AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Sweethome - Part 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Sweethome - Part 8   Dim 19 Fév - 15:10

https://rpnow.net/rp/DV4Kb5Kn/13

ROIMATA: *Les nuits étaient toujours courtes et compliqués pour Roimata qui luttait, chaque soir, pour ne pas dormir. Fermer les yeux, c'était prendre le risque de revivre encore une fois cette atroce. Bien qu'il s'agissait probablement des seuls moments où l'ont pouvait entendre le son de sa voix, cela se résumait en sanglot, plainte, et hurlement. Les jours les plus calmes, cela n'était que ça, des cauchemars, mais il y avait parfois des moments plus difficile, des moments où son cauchemars semblait si réel que même lorsqu'elle ouvrait les yeux, elle était incapable de s'en défaire. Ses tatouages s'enflammaient malgré son sommeil alors qu'elle s'agitait violemment, frappant des ennemis invisible, son visages ruisselant de sueurs et de larmes*

MATIU: *Lui aussi avait du mal à trouver le sommeil et pourtant il était plutôt du genre gros dormeur. Mais avec l'histoire de Haulani, l'étranger et de savoir que toute l'île avait finie pas s'y mêler alors que lui même n'avait pas tout les éléments le faisait ruminer. Il avait l'impression que les choses avaient échappé à son contrôler et il détestait ça. L'étranger était repartit, Haulani avait été fortement réprimandé pour ses actions, l'histoire était finie et pourtant il continuait de ressasser à la recherche d'un scénario où les choses se seraient mieux déroulées à sa manière.* *Les cris de Roimata ne l'aidèrent pas non plus et sentant que ceux-ci étaient plus agités que d'ordinaire, il soupira et vint la prendre dans ses bras. Il bloqua sa magie avec la sienne et la berça doucement ans se soucier de se prendre des coups. Il avait fini par s'y habitué. Parfois il se demandait pourquoi. Pourquoi il avait décidé de l'aider, pourquoi lui et pas un autre. Mais il savait que personne d'autre n'aurait eu la patience et la compassion. Il connaissait assez les gens de l'île pour savoir ça. Ce n'était pas plus mal. Ce soir cela l'empêcherait au moins de trop réfléchir à des choses inutiles et se sentir un peu utile.* Mata... Tu es en train de faire un cauchemar. *murmura-t-il calmement pour tenter de l'en extirper.* Je suis là, tout va bien.

ROIMATA: *Elle eut du mal à s'extirper, sa magie essayant de violemment se défaire de celle de Matiu alors qu'elle ne cessait pas de s'agiter. Et même lorsqu'elle ouvrit les yeux, ce ne pas nullement le visage de son protecteur qu'elle trouva mais celui de son bourreau, tentant de se défaire, de cogner pour fuir, courir aussi loin que possible* Je vous en supplie *Murmura-t-elle d'une voix étranglé par la peur et le chagrin*

MATIU: C'est moi Mata. C'est Matiu. *lui assura-t-il sans faiblir ou la laisser partir en la voyant le dévisager avec horreur.* Tu es à la maison, tout va bien. Calme-toi.

ROIMATA: *Continuant de se battre, l'encre sur son corps essayait sans cesse de vouloir passer au-dessus des barrières de Matiu. Elle se tourna et se retourna, à défaut de pouvoir le frapper, elle chercha à s'accrocher à d'autre truc pour s'extirper de ses bras. Elle attrapa un coussin avec lequel elle frappa pour s'aider à se libérer*

MATIU: *Il ne se laissa pas déstabilisé par un coussin, ayant presque envie d'en rire en se le prenant sur la tête. C'était toujours plus confortable que ses poings.* Mata arrêtes ça devient ridicule. *ricana-t-il doucement, conscient que pour elle ce devait être un terrible cauchemar mais l'idée que cela puisse se transformer en bataille de polochon avait quelque chose de très comique.*

ROIMATA: *Elle continuait pourtant de s'étirer comme elle le pouvait, tendant les mains le plus loin possible alors qu'au lieu du rire de Matiu, ce fut celui de cet homme, pouvant encore sentir son haleine pleine de tabac. Sa main senti le bout d'une plume et elle comprit qu'elle tenait là sa chance de fuir de son bourreau. S'élançant un peu plus pour pouvoir atteindre, elle attrapa la flèche, la saisissant pour revenir auprès de Matiu, enfonçant celle-ci d'un coup sec dans son épaule droite. C'est son cri à lui qui la tira violemment de son cauchemars alors qu'elle tenait encore la flèche dans sa main. Elle l'enleva, aussi rapidement qu'elle l'avait enlever, son visage crispée par la peur mais cette fois...C'était entièrement pour lui, lançant la tige de bois aussi loin que possible, elle posa ses deux mains sur l'épaule de Matiu pour faire cesser le saignement et le soigner mais sa magie refusait de lui répondre et elle s'enfonça doucement dans une nouvelle crise de panique*

MATIU: *Il aurait dû faire plus attention mais il ne comprit que trop tard qu'elle avait mit la main sur une flèche. Poussant un cri de douleur et de surprise, il la lâcha soudain mais heureusement elle était revenue à elle. Bien que la douleur le fit grimacer, il fut soulagé de la voir enfin réveillée.* C'est rien, c'est rien ! *lui assura-t-il en se soignant lui même devinant la panique dans ses yeux.* Plus de peur que de mal, c'est pas une flèche qui va en venir à bout de moi. Et puis... J'suis habitué aux femmes violentes, ma mère était une femme violente. Non pas qu'elle... me plantait des flèches dans l'épaules mais c'est rien !

ROIMATA: *Elle ôta ses mains de sa blessure, observant le sang sur celles-ci, elle vint le prendre dans ses bras, le serrant contre lui pour s'excuser de tout ça. Elle savait à quel point elle n'était pas prévu dans sa vie, et à quel point elle compliquait absolument tout. Son coeur battait la chamade et elle avait du mal à retenir ses larmes. Elle embrassa son épaule et sa nuque, s'excusant encore et encore autant de fois qu'elle embrassa sa peau *

MATIU: C'est pas grave ! *continua-t-il de la rassurer, touché par son inquiétude. Il gloussa même sous ses baisers qui le chatouillaient légèrement.* Ça va Roimata, j'ai rien ! Mais ceci dit tu peux quand même continuer à m'embrasser comme ça, j'aime bien ! *plaisanta-t-il en se laissant retomber sur son lit en étoile.*

ROIMATA: *Elle se laissa retomber avec lui, esquissant un sourire en l'entendant rire et se mordant le bout de sa langue en l'écoutant l'autoriser à continuer. Elle se releva pourtant, pour s'asseoir, essuyant ses yeux rougis avant de regarder Matiu. Elle lui laissa un peu de calme et de répit avant de venir doucement lui tapoter la cuisse pour attirer son attention, attendant qu'il ait ses yeux sur elle pour le désigner lui, pointé vers le bas pour désigner "ici" et ensuite se pointer elle du doigt, l'air interrogatif. Essayant de savoir pourquoi il la gardait toujours auprès de lui*

MATIU: *Il soupira joyeusement, amusé qu'une insomnie et un cauchemar se transforme en petite séance de bisous. Celle ci prit fin à sa plaisanterie mais tout de même, le calme était revenu. Il haussa un sourcil lorsqu'elle lui tapota la cuisse et tenta de comprendre ce qu'elle essayait de lui dire à présent.* "Moi"... "Ici"... "Toi" ? *Décrypta-t-il basiquement avant de tenter de combler les trous. Il se redressa.* Attends attends attends... Soit plus spécifique parce que après moi je comprends des choses... Hm. Enfin sauf si c'est ce que tu veux dire... *Nargua-t-il en rougissant doucement, s'ébouriffant nerveusement les cheveux.*

ROIMATA: *Elle fronça les sourcils, soit plus spécifique, comme si c'était une chose si facile à faire au fond. Elle savait que c'était autant frustrant pour elle que pour les autres, voir encore plus pour les autres qui semblaient parfois croire qu'elle le faisait juste exprès à force de l'entendre crier la nuit. En le voyant s'ébouriffer les cheveux, elle ne comprit pas vraiment ce qu'il voulait lui dire, le regardant simplement comme si elle attendait une réponse bien qu'elle esquissait un sourire amusé face à sa nouvelle coupe*

MATIU: *Il s'attendit à avoir droit à de nouveaux signes mais elle n'en fit rien.* Non ? Tu vas pas m'aider ? Okay... Alors... Hm... Là c'est le moment où... Soit ça va être cool... Soit j'me prends une autre flèche. *Marmonna-t-il nerveusement avant de rassembler un peu de courage pour se lancer. Il glissa une main sur son cou, carressant sa joue de son pouce et s'approcha, venant timidement chercher un baiser.*

