AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum Recherche Sorciers Maisons S'enregistrer Connexion

Partagez | 
 

 Fullmoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Fullmoon   Dim 19 Fév - 22:20

https://rpnow.net/rp/fbixV3mn/1


Installée sur la moto de Moeïra, les deux jeunes femmes avaient parcouru une partie de la France et si la première pleine lune qu'elles vécurent ensemble s'était plutôt bien passé, toute deux savaient qu'elles ne pouvaient se permettre de prendre le risque de simplement s'éloigner des villes et de croiser les doigts pour ne croiser aucun être humain durant la nuit. Slalomant entre les voitures bloquées par la circulation, les louves avaient fini par s'arrêter, dans la capitale française. L'idée ne lui plaisait guère mais Moeïra n'avait pas trouver de meilleure solution.  

REBECCA:   *Elle observa autour d'elles d'un air sombre et méfiant. Elle aussi   n'aimait pas l'idée de se mêler à des loups français apparemment   réputés pour être assez spéciaux, ou un autre mot pour dire beaufs   bourgeois et arrogants. Mais elles avaient toutes deux comprit que   c'était la meilleure solution pour qu'il n'y ait aucun mort et   qu'elles n'aient donc pas s'inquiéter des répercussions. Paris. La   ville la plus peuplée du pays, la capitale et par conséquent là où   elles auraient le plus de chance de tomber sur leur semblable. Mais   c'était aussi comme chercher une aiguille dans une énorme botte de   foin.* Tu... T'as une idée de comment s'y prendre ?  

Moeïra:   On peut hurler à la lune *Se moqua-t-elle doucement en fouille son   jeans pour sortir son paquet de cigarette. Elles avaient réussi à   glaner des informations* Trouvons un moyen de rejoindre l'autre Paris   *Parce qu'il était certain que tant qu'elle restait dans le monde   moldus, elles n'allaient pas trouver un mec qui allait se présenter   à eux avec une brochure du syndicat*  

REBECCA:   *Elle ricana en la bousculant pour sa blague. Elle inspira en   observant autour d'elle les bâtiments Haussmaniens si imposants et   pompeux. Elle réfléchit un instant à cette proposition, trouver les   sorciers avant de trouver les loups.* Je crois que j'ai une idée...   *marmonna-t-elle en descendant de la moto pour rejoindre un petit   café bistrot. Elle jeta un coup d'oeil à la clientèle avant de se   diriger vers ce qui s'apparentait le plus à un poireau de comptoir.*   Toi là... ? Si j'veux trouver de la drogue, où est-ce que je dois   aller ? *demanda-t-il en croisant les doigts pour que quelqu'un comme   lui comprenne au moins les bases de la langue anglaise*  

Moeïra:   *Elle observa la jeune femme quitter sa moto, tirant sur sa cigarette   en la pinçant entre ses dents. Elle-même quitta son véhicule après   lui avoir mit sa béquille, posant ses fesses sur celui-ci en   observant la scène.*  

BENOIT:   Un peu partout vraiment... Mais pas ici. *répondit le barman avec son   accent français et son petit sourire pincé*  

REBECCA:   Où ? *insista-t-elle en se tournant alors vers le barman comme il   semblait comprendre et parler anglais.*  

BENOIT:   *Il soupira* Je sais que vous êtes des touristes mais vous pouvez pas   faire ça, demander comme ça. Aux dernières nouvelles, la drogue   c'est illégal.  

REBECCA:   Rien à foutre. Tu sais quelque chose ou pas ? *insista-t-elle de plus   en plus agacée par son ton condescendant.*  

BENOIT:   *Il soupira à nouveau.* Je connais un gars. *il sortit son   téléphone portable pour trouver le numéro dans son répertoire.*   06... *mais il s'arrêta en voyant que l'anglaise ne notait rien ni   n'avait sortit son propre portable* 0... 6... *insista-t-il mais elle   ne sembla pas comprendre.* Bon euh... Tu notes le numéro ou...  

REBECCA:   Appelle-le.  

BENOIT:   Quoi ? Maintenant ? M-mais non ! J'peux pas je bosse là !  

REBECCA:   C'est pas pour toi ! C'est pour nous. *insista-t-elle*  

BENOIT:   _Putain j'y crois pas..._ *grommela-t-il en reprenant son téléphone   pour passer le coup de fil*  

REBECCA:   *Elle se retourna vers Moeira pour lui faire un clin d'oeil et un   pouce en l'air.*  

BENOIT:   Okay euh... Il arrive dans 30 minutes mais pas ici. Vous allez devoir   l'attendre au coin de la rue. Et ne revenez pas ! *gronda-t-il*  

REBECCA:   *Elle le remercia d'un petit regard agressif avant d'aller rejoindre   Moeira et de la tirer vers le coin de la rue comme indiquée.* Voilà   mon plan. Je pense que dans un pays comme celui-ci, ils sont du genre   à bien protéger leurs arrières. Mais peu importe le pays, là où   les frontières se brouillent sont là où les gens sont trop   défoncés pour les discerner. Donc. On trouve de la drogue moldue, on   suit la piste en faisant mine de chercher plus fort, plus... original.   On finira par tomber sur de la drogue magique et là on remonte la   piste.  

Moeïra:   *Elle se laissa doucement emportée par Becca et cette idée de   drogue, glissant ses mains sur sa taille en profitant de la relative   intimité de ce coin de rue. Esquissant un sourire* Ca pourrait   marché... *Nichant son nez contre son cou, elle inspira son parfum*   On a deux jours avant la pleine lune...  

REBECCA:   Je sais... *soupira-t-elle. Ce plan n'était définitivement pas le   plus rapide mais c'était le seul qu'elle avait. Deux jours... Ça   risquait d'être limite. Pour l'instant, elles durent attendre 30   minutes, même plus dans ce coin de rue avant que quelqu'un ne vienne   les aborder. Il ne ressemblait pas à un dealer dans son costard et sa   petite coiffure de bon chic bon genre mais tout ceux familier avec ce   genre de milieu savaient qu'il n'y avait pas de "tête de dealer".*  

ETIENNE:   Salut les filles. *salua-t-il avec un beau sourire charmeur d'un   anglais maitrisé* J'ai entendu dire que vous étiez en manque ?  

Moeïra:   *Elle haussa un sourcils en voyant l'allure du gars en question* Oh   merde...Serieux ? *Se moqua-t-elle, elle qui avait fréquenter le   milieu du trafic de drogue avec sa meute, elle avait vu des allures   beaucoup moins propre mais elle joua le jeu de Becca* Tu sais qu'il va   me falloir plus que de l'herbe pour prendre mon pied...  

ETIENNE:   Aaah je vois. Vous êtes "pas comme les autres filles" vous hein ? *se   moqua-t-il doucement.* J'ai du très lourd. Mais c'est aussi du très   cher.  

Moeïra:   *Elle jeta un regard en coin au "dealer", ayant franchement l'air de   pas le prendre en sérieux* J'aligne pas un balle sans être certaine   de la marchandise  

ETIENNE:   Hm... Connaisseuse. Je vois. Et si on parlait moins en métaphore et   vous me disiez ce que vous cherchez ? Explicitement ?  

Moeïra:   Rien de classique, le genre de truc qu'on vend qu'à certaine   personne, bien précise...Tu tripe sans risquer l'overdose des merdes   habituelles...  

ETIENNE:   *Il fronça les sourcils devant cette description à la fois vague et   précise.* Je vais avoir besoin d'un nom.  

Moeïra:   Pixie Dust...  

ETIENNE:   *Il écarquilla les yeux devant ce nom, détournant le regard en   tentant de se rappeler où il l'avait déjà entendu. Ce n'était pas   quelque chose qu'il avait mais cela ne lui était pas complètement   inconnu.* Hm... C'est un truc méga new age ça non ?...   *marmonna-t-il en réfléchissant. Il finit par hausser les épaules.*   Déso. Je fais pas de ça.  

REBECCA:   *Elle le plaqua contre le mur du bâtiment pour l'empêcher de penser   que la conversation pourrait s'arrêter là.* Qui en fait ? Où est-ce   qu'on en trouve ?  

ETIENNE:   Holaaa du calme... *râla-t-il en se défaisant de sa poigne d'un air   offensé.* J'en sais rien. Mais si vous faites vraiment dans ce genre   de truc chelou... Je dirais que vous aurez plus de chance d'en trouver   chez les noichs.  

REBECCA:   Les noichs ?  

ETIENNE:   Treizième arrondissement. Frère Tang, Prêtre Chong et tout le   barda. *soupira-t-il* Vous voulez un plan ?  

Moeïra:   *Elle eut un sourire en voyant l'accès de violence de Becca, fixant   l'homme si bien habillé frotter sa veste et sa chemise...Lui donnant   simplement plus envie encore de lui cracher à la gueule pour le   plaisir* On veut un plan *Répondit-elle en soufflant sa fumée de   cigarette dans sa direction*  

ETIENNE:   *Il soupira devant leur air de fille à la dure. Mais se battre était   loin d'être son genre alors il sortit son portable, un mouchoir et un   stylo et griffonna rapidement un plan de Paris et entoura   l'arrondissement en question, faisant une croix grossière au milieu   pour s'assurer qu'elles seraient satisfaites.*  

Moeïra:   *Elle lui arracha le mouchoir des mains, le jugeant d'un regard, avant   d'attraper Becca pour l'emmener jusqu'à sa moto. C'était partie pour   reprendre la route à travers la ville*  

REBECCA:   *Elles arrivèrent à destination, plus ou moins vu la précision du   plan. Les rues avaient changé de look et les écriteaux exhibaient de   plus en plus de symboles d'une autre langue. Un quartier chinois donc.   L'ennui c'est qu'elle ne su comment aborder la chose ici. Comment   identifier les coins craignos quand tout paraissait... chinois ? Elle   soupira.* Là... Je suis un peu paumée. *avoua-t-elle en serrant   Moeira contre elle.*  

Moeïra:   *Elle soupira en sortant sa tête de son casque et en observant ces   nouveaux décors, elle inspira profondément, même les différents   parfums qu'elle percevait étaient très différents.* On est deux...   *Soupira-t-elle* On la joue observatrice ? On peut pas dire que les   sorciers soient les as pour se fondre dans le décors non ?  

REBECCA:   S'il y en a dans les parages... *soupira-t-elle en regardant autour   d'elle.* Tu trouves pas qu'il se ressemble tous ?  

Moeïra:   *Elle observa les passants en soupirant et retenant malgré elle un   rire* C'est vrai... *Inclinant sa tête en arrière pour pouvoir la   poser sur l'épaule de Becca, elle poussa un long soupire bruyant*   Qu'est-ce qui attire un sorcier ?  

REBECCA:   Hm... Le grabuge ? *remarqua-t-elle avec un petit sourire mutin.*  

Moeïra:   Ca attire les flics aussi *remarqua-t-elle sans pouvoir s'empêcher de   sourire pour autant* Je sais pas me servir de la magie...   *Ronronna-t-elle*  

REBECCA:   Regarde ça... *murmura-t-elle à son oreille avant de lancer un sort   en douce. D'un simple sort de lévitation, elle décrocha une   guirlande de lanterne rouge pour la faire flotter et danser au milieu   de la rue. Les passants s'arrêtèrent petit à petit devant ce   spectacle étrange. Cela dura quelques minutes jusqu'à ce que le sort   soit interrompu et les lanternes tombèrent sur le sol.*  

Moeïra:   *Elle observa la scène avec un sourire amusé, détournant les yeux   pour plutôt observer les gens témoin du spectacle, elle voulait voir   les réactions, tentant de repérer quelqu'un qui serait bien moins   surpris que le reste et lorsque les lanternes tombèrent au sol, elle   demanda malgré tout* C'est toi ?  

JAX:   *Mais avant qu'elle puisse lui répondre, un asiatique grand et fin et   outrageusement maquillé pressa le pas vers elle.* _Hey ! Non mais   qu'est-ce qui vous prends ? Le nouvel an chinois c'est passé !_  

Moeïra:   Ok c'était pas toi *Dit-elle en voyant l'homme se diriger vers elles,   elle posa les yeux sur l'asiatique en se pinçant les lèvres pour ne   pas se moquer de cette étrange allure* _En anglais ? Possible ?_  

JAX:   Oooh super. *soupira-t-il théâtralement en changeant de langue* Qui   êtes-vous ? D'où venez-vous ? Et que voulez vous ?  

Moeïra:   *Elle esquissa un sourire amusé devant l'agacement lisible de   l'homme* Touriste qui cherche à rejoindre l'autre partie de la ville   *finit-elle par dire au plus simple*  

JAX:   *Il les scruta du regard l'une comme l'autre.* L'autre partie...   Comme... Pas China Town ?  

Moeïra:   Comme...Pré-au-lard version bouffeur de cuisse de grenouille  

JAX:   *Il pinça les lèvres pour masquer un petit sourire.* Mh. Angleterre   donc. *constata-t-il en haussant les sourcils.* On est venu faire du   Shopping à Paris ?  

Moeïra:   C'est si important pour toi de le savoir ?  

JAX:   _Chérie..._ *gloussa-t-il.* Ce n'est pas en parlant comme ça qu'on a   ce qu'on veut. Vous êtes ici loin de chez vous et de votre point de   vue... Je dirais que vous pourrez considérer ça comme si vous étiez   chez moi. Okay ? Alors dites moi tout.*  

Moeïra:   *Elle soupira doucement* ok on la joue franc jeu, on a moyennement   envie de blesser quelqu'un à la prochaine pleine lune et on ne boit   pas de cette salope de potion tue loup. On cherche le syndicat...   *Lasser par cette dite recherche*  

JAX:   *Il laissa tomber le masque lui aussi une fraction de seconde.* Bon   ben voilà. On perds moins de temps comme ça. Suivez-moi.   *annonça-t-il en se dirigeant dans une petite rue.*  

Moeïra:   *Elle jeta un regard à Becca, fronçant légèrement les sourcils, au   final, elle aurait préféré trouver cet endroit toute seule, pour   éviter de devoir faire confiance à quelqu'un qu'elle ne connaissait   pas. Reposant ses yeux sur sa bécane, elle s'en détacha pourtant,   jetant un coup d'oeil à Becca en espérant qu'elle pourrait protéger   celle-ci de magie le temps de leur absence*  

REBECCA:   *Elle pinça les lèvres pas certaine de vouloir faire confiance à un   parfait inconnu. Mais elles étaient bien venues pour aller à la   pèche et elle semblait avoir fait une bonne prise. D'un sortilège,   elle camoufla et protégea la moto de Moeïra comme elle le faisait   souvent lorsqu'elles devaient s'en éloigner. Elle suivit alors   l'asiatique excentrique qui ne semblait pas vraiment les attendre. Ils   arrivèrent dans une impasse mais avant que Rebecca ne s'en inquiète,   le sorcier sortit sa baguette magique pour tracer un chemin sur le   mur. Une porte se matérialisa dessus, une double battante en bois   avec des dorure fines.* Okay...  

