AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Miles Away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Miles Away   Mar 9 Aoû - 16:56

Part 3: http://themaraudersbook.forumgratuit.org/t758-miles-away

https://rpnow.net/rp/M7pJDH39/17


La cité claire rayonnait sous le Soleil éclatant de la matinée. Les rues piétonnes étaient pavées de pierres élégantes et des palmiers ornaient les trottoirs. Les bâtiments aux murs blancs émanait une sensation de légèreté et de propreté et le vent qui couraient dans les arbres n'apportait qu'une odeur de fraicheur matinale. La matinée étaient bien avancée mais les rues étaient encore assez vide. Un homme entrait dans une boutique sans les remarquer, un adolescent courrait derrière un ami en rigolant, les oiseaux chantaient.  

SEBAK:   Et... maintenant ? *demanda-t-il en continuant de manger sa pomme.*  

KAFELE:   *Il observa les lieux et il ne sut quel sentiment ressentir face à   cela...Ni même ce qu'il faisait réellement là,* Je n'en sais rien   *Laissa-t-il échappé, pourtant il s'avança, se laissant simplement   aller au gré d'une marche et de la découverte des lieux*  

NILE:   *sortant d'une boutique en rangeant son argent et son achat dans son   sac* Merci Teth ! *elle remarqua les trois hommes s'avancer lentement   dans la rue d'un air clairement perdu. Leur accoutrement aussi   trahissait qu'ils ne vivaient pas ici.* Bonjour ? *appela-t-elle   timidement avec un sourire d'une grande finesse* Vous avez l'air un   peu perdu, je peux vous aider ? C'est la première fois que vous venez   ?  

KAFELE:   *Il posa les yeux sur la jeune femme qui les salua. Il esquissa un   sourire face au sien, communicatif.* Je connaissais la ville mais pas   la cité... *Expliqua-t-il gentiment*  

NILE:   Oh ! Je vois ! *s'exclama-t-elle avec un petit enthousiasme* Et   bien... Bienvenue ! Je m'appelle Nile Sedki, oh mais vous n'avez pas   à retenir le nom de famille Nile ça suffit. *balbutia-t-elle   timidement*  

KAFELE:   Merci *Répondit-il simplement et il hésita pourtant une seconde à   se présenter...La peur lui nouant la gorge* Enchanté Nile...Moi   c'est Kafele...  

SEBAK:   Sebak. Et lui c'est Seb. Comme moi mais avec deux lettres en moins   parce qu'il est moins bavard. *plaisanta-t-il doucement sans avoir   besoin de se retourner pour connaitre le visage renfrogné de ce   dernier*  

NILE:   Oh ! *elle rigola mais un peu nerveusement en remettant une mèche de   cheveux derrière son oreille et en serrant un peu plus son sac* C'est   marrant... Enfin c'est pas vraiment m-marrant en fait. "Kafele" c'est   juste... *elle respira un coup pour chasser son petit élan d'embarras   et retrouver le sourire* Je connais quelqu'un qui s'appelle Kafele.   Enfin, je ne le connais pas mais... Enfin peu importe. Ehm... Est-ce   que vous cherchez quelque chose ? Quelqu'un ? Ca ne me dérange pas de   vous aider vraiment, j'ai juste... *elle regarda sa montre* Oh j'ai   juste un cours qui commence dans vingt minutes. *s'excusa-t-elle en   grimaçant doucement*  

KAFELE:   *Il se sentait mal à l'aise, comprenant rapidement qu'elle parlait de   lui. Il passa une main sur sa nuque en l'écoutant. Cherchait-il   quelqu'un, quelque chose, il aurait été si simple de lui dire et   pourtant,* J'aimerais voir... *Il s'apprêtait à utiliser son prénom   et se ravisa à la dernière minute* Le soldat...  

NILE:   Oh Tumaini ? *répondit-elle avec un grand sourire avant de le perdre   lentement en reliant les points. Elle recula d'un pas.* C-c'est vous,   c'est ça ? C'est vraiment vous. *souffla-t-elle d'un air apeuré et   horrifié*  

SEBAK:   *sentant la tension monter il s'interposa avec un petit sourire*   Pardon je n'ai pas trop saisis Nile, un cours de quoi ?  

NILE:   D-de... D'histoire de la magie. *répondit-elle tout de même,   observant tour à tour les trois hommes sans savoir quoi penser ou   comment réagir*  

KAFELE:   *Il baissa les yeux, mentir lui semblait inutile et il acquiesça   simplement* C'est moi *Il s'attendait à ce qu'elle prenne la fuite,   alerte le plus de monde possible, il s'attendait au pire à partir de   maintenant et il était prêt à l'encaisser*  

NILE:   Pourquoi êtes-vous là ?! Vous... V-... *elle se mordit la lèvre   pour s'empêcher d'être malpolie* Vous devriez partir. Je... Je ne   pense pas que vous avez le droit d'être ici. *fini-t-elle par dire en   rougissant d'embarrassement et en détournant le regard*  

SEB:   Nous sommes ici pour parler. *affirma-t-il fermement*  

NILE:   Parler ? Vous l'avez kidnappé ! Et ensuite vous êtes venu à nos   portes en réclamant un homme comme si vous aviez déjà monté son   échaffaud ! *s'offusqua-t-elle faiblement*  

KAFELE:   *Il se sentait désolé de la situation dans laquelle il mettait la   jeune fille* J'aimerais juste...Le voir *Oui, une minute ou juste une   seconde, il voulait le voir en sachant très bien le mal que cela lui   ferait certainement mais maintenant qu'il était ici...Repartir lui   semblait impossible*  

NILE:   *elle sentit son coeur se pincer devant son air si misérable* La   guerre ne vous a-t-elle pas assez fait souffrir comme ça ?   *souffla-t-elle avec tristesse*  

KAFELE:   *Il acquiesça* Comme tout le monde *Murmura-t-il, ne souhaitant pas   mettre ses propres malheur au dessus des autres* mais...J'étais avec   lui... *Il senti son embarra grimper et il secoua la tête* Je suis   désolé, je voulais pas vous mettre dans cette situation *Il recula,   s'apprêtant à simplement quitter la cité pour retrouver des rues et   des ruelles qu'il connaissait mieux*  

KARID:   Hey Nile ! Tu vas pas en cours ? *interpella un jeune homme qui   trotina jusqu'au petit groupe* Salut les gars ! *les salua-t-il   informellement d'un petit geste de la main avant de se retourner vers   la jeune femme*  

NILE:   Oh hey salut Sherif ! *elle sursauta puis cala une mèche de cheveux   derrière son oreille* Comment ça "TU vas pas en cours" ? Et toi ?  

KAFELE:   *Il salua brièvement l'adolescent, profitant simplement de son   arrivée impromptue pour s'éclipser. Faire demi-tour et s'en aller.   Fuyant les regards de ses deux amis*  

KARID:   Mwaaahh... *il pencha son corps d'un coté à un autre avec un grand   sourire mutin* Je sèche ! Tout mon respect à Daniel bien sûr mais   l'histoire de la magie... D'Europe en plus ! Pfff !  

NILE:   Dis moi... ! *le coupa-t-elle soudain d'une voix plus forte avec un   bref coup d'oeil pour l'homme qui s'éloignait déjà* Tu... N'aurais   pas vu Tumaini par hasard ? *demanda-t-elle en détournant le regard   d'un air embarrassé*  

KARID:   Tumai ? Ooooh je le savais t'en pince pour lui avoue !  

KAFELE:   *Il s'arrêta net en entendant les adolescents parler...Ne pouvant   s'empêcher d'écouter la suite, il esquissa l'ombre d'un sourire en   entendant la remarque de l'adolescent*  

NILE:   N-non bien sûr que non ! C'est juste que... *elle jeta un coup d'oeil   aux autres, hésitant à expliquer la situation* J-j'ai pas trop envie   d'aller en cours non plus et je me disais... Que j'allais passer le   voir... Lui demander comment il allait depuis... Enfin tu sais...   *expliqua-t-elle vaguement en remettant ses cheveux derrière son   oreille*  

KARID:   Hmm oui... Et lui demander un rendez-vous aussi ? *nargua-t-il en   donnant un coup de coude à son amie* Ehm... Laisse-moi voir.... Je   l'ai pas vu mais à moins qu'il ai eu un truc à faire je crois qu'il   est sur les remparts, non ?  

NILE:   Oh oui probablement ! *acquiesça-t-elle avec un mélange d'angoisse   et de soulagement* Et ben merci Sherif, bon... Bon euh... Séchage de   cours alors !  

KARID:   Nan mais sérieux tu vas vraiment sécher les cours ?! Et c'est qui   tes potes ? Vous allez faire un pique-nique ou qu- *mais il sembla   enfin observer les étrangers avec plus d'attention et lui n'eut pas   besoin de présentation pour reconnaitre l'acoutrement d'Enfants de   Ra. Il perdit son sourire.* Qu'est-ce que-  

NILE:   *elle couina d'horreur en le sentant remettre les pièces du puzzle à   leur place dans sa tête et prit soudain sa tête dans ses mains en   écrasant ses joues pour le forcer à la regarder et l'écouter* Ne   dit rien ! *ordonna-t-elle tout en le suppliant*  

KARID:   Quoi comment ça ne dit rien ? *s'inquiéta-t-il mais se mettant tout   de même à chuchotter* C'est des-  

NILE:   Je sais qui ils sont ! *chuchotta-t-elle à son tour* Ils veulent   juste... Lui parler...*répéta-t-elle*  

KARID:   Lui parler ?! A Tumai ?! M-mais-  

NILE:   *elle écrasa un peu plus ses joues dans ses mains* Ecoute-moi ! Je ne   veux pas causer de problème. S'il-te plait ! *couina-t-elle d'un air   suppliant*  

KARID:   Nile ! C'est la définition même d'un problème ! *couina-t-il à son   tour*  

SEBAK:   Ehm... Si jamais ça peut aider... Nous non plus on veut pas de   problèmes. *se permit-il d'ajouter de loin, suivant la conversation   d'un air discrètement amusé*  

KAFELE:   *Il avait les yeux rivés sur Nile, ne comprenant pas vraiment   pourquoi elle l'avait aider, il voulait lui promettre qu'il ne ferait   rien mais la réaction de son ami et la lueur de panique qui passa   dans ses yeux le poussa à lui venir en aide* Juste le voir...   *Justifia-t-il* Je m'en irai...Je vous le promets...  

KARID:   Oh et on est sensé vous croire ? *répondit-il en les observant d'un   air inquisiteur, les mains sur les hanches et l'air soudain   étrangement chevalresque et théatral*  

NILE:   Moi je les crois. *ajouta-t-elle* Et qu'est-ce que ça change ? Si   Tumaini ne veut pas les voir, il leur demandera de partir.  

KARID:   Ha ! Ou il leur démontera la tête. *rétorqua-t-il d'un air hautain   et puérile avant de finalement hausser les épaules* M'enfin. C'est   toujours plus marrant qu'un cours d'histoire de la magie.   *soupira-t-il en prenant le chemin de l'escalier le plus proche menant   aux remparts de la forteresse*  

NILE:   *elle eu un petit air embarrassé mais leur fit signe de les suivres.*  

KARID:   Il va être bizarre ton rendez-vous... *commenta-t-il alors qu'ils   commencèrent à grimper les escaliers*  

KAFELE:   *Il suivit les deux adolescents, en silence et chaque seconde il avait   juste envie de repartir, de s'en aller, certain qu'il n'était pas   prêt à vivre ce qu'il s'apprêtait à vivre.*  

NILE:   C'est pas un rendez-vous ! Et arrêtes avec ça ! *chuchotta-t-elle   d'un air agacé*  

KARID:   Tu crois pas qu'il va t'en vouloir d'amener directement des Enfoir-   des Enfants de Ra directement à lui ? Enfin c'est vrai que d'un   certain point de vue on peut considérer ça comme rendre service...  

NILE:   Sherif... S'il te plait...  