ROIMATA: *Elle s'apprêtait à bouder, c'était lui qui ne l'aidait pas du tout. Hehu arrivait parfaitement à la comprendre et en même temps, cela l'amusait parfois à le faire galérer, à voir sa mine contrite alors qu'il donnait vingt traduction à la seconde et qu'elle enchaine les signes de tête négatif. Elle perdit le file de ses pensées lorsqu'elle senti ce contact, esquissant un sourire plus doux en baissant les yeux sous la caresse de son pouce, y voyant là un simple geste pour essuyer encore les traces de ses larmes. Ce n'est qu'en le sentant s'approcher qu'elle releva les yeux, là à quelques centimètre d'elle, son coeur paniqua, non pas effrayé par ce qu'il s'apprêtait à faire mais plutôt par sa propre réaction à elle. S'accrochant à cette idée, à ce parfum, à cet endroit, c'est Matiu, c'est chez lui, et elle est en sécurité. Elle se répéta ces mots, ses lèvres bougeant légèrement pour articuler, sans le son, le prénom de celui-ci. N'osant fermer les yeux de peur de se perdre dans ses cauchemars une nouvelle fois, elle fit le peu de distance qu'il restait lorsqu'elle sentie ses lèvres frôler les siennes. Bien qu'il ne s'agissait pas de son premier baiser, elle avait cette sensation d'avoir absolument tout oublier sur la manière de faire, à la fois complètement prise de court par la situation et effrayée par elle-même...*

MATIU: *Il sentit son corps se crisper doucement de trac en approchant d'elle, craignant une réaction négative, un rejet. Mais rien de tout ça ne se produisit pourtant il n'osa pas faire ces derniers milimetres qui séparaient leur lèvres. Dès qu'il la sentit venir chercher son contact, il ne put s'empêcher de sourire de soulagement et de la presser un peu plus contre lui. Il ne força pas sa chance et la Libération rapidement.* Voilà qui a le mérite d'être plus clair. *Plaisanta-t-il doucement en rougissant un peu plus en se mordant la lèvre, deja avide de pouvoir goûter à nouveau aux siennes, mais se forçant à ne pas trop presser les choses.*

ROIMATA: *Retrouver ce contact lui rappela à quel point cela pouvait être agréable. Elle le laissa s'éloigner, détournant son visage et ses yeux dans la seconde en se pinçant les lèvres pour les humecter. Son coeur semblait pas vouloir s'arrêter mais cela n'avait rien de douloureux ou de lourd. Alors que lui plaisantait, elle analysait ces sensations qu'elle retrouvait. C'était comme reprendre un semblant de contrôle sur son existence après que ces cauchemars lui ai gâcher cette nuit et l'ait amener à le blesser. Son regard se reposa sur lui et si lui ne semblait pas vouloir forcer la chance, elle par contre avait besoin de retrouver cette sensation de contrôle. Se rapprochant soudainement et rapidement de lui pour reposer ses lèvres sur les siennes, elle attendit de s'habituer à cette sensation avant de chercher à approfondir son baiser*

MATIU: *Il fut surprit de la voir revenir vers lui, à la recherche d'un nouveau baiser dans lequel il se donna moins chastement et à cœur joie. Il laissa tomber son cou pour plutôt enserrer sa taille de ses bras et la presser contre lui. Les nuits sans sommeil et les gestes de consolation les avaient déjà habitué à la proximité mais il voulait imprégner ce moment et ces gestes de cette tendresse différente qui émanait de leur baiser.*

ROIMATA: *Elle le senti lui répondre, guidant ses lèvres alors qu'elle n'osait pas encore le toucher, elle le senti entourer sa taille, ses muscles se crispant immédiatement. Si au début il avait été extrêmement compliqué pour Matiu d'avoir le moindre contact physique avec elle, même pour la soigner, au fil des semaines et des mois, il n'était pas rare qu'elle se glisse dans ses bras après un cauchemars. S'accrochant à cette tendresse pour ne pas sombrer, pour continuer à garder le contrôle d'elle-même. Ce fut pour n'avoir aucune similitude avec ce qu'elle avait vécu qu'elle poussa le baiser à un peu plus loin, plus avide, posant enfin ses mains sur ses épaules, elle le poussa sans quitter le contact de sa bouche, à s'allonger. Son corps se pressant contre le sien*

MATIU: *Il prenait ce qu'elle lui donnait, bien sur avide d'en avoir plus mais n'osant pas être trop arrogant. Après tout il pouvait se douter que ce n'était pas le grand amour, que cela était une autre façon de se consoler après la nuit de cauchemar. Il profita alors simplement de ce qu'elle lui offrait sans pourtant profiter d'elle. Il fut agréablement surpris de la sentir le pousser à s'allonger. Sentir son corps se presser contre le sien le crispa légèrement de gêne en sachant qu'elle pouvait sentir où son corps espéraient que ce baiser allait les mener même si lui même n'osa pas spécialement adresser le sujet.* Attends... T-t'es sûre ? Non parce que je ne veux pas que tu penses que... Enfin que tu te sentes forcée à quoi que ce soit... C'est... C'est pas pour ça que.... Jveux dire même si tu veux pas tu peux rester ici ça n'a vraiment aucun lien. Je suis pas un type comme ça... Enfin bien-sûr je t'ai trouvé jolie dès la première fois que je t'ai vu mais c'est pas pour ça que j'ai voulu t'aider, jveux dire... Je ne...

ROIMATA: *L'entendre et le voir faire ce qu'elle appelait intérieur "sont Matiu" la rassurait bien plus que n'importe quel geste tendre, lui rappelant avec puissance que c'était lui et bien lui. Alors qu'il tentait de lui dire qu'il ne l'avait jamais aider pour obtenir la moindre faveur d'elle, elle esquissa un sourire. Cherchant sa main qu'elle vint poser contre son coeur comme elle avait tenter de lui dire il y a près d'un jour. Son coeur battait beaucoup plus rapidement que cette fois là, et il pourrait plus que probablement le sentir*

MATIU: *Il dégluti lorsqu'elle vint prendre sa main pour la placer sur sa poitrine. Il pouvait sentir son cœur battre à la chamade et il espérait surtout que ce n'était pas par peur.* Moi aussi... Il bat... Super fort. C'est le trac tu crois ? J'ai pas... J'ai pas le trac mais... Si j'ai quand même le trac. Pourquoi j'ai le trac, jsuis un adulte ! Hahaha pardon... Alors on... On va... ?

ROIMATA: *Elle eut un sourire amusé en l'écoutant et si habituellement elle l'aurait stopper en posant ses doigts sur sa bouche, là, elle avait besoin de l'entendre, le laissant volontaire dans l'inconnu juste pour le taquiner un peu, elle le fixait d'un petit air mutin en venant mettre sa main contre son coeur à lui*

MATIU: Mata ! *Gronda-t-il doucement en devinant qu'elle le laissait sciemment sans repère alors qu'un simple hochement de tête aurait suffit à le calmer. Elle pouvait sentir son cœur mais pas que et il se sentit gêné que son corps soit le seul à exprimer son désir sans pouvoir le cacher. Malgré cela, habitué quelque part à se retrouver dans des situations gênantes, il attendit avec une petite moue boudeuse qu'elle lui donne son verdict.*

ROIMATA: *Elle se pinça les lèvres alors que son corps tremblait d'un rire silencieux. En réalité, elle ne savait pas trop, se mordant la lèvre inférieur, elle caressant une partie précise de son anatomie de sa cuisse et inspirant doucement. Elle-même avait le traque, bien que ce n'était pas pour les mêmes raisons, tant qu'elle gardait le contrôle, elle semblait pouvoir gérer la situation et cela ne faisait que la griser un peu plus. Il ne lui avait peut-être pas tout prit au fond. Observant la réaction de Matiu sous cette légère pression, elle rapprocha ses lèvres des siennes sans les sceller pour autant, juste pour l'ennuyer encore un peu*

MATIU: *Il pinça un peu plus ses lèvres en la voyant se moquer de lui un peu plus, ne sachant pas trop quoi penser de ses caresses bien que son corps lui en raffolait peut-être un peu trop à son goût. Il cru avoir le droit au moins à un baiser pour cacher son air contrit mais c'était une taquinerie de plus.* Oh m... *bouda-t-il en la voyant se jouer de lui un peu plus.* Quoi ? Je te console, je t'embrasse et j'ai le droit à ça ? *se plaignit-il puérilement en détournant le regard, croisant les bras en boudant.*

ROIMATA: *Elle l'observa bouder un peu plus, se penchant doucement vers lui, elle vint embrasser sa joue pour s'excuser avant de s'éloigner, quittant le lit pour se relever, elle était debout, devant lui mais ne s'éloigna pas plus. Bien qu'elle hésita, elle vint dégager sa nuque de ses cheveux pour défaire le noeud qui maintenant sa robe, laissant celle-ci glisser doucement contre sa peau et dévoiler son corps nu...Baisant la tête et les yeux de longues secondes, ce n'est qu'au bout d'une demi minute qu'elle osa relever ses iris vers Matiu*