JAX:   *Il se mit sur le côté pour les laisser entrer.* Le Syndicat.   *indiqua-t-il théâtralement signifiant implicitement qu'il ne les   suivrait pas*  

Moeïra:   *Elle fronça légèrement les sourcils en se disant que là, c'était   vraiment trop simple mais en même temps...* Okay...Merci...   *Consenti-t-elle malgré tout en prenant les devant pour rentrer*  

Elle arrivèrent dans un grand hall au carrelage chatoyant et aux colonnes blanches. Un grand escalier se séparant en deux se dressaient devant eux. Les gens passaient joyeusement à gauche et à droite comme dans un hall d'école prestigieux mais les passants étaient de tous les âges et tout les genres.  
[/color]
REBECCA:   *Elle ne s'attendait pas à trouver autant de monde mais le parfum   volatile de chaque personne ne trompait pas. Des loup garous, tous, se   baladaient comme si ce lieu était une colonie de vacance pour lycan.   Elle ne put s'empêcher de se rapprocher de Moeira et de serrer sa   main dans la sienne, intimidée.*  

Moeïra:   *Elle serra elle-même cette main dans la sienne, en observant tout ce   monde et en se rendant compte qu'elles étaient entourée de lycan.*   C'est... *Mais elle ne trouvait pas vraiment de mot devant cette   situation aussi lunaire pour elle*  

REBECCA:   Flippant. *conclu-t-elle d'un air un peu angoissé.* Et euh...   Maintenant ? On... Se trouve un coin où camper jusqu'à la pleine   lune ?  

Moeïra:   Ou on chante Kumbaya devant un feu de camps en mangeant des   marshmallow  

ANTHONY:   _Ooohh j'en vois qui sont un peu perdues !_ *chantonna un jeune homme   à la chevelure frisée en s'approchant des deux femmes.* _Salut les   filles ! Vous êtes nouvelles ici ? Moi c'est Anthony mais vous pouvez   m'appeler Tony !_  

Moeïra:   *Elle fixa la tête frisée qui s'était approché d'eux, n'ayant   absolument rien comprit de ce qu'il venait de lui dire* English ?   *Répondit-elle dans l'espoir que celui-ci parle en anglais, un peu   blasée de devoir à chaque fois faire cette demande*  

ANTHONY:   _Ah !_ Yes, sorry. Euh... My name is Anthony and it's very nice to   meet you ! What can I do for you ? *rectifia-t-il avec un grand   sourire chaleureux.*  

Moeïra:   *Elle esquissa un sourire un peu crispé devant cet Anthony qui   l'agaçait d'avance* We have a problem for the next fullmoon...  

ANTHONY:   A problème ? Noo... No problème here ! *Les rassura-t-il   joyeusement* Are you registered yet ?  

Moeïra:   *Elle eut un éclat de rire en l'écoutant* Really ? *Cette idée   était une aberration selon elle, comme écrire sur son front   "attention bête sauvage"* no way  

REBECCA:   You must be joking. *Souffla-t-elle, pas du tout enjouée par cette   idée.*  

ANTHONY:   That's how things work here ! *Leur expliqua-t-il amusé malgré tout   à leur réaction.* But don't worry ! It's not complicated. Just your   name and a drop off blood...  

REBECCA:   Of blood ?!  

ANTHONY:   Just a drop ! It's so we can find you if you're in trouble. To help !  

Moeïra:   *Fumant une longue bouffé de nicotine en observant le jeune homme   qu'elle n'arrivait décidément pas à prendre aux sérieux, elle eut   un sourire mauvais* And if i refuse ?  

ANTHONY:   *Il eu une petite moue* Well... Then you would be unregistered and   that's... That's a bit annoying. Because we don't know who you are and   that means... we can't help. *remarqua-t-il, navré*  

Moeïra:   *Fronçant un peu plus les sourcils en l'écoutant lui expliquer qu'il   ne pourrait pas les aider si elles refusaient d'être enregistrées,   elle pinça le filtre entre ses dents.* Go fuck yourself   *conclu-t-elle en se retournant, prête à s'en aller* Will road, it's   be fine  

ANTHONY:   Hey wait ! *interpella-t-il en essayant de les retenir* It's the rules   but it doesn't mean you have to leave ! We can find a solution. The   full moon is near, right ? You don't want to be outside alone when   that happens.  

Moeïra:   It's tonight asshole *répondit-elle un poil énervée par cette   histoire* And we are not alone *Elles étaient deux, et au fond cela   suffisait amplement à Moeïra mais le souvenir du massacre et de   l'effet que ça avait eut sur Becca la fit pourtant se retourner* Ok,   fine...I'm listen to you  

REBECCA:   *Elle serra doucement le bras de Moeïra en sentant son agacement,   mais même si elles étaient toutes les deux cela ne changeait pas le   fait qu'elles se trouvaient dans un pays qu'elles ne connaissaient   pas, à quelques heures de la plein Lune et sans aucune solution. Elle   n'avait pas envie de se retrouver marquée ou sur un registre comme   une criminelle, mais se retrouver dehors sans assurance qu'elle   n'irait pas égorger de pauvres innocents était bien pire.*  

ANTHONY:   Okay ehm... *il fut soulagé qu'elles acceptent de l'écouter mais se   dépécha de réfléchir en sachant qu'elles pourraient changer   d'avis.* Bon pas de recensement alors euh... On va essayer de... Ah   sorry. We're going to try to talk to Françoise. But since it's the   full moon she's a bit busy... *expliqua-t-il.* Suivez-moi ! Follow-me   ! *demanda-t-il ensuite en se dirigeant vers les imposants escaliers   pour rejoindre les grands bureaux à l'étage.*  

Moeïra:   *C'est à contre coeur qu'elle le suivit, uniquement motivée par son   désir de protéger Rebecca*  

ANTHONY:   *Il s'assura que les deux anglaises étaient derrière lui lorsqu'il   frappa à la porte et passa sa tête à l'intérieur.* Françoise ?   Désolé de te déranger j'ai... J'ai deux demoiselles avec moi qui...   Elles ne sont pas rescencées et...  

Françoise:   Fait leur remplir le formulaire Anthony, je suis un peu occupée.   *répondit-elle calmement mais sans relever les yeux vers lui,   organisant de la paperasse sur son bureau qui se triait doucement   toute seule dans d'autre tiroirs dans un coin du bureau spacieux*  

ANTHONY:   Ah oui mais le soucis c'est qu'elles ne veulent pas se recenser. *lui   expliqua-t-il un peu embarrassé* Et comme elles n'ont nullepart ou   aller ce soir, j'ai pensé que c'était quand même mieux de t'en   parler avant de les laisser repartir.  

Françoise:   *Elle soupira, abattant une pile de documents sur sa table avant de   relever les yeux vers l'adolescent. Elle s'arma de patience et chassa   sa son agacement.* Fait les entrer. Tu peux passer voir Etienne ?   Vincent est inquiet pour ses plans pour ce soir.  

ANTHONY:   Euh oui d'accord. *acquiesça-t-il avant d'ouvrir la porte pour   laisser les deux anglaises entrer.* Come in ! Don't worry she's very   nice. *leur dit-il avec un grand sourire avant de partir remplir sa   nouvelle mission*  

REBECCA:   *Mal à l'aise dans ce genre de lieu qui ressemblait de plus en plus   à un bâtiment administratif, elle n'osa pas prendre place sur les   fauteuils brodés placés devant le bureau de cette Franoise et resta   proche de Moeïta.*  

Moeïra:   *Elle même préféra rester debout, fumant cette cigarette sans   vraiment se soucier d'où pouvait retomber les cendres, elle suivit   brièvement Anthony du regard avant de rentrer, de moins en moins à   l'aise avec un environnement qui n'était pas le sien*  

Françoise:   *Elle observa les deux arrivantes un peu plus longuement en entendant   Anthony s'adresser à elles en Anglais. Elle attendit que ce dernier   soit sortit pour refermer la porte derrière lui d'un petit coup de   baguette. Retrouvant le calme de l'espace fermé de son bureau, elle   prit le temps de les jauger toutes les deux du regard, s'attardant sur   quelques détails dont la cigarette, l'acoutrement, la coiffure, le   maquillage mais aussi le parfum pour se faire une idée de qui elle   avait devant elle.* You do not speak french. *constata-t-elle d'une   voix calme.* Please, sit. *invita-t-elle bien qu'elle pouvait deviner   le malaise des deux femmes.* You can talk to me. *leur affirma-t-elle   ensuite avec un sourire réconfortant.*  

Moeïra:   *Elle leva légèrement les yeux aux ciels en entendant l'invitation   à parler et le ton foutrement pédagogue qui, pour une raison ou pour   une autre, avait l'air de la crisper plus qu'autre chose. Lui donnant   bien trop la sensation qu'on tentait de la caresser dans le sens du   poil et par conséquent, de la manipuler.* He said nothing ? *n'ayant   pas vraiment envie d'expliquer encore une fois ce qu'elles étaient   venue chercher ici*  

Françoise:   *Malgré son ton agacé et impatient, elle n'eut qu'un petit sourire   compréhensif et choisit d'ignorer cette question, se basant sur ce   qui semblait évident dans cette situation plutôt que ce que Anthony   avait pu lui dire.* You came here for help. It's the full moon tonight   and you have nowhere to go. You're not from around here so you don't   know what to do but the fact that you still made the effort to find us   means you don't want to hurt anybody. Is it right ? *résuma-t-elle   alors calmement*  

REBECCA:   Yes. *répondit-elle malgré elle car depuis ce massacre, ne plus   faire de mal à personne était devenu un besoin viscérale et une   angoisse constante. La première pleine Lune après ça avait été   une des plus terrifiante qu'elle avait jamais vécu, malgré la   présence rassurante de Moeïra.*  

Moeïra:   *Elle acquiesça à la suivre de Rebecca, bien qu'elle n'était pas   aussi concernée qu'elle, elle fixa Françoise, sentant malgré tout   l'entourloupe montrer le bout de son nez. Après tout, elle venait   juste d'énoncer les faits, comme si elle les mettait au pied du mur*  

Françoise:   *Elle acquiesça, tirant un tiroir pour sortir deux formulaires et les   placer devant elle, tirant deux plumes enchantées de son pot à   plumes qui flottèrent au dessus de leur feuille respectives* Why   don't we start with your names ?  

REBECCA:   *Elle se crispa doucement en la voyant sortir les formulaires et ses   plumes, comme si elles n'y échaperaient pas.*  

Moeïra:   *Elle fixa les formulaires, les plumes et un lueur colérique passa   dans ses yeux* Fucker... *Soupira-t-elle en reposant ses yeux sur la   jeune femme* And what ? After that we will be on your fucking list ?   Mark us ! no ?  

Françoise:   *Elle eu un petit rire désolé et ne put s'empêcher de leur sourire   avec compassion. Elle s'apprêta a dire quelque chose mais avant ça,   elle prit sa baguette et la leva pour jeter un sort au lustre qui se   mit doucement à tinter.* Ce ne sont que des noms... *répondit-elle   alors dans sa propre langue bien qu'elle était maintenant   compréhensible auprès des jeunes femmes.* Mon nom est Françoise   Bern. Et je suis une lycantrope. Et je suis sur le registre. *leur   dit-elle d'un ton qui se voulait décomplexant et rassurant* Le   registre n'est pas comme une liste de cibles à surveiller. Nous ne   sommes pas là pour vous persécuter. Simplement pour nous assurer que   votre séjour en France se passe bien. D'où venez vous ?  

Moeïra:   *Elle esquissa un sourire crispé en l'écoutant* Bien sur...Après le   nom se serait notre sang...Votre registre vous savez où vous pouvez   vous le mettre ? C'est aussi merdique que le registre de sang pur  

Françoise:   *Elle ne se vexa pourtant pas.* Vous n'avez pas à donner votre sang   si vous ne voulez pas. *concéda-t-elle calmement.* Oubliez le   formulaire et le registre si cela vous dérange tant. Comment puis-je   m'adresser à vous ? Vous pouvez me donner des faux noms ou des   pseudonymes si cela vous rassure.  

Moeïra:   *Elle la jugea du regard, un long moment, avant de s'installer sur un   des sièges* Moeïra  

REBECCA:   *Laissant Moeïra se battre avec la gratte papier, elle se contenta de   suivre son humeur et son attitude, finissant elle aussi par prendre   place sur un des fauteuils devant le bureau.* Rebecca. *dit-elle d'une   petite voix.*  

Françoise:   Très bien. *accueuilli-t-elle avec un sourire* Vous pouvez m'appeler   Françoise. *indiqua-t-elle pour s'éviter l'habituel et formel Madame   Bern. Elle jeta un bref coup d'oeil au formulaire pour en voir les   questions, jaugeant lesquelles pourraient les déranger de donner une   réponse.* Vous voyagez toutes les deux ? Depuis quand êtes-vous   arrivées en France ?  

Moeïra:   Plus d'un mois *Répondit-elle, pas vraiment capable de pouvoir donner   une véritable réponse bien précise, s'aidant simplement sur le fait   qu'il s'agissait de la seconde pleine lune qu'elles vivaient sur ce   territoire*  

Françoise:   *Elle haussa doucement les sourcils en remarquant de cela la même   information qu'elle.* Une pleine Lune dehors donc. *consta-t-elle en   observant les plumes se mettre à écrire* Des incidents à reporter ?  

Moeïra:   *Elle fixait les plumes, toujours méfiante et avec une terrible envie   de les détruire rien qu'en les entendant gratter le papier* Aucun  

Françoise:   Bien. Bien... *acquieça-t-elle heureuse et soulagée de l'apprendre.*   Quelle est votre relation avec votre alpha ?  

Moeïra:   *Elle eut un sourire* ta définition de l'alpha ?  

Françoise:   Vos créateurs ou alors celui, celles ou ceux que vous considérez   comme votre Alpha. *expliqua-t-elle simplement, consciente que cela   pouvait différer selon les cultures, les meutes et les individus*  

Moeïra:   *Sa situation était complexe, là où celle de Rebecca était plutôt   simple, alors elle se contenta du minimum, préférant tenir à   l'écart la meute de Murdoch* J'ai été banni de ma meute...  

