sérieux*   Je m'appelle Akiiki et tu es mon nouvel ami Karim !  

KARIM:   Oh mais j'en suis ravis ! *s'amusa-t-il, surprit de ressentir tant de   joie* Que puis-je faire pour vous mes amis ? *demanda-t-il ensuite en   se retournant vers Kafele*  

KAFELE:   *Il laissa la petite se présenter, profitant simplement du moment   présent. Attrapant celle-ci, il la déposa au sol* On m'a dit que   pourrait peut-être me vendre quelques mandarines *Fit-il savoir* et   nous avons une faim de loup !  

KARIM:   Et on ne s'est pas trompé. Une chance que j'ai fais le plein avant   l'incendie. Normalement je te les vendrais dans une assiette mais tu   peux en prendre autant que tu veux pour les ramener chez toi. Nous   irons dans la remise quand vous vous serez nourris. *répondit-il avec   gentillesse* Par contre, où est-ce que je vais pouvoir vous mettre...   *se demanda-t-il en regardant dans son restaurant plein* Comme vous   pouvez le voir c'est assez remplis ces derniers temps...  

KELLAN:   Tu peux les asseoir avec nous. *répondit-il calmement sans hausser la   voix depuis sa table bien qu'il ne faisait pas partie de la   conversation. La femme à côté de lui lui jeta un regard perplexe   mais ne dit rien*  

KARIM:   Oh... Vraiment ? *répondit le gérant, lui aussi un peu intrigué   mais ne voyant pas trop où mettre Kafele et Akiiki si ce n'était à   une table déjà occupée, il finit par faire signe à ses amis de s'y   installer en haussant les épaules*  

KAFELE:   *Il se retourna dès que l'invitation fut lancé. Observant la petite   table, il fut surpris. Il n'était guerre armé. Ses instinct   protecteur mêlé à ses vieilles habitudes de soldat le rendait   parfois méfiant mais il ne se voyait pas refuser. Tenant la main   d'Akiiki, il se dirigea vers la dites table* Merci beaucoup...Moi   c'est Kafele et voici Akiiki *Se présenta-t-il simplement, passant sa   main libre sur sa nuque*  

KELLAN:   Kellan.  

AKIIKI:   Es-tu un ami de Kafeele aussi ? Parce que si c'est le cas, tu es aussi   mon ami ! Oh Kafeele tu a trop d'amis ! *couina la demoiselle avec   joie*  

ALIKA:   Aussi rayonnant que celui qu'ils appellent père... *soupira-t-elle   lascivement* Alika. *finit-elle par se présenter de la même voix   soyeuse et lente*  

KAFELE:   *Il les étudia du regard sans se rendre compte, prenant place auprès   d'eux après les présentations. Leur visage ne lui était pas   familier et il en déduisit qu'ils n'étaient probablement pas du   coin.* Vous êtes arrivé récemment ?  

KELLAN:   Non.  

ALIKA:   Ou oui. Ça dépend comment vous qualifiez "récemment".   *ajouta-t-elle de sa voix semblant à un soupir blasé*  

KAFELE:   *Il se passa une main sur sa nuque* Je ne vous ai jamais vu dans le   coin *il semblait presque s'en excuser*  

KARIM:   *approchant d'un air un peu prudent, incertain de comment cette   cohabitation allait fonctionner* Du coup... Qu'est-ce que je vous sers   ?  

AKIIKI:   Des mandarines ! *s'exclama-t-elle joyeusement*  

ALIKA:   Nous bougeons beaucoup.  

KAFELE:   *Il laissa échappé un rire devant la réponse d'Akiiki* Du Koshary   s'il te plait *Répondit-il à Karim, reportant son attention sur la   jeune femme, il se souvint de la marchande* Des nomades donc   *Conclut-il en souriant, il ne savait que peu de chose d'eux mais il   n'avait jamais eu pour habitude de juger qui que ce soit, il savait à   quel point les apparences pouvaient être trompeuse* Dommage que vous   soyez arriver après l'incendie  

KARIM:   *il acquiesça, faisant un petit clin d'oeil à la petite fille avant   de s'en aller préparer tout ça*  

ALIKA:   Oh non nous ne sommes pas arrivés _si_ "récemment". *répondit-elle*   Nous avons vu le feu. Et nous avons vu El-Azhar avant le feu.  