SEB:   Des Enfoirés de Ra ? *releva-t-il un sourcil arqué*  

KAFELE:   *Il posa une main sur le bras de Seb, l'incitant à ne pas relever*  

KARID:   C'est pas moi qui l'ai dit ! *se dédouana-t-il en scrutant le haut   des remparts alentours lorsqu'ils ressortirent en haut des escaliers*   Ah ben ! HEY TUMAI ! ON AURAIT PUT SE FAIRE ENLEVER, ENDORCRINÉS OU   TUÉS PLEIN DE FOIS S'ILS AVAIENT VOULUS ! FAUT MIEUX FAIRE TON BOULOT   MON GARS ! *l'interpella-t-il avec force les mains autour de sa   bouche*

 L'homme était à quelques tours de là. Il se retourna mais disparu soudain dans un flash puissant, réaparraissant juste au milieu du groupe. Il prit Kafele à la gorge et le plaqua contre les remparts, les yeux noircissant à vue d'oeil.  

KARID:   Wow et ben... Je crois que ça veut dire qu'il veut pas vous parler.  

KAFELE:   *Il n'eut guère le temps de faire quoi que ce soit, ni même de se   préparer plus longtemps qu'il se retrouver en manque d'air. Ses yeux   dans les siens, il eut malgré tout un geste pour arrêter les deux   hommes qui l'accompagnaient*  

NILE:   Non ! *elle s'agrippa désespérément au bras de Tumaini en essayant   de le faire lâcher Kafele* Ne le tue pas ! Il voulait juste te voir !   *supplia-t-elle*  

TUMAINI:   *furieux il tourna son regard noir vers l'adolescente qui se figea de   peur*  

KARID:   Ohh yeux noirs pas bon ! Pas bon ! Il est vraiment pas content ! Nile   recule !  

KAFELE:   *Il cherchait l'air qu'il commençait doucement à lui manquer mais à   la seconde où il cru Nile en danger, il usa de sa magie pour la   protéger elle plutôt que lui-même*  

NILE:   Il veut juste... *elle déglutit en sentant la magie de Kafele le   protéger* S'il te plait arrête. Ne le tue pas ! Il t'as fait assez   souffrir comme ça ! Regarde-le arrêtes ! *pleura-t-elle soudain avec   force*  

TUMAINI:   *ses yeux perdèrent lentement leur couleur noires et il relacha   légèrement son étreinte sur la gorge de Kafele mais il continua de   fusiller l'ado du regard.* Va-t-en. *ordonna-t-il sèchement*  

NILE:   N-non. *insista-t-elle en s'essuyant les larmes, s'efforçant de   retrouver son calme* Tu es malade. Et Letti n'est pas là pour   t'aider. Je ne te laisserais pas tout seul avec eux.  

TUMAINI:   Alors pourquoi les amener ?! *gronda-t-il avec colère*  

KAFELE:   Je lui ai demandé *Souffla-t-il d'une voix enroué alors qu'il   s'était laisser retomber au sol, la main sur sa gorge*  

NILE:   Ils sont là pour parler. *lui assura-t-elle fermement* Et c'est comme   ça qu'on arrivera à quelque chose dans ce pays. Pas en se tappant   dessus et en s'entretuant. Tu es un soldat mais ça ne veut pas dire   que tu es incapable de parler, je le sais.  

TUMAINI:   Tu n'as aucune idée de quoi tu parles.  

NILE:   Peu importe. Rien ne justifie la violence.  

KARID:   Et sur ces belles paroles... Moi je crois que je vais aller chercher   quelqu'un... *dit-il timidement en commençant à reculer*  

SEBAK:   *il apparu derrière le garçon en lui posant une main sur l'épaule*   Les choses se sont calmés. Pas la peine non ? Laissons-les... Parler.   *encouragea-t-il avec un sourire mais Sherif fut trop apeuré pour   oser fuir*  

KAFELE:   Je ne les ai pas tué *Finit-il par murmurer*  

TUMAINI:   Arrêtes de parler. *aboya-t-il en se relevant, se détournant de lui   sans le regarder*  

KAFELE:   Je voulais juste que tu sache la vérité... *Il se releva doucement,   une main encore poser sur sa gorge pour se soigner* je ne les ai pas   tué...  

TUMAINI:   La vérité ?! *s'insurgea-t-il en se retournant vers lui pour le   fusiller du regard* J'la connais la vérité. J'étais là ! Et le   l'ai vécu et revécu assez de fois pour savoir ce qui s'est passé.  

KAFELE:   Alors tu sais...Tu l'as déjà vu...Tu sais que je dis vrai...  

TUMAINI:   N-non... C'était toi !  

KAFELE:   Alors pourquoi t'es encore en vie !  

TUMAINI:   *il lutta avec les souvenirs, les incantations, sa colère et ses   sentiments* P-Parce que t-tu... Parce que tu m'aimais et que tu étais   un lâche ! Voilà pourquoi ! Tu étais trop faible pour m'accorder ce   soulagement, non... Tu voulais que je vive... Tu voulais que je   souffre... Tu voulais savoir que tu pourrais me récupérer un jour   simplement avec ta petite tête de chien battus et des "je t'aime" !   Et tu m'aimes encore et tu es encore un lâche. Voilà pourquoi je   serais obligé de supporter tes insupportables et pitoyables efforts   de me récupérer jusqu'à la fin de mes jours. *cracha-t-il avec   haine*  

KAFELE:   C'est vrai *Admit-il* Je t'aime... *Sa voix tremblait légèrement*   J'ai lutté... *Il se fit violence pour ne pas baisser les yeux* J'ai   échoué...  

TUMAINI:   *il le fixa une seconde, semblant soudain perdu et incapable de   répondre. Mais la colère trouva le moyen de se déverser à nouveau   dans ses veines, noircissant discrètement ses yeux* Qu'est-de que   j'en ai à foutre.  

KAFELE:   *Il déglutit en l'entendant, à quoi s'attendait-il en réalité ?   Mais il n'avait plus que ça, la vérité...Il fini par se détourner,   n'osant même poser un regard à ses deux frères* On s'en va...  

SEBAK:   *alors que Seb s'apprêtait à suivre Kafele sans rien dire, Sebak qui   n'avait rien perdu de cette conversation ne bougea pas d'un poil.   Sourcils froncés, concentré, il réfléchissait.* Pourquoi tu ne   nous tues pas ? *demanda-t-il alors à Tumaini qui se retourna pour le   fusiller d'un regard noir* Je veux dire... Je sais pourquoi tu ne tues   pas Kafele et pourquoi tu n'as pas pu le tuer dans les Tombeaux du   Temple de Ra, c'est parce que tu as besoin de lui pour survivre. Tu te   nourris de cette haine et de cette colère que tu as contre lui. Mais   nous ? Hm ? Nous t'avons enfermé. J'ai même essayé de te noyer et   je l'aurais fais s'il n'y avait pas eu Kafele et Asim. Cela ne te   met-il pas en colère ? Cela ne te donne pas envie de nous tuer ? Non   ?   Et ces adolescents ? *il tapota sur l'épaule de Sherif qui couina   doucement de peur* Je veux dire, ils sont mignons et tout mais des   fois ils sont vraiment emmerdants non ? Vraiment... Nous amener ici,   jusqu'à toi. Mais qu'est-ce qu'ils pensaient ? Et tout ça au lieu   d'être en cours !  

TUMAINI:   Qu'est-ce que t'essayes de dire ? *grogna-t-il agressivement sans   comprendre*  

SEBAK:   Tu es lucide. *affirma-t-il fermement* Enfin... Plus ou moins. Assez   pour ne pas décimer tout ce qui t'entoure. Assez pour... "protéger"   cette Forteresse Blanche ? Et regarde-toi, tu n'es pas en feu ou en   train de brûler intérieurement. Si je te regarde d'ici tu as l'air   parfaitement en santé. C'est impressionnant.  

KARID:   Euuh ouai ! T'as l'air super en forme Tumai ! *rire nerveux*  

TUMAINI:   Est-ce que t'es en train de m'encourager à te buter ? *râla-t-il   toujours sans comprendre*  

SEBAK:   Est-ce que j'en ai besoin ? *il rigola* J'ai essayé de te tuer ! Et   je me tiens devant toi et tu n'as pas l'air plus gêné que ça. Mais   par contre lui *il pointa Kafele* Tu ne peux même pas le regarder   sans que la haine coule dans tes veines. Je suis sûr que tu le hais   même quand il n'est pas là. C'est ça l'idée non ? Une source sans   fin de rage et de haine... Mais voilà. Ta source est factice. Il te   dit qu'il n'a pas tué tes frères et tu refuses de le croire parce   que si tu le crois, tu n'as plus de raison de le haïr.  

TUMAINI:   *il frissonna, semblant pâlir lentement*  

SEBAK:   Que tu le crois ou non, c'est la vérité. Cette haine que tu   entretiens en toi, elle a été manufacturée. Alors dis-moi, combien   de temps crois-tu pouvoir survivre avec du carburant bidon ?  

TUMAINI:   *figé d'horreur, il s'enflamma soudain sans même s'en rendre compte   brûlant la main de Nile encore posée sur son bras. La jeune fille   poussa un cri de surprise et de douleur en s'éloignant et il   s'éteignit aussi brusquement. L'air complètement perdu, il s'alluma   et s'éteignit à nouveau comme une flamme dans un vent violent.   Paniqué il sembla lutter avec les flammes mais elles finirent par le   mordre à l'intérieur et il se plia en deux. La douleur sembla le   réveiller.* Survivre... Tu m'as demandé de survivre... P-pourquoi   es-tu venu ? Pourquoi tu m'as dis ça ? *souffla-t-il avec horreur,   agenouillé sur le sol, continuant de clignoter comme un faux contact*  

KAFELE:   *Il se figea en entendant Sebak, se retournant vers lui, il voulu   l'arrêter mais Seb l'empêcha d'intervenir et il dut simplement être   témoin de la scène. Jusqu'à ce que la jeune fille se brule, il   observa son frère, assez pour qu'il comprenne sa demande et lui   laisse toute liberté d'agir. Il s'approcha de l'adolescente,   l'obligeant à s'éloigner alors que sa magie venait instinctivement   envelopper sa brûlure. Il se retourna vers Tumaini, s'approchant de   lui et s'agenouillant* Je n'arriverai pas à te libérer *avoua-t-il*   Pas de ce qui brûle en toi, je suis trop faible... *Et ce fait le   submergea, il avait tant lutter contre cette idée de le perdre et   même encore maintenant il n'arrivait pas complètement à s'y faire*   Mais je n'ai pas le droit de te mentir, je ne ferai que t'enchainer un   peu plus, comme eux le font... *Il posa une main sur son visage* j'en   ai assez des mensonges, des illusions...J'ai vu leur ravage sur toi,   sur Jabari, sur nos frères, sur moi...  

TUMAINI:   *il attrapa sa main, grimaçant en entendant la chair de Kafele   grésiller entre ses doigts mais il ne put l'empêcher de la serrer   plus encore* Les mensonges... *souffla-t-il désespéré* Pourquoi   suis-je là alors ? Pourquoi suis-je... ça ... Si ce n'est que pour   te haïr !  

NILE:   Pour nous protégé ! *murmura-t-elle tristement* Tu n'as pas à le   haïr pour ça !  

KAFELE:   Comme on a toujours voulu le faire *Lui rappela-t-il*  

TUMAINI:   Si je ne peux pas te haïr... Je brûlerais...  

SEBAK:   Tu n'as pas à le haïr lui. Il y a d'autres choses qui peuvent   nourrir ta colère, de vraies choses. Il faut juste que tu acceptes   d'ouvrir les yeux et de voir la vérité.  

KAFELE:   Ce qu'ils t'ont fait...Ce qu'ils nous ont fait...A chacun de nous...   *La douleur le fit doucement grimacer alors que son front se perlait   de sueur, il se crispa mais ne le lacha pas pour autant* Ils ont   condamné le reste d'entre nous à   l'esclavage...Effacer...Oublier...Ils t'ont menti, à toi, à   eux...Ils ne veulent pas de cette paix, ils veulent le pouvoir...Ils   n'ont jamais voulu la paix, n'ont jamais cesser la guerre...  

NILE:   D-De quoi parlez-vous ?  

TUMAINI:   Alors je les brûlerais eux. Je les réduirais en cendre...   *grogna-t-il en alors que ses yeux se noircicèrent sans faiblir et le   feu disparu lentement, il lâcha Kafele et se redressa*  

NILE:   Non ! Peu importe de qui vous parlez ! Tu ne peux pas les tuer !  

KAFELE:   *Il attrapa le bras de Tumaini* Elle a raison  

TUMAINI:   Quelqu'un doit brûler. Si ce n'est pas toi, ou moi, alors ce sera   eux.  