Françoise:   D'accord... *marmonna-t-elle en jetant un nouveau coup d'oeil à l'une   des plumes avant de tourner son regard vers Rebecca* Et toi Rebecca ?   *demanda-t-elle avec douceur, consciente qu'elle était la plus timide   des deux.*  

REBECCA:   C'est... compliqué. *marmonna-t-elle la gorge serrée bien qu'elle   savait que ça ne l'était pas autant que la situation de Moeïra.*  

Françoise:   Ca l'est souvent. *remarqua-t-elle avec un sourire compréhensif mais   sans la laisser se contenter de cette réponse.*  

REBECCA:   Je... l'aime beaucoup. Il... m'a sauvé la vie. Il est comme... mon   père d'une certaine manière mais... mais je... Je ne crois pas que   je sois prête à... Que je... Je ne suis plus d'accord avec ses   actions. *finit-elle par avouer en luttant avec les mots et ses   propres sentiments*  

Françoise:   D'accord. *répondit-elle avec un sourire pour cette fois lui faire   comprendre qu'elle se contenterait de cette réponse et qu'elle   n'avait pas à se torturer plus.* Vous n'avez pas à me répondre si   vous ne voulez pas, mais puis-je savoir d'où vous venez ?   *demanda-t-elle à nouveau en sentant que la conversation était un   peu plus libre et moins dans la confrontation a présent.*  

Moeïra:   *Toujours dans l'optique de ne pas mêler Clyde et le reste de la   meute à cette histoire, elle détourna sa réponse* Peuple de Dean  

Françoise:   *Cette fois elle paru très certainement interpellée, cessant un   instant le grattage des plumes sur le papier pour se concentrer.* De   la forêt de Dean ?  

Moeïra:   *Elle acquiesça*  

Françoise:   *Elle prit une minute pour remettre de l'ordre dans ses pensées,   concentrée et légèrement soucieuse. Elle relu brièvement le   formulaire de Moeïra avant de relever les yeux vers Rebecca, lui posa   cette même question.*  

REBECCA:   Je euh... Londres. *répondit-elle simplement sans savoir si c'était   cela qu'on lui demandait*  

Françoise:   *Elle inspira et souffla doucement en remettant un peu d'ordre sur son   bureau comme un moyen de ranger ses idées.* Êtes-vous au courant de   ce qu'il s'est passé il y a peu dans le nord de l'Angleterre dans une   ville qui s'appelle York ?  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Fullmoon   Lun 20 Fév - 8:56

https://rpnow.net/rp/fbixV3mn/4



REBECCA: *Elle ne voulu pas répondre à cette question mais blêmissant à vue d'oeil, son visage voilé d'horreur répondit pour elle.*

Moeïra: *Elle garda simplement le silence en la fixant, glissant sa main dans cette de Rebecca*

Françoise: *Elle les observa, l'une comme l'autre et leur attitude, jetant des coups d'oeil aux notes sur leur formulaire pour relier tout ça en formant un tableau cohérent.* Vous avez un bon fond. *affirma-t-elle avec douceur* Sinon vous ne seriez pas là. Est-ce pour cela que vous êtes venu en France ? Pour fuir ce qu'il s'est passé ?

REBECCA: *Encore une fois son attitude répondit pour elle bien qu'elle n'écoutait plus, se crispant au souvenir de cette bataille sanglante, cette boucherie sauvage méticuleusement et froidement planifiée.*

Moeïra: J'ai juste roulé...

Françoise: *Elle baissa les yeux, attristée en recomposant elle-même leur histoire. Puis, estimant qu'elle en avait assez entendu, elle prit une première plume pour signer en bas du formulaire, puis l'autre, ajoutant quelques petites annotations avant de laisser les plumes se ranger elle-même.* Nous avons des endroits pour se transformer en toute tranquilité et en toute sécurité. Il y en a répandues dans tout le pays ainsi que dans le reste du monde pour ceux voulant profiter de notre réseau. C'est une des raisons principales du registre. Ici nous fonctionnont plus à l'entraide et la solidarité qu'à la meute bien qu'il n'y a aucun mal à se sentir plus à l'aise en fonctionnant ainsi. *expliqua-t-elle calmement* Ceci contient la liste de tout les refuges ouverts et sûrs. *ajouta-t-elle en désignant un petit rouleau de parchemin de quelques centimètres, tenu par un petit ruban blanc* Et cela vous guide vers le refuge le plus proche et a aussi une option d'appel à l'aide en cas de pépin à l'approche d'une pleine Lune qui informera les membres du réseau à proximité qui pourront vous venir en aide. *ajouta-t-elle en désignant un petit bracelet argenté auquel pendait un petit pendentif, une petite sphère vide en verre.* Malheureusement vous ne pouvez profiter de cela si vous n'êtes pas recensées. *expliqua-t-elle ensuite.* Mais je peux vous proposer de rester au sein d'une de nos Plaines à Paris pour la nuit. Celle de votre choix, il y en a beaucoup et pour tout les goûts. *elle sortit alors deux nouveaux papiers de son tiroir pour signer les deux autorisations. Un flyers s'envola de lui même pour se poser devant les deux louves intitulé "Nuit de rêve à Paris !" listant de nombreux lieux divers et variés comme des forêts d'intérieur, une piscine privatisée, une boite de nuit, une simple chambre d'hôtel blindée, un donjon ou d'autres services allant de la prise en charge magique d'urgence au speed dating en passant par un forfais "gourmet".* Je vous laisse regarder ça pendant que je signe vos autorisations et je vous fais savoir qu'elles sont valables tout le long de votre séjour en France. Cependant si vous voudez changer d'endroit ou a votre prochaine entrée sur le territoire, vous devrez soit vous resencer, soit revenir me voir.

Moeïra: *Elle observa les flyers, lisant en diagonale dans un premier temps avant de s'y pencher plus sérieusement d'un air dubitatif, tout ceci ressemblait de plus en plus par une grosse blague. Tournant et retournant le flyers après l'avoir lu et relut, elle ne put s'empêcher de laisser filer un rire...Incapable de prendre tout ceci au sérieux tellement cela semblait être complètement irréel. Se tournant vers Rebecca* t'as une préférence ? *Elle n'était pas habituée à tout ça et elle était clairement perdue. Serrant doucement la main de la louve pour la ramener à elle*

REBECCA: *Elle observa le flyer sans oser le toucher, regardant simplement d'un air distrait alors que Moeïra tournait les pages. Tout cela lui semblait tout aussi absurde et irréelle mais cela ne lui donnait pas envie de rire. A voir ce flyer, ce lieu, ces formulaires qui les avaient aggacés, tout semblait si... normal. Le contact de Moeïra la ramena à la réalité mais c'est vers Françoise qu'elle leva les yeux.* Vous avez dit... Que vous êtes une loup-garou ? Et tout les gens qu'on a croisé en bas... Ce garçon...

Françoise: *Elle releva les yeux de sa paperasse, amusée par sa question et son air doucement dubitatif.* Oui. Nous sommes tous des lycantrophes. *expliqua-t-elle calmement*

REBECCA: Et il... ne savait même pas... Que c'était ce soir la pleine Lune. *se rappela-t-elle incrédule en jetant un regard à Moeïra en se demandant si elle aussi se sentait comme elle.*

Françoise: Anthony ? Oui ça a du lui sortir de la tête, comme beaucoup de choses. Mais ne t'inquiète pas, il a beaucoup d'amis qui sont là pour le lui rappeler. *assura-t-elle avec un petit sourire amusé.* Si vous ne savez pas quoi choisir, je suis sûr qu'il vous conseillerait la Mousse Party. *confia-t-elle en rigolant doucement avant de se reconcentrer sur ses papiers*

REBECCA: Des amis... lycantropes... Une Mousse Party... *répéta-t-elle complètement effarée en comprenant doucement pourquoi elle avait du mal à y croire, c'était simplement trop beau.* Combien de loup... de lycans, y a-t-il en France ?

Moeïra: *Imaginer un certain nombre de loup garou sous leur forme de loup à danser au milieu de la mousse ne lui donna qu'un sentiment de ridicule et quelque chose de contre nature à vrai dire. Bien trop habitué à sa vie en forêt ou sur la route*

Françoise: Nous avons actuellement 6 283 personnes inscrites sur le registre. 5 732 résidents actuellement en France. Bien sûr il y a, comme vous, des personnes ne souhaitant pas se resencer mais nous estimons la population totale de lyncanthrope en France à 10 000 environ. *expliqua-t-elle avec un sourire patient devant les questions de Rebecca.*

Moeïra: Et les chasseurs ?

Françoise: *Elle eu un petit sourire pincé à cette question là.* Nous ne recensons pas les chasseurs.

Moeïra: C'est pas ma question... *Insista-t-elle, plutôt curieuse de connaître la politique à leur sujet quand on voyant l'hypocrisie qui régnait en Angleterre*

Françoise: *Elle souffla en reposant sa plume, consciente qu'elles abordaient un sujet sensible autant pour les deux anglaises que pour elle, surtout sachant ce qu'il s'était passé dans leur pays.* Nous faisons partit d'un groupe appelé le Syndicat Français des Loups-Garous. Nous veillons les uns sur les autres et militons contre les individus semblables aux chasseurs. Les chasseurs sont des tueurs, des criminels, mais nous nous battons aussi contre quiconque tiens à dénigrer et opprimer la population lycane. Il y en a, bien sûr, comme partout, mais ici ils ne sont ni tolérés, ni ignorés. Mais pas chassés. *tint elle à rappeler fermement.* Chaque attaque, chaque... meurtre. Doit être déclarée et traitée comme tels par le Ministère de la Magie Franaise.

Moeïra: *Elle ne savait pas trop comment se sentir vis à vis de tout ça, notant juste le rappel à l'ordre. Pour le reste, cela lui semblait être similaire à ce que pourrait balancer un autre gratte papier à Londres...La seule exception étant qu'elle avait en face d'elle une lycan. Reposant ses yeux sur Becca, elle la laissa décidé la suite du programme, c'était pour elle qu'elle était ici après tout*

REBECCA: *Elle écouta les explications mais devant l'idée d'être entourée de tant de lycans, la menace des chasseurs semblait obsolète. Recensement, entraide, coopération... Tout cela semblait si bien organisé, si bien fait, si sensé... Pourquoi n'avaient-ils pas le même système en Angleterre ? Pourquoi devaient-il se contenter de leur Alpha, quel qu'il soit ou alors de groupes aux affiliations et motivations suspectes ? Pourquoi devaient-ils se comporter comme des sauvages alors qu'ici, être lycan sonnait presque comme un simple choix de mode de vie comme un autre. Elle avait tant de mal et pourtant elle voulait tant y croire... Elle baissa les yeux sur le bureau de Françoise où il n'y avait plus les formulaires mais les autorisations pour la nuit. Il s'efforça de s'en contenter, pour l'instant. Elle jeta alors un regard au flyers. Bien que tout avait l'air intéressant elle savait que ce n'était pas le genre de Moeïra.* Est-ce qu'il y a quelque chose... A l'extérieur ?

Françoise: Vous avez des forêts et des prairies magiques mais elles sont tout de même à l'intérieur. A Paris vous n'aurez pas cette possibilité mais si vous avez un moyen de locomotion vous trouverez des forêts et des réserves en périphérie. *expliqua-t-elle en laissant un autre tract se poser devant elles. "Pleine Lune, Plein Air".*

REBECCA: *Elle ouvrit le tract et observa rapidement les photos, pointant une au hasard qui semblait assez acceuillante en se tourant vers Moeïra.* Ca te dis ? *demanda-t-elle timidement*

Moeïra: *Sachant très bien pourquoi Becca posait cette question, une part d'elle l'en remerciant de lui permettre une transition assez en douceur. Observant la photo, elle esquissa un sourire* C'est parfait *Le simple fait d'être en extérieur suffisait à la rendre plus sereine, esquissant un sourire à la jeune femme*

Françoise: La forêt de Rambouillet. *constata-t-elle avec un sourire.* Très bon choix. Je contacterais le responsable de la Plaine et vous n'aurez qu'à lui donner ces autorisations. Il s'appelle Dorian Lamotte. Rejoignez la forêt et brisez cette fiole une fois que vous y serez. il vous retrouvera. *expliqua-t-elle en leur tendant leurs autorisations avec le nom et l'adresse de ce lieu de transformation qu'ils appelaient "Plaines" ainsi qu'une petite fiole contenant un liquide bleu.* Ne vous perdez pas en route et faites attention aux embouteillages. J'espère que vous passerez une bonne nuit de Pleine Lune.

Moeïra: *Elle se pencha en avant pour récupérer tout ça* Ok... *Elle savait pas très bien si elle devait la remercier ou non, n'aimant toujours pas cette histoire de formulaire. Cette entrevue lui ayant laissé une étrange sensation.* Vous pouvez m'indiquez la route ?

REBECCA: Merci. *dit-elle clairement avec un petit sourire reconnaissant en se relevant, venant retrouver la main de Moeïra dans la sienne.*

Françoise: Oui bien sûr. *dit-elle en se levant à son tour pour aller leur ouvrir la porte.* C'est à 20 kilomètres au sud ouest de Paris. *expliqua-t-elle* Si vous transplanez je peux vous donner un repère, si vous prenez la route je vous conseillerais de retrouver le Périphérique puis de prendre la A6 en suivant Rambouillet.