AKIIKI:   Nous aussi on a vu le feu ! Un homme en feu ! Il faisait super peuuur   ! Mais moi j'ai pas eu peur ! *rapporta Akiiki avec son enthousiasme   naturel*  

ALIKA:   Un homme en feu, dis-tu... ? *répéta-t-elle d'un air songeur avant   d'échanger un regard avec Kellan, puis imperceptiblement avec un   autre homme assis non loin* Nos enfants aussi nous ont parlé d'un   homme en feu.  

AKIIKI:   C'est l'ami de Kafeele ! *ajouta-t-elle joyeusement* Oh mais il est   malade. *ajouta-t-elle ensuite plus tristement* Oh ! Kafeele ! La   soupe ! On peut demander à Karim de lui donner de la soupe !   *s'exclama-t-elle ensuite*  

ALIKA:   *elle se dérida doucement en laissant échapper un petit rire aussi   léger et las que le ton de sa voix*  

KAFELE:   *Il se crispa légèrement devant les paroles d'Akiiki, il ne pouvait   pas en vouloir à l'enfant mais là, en cet instant, il fut incapable   de prononcer le moindre mot, ni d'arrêter le flot de parole d'Akiiki.   Son coeur s'était mit à battre très fortement dans sa poitrine, il   posa ses yeux sur l'enfant, cherchant à retrouver un peu de calme en   lui.* On lui demandera *finit-il par dire, posant ses yeux sur les   adultes présents...Essayant d'évaluer la situation*  

ALIKA:   *elle capta l'angoisse de l'adulte accompagnant l'enfant avec un petit   rictus amusé, mais reporta son regard sur la petite Akiiki* Et bien   s'il est en feu, son ami doit être vraiment très malade. J'ai bien   peur qu'un bol de soupe ne lui suffise pas, petite fille.   *commenta-t-elle avec une grande douceur*  

AKIIKI:   Oh... Comment faire alors ? Comment faire Kafeele ? *demanda-t-elle   d'un air inquiet*  

KAFELE:   *Il aurait préféré en rester à cette histoire de soupe. Posant les   yeux sur Akiiki, il lui sourit, pour la rassurée* Tu sais qu'Eshe   m'enseigne son savoir... *Il passa une main dans ses long cheveux* Je   trouverai comment le soigner *Même si au fond, il n'avait encore   aucune piste, a part retarder l'inévitable et accepter que jamais   Tumaini ne lui pardonne*  

AKIIKI:   *elle l'écouta, acceptant simplement son assurance comme preuve de   vérité et acquiesça* D'accord...  

ALIKA:   Ce n'est pas très bien de mentir aux enfants. *remarqua-t-elle avec   un doux sourire*  

KAFELE:   *Il releva les yeux sur la jeune femme, fronçant les sourcils par   réflexe* Je ne lui ment pas *Et il disait vrai, il comptait   effectivement trouver un moyen de le soigner, il cherchait et   espérait bien y arriver*  

ALIKA:   Alors vous vous mentez a vous même. *répondit-elle avec douceur*  

AKIIKI:   Non ! Kafeele ne mentirait pas. Il n'est pas un menteur !   *défendit-elle avec ferveur*  

KAFELE:   *Il prit la main d'Akiiki, la serrant doucement pour l'inviter à se   calmer, lui souriant, il releva les yeux vers Alika* Seul l'avenir   nous le dira  

ALIKA:   N'est-ce pas ce à quoi votre Dieu est sensé servir ? Prédire le   futur ou... vous apporter la vérité ? Ou est-ce simplement que vous   appréciez le Soleil ? *questionna-t-elle avec un écho de moquerie*  

KAFELE:   *Il n'avait jamais ce qu'on pouvait qualifier de bon croyant, sa vie   et ses expériences l'ayant amené à ne pas trop se poser de   questions sur le sujet* Je n'ai pas la prétention de croire que les   dieux me servent d'une manière ou d'une autre *Il avait été comme   elle après tout...A se moquer des croyances...*  