KAFELE:   Et lorsqu'il n'y aura plus rien à bruler, tu mourra ! Et d'autres   viendront, et d'autres mentiront, et d'autres leur feront vivre ce que   nous avons vécu  

TUMAINI:   Non... Je les brûlerais jusqu'au dernier. Jusqu'à ce qu'il n'y ai   plus rien ni plus personne. Et un jour, ça sera ton tour aussi.   *pourtant il lui saisit soudain la nuque pour écraser ses lèvres   contre les siennes dans un baiser torride. Ses yeux étaient noirs   mais sa peau était aussi chaude que celle d'un homme. Il lui sourit*   Mais en attendant, je saurais en profiter  

SEBAK:   Isfet... *souffla-t-il avec horreur*  

KAFELE:   *Le baiser le prit par surprise tout comme ces mots, ces yeux et la   voix de Sebak. Il fixait le soldat, le coeur battant* Seb, les enfants   *Il gardait les yeux dans les iris sombres* Libère Tumaini...  

TUMAINI:   *il eu un rictus agacé en le fixant pourtant calmement* C'est ce   que je suis maintenant. Il faut savoir ce que tu veux.

KAFELE:   *Il le fixa quelques secondes, incapable de détacher ses yeux des   siens* Tes yeux... *Il détourna légèrement le regard, baissant la   tête, complètement perdu* Dis le...  

TUMAINI:   *il prit sa tête dans ses mains pour l'obliger à le regarder* Si   je peux pas te haïr... Alors... Je brûlerais... Je brûlerais   d'amour pour toi. *dit-il avec un sourire mauvais. Un bruit   étrange attira l'attention du reste du groupe qui se retourna. Au   delà des remparts de la Forteresse Blanche, une fumée s'éleva des   habitations de Memphis. Nile inspira avec horreur. Tumaini n'avait pas   quitté Kafele des yeux mais son sourire s'élargit.* Oups. On   dirait que je t'aime un peu trop.

KAFELE:   *Il se retourna, observant la fumée au loin* Qu-Comment ? *Il reposa   les yeux sur Tumaini* Qu'est-ce que... *Il s'affola et sa culpabilité   le noya alors qu'il fixait la fumée, paralyser...*  

SEBAK:   Tu as besoin de haïr quelqu'un mais ces gens ne t'ont rien fait !   *gronda-t-il avec colère* Ce pouvoir que tu as en toi nous a été   offert par Seth pour protéger ce monde de l'Isfet et préserver le   Maat ! C'est en toi mais tu n'as pas à l'utiliser. Je suis sûr que   tu es capable de le comprendre ! Laisse la flamme dormir.  

TUMAINI:   Dormir ? *il se retourna lentement vers Sebak et en un instant   il réapparu devant lui. Le guerrier de Seth poussa Sherif sur le   côté pour l'éloigner mais ne bougea pas* Combien de temps   a-t-elle dormit Gardien ? C'est vous qui l'avez invoqué et maintenant   c'est trop tard. Ton ami n'a pas su y survivre mais moi j'ai réussi.   Parce que j'ai Kafele. Vous ne me laissez pas le haïr ? Très bien,   je haïrais le reste du monde et je brûlerais la corde par l'autre   bout. Parce qu'au bout du compte, ça sera toujours lui et moi.

NILE:   Stop ! Stop ! *pleura-t-elle désespérément.* Ce n'est pas toi ! Tu   es sensé nous protéger !  

KAFELE:   *Il écouta les paroles, fixant l'incendie, ses yeux   s'embrumaient...Il ôta son collier, qu'il laissa tomber dans le vide   et en fit de même de sa chevalière* Pas à ce prix là...  

TUMAINI:   *il se retourna vers lui d'un air furieux* Tu viens jusqu'ici, pour   pleurer à mes pieds et me dire que tu n'as rien fait. Tu crache sur   mes tourments, la seule raison pour laquelle je suis encore là. Et   pour quoi ? *il rigola amèrement* Je t'aime. Ça ne te suffit   plus ?

KAFELE:   *Il se mit à son tour en colère, la vue brouillé, il le regarda* Je   t'aime et n'ai jamais cesser, mais en te croyant mort, même après   que tu m'ais cracher ta haine, je suis prêt à absolument tout pour   toi, et si je le pouvais je prendrai les flammes pour toi mais ça !   *il pointa du doigt l'incendie* C'est pas de l'amour ! Ce sont des   gens, qui meurs, des enfants ! Dans notre ville ! On a fait la fête   dans ces rues, je t'ai dis dis que je t'aimais dans ces rues et on   s'est aimé sur leur toit ! *Il reposa les yeux sur l'incendie* Ca...  

TUMAINI:   *il eu un petit rire incrédule* Tu as toujours été si   romantique... C'est pour ça que tu souffres autant. Tu devrais le   savoir... Tu ne peux pas sauver tout le monde. Sauves-toi et d'autres   mourront. C'est soit moi, soit le reste.

KAFELE:   Toi...Ca a toujours été toi... *De sa survie à aujourd'hui, il leva   les yeux vers le ciel et murmura les paroles d'Eshe, Il laissa son   corps basculer dans le visage, les yeux rivés sur le ciel*  

SEB:   *il plongea à sa suite, l'agrippant par le col avant de disparaitre   et de réapparaitre juste au dessus du sol plus bas. Le choc les sonna   très légèrement mais il n'avait pas lâché Kafele* QU'EST-CE QUE   TU FAIS ?! *rugit-il avec colère mais il se fit soudain agrippé par   la gorge et plaquer contre les hauts murs du rempart. Tumaini le fixa   de son regard noir, le visage voilé de haine et sous sa main serrée   la gorge de Seb se mit à grésiller*  

TUMAINI:   Moi ou eux...

L'heure avancée, le feu à l'extérieur des remparts et l'agitation sur les murs avaient finies par attirer l'attention des habitants de la Forteresse Blanche et un petit attroupement observait la scène avec horreur.  

DAVID:   Kafele ?!  

KAFELE:   *Il n'était pas censé être encore là, ni même être encore   témoin de tout ça mais lorsque ses esprits lui revint, il se   précipita tentant de lui faire prise. La douleur était  plus forte,   plus intense, et dépourvu de magie il ne pouvait plus ce soigner. Il   ignora l'appelle, continuant de vouloir se mettre en Seb et Tumaini*   Arrête ! Je ne peux plus ! Je ne veux plus voir des gens mourir par   ma faute ! Je ne peux pas ! Je ne peux plus ! Je peux pas cesser de   t'aimer...Tue moi ! Libère nous ! Je n'y arrive pas...  

SEB:   *il grimaça se douleur, serrant la mâchoire pour ne pas crier. Il   tenta d'utiliser sa magie pour se protéger autant qu'il protégeait   Kafele* N-non Kafele ! Même si tu meurs il continuera de tuer. Il a   besoin de toi... On a besoin de toi !  

AUSET:   La paix ne sera pas obtenue par la violence. *annonça une voix calme   et tous les adeptes s'écartèrent pour laisser approcher Auset Imam*   Soldat, cesse. *ordonna-t-elle et soudain Tumaini relâcha Seb et se   retourna vers elle*  

KAFELE:   *Il se figea en reconnaissant cette voix, ses yeux se posant sur la   femme. Son coeur s'accéléra mais il fut à présent incapable de   dire ou même de faire quoi que ce soit*  

AUSET:   Je me demandais quand tu finirais par revenir. Par nous tourmenter.   *soupira-t-elle avec une grande élégance avant de se retourner vers   Tumaini* On m'a informé d'un feu à l'extérieur des murs de la   forteresse. Mets-y fin, Soldat. *ordonna-t-elle. Un rictus de   colère anima le visage du Djinn mais il disparu dans un flash. Elle   se retourna alors vers ses adeptes.* Ne laissez pas cette barbarie   affecter votre vie. Je vais m'en occuper. Retournez a vos   occupations. *murmura-t-elle avec douceur et lentement, ils   s'éloignèrent tour à tour jusqu'à ce qu'il ne reste plus que Seb   et Kafele avec elle. Elle se retourna vers eux.* Qu'espériez-vous en   venant ici à part causer le chaos et la souffrance ? *demanda-t-elle   avec une élégante tristesse en observant les blessures des deux   hommes*  

KAFELE:   *Il se laissa retomber au sol, les yeux dans le vide, et juste cette   voix dans sa tête...* Je voulais le voir...  

AUSET:   *elle ne put s'empêcher de sourire* Tu l'as vu. Et maintenant des   maisons brûlent, des enfants pleurent et ton ami est blessé. Après   tout ce que tu as vécu, tu es toujours aussi innocent.

KAFELE:   *Il garda les yeux baissé, se voutant sous le poids de la   culpabilité ajouter à ses épaules.* Je suis désolé  

AUSET:   *elle s'approcha doucement de lui, s'agenouillant à même le sol à   côté de lui et vint glisser ses doigts fins sous son menton pour   relever sa tête et croiser son regard plein de compassion* Ça ne   fait rien. Tu es perdu. Je le vois. Je peux t'aider. Tu veux voir   Tumaini ? Tu le peux. Tu peux rester ici. Rester avec lui.  

KAFELE:   *Ses yeux trouvèrent leur chemin dans ses siens et ses mots   l'enveloppait doucement. Rester...Mais les cris, la haine, la violence   et tout ce dont il avait tant fuit jusqu'ici lui revenait en mémoire*   Je ne veux plus de mort...  

AUSET:   *elle caressa doucement son visage d'un geste tendre et maternel* Je   t'en protègerais. Tu n'auras plus a te soucier de rien. Juste de   Tumaini.  

KAFELE:   *Il se crispa et sembla lutter avec l'idée* Pourquoi vous me   laisseriez rester ?  

AUSET:   *elle eu un sourire doucement amusé* Pourquoi pas ? Nous ne sommes   pas ceux qui t'avons chassé Kafele.  

KAFELE:   *Il fronça doucement les sourcils, s'embrouillant doucement l'esprit   dans ses souvenirs, ses désirs et sa raison* Je veux le voir...  

AUSET:   *elle caressa sa joue à nouveau avec un sourire attendrit* Il va   revenir. Patience, Kafele. Patience.  

KAFELE:   *Il baissa les yeux* Je reste...  

SEB:   Non Kafele ne l'écoute pas !  Tu sais la vérité !  Tu sais ce qui   se passera si tu reste ici !  *toussa-t-il en luttant avec la douleur   qui serrait sa gorge*  

AUSET:   Et selon la vérité apparemment, ces vous qui l'avez obligé à   partir la première fois. C'est vous qui l'avez poussé à tuer ses   propres frères. *rappela-t-elle avec une fureur froide en se   relevant pour faire face à l'Enfant de Ra*  

KAFELE:   Je suis fatigué de me battre... *Avoua-t-il d'un ton las*  

AUSET:   Tu n'as pas à le faire. *le rassura-t-elle avec douceur avant de se   retourner vers le guerrier* Partez. Avant qu'il ne soit trop tard   pour vous.

SEB:   Pas sans lui. *grogna -t-il sombrement *  

AUSET:   *elle le prit par les cheveux et le força à la regarder et écouter   ses mots imbibés de magie* Partez.  Rentrez dans ce Temple qui est   le votre et n'en sortez plus jamais. Vous partirez sans lui et pour   ça vous vivrez dans la honte. La honte de l'avoir abandonné. Vous ne   supporterez plus le regard de vos frères tant vous aurez honte.  Mais   vous partirez quand même.  Tout de suite.

SEB:   *il hoqueta d'horreur, sentant déjà la honte crisper tout son corps   et lorsqu'elle le lâcha, il disparu pour accomplir exactement cela*  

KAFELE:   *Il n'esquissa aucun geste pour se relever, les yeux dans le vide*  

AUSET:   Plus de mort.*le rassura-t-elle avec tendresse.*  

TUMAINI:   *il réapparu, en sueur et haletant*  

AUSET:   *elle s'avança vers lui et posa une main sur sa joue brûlante d'un   air soucieux* C'était cruel de ma part de te demander de reprendre   ces flammes surtout après ce qu'ils t'ont fait. Mais nous trouverons   une solution. Je te donnerais quelque chose à consumer.  