Moeïra: On prend la route *Pas vraiment enthousiaste à l'idée de laisser sa bécane, même camouflée, quelques part dans une ville qu'elle ne connaissait pas. Gardant en mémoire l'itinéraire, elle caressa la main de Becca de son pouce pour la rassurée, cette nuit se passerait loin du stress qu'elle avait vécu jusqu'ici. Se mettant alors en route pour retrouver sa moto et directement se diriger vers cette forêt*

REBECCA: *Elle suivit Moeïra en silence jusqu'à retrouver sa moto là où elles l'avaient laissé. Elle s'installa sans un mot, attendant simplement de rejoindre ce lieu de sécurité et de mettre tout ce que cette entrevue avait pu remuer en elle dans un coin de sa tête.*

Moeïra: *Elle roula, ne pouvant s'empêcher de sourire en sentant les bras de Becca autour de sa taille alors qu'elles filaient toute deux sur sa bécane vers cette forêt. Elles mirent peu de temps, se garant à l'écart des entrées habituelles, elle mit la béquille de la moto, ôta son casque et observa un instant les lieux* Les fioles sont dans ma poches *Invitant sa douce à venir les récupérer elle-même juste pour le plaisir de sentir ses doigts au plus prêt d'elle*

REBECCA: *Elle serra doucement Moeïra contre elle, retrouvant le cocon rassurant et confortable de toute les deux sur la route, le vent frais, son parfum, sa chaleur. Ainsi collée contre elle, elle oubliait le monde, les autres, le temps, le reste. S'oubliait elle même pour laisser Moeïra l'emmener au bout du monde. Elle ne leva même pas les yeux en approchant de la forêt ou quand elles s'arrêtèrent, serrant encore un peu la louve contre elle. Elle fini par ôter son casque pour libérer ses cheveux et vint glisser ses mains dans les poches de la conductrice pour récupérer les fioles. Les voir lui rappela cette conversation, ce registre, l'entraide...* Moeïra... Qu'est-ce que t'en penses de tout ça toi ? *Demanda-t-elle d'une petite voix en sachant qu'elle n'était peut-être pas aussi attirée qu'elle part tout ce système.*

Moeïra: Je sais pas trop *Laissa-t-elle entendre, parce qu'au final, c'était bien sa position* si ça fonctionne... *C'était peut-être pas plus mal, même si elle n'était pas à l'aise avec tout ça mais elle était ici, c'était elle qui l'avait emmené en France après tout alors qu'elle aurait pu partir plus à l'Est, elle était resté, parce qu'elle connaissait la réputation des français et quelque part, elle savait qu'elle pourrait garder Becca en sécurité dans cet environnement.* J'ai l'impression d'être un vilain petit canard *dit-elle en rigolant*

REBECCA: *Elle soupira doucement, soulagée de ne pas la voir cracher sur le Syndicat. Mais là voir douter elle aussi n'était pas si rassurant. Si la motarde avait eu un avis arrêté là dessus, elle n'aurait qu'à l'accepter et la suivre mais au lieu de ça elles semblaient toutes deux un peu perdues. Elle rigola doucement avec elle. Ne partageant pas le fait que elle aussi. Elle ne s'était jamais sentie mal dans sa peau de loup-garou bien au contraire, sa transformation avait été pour elle comme une seconde naissance et cette nature une nouvelle vie bien plus palpitante. Mais depuis le massacre elle comprenait doucement ces loosers qui passaient toute leur vie à fuir et à se cacher. L'horreur et la honte dans leurs yeux alors qu'ils se qualifiaient de monstres, là où elle y avait toujours trouvé une certaine fierté. Aujourd'hui elle se sentait réellement monstrueuse, sale du sang de ses victimes. Et se retrouver au milieu de tout ces gens "normaux" l'aidait à se rappeler que ça n'avait pas à être vrai tout autant que cela appuyait sur le fait qu'elle n'était pas comme eux. Ils étaient civilisés, elle était une bête sauvage. Elle lui tendit alors sa fiole et jeta la sienne contre un rocher pour la briser et laisser le liquide se répandre et émaner un parfum frais qui préviendrait le responsable. *

Moeïra: *Elle avait du mal à se positionner, elle n'avait connu que peu de chose de la civilisation, elle avait grandit parmi un peuple qui se qualifiait plus animal qu'humain. Prenant sa fiole à son tour, elle l'observa* une seule aurait peut-être suffit non ? *Commenta-t-elle avant de la jeter à son tour contre la même roche. Elle préparait déjà les fameuses autorisation, toujours installée sur sa bécane, juste au cas où...*

DORIAN: *Il arriva après quelques minutes d'une démarche tranquille, saluant les deux femmes d'un sourire doux.* Hello ! Madam Bern warned me of your arrival. My name is Dorian Lamotte. These are you authorizations ? *remarqua-t-il en s'approchant de Moeïra pour jeter un coup d'oeil aux papiers.* Alright. Keep them and don't loose them, you'll need them if you want to come back next full moon. *prévint-il.* Come, follow me. You can take your bike too, I have somewhere where you can park it safely. I'll show yo uthe official entrance too, if you want to come back. *expliqua-t-il en prenant doucement la route vers son chalet.*

Moeïra: *Elle observa l'homme, gentil au demeurant mais elle n'arrivait pas à se détendre, c'était beaucoup de chose qu'elle ne contrôlait pas et un environnement qu'elle ne connaissait pas. Redémarrant sa moto pour le suivre lentement jusqu'au chalet* How many of us are here ?

DORIAN: Just you and me for now. But there's still time before the night and there could be emergencies so you never know. *expliqua-t-il gentiment en continuant de marcher.* Madam Bern told me it was your first time in a SFL Plaine. She also told me a bit about why you're here. I just want to reassure you, there are no hunters here. The only dangers here are falling from a rock or in a hole or in the lake or getting injured by deer antlers but... No one ever died or got killed so don't worry.

Moeïra: *Elle l'écoutait sans vraiment l'écouter, se sentant mal à l'aise à l'idée que ce Dorian connaisse une partie de leur histoire.* Too good to be true...

DORIAN: *Il eu un petit rire à sa remarque* Well... We try to make it nice here. A safe environment. It doesn't change how the world is outside. *rappela-t-il en marchant calmement.* I know things are different where you come from but here we try our best to make things right for werewolves.

Moeïra: *Elle eut un petit sourire et un petit rire dédaigneux devant ce discours* Like everyone *après tout combien de fois n'avait-elle pas entendu ce discours ? Alors qu'ils arrivèrent, elle gara sa moto, positionnant la béquille de celle-ci avant de laisser Becca descendre la première et de la suivre ensuite*

DORIAN: *Ils arrivèrent devant un grand chalet de plusieurs étages semblable à une maison d'hôte les charpentes en bois arborrait un coté chaleureux et familliale. Il leur désigna le petit garage à côté où elles pourraient laisser leur moto et les invita à entrer dans le chalet. Il tappa deux fois des mains et la moto disparue, dissimulée à la vue des autres. Il rentra alors dans le chalet et referma la porte derrière eux.* There are bedrooms and a kitchen you can use even though we will spend most of the night outside. If you have luggage or clothes you can leave them in one of the rooms. *expliqua-t-il en allant derrière le comptoir pour griffoner deux noms sur le cahier où il listait les allées et venues de ses différents invités.* The forest is warded against muggles as well as other uninvited guests. Once the night comes, no one will be able to get in and no one can get out so do not worry about that you can run around freely all you want. You might encounter some animals and not that you are allowed to hunt them. If that makes you uncomfortable I can keep them out too. In the morning, follow the scent of butter and sugar to find your way back to the Chalet. Breakfast will be waiting for you. *ajouta-t-il avec gentillesse.* Do you have any questions ?

Moeïra: *Plus elle écoutait tout ceci et plus elle avait la sensation que cela était irréel. Elle observait les lieux, magnifique au demeurant même si ça avait tendance à lui rappeler la maison dans laquelle elle avait grandit. Elle avait besoin d'un verre...Et d'une douche...* I need a shower

DORIAN: There is one for every bedroom. *indiqua-t-il gentiment* Since you are the only ones for now, you can choose whichever you like.

REBECCA: *Toujours partagée entre ce sentiment rassurant et celui qu'elle n'appartenait pas à ce monde, elle prit la main de Moeïra et la guida vers l'étage par l'escalier que le responsable leur montra. Elle la tira dans une chambre au hasard et la laissa découvrir la douche alors qu'elle s'asseya sur le lit, tentant de remettre ses idées en place et d'essayer de s'imaginer à quoi cette nouvelle nuit dehors allait ressembler.*

Moeïra: *Seule avec elle, elle ôta chacun de ses vêtements avant de la regarder. S'agenouillant devant, elle passa ses doigts sous son menton pour relever sa tête, venant capturer ses lèvres si douce. Elle esquissa un sourire en la regardant avant de se relever et de se diriger vers la salle de bain, laissant la porte ouverte au cas où, elle se glissa sous la douche, allumant l'eau chaude*

REBECCA: *Elle eu un sourire à son baiser et son invitation. Mais bien trop noyée sous ses pensées elle n'y répondit pas, se contentant de rester sur ce lit en se demandant ce que devenait sa vie. Fuir avait été nécessaire, vital, mais maintenant ? Elles ne pourraient pas fuir pour toujours. Et ce pays... Ses règles, cette communauté. Elle savait bien qu'elle enviait cette ambiance et cette sécurité, mais serait-elle prête à s'installer ici ? Tout laisser sans un regard derrière elle ? Elle songea à sa meute disparate mais aussi et surtout à celle de Moeïra qu'elle n'avait quitté que pour rester avec elle. Et Fenrir... Elle prit sa tête dans ses mains en soupirant, pas encore prête à répondre à toutes ces questions qui s'amassaient pourtant dans son cerveau.*

Moeïra: *Elle prit une longue douche, profitant de l'eau et du savon présent pour véritablement se décrasser et se laver les cheveux. Profitant du moment pour se remettre les idées en places. Elle devait bien admettre que l'environnement était plaisant mais, et c'était bien ce qui importait le plus, il était sécuritaire, assez pour éloigner Becca de ses cauchemars, la protéger de tout ça. Alors qu'elle quittait la cabine de douche, ses yeux rencontrèrent son propre reflet, se séchant les cheveux avec une serviette. Elle ravala ses inquiétudes, essayant de ne pas penser au fait que tôt ou tard, Rebecca la jetterait. Ses yeux sombres fixant son reflet*

REBECCA: *Elles restèrent toutes les deux de leur côté à se demander à quoi le futur allait ressembler pour elles. Les réponses viendraient peut-être avec le temps mais il y avait une chose qui n'attendait pas. La pression de la Lune fit doucement hérisser les poils sur sa peau et comme à la dernière pleine Lune elle se recroquevilla d'angoisse, redoutant ce moment plus qu'elle ne l'avait jamais fait dans sa vie de louve. Elle était plus rassurée ici que là où elles s'étaient trouvée la dernière pleine Lune mais elle savait que ce n'était que pour cette nuit, peut-être la prochaine, mais pour toutes les autres ?* J'suis crevée... *soupira-t-elle en sachant que Moeïra était sortie de la douche* J'aimerais bien juste... Si seulement je pouvait avoir juste... Un cycle tranquille. Pas de transformation... *murmura-t-elle pour elle même mais aussi pour confesser son état d'esprit à la louve, qu'elle excuse son attitude si morne.*

Moeïra: *En sentant le frisson que lui produisait l'arrivée de la pleine lune, en entendant Rebecca, elle quitta la salle de bain, restant nue étant donnée qu'elle n'allait pas en avoir besoin d'ici peu de temps. S'approchant de la jeune femme, elle l'embrassa doucement sur la joue, l'aidant à se dévêtir pour éviter qu'elle n'ait plus rien à se mettre le lendemain, alors qu'elle la voyait nue, elle la prit dans ses bras* Becca...On est plus obligé de partir *Laissa-t-elle entendre, en sachant qu'ici, les cycles, les transformations, tout ça pouvait reprendre quelque chose de normal et de ne plus aussi effrayant pour elle*

REBECCA: *Elle se laissa déshabiller bien qu'elle réprima un sanglot en se sentant dévêtue de son humanité, condamnée à céder à la bête. Elle trouva le réconfort dans le baiser et les bras de Moeïra mais sa réponse ne fit qu'animer les questions et les doutes dans sa tête.* Je sais pas quoi faire... *soupira-t-elle tristement en la serrant contre elle, tremblant doucement de peur à cette menace qui approchait.* Je voulais pas... Je voulais pas tuer tout ces hommes ! *craqua-t-elle à nouveau comme elle le faisait assez souvent depuis le massacre, se mettant à sangloter contre l'épaule de Moeïra.*

Moeïra: *Elle la garda dans ses bras, se gardant bien de dire quoi que ce soit et se sentant particulièrement démunie et coupable. Coupable parce qu'elle ne ressentait pas la même chose qu'elle à ce sujet, coupable de l'avoir quelque part entraîner là-dedans alors qu'elles auraient pu partir à plusieurs reprise et ne pas participer à tout ça...Et encore plus coupable de n'être d'aucun secours à présent.* Ca n'arrivera plus jamais *Souffla-t-elle à son oreille en la gardant contre elle* Je te le promets...

REBECCA: Tu ne sais pas ! Tu ne sais pas ce qui peut arriver, même si on fait attention, même si... *elle renifla, incapable de retenir ses sanglots* On a tué tout ces gens et c'est trop tard... ! C'est nous les monstres, c'est nous qui auraient dû être exterminés ! *pleura-t-elle bruyamment*

Moeïra: *Elle encaissa ses cris, ses plaintes, ses pleurs et la violence de ses mots* Les montres n'ont pas de regret Becca...Aucune culpabilité... *Laissa-t-elle entendre, ravalant sa propre douleur face à cette constatation et à ce que cela voulait dire pour elle-même*

REBECCA: Alors qu'est-ce que je suis ?! *pleura-t-elle et bien que c'était le contraire de ce que Moeïra tentait de lui dire, elle enviait son calme et son absence de remort. Cela aurait été plus facile de n'en avoir rien à faire, de pouvoir cracher sur les cadavres de ces salauds de chasseurs qui avaient voulus leur mort, de rire aux nez de ceux qui critiquaient les loup-garous, d'être comme avant... Mais maintenant elle se retrouvait dans les pompes de tout les misérables qu'elle avait pu croiser, honteux d'être loup autant que honteux d'être un homme.*

Moeïra: Rebecca... *Répondit-elle* Une danseuse au corps à tomber, au rire éclatant, capable de me faire prendre mon pied comme personne, capable d'aimer, de pardonner... *Elle caressa son visage, essuyant ses larmes avant* Tu es celle que j'aime... *Elle l'embrassa* Je t'aime *murmura-t-elle avant de l'embrasser à nouveau* je t'aime...

REBECCA: *Elle sanglota un peu plus en l'entendant la décrire. Elle ne se reconnaissait plus dans tout ça. Elle avait abandonné sa vie et son job, elle n'avait été capable de lui faire l'amour ou de rire après tout ça. Elle n'était qu'une épave que Moeïra s'efforçait de trainer derrière elle et sa détermination lui brisait le coeur. Elle avait l'impression de lui mentir en la voyant se raccrocher à cette image alors que clairement... Elle en était loin.* Je... *mais elle n'eut même pas le coeur de lui répondre, ayant trop l'impression de souiller ces mots à la lui dire maintenant. Elle s'essuya furieusement les yeux en s'efforçant de rassembler le peu de courage qui lui restait pour affronter cette nuit.* On devrait aller dehors.

Moeïra: *Elle acquiesça à sa requête, s'efforçant d'ignorer la vive douleur qui l'étreignait le coeur. L'aidant à se relever, elle attrapa le drap pour la couvrir, même si elle n'était pas du genre pudique et qu'elle avait été strip teaseuse, elle s'était que les choses avaient peut-être changer et une part d'elle était furieusement attachée à cette personne qu'elle souhaitait ne garder que pour elle. Se couvrant de la serviette qui entourait ses cheveux, elle la prit par la main pour l'accompagner à l'extérieur*

Les deux jeunes femmes descendirent de leurs chambres, retrouvant Dorian en discussion avec un autre demoiselle. Il accueillit les deux anglaises avec un grand sourire, leur présentant son amie Adèle. La nuit approchant, ils n'eurent que très brièvement le temps de se présenter et sortirent. D'un sortilège, le responsable masqua et protégea le chalet pour la nuit afin de ne pas avoir de mauvaise surprise au matin. Comprenant que les anglaises avaient probablement besoin d'un peu d'intimité, Dorian et Adèle s'éloignèrent de leur côté en les saluant joyeusement, excités à l'idée de cette nouvelle Pleine Lune.

Au petit matin, leur réveil fut accueillit par le chant des oiseaux, un soleil matinal orangé et la douce odeur de croissant et de viennoiseries se répandant lentement dans la forêt.