ALIKA:   Pourquoi perdre son temps a prier alors ? *nargua-t-elle doucement en   le fixant de ses yeux noirs d'un regard presque langoureux*  

KAFELE:   Et pourquoi pas ? Ce choix appartient à tout un chacun *répondit-il   toujours simplement*  

ALIKA:   Bien sûr. Mais ça a l'air tellement ennuyeux. *commenta-t-elle avec   une petite moue déçue, comme si elle eu l'impression de perdre ce   petit échange. Elle prit son petit verre de thé et s'adossa contre   le corps massif de Kellan qui écoutait depuis le début sans rien   dire. Il eu un sourire en croisant le regard de Kafele.*  

KELLAN:   J'espère que les mandarines seront bonnes.  

KAFELE:   *Il esquissa un sourire au couple, du moins, supposait-il que s'en   était un* Je fais entièrement confiance à Karim pour ça. *Il posa   une main sur la tête d'Akiiki* Il nous restera plus que ta jolie   pelle à trouver...  

AKIIKI:   Oh oui une pelle... Pour le mandarinier. *Se rappela-t-elle doucement.   Cela faisait un moment qu'elle avait décroché de la conversation et   elle joua distraitement avec son collier de perles oranges.*  

ALIKA:   Le mandarinier ? *répéta-t-elle en haussant un sourcil, doucement   amusée*  

KELLAN:   Vous devez vraiment aimer les mandarines. *commenta-t-il a son tour   avec un sourire*  

KAFELE:   *Il esquissa un sourire, Akiiki ignorait la signification profonde de   ce projet mais cela lui faisait réellement plaisir de partager cela   avec elle.* On les adore *Commenta-t-il un peu amusé par ses propres   souvenirs de Kames croulant sous les dettes de panier de mandarine*  

AKIIKI:   Mais j'ai perdu ma pelle. Alors on est venu en trouver une autre ! Une   dorée. Et après on a acheté ce collier. Il est orange, orange comme   les mandarines ! Mais... Mais on a toujours pas trouvé de pelle, hein   Kafeele ? *expliqua-t-elle*  

ALIKA:   Quelle triste histoire. *commenta-t-elle néanmoins très amusée*  

KAFELE:   *Il sourit* On pourra toujours piquer les cuillères de la cuisine   *Lui rappela-t-il pour la taquiner*  

AKIIKI:   *elle gloussa en portant ses mains à sa bouche* Chuut il faut pas le   dire ! *rappela-t-elle en ricanant*  

TAU:   *Assis non loin du petit groupe, il s'était relevé pour sortir un   instant et revint. Depuis l'entrée, il signa quelque chose à Kellan   qui capta son message et acquiesça avant de répondre de deux signes   de la main et de porter son regard vers Kafele et la petite fille*  

KELLAN:   Il semble que quelqu'un d'autre veut des mandarines.  

THEORIS:   *il entra timidement, suivit de près par Tau, s'étant visiblement   fait pincé en train d'espionner*  

ALIKA:   Il est avec vous ? *questionna-t-elle en haussant à nouveau un   sourcil, très discrètement méfiante*  

KAFELE:   *Il tourna la tête, remarquant Theoris* Ce n'était pas prévu mais   oui... *Il se leva, rejoignant l'enfant. Il avait plutôt cru que   celui-ci préviendrait un adulte plutôt que de le suivre* Tu vas bien   ? *S'inquiétait-il dans un premier temps, il esquissa un sourire, pas   fâché de le voir* Tu cours beaucoup plus vite que je ne l'aurai cru   *S'amusa-t-il pourtant*  

THEORIS:   *il eu une petite moue boudeuse et détourna le regard un peu agacé*   Je dois... veiller sur Akiiki. *se justifia-t-il simplement*  

AKIIKI:   Theoris ! *appela-t-elle avec entrain en se précipitant vers lui pour   le prendre dans ses bras* Regarde le collier que m'a acheté Kafeele !   *montra-t-elle ensuite, toute fière*  

THEORIS:   C'est un joli collier oui Akiiki. *commenta-t-il doucement, encore   intimidé par tout les gens autour d'eux*  

KARIM:   Oh ? On a un nouveau client ? *commenta-t-il alors qu'il sortait de la   cuisine avec la commande* Koshary, et mandarine pour ma toute nouvelle   ami Akiiki ! Et qu'est-ce que ce sera pour le jeune homme ?  