TUMAINI:   Ça ne peut pas être lui.  Ça ne peut plus être lui.  *Souffla-t-il   en désignant Kafele*  

AUSET:   Je sais... Nous trouverons autre chose... *murmura-t-elle à son   oreille*  

KAFELE:   *Il releva les yeux sur lui, il ne semblait pas vraiment les écouter,   ni même avoir la force de se relever, il semblait juste complètement   vidé, et las*  

AUSET:   Kafele a décidé de rester. Nous allons prendre soin de lui. Montre   lui sa chambre. *lui murmura-t-elle à l'oreille avec douceur*  

TUMAINI:   *un rictus anima son visage mais il finit par s'approcher de Kafele et   de le saisir par le bras pour l'obliger à se relever. Le serrant à   la taille contre lui pour l'empêcher de retomber, il vint l'embrasser   avec douceur pour capter son attention. Son regard avait retrouvé sa   couleur naturelle mais ses lèvres étaient doucement violacée et des   gouttes de sueur perlaient sur son front.* Suis moi.  *murmura-t-il   avec une douceur presque froide en entremêlant leurs doigts*  

KAFELE:   *Ses yeux trouvèrent les siens après qu'il ait perdu le contact de   ses lèvres, il grimaça malgré lui au contact des doigts de Tumaini   contre sa main. Sans magie, sa peau était encore marqué par les   brûlures mais il serra malgré tout sa main.*  

TUMAINI:   *il détourna le regard aussitôt qu'il eu une réaction et se mit à   marcher en direction d'un des plus grands bâtiments blancs de la   cité. Auset les regardèrent s'éloigner mais ne les suivi pas.  Il   ne ralenti pas ou ne dessera son étreinte malgré la brûlure de   Kafele. Sans que personne ne les arrêtent, ils pénètrent dans le la   grande  

TUMAINI:   Ils pénétrèrent dans la grande structure. Mais atteignant les   escaliers principaux, le Soldat se crispa, écrasant involontairement   la main brûlée de Kafele dans la sienne.  Il grimaça de douleur en   se pliant en deux, le visage perlant de sueur. Il prit quelques   secondes pour souffler, silencieux*  

KAFELE:   *La douleur fut aussi fulgurante qu'écrasante, s'agenouillant au   même instant plus pour se soulager sur le moment, il n'avait pas pu   s'empêcher de pousser un cri qu'il étouffa presque aussitôt qu'il   vu l'état de Tumaini. Il chercha son regard, sa main valide sur son   visage.* Tumai... *la panique voila son regard*  

TUMAINI:   Ça va...  Ça va aller...  *souffla-t-il le visage crispé avant de   lui sourire faiblement* J'suis avec toi maintenant.  

KAFELE:   *Il esquissa l'ombre d'un sourire en l'aidant à se relever* Il faut   qu'on aille trouver de l'aide...  

TUMAINI:   *il se releva avec difficulté, optant finalement de mettre une main   sur son épaule* J'vais bien...  J'vais bien... *murmura-t-il   faiblement en continuant de gravir les marches. Mais il s'écroula   quelques marches plus loin en poussant un râle de douleur* Qui nous a   fait ça Kafele...  ?  *gémit-t-il le visage crispé de peine et de   souffrance* Qui les a tué ?  

KAFELE:   *La question le prit au dépourvu et il le savait qu'en cet instant il   n'avait pas d'autres choix...Mais il fut incapable de le dire, sa   bouche entrouverte, son coeur battait la chamade. Il avait pardonné   à l'albinos...Mais avant même qu'il ne cherche à trouver un moyen   de calmer Tumaini autrement, il se sentie partir, ses pupilles se   dilatèrent et le blanc de ses yeux s'assombrirent* Je l'ai fait *La   voix appartenait à Kafele mais le ton, le timbre, ne lui appartenait   pas*  

TUMAINI:   *Ce ton. Le Soldat agrippa soudain Kafele par le col, fusillant ces   pupilles noires de ses propres yeux soudain noircits.* Toi.   *grogna-t-il le visage déformé de haine. Il s'enflamma subitement   mais les flammes ne vinrent pas brûler Kafele mais directement se   ruer sur le parasite dans l'esprit habité. Les flammes se cindèrent   avant d'atteindre l'albino sur un puissant mur de lumière.*   Vous...  Je vous brulerais tous jusqu'au dernier.  

Rê:   Alors viens. Nous n'avons pas peur de toi.

TELG:   *Il pouvait sentir Kafele lutter contre son emprise mais sans magie,   il était facile pour lui de garder le contrôle. Mais il n'était pas   là pour ça, il était là pour rétablir la vérité, il était là   pour assumer ses actes et surtout, il était là pour réparer ses   erreurs. Il ne scilla pas devant les flammes et libéra son hôte,   retrouvant Rê*  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Miles Away   Mar 9 Aoû - 19:17

https://rpnow.net/rp/M7pJDH39/22


KAFELE: *Il retrouva violemment la réalité inspirant profondément comme s'il venait de subir une longue apnée. Une vive douleur lui vrilla la tête qu'il enserra entre ses mains, il se crispa douloureusement*

TUMAINI: *il lâcha Kafele avec fureur en sentant l'albino lui échapper. La colère avait noircie ses yeux mais elle avait aussi consumé les flammes qui le rongeaient intérieurement, faisant disparaitre sa douleur et sa faiblesse passagère. Sans grande délicatesse il agrippa le poignet de Kafele, le tirant fermement pour l'obliger à le suivre et continuer de gravir les marches*

KAFELE: *Il eut du mal à le suivre, entre la douleur qu'il ressentait encore dans son corps et celui de sa main, il manqua à plusieurs reprise de s'étaler sur le sol mais il suivait, tant bien que mal,*

Ils arrivèrent enfin au dernier étage de la grande bâtisse. Les murs et les colonnes étaient blanches et ornées de discrètes touches de couleurs. Il tira Kafele dans un grand couloir illuminé jusqu'à atteindre une porte et il le poussa à l'intérieur. C'était un appartement comme un autre, plutôt luxueux même, à l'image de la cité. Mais là où on se serait attendu à trouver des fenêtres il n'y avait que des murs. Les pièces étaient plongées dans la pénombre et seule une petite bougie sur une table de chevet illuminait faiblement la pièce. Sur le lit était assise Auset Imam qui les accueilli avec un petit sourire.

AUSET: Il s'est passé quelque chose. *constata-t-elle calmement* Tu a l'air d'aller mieux. Et lui... Moins bien.

AUSET: As-tu trouver quelque chose à consumer ?

TUMAINI: Même souvenir. Différent coupable. *répondit-il sombrement*

KAFELE: *Il reprenait à peine son souffle, s'adossant à la première colonne qu'il trouva, c'était à peine s'il arrivait encore à tenir debout tant il avait la sensation de bouillir à l'intérieur,*

AUSET: *elle eu l'air plutôt satisfaite de l'apprendre* Nous n'aurons pas a changer grand chose alors. *elle se releva du lit* Mais avant que tu fasses quoi que ce soit, je veux que tu restes ici avec lui. Il a besoin de toi pour se rappeler pourquoi sa place est ici. *elle coupa le Soldat en levant son index* Ne t'inquiète pas. Je crois qu'il est temps de laisser Letti sortir. Elle devrait t'aider. J'espère juste qu'elle a apprit sa leçon. *elle soupira en les laissant seuls. Elle passa par la porte et a son passage, celle-ci aussi disparu pour ne laisser qu'un mur.*

TUMAINI: *Il souffla d'un air mécontent. Après quelques secondes de silence, ses yeux retrouvèrent une couleur normale et il finit par se retourner vers Kafele et le rejoindre. Il prit sa main brûlée avec délicatesse et y déposa un petit baiser mais ne soigna pas sa blessure* C'est toi et moi maintenant. *murmura-t-il doucement en baisant son poignet et en remontant le long de son bras*

KAFELE: *Il ouvrit doucement les yeux, pour retrouver ceux de Tumaini, le contact de ses lèvres ne lui firent pas oublier la douleur et sembla même la réveiller au début mais il ne put s'empêcher de sourire* Je suis pitoyable... *Murmura-t-il, glissant sa main valide contre son torse pour agripper ses vêtements* Ne me laisse pas...

TUMAINI: *il vint baiser ses lèvres, laissant sa main brûlée retomber à ses côtés* Je ne vais nullepart. Après tout... C'est toi qui est venu jusqu'ici. *ajouta-t-il avec un petit sourire insolent avant de l'embrasser encore*

KAFELE: *Il se laissa d'abord embrasser, profitant du contact, s'assurant de sa véracité avant de commencer à répondre à ses baisers* J'en ai rêvé... *Avoua-t-il en ponctuant sa phrase de nouveau baiser* chaque nuit depuis ton retour...

TUMAINI: J'étais bon ? Je t'ai fais tâcher tes draps ? *chuchota-t-il en glissant doucement ses doigts entre ses vêtements, venant mordre doucement sa nuque*

KAFELE: *Il se sentait doucement rougir à ses paroles et un hoquet traversa la frontière de sa bouche en sentant sa morsure, sa main valide chercha à défaire ses vêtements et les ôter de manière un précipité* Rafraichis-moi la mémoire *souffla-t-il à son oreille, s'imprégnant du parfum de son corps, il chercha à nouveau le contact de ses lèvres pour un baiser plus torride qu'il ne l'aurai cru. Se rendant compte à quel point il lui avait manqué*

TUMAINI: Pitoyable... *murmura-t-il en l'embrassant toujours plus langoureusement. Il ne tarda pas à glisser sa main contre son ventre et venir saisir son arme de chair dans sa paume chaude l'étreignant avec douceur mais aussi une certaine agressivité comme s'il venait lui rappeler que sa place était bien dans ses mains*

KAFELE: *Il esquissa un sourire satisfait en sentant ses doigts contre son corps et la sensation bien réelle que cela lui procurait. Coinçant sa lèvre entre ses dents, il croisa son regard et la lueur dans ses yeux exprimait le désir latent et une pointe provocatrice* Elle t'a manqué *Constatait-il malgré la rougeur qui teintait ses joues, s'adossant un peu plus contre le pilier, il passa la langue sur ses lèvres alors que ses doigts vinrent se glisser sur celle de Tumaini, forçant presque le passage de son pouce jusqu'à sa langue*

TUMAINI: Tu m'a manqué. *rectifia-t-il avant que son pouce s'introduise entre ses lèvres pour venir chercher sa langue, comme pour l'appeler à s'échauffer et c'est ce qu'il fit. Il le lécha et le suça avec langueur comme un avant goût de ce qui l'attendait.*

KAFELE: *Il ne put s'empêcher de sourire en l'écoutant profitant du spectacle obscène qu'il lui offrait et venait renforcer son désir entre ses doigts. Il l'attira contre lui, délaissant sa bouche pour se glisser à son tour sous sa taille, il se pinça les lèvres, avec de la mordre, incapable de détacher son regard de lui.* Tu me veux... *le provocait-il doucement avant de tressaillir sous l'effet d'un frisson passionnelle. Il laissa échappé le début d'un gémissement*

TUMAINI: Tu es tout ce que je veux. Tout ce qui me reste. Tout ce dont j'ai besoin. *murmura-t-il a son oreille, profitant de ses caresses avant de l'obliger à le quitter en se mettant à genoux. Il le prit en bouche, fermant les yeux pour mieux se délecter de son parfum et de son goût dont il avait si longtemps été privé, berçant ses oreilles de ses gémissements fébriles dont les échos lointains l'avaient tant hantés.*

KAFELE: *Il inspira profondément dès les premières sensations retrouvées, sa main vint trouver le contact de ses cheveux et profiter un peu plus du rythme cruellement lent de ses caresses.Il ferma les yeux, incapable à présent de retenir ses soupires de plaisirs* Tumai *l'appelait-il lascivement alors que ses doigts agrippaient une poignée de ses cheveux, ne sachant pas s'il voulait le voir arrêter pour en profiter plus longtemps ou au contraire, en obtenir plus* Je vais pas tenir longtemps *Avoua-t-il dans un soupire langoureux, son absence avait été longue et sa frustration plus intenses ses dernières semaines...Des vagues de chaleur lui brulait les reins, alors qu'il peinait déjà à respirer convenablement, ses souffles étaient rauque, et des grognements de satisfaction se faisait entendre par intermittence*

TUMAINI: Ne te retiens pas... *souffla-t-il en ayant du mal à ne pas replonger immédiatement* Montre-moi à quel point je t'ai manqué. *supplia-t-il en le léchant de plus belle, avalant son muscle goulument et sans retenue, allant jusqu'à baiser son bas ventre de ses lèvres et titiller ses cuisses de ses souffles étouffés*