Moeïra: *Elle s'était réveillée, la tête posé dans le creux de la taille de Becca. Sa main glissant le long de sa jambe, profitant de la douceur de sa peau et l'attirant au réveil en douceur, baisant son épaule. Tout c'était très bien passé cette nuit, elle n'avait pas eu à s'inquiéter, pas eut à surveillé Becca et quelque part, elles avaient pu un peu profiter, elle se souvenait l'avoir embêter, chercher, batailler juste pour le plaisir de se chamailler, elle se souvenait avoir lutter pour qu'elle se détente un peu. Son estomac cria bruyamment famine lorsque les odeurs sucrées lui parvinrent.* Debout princesse *murmura-t-elle à son oreille. Se retournant, elle ne remarqua pas qu'elles s'étaient toute deux assoupie non loin du lac, tellement proche du bord que simplement se retourner la fit chuter dans l'eau glacée d'un matin d'hiver*

REBECCA: *Elle émergea doucement, sentant le parfum et les caresses de Moeïra comme si elles se réveillaient après une nuit d'ébats. Elle se souvenait vaguement de la nuit, ne se rappelait pas d'incidents mais malgré tout, une pointe d'angoisse lui fit ouvrir les yeux, priant pour ne pas retrouver de sang sur ses mains ou de cadavres autour d'elle. Elle n'eut pas le temps de vérifier qu'un cri la fit sursauter et elle sentit la chaleur de Moeïra la quitter.* Baby ! *cria-t-elle de peur alors qu'elle pataugeait dans l'eau glacée. Elle lui tendit la main pour pouvoir la ramener sur la rive et la réchauffer.*

Moeïra: *Si elle était encore en phase de réveil, ce bain d'eau glacé se chargea de violemment et pleinement la réveiller, bien plus que l'odeur de petit déjeuné. Loin d'être une experte à la nage, elle attrapa cette main tendu directement après avoir avalé une bonne tasse d'eau froide. Se retrouvant à l'extérieur, pelotonnée contre Rebecca, les lèvres violacés et la peau rougie* P-p-p-ut-utain ça ré-ré-réveil *dit-elle en tremblotant, tentant de se relever pour faire circuler le sang et se réchauffer* on-on fait la cou-course ? *Proposa-t-elle sans se débiner, tentant plutôt de garder une certaine contenance malgré le ridicule de cette situation et ses allures de chiens mouillés*

REBECCA: *Elle ne put s'empêcher d'exploser de rire lorsqu'elle serra son corps tremblottant et frigorifié contre elle, soulagée et amusée de l'entendre bégayer à cause du froid. Elle l'aida à se relever et acquieça, se disant qu'un peu d'effort physique l'aiderait à se réchauffer.* Attrape-moi si tu peux. *murmura-t-elle de sa voix suave avant de s'élancer à toute vitesse à travers les arbres*

Moeïra: *Ce ton et cette voix suffisait à eux seuls à réchauffer une part d'elle alors quelle s'échappait dans la forêt. Elle laissa filé un rire mêlé d'un grognement avant de se mettre lentement à courir, retrouvant peu à peu une coordination et à se réchauffer, elle s'élança plus rapidement. Slalomant entre les arbres, sautant par dessus les racines, son corps retrouvait peu à peu une température plus enviable tentant de la rattraper malgré tout mais sans succès. Celle-ci avait prit une bonne distance et elle s'aidait à présent de son flaire pour pouvoir la suivre, un peu déboussolée par les odeurs de nourritures*

REBECCA: *Elle couru aussi vite qu'elle pu pour forcer Moeïra à tout donner elle aussi et bien s'échauffer par l'effort. Au bout d'un moment, elle ne l'entendit plus derrière elle et s'arrêta. Elle eu un sourire victorieur en sachant qu'elle l'avait semé et elle se cacha alors derrière un arbre pour la prendre par surprise. Elle pourait la repérer par le flaire, mais ayant instinctivement suivit les éffluves appétissantes du petit déjeuner, elles étaient à présent plus proche du chalet et le parfum plus enivrant et déstabilisant.*

Moeïra: *Lorsqu'elle vit le chalet devant elle, elle s'arrêta en fronçant les sourcils. Elle sentait le parfum de Becca se mêler à tout le reste mais elle était incapable de savoir précisément où elle se trouvait. A l'intérieur ? Toujours dehors ? Elle tourna sur elle-même en finissant par sourire et même rire.* Petite peste *Commenta-t-elle en cherchant après elle*

REBECCA: *Elle se retint de pouffer de rire en l'entendant l'insulter, tournant dans tout les sens pour la trouver. Elle attendit qu'elle soit dos à elle pour surgir de derrière son arbre et se jeter sur elle.* RAAAWR ! *cria-t-elle puérilement en la faisant tomber au sol, mordillant avidement son cou et son épaule en riant à coeur joie*

Moeïra: *Elle éclata de rire en finissant à terre, se débattant légèrement mais à vrai dire, elle appréciait bien trop sentir ses dents contre sa peau et entendre son rire à nouveau. Finissant pourtant par rouler dans les feuilles et la terre pour se retrouver au-dessus d'elle et venir emprisonner ses lèvres avec les siennes*

REBECCA: *Elle ricanna en roulant dans les feuilles et l'embrassa passionnément en posant ses mains sur ses joues douces, chassant ses cheveux trempés de son visage.* Ca y est t'as chaud ? *nargua-t-elle en se dandinant doucement sur le sol*

Moeïra: *Elle eut un rire et se mordit la lèvre supérieur à ses mots, la sentant gigoter sous elle* Je devrais te dire que non pour en profiter *Répondit-elle alors qu'un frisson parcourut son corps en sentant une goutte d'eau glisser de ses cheveux jusqu'à son sein*

REBECCA: Pas besoin de te jeter dans un lac glacé pour profiter de moi baby... *murmura-t-elle tendrement avec un sourire séduisant*

Moeïra: *Il n'en fallut pas plus pour réveiller un appétit tout à faire différent, caressant son sourire de sa langue avant de se relever en attrapant ses mains et la relevant, elle la serra dans ses bras avant de l'emmener à l'intérieur, prenant à peine le temps de saluer les personnes présentes* on va s'habiller *justifia-t-elle pour l'emmener dans cette même chambre, à peine fut-elle entrée qu'elle referma la porte en y plaquant Becca contre pour capturer ses lèvres avec passion*

REBECCA: *Elle frissonna en la sentant la tirer avidement jusqu'à la chambre pour l'embrasser passionnément.* Prends-moi... *Soupira-t-elle d'un ton indécent en jouant de ses hanches pour se frotter contre elle.*

Moeïra: * ces mots elle ne pensait plus les entendre et elle ne fit que nourrir son désir. L'embrassant de plus belle elle entoura son dos et sa taille de ses bras pour doucement l'emmener jusqu'au lit où elle l'allongea. Sa main parcourant sa cuisse, venant la caresser sans jamais la rejoindre complètement, attendant qu'elle s'apprête a le supplier pour l'interrompre en la pénétrant soudainement et profondément*

REBECCA: *Elle se mordit la lèvre en s'étendant sur le lit, lui laissant le loisir de choisir son morceau de choix. Frissonnant de désir sous ses caresses qui la narguaient, elle s'apprêta à lui souffler de se montrer plus dégourdie mais à la place un long gémissement de plaisir et de soulagement s'échappa de sa gorge alors qu'elle entra en elle.* Moeïra... ! *appela-t-elle avec indécence en griffant doucement son corps pour la ramener à elle et pouvoir profiter un maximum du contact de son corps.*

Moeïra: *Un grognement quitta sa gorge lorsqu'elle la griffa, emprisonnant ses lèvres, elle vint les mordre. Continuant ses caresses elle ne put s'empêcher de sourire en l'embrassant, retrouvant son corps, sa chaleur et le son de sa voix fiévreuse et c'était bien dans un désir de l'entendre plus encore qu'elle s'appliqua à retrouver ses marques et ses points les plus sensibles*

REBECCA: *Il ne fallut pas longtemps pour qu'elle se mette à gémir et crier, le soulagement et le plaisir bien trop nécessaire pour elle depuis cette nuit là. Elle laissa la luxure éteindre son cerveau comme la pleine Lune l'avait éteint la veille, criant son plaisir sans retenue en appelant celle qui faisait battre son cœur et trembler tout son corps.* Encore ! Plus fort ! *Supplia-t-elle en léchant et en mordant avidement la chaire de Moeïra, haletante et jappant comme une bête.*

Moeïra: * elle ne s attarda pas sur ses lèvres. Sa bouche descendant contre son sein pour en pincer le bout entre ses dents. Jouer avec sa langue avidement contre son mamelon alors qu'elle la caressait de l'intérieur en ayant trouver son talon d'Achille. Son pouce titillant le petit bouton de chaire au dessus de ses lèvres. Haletant elle même en ressentant un intense plaisir a contrôler le sien*

REBECCA: Encore ! Encore ! *gémit-elle en mêlant ses doigts à ses cheveux et en la serrant contre elle sans pouvoir se contrôler, jouissant sans faiblir ou redescendre, griffant tout ce qui était à sa portée.*

Moeïra: * loin de se lasser... Elle voulait l'entendre encore et encore, sentir son corps trembler entre ses mains. Se relevant elle l'abandonna le temps de se retourner et se placer a quatre patte au dessus d'elle. Lui offrant d'autres partie de son corps a marquer de ses crocs ou de ses griffes alors qu'elle même glissa sa tête entre ses cuisses. Lapant son corps, goutant à nouveau au nectar de son plaisir, jouant de ses doigts pour pouvoir ne rien oublier de sa langue*

REBECCA: *Elle lutta pour retrouver un peu d'air lorsqu'elle s'éloigna, croyant qu'elle avait tout donné. Etourdie par le plaisir et imbibée de luxure, elle se jeta avidement sur les lèvres qu'elle lui offrait mais ne s'attendit pas à ce qu'elle continue d'entretenir son plaisir. Elle eu du mal à contrôler son corps assez pour continuer de riposter, laissant sa tête retomber en arrière, les cris de jouissance recommençant à résonner dans sa gorge.* Je viens ! Je viens ! *couina-t-ele en se crispant, sentant qu'elle atteignait la limite de la jouissance, le point de non retour.*

Moeïra: * et dans un désir de faire durer le plaisir elle cessa ses caresses lorsqu'elle la prévint, attendant légèrement avant de reprendre, réitérant cette torture dans l'unique but que le moment de délivrance soit aussi long qu intense. Ce qu'elle fit, enfonçant profondément ses doigts en elle alors qu'elle caressait le reste de sa langue pour enfin ma faire jouir longuement. Se nourrissant de son plaisir et de son orgasme*

REBECCA: *Elle fut prit de court lorsqu'elle cessa, et plus encore lorsqu'elle la pénétra pour lui arracher un intense et long orgasme qui crispa son corps entier de plaisir et d'endorphine. Elle se raccrocha à ses cuisses en redescendant de cet incroyable voyage aux limites du plaisir, haletante et déboussolée. Mais elle ne tarda pas à retrouver le nord ou plutôt les lèvres de Moeira qu'elle vint lécher fébrilement, puis avec plus d'aplomb avide de la faire jouir elle aussi et qu'elle l'accompagne dans ce moment d'euphorie. Elle se redressa en glissant entre ses jambes pour se retrouver derrière elle et plonger plus goulument entre ses cuisses, mêlant langue, doigts et souffle pour venir la faire vibrer à son tour.*

Moeïra: * elle ne crut pas qu'elle reprendrait le dessus aussi rapidement. La surprise lui tira quelques gémissements en sentant sa langue se jouer d'elle. Son corps retombant sur ses avants bras. Se soumettant littéralement a ses caresses* Becca *geignit elle tendrement* ne t'arrête pas

REBECCA: *Et elle était loin d'en avoir fini, enserrant sa cuisse pour s'assurer qu'elle ne s'échapperait pas, elle continua de l'assaillir, la pénétrant tour à tour de sa langue et de ses doigts sans oublier de venir jouer avec son clitoris pour la faire gémir. Elle n'oublia aucun point sensible, aucune mesure pour la faire chanter encore et encore, la laissant monter aussi doucement que sûrement jusqu'à ce qu'elle puisse la rejoindre sur leur petit nuage d'endorphine, de plaisir et d'insouciance.*

Moeïra: Merde Becca... C'est si bon ! * laissa t elle entendre alors qu'elle se redressait, son dos cambrer, frémissante de plaisir, elle haletait et jurait, criant son nom un peu plus fort proportionnellement a ce qu'elle faisait subir a son corps. Mouillant allègrement ses doigts, sa langue et l'intérieure de ses cuisses.* Putain vas y * supplia t elle plus encore en se sentant sur le bord de l'implosion. Chacun de ses muscles se tendant *

REBECCA: *Elle ne la lécha que plus goulument et avidement en la sentant mouiller si fort pour ne pas en perdre une seule goutte, s’abreuvant et s'enivrant complètement de son plaisir jusqu'a pouvoir l'entendre et la sentir partir violemment. Elle lui offrit quelques secondes de plaisir en plus avant de l'autoriser à vraiment redescendre en venant l'envelopper et la serrer dans ses bras.*

Moeïra: * son cerveau disjoncta complètement alors qu'elle se relevait sous l'effet de son orgasme, attrapant son poignet part reflexe avant de doucement la relâcher se laissant retomber en arrière et dans ses bras. Le souffle cours et les joues teintées par l'effort et la luxure* wouah * laissa t elle entendre avant d'éclater de rire et de joies *

REBECCA: *Elle ria à coeur joie avec elle, la serrant tendrement dans ses bras et déposant de petits baisers sur son épaule.* Quelle merveilleuse façon de passer le temps. On devrait faire ça plus souvent. *plaisanta-t-elle doucement en venant caresser sa jambe avec la sienne.*

Moeïra: Tous les jours... Toutes les heures... Je pourrais rester ainsi dans tes bras toutes mon existence * soupira t elle en souriant. Frissonnant sous ses caresses*

REBECCA: Alors reste. *souffla-t-elle tendrement en embrassant doucement son cou.* Je t'aime Moeïra.

Moeïra: Je t'aime aussi Rebecca * répondit elle en reposant sa tête contre son épaule* et ta façon de jouir...

REBECCA: *Elle se sentit rougir, loin de vraiment réfléchir à sa facon de jouir. Elle se doutait que ce devait etre plus plaisant que de la voir chialer et s'apitoyer sur son sort.* Désolé d'avoir été chiante ces derniers temps. *dit-elle alors d'une petite voix, profitant inconsciement de ce cocon d'amour et de sureté pour se confier.*

Moeïra: Non... * dit elle en se retournant, prenant son visage entre ses mains l'embrasser * c'est derrière nous tout ça... Je ne t'en veux pas et je ne t'en ai jamais voulu Becca

REBECCA: *Etait-ce vraiment derrière elles ? Elle aurait aimé le croire et elle chassa l'angoisse qui ne demandait que de revenir au galop. Elle vint l'embrasser a nouveau pour retrouver le contact rassurant de ses lèvres. * Et c'est quoi la suite ? *demanda-t-elle avec un petit sourire timide en se rendant compte qu'a force de fuir le passé elle n'avait pas songé une seconde à ce qu'il pouvait y avoir devant elles.*

Moeïra: Je sais pas *Murmura-t-elle un peu embarrassée* je suis pas douée pour planifier *elle avait toujours vécu au jour le jour une majorité de son existence et maintenant qu'elle n'avait plus vraiment à fuir qui que ce soit ou quoi que ce soit* Je me demande si c'est une si mauvaise chose de rester...