THEORIS:   Rien. J'ai pas faim. *répondit-il d'une petite voix, sur la   défensive*  

KAFELE:   *Il observa Theoris, ne pouvant s'empêcher de s'excuser d'un sourire   pour cet escapade. Il se tourna vers Karim, un petit sourire désolé   mais lui demandant malgré tout de quoi boire. Si Theoris. Il se   tourna ensuite vers Kellan et Alika* Je vais devoir vous quémander   une petite place en plus...  

ALIKA:   *elle soupira* Plus on est de fou plus on rit après tout...  

THEORIS:   *jaugeant les adultes d'un regard méfiant, il prit la main d'Akiiki   et vint tout de même s'asseoir à la table, réajustant sa petite   arme à sa ceinture alors qu'il prenait place*  

KELLAN:   Combien en as-tu des comme ça ? *questionna-t-il d'un air   particulièrement amusé*  

KAFELE:   *Il passa une main sur sa nuque et se réinstallant à la table* J'ai   beaucoup d'ami *Se justifia-t-il en répétant la petite phrase   d'Akiiki*  

ALIKA:   Il semblerait en effet...  

KELLAN:   Ça veut dire que tu es un homme gentil.  

AKIIKI:   Le plus gentil !  

KELLAN:   *il rigola doucement*  

THEORIS:   Akiiki, mange tes mandarines. *rappela-t-il d'une voix douce*  

KAFELE:   Il faut garder les pépins *Rappela-t-il  à l'enfant, sa main   toujours sur sa nuque avant que son estomac ne lui rappelle sa famine   bruyamment.*  

AKIIKI:   Mmles pépins ? *demanda-t-elle sans comprendre en marchant ses   quartiers de mandarines*  

ALIKA:   Pour le mandarinier. *expliqua-t-elle doucement*  

KAFELE:   *Il entama son propre plat, remerciant d'un regard Alika pour la   petite explication*  

KARIM:   Et de quoi boire pour le jeune homme. *annonça-t-il en déposant un   verre et une carafe devant Theoris avant de s'éloigner pour les   laisser profiter du repas*  

THEORIS:   Mon nom est Theoris... *marmonna-t-il dans sa barbe, un peu grognon*  

AKIIKI:   *continua de manger en faisant attention de recracher les pépins et   les disposa en petit tas sur le bord de la table*  

KAFELE:   *Il gardait un oeil sur les enfants, continuant de manger son propre   repas* On aura bien besoin d'une paire d'yeux supplémentaire pour   nous trouver cette pelle *Essayant de détendre un peu l'enfant*  

THEORIS:   J'ai entendu la marchande dire que les nomades en auraient peut-être.   *rappela-t-il d'un ton plat peu entrainé dans le jeu de Kafele*  

ALIKA:   Ah oui ?  

KAFELE:   *Il acquiesça malgré tout* Mais on a déjà bien assez profitez de   votre gentillesse  

ALIKA:   Gentillesse ? *elle rigola doucement en échangeant un regard avec   Kellan*  

KELLAN:   C'est toi l'homme gentil. "Le plus gentil". *rappela-t-il amusé*  

KAFELE:   *Il se gratta la nuque, un peu mal à l'aise. Il se concentra alors   sur son plat, l'engloutissant sans vraiment s'en rendre compte tant il   avait eu faim*  

KELLAN:   *il fit signe à Tau, toujours posté prêt de l'entrée et tous deux   semblèrent avoir une conversation amusante mais silencieusement par   des signes de la main. Alika aussi glissa un ou deux signes dans leur   échange avec un sourire amusé. Kellan finit leur échange par deux   derniers signe et Tau s'éloigna, allant dans une autre pièce du   restaurant.*  

KAFELE:   *Il les observa bien malgré lui, devinant aisément qu'il s'agissait   du langage des signes sans pourtant comprendre le moindre mot mais il   y avait quelque chose de fascinant à découvrir ce langage*  

KELLAN:   Un homme seul, affamé, avec deux enfants. *déclara-t-il alors en se   retournant vers Kafele une fois que Tau s'était éloigné* Et gentil,   en plus.  