KAFELE: *La violence des frissons se firent plus intense, chaque caresse, chaque baiser, chaque coup de langue l'emmenait un peu plus près du précipice. Le supplice était tel qu'il n'en voulait pas voir la fin, pas si vite, profitant jusqu'au bout, jusqu'à ce que son corps n'en puisse plus. Un râle s'échappa de sa gorge et de son contrôle, son coeur cognait contre sa poitrine alors que ses doigts s'accrochaient à ses cheveux. Il se sentit partir avec la même violence que son désir, son corps tout entier s'électrisant. Ses muscles se détendirent après de longues secondes, sa maladresse se réveillait lorsqu'il tenta de retrouver une posture plus digne, manquant de peu de tomber devant la faiblesse soudaine de ses jambes*

TUMAINI: *il l'avala tout entier, frissonnant de le sentir s'abandonner si puissamment en se raccrochant à lui comme s'il n'existait rien d'autre. Il vint entourer ses hanches de ses bras pour le garder dans sa bouche pour un dernier baiser humide et l'empêcher de tomber. Il le libéra après de longues secondes, s'étouffant à moitié sur sa semence pour reprendre son souffle. Il la sentit couler sur son menton mais avec elle se mirent aussi à couler les larmes. Etait-ce de tristesse ou de joie ? Les émotions vibraient si fort en lui qu'il ne savait plus et il cacha son visage contre l'aine de son amant en le serrant un peu plus, ne parvenant pas à contrôler ses sanglots*

KAFELE: *Il senti les larmes contre sa peau et entendit ses sanglots. Sa main chercha son contact, l'obligeant à déserrer son étreinte, assez pour qu'il puisse s'asseoir, le dos contre le pilier et le garder dans ses bras. Il posa sa tête contre la sienne, ne posant aucune question, il voulait juste être présent...Sa main chercha son visage, l'obligeant à relever la tête, il essuya ses larmes de ses lèvres avant de les poser sur les siennes tendrement*

TUMAINI: *il tremblait d'émotions, incapable de retenir ses larmes bien qu'il sentit que Kafele put le regarder en se mettant à sa hauteur. Il l'embrassa tendrement, l'embrassa un peu plus en tentant tant bien que mal de retrouver son calme.* Je t'aime tellement. *sanglota-t-il faiblement en baissant la tête, légèrement honteux de cette soudaine faiblesse.*

KAFELE: *Il l'amena contre lui, ne pouvant s'empêcher de sourire en l'écoutant,* Je t'aime *Et pouvoir le dire en l'ayant dans ses bras, sans avoir peur que ça soit un adieu, le dire simplement comme il avait pu le lui dire et le lui répéter à l'époque, lui procura une intense sensation de bonheur alors qu'il le serrait un peu plus contre lui* Je t'aime *répéta-t-il en laissant un éclat de rire s'échapper et se mêler à l'émotion qu'il pu ressentir à son tour. Ce moment était inespéré, et il comptait bien en profiter*

TUMAINI: *il plongea dans ses bras en serrant son corps comme si sentir sa chair pouvait calmer son coeur affolé mais cela ne faisait qu'agiter un peu plus ses émotions. Les larmes coulant pourtant encore sur son visage il éclata de rire avec lui en l'enlaçant avec amour. Le temps passa et il parvint à se calmer doucement. Il se rendait compte que tout ce qu'il voulait était de rester dans les bras de cet homme pour toujours et ne jamais le laisser partir et le moindre doute le déchirait d'une peur incommensurable. Il ne savait pas comment il avait pu survivre la première fois mais il savait qu'il ne survivrait pas de le perdre une deuxième fois. Car il l'avait enfin retrouvé et comme toujours Kafele avait su abattre les barrières qui s'étaient dressées entre eux et leur amour. Il avait peut-être bien abattu autre chose dans l'esprit du Djinn mais cela ne faisait rien car Tumaini ne se souciait que de Kafele et le reste pouvait bien brûler il s'en fichait pas mal.* Je suis pitoyable... *soupira-t-il d'un air dépité en chassant ses derniers sanglots et en essuyant enfin ses larmes* Tout ce temps passé à souffrir, à te haïr, j'en ai oublié à quel point ça fait mal de t'aimer.

KAFELE: Pas plus mal que ton absence... *Avoua-t-il en se rendant compte du vide qu'il venait de combler en sa présence. Il aurait vendu son âme pour cette dernière heure et l'avait d'ailleurs probablement fait. Les dieux pouvaient être en colère contre lui que cela ne semblait plus avoir de véritable importance, il l'aimait plus que de raison et s'il devait porter des chaînes pour être à ses côtés, il renoncerait à sa liberté. A quoi rimait sa vie s'il ne pouvait pas être à ses côtés ?* Pardon... *Murmura-t-il, s'excusant pour cette absence, s'excusant pour sa propre faiblesse et ses échecs...S'excusant pour le mal qu'il lui faisait et lui ferait encore...*

TUMAINI: Ne me demande pas de te pardonner. Je ne te pardonnerais pas. *murmura-t-il avant de l'embrasser avec tendresse* Mais rien ne me fera jamais arrêter de t'aimer. Même la haine, même les flammes, même la mort. Je t'aimerais jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de nous, jusqu'à ce que les hommes et les Dieux oublient nos noms. Je t'aimerais chaque seconde de notre vie, je t'aimerais jusqu'à en crever et plus encore qu'il ne me sera permit.

KAFELE: Dans cette vie et dans la suivante *murmura-t-il en cherchant à nouveau ses lèvres. Il eut du mal à s'en défaire et ne le fit que lorsque l'air lui manqua, son front contre le sien*

TUMAINI: *Ils s'embrassèrent encore et encore sans s'en lasser. Privé de la lumière du jour le temps pouvait être suspendu ou au contraire filer à toute vitesse, cela ne faisait pas de différence pour les deux amants. Il fut prêt à s'endormir ainsi dans ses bras, assit à même le sol simplement pour revivre ce plaisir qu'il soit la première chose qu'il voit en rouvrant les yeux. Mais son esprit apaisé se laissa doucement distraire et il se crispa soudain, ses yeux redevenant noirs comme si les flammes l'avaient soudain mordues, il haleta faiblement pour se remettre du choc.* Je vais bien... Je vais bien... *le rassura-t-il en murmurant doucement et malgré ses yeux noirs, fixant quelque chose dans le vide il retrouva rapidement son calme.*

KAFELE: *Il avait fermé les yeux sans pourtant trouver le sommeil, trop effrayé à l'idée qu'à son réveil tout cela ait complètement disparu, il sursauta à la seconde où il cru le perdre et tenta de calmer les battements affolés de son coeur avec ses murmures. Il reposa sa tête contre la sienne et murmura les paroles de cette chanson qui l'avait toujours poursuivit et qui avait toujours su le calmer lui, qui avait été à l'origine de leur histoire*

TUMAINI: *ses yeux noirs semblèrent chercher dans le vide mais soudain il put entendre cette chanson. Il eu étrangement envie d'en rire au souvenir de l'origine de ce mythe et ses yeux reprirent lentement leur couleur naturelle. Il l'écouta chanter doucement et le dévora du regard se mordant la lèvre pour s'empêcher de venir les plaquer contre sa bouche et mettre fin à la chanson. Aussi ridicule soit-elle, elle avait été le début de tout et le baume qui avait su apaiser toute ses blessures et sans qu'ils ne s'en rendent vraiment compte elle continuait de le faire aujourd'hui. Il ferma les yeux pour se concentrer sur sa voix plutôt que les mouvements envoutants de ses lèvres mais malgré tout un frisson de désir parcouru son corps en chatouillant ses muscles. Pour le soulager, il glissa inconsciemment ses mains sur les abdos et les hanches de Kafele, devinant de ses doigts le dessins de ses muscles.*

KAFELE: *Le murmure devint chant et rapidement les souvenirs l'animait, le fit sourire, le fit frissonner. Il tressaillit à sentant ses doigts contre lui et en se rendant compte à quel point il lui était facile d'allumer ses propres flammes. Il terminait la moitié de cette chanson lorsqu'il s'arrêter, ses yeux sur les lèvres de Tumaini qui gardait encore les traces de leur premier ébat.* Merde *Laissa-t-il échappé avant d'attraper sa nuque pour l'attirer violemment contre sa bouche, il le fit basculer en arrière, le dominant de sa hauteur, ignorant son autre main qui tentait de le ramener à la raison avec sa douleur, il usa de sa soeur pour terminer ce qu'il avait commencer en ôtant les vêtements du soldat*

TUMAINI: *il rouvrit les yeux en l'entendant couper sa chanson d'un juron, juste à temps pour le voir l'agripper pour l'embrasser violemment et l'allonger sur le sol. Il souffla de surprise un peu déboussolé par tant d'avidité alors que lui même s'était contrôlé pour pouvoir écouter la chanson jusqu'au bout.* Et ma chanson ? *souffla-t-il puérilement même si son corps lui réclamait un tout autre traitement.*

KAFELE: C'est toi que je veux entendre *lui répondit-il sérieusement alors qu'il laissa déjà son corps s'appuyer légèrement contre celui de Tumaini, retrouvant le contact de sa peau contre la sienne. Il pouvait sentir contre sa cuisse les effet que ses brèves caresses avait eu sur lui et ses lèvres parcourait déjà la courbure de son cou jusqu'à ses épaules.* Laisse moi t'entendre *Lui demanda-t-il cette fois-ci avec plus de douceur alors qu'il s'appuyait sur son avant bras blessé pour pouvoir glisser sa main entre ses cuisses, enserrant entre ses doigts sa verge, il le regarda, avide de la moindre réaction, du moindre souffle, du moindre regard*

TUMAINI: *il se sentit envahit pas une bouffée de chaleur qui lui enflamma les joues en l'entendant lui demander de gémir et par réflexe il se mordit la lèvre pour ne laisser échapper aucun bruit. Il détourna son regard pour ne pas croiser celui brillant et lubrique de Kafele et se crispa doucement au contact de ses doigts. Il fut bientôt trop difficile de retenir ses râles de plaisir et d'excitation et ses mains vinrent revenir chercher le contact rassurant du corps de Kafele, le caressant et le griffant par moment. Il garda les yeux clos, comme s'il résistait pour ne pas complètement se laisser aller à cette danse qui le rendait si fébrile mais réclamant toujours plus par les ondulations incontrôlable de ses hanches*

KAFELE: *Un sourire provocateur s'échappait se dessinait sur ses lèvres alors qu'il le regardait lutter contre ses caresses, ne faisant que renforcer son ardent désir et intensifier celle-ci. Il grogna en sentant ses ongles dans sa chair et il se vengea en pinçant son oreille entre ses dents. Il laissa son souffle réchauffer sa nuque avant que sa main abandonne son arme, se glissant sur ses cuisses pour lui permettre de retrouver sa place entre celle-ci. Il glissa ses doigts jusqu'à ses hanches, descendant, pétrissant la chair de ses fesses* Regarde moi *lui demanda-t-il avec une pointe d'autorité, il délaissa Tumaini le temps de glisser ses doigts dans sa bouche mais il retrouva bien vite le contact de sa peau sous ses doigts, effleurant l'entrée de son corps, il faisait comprendre au soldat qu'il n'irait pas plus loin sans qu'il ne le regarde, sans qu'il ne lui demande ouvertement ou implicitement*

TUMAINI: *il se crispa plus encore en le sentant abandonner un plaisir pour venir en chercher un autre, s'agrippant à sa chair pour ne pas se perdre dans cette aventure et céder à la panique. Il laissa échapper un râle avide, vibrant de désir et d'anticipation mais Kafele l'obligea à rouvrir les yeux avant de continuer. Il le fit, et ceux-ci étaient noirs comme la nuit, mais il cligna furieusement des yeux pour faire immédiatement disparaitre la noirceur. Le regard coupable qu'il lança à Kafele trahissait le fait qu'il pouvait très bien sentir la chaude noirceur se déverser en lui mais il le supplia muettement de le tolérer, de l'ignorer et de lui accorder son amour malgré tout.*

KAFELE: *Il esquissa un sourire rassurant, se penchant doucement sur lui, il l'embrassa tendrement avant de lentement se glisser en lui, il ne quittait pas ses lèvres, étouffant sa voix alors qu'il souriait derrière ses baisers, le laissant s'habituer à sa présence. Lui-même redécouvrait son corps et il prit son temps, se torturant avec cette langueur alors qu'il sentait en lui le désir violent de le prendre, de le faire sien à nouveau, de ne faire qu'un.*