MATIU: *Il pensa que là était la fin de son petit moment de gloire et il s'apprêtait à s'y résoudre lorsqu'il vit que Roimata ne le quittait pas, au contraire. Bien qu'il aurait dû lui laisser un peu d'intimité, il ne parvint pas à décrocher son regard d'elle alors qu'elle laissa la gravité la dénuder. Il bloqua sur sa silhouette de femme et ses atouts dévoilés qu'il n'avait encore jamais osé tenter d'imaginer avant ça. Il remit ses lunettes droites sur son nez d'un doigt tremblant, n'osant rien dire ou faire de peur de briser le rêve ou la bonne fortune qui l'avait amené jusqu'ici.*

ROIMATA: *Observant la réaction de celui-ci, elle ne su pas vraiment comment interpréter sa réaction. Bien qu'elle le voyait très clairement profiter de la vue, il n'esquissa aucun geste vers elle. Peut-être n'était-ce pas plus mal au fond, s'il lui laissait le contrôle entier de cette situation, elle pourrait arrêter lorsqu'elle sentirait le cauchemar revenir. Elle approcha de son pas léger se penchant pour lui prendre la main qu'elle vint poser sur sa cuisse. Ses doigts se crispant contre le dos de la main de Matiu, elle guida ses caresses, remontant le long de ses fesses et de ses hanches, s'arrêtant à sa taille pour l'obliger à se rasseoir sur le lit, se plaçant entre ses genoux. Elle abandonna sa main, le temps de le dénudé lui aussi, fébrilement*

MATIU: *C'est à peine si il osa respirer alors qu'elle s'approcha de lui nue, prenant sa main pour la guider jusqu'à son corps. Sa main trembla sur sa chair douce et chaude alors qu'il ne parvenait pas à la quitter des yeux, bien trop envouté par la vue.* M-m-m-mata... *murmura-t-il faiblement, comme pour lui demander une dernière fois la permission d'aller plus loin.*

ROIMATA: *Elle posa ses deux sur son visage, l'obligeant à relever les yeux dans les siens. Les siens laissèrent filer un peu de son stress et de sa peur, tout aussi fébrile que lui. Hochant doucement la tête cette fois, un pointe d'interrogation passa dans son regard, le pointant alors lui du doigt avant de se pointer elle, depuis le début il se souciait surtout de son avis à elle mais qu'en était il du sien ? Bien que son corps répondait volontiers à sa place, il n'avait, après tout, pas vraiment oser la toucher.*

MATIU: *Il plongea son regard dans le sien. Mais tout ce dont il avait besoin était de ce petit hochement de tête qui allégea ses épaules de soulagement. Il eu à peine le temps de hocher la tête à son tour pour répondre à sa question qu'il vint de nouveau chercher le contact de ses lèvres dans un baiser qui laissa libre court à sa passion et son désir. Il vint empoigner sa taille pour l'allonger et basculer au dessus d'elle, glissant ensuite ses mains sur son corps onduleux jusqu'à ses seins moelleux.*

ROIMATA: *Elle n'avait pas vraiment anticipé le fait qu'il prenne aussi directement le contrôler et elle laissa filer un hoquet de surprise lorsqu'il la fit la basculer dans le lit, se plaçant au-dessus d'elle. Elle rompit soudainement le baiser, juste pour s'assurer que c'était bien son visage, que c'était bien lui. Son coeur battait vite et fort alors que durant une seconde, ses tatouages s'étaient illuminé pour s'éteindre ensuite, elle vint capturer ses lèvres. Laissant à son tour libre cours à ses émotions, il y avait dans son baiser, la précipitation propre à ceux qui survive plus qu'ils ne vivent. L'une de ses mains glissant le long de son torse jusqu'à ses hanches pour le défaire de son short rapidement*

MATIU: C'est moi... C'est moi... *lui murmura-t-il fébrilement en la sentant le repousser une brève seconde de panique, avant qu'ils ne reviennent chercher le contact de l'autre avec avidité. Soupirant d'anticipation, il vint l'aider à le défaire de ses derniers vêtements. Il vint ensuite l'entourer de ses bras, la relevant pour qu'elle se retrouve contre lui, son corps dressé prêt à venir s'unir à elle mais lui laissant la liberté de faire ce choix, il l'observa avec désir et anticipation.*

ROIMATA: *L'entendre, le sentir ensuite, elle s'accrochait à cette réalité pour ne pas succomber. Le sentir l'entourer et la laisser être contre lui vint doucement atténué ses craintes, dans cette position, elle avait une porte de sortie. Ses mains contre son torse, elle se releva, pour l'observer. Replaçant les lunettes de Matiu sur son nez, elle eut un sourire de gratitude sans s'en rendre réellement compte. Elle pouvait le sentir contre lui. Son corps s'était mit à trembler sans qu'elle ne puisse le contrôler mais dans ses yeux elle pouvait difficilement masquer son envie et son désir profond de lui. C'est d'une main fébrile qu'elle le caressa, s'habituant à sa présente entre ses doigts avant de très lentement se lier à lui sans le quitter des yeux*

MATIU: *A nouveau, il n'osa pas bouger, pas la brusquer, s'assurant pour elle comme pour lui que c'était bien ce qu'elle voulait. Il put sentir une douce chaleur s'enflammer dans son torse en la voyant lui sourire et le fixer avec envie. Ses caresses le fit frissonner mais ce n'était rien comparé à ce qu'il pouvait ressentir en voyant ce qu'il pouvait lire sur son visage. Il sentit tout son corps s'enflammer lorsqu'elle s'unit enfin à lui, soufflant de plaisir en sentant sa chaleur l'envelopper. Il serra un peu plus sa chaleur contre lui, l'encourageant sans la presser à prendre ses aises dans cette danse charnelle, lui offrant tout le confort, la sécurité et la liberté comme il pouvait le faire chez lui. Il était là pour elle mais l'avoir à ses côtés ces 5 derniers mois avaient apporté de la vie et de la tendresse dans son foyer, le poussant à songer à prendre soin de ceux qui l'entouraient plus qu'à nuire à ceux qu'il ne connaissait pas. Si elle avait pu lui poser cette question et la lui faire comprendre, il lui aurait peut-être fait un long exposé mais en attendant, bien que lui était loin d'être muet, il ne pouvait que le lui montrer par ses gestes tendres, plein de douceur et d'attention.*

Elle se laissa doucement glisser contre lui, s'habituant à sa présence alors qu'elle le fixait. Elle s'apprêtait à entamer cette danse lorsqu'elle se senti violemment et soudainement partir. En une fraction de seconde, son corps se rappela avant qu'elle puisse lui rappeler avec qui elle se trouvait. Se crispant entièrement, ses tatouages s'enflammèrent sans chaleur, activant ceux de Matiu dans dans une résonance presque parfaite. Emportant les deux amants dans de vieux souvenirs.


Les jours étaient difficile pour les natifs d’Ahohako, leurs terres avaient beau être riche, les combats incessant accroissait la famine dans certain coin de l’île, rendant la chasse difficile avec les colons qui ne respectaient pas la nature. Honi revenait bredouille encore une fois, elle n’avait même pas tenter d’aller pêcher, c’était bien trop dangereux pour l’heure. C’est un peu honteuse et sans prise qu’elle revint auprès de sa famille, embrassant sa mère, ses plus jeunes soeurs et esquissant un simple sourire à la plus grande qui était arrivé à un âge où les marques d’affection trop visible la gênait. Leur père n’était pas encore rentré et lorsqu’il le fit, ce fut avec une belle prise.

- Comment ?
- Je l’ai volé...
- Père !
- Honi commence pas, nous n’avons pas eu de véritable repas depuis des jours !

Elle se pinça les lèvres, gardant son jugement pour elle-même et se disant que le repas d’aujourd’hui était repas ôté de la bouche d’une autre famille mais son estomac lui fit rapidement oublier sa conscience pour pouvoir être correctement rempli à nouveau. Loin d’imaginer que ce geste se retournerait contre eux en provoquant la colère sur leur famille. Il s’était passé assez de temps pour que tous oublient ce forfait et reprennent simplement leur vie en ne parlant jamais de ce vol. Deux semaines s’étaient écoulé lorsque le camps furent la cible des colons, des cris, des combats, mais ils étaient bien plus nombreux qu’eux tous et ils avaient eu l’avantage de la surprise cette nuit-là. Dans leur petite demeure, son père fut mit à genoux face à elles alors qu’on leur réclamait leur trésor mais ils ne possédaient rien, rien de plus que ce qu’ils avaient déjà sous les yeux. Fixant son père, qui peinait à rester conscient, elle releva les yeux vers les sorciers qui fouillait et retournait leur maison.

-----------

Elle revint à elle, une fraction de seconde à peine, inspirant soudainement, elle chercha à se défaire de Matiu mais sa magie s’activa à nouveau dans une nouvelle onde qui les emportait tout deux dans le passé

-------------

Sous ses yeux, son père horrifié observait sa femme et trois de ses filles à terre, en larme, leur corps souillé par des étranger. A genoux, fatiguée d’avoir trop crié, fatiguée de s’être trop débattue, lassée, désespérée, brisée…
Il s’accroupit devant elle, relevant sa tête ruisselante de larme.