ALIKA:   Le plus gentil. *ajouta-t-elle en se moquant très légèrement*  

KAFELE:   *Il leur jeta un regard, sentant un frisson se glisser le long de son   échine, il avait rapidement terminé son plat et observa la petite   Akiiki et Theoris. Rassemblant les pépins, il les glissa dans sa   poche en souriant aux enfants* Et qui aime les mandarines *Ajouta-t-il   en se relevant. Il jeta un regard à Theoris* Rentrez, je vais payer   l'addition, je vous rattrape tous les deux  *Le garçon acquiesça, ne se sentant pas du tout en confiance. Il prit la main de Akiiki et la tira presque en fuyant pour sortir du restaurant le plus rapidement possible. Akiiki elle ne comprit pas mais ne protesta pas non plus, courant simplement avec Theoris hors du restaurant. Juste derrière eux, Tau réapparu et se plaça devant la sortie, une arme à la main. Kellan se leva doucement*  

KAFELE:   *Il observa la scène, frottant une nouvelle fois sa nuque* Je n'ai   absolument rien à offrir *il n'était pas armé, n'avait absolument   rien pour véritablement et correctement usé de sa magie...Et il   était seul*  

KELLAN:   Exactement. *répondit-il simplement en s'avançant, contournant   Kafele pour rejoindre Tau et récupérer le sabre qu'il avait dans la   main. Il observa la lame aiguisée un instant, la fit luire de magie   puis la laissa s'éteindre naturellement* Tu es très courageux. Ou   très stupide. *commenta-t-il calmement* Dans tout les cas... *il fit   tourner l'arme une fois dans sa main pour entendre l'air se faire   fendre, puis la tendit à Kafele* Tu auras besoin de ça.  

ALIKA:   ... si tu veux garder tes nombreux et précieux amis. Même si un beau   sourire fait aussi plaisir parfois. *nargua-t-elle doucement de sa   place*  

KAFELE:   *Il avait bien du mal à comprendre ce que le groupe cherchait de lui.   L'arme lui fut tendu et il la regarda, observant Kellan ensuite*   Qu'est ce que vous voulez ? *Il chercha du regard Karim, inquiet pour   son ami*  

KELLAN:   Qu'est-ce que toi tu veux ? *répondit-il en lui tendant toujours   l'arme*  

KAFELE:   *Il reporta son attention sur Kellan, hésitant à appeler Karim pour   s'assurer qu'il allait bien* Une pelle *Répondit-il sans cacher une   pointe de sarcasme*  

KELLAN:   *il rigola, doucement amusé* Pour le mandarinier.  

KARIM:   *sortant a nouveau de la cuisine, il fut surprit par la nouvelle   situation dans son restaurant. Cherchant les enfants du regards, il ne   les trouva pas.* Déjà partis ? *demanda-t-il intrigué*  

KAFELE:   *Il acquiesça simplement, reportant son attention sur Kellan* Et   Maintenant ?  

KELLAN:   Prend la. *dit-il en lui tendant toujours cette arme.*  

KAFELE:   Et si je refuse ? *Dit il en le sondant*  

KELLAN:   Alors quelqu'un d'autre la prendra, et en fera ce qu'il lui plait.   *répondit-il avec un petit sourire en coin*  

ALIKA:   La planter dans l'un de tes adorables petits bout de chou par exemple.   *ajouta-t-elle d'un ton blasé*  

KAFELE:   *Il n'en fallait pas plus pour qu'il prenne cet arme, fixant Kellan*  

KELLAN:   *il eu un sourire en le laissant la prendre et laissa son bras   retomber* Une bonne arme. *commenta-t-il simplement* Oh et... *Tau lui   tendit une petite pelle en cuivre gravé qu'il lança a Kafele* Elle   n'est pas dorée mais... J'espère que vos mandarines seront bonnes.   *ajouta-t-il en lui donnant une tape amicale sur l'épaule avant   d'aller se rassoir, signant deux mots à Tau et celui-ci alla aussi se   rasseoir avec un petit sourire*  