REBECCA: *Elle fit glisser ses mains sur sa poitrine et son ventre lisse, respirant son parfum dans ses cheveux en fermant les yeux. Ainsi le futur était incertain pour toute les deux. Tout ce temps elles n'avaient fait qu'avancer aveuglément, mais au moins grâce à Moeira, elles avaient avancé. Becca ne voulait pas être celle mettant fin à cette folle aventure mais aussi excitant que ce soit, la fuite restait angoissante, comme si elle leur rappelait qu'un ouragan menaçait derrière elles. L'idée de se poser n'aurait pas dû tant lui plaire et pourtant, elles étaient si bien ici en cet instant. Si toutes les pleines lunes pouvaient être ainsi...* Je ne sais pas... Je... Je me suis bien amusée cette nuit. Et ce matin...

Moeïra: * elle eut un sourire a l'évocation de ce qu'elles venaient de faire. Cela faisait tellement de temps qu'elles étaient sur la route et c'était la première fois qu'elle retrouvait enfin sa Becca... L'idée de la perdre l effrayait bien plus que de perdre sa propre vie* restons * affirma t elle cette fois, elle s'adapterait aux autres tant que Rebecca était avec elle*

REBECCA: *Elle eu un petit rire incrédule de l'entendre le proposer sans même hésiter ou vraiment y réfléchir.* Ben... Si on reste... Il va peut-être falloir qu'on soit un peu plus sympa avec nos colocs. *Remarqua-t-elle en gloussant, se doutant que leurs ébats avaient dû être bien audible même depuis la cuisine où elles avaient entre aperçu les deux autres.*

Moeïra: * elle eut un rire franc* attends, t'en sais rien, ça leur a peut être plu * remarqua t elle en se levant, cherchant dans ses affaire de quoi être présentable*

REBECCA: Hmm c'est vrai. *Gloussa-t-elle doucement en se roulant lascivement sur le lit* C'est des français, c'est des experts en la matière.

Moeïra: Je suis sur qu'ils auraient beaucoup a apprendre de toi * dit elle en souriant, estimant que c'était elle l'experte pour la faire jouir* tu as faim ?

REBECCA: Je meurs de faim. *Ronronna-t-elle en se mordant la lèvre avant de se trémousser jusqu'au bord du lit pour récupérer de quoi se vêtir.*

Moeïra: *Habillée, elle se retourna vers elle pour la regarder en faire de même et profiter encore un peu de sa nudité*

REBECCA: Hey baby. Si t'en veux encore t'as qu'à demander. *nargua-t-elle en prenant son temps pour s'habiller en s'étirant et se dandinant sensuellement comme elle savait le faire dans le sens inverse.*

Moeïra: * elle n'eut même pas l'esprit de lui demander tant elle la dévorait des yeux. Finissant par lever les yeux aux ciels* c'est pas permis d'être aussi sexy

REBECCA: *Elle ricanna en la rejoignant pour lui donner une petite fessée.* C'est mon boulot d'être sexy. Enfin... c'était. *rectifia-t-elle en se demandant une seconde si elle pourrait retrouver un travail ici, si elle le devait...* On va manger ? *annonça-t-elle joyeusement en prenant Moeïra par la main pour redescendre*

Moeïra: *Elle laissa filer un petit gémissement faussement plaintif à sa fessée, la regardant du coin de l'oeil en serrant doucement sa main pour la suivre* On va manger *confirma-t-elle en redescendant rejoindre les deux autres personnes*

DORIAN: Un café ? *proposa-t-il avec un sourire en voyant les deux anglaises les rejoindre.*

Adèle: *Elle eu un petit sourire mais se retint de faire tout commentaire, trempant sa tartine à la confiture dans un café avant de croquer dedans.*

REBECCA: Euh oui merci. *répondit-elle d'une petite voix en se collant instinctivement plus à Moeïra.*

Moeïra: *Elle se renfrogna malgré tout face eux deux étrangers, c'était plus fort qu'elle. Acquiesçant à la proposition de Dorian en s'approchant pour récupérer le dit café. Jetant un regard plein de malice à Rebecca, elle préféra désamorcé directement la situation* Désolé pour le bruit...

DORIAN: *Il eu un petit rire amusé.* Pas de soucis. Vous êtes ici pour vous détendre. *les rassura-t-il gentiment.*

Moeïra: *Buvant une gorgée de café, elle avait du mal avec ce concept de détente elle qui n'avait connu que la course et la fuite* ouais *dit-elle en reposant sa tasse sur la table* comment ça se passe si jamais on envisageait de rester ? *elle jeta un regard à Adèle qui semblait bien silencieuse*

DORIAN: *Il paru agréablement surprit de l'entendre demander ça.* Ehm... Et bien le mieux est de se recenser au SFL mais Françoise m'a informé que vous auriez peut-être un problème avec ça. En attendant votre autorisation est valable ici pour la longueur de votre séjour en France. Vous pouvez rester autant que vous voulez, je ne vous chasserais pas. En revanche si vous voulez changer de Plaine alors il vous faudra une nouvelle autorisation. *expliqua-t-il patiemment.*

Moeïra: *Cette histoire de recensement était effectivement un problème aux eux de Moeïra mais cette nuit et cette matinée lui faisait les choses avec un peu plus de nuances. Un nom dans un registre...Etait-ce réellement un problème ?* Pourquoi vous faites ça ? Ce registre...

DORIAN: *Il haussa les épaules ne comprenant qu'à moitié pourquoi cette idée pourrait déranger.* C'est simplement une façon de se connaitre entre nous, d'avoir un moyen de se retrouver et de s'aider. Si quelqu'un est en danger ou a besoin d'aide, ou a simplement de parler, de rencontrer d'autres lycans... Les gens ont tendance à s'isoler du reste du monde après leur transformation et je ne dis pas que ce n'est pas nécessaire... Mais entre nous, ça fait du bien de savoir qu'on est pas seul. Et je trouve personnellement que la France est un pays pionnier dans la reconnaissance des droits des lycans. Le système que nous avons est bon. *affirma-t-il avec un sourire*

Moeïra: Vous n'êtes pas français ou seulement particulièrement chauvin ? *Demanda-t-elle en l'écoutant* Dans votre pays cela fonctionne peut-être mais faites ceci en Angleterre et vous verrez bon nombre d'entre nous se faire pourchasser *remarqua-t-elle* et tous ne s'isole pas *elle même n'avait pas connu l'isolement avant d'être banni*

Adèle: Hey. *intervint-elle d'une voix naturellement lasse et très légèrement agressive, cela s'ajoutant à son accent français haché bien plus prononcé que celui de Dorian.* On a jamais dit que c'était la solution pour tout le monde. Si vous préférez courir dans les bois, massacrer des chasseurs, mordre des bébés et jouer aux indiens et aux cowboys personne ne vous arrête. Il dit juste que pour nous ça fonctionne, et que beaucoup de gens font des efforts pour que ça soit le cas alors respectez ça.

Moeïra: *Elle fronça les sourcils, elle qui faisait un effort pour s'intéresser à ce système sans trop émettre de jugement et pouvoir comprendre justement comment ça pouvait fonctionner chez eux et pas ailleurs, elle supporta mal d'être accusé ainsi* En quoi je suis en train de cracher sur votre truc, je m'interroge grognasse *dit-elle en se relevant supportant difficilement le jugement dans sa voix*

Adèle: *Elle eu un petit rire devant l'agressivité de l'anglaise et haussa les épaules.* Okay alors je vais faire plus simple. T'es dans une meute ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NPC Amy

avatar



Messages : 460
Date d'inscription : 17/03/2013

MessageSujet: Re: Fullmoon   Lun 20 Fév - 9:08

https://rpnow.net/rp/fbixV3mn/7



Moeïra: Elle est devant toi ma meute *Dit-elle du tac o tac sans vraiment en être consciente*

Adèle: *Elle haussa les sourcils en regardant tour à tour les deux femmes.* C'est mignon, mais c'est pas une meute ça. *remarqua-t-elle.* Bon... Vous connaissez quand même le principe ? Ben en France vous pouvez considérer qu'y a qu'une seule meute et c'est le SFL. On veille les un sur les autres parce qu'on a finit par comprendre qu'on se ferait jamais accepter si on s'acceptait pas soi-même, et les autres. Ça vous a l'air peut-être super bobo avec le syndicat, le registre, les listes, les programmes, mais c'est juste des gens qui essayent de se serrer les coudes.

Moeïra: *Elle resta un moment à réfléchir à ce qu'Adèle venait de dire, ayant un peu de mal à vraiment comprendre malgré tout. Clyde et les autres, ça lui semblait pas si différent, ce qu'ils avaient fait en Angleterre ne lui semblait pas si différent et pourtant ça sonnait clairement comme un reproche...Elle se senti particulièrement mal à l'aise en un instant, ça lui parlait et elle comprenait mieux le fonctionnement avec l'explication d'Adèle mais elle avait du mal à savoir comment elle, elle serait capable de s'imbriquer là-dedans...Elle avait connu tant de meute et avait finit part toute les quittés au final...Elle reposa ses fesses sur sa chaise, observant sa tasse de café en se renfermant aux autres*

Adèle: *Elle s'apprêta à une réponse, une râlerie, une remarque ou un reproche mais pas un silence. Haussant un sourcil, elle eu une moue un peu coupable en tournant le regard vers Dorian.* _Désolé._ *dit-elle en sachant que Dorian lui aurait peut-être su amener les choses avec plus de délicatesse.*

DORIAN: _Non c'est rien !_ *lui assura-t-il avec un sourire* C'est une bonne chose de parler. *ajouta-t-il ensuite à nouveau en Anglais.* Si vous avez la moindre question ou même juste comme ça pour simplement se parler, n'hésitez pas. Croyez-moi, même s'il peut y avoir des choses qu'on a pas trop envie de remuer, en parler fait toujours du bien, ça aide parfois à remettre un peu d'ordre dans sa tête. *expliqua-t-il patiemment.* Et toi Rebecca ? Tu n'as pas beaucoup parler. *remarqua-t-il avec douceur.*

REBECCA: *Elle se crispa doucement autour de sa tasse de café en se sentant visée. Elle haussa timidement les épaules en détournant le regard.* Qu'est-ce que vous voulez que j'vous dise ?

DORIAN: Ce que tu as sur le coeur, ou si le café est assez fort à ton goût. *répondit-il avec gentillesse.*

REBECCA: *Elle cacha son visage derrière une petite gorgée de café, pas aussi à l'aise qu'il aurait aimé qu'elle soit.* Un peu trop fort en fait. *avoua-t-elle.*

DORIAN: Je vais rajouter de l'eau. Ou du lait ? *proposa-t-il en tendant la main pour récupérer sa tasse.*

REBECCA: Je veux bien du lait... *répondit-elle en se faisant toute petite pour lui tendre la tasse.*

Adèle: T'inquiète pas, il mord pas. *plaisanta-t-elle devant la mine intimidée de Rebecca.*

Moeïra: *Bien qu'elle resta silencieuse et plonger dans ses pensées, elle ne put s'empêcher de relever les yeux sur Rebecca, venant poser une main contre sa cuisse pour lui rappeler sa présence*

DORIAN: Voilà. *dit-il en lui tendant à nouveau sa tasse avant de reprendre place à la table.*

REBECCA: Merci. *répondit-elle d'une petite voix. Elle choisit de s'asseoir à côté de Moeïra pour ne pas rester là debout.* Et... vous ? Qu'est-ce que... *tenta-t-elle d'initier en espérant inconsciemment qu'ils comblent le silence plutôt que de lui demander à elle de se confier.*

DORIAN: *Il accueilli la question avec un sourire mais au lieu de répondre il se tourna vers son amie.* Adèle ?

Adèle: *Elle soupira en sentant que c'était son tour.* Encore ? *râla-t-elle doucement.* Moi j'me suis fait transformée par un enfoiré qui s'appelle Enis Delarue. Me demandez pas qui c'est, j'ai même pas eu le temps de voir son visage. Ça va faire... un an bientôt. *souffla-t-elle les yeux dans le vague, la mine amère.* Mais... Le SFL m'a prise en charge alors ça va je suis pas trop perdue. Entre les séminaires, les groupes de paroles, les petites soirées pour les initiés... Ils font tout pour qu'on le vive pas trop mal vous voyez le genre ? Ouai... ben j'ai encore du mal à avaler la pilule mais... j'vais m'y faire. *ajouta-t-elle tout de même avant de se refaire une tartine de confiture.*

Moeïra: *Elle releva les yeux vers Adèle, écoutant cette histoire en ne sachant pas vraiment quoi en penser. Partageant l'amertume de la jeune femme pour d'autre raison, les enfants de Dean fonctionnait par les liens de sang et les recrues extérieur à leur meute était ensuite minutieusement choisie...Les souvenirs de cette vie lui revenait en mémoire et elle se crispa doucement à ces souvenir alors qu'à côté la meute de Murdock n'accueillait pas de nouveau loup sans l'approbation du reste du clan.*

DORIAN: Nous nous sommes rencontrés dans un groupe de parole. Ma propre transformation remonte à bien plus longtemps. J'avais treize ans durant un voyage de classe en Estonie. Je ne connaissait pas le syndicat à l'époque et mes parents non plus. Donc j'ai vécu caché pendant plusieurs années. J'avais honte de ce que j'étais. A l'adolescence ça a commencé à être très dur à vivre mais j'ai fini par trouver le syndicat et recevoir l'aide dont j'avais besoin. Petit à petit j'ai fais la paix avec moi même et j'ai trouvé ma place au sein de la SFL. En tant qu'animateur de groupe de parole un temps, puis j'ai voulu retrouver un peu plus de quiétude ici. Je gère cette Plaine depuis deux ans environ. *raconta-t-il a son tour avec sincérité et sans tabou.*

Moeïra: *Elle ne put s'empêcher de les observer tous les deux partager aussi facilement leur origine mais ce qui avait été un temps une fierté lui semblait à présent une honte et un fardeau. Se voyant difficilement leur raconter qu'elle était née ainsi, parmi les loups, redoutant leur réaction et leur jugement, elle baissa à nouveau la tête en ayant ce sentiment horrible de ne pas être à sa place en leur présence*

REBECCA: *Elle les écouta sans vraiment savoir quoi penser ou si elle devait se reconnaitre dans ces histoires ou même si elle pouvait parler de la sienne comme ils le faisaient.* Je... *tenta-t-elle de se lancer mais les mots se coincèrent dans sa gorge.* Nous on essaye juste de se changer les idées. Prendre un peu d'air. *conclu-t-elle finalement, clairement fuyante mais elle ne se voyait pas partager toute leur histoire avec deux étrangers.*

DORIAN: Et bien vous avez trouvé l'endroit idéal ! *les congratula-t-il gentiment, montrant qu'il n'y avait aucun soucis à ce qu'elle ne se confie pas tout de suite.* Adèle va surement bouger mais moi je suis ici tout le temps et si vous voulez rester, je suis à votre disposition.