TUMAINI: *un gémissement de surprise et de délivrance traversa la barrière de ses lèvres, mourant contre celles de Kafele. Il entoura sa tête de ses bras pour ne pas le laisser s'éloigner, il embrassa ses lèvres charnues, mordant et léchant goulûment sans jamais être rassasié de ses baisers, il fut tout de même obligé de cesser pour libérer ses cris de jouissances et les laisser résonner aux oreilles de Kafele*

KAFELE: *L'entendre l'enveloppa d'une sensation de fierté et d'envie, attisant ses désirs. Il ajouta un doigt alors qu'il glissait à son oreille le reste de la chanson, laissant raisonné quelque chose d'obscène dans les mots tant il les appuyait de son propre désir. Il se penchait un peu plus contre lui, laissant son propre désir se glisser contre lui sans le pénétrer, il patientait, encore, jusqu'à ce que la chanson se finisse dans un souffle, il plaqua sa main sous son dos, le soulevant jusqu'à ce qu'il soit entièrement en lui. Il poussa un râle, prenant quelques secondes durant lesquels il laissa échappé un éclat de rire tant il avait l'impression de retrouver sa place.*

TUMAINI: *il se fit aussi silencieux qu'il le pouvait pour pouvoir profiter du reste de la chanson et de cette voix si envoutante qui savait couper son cerveau de tout le reste et faire vibrer son corps tout entier. Il ne sentit même pas le désir réanimé de Kafele glisser contre lui jusqu'à la fin de la chanson. Sa voix lui échappa complètement en le sentant s'enfoncer en lui et alors que Kafele retrouvait sa place avec un éclat de rire, Tumaini haleta pour retrouver son souffle. Il vint prendre son visage dans ses mains pour le guider jusqu'au sien qui n'était plus capable d'exprimer autre chose que du désir et de l'avidité. Il l'avait retrouvé mais cela ne lui procurait aucun soulagement comme si l'avoir si proche ne lui donnait envie que d'avoir plus encore. De sa langue, il vint réclamer un baiser langoureux et obscène alors qu'il relevait les jambes pour venir emprisonner le corps de Kafele et le presser doucement de reprendre la danse.*

KAFELE: *Il répondit à son baiser avec gourmandise, gouttant ses lèvres et sa langue alors qu'il se glissait doucement or de son corps pour mieux le retrouver dans un mouvement lent de ses hanches. Incapable de quitter sa bouche, il étouffa ses propres gémissement dans ses baisers, réclamant toujours plus. Il pouvait bien finir en enfer, et la colère des dieux pouvaient bien s'abattre sur lui à présent, cela n'avait plus d'importance. Il retrouvait quelque chose qu'il avait cru perdre à jamais et maintenant qu'il y regouttait, il savait qu'il ne pourrait plus jamais s'en défaire. Il pouvait sentir, presser entre eux, tous les effets de cette luxure sur le corps de Tumaini et il s'en délectait.* Je suis à toi *lui glissa-t-il entre deux baiser, scellant son âme à la sienne alors qu'il s'acharnait à l'emmener toujours plus haut avec lui. La douleur de ses mains l'électrisa et il fit violemment basculer leur côté sur le côté, se retrouvant sur le dos avec Tumaini empaler au-dessus, il profita de la vue, son corps brillant de sueur. Il passa sa main sur son torse, imprimant dans sa mémoire cette image, cette sensation, et chaque ligne de sa musculature*

TUMAINI: *Sans rater une seule mesure malgré le retournement de situation, Tumaini continua leur danse de va et vient sans même s'en rendre compte tant le rythme était imprégné dans son corps noyé de désir. Il était incapable de se contrôler, ruisselant de sueur, tremblant et gémissant comme une bête imbibé de luxure. Il ne se rendait même pas compte du spectacle obscène qu'il pouvait offrir à son amant, s'empalant ainsi sur lui, sa virilité dressée autant que le reste de son corps et ruisselant de fluide de jouissance qui venait souiller leur deux corps. Même planant d'un autre monde, il vint trouver la main de Kafele pour l'amener jusqu'à sa bouche pour pouvoir lécher ses doigts et embrasser sa paume et pour qu'il puisse sentir ses souffles rauques*

KAFELE: *Il ne le quittait pas des yeux, s'enivrant du spectacle indécent qu'il lui offrait et même là encore il aurait voulu plus. il enfonça ses doigts dans ses bouches, cherchant le contact de sa langue. Il l'appela, un mainte de reprise, lui susurra à quel point il aimait son corps, souffla des mots obscènes sur le plaisir qu'il prenait à le voir se glisser en lui, l'incita à aller plus vite, plus fort. Il goutta sa semence laisser sur son torse, la lui fit goutter, et se laissa complètement aller dans ce tourbillon de débauche. Il hurla sa jouissance, se sentant partir dans les profondeurs d'un second orgasme. Son coeur battait si fort qu'il eut l'impression qu'il ne s'en remettrait jamais, attirant Tumaini dans ses bras alors qu'il cherchait à retrouver son souffle*

TUMAINI: *il gémit avec lui, s'accrochant à son orgasme pour atteindre le sien. Le souffle court, il se laissa retomber dans les bras de Kafele, laissant échapper un petit rire incrédule devant cette aventure endiablée qui semblait presque irréelle après tout ce qu'ils avaient vécu.* Kaf'... *l'appela-t-il tendrement mais c'était surtout pour replacer ce nom dans sa bouche et sentir à nouveau qu'il y avait sa place et que dorénavant, il serait là pour l'entendre et lui répondre* Ne l'oublie jamais... Je suis à toi, pour toujours. Sans toi ma vie n'a pas de sens... Alors n'en trouve pas un qui ne m'inclus pas dans la tienne.

KAFELE: *Il l'écoutait doucement, l'entourant de ses bras, il retrouvait le contrôle de sa respiration avant de lui répondre* Nous... *Murmura-t-il doucement* Sen... *il sentait sa voix se briser sous l'émotion de pouvoir à nouveau l'appeler ainsi* Même les dieux n'ont pas su nous séparer *Il posa sa main sur visage, se penchant pour pouvoir l'embrasser* Je ne veux plus d'une vie sans toi, je ne le supporterai pas *lui dit-il sérieusement* On vit ensemble... *Il capta son regard et son visage se ferma doucement de cette froideur caractéristique qui prouvait tout son sérieux* On meurt ensemble...

TUMAINI: *il le serra un peu plus dans ses bras en enfouissant son visage contre son cou* Je hais les dieux.*souffla-t-il laissant son haleine chaude et haineuse picoter la peau de sa nuque* Je ne les laisserais nous priver de ça à nouveau. Je ne laisserais personne se mettre entre nous deux. Je les réduirais tous en cendre. Et ils nous craindrons plus qu'ils ne craignent les dieux.

KAFELE: *Il le garda dans ses bras, sentant la chaleur trop intense de son souffle contre sa peau. Haïssait-il les dieux lui ? Kafele l'ignorait, tout comme il ignorait s'il les aimait, il avait tant souffert tout au long de son existence qu'il avait du mal aujourd'hui à savoir se situer.* Il n'y a plus personne entre nous *Lui rappela-t-il doucement en passant sa main le long de son dos.*

TUMAINI: *il souffla sous ses caresses et ses mots apaisant mais ceux-ci se heurtait au brasier de la colère qui brûlait constamment en lui. Son visage se crispa, tentant à nouveau de chasser la noirceur mais il n'y parvint pas vraiment et finit par se redresser subitement et prendre sa tête dans ses mains en poussant un grognement plaintif. Il se releva, agrippant ses vêtements échoués sur le sol au passage et s'éloigna pour se rhabiller *

KAFELE: *Il s'apprêtait doucement à sombrer quand il le senti soudainement s'éloigner de lui et le ramener violemment à la réalité. Ne prenant nullement la peine de se rhabiller, il voulu se précipiter vers lui, ses yeux voilé par l'inquiétude qui le gagnait, il chercha du regard une issus pour pouvoir appeler quelqu'un à l'aide mais ne semblait en trouver aucune, se rendant compte à l'instant qu'il n'y avait ni porte, ni fenêtre. Il s'approcha de Tumaini* Laisse moi t'aider, dis moi comment

TUMAINI: Tu ne peux pas. Tu ne peux rien.*marmonna-t-il sombrement en détournant son regard noir.* Encore moins un petit curé comme toi. *plaisanta-t-il tout de même avec un petit sourire pincé. Il finit par se retourner vers Kafele quitte à lui laisser voir ses yeux noyé de noir pour le laisser comprendre ce qu'il avait en face de lui.* Je suis désolé Kaf'. Des gens mourrons. *lui avoua-t-il avec fermeté tout en sachant que c'était la dernière chose que Kafele avait besoin d'entendre*

KAFELE: *Son coeur se serra, ses yeux dans les siens. Il souffla:* Je sais... *Bien qu'il savait qu'il le supporterait difficilement, il avait été un soldat, un assassin et il savait...Mais malgré qu'il savait, faire marche arrière lui était impossible, il tendit sa main, appelant son contact* J'ai besoin de toi...

TUMAINI: *il prit sa main dans la sienne et l'attira vers lui pour le rassurer d'un baiser ardant, caressant avec douceur sa peau encore nue de ses mains chaudes* Je suis là... *murmura-t-il à son oreille* Mais tu n'as pas à venir. Tu n'as pas à voir ça. Je reviendrais.

KAFELE: *Il soupira en sentant ses doigts contre sa peau* Je viens *Répondit-il en fronçant les sourcils, s'éloignant, assez pour attraper ses propres vêtements*

Le Soldat soupira, sachant très bien que ce n'était pas ce qu'on lui avait demandé de faire mais il l'observa se rhabiller et n'eut pas le courage de disparaitre en le laissant seul dans cette pièce fermée. Dès qu'il fut prêt, il l'attira brusquement contre lui pour l'enlacer et partager un dernier baiser torride dans l'intimité de cette chambre avant de disparaitre avec lui dans un torrent de flammes lumineuses. Lorsqu'ils réapparurent, le couloir dans lequel ils se trouvaient était plus sombre encore. Les murs épais et poussiéreux étaient ornés de quelques symboles funéraires, des chiffres et des directions pour guider les visiteurs dans les innombrables couloirs des Nécropoles de Memphis. Devant eux se dressait l'entrée d'une grande crypte.

TUMAINI: *il mêla ses doigts à ceux de Kafele et entra silencieusement dans la crypte*

ELI: Tu as pris ton temps. *commenta une voix froide de derrière un des piliers de la crypte. Il en sortit d'une démarche droite et posa son regard sombre sur Kafele.* Ah. Oui. *constata-t-il d'un ton sec* J'ai entendu parlé qu'il nous avait rejoins mais je ne m'attendais pas à le voir nous rejoindre ici. *siffla-t-il d'un air agacé en grondant Tumaini du regard*

TUMAINI: *il serra doucement la main de Kafele mais ne répondit pas*

ELI: On m'a aussi dit qu'il y avait certaines choses à changer ? *ajouta-t-il d'un ton agacé*

TUMAINI: Pas grand chose. Où est Letti ? *grogna-t-il d'un ton également sombre*

ELI: Elle devrait arriver d'un moment à un autre. *répondit-il avec un petit sourire mauvais* Mais si je n'ai pas été prévenu, j'ai bien peur qu'Auset n'approuve pas de sa présence ici. *ajouta-t-il en désignant Kafele de son doigt fin et pâle*

AUSET: Il restera avec moi. *commenta-t-elle d'une voix douce en apparaissant derrière eux, accompagnée de Letti*

TUMAINI: *il se retourna en finissant par lâcher la main de Kafele et de s'éloigner un peu*

AUSET: *elle tendit sa propre main à Kafele pour l'inviter à la saisir et venir auprès d'elle* Viens.