KAFELE:   *Il resta pantois devant la situation, il s'était attendu à bien des   choses sauf à cela. Il tenait l'arme d'une main, la pelle dans   l'autre* Je ne comprend pas... *Il se retourna vers Kellan, cherchant   des réponses*  

ALIKA:   Parfois il n'y a rien a comprendre Kafele. Parfois il n'y a pas de   réponse, pas de solution. *répondit-elle de sa douce voix alors   qu'elle retrouvait sa place contre Kellan* Mais s'il te faut une   raison... Vous croyez en les Dieux. Certains croient en les lois. Nous   croyons en les Hommes. Les gens bien. Et nous croyons que c'est   vraiment eux qui décident de ce que sera le futur. *expliqua-t-elle   avec un sourire langoureux*  

KAFELE:   *Il était loin de comprendre, l'avait-il armé uniquement parce   qu'une petite fille l'avait décrit comme "le plus gentil"* Vous ne   savez absolument rien de moi *Mais malgré tout, il ne pouvait   s'empêcher d'être séduit par cette idée derrière ses paroles, Il   se retourna pourtant vers Karim, sortant de sa poche le reste de sa   bourse qu'il lui lança* Ton Korachy était divin, comme toujours  

KARIM:   Oui ben repasse quand tu veux ! *répondit-il en souriant, bien   qu'intrigué par cette conversation. Il récupéra l'argent.* Avec   Akiiki et l'autre garçon, quand tu veux !  

ALIKA:   Nous savons que cette arme est entre de bonnes mains. *répondit-elle   simplement*  

KAFELE:   *Il ne sut quoi répondre, se dirigeant vers la sortie...Il s'arrêta   avant d'en franchir le seuil* Merci pour le pelle *Il retrouva les   rues du marché, remontant celle-ci, il hésita à plusieurs reprise   à se débarrasser du sabre, Tentant de comprendre. Il savait qu'on ne   le laisserait pas revenir au temple armé, il ignorait d'ailleurs ce   qu'il était advenu de ses soeurs...Il laissa sa magie apprivoisée   cette nouvelle arme, lui donnant une taille de moins en moins   importante, assez pour être cacher sous ses vêtements*  

THEORIS:   Pss ! Kafele ! *appela-t-il caché derrière l'étale de la marchande   aux perles, Akiiki derrière lui*  

AZIRA:   *un peu inquiète* Tout va bien ? Les enfants semblaient un peu   inquiet.  

KAFELE:   *Il se retourna vivement, rassuré de voir les enfants bien qu'il   aurait probablement préféré les retrouver en sécurité dans le   temple. Son regard se porta sur la marchande, les yeux plein de   gratitude* Tout va bien... *Rassura-t-il en souriant, il montra à   Akiiki la pelle* Elle n'est pas en or mais...  

AKIIKI:   UNE PELLE ! *s'écria-t-elle avec excitation en sautant hors de leur   cachette pour la prendre dans les mains en sautillant*  

THEORIS:   *ayant du mal à comprendre, il sortit à son tour de leur cachette,   hésitant à ranger son arme à sa ceinture* Que s'est-il passé ?  

KAFELE:   Je sais pas très bien *Répondit-il à Theoris en jetant un regard en   direction de la rue* Nous devrions rentrer maintenant *Dit-il en   reportant son attention sur les enfants. Il posa son regard sur la   Azira* Merci de vous en êtes occupé...Si vous avez besoin de quoi   que ce soit...N'hésitez jamais à venir me voir *Lui fit-il savoir   sincèrement*  

AZIRA:   C'est bien normal. *répondit-elle avec douceur* Allez, rentrez les   enfants.  

THEORIS:   *il acquiesça, saisissant la petite main d'Akiiki pour reprendre la   route du Temple de Ra*

Partie 3: Blackbird part 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Blackbird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Episode IV : Blackbird
» Construction du Blackbird SR-91
» Lady Blackbird : Contes de l'Indomptable Bleu du Firmament
» Le SR-71 Blackbird.
» Une maquette du Blackbird SR71
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Le Caire (Héliopolis) :: Le quartier d'El-Azhar (souk)-