Adèle: J'vais peut-être rester un peu... Pour une fois que t'as de la compagnie intéressante. *remarqua-t-elle avec un petit sourire*

Moeïra: *Elle ne répondit rien, ne partageait rien, buvant son café silencieusement. Elle releva un oeil sur Adèle, légèrement méfiante avant de reporter son attention sur Dorian* J'ai besoin de faire un tour

DORIAN: Pas de soucis. Tu veux un plan des environs ? *proposa-t-il en quittant la table pour aller lui chercher ça*

Moeïra: Ouaip *Demanda-t-elle en terminant sa tasse de café, se relevant, elle sortie de sa poche son paquet de cigarette qu'elle vint allumé en suivant Dorian*

REBECCA: *Elle suivit Moeïra du regard, voulant instinctivement la retenir pour ne pas rester toute seule. Elle hésita aussi à la suivre mais elle ne semblait pas le demander préférant peut-être avoir un moment seule. Silencieuse, elle fit mine de s'intéresser au petit déjeuner bien qu'elle avait doucement perdu l'appétit.*

DORIAN: *Il alla chercher ça derrière son comptoir et l'étala pour donner de brèves explication.* Le petit voyant lumineux c'est où le porteur de la carte se trouve donc tu vois là c'est la cabane. Ici il y a le lac, là l'entrée principale. Le périmètre que tu vois en violet est la limite des sortilèges de protection, d'éloignement de moldus, d'alerte en cas d'intrusion tout ça tout ça... Et aussi la limite de ma responsabilité en ce qui concerne votre sécurité donc il vaut mieux ne pas trop s'éloigner hein ? *plaisanta-t-il doucement* Bien sûr au moindre pépin, envoyez un Patronus et je viendrais vous chercher.

Moeïra: *Elle observa la carte, les frontières, le point lumineux, acquiesçant à toute ces paroles. Elle ne vint lui avouer qu'elle était incapable d'envoyer un patronus, on ne lui avait jamais enseigner la magie et celle-ci fonctionnait uniquement à l'instinct et l'émotion. Loin de la refoulée, elle n'était simplement pas exercée.* Ok c'est noté... *De toute façon, en cas de pépin, elle supposait pouvoir le gérer seule, elle prit la carte, se dirigeant dehors pour récupérer son casque et sa bécane. Ce n'était pas contre Rebecca mais elle avait besoin de se vider la tête, de réfléchir à tout ça*

Après avoir observé la motarde s'éloigner, il revint à la cuisine où les deux demoiselles continuaient de déjeuner tranquillement. Comprenant que Rebecca puisse se sentir intimidée, ils ne lui posèrent pas plus de questions, et se mirent à parler entre eux en anglais tout de même pour ne pas qu'elle se sente à l'écart.
[/color]
Moeïra: *Elle roula, une heure entière avant de trouver une station d'essence à laquelle elle s'arrêta, faisant le plein pour sa moto, elle s'acheta aussi un nouveau paquet de cigarette et se servit de la monnaie pour se prendre un café. Revenant auprès de sa bécane en se calant une nouvelle cancéreuse entre ses dents*

Noé: *Sortant un peu de nullepart, silencieux, l'enfant s'approcha de la motarde. Il n'avait rien sur lui à part des vêtemens boueux qui pourtant semblaient de bonne facture, et son air misérable. Il devait avoir à peine dix ans. Tête baissé, il vint directement vers elle comme si quelque chose l'avait guidé jusqu'ici. D'une petite main, il s'accrocha au pan de sa veste en cuir.*

Moeïra: *Elle n'avait pas vraiment fait attention à cette approche et pourtant, son odeur lui était parvenu mais ses pensées étaient ailleurs et ce que fut que lorsqu'il accrocha un morceau de son cuir qu'elle baissa les yeux vers lui.* Hey gamin qu'est-ce que tu fous ? *Peu habituée aux enfants et loin d'être à l'aise* T'as pas de parents ? *Mais au vu de son allure, il était certain que non bien qu'elle releva quand même les yeux à la recherche de parents affolés à la recherche de leur gosse*

Noé: *Il sera un peu plus ce pan de veste en baissant la tête, apparemment pas prêt à la laisser s'en aller même si il ne comprenait pas un mot de ce qu'elle pouvait dire.* _Vous pouvez le ramener à la maison ? S'il-vous-plait ?_ *demanda-t-il d'une petite voix enrouée d'avoir trop pleuré.*

Moeïra: *Elle le fixait, ses yeux larmoyant, sa voix enroué et cette langue qu'elle ne comprenait pas. Fronçant doucement les sourcils, elle retira sa veste pour la poser sur les épaules de l'enfant en s'agenouillant en face de lui* Ok... *Son odeur hérissa doucement les poils devinant que ce qu'elle avait sous les yeux, c'était un louveteau. Elle observa tout autour d'elle* Tu viens d'où petit ? *Mais là encore c'était difficile d'être comprise. Elle poussa un grognement par la frustration, elle avait l'option de le laisser là, se débrouiller, partir et ne pas se mêler de ça. Elle hésita une longue minute avant de poser ses mains sur elle* Moeïra *se présenta-t-elle, le pointant alors lui du doigt pour pouvoir lui demander son prénom*

Noé: *Il se recroquevilla en la sentant ôter sa veste pour la poser sur ses épaules, il s'empressa de trouver autre chose auquel s'accrocher à elle mais il recula en la voyant s'agenouiller devant lui. Les yeux fermement plantés dans le sol, il n'osa les relever que lorsqu'elle se présenta, révélant deux grands yeux bleus brillants.* _Noé._

Moeïra: Noé *Répéta-t-elle doucement en posant une main sur son épaule* Ca va aller *Assura-t-elle. Elle avait besoin d'un traducteur pour pouvoir le comprendre.* Je vais pas te laisser *Elle désigna sa moto du doigt* c'est ma moto *Se désignant elle ensuite. Elle marqua une pause, avant de le pointer lui du doigt, et elle ensuite et enfin la moto* tu viens avec moi ?

Noé: *Il la regarda de ses grands yeux comme si espérait pouvoir lire la traduction de ses paroles sur son visage mais ce n'était pas le cas. Alors il suivit son doigt du regard en essayant de comprendre. Lorsqu'elle le désigna lui, puis la moto, il acquiesça vigoureusement la tête, une lueur d'espoir naissant dans ses yeux. Il s'emprêssa alors d'escalader la moto maladroitement sans savoir comment faire mais comme si soudain sa vie en dépendait.*

Moeïra: *Devant la panique de l'enfant, elle prit son casque qu'elle préféra mettre sur la tête du garçon délicatement pour le protéger, lui reprenant malgré tout la veste uniquement pour qu'il puisse s'accrocher à elle plus facilement. Elle se plaça devant lui, lui prenant les bras qu'elle entoura sur sa propre taille et qu'elle serra pour lui faire comprendre qu'il devait bien se tenir* accroche toi bien Noé *lui expliqua-t-elle quand même, attendant de le sentir bien accroché à elle avant de démarrer.*

Noé: *Dès qu'il fut installéà il s'agrippa à elle de toute ses forces avec ses petits bras en cachant sa tête alourdie du gros casque contre son dos.*

Moeïra: *Elle démarra sa bécane, reprenant directement la route en direction de cette forêt et plus précisément la cabane, oubliant un peu ce pourquoi elle était venu à la base. Elle pouvait sentir la peur chez l'enfant et bien qu'elle voulait se dépêcher, elle ne pouvait se permettre d'aller trop vite avec celui-ci dans son dos et si peu habillé. Il lui fallu un peu plus d'une heure pour se garer à nouveau dans ce garage. Retirant le casque du petit pour le laisser tomber à terre, elle le prit dans ses bras pour le réchauffer immédiatement*

Noé: *Il ne sentait plus ses doigts et tremblait de la tête aux pieds mais cela ne faisait rien. Lorsqu'ils s'arrêtèrent, ses grands yeux bleux scannèrent leurs alentours, comme s'il cherchait quelque chose. Ne le trouvant pas il ne tarda pas a relever son menton pour reniffler doucement l'air. Il capta plusieurs odeurs, celle délicieuse du petit déjeuner qui finissait à peine mais aussi celle de d'autres loups. Il se retourna vers Moeira, ses yeux brillants d'inquiétude.*

REBECCA: *Dès qu'elle entendit le son de la bécane de Moeïra, elle sortit de la cabane pour l'acceuillir, un peu plus détendue depuis son départ mais tout de même rassurer de la retrouver à ses côtés. Elle fut surprise de voir qu'elle n'était pas seule et observa le gamin sale en fronçant les sourcils avant de s'approcher.* Euh... Tu m'explique ?

Moeïra: Je peux pas, ce gosse a déboulé de nulle part et...Merde je pouvais pas le laisser *Expliqua-t-elle alors qu'elle tenait le gamin contre elle pour le réchauffer comme elle pouvait, captant son inquiétude, elle eut un réflexe complètement animal d'émettre un son proche d'un grondement chaud et rassurant, destiné à rassurer les petits dans son village alors qu'elle le porta pour le ramener à l'intérieur*

DORIAN: On a de la visite ? *demanda-t-il en sortant à son tour, intrigué. D'ordinaire il n'aurait pas apprécier qu'elle lui ramène quelqu'un sans l'annoncer mais comme cela semblait être un enfant dans le besoin, il fut plus compréhensif. En s'approchant à son tour, il put sentir la nature de l'enfant.* Où l'as-tu trouvé ?

Noé: *Il se figea en voyant d'autres personnes sortir de la cabane et se mettre à parler cette langue qu'il ne comprenait pas. Il se raccorcha à Moeira et sa chaleur mais toujours en gardant ses grands yeux bleux ouverts et attentifs à son environnement.*

Moeïra: Une station service à une heure d'ici, vers le sud *Expliqua-t-elle* Il s'appelle Noé je crois, il parle français, il avait l'air perdu *tenta-t-elle de justifier la raison pour laquelle elle l'avait ramener ici*

Adèle: _Merde alors... Il s'en passe des choses aujourd'hui._ *laissa-t-elle échapper en voyant le groupe débarquer avec un petit nouveau.*

Noé: *Captant sa langue maternelle, il tourna soudain la tête vers cette femme et se débattu pour retrouver le sol et se précipiter vers elle.*_Vous allez m'aider à retrouver mes parents ? Je les ai perdu ! S'il-vous-plait ! Pitié !_ *supplia-t-il en cédant à la panique.*

REBECCA: En effet... *commenta-t-elle en se disant que face à un tel numéro quiconque aurait eu du mal à simplement lui tourner le dos.*

Adèle: _Wow eh ! J'sais pas c'est qui tes parents moi. _ *se défendit-elle, un peu surprise d'être ainsi agressée*

DORIAN: _Hey petit... Noé c'est ça ?_ *appela-t-il avec douceur en s'agenouillant devant lui pour calmer l'enfant.* _On va t'aider, ne t'inquiète pas. Qui sont tes parents ? Tu sais où ils habitent ? Tu sais comment les joindre ?_

Noé: _J-J'habite à Paris. M-mais..._ *il chercha dans sa mémoire mais il ne trouva pas plus d'information.* _I-Ils s'appellent Vivianne et Charles !_

DORIAN: _D'accord, Noé. On va les retrouver, ne t'inquiète pas._ *lui assura-t-il avec douceur, essayant surtout de calmer l'enfant. Ils pourraient chercher plus tranquillement après.* _Tu as froid ? Faim ? Il y a tout ce qu'il faut ici._

Noé: _Je veux rentrer chez moi !_ *couina-t-il en se retenant de se remettre à pleurer.*

DORIAN: _D'accord ! D'accord ! Viens suis-moi, je vais t'aider à retrouver tes parents. Promis._ *lui assura-t-il en le prenant par la main pour l'emmener dans son bureau.*

Moeïra: *A la seconde où il s'éloigna d'elle pour se jeter sur ceux qui parlait sa langue, elle recula, quelque peu soulagée de voir que Dorian semblait savoir quoi faire avec l'enfant*

REBECCA: Et... ça arrive souvent de retrouver des enfants comme ça ? *commenta-t-elle interloquée à Adèle, sachant que Moeïra n'était pas vraiment du genre à vouloir juste rendre service.*

Adèle: *Elle eu une moue bizarre et renifla.* Non pas souvent. Mais ça veut pas dire que ça se passe pas souvent.

Moeïra: *Elle resta silencieuse, suivant du regard Dorian et l'enfant*

REBECCA: *Elle se sentit mal pour l'enfant mais elle ne savait pas quoi faire d'autre à part laisser le responsable des lieux lui venir en aide. Pour la rassurer, elle vint mêler ses doigts à ceux de Moeïra pour lui serrer doucement la main.*

Adèle: Vous qu'êtes lesbiennes, ça vous dirait pas d'adopter un petit louveteau ? *demanda-t-elle avec avec un petit sourire plaisantin.* Il est pas trop moche. Il fait très français.

Moeïra: Il a des parents *Rappela-t-elle sans vraiment en être certaine à vrai dire mais elle se raccrochait à ça, serrant la main de Becca*

Adèle: Peut-être bien... Mais préfèrent pas avoir de fils apparemment. *Commenta-t-elle en s'adossant au dossier de sa chaise*

Moeïra: *Elle n'osa pas tout de suite tirer de conclusion, posant ses yeux sur Adèle en cherchant à voir autre chose que ce qu'elle s'imaginait. Le gamin avait une dizaine d'année à tout cassé, l'abandonner...Vraiment ?*

Adèle: *Elle put lire dans le silence et leur visage qu'elles ne voulaient pas y croire, mais elle haussa les épaules.* Le lendemain de la pleine Lune. *Pointa-t-elle ce qui pour elle était le détail crucial.* On emmène le petiot se dégourdir les jambes, on claque les portières et voilà. Débarrassé du clébard. *Raconta-t-elle d'un air dépité.* Et oui les choses se passent peut-être mieux entre lycans en France mais les autres nous traitent quand même comme des chiens. Regardez le... Il doit avoir quoi... Huit ans ? Dix ?