KAFELE: *A la seconde où il se retrouva dans la crypte, son visage se ferma de toute émotion, enfermant ses craintes et ses inquiétudes, il garda le silence, les yeux posés sur Eli et sa main serrant celle de Tumaini. Le trouble traversa pourtant ses yeux en entendant le prénom de Letti, il s'apprêtait à protester lorsqu'Eli montra clairement qu'il n'était pas certain que sa présence soit approuvée. Mais une voix s'insinuait déjà en lui avant qu'il ne s'oppose. Perdre le contact de Tumaini le poussa à le regarder lui plutôt qu'Auset jusqu'à ce qu'elle lui demande de venir...Il hésita pourtant, semblait résister, mais fini par prendre la main qui lui était tendu, sans quitter Tumaini des yeux*

AUSET: Je t'ai dis que je t'en protègerais *murmura-t-elle en glissant un doigt sous son menton pour l'encourager à la regarder*

KAFELE: *Il fut quelque peu forcé de détourner les yeux de Tumaini, son regard croisant celui d'Auset.* Tumaini *Appela-t-il malgré lui, sentant ses propres barrières s'effondrer et les inquiétudes lui revenir*

AUSET: Ne t'inquiète pas.*murmura-t-elle avec douceur en caressant sa joue de sa paume douce. Elle lui sourit tendrement en pressant doucement sa main pour l'inciter à la suivre un peu à l'écart* Il va se battre pour toi. Tu peux regarder. *le rassura-t-elle*

ELI: Et bien si tout le monde est prêt. Allons-y. Nous avons beaucoup à faire.

KAFELE: *Il baissa les yeux, trouvant du réconfort dans sa voix ou les gestes presque maternelle qu'elle avait pour lui. Il acquiesça, consentissant à la suivre*

Letti était resté les yeux baissés et fixés au sol et obéissant à la voix d'Eli, elle s'avança d'un petit pas vers un des escaliers de la crypte qui descendait dans des profondeurs plus sombres encore. Tumaini lui emboita le pas en se retenant de jeter un regard à Kafele qui lui prenait les escaliers adjacents qui les mèneraient plus haut. Eli ferma la marche. Auset mena Kafele dans l'escalier en serrant doucement sa main pour le rassurer pour se bref moment séparé de Tumaini mais ils arrivèrent rapidement à un grand balcon ou elle l'invita à s'installer à côté d'elle sur un élégant banc de pierre. Plus bas, la pièce était circulaire, semblable à une arène entourée de cages. Il était difficile de voir les prisonniers derrière les barreaux mais leurs cris de colère résonnaient dans une cacophonie chaotique. Eli arriva dans l'arène et insonorisa les cages d'un sortilège, faisant ensuite signe aux deux autres de le rejoindre. Il posa une main sur l'épaule de l'enchanteresse et lui murmura quelque chose à l'oreille. Il lui pointa certaines cages, certains prisonniers puis d'autres et elle acquiesça. Elle leva alors ses mains tremblantes pour les poser sur les tempes du Soldat.

AUSET: T'avoir avec nous nous rendra plus fort. La vérité que tu nous apporte nous rendra plus fort. Tu le rends plus fort. *murmura-t-elle calmement à l'oreille de Kafele*

En bas, une lueur s'était soudain allumée. Le Djinn s'était enflammé, mais il restait calme et immobile. La prêtresse continua de manipuler son esprit, protégée des flammes par la magie de l'autre sorcier vêtu de noir. Elle le fit se retourner et s'éloigner d'un pas, puis d'un autre et entre ses mains et la tête du génie de Feu, une connexion magique s'étira. Eli ouvrit l'une des cages, libérant les premiers sacrifices qui se ruèrent sur leurs bourreaux. Et l'incendie éclata. Les flammes enveloppèrent toute l'arène et les cris d'horreur et d'agonie des hommes et femmes brûlés vif firent vibrer les murs éclairés par les flammes du Djinn.

AUSET: Vois comme il brûle pour toi. *murmura-t-elle avec douceur à l'oreille de Kafele, apaisant les cris de sa voix et étouffant doucement sa compassion par son amour pour Tumaini* L'amour est la force que les Dieux vous ont donné pour combattre dans cette guerre et vaincre. Un amour ardant plus puissant que tout. Un amour à la hauteur de la haine.

Un a un, Tumaini agrippait les brebis affolées pour les transformer en torche criante et les sentir s'effriter en cendre entre ses doigts. Ce que Kafele ne pouvait pas voir c'est que ce n'était pas simplement des hommes et des femmes que le Soldat abattait. Pour nourrir sa rage et sa colère, la prêtresse changeait leur visage en d'autres, recréant des scènes provenant des pires des cauchemars. Longtemps il avait été celui de Kafele et de ses frères mais aujourd'hui s'y mêlaient d'autres visages, celui d'un adolescent aux yeux verts, celui d'un démon à la peau blanche, celui des guerriers de Ra et d'autres encore. Des ennemis, des cibles, de quoi soulager la rage et le purger momentanément de sa haine envers eux. Un jour, ils brûleraient eux aussi mais en attendant, ils se contenteraient ce ces opposants et de ces colporteurs, des éléments gênant pour le Culte et leurs alliés, de ceux qu'ils pouvaient faire disparaitre sans faire naitre de suspicion. Pour l'instant.

AUSET: N'ai pas peur car ce que tu as devant les yeux est la preuve que vous êtes plus fort que tout ce qui est en ce monde. Même les Dieux n'ont su vous séparer. C'est merveilleux. *susurra-t-elle a son oreille en l'emplissant d'émerveillement et d'allégresse face à ce spectacle flamboyant et macabre* Lui seul peut brandir l'Arme de Seth. Et toi seul peut le brandir lui.

Il les brûla tous avec violence et cruauté, emplissant ses veines en éruption de délivrance, de liberté, de soulagement et d'euphorie. Son rire fou et sadique se mêla bientôt aux cris de ses victimes. Il se libéra de toutes les flammes qui rongeait à travers tout et transformait tout en fumée et en cendre. Puis le silence retomba et les flammes moururent doucement au milieu du sable et des restes humains. Letti tomba à genoux sur le sol. Il restait deux cages encore fermées et Eli les ouvrit mais personne n'en sortit. Le mage s'en approcha et sembla parler aux prisonniers avant de reculer et de refermer la cage. Il leva les yeux vers Auset et lui fit un petit signe de la tête pour lui signifier que le spectacle était fini.

AUSET: *elle glissa sa main sur celle de Kafele à nouveau* Viens. Allons le rejoindre. *l'encouragea-t-elle avec tendresse, le menant à nouveau dans les escaliers pour descendre dans l'arène*

Au fur et à mesure qu'ils descendaient, l'odeur de cramé et de chair brûlé les enveloppa. Le spectacle était encore plus prenant et horrifiant que d'en haut. Le sable n'était pas du sable mais de la cendre et des morceaux d'os et de charbon de chair. Dans les prisons étaient recroquevillés des dizaines de silhouettes tremblotantes et gémissant de peur. Mais avant qu'ils ne puissent vraiment s'attarder dessus, Tumaini se jeta dans les bras de Kafele.

TUMAINI: *il l'enlaça et l'embrassa en riant, plus soulagé et heureux que jamais. Son cœur battait à la chamade et il respirait la vitalité. Son corps était chaud mais de la chaleur naturelle d'un homme après un long entrainement.* Je t'aime... Je t'aime... Je t'aime... *susurra-t-il sans s'en lasser en l'embrassant encore et encore jusqu'à en perdre haleine*

KAFELE: *Il avait été témoin du spectacle et son corps avait anticiper ce qu'il verrait mais avant même qu'il ne puisse réellement lutter et chercher à sauver les prisonniers qui servait de gibier, la voix douce d'Auset l'enveloppa et l'aida à enfermer son désir ardent de protéger la vie plutôt que de la détruire. Et à chaque fois que son corps se crispait en percevant un hurlement, un cri, elle revenait le rassurer. La peur se dissipait, la compassion, la culpabilité, au profit d'une étrange forme de fierté. Comme si, ce qu'il voyait, était l'expression la plus pure de l'amour qu'ils partageaient. Ses yeux se vidaient de leur expression, comme jadis, et les cris réveillaient un plaisir étouffé depuis longtemps. L'ombre d'un sourire semblait se poser sur ses lèvres lorsque le rituel prit fin. Il suivit Auset, redescendant les marches. L'odeur ne semblait nullement le gêner, et il oublia bien vite ce qu'il avait sous les pieds lorsqu'il retrouva les bras de Tumaini. Sa voix et ses baisers le ramenait doucement à la réalité, ses joues s'empourpraient devant autant de témoignage affectif alors qu'ils n'étaient pas seule.* On nous regarde *Se plaignait-il puérilement, passant sa main sur sa nuque dans ce geste qui lui était caractéristique. Par réflexe, il posa ses yeux sur Letti, un sourire un peu gêné, il lui montra sa main. Il était venu non armé au temple et s'était défait de son or...Elle avait été celle qui avait pansé leur plaie tellement longtemps que c'était naturellement vers elle qui s'était tourné*

TUMAINI: Rien a foutre. *souffla-t-il en continuant de l'embrasser avec avidité et bonheur comme si lui aussi avait pu ressentir les mots d'Auset au milieu des flammes. Rien ne pourrait jamais les séparer et se vider de toute la rage et de toute la haine qui le rongeait sans cesse le laissait seulement avec un sentiment de légèreté, d'assurance et de puissance.*

AUSET: Toi qui voulait le protéger. Tu le peux à présent. *murmura-t-elle à l'oreille de Letti qui n'avait pas bougé malgré le regard de Kafele.*

LETTI: *elle se releva et s'approcha lentement, les yeux baissés avant de finalement poser sa main sur la blessure de Kafele pour la soigner. Dès que cela fut fait, elle retira sa main et recula d'un pas, fixant toujours le sol*

KAFELE: *Il rougissait de plus belle face à l'assurance de Tumaini, accueillant ses baisers avec un peu plus de retenue, il observa Letti le soigner doucement* Merci * Laissa-t-il échappé en reposant ses yeux sur Tumaini, quelque chose sembla le troubler, l'odeur, les lieux, il baissa son regard sur les cendres à ses pieds*

TUMAINI: Je me sens tellement bien... *souffla-t-il fébrilement en venant lui baiser la peau, se pressant contre son corps pour qu'il sente son désir et qu'il était prêt à reprendre leur ébat, là tout de suite, ici même au milieu des cadavres calcinés et sous le regard de leurs supérieurs*

ELI: Ils se soumettront à vos demandes. *confirma-t-il à Auset en montrant les derniers survivants, recroquevillés dans leur cage sans prêter la moindre attention aux deux amants*

AUSET: Merci Eli.

ELI: Si ce sera tout. *il la salua en s'inclinant avant de disparaitre dans un flash discret*

KAFELE: *Il eut un sursaut en sentant contre lui l'expression du désir de Tumaini, rougissant de plus belle, son coeur s'emballa* Je... *Balbutia-t-il en frottant une nouvelle fois sa nuque, se pinçant les lèvres alors qu'il était pourtant incapable de reculer, ni même de le repousser d'une quelconque façon*

AUSET: Letti. Prends soin d'eux. Comme tu l'as toujours si bien fait. *ordonna-t-elle avec douceur à la prêtresse qui se courba de soumission devant elle* Soldat. Dans la chambre. *ordonna-t-elle ensuite tendrement*

TUMAINI: *il disparu immédiatement en serrant toujours Kafele contre lui, le plaquant brusquement contre le mur de la même chambre qu'ils avaient quitté mais cette fois-ci la porte et les fenêtres étaient réapparues, laissant passer la douce lumière du Soleil.* Je te veux... Je veux te faire chanter... *souffla-t-il avec avidité en tirant ses vêtements avec précipitation*

KAFELE: *Il n'eut ni le temps de se préparer au voyage, ni même celui de s'en remettre qu'il senti violemment son dos cogner contre un mur. Il se retrouvait déjà à moitié lorsqu'il se rendit compte qu'ils se trouvaient à nouveau dans cette chambre. Son ventre papillonnait de douce sensation qui réchauffait ses reins et réveillait sa vigueur, déglutissant sous son regard et ses mains avides, les paroles d'Auset sur leur amour lui revenait en tête et il esquissa un sourire en le regardant se débattre à vouloir le mettre nu, il le repoussa à l'instant où la dernière étoffe qui le couvrait se retrouvait au sol* Ca se mérite une chanson *Lui dit-il d'une voix pleine de défis avant de lui même se jeter à son cou, il cogna un meuble derrière Tumaini alors qu'il ne prenait clairement pas la peine de le deshabiller soigneusement, tirant, déchirant s'il le fallait, pour retrouver le contact chaud de sa peau contre la sienne*

TUMAINI: *Un sourire insolent s'étira sur son visage lorsqu'il se sentit repoussé par Kafele au moment même où il était parvenu à le dénudé. Ce dernier se jeta sur lui avec la même agressivité pour lui arracher ses propres vêtements mais le Soldat ne se laissa pas faire, saisissant son poignet en lui faisant une clef de bras pour se retrouver derrière lui et lui susurrer à l'oreille.* Tu choisis mal tes batailles, je pète le feu. *grogna-t-il avant de planter ses dents dans son épaule. Il lâcha sa main mais le plaqua un peu plus contre le mur pour l'immobiliser venant griffer la chair de ses fesses en les écartant. Il libéra son arme de chair en un mouvement et se planta violemment en lui pour lui arracher un cri de surprise et de douleur qu'il se délecterait de changer en jouissance avec fermeté et patience*

KAFELE: *Il laissa échappé un premier cri de douleur lorsqu'il senti son bras se retrouver coincé dans son dos. Son corps et son visage coller contre le mur, il tenta de se défaire son emprise alors qu'il sentait toute son anatomie réagir violemment à l'excitation qu'il ressentait. Il grimaça sous sa morsure mais le bruit qu'il laissa échapper de ses lèvres n'avait rien de celui d'un homme qui souffrait réellement. Jusqu'à ce qu'il entre en lui avec force, brusquement. Son poing cogna le mur alors qu'il tenta de s'écarter du mur pour trouver un peu d'espace mais les assauts de Tumaini n'aidait en rien et à défaut de pouvoir reprendre le contrôle, il scella ses lèvres, serrant ses dents* Tu le payera *Le menaça-t-il*

TUMAINI: J'ai hâte... *grogna-t-il a son oreille alors qu'il l'assaillait toujours avec force en contrôlant ses hanches pour le plaquer contre lui Il l'entoura ensuite de son avant bras alors que d'une béquille, il le fit tomber à genoux et le força à quatre pattes pour le dominer un peu plus. Un sourire arrogant étirant ses lèvres, il lécha ses omoplates, baisa ses épaules et mordit doucement sa nuque en lui soufflant des obscénités sur l'étroitesse de son anatomie et à quel point son corps semblait se mettre à son service pour le faire jouir.*

KAFELE: * ses efforts pour ne laisser échapper aucun son tombèrent lorsqu'il le fit tomber au sol et qu'il le domina entièrement. Il tenta de reprendre le contrôle sur ses gémissements mais l'entendre le força à lui répondre le provoquant un peu plus en insinuant qu'il ne le sentait pas ou qu'il s'attendait a tellement mieux mais chaque mot laissait entendre son souffle rauque et le tremblement de sa voix*

TUMAINI: Tu es à moi... Depuis toujours. Et pour toujours. Je veux te l'entendre dire. Je veux que ton corps s'en souviennent. Je veux que tout le monde le sache et je te le ferais crier sur tout les toits. Je te veux te faire hurler si fort qu'on fera frisonner Seth même dans l'au delà.

KAFELE: *Il serra les poings contre le sol et planta ses dents dans sa chair pour ne pas le satisfaire dans l'immédiatement mais la douleur qu'il lui avait infliger au début de leur ébat était depuis longtemps devenu des vagues sans cesses plus dévastatrices de plaisirs. La marque de ses dents c'était profondément imprimée sur son poignet lorsqu'il se releva légèrement pour retrouver un peu d'air. Le dos cambré, il se laissait doucement aller, capitulant sous ses coups de reins. Ses yeux brillèrent d'une lueur étrange lorsqu'il tourna légèrement la tête pour tenter de l'apercevoir, des mots s'échappèrent un à un de sa bouche, hachuré par ses gémissements et sa lourde respiration* J'étais...Je suis...Et je serai toujours à toi... *Il savait à quel point cette ultime provocation pourrait le mettre en colère et c'était bien l'effet qu'il cherchait, sentir sa puissance et sa domination sur lui, lui appartenir, aujourd'hui et à jamais*

TUMAINI: *il le retourna brusquement pour pouvoir le fusiller du regard et le surplomber plus encore. Il l'embrassa avec agressivité en lui mordant la lèvre jusqu'au sang pour le punir d'oser le bassiner de ce dicton et vint empoigner son chibre en le serrant cruellement.* J'encule les dieux. J'encule les croyances. Je t'encule... *l'insulta-t-il en s'enfonçant toujours plus fort en lui, torturant sa masculinité pour le faire gémir un peu plus et lui voler ses idioties.* Je n'ai besoin de rien dans ce monde en dehors de toi.

KAFELE: *Il eut un sourire carnassier se retrouvant face à lui et il continuait de sourire même lorsqu'il l'embrassa, jusqu'à sentir le gout du sang se mélanger à leur baiser torride. Il écouta ses blasphèmes sans vraiment les entendre en sentant ses doigts l'empoigner. Son corps ruisselait de sueur alors qu'il le fixait à nouveau, il se mordit la lèvre, attisant le saignement pour retenir ses gémissements. Le combat était perdu d'avance, il ne lui laissait aucun répit, le sang glissait à la commissure de ses lèvres alors qu'il fermait les yeux, sa voix emplissant doucement la pièce alors que ses mains venaient s'agripper à lui comme si sa vie en dépendait*

TUMAINI: *il rigola, fou d'hilarité et de plaisir en l'entendant finalement lui céder et libérer sa voix si sensuelle et envoutante. Il le serra toujours plus contre lui pour être sûr d'être aux premières loges pour écouter sa jouissance et sentir chaque muscle de son corps se crisper désespérément. Sa main lui infligea le même traitement que son étroit passage infligeait à son propre organe. Se sentant doucement frémir et partir, il fut obligé de joindre son propre chant à celui de Kafele, allant crescendo jusqu'au point de non retour. Il se déversa sans retenue au plus profond de son corps, enveloppé de la chaleur de sa chair et la symphonie de ses cris avant de se laisser retomber lourdement contre son torse, le serrant encore pour qu'il profite de ses derniers tremblements fébriles. A bout de souffle, il écouta le rythme de son cœur affolé pour doucement retrouver son calme et laisser échapper un rire comblé. *

KAFELE: *Il perdit tout contrôle de lui-même, ses ongles s'enfonçant dans la chair de ses bras, son corps tout entier se tendait, alors qu'il se sentait partir. Sa tête lui tournait et il avait la sensation de perdre les esprits alors qu'il sentait sa semence se déverser sur lui et les doigts de Tumaini. Il poussa un langoureux soupire lorsqu'il senti le poids de son corps sur le sien. Il l'entoura de ses bras et bien qu'il était à bout de souffle, il partagea son rire, le serrant contre lui, il passa sa langue sur ses lèvres ensanglantées.*

TUMAINI: *L'euphorie ne l'avait pas quitté même si elle se fut plus douce au fil des secondes passées dans ses bras. Retrouvant son souffle et son calme il se redressa un peu pour alléger son poids et croiser son regard.* Est-ce que j'ai gagné ? *demanda-t-il puérilement avant de venir l'embrasser tendrement, goûtant avec douceur à son sang et ses lèvres douces*

KAFELE: Ca ne compte pas *Répondit-il puérilement, mêlant son sang et sa salive à la sienne, sa main se glissant sur la nuque de Tumaini, remontant jusqu'à ses cheveux* Je suis désarmé, sans magie et sans défense *Lui rappela-t-il doucement, comme si ce détail aurait pu changer la-donne mais il rechignait à clairement entendre que le soldat avait gagné*

TUMAINI: Oh ? Tu m'as l'air très bien armé pourtant. *rétorqua-t-il avec un sourire insolant en pressant doucement son corps contre son membre soulagé* Et ton visage... Envouterait même un aveugle. *murmura-t-il d'une voix énamouré en l'embrassant avec douceur*

KAFELE: *Il se sentait rougir sous ses paroles, détournant le regard dès qu'il en eu l'occasion. Il le pressa contre lui doucement, sentant son coeur battre rapidement, ses yeux trouvèrent une fenêtre, observant le ciel encore clair* Qu'est-ce qui va se passer maintenant ? *Lui demanda-t-il sérieusement* On va juste...Nous laissez vivre ? *Il savait que non et l'assassin éveillé par les cris et les hurlements qu'il avait perçu espérait que non mais alors que sa mémoire lui rappelait ce qui l'avait excité plus tôt, son coeur s'emballa doucement et son corps se crispa*

TUMAINI: *en percevant son changement de ton, il se redressa légèrement en s'appuyant sur ses mains pour pouvoir plonger son regard dans le sien* On ne nous "laissera" rien faire. On vivra. On baisera. On tuera. Comme on l'a toujours fait. *lui répondit-il fermement sans ciller*

KAFELE: *Il senti sa gorge se nouer en l'écoutant, en le voyant, si sur de lui alors que lui sentait le doute chercher son chemin dans son esprit embrumer. Il se pencha immédiatement, capturant ses lèvres pour chasser ces ressentiment*

TUMAINI: *il l'embrassa tendrement, sentant très bien qu'il n'était pas si convaincu par cette idée. Prenant une de ses mains pour la placer sur son cœur. Il se redressa pour lui laisser voir son visage, sentir ce coeur qui battait pour lui et voir ce corps qui le rendait si fou.* C'est dans cette vie que m'avait. C'est dans cette vie que je t'avais. Une autre vie que celle-ci, ne mérite pas d'être vécu.

KAFELE: *Il écarta doucement ses doigts, les entremêlant à ceux de Tumaini et serrant doucement son sa main dans la sienne. Face à ce qu'il avait vécu avec lui et ce qu'il a présent, ses années d'errance à se chercher sans se trouver réellement lui paraissait bien pâle, comme une aquarelle trop diluée..Il serra un peu plus fort et l'embrassa* Le Soldat... *Se moqua-t-il doucement du surnom et une part de lui ne put s'empêcher de ressentir de la honte* Le gens me voient comme un traitre ici *Se rappelait-il*

TUMAINI: Et ils me voient comme un protecteur. *rétorqua-t-il en se moquant tout autant de cette idée absurde* Qu'est-ce qu'on en a à foutre de comment ils nous voient ? On est pas la pour être vus. *lui rappela-t-il avec un rictus dédaigneux. Il n'avait jamais été du genre à se soucier du regard des gens mais en plus de cela, leur supérieurs semblaient toujours savoir où les mettre dans leur histoire.* Tu es avec nous maintenant. Tout ce dont tu as à te soucier, c'est moi.

KAFELE: Je suis avec toi... *Rectifia-t-il sans vraiment le vouloir mais il avait raison, il devait se soucier que de lui. Il le repoussa doucement* J'avais oublier à quel point tu étais lourd *Se moqua-t-il en se libérant de son poids. Essayant de s'asseoir, il regarda les lieux* J'ai besoin d'une douche *Il reporta son attention sur Tumaini, passant sa main sur les traces qu'avaient laisser ses fluides sur lui* et toi aussi

TUMAINI: *il se laissa pousser sur le côté et l'observa se relever, se délectant de la vue qu'il avait sur son corps musclé et souillé* J'sais pas... J'aime plutôt bien en fait. *nargua-t-il en venant récupérer une goutte de semence de Kafele sur son bas ventre avec son doigt avant de le porter à sa bouche* Salle de bain sur la droite. *désigna-t-il simplement en pointant la pièce à côté maintenant illuminée par la belle lumière de l'après-midi*

KAFELE: *Il fit mine de grimacer en le voyant mais le sourire qui se cachait derrière trahissait son amusement et son amour pour lui. Il se dirigea vers la salle de bain qu'il lui avait désigné, laissant volontairement la porte ouverte, il fit couler l'eau chaude, gardant un oeil à Tumaini avant de se glisser sous l'eau*

TUMAINI: *il se doutait qu'il devait le rejoindre mais il préféra profiter de la vue encore un peu plus longtemps. Il écouta l'eau couler et glisser sur le corps de Kafele mais avant qu'il ne s'en rende vraiment compte, il avait fermé les yeux et le voile du sommeil se posa sur son esprit apaisé. Avant même que Kafele ne finisse sa douche, il se mit doucement à ronfler*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Miles Away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Vente] M.A.S.K Miles Mayhem Colider.
» Les enquêtes de Miles Edgeworth
» 88 miles a l'heure par coeur de vandale et reel myop (speed rune,vieux jeux)
» Comment avoir Miles ?
» Tombe Tails Miles Prower
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Egypte :: Helwan (Memphis) :: La forteresse du Mur Blanc-