- Je crois que tu as bien appris ta leçon, honey…

Souffla-t-il

- On l’emmène...Tué le reste…

Aucun homme ne chercha à contredire celui-ci alors qu’on l’emmenait, elle retrouvait une nouvelle force en sachant ce qui allait se passer, elle vit une lumière verte ravire la vie de son père alors qu’on l’emmenait à l’extérieur.

- Taane !!!

Hurla-t-elle de toutes ces forces comme si cela le protègerait de la mort. Une autre lueur verte

- Whaea !!!

Mais on continuait de l’éloigner de chez elle, d’autres lumière verte

- Awhina ! Hauora !
- Honiiii !
- Airini !
- Honiii !

La silhouette de la petite apparut soudainement à la porte de chez eux, loin de comprendre comment elle avait pu s’échapper, la cadette de la famille se ruait droit vers elle. Elle vu filer cette flèche de lumière verte et le corps de sa petite soeur tomber simplement.

- Airini !! AIRINI !

Mais rien y faisait, elle ne se relevait pas

- AIRINI !!!

ROIMATA: *Elle revint subitement à elle, se relevant trop vite, trop rapidement, chutant violemment contre le sol, elle eut pour premier réflexe de se cacher sous ce lit, tremblante de peur et de panique, en larme, ses tatouages semblaient plus puissant que jamais et bien décidé à ne laisser, pour l'heure, plus aucune autre main se poser sur son corps*

MATIU: *Il se sentit emporter par quelque chose de puissant, mais loin d'être ce à quoi il s'attendait. Les images et les sons s'abattirent sur lui comme s'il était passé sous une cascade d'eau provenant de l'esprit de quelqu'un d'autre. En l’occurrence, celui de Roimata. Il reconnu vaguement le paysage de Ahokaho, mais surtout son ambiance. Les gens qui tentait simplement de vivre mais oppressé par la présence des étrangers, même lorsqu'ils n'étaient pas là. Ils fatiguaient la terre comme les peuples sans rien respecter à part leur propre cupidité. Puis débuta réellement le cauchemar et placardé sur l'affiche, le visage d'un homme qu'il pouvait reconnaitre. Lazare Marx.* *Il voulu se détacher de ses souvenirs, pas tant parce qu'il ne voulait pas savoir que parce qu'il pouvait déjà deviner ce qui allait suivre et il savait que Roimata ne le partageait pas de son plein gré. Mais ils furent tout les deux happés à nouveau. Le calme donna l'illusion que le cauchemar touchait à sa fin mais ils en étaient encore bien loin. Face aux visages abattus de cette famille, et à celui répugnant de Lazare, il sentit la colère naitre en lui mais celle-ci fut soudain figée de peur lorsqu'il vit le premier éclair vert filer, venant voler une vie. Puis un deuxième sans que les cris de Roimata n'y changent quoi que ce soit. Et encore, et encore.* Non... *souffla-t-il malgré lui en entendant la voix de la dernière petite fille en sachant qu'il était déjà trop tard pour elle, qu'elle allait mourir, qu'elle était déjà morte, car ceci n'était qu'un souvenir.* *Il revint violemment à lui, déboussolé, perturbé, il n'eut pas l'esprit de retenir Roimata lorsqu'elle fila sous le lit pour s'y recroqueville.* Mata ! *appela-t-il paniqué en se retrouvant tout seul. Il tomba sur le côté du lit, tendant la main pour l'obliger à sortir mais il dût vivement la retirer en sentant la brûlure de sa magie.* Roimata, c'est bon, c'est fini ! C'est fini ! *tenta-t-il de la rassurer comme à chaque fois qu'elle luttait contre un cauchemar.* Je suis là ! Sors de là, ne te cache pas... Viens... Mata... *appela-t-il avec douceur.* Honi... S'il-te-plait. *supplia-t-il en lui tendant à nouveau la main, la gardant là en espérant qu'elle trouve le courage de la prendre.*

ROIMATA: *Elle luttait avec elle-même, avec ses souvenirs, son coeur, sa tristesse et cette rage. Si, cet homme lui avait absolument tout prit, sa famille, son corps, sa dignité. Elle eut envie de vomir alors qu'elle pouvait entendre la voix de Matiu l'appeler mais là, en cet instant, elle ne voulait pas qu'il la voit, qu'il la regarde, ne la désir ou ne l'aime simplement. Parce qu'il méritait bien mieux que ça, bien mieux que le déchet qu'elle était devenue ce jour là. Mais lorsqu'il l'appela Honi, elle explosa soudainement, replongeant dans les abysses de ses souvenirs, elle sorti effectivement de sa cachette mais uniquement pour plaquer violent ses mains autour de sa gorge. Ce prénom, elle ne voulait plus l'entendre, parce que sa prononciation lui rappelait bien trop la fàçon dont cet homme c'était adressé à elle.*

MATIU: *Il se fit surprendre à nouveau et se retrouva soudain étranglé. Voir le visage déformé de colère de Roimata l'empêcha de réagir.* M-mata... S'il-te-plait... *Supplia-t-il en grimaçant de douleur n'osant pas riposter ou se défendre de peur d'envenimer les choses. Ne différenciant pas cette crise à ses autres cauchemar, une petite part d'orgueil le persuadait qu'il parviendrait à la faire revenir et la consoler et qu'elle ne pourrait réellement et sciemment lui faire du mal.* Mata... ! S-stop... Roim... *Lutta-t-il alors que l'air commençait doucement à lui manquer, en tentant de poser une main rassurante sur son bras malgré ses tatouages enflammés.*

ROIMATA: *Elle serrait, fort, prêt à ôter à jamais ce prénom de cette bouche, elle ne su ce qui éteignit aussi soudainement ses flammes et son cauchemar mais lorsqu'elle revint à la réalité, se rendant compte de sa position, de son geste et de qui elle étranglait vraiment, elle le lacha, rapidement, s'éloignant de lui non plus parce qu'il lui faisait peur mais parce qu'elle se refusait à lui faire à nouveau du mal. C'est à genou, les deux mains à plat contre le sol et son front sur ses mains elle lui suppliait de lui pardonner cette fois, incapable de calmer ses pleures et ses sanglots redevenu silencieux*

MATIU: *Il sentit son instinct de survie s'agiter dans sa poitrine alors qu'il avait de plus en plus de mal à respirer mais il l'ignora, se concentrant plutôt sur ce qu'il tentait de voir réapparaître dans les yeux de Roimata. Elle revint à elle et le relâcha soudain, lui permettant de prendre une profonde et douloureuse bouffée d'oxygène à travers sa trachée écrasée. Il la massa immédiatement de ses mains imprégnée de magie pour adoucir la douleur. Prenant le temps de se remettre, il ne remarqua que plus tard de la pose suppliante de Roimata.* Non... Relève toi. *Murmura-t-il en s'empressant de la prendre par les épaules pour l'obliger à se relever. Il la prit ensuite dans ses bras pour la serrer tendrement en se fichant d'une nouvelle réaction.* Je suis désolé... *Souffla-t-il tristement car d'eux deux il n'y avait qu'elle qui méritait réellement la compassion*

ROIMATA: *son corps tout entier tremblait comme une feuille, alors qu'il la dans ses bras, elle ne sut si elle se sentait soulager de voir qu'il ne lui en voulait pas ou plus morte de honte devant sa patience et la gentillesse qu'elle n'estimait pas mérité mais elle fut incapable de le rejeter. Pleurant contre son épaule elle aurait aimer lui dire qu'il n'y était pour rien. Se recroquevillant un peu plus contre lui, elle le serrait si fort, de peur qu'il se dérobe à elle*

MATIU: *Il la serra contre elle sereinement. Il était facile d'oublier qu'il avait failli mourir quand il la sentait trembler contre lui et qu'il savait ce qui lui était arrivé.* C'est fini... Je suis là. *Lui assura-t-il calmement en caressant ses cheveux comme s'il n'avait s'agit que d'un autre cauchemar.*

ROIMATA: *Elle eut du mal à se calmer, ouvrant par intermittence sa bouche pour tenter de prononcer un mot mais rien, absolument rien, les mots se coinçaient dans sa bouche comme si elle était encore capable de l'entendre complimenter sa voix. Elle le désigna lui, et posa ensuite sa main sur son coeur à elle, recommençant à plusieurs reprise le geste pour lui assurez qu'elle ne lui en voulait pas, qu'il n'y était pour rien, s'excuser, lui dire qu'il comptait énormément pour elle, qi'elle l'aimait et surtout, qu'elle avait peur qu'il la laisse*

MATIU: *Il se sentit navré de ne pouvoir comprendre plus de ce geste, déduisant simplement de son expression désolée et inquiète qu'elle lui demandait pardon.* Ce n'est rien... *Lui assura-t-il, gêné de ne trouver de meilleur mots pour la rassurer.* Tu veux... Tu veux qu'on aille prendre une douche ou qu'on aille se baigner peut-être ?

ROIMATA: *elle acquiesça à sa question, lui prenant la main et n'ayant guère envie de sortir à l'extérieur c'est vers la salle de bain qu'elle se dirigea en serrant fort cette main pour éviter qu'il ne s'évapore. Elle essuya ses yeux, allumant l'eau pour le diriger et effacer au moins les traces de ses larmes. Tirant sur son bras pour l'attirer contre elle, posant sa tête contre son torse*

MATIU: *il eu un petit sourire rassuré lorsqu'elle acquiesça. Il la laissa choisir et la suivit jusqu'à sa douche. Il soupira de soulagement en sentant l'eau chaude ruisseler sur leur peau comme une caresse bien plus douce que ce qui avait précédé rigolant même doucement en se disant que c'était passé. il l'enlaça avec tendresse, lui laissant le temps de se remettre de ses émotions et de laisser l'eau la laver de ses cauchemars. Lui se sentait bien comparé à elle et il l'exprima en poussant doucement la chansonnette, venant chercher le savon pour la frotter.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Sweethome - Part 8   Dim 19 Fév - 15:12


ROIMATA: *elle laissa l'eau chaude la laver et lui donner l'impression, un temps du moins, de ne plus se sentir souillée. Elle esquissa un sourire très discret lorsqu'elle l'entendit chantonner, alors qu'il commençait à la couvrir de mousse, elle le regardait simplement, le fixait en se disant qu'elle était loin de lui faciliter la vie mais que lui ai contraire adoucissait la sienne. Posant une main sur sa barbe, elle caressa sa joue avant de poser ses doigts sur ses lèvres à elle puis sur ses lèvres à lui d'un air interrogateurs*

MATIU: Hm ? *Se coupa-t-il dans sa chanson lorsqu'il capta sa question.* Un bisou ?

ROIMATA: *elle acquiesça timidement en le regardant. Se pinçant les lèvres son cœur tambourinait déjà dans sa poitrine par anticipation du geste, elle s'approcha lentement, se glissant sur la pointe de ses pieds. Si elle ne pouvait pas encore lui offrir plus bien qu'elle le désirait, elle voulait au moins profiter de ce qu'elle pouvait*

MATIU: *il rigola joyeusement en la voyant acquiescer, venant la serrer un peu plus dans ses bras pour l'embrasser tendrement.*

ROIMATA: *De l'adrénaline se déversa doucement dans ses veines lorsqu'elle craignit rechuter même avec ce simple contact, ne répondant pas de suite à ce baiser mais lorsqu'elle fut assurer qu'il ne risquait rien, elle se laissa doucement aller à un élan de tendresse de ses lèvres et de sa langue. Collant son corps savonneux contre le sien, son désir de vouloir reprendre le contrôle sur la situation et sur elle-même refaisant à nouveau surface.*

MATIU: *Il souffla de bien être en retrouvant le doux contact de ses lèvres, craignant inconsciemment qu'après tout ça, elle décide finalement de ne pas donner suite à ce qu'ils avaient tenté. Il eu un petit rictus gêné en sentant son corps glissant se coller au sien, sachant que son propre désir n'était pas vraiment en voie de s'assagir. Mais ils n'en étaient plus à ça prêt et ils pouvaient bien profiter de ce qu'ils avaient déjà.*

ROIMATA: *Elle profita doucement de cette chaleur et du contact avant de s'en éloigner avec lenteur, attrapant le savon qu'il tenait dans ses mains, elle esquissa un sourire. Bien qu'avec son corps contre le sien, elle avait transférer une partie de savon sur sa peau, elle glissa celui-ci sur sa peau. Ce n'est qu'en cet instant qu'elle réalisa qu'il était nu sous ses yeux et un sourire d'un autre nature se glissa sur ses lèvres alors qu'elle le regardait tout en y passant ses mains. Ses joues se tintèrent doucement alors qu'elle lui demandait de se retourner pour pouvoir lui frotter le dos, laissant à partir de là ses yeux se balader plutôt librement sur son corps dénudé. Massant délicatement ses épaules et son dos, elle fini par poser le savon alors de glisser son index sur sa peau, dessinant doucement le prénom de Matiu, juste pour voir s'il arriverait à la lire à l'aveugle, lettre après lettre, lentement...M...A...T...I...U...*

MATIU: *Il la laissa prendre le savon et s'amuser à le faire glisser sur sa peau. Il se sentit rougir alors que son esprit se réveillait doucement, se demandant ce que cela signifiait entre Roimata et lui. Est-ce que cela faisait d'elle sa petite amie ? Etait-ce simplement une évolution de ce qui était né il y a cinq mois ? Est-ce que cela signifiait qu'il n'avais pas a s'inquiéter de la voir repartir ? Il remarqua un peu tard qu'elle avait remplacé le savon par son doigts, dessinant quelques lettres sur son dos tatoué.* A... T... I... U. Matiu ? Comme mon prénom ? *devina-t-il en se prêtant au jeu.*

ROIMATA: *Elle esquissa un sourire, tapant dans ses mains juste pour lui signifier qu'il avait vu juste mais il l'empêcha de se retourner pour autant, elle s'amusa à dessiner des motifs, le laissant deviner, rajoutant du savon juste pour le blessure d'elle-même voir ses petits oeuvres éphémères et l'entendre tenter de trouver à chaque fois. Elle effaça un nouveau dessin avant de reposer ses yeux sur son dos, elle posa son index sur son omoplate et hésita une petite seconde avant de glisser ses doigts pour écrire à nouveau. J...e...t...a...Son coeur s'emballa doucement, sa main tremblait alors qu'elle craignait de l'entendre dire qu'elle s'était juste attacher à la première personne qui l'avait aider. i...m...e...Eloignant sa main, elle se senti pétrifier par la peur de sa réaction*

MATIU: *Il devina ses dessins, s'amusant à se tromper quelques fois pour la sentir redessiner avec assiduité.* Un crochet ? Un coquillage ? *devina-t-il avant de comprendre qu'elle était en train d'écrire.* T... A... Je ta... Je tape ? Je t'appelle ? Je tangue ? Je t'amadoue ? Je t'a... Je t'ai... *il pinça alors les lèvres en devinant les dernières lettres de sa confession. Lorsqu'elle eu fini il ne put s'empêcher de se retourner, un sourcil levé, l'air un peu interloqué. Ce n'était pas tant qu'il ne la croyait pas mais c'était simplement difficile à croire. Pourquoi lui après tout et pas le beau Haulani ou même Hehu ? Bien sûr, il avait veillé sur elle et était son bienfaiteur, mais il savait que Roimata était assez consciente pour ne pas se mélanger les pinceaux. Et puis elle lui "parlait" tellement peu qu'il était un peu surprenant qu'elle décide soudain de lui dire ça. Était-ce une blague ? Car si c'était le cas il aurait rigolé volontiers, mais il put voir dans son air craintif que ce n'était pas le cas.* Je peux me le faire tatouer ? *plaisanta-t-il alors avec un grand ravi*

ROIMATA: *Elle avait baisser les yeux devant son air incrédule. Bien sur qu'il y avait tout un palmares de personne, plus jeune, plus beau, ou plus n'importe quoi mais elle ne se sentait pas pareil avec eux qu'avec lui. Il l'énervait parfois, au moins autant qu'elle pouvait l'énerver par moment, ils avaient du mal à se comprendre et à vraiment communiqué mais malgré tout ça, l'un comme l'autre s'acharnait à vouloir essayer et s'améliorer. C'était ça...Ce détail. Avec lui, ce n'était pas parce que c'était facile mais parce qu'elle se redécouvrait et le découvrait un peu plus chaque jour, l'obligeant à s'améliorer, à être une meilleure personne, à s'ouvrir. Elle rougit doucement en l'entendre lui demander de la tatouer, loin d'être la réaction à laquelle elle s'était attendu et très différente de celle qu'elle espérait. Lui tapotant l'épaule pour lui signifier que c'était idiot, son dos était déjà plutôt bien remplit. Même si au fond, elle aurait aimé y ajouter sa marque, quelque part sur son corps, elle le regarda en acquiesçant doucement malgré tout avant de le désigner lui, de désigner un morceau de son tatouage à elle et de se désigner elle-même. Lui lançant la même proposition*

MATIU: Quoi ! J'suis sûr que je peux te trouver un coin ! *lui assura-t-il alors qu'elle tapotait doucement son épaule l'air de ne pas y croire. Il tenta ensuite de comprendre la suite lorsqu'elle le pointa lui, puis son tatouage et elle-même.* Tu veux que je te tatoues ? *demanda-t-il joyeusement en venant chatouiller ses hanches du bout de l'index.*

ROIMATA: *Un long frisson parcourant son corps alors que son ventre se crispait doucement sous son contact qui la chatouillait légèrement et réveillait d'autres choses en elle. Elle se mordit la lèvre inférieur en regardant sa main avant de reposer ses yeux dans les siens et d'acquiescer en souriant timidement*

MATIU: *Son visage s'illumina de joie lorsqu'elle acquiesça et il la prit soudain dans ses bras, la soulevant du sol pour sortir de la douche et trottiner dans son salon puis jusqu'à sa chambre où il la laissa retomber sur le lit toute mouillée.* Tu vas voir, mes tatouages sont les meilleurs de l'île ! La magie file dedans comme l'eau dans les courant marins ! *gloussa-t-il avec enthousiasme, allant chercher son matériel.*

ROIMATA: *Elle ne s'était pas du tout attendu à une réaction aussi enthousiaste et rapide. Se retrouvant dans le lit de Matiu avant même de pouvoir réagir d'une quelconque façon, il disparu tout aussi rapidement pour aller chercher son matériel alors qu'elle se sentait doucement rougir. Se posant sur son côté, elle se penché légèrement pour l'observer revenir avec tout son matériel. Esquissant un sourire, elle était maintenant plutôt curieuse de savoir ce qu'il ajouterait sur son corps qu'elle s'amusa alors à simplement présenter sous ses yeux*

MATIU: *Il arriva comme un gamin prêt à jouer avec tout son matériel empilé sur ses bras qu'il plaça avec soin sur le lit, avant de relever les yeux vers Roimata. Il en oubliait presque qu'elle était entièrement nue et mouillée sur son lit, son regard surtout capté par les tatouages qu'elle avait déjà. De belles marques fines, précises, arquée et pointues qui lui rappelait les talents de Roimata avec un arc et des flèches. Mais des formes surtout agressives qui orientait un peu trop sa magie à son goût vers l'agressivité. Lui voulait qu'elle se sente bien dans ce corps si élégant qu'était le sien, que sa magie soit douce et fructueuse et qu'elle s'épanouisse ici à Aisea et auprès de lui.* Je vais t'ajouter des fleurs. *déclara-t-il avec tendresse en voyant déjà où elles fleuriraient.* Là, désigna-t-il sur sa poitrine entre ses deux seins, là où il pouvait sentir son cœur battre et aimer.* Et là. *ajouta-t-il en venant déposer un petit baiser sur son ventre, pour qu'elle se sente bien dans son propre corps et qu'ils puissent chasser ce dégoût et cet angoisse.*

ROIMATA: *Elle fut quelques peu surprise par sa proposition, son coeur loupant un battement lorsqu'elle senti ses doigts se poser entre ses seins et ses lèvres glisser sur son ventre. Elle sourit, doucement, ses yeux le fixant, elle se releva légèrement, seulement pour poser ses lèvres délicatement sur les siennes avant de s'allonger, offrant donc son corps en guise de toile, ses joues se tintant en le regardant*

MATIU: *Il la rassura d'un sourire bienveillant, caressant doucement ses hanches pour l'inviter à se détendre alors qu'il préparait l'encre et ses outils. Il fit venir ses lunettes à lui avec un peu de magie afin de pouvoir voir ce qu'il faisait, et se remit à chantonner. Lorsque tout fut prêt, il se rapprocha de Roimata avec un sourire.* Respire. Détends-toi. *lui demanda-t-il avec douceur en la sentant un peu tendue. Pour l'y aider il vint l'embrasser tendrement et vint passer sa main embaumée de magie pour détendre ses muscles et anesthésier légèrement sa peau.*

ROIMATA: *Elle esquissa un sourire crispé à sa demande, ce n'était pas tant la douleur qui la rendait nerveuse que le simple fait que ce serait lui, sa marque, son encre, ses doigts, son art. Posant une main à l'arrière de sa tête, ses doigts dans ses cheveux alors qu'il venait l'embrasser, elle prolongea le baiser par plaisir avant de le laisser. Esquissant un sourire et hochant la tête pour l'inviter à commencer son travail.*

MATIU: *Il se mit au travail jovialement, concentré mais chantonnant pour habiller le silence alors qu'il aposait patiemment chaque pigment imprégné de magie dans sa peau douce.*

ROIMATA: *Elle retrouva le bruit typique du bois tapant en rythme contre l'outil, enfonçant les aiguilles dans sa chair à intervalle régulier. Observant le plafond, les avant bras poser sur son front, elle inspirait et expirait doucement, contrôlant et se concentrant sur cette respiration pour ne pas trop se concentrer sur la douleur. Elle vint doucement l'aider comme elle le pouvait en venant poser ses bras sur ses seins, étirant sa peau pour aider à la précision de ses gestes. Les minutes, les heures passaient, durant lesquelles elle avait fini par le regarder lui.*

MATIU: *Les heures passaient alors qu'il dessinait patiemment les jolies courbes des pétales de fleurs, ponctué par sa petite chanson, E Te Ariki, qu'il chantonnait sans vraiment s'en rendre compte. Trop concentré sur son travail, il ne prêta pas vraiment attention à Roimata et ne se rendit compte qu'elle le regarder qu'une fois qu'il eu fini la première fleur. Il lui sourit en passant doucement sa main sur sa peau décorée pour apaiser un peu la douleur et aider l'encre à s'imprégner.* Comment tu te sens ?

ROIMATA: *Elle dégluti légèrement alors qu'il eut terminé la première fleur, esquissant un sourire à sa question, elle posa une main contre la sienne alors que son coeur se remettait à doucement battre la chamade. Elle lui demandait implicitement une petite pause avant de passer à la fleur suivante. Réclamant un autre baiser, elle le laissa à nouveau tranquille, hochant la tête pour l'inviter à passer au tatouage suivant en se mordant la lèvre*

MATIU: *Il lui accorda un tendre baiser d'entracte, tenté d'étendre ce moment mais il se força à s'assagir et terminer son œuvre, entamant avec patience le dessin sur son ventre.*

ROIMATA: *Le bruits du choc des outils reprit et elle se crispa doucement l'une de ses mains venant agripper le bord du matelas. Fermant les yeux, elle l'écoutait pour les prochaines heures qui suivirent. Le soleil avait commencer à se lever lorsqu'il eut terminé mais cela avait peu d'importance, elle dormait toujours peu et cela n'avait jamais eut de véritable incidence. Lorsqu'il eut terminé, elle se détendit doucement, se relevant pour s'asseoir, elle reposa ses yeux sur lui, esquissant un sourire. Elle vint prendre son visage entre ses mains avec douceur, venant à nouveau l'embrasser tendrement sans se soucier du picotement résiduel de ses nouvelles marques*

MATIU: *Il n'avait pas vu le temps passer, chantonnant au rythme du choc des outils en voyant le dessin s'ancrer doucement dans la peau de Roimata. Il souffla de satisfaction une fois terminé, observant son travail avec une certaine fierté. Il allait lui demander ce qu'elle en pensait avant qu'elle ne vienne chercher un nouveau baiser auquel il répondit avec tendresse.* Alors ? Meilleure nuit de l'année, non ? *Plaisanta-t-il joyeusement en comprenant que le jour s'était levé.*

ROIMATA: *Elle esquissa un sourire en hochant venant à nouveau chercher ses lèvres dans un élan passionnel. Entourant son corps de ses jambes, elle n'avait nullement envie de réfléchir en cet instant, se sentant juste bien*

MATIU: *Il eu un petit rire satisfait et agréable en la voyant agréer et l'embrasser à nouveau, oubliant ce que son contact pouvait animer naturellement en lui. Il roula avec elle sur le lit confortable, puisant un peu de réconfort et de douceur pour palier à cette nuit pleine d'événements.*

ROIMATA: *L'entendre rire fit sourire son coeur alors qu'elle sentait à nouveau la chaleur du matelas contre son dos. Inspirant doucement, elle pu sentir à nouveau son désir refaire surface, l'envie de combattre ses démons et de le faire avec lui. Prenant sa main, elle la guida le long de son corps, jusqu'à ses cuisses et l'intérieur de celle-ci, jusqu'à présent, elle ne ressentait aucune crainte, aucune peur venir crisper ses entrailles et elle profita simplement de la chaleur vibrante de cette proximité intime*

MATIU: *Il ecarquilla les yeux, surprit qu'elle vienne guider sa main jusqu'à son intimité chaude. Il cru même à une erreur ou qu'il avait trouvé son chemin sans s'en rendre compte mais il put sentir de sa réaction douce et permissive qu'elle les guidait bien vers cela à nouveau. Préférant sauter sur l'occasion au risque de commettre la même erreur deux fois plutôt que de laisser la prudence lui voler ce moment, il vint doucement la caresser d'une main alors que de l'autre il vint se familiariser avec ses courbes douce. Ses yeux ne la quittaient pas, guettant la moindre réaction et le moindre signe que ce n'était pas ce qu'elle voulait.*

ROIMATA: *Elle se crispa doucement mais cette fois pas pour les mêmes raisons, resserrant doucement le poignet de Matiu de ses doigts fins, l'invitant à continuer ses caresses. Elle entrouvrit ses lèvres pour laisser passer son souffle chaud alors qu'elle verrouillait son regard dans le sien, son désir s'y lisant très clairement. Sa jambe droite s'enroulant contre sa taille, elle caressa sa hanche de sa cuisse. Son corps répondait très favorablement contre à ses caresses, tenant toujours son poignet, juste au cas où, le guidant autant qu'elle le pouvait concernant ses émotions et ses sensations. Appuyant sa main, elle l'invita à l'explorer plus encore, y allant, étape par étape*

MATIU: *Il dégluti en la voyant répondre à ses caresses et l'encourager. À cet instant, en croisant son regard gorgé de désir, il en oublia complètement le sien, fasciné par cette aventure dans laquelle elle l'entraînait. Il suivit ses gestes, venant explorer plus profondément en elle avec ses doigts avec douceur, respect et curiosité. Comme par crainte que ce ne soit pas assez ou plutôt trop rude comme approche, il se permit de déposer de petits baisers sur ses nouveaux tatouages, entre les seins et sur son ventre.*

ROIMATA: *Elle laissa filer un soupire plus bruyant que les autres, alors qu'il embrassait son corps, elle continuait de le caresser de sa jambe, relevant doucement sa jambe jusqu'à ce que sa cuisse se casse sur son épaule. Une vague de chaleur la fit rougir alors qu'elle jeta un regard, à la lueur du jour qui se levait elle regardait leur corps emmêlé. Lachant doucement son poignet pour passer ses doigts dans ses cheveux poivre et sel, elle le poussa à descendre un peu plus ses baisers avec un fébrilité*

MATIU: *Il se laissa guider par ses désirs et ses soupirs, oubliant son propre trac en se faisant l'outil de son plaisir. Ses baisers descendirent au rythme de ses caresses dans ses cheveux jusqu'à avoisiner ses doigts qui n'avaient pas cessé leur va et vient. De ses lèvres et de sa langue, il vint caresser sa chair humide et chaude, avide de lui faire du bien et de l'entendre soupirer de bien être.*

ROIMATA: *elle sentit le bas de son ventre se contracter délicieusement. Des doigts empoignerent une poignée de ses cheveux. Laissant doucement son plaisir prendre le dessus, relevant un peu plus sa cuisse en poussant son gémissement sans s'en rendre compte.*

MATIU: *Il eu un sourire enchanté en entendant sa voix autrement que de pleurs ou de cauchemar, l'encourageant à se faire plus ferme et pressant. Il lui disait ainsi par sa présence qu'elle pouvait se laisser aller, qu'elle n'avait rien à craindre de lui et qu'il n'était que la pour lui faire du bien et qu'il était très motivé.*

ROIMATA: *elle inspira profondément en le sentant intensifier ses caresses. Lui arrachant d'autres morceaux de sa voix dans un chant autrement différent. Elle sentait son cœur et son corps s'enivrer de sa langue jusqu'à ce qu'elle se relève soudainement, attrapant son visage pour le serrer contre elle alors qu'elle tremblait. Surprise par les prémisses d'un orgasme, loin d'exprimer la peur*

MATIU: *Il fut surprit lui aussi, par sa réaction soudaine. Craignant de mal faire, il cessa immédiatement et releva les yeux vers elle. Il put voir que ce n'était rien de grave mais cela n'empêcha pas un sourcil de s'arquer sur son visage interloqué.* Oui ? *Demanda-t-il faute de savoir comment réagir.*

ROIMATA: *elle eut envie de rire en s'accommodant de cette sensation pas encore pleinement retrouvé. Elle l'embrassa avec une fougue nouvelle, c'était peut être peu mais c'était une bataille de gagné à ses yeux alors qu'elle se plaçait au dessus de lui, s'unissant sans y réfléchir sur le moment, sa voix s'étouffant contre ses lèvres.*

MATIU: *Il fut rassuré mais un peu prit de court par son baiser fougueux, s'apprêtant à faire une remarque jusqu'à ce qu'il sente alors la chaleur de son corps se presser contre le sien et l'entourer, unissant leur deux corps sans qu'il ne s'y attende vraiment. Il se crispa de surprise, son esprit sautant toujours sur l'hypothèse de l'erreur mais il était évident que ce n'en était pas une. Il releva les yeux vers elle, les joues rougissantes et le regard pétillant de bonheur mais il n'osa plus rien dire ou faire de peur une nouvelle fois de tout gâcher par maladresse et de briser le sort.*

ROIMATA: *Elle resta inerte quelques instants, s'éloignant juste assez pour pouvoir plonger dans ses yeux et s'y perdre de longue seconde, lui assurant qu'elle allait bien. Son souffle saccadé et son regard fiévreux, elle passa sa main sur son visage. Esquissant un sourire presque victorieux, elle inspira, signe qu'elle entamerait la seconde partie de cette bataille. Se relevant doucement pour redescendre ensuite, elle laissa filer un gémissement, alors qu'elle s'agitait sensuellement contre lui, il lui fallut vraiment très peu de temps pour se retrouver à nouveau au bord du gouffre, ne l'interrompant pas cette fois. Se cambrant contre sa verge, la tête en arrière, chacun de ses muscles se tendaient sous cette vague intense alors qu'elle n'avait fait que débuter cette danse, il lui était déjà quasiment impossible de la continuer mais elle semblait vouloir, se montrant gourmande, après en avoir été si longtemps privés, c'était une renaissance qui pouvait ne pas durer. Sachant au fond qu'à tout moment elle pourrait à nouveau basculer, pour l'heure, elle le voulait, lui, encore et encore. Son corps tremblaient, ayant du mal à gérer ce premier orgasme et le désir ardant de la jeune femme à vouloir continuer cette danse avec Matiu*

MATIU: *Il haleta doucement, plus d'angoisse de voir tout cela s'envoler en fumée d'un instant à l'autre que par réel plaisir, l'observant avec avidité et attention pour s'assurer encore qu'elle y prenait bien du plaisir. Il vint presser doucement ses cuisses dans ses mains, pour l'accompagner mais sans oser mener la danse. Il fut impressionné de la voir partir contre lui, incrédule même qu'il puisse lui donner tant de plaisir sans vraiment s'y activer. Il fut même un peu perdu en la voyant continuer, ne sachant plus où ils en étaient. Son corps, lui, le lui rappela de plus en plus, répandant dans son corps de petites vagues de picotements et lui compressant doucement les poumons. Il se mordit la lèvres tentant de tenir le plus longtemps pour elle.*

ROIMATA: *Se perdant dans le plaisir, il fut facile de perdre le contrôle d'elle-même et bien qu'elle perçu cette seconde et qu'elle chercha à le prévenir, sa magie se montra plus violente, la ramenant elle et Matiu dans le passé une nouvelle fois.*

Bien qu’ils s’étaient chargé qu’aucun d’eux puisse utiliser leur magie, la demoiselle profita d’une ouverture pour tenter de combattre. Coup de pied et coup de poing mais cela n’était absolument rien face à des baguettes et plusieurs hommes même si elle réussit à en mettre un à terre avant d’être immobilisée au sol. On s’approcha de son corps…

- Vous êtes vraiment des sauvages

Cracha l’homme avait dédain en fixant la jeune femme

- Tu aurais dû apprendre à tes filles à connaître leur place…

Prévint-il au père alors qu’il fit relever le corps de celle-ci de sa baguette.

- Il n’est pas trop tard…

Un sifflement et plusieurs craquement se firent entendre dans ce salon, d’autres sorciers et là où elle pensait ne pas pouvoir vivre pire, elle se retrouva, témoin forcée, de cette leçon qu’il tenait tant à lui donner. On dénuda ses soeurs et sa mère, elle détourna les yeux mais il la força, l’obligea à regarder ces hommes souiller leur corps de la plus vile des manières. Imposant leur présence par la force, et toutes durent subir, pleurant en silence alors qu’elle ne cessait de hurler, l’homme contourna la jeune femme pour dégager son oreille de ses cheveux.

- Cri...Que jamais je n’oublie le son de ta jolie voix, honey

ROIMATA: *C'était probablement pas la meilleure des idées mais par réflexe, elle s'était un peu plus accrochée à Matiu, son front contre son épaule, cherchant à se calmer via sa présence*

- AIRINI !!! Elle réussit à donner de nouveaux coup, tentant de se libérer mais tout ce qu’elle fit ce fut qu’accroître la colère et la soif de domination de ce sorcier qui la plaqua contre le sable.

- Je crois que tu n’as pas bien compris tout compte fait, honey
- Non, lâchez-moi, je vous en prie…

Sentant déjà ses mains parcourir son corps, elle tentait de s’en dérober, cherchant à se défaire de ses chaînes, elle rampait pour s’éloigner de lui mais ses mains agrippent fermement ses cuisses, la ramenant à lui. Forçant à écarter ses cuisses, elle cherchait même à regarder ce qu’il faisait, comprenant très bien ce qu’il s’apprêtait à lui faire subir. Elle pouvait sentir ses entrailles se tordre d’anticipation alors qu’elle continuait de supplier, de se battre et de chercher à se défaire de lui.

- Regarde moi !

Rugit-il en lui attrapant le menton, ce qu’elle fit seulement pour lui cracher au visage alors qu’elle pleurait. Il se riait de cette énième provocation aussi inutile qu’agaçante, lui attrapant les hanches, il la retourna.

- Sauvage tu es, sauvage tu restera, je vais te prendre comme la chienne que tu t’obstine à rester !

La douleur qui suivit ses paroles lui arrachèrent un cri alors qu’elle vint se mordre le poignet. Il s’enfonçait violemment en elle, déchirant une partie de ses vêtements et sous-vêtement pour s’offrir une vue plus agréable et asseoir un peu plus son autorité sur elle. Il ne laissa rien au hasard, souillant tout ce qu’il avait à porter de lui. Lui murmurant à l’oreille à quel point il l’aimait son étroitesse et à quel point il se montrerait patient pour qu’elle soit docile, il l’éduquerait, prendrait soin d’elle, et elle n’aurait plus à craindre qui que ce soit tant qu’elle se montrerait bonne et obéissante. Elle se débattait et plus elle cherchait à se défaire de ses griffes plus il la blessait par endroit, marquant son corps de blessure magique, s’assurant que cela laisserait une marque sur son corps aussi indélébile que ses tatouages, c’était d’ailleurs ce qu’il lui avait murmuré à l’oreille. Le sable se mêlait au rapport douloureux, sentant qu’il quittait son corps, elle avait cru le supplice terminé et pleurait à chaude larmes dans le sable mais lorsqu’il vint caresser et écarter ses fesses nues, son coeur s'emballe alors qu’à quelques mètres à peine d’elle, le corps sans vie de sa petite soeur gisait toujours sur le sol. Ses tatouages s'illuminent soudainement, s'enflamment de flammes bleuté avant de produire une onde de choc impressionnante, la libérant de ses chaînes sans qu’elle ne comprenne comment ou pourquoi elle avait pu soudainement se servir de sa magie malgré l’entrave.

Elle courut, aussi vite qu’elle le pu, s’enfonçant dans la jungle, ses tatouages s'illuminent avec intensité et elle sentit son corps prendre sa forme animal. Son élément, elle connaissait les lieux comme sa poche et surtout, elle était capable de s’y mouvoir avec aisance, elle vit des sortilèges se diriger vers elle sans la toucher, alors que ses tatouages continuent de brûler de ces flammes étranges et sans chaleur, elle arrivait bientôt à une autre rive, protéger par sa magie, elle frappa le moindre obstacle qui se mit sur sa route. Volant la première pirogue qu’elle put, sa magie animant la mer et le vent pour l’éloigner au plus vite.

Finissant par tomber dans l’inconscience, bercée par les vagues et son épuisée par ses blessures et son chagrin...

ROIMATA: *Elle revint à elle, tentant de réprimer sa magie pour ne plus blesser Matiu comme elle l'avait fait, parvenant à éteindre celle-ci malgré ses larmes, elle souffla, quittant les bras de son amant rapidement, elle attrapa de quoi se couvrir, fuyant la honte et le regard qu'il pourrait à présent avoir sur elle. Elle n'était pas prête à faire face à son dégout, supportant déjà difficilement le sien.*

MATIU: *Il fut complètement prit de court lorsque soudain, les souvenirs d'une autre vie noya son cerveau. Il replongeait dans le cauchemar et cette fois il pu comprendre rapidement où il se trouvait, et avec qui. Il ne voulait pas savoir, il ne voulait pas voir ce qu'il avait pu déduire du peu qu'il avait déjà vu et lu dans le le regard de Roimata. Il tenta de s'en défaire, s'aidant d'un peu de sa propre magie mais il n'y parvint pas et dû subir, comme elle avait dû le subir. Il se crispa sous elle, tentant de fermer son esprit à ces images atroces mais rien ne le soignerait de ces cris et de ces murmures moites et répugnants. Puis enfin, la fuite. Il voulu courir avec elle, l'aider à quitter au plus vite ce souvenir qui la hantait tant mais lorsqu'il revint enfin à la réalité, il se sentit totalement tétanisé. Il ne parvint pas à la rattraper lorsqu'il la sentit soudain le fuir lui, une pointe de tristesse et de culpabilité serrant son cœur en la voyant pleurer et se couvrir. Il se sentait sale lui aussi, non pas parce qu'il avait vu cela des yeux de Roimata mais parce que pendant une courte seconde il se sentit associé à ce violeur psychopathe. Il savait pourtant qu'il n'avait rien avoir avec ce malade et malgré le malaise, il ne pouvait simplement pas la laisser seule dans ses tourments. Il s'approcha d'elle, avec précaution mais sans pourtant la laisser le chasser. Il prit sa tête dans ses mains et posa son front contre le sien, venant à son tour lui partager des souvenirs.* *Il reprit l'histoire là où elle l'avait laissé, bercé par les vagues de l'océan.* - Et là je lui dit : "Désolé madame, cette pièce est réservée aux hommes." - Nan... Elle a pas gobé ça quand même ! - Si ! Et elle s'est excusée en plus ! - Dans quel monde on vit... *Le petit groupe éclata de rire, festoyant tel des pirates sur l'eau de leur dernière prise : toute la recette du plus grand hôtel de Feleti ainsi que la plupart des richesses de ses clients. L'argent était une récompense, mais la fierté était surtout de savoir que l'hôtel fermerait ses portes et que l'histoire en dissuaderait plus d'un de venir se dorer la pilule dans leurs îles.* - Hey... Quelqu'un veut du poisson ? *plaisanta Matiu en pointant la silhouette lointaine d'une pirogue. Les autres haussèrent les épaules, peu intéressés mais lui observa un peu plus le bateau qui semblait à la dérive.* Venez on va voir ce qu'ils ont ! *encouragea-t-il mais ses coéquipiers soupirèrent.* - C'est bon Matiu, je pense qu'on en a assez. - Et on risque de couler si on stock encore quoi que ce soit dans ce bateau ! *L'équipe éclata de rire mais Matiu lui, poussé par la curiosité et le besoin de savoir commença à se déshabiller.* Je crois qu'il est à la dérive... C'est bon, je rentrerais avec, on se rejoint chez Hani ! *dit-il en sautant dans l'eau, nageant joyeusement vers sa trouvaille. Et c'est là qu'il la trouva, inconsciente, blessée et pourtant si magnifique.* Hey ! Tout vas bien ? Ne pleure pas, je... Je suis là, je vais te ramener ! *s'exclama-t-il un peu paniqué en s'empressant de se familiariser avec le bateau et de modeler le vent pour la ramener rapidement à Aisea.* *Il lui montra cela, le moment où il l'apporta à une soigneuse et lorsqu'il la ramena chez lui pour lui rappeler que l'histoire ne se finissait pas dans son cauchemar, que la suite avait bien eu lieu et qu'il était là pour elle, qu'elle s'était enfuit, que c'était terminé et qu'il était là.*

ROIMATA: *Dès qu'elle senti ses mains se poser sur lui, elle se crispa, voulant s'enfuir, fermant les yeux pour ne pas pouvoir le regarder lui et observer dans ses yeux tout ce qu'elle pouvait voir lorsqu'elle se regardait dans un miroir. En sentant son front contre le sien elle su d'avance ce qu'il allait faire mais n'eut guère le temps de s'en dérober. Observant la suite de cette histoire aux travers de ses yeux à lui, de ses sensations et de ses sentiments. Elle se souvint comme au début elle avait été incapable de comprendre sa propre chance, incapable de "savourer" le fait d'être en vie mais aujourd'hui, les choses étaient un peu différente. Il n'avait jamais rien demandé, l'avait juste trouvée, ramenée, fait soignée et c'était occupée d'elle, de ses cauchemars, de son mauvais caractère. Alors qu'il la ramenait à la réaction, ses yeux encore emplit de larmes, elle le fixait, acquiesça doucement en venant se loger dans ses bras par la suite. Elle resta un instant avec lui, à écouter le mouvement des vagues et son coeur battre. Venant l'embrasser tendrement par la suite, elle s'éloigna, lui montrant du doigt le hamac à l'entrée. La nuit avait été plus que courte et pour l'heure, elle avait besoin de calme, même si elle en dormirait probablement pas, trop effrayée à cette idée...Elle voulait juste, se poser, articulant un "je t'aime" de ses lèvres muette, elle s'efforça de lui sourire comme elle le pouvait mais on pouvait lire toute la honte dans son regard et le sentiment profond de deshonneur*

MATIU: *Il se sentait bête à ne savoir quoi faire de mieux que la serrer dans ses bras et tenter de la rassurer en caressant doucement ses cheveux. Pourtant il avait toujours fait de son mieux, mais il n'avait jamais l'impression que cela soit assez. Il aurait aimé faire bien plus, être le héro dont elle avait besoin mais il savait qu'il en était loin. Il lui laissa alors le temps dont elle avait besoin, ses bras, ses lèvres et un peu de calme, de repos et de tranquillité lorsqu'elle désigna le hamac. Il attendit qu'elle se soit éloignée pour soupirer doucement en baissant les yeux, se satisfaisant difficilement de cette fin de nuit. Frustré, bien plus de ne rien pouvoir faire de sexuellement, il se releva et retourna dans sa chambre pour s'habiller. Après l'histoire avec l'étranger, il avait prévu de laisser Hani tranquille un bon moment mais cette nuit avait complètement effacé cette résolution de son esprit. Il n'était pas un héro mais il était loin d'être complètement démuni, surtout avec leur petite équipe. Il n'avait qu'à les convaincre de l'importance de cette mission qui leur pendait au nez depuis quelques temps déjà : s'occuper de Lazare.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sweethome - Part 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: Polynésie :: Aisea-