Moeïra: *Elle eut un frisson qui lui traversa le coeur et lui donnait encore de s'exprimer violemment.* Merde *S'exclamait-elle avait une certaine horreur, elle avait beau être particulièrement individualiste lorsque la situation l'exigeant, c'était qu'un môme et ça la rendait dingue de penser qu'on pouvait abandonner un enfant comme on abandonne un chien. Elle se retourna vers le bureau de Dorian* Qu'est-ce qu'il va devenir ?

Adèle: *Elle haussa les épaules en soupirant.* Même si la SFL esssaye de faire en sorte que ça soit le plus adapté. Un orphelinat reste un orphelinat. Certaines familles ou... petite peute essayent parfois d'en adopter. Enfin, c'est la même histoire pour tout les orphelins.

Moeïra: *Elle serra un peu plus cette main, loin d'apprécier cette idée mais elle se répéta sans cesse que ça n'était plus son problème, ça ne pouvait plus être son problème. Elle avait fait ce qu'elle pouvait et c'était la seule chose qu'elle pouvait faire. Elle baissa simplement la tête* Vous pouvez pas faire de super discours aux sous merdes qui lui sert de parents histoire qu'ils arrêtent de se pisser dessus et assume leur gosse qui a rien demandé à personne ?

Adèle: Oh bien sûr. Et ils savent très bien le faire. *affirma-t-elle.* Et après c'est quitte ou double. Soit il finit par s'enfuir quelques années plus tard, soit on le retrouve le lendemain dans le caniveau.

Moeïra: *Elle soupira, serrant cette main dans la sienne, légèrement tremblante de rage et bien que midi n'avait pas encore sonné, elle demanda:* vous avez de quoi boire ?

Adèle: Dans le cabinet sous la commode. *indiqua-t-elle avec une moue navrée. Ce n'était pas une belle histoire mais c'était très probablement celle de Noé.*

Moeïra: *Elle se dirigea vers le dit cabinet, fouillant celui-ci pour sortir une bouteille de rhum brun qu'elle ouvrit pour en boire une longue gorgée*

Adèle: Hey ! *appela-t-elle en se levant de sa chaise.* On partage ? *demanda-t-elle avant d'ouvrir une autre porte pour récupérer trois verres. Elle questionna Rebecca du regard et celle-ci acquiesça.*

Moeïra: Ok *Dit-elle en s'approchant de la table ensuite, elle s'installa a une chaise, attendant les verres avant de les remplir tout les trois et de prendre le sien*

REBECCA: *Elle bu en silence, ajoutant cette nouvelle histoire au tableau qu'elle se faisait de la France. Bien sûr, tout ne pouvait pas être parfait et ils restaient des lycans, la plupart transformés contre leur gré et vivant dans une société qui les redoudait et les méprisait.*

Adèle: J'ai hésité à aller bosser dans un de ces orphelinats. Pour... m'occuper, rendre service... Mais ce genre d'endroit a tendance a me donner envie de foutre le feu au reste du monde alors... C'est pas une bonne idée. *confia-t-elle avant de prendre son verre et de commencer à boire. Il n'y avait pas de quoi trinquer.*

Moeïra: Ouais *Dit-elle en buvant une gorgée de son rhum avant d'en boire la moitié du sien* Mais c'est nous les bêtes *dit-elle amèrement*

Adèle: On l'est.

Adèle: Mais les autres aussi. Ils pensent juste pouvoir mieux le cacher.

Moeïra: *Elle soupira* mouais *Ne trouvant rien d'autre à ajouter en réalité, bien qu'elle n'estimait pas partager quoi que ce soit avec ce genre humain*

Les trois femmes continuèrent de boire silencieusement l'air morose en songeant à quel point peu importe on se trouvait, le monde pouvait être merdique et à quel point abandonner un enfant ainsi était inexcusable peu importe les circonstances. A côté, la voix calme et douce de Dorian tentait d'aiguiller le garçon dans ce qu'il pouvait lui dire à propos d'où il venait. Les parcs où il jouait, les magasins, les activités. L'enfant se souvenait de beaucoup de chose de sa vie avant cela, une vie qui ressemblait à celle d'un enfant aisé n'ayant jamais eu besoin de s'inquiéter de quoi que ce soit. Il décrivait des restaurants de luxe, des serviteurs aux petits soins chez lui, de grands évènements mondains. C'était dans l'un d'eux que l'enfant s'était apparemment fait mordre sans comprendre ce qui lui arrivait. On lui avait expliqué qu'il était tombé "malade", que les potions qu'il buvait étaient pour le soigner et que certains soirs, ils iraient dehors prendre l'air et jouer. Dorian ne voulait pas assumer ce qui semblait pourtant de plus en plus évident. Il n'y avait qu'à voir les marque sur la peau blanche de l'enfant pour comprendre qu'on l'avait simplement attaché à un arbre le temps de la transformation. Ses parents avaient peut-être cru pouvoir lui mentir mais il était difficile de ne pas voir la vérité lorsqu'elle se produisait juste devant leur yeux. Mais Dorian fit tout ce qu'il pu pour recroiser les informations qu'il avait récupérer de tout ça, plus un nom de famille. Il demanda à l'enfant de retourner à la cuisine pour manger un peu et se reposer pendant qu'il contacterait quelques amis.

Noé: *Impatient mais fatigué et affamé, il accepta de laisser Dorian continuer les recherches et revint dans la cuisine l'air aussi misérable qu'au départ. Il eu un petit regard vers la table où le petit déjeuner avait été un peu rangé et n'eut pas le courage de réclamer. Il alla plutôt s'asseoir dans un coin en se recroquevillant à même le sol.*

Moeïra: *En observant le petit revenir, elle cru qu'il allait de lui-même manger mais en voyant que ce n'était pas le cas et qu'il allait se recroqueviller dans un coin, elle soupira. Vidant son verre, elle se releva pour se diriger vers la cuisine. Préparant de quoi nourrir le petit sur un plateau, elle coinca d'ailleurs un croissant dans sa bouche en se rappelant qu'elle-même n'avait rien manger. Se rapprochant elle s'installa en tailleurs sur le sol, posant le plateau entre eux.* Allez Noé, mange un peu *Dit-elle comme si elle s'adressait à n'importe quel de ses amis.* On dit comment en français ? *Demanda-t-elle aux français présent*

Adèle: _Mange._ *répondit-elle en observant la scène mais elle eu la flemme d'élaborer ou de bouger. Avec le plateau devant les yeux, il mangerait s'il avait faim.*

Noé: *En effet, il n'attendit que très brièvement en jetant un regard à Moeïra pour s'assurer que le plateau n'était pas pour elle. A partir de là, il agrippa la première viennoiserie qu'il pu et l'engloutit avec avidité, trahissant à quel point il était affamé.*

REBECCA: *Elle soupira en voyant à quel point le petit était mal en point. Elle se leva et passa prendre une serviette qu'elle mouilla un peu avant de rejoindre Moeïra près de l'enfant. Elle voulu essuyer un peu de la terre qu'il avait sur son visage et sous ses ongles mais à le voir ainsi se jeter sur la nourriture, elle préféra lui laisser le temps de se remplir un peu l'estomac.* J'espère vraiment qu'ils retrouveront ses parents. *soupira-t-elle en profitant qu'il ne comprenait pas la langue.*

Moeïra: *Elle ne fit pas l'effort de répéter ce mot en français dont la sonorité lui paraissait très étrange. Elle le regarda, continuant simplement de manger son croissant, observant les traces sur sa peau* Je suis même pas sur que ça soit le mieux pour lui *Soupira-t-elle*

REBECCA: *Elle observa l'enfant manger, songeuse. Après ses parents la première idée qui lui vint à l'esprit fut un Alpha. Elle même n'avait pas reçu autant d'attention, de conseils et de guidance de ses propres parents que de Fenrir. Mais ici, les meutes ou les Alphas ne semblaient pas vraiment être la norme.* C'est bien les systèmes pour tout le monde... Mais finalement on s'y perd. *remarqua-t-elle en ayant du mal à imaginer ce gosse ne devenir qu'un orphelin parmi tant d'autre. C'était pourtant bien le cas.*

Moeïra: On en a eu un comme lui dans le village *Se souvint-elle en mangeant son croissant, n'essayant même pas de se resservir sur le plateau, préférant laisser le gamin se nourrir à sa faim*

REBECCA: Ah ouai ? Je pensais que vous laissiez personne de l'extérieur ? *remarqua-t-elle, préférant se concentrer sur cette histoire plutôt que celle du petit garçon devant elles.*

Moeïra: Tu rigole ? Si on faisait ça on finirait qu'avec des consanguins *Expliqua-t-elle en oubliant que les deux autres étaient présent dans la pièce et pouvait les comprendre* A chaque pleine lune a lieu le rite du sang nouveau...Une des hordes s'occupent de ramener les nouvelles recrues...Et on accepte tout les solitaires qui nous trouvent, avec quelques conditions.

REBECCA: Oh... *murmura-t-elle, plus intéressée de découvrir un peu plus de l'histoire de Moeïra que inquiète des coutumes du peuple de Dean.* Et lui ? Tu crois qu'il serait qualifié ? *plaisanta-t-elle en pointant la petite tête blonde. De ce qu'elle connaissait de la meute de la forêt de Dean, c'était une bande de grosse brute plein de testostérone.*

Moeïra: Là comme ça...En toute franchise...Je crois pas. Le rite de la nouvelle lune est dévastateur et...Vu ces vêtements, il a pas l'air bien habitué à se débrouiller seul. *Elle esquissa un sourire en repensant à sa propre participation* mais note, parfois on a des surprises

REBECCA: *Elle soupira avec un petit sourire amusé. A l'entendre, ce rite dévastateur avait l'air de raviver de bon souvenirs.* Tu m'étonnes qu'à côté la France... Cette histoire de registre, de syndicat... C'est le jour et la nuit. *réalisa-t-elle en baissant les yeux sur sa serviette mouillée.*

Moeïra: Ouaip c'est vrai mais le fond reste le même, on se sert les coudes...Enfin...Ils se serrent les coudes, moi c'est différent *remarqua-t-elle en reposant les yeux sur Rebecca*

REBECCA: *Elle lui donna un petit coup de coude en la voyant la regarder.* Toi tu serres mes coudes. *Lui rappela-t-elle en rigolant doucement.* Et moi... J'sais pas.

Moeïra: On se serre les coudes * dit elle en posant sa main sur la sienne*

REBECCA: *Elle eu un petit sourire et posa sa tête sur son épaule. Qu'aurait-elle fait sans elle ? Elle ne préférait pas y songer, simplement profiter de sa présence et de la sécurité que leur offrait ce lieu.*

DORIAN: *Plusieurs minutes plus tard, il revint à son tour dans la cuisine l'air un peu sombre. Croiser le regard entendu d'Adèle ne l'aida pas, ni celui curieux et plein d'espoir de l'enfant.* Il va rester avec nous le temps qu'ils évaluent sa situation. *dit-il en anglais pour en informer tout le monde sans avoir à choisir ses mots. Il s'approcha ensuite de Noé en sentant son attente et son inquiétude.* _C'est bon ? Mes amis sont en train de chercher. En attendant tu resteras un peu avec nous d'accord ? Ne t'inquiète pas, tu vas voir c'est cool ici._ *lui assura-t-il avec douceur*

Moeïra: *Elle embrassa la tête posée sur son épaule, observant l'enfant l'air songeur. Relevant les yeux vers Dorian à son approche.* Evaluer la situation... *Répéta-t-elle en reposant son attention sur Noé* Ca sent mauvais pour lui n'est-ce pas ?

DORIAN: *Il eu une petite moue navrée.* On ne sait pas encore. Des médiateurs vont aller parler au parents. Mais... il arrive parfois que... Enfin... Nous allons faire de notre mieux pour faire en sorte qu'il grandisse dans un endroit sûr. *que cela soit chez sa vraie famille, chez une de substitution ou dans un établissement de la SFL, sa sécurité était le plus important.* _Ca va aller hein ? Qu'est-ce que tu dirais de prendre un bain en attendant ?_ *proposa-t-il gentiment à l'enfant qui hésita, et finit par acquiesçer timidement et à prendre la main tendue de Dorian.* Je devrais en savoir plus dans l'après-midi et quelqu'un passera surement dans un ou deux jour pour le récupérer. *expliqua-t-il avant d'emmener l'enfant à l'étage pour lui choisir une chambre et l'aider à se débarbouiller.*

Moeïra: *Elle rassembla ce qui restait sur le plateau pour le ramener à la cuisine, laissant tomber celui-ci sur la table avec un brin de colère plus ou moins contenu* Ca me rend dingue

Adèle: A qui le dites-vous... *soupira-t-elle.* Mais c'est la vie. Et ça sera sa vie dorénavant... Chacun de nous a sa croix a porter même si... Certaines sont plus dur à porter que d'autre. *murmura-t-elle en se disant que bien qu'elle avait du mal à accepter sa nouvelle vie, elle était loin d'être aussi perdue et sans défense que ce pauvre enfant.*

Moeïra: *Elle s'approcha à nouveau de la bouteille, se remplissant un dernier verre qu'elle s'enfila d'une traite. Elle décida de se concentrer sur autre chose, reposant son regard sur Rebecca, elle lui sourit, se disant que sa croix était bien moins lourde à portée lorsqu'elle était dans son champs de vision.* J'ai besoin d'un taff... *Dit-elle en se tournant ensuite vers Adèle, décidé au fond à rester dans le coin avec Becca* T'aurais des pistes ?

Adèle: Ça dépend dans quel champ. *Répondit-elle en haussant un sourcil curieux en les observant toutes les deux. Ainsi elles n'étaient pas là simplement en vacances* Syndicat ? Magique ? Moldu ?

REBECCA: Je travaillais dans un stripclub avant. Y a un truc dans le genre dans le coin ? *Demanda-t-elle pour suivre le mouvement bien qu'elle ne se voyait pas faire grand chose d'autre à part serveuse peut-être.*

Moeïra: Moldu *dit elle simplement, n'ayant aucune véritable aptitude magique* mécanique

Adèle: *elle prit un petit temps pour réfléchir.* La mécanique je pense que c'est trouvable par ici ou en banlieue proche. Plutôt tranquille, les moldus fonctionne au feeling dans ce genre d'établissement en plus alors ça devrait aller. Pour le stipclub par contre je pense que tu en trouveras surtout à Paris.

REBECCA: Ou un bar, n'importe... *Rectifia-t-elle, pas très rassurée d'aller travailler dans la capitale. Trop de gens, trop de pression.*

Moeïra: Au moulin louge *dit elle en français en taquinant un peu Becca*

Adèle: Ah ben les bars ça, t'en trouveras partout. Et c'est _Moulin Rouge_ . Mais si jamais vous êtes intéressés y a un petit quartier magique pas loin qui s'appelle Le Gâteau. Quelques magasins, quelques bars. Dorian vous montrera un jour.

Moeïra: *elle acquiesça en observant Rebecca, esquissant un tendre sourire* on lui demandera

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Fullmoon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fullmoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Marauders Book :: Le monde :: L'europe :